Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 2. Expressions

Louis Hémon, littérateur sportif

Aurélien Boivin

Texte intégral

1Louis Hémon, on le sait, fut un grand sportif. Il a pratiqué plusieurs sports, dont la boxe, la course à pied, la marche, le cyclisme, la natation et l'aviron. Il l'avoue d'ailleurs dans la présentation télégraphique et humoristique qu'il fait de lui-même, dans "Le Livre d'or du Vélo", le 8 mai 1904, que je me permets de citer :

Né à Brest — 12 octobre 1880 — naissance accompagnée d'aucun phénomène météorologique - Venu à Paris à l'âge de deux ans - en chemin de fer (je n'étais pas encore sportif). - Donne dès l'enface des signes de combativité athlétique, assaillant à coup de pied dans les jambes les adversaires dont la taille, le poids et l'allonge m'interdisaient un jeu plus classique. - Jeunesse terne. - Dix ans d'internat dans un lycée noir - études sans éclat. - Toute combativité disparaît devant la lente oppression du thème grec. - Baccalauréat - Faculté de droit - jours meilleurs - bicyclette - tous les jours de 5 à 7 heures du matin dans le bois derrière tandem. - Vélodrome - Bouhours, Michael, Morin, Jacquelin. - Initiation au sport ; puis football et course à pied au Racing - genou foulé onze fois - précautions - escrime - salle Cesari-Vivet - atmosphère athlétique - MM. Strehly, Bally, Doyen, etc. - poids et haltères - aviron - Société nautique - Basse-Seine - sert la patrie - un an - Chartres - peloton très sportif - Hamond - Cagnicacci - Chautremps - Schmidt - Drevet - un an plus tard - Londres - Polytechnic Boxing Club - London Boxing Club - Culture physique.
Le reste est encore à venir. - Je pèse 62 kilos, 1m. 68 - 1m. 02 de poitrine - 35 de biceps - Suis annamitologue (diplômé Langues orientales), n'en tire aucun bénéfice mais un immense orgueil.

  • 1 Œuvres complètes. Tome II : Récits sportifs ; Chroniques sportives ; Battling Malone, pugiliste. É (...)
  • 2 Alma : Éditions du Royaume, 1982, 252 p.

2On sait aussi qu'il a été collaborateur au Vélo, devenu le 21 novembre 1904 le Journal de l'automobile, du cyclisme et de tous les sports, puis, d'une façon plus sporadique, à l'Auto, à compter du 29 octobre 1909, si on fait exception du texte "La Conquête", publié le 12 février 1906, après qu'il eut remporté le concours littéraire de l'Auto. Ce que l'on ignorait, — et c'est ce qui enrichit le tome II de ses Œuvres complètes1 que nous avons publié, chez Guérin littérature à Montréal, en 1992 — c'est qu'il a été aussi chroniqueur au Vélo, commentant l'actualité sportive de Londres où il s'était réfugié à la suite d'une mésentente certaine avec ses parents, vraisemblablement son père, inspecteur général de l'Instruction publique, qui aurait sans doute voulu que son fils marche sur ses traces dans les hautes sphères de la bourgeoisie. Mais ce mode de vie répugnait au jeune homme, qui a préféré claquer la porte et s'exiler volontairement dans la capitale anglaise, afin d'échapper à l'autorité paternelle et d'atteindre à une certaine liberté, qu'il ne pouvait pas espérer à Paris. S'il a accepté, comme son héros Amédée Ripois, d'être fonctionnaire dans un bureau pour gagner sa vie, il a aussi exercé sa plume en rédigeant quarante-neuf récits, que nous avons réunis, en 1982, avec la collaboration de Jean-Marc Bourgeois, sous le titre Récits sportifs2, et environ cent vingt-cinq chroniques, signées de son nom et publiées entre le 23 mars 1904 et le 5 août 1905, mais qui ont échappé jusqu'ici à tous les chercheurs, sans compter la soixantaine de dépêches télégraphiques non signées que nous pouvons lui attribuer puisqu'elles sont présentées comme venant du correspondant du journal à Londres. Sans oublier aussi un roman sportif, Battling Malone, pugiliste, rédigé à Londres vers 1909-1910 mais publié après sa mort, comme toutes les autres œuvres de l'écrivain.

3Quelle est la philosophie de Hémon à l'égard de la pratique du sport ? Quels thèmes privilégie-t-il dans son œuvre à caractère sportif ? Quelles valeurs, quels principes défend-il ? Voilà autant de questions qui nous ont intéressé et auxquelles nous aimerions tenter de répondre afin de vous permettre de mieux connaître celui que le succès de Maria Chapdelaine a occulté.

4La philosophie de Hémon à l'égard du sport, nous la trouvons d'abord dans les Récits sportifs. Ces 49 récits, dont dix ont été écrits au "pays de Québec", outre les quatre signés dans la Presse de Montréal sous le pseudonyme "Ambulator" — Louis Hémon fut aussi un grand marcheur —, révèlent toute la philosophie de Hémon à l'égard du sport qu'il s'est appliqué à pratiquer à une époque où ce genre d'activité comptait bien peu d'adeptes, en dépit des efforts de certains contemporains, dont le baron Pierre de Coubertin, qui avait relancé, quelques années auparavant, les Jeux olympiques de l'ère moderne. Pour Hémon, le sport est "la plus belle et la plus noble chose du monde". Il le pratique pour le plaisir et non pour la gloire, par trop éphémère, ni pour la galerie. Très tôt il a compris que le premier devoir d'un véritable athlète est d'abord "de cultiver méthodiquement son corps et de développer ses muscles par des exercices raisonnés" (p. 31). Ce qui, bien entendu, ne l'a pas empêché un jour, "vers sa vingtième année", de rêver "rien qu'une fois de connaître les joies éternelles de l'effort et de la victoire", comme il l'avoue dans "Histoire d'un athlète médiocre", sa propre histoire, de se transformer, "par un effort inlassablement répété, en une machine à courir et à sauter", faire "jouer le mécanisme une fois, rien qu'une fois", et, finalement, rentrer dans l'ombre (p. 36). Dans l'espoir "d'être sacré champion sur une ligne droite gazonnée, où des cordes tendues tracent cinq sentiers étroits et longs, propices aux foulées rapides" (p. 21), ce "bon jeune homme comme les autres", cet "étrange garçon", s'est mis sérieusement à la tâche : "I s'entraîna minutieusement, courut rageusement et fut battu honteusement" (ibid.). Il ne se découragea pas cependant : il s'adonna à la rame et "tira comme un damné" (p. 23), sans plus de succès, cafouilla ignoblement mais, bien que son équipe fût battue, goûta "l'ivresse sauvage de donner tout son effort à la cadence de sept efforts semblables, quand l'attaque rythmée des avirons mord l'eau avec une précision brutale" (p. 24).

5Déçu, Hémon l'a sans doute été, comme tous ceux de son âge qui aspirent au dépassement, mais non à plaindre parce que satisfait de n'avoir pas "donné son effort en vain" et convaincu que, "à défaut de médailles, il avait gagné à sa montée tenace la force tranquille et la simplicité" (p. 26). Un tel entraînement sérieux, un tel rude apprentissage lui ont permis d'apprendre, plus tard, "que toutes ces années de sport sans gloire l'avaient quelque peu trempé pour la vie" (Ibid.), cette vie qui, pour lui, est "comme un vaste ring où se déroulent d'innombrables assauts qu'organise et que juge un referee tout-puissant et invisible" (p. 59).

  • 3 McANDREW A. Louis Hémon, sa vie et son œuvre. Paris : Jouve, 1936, 256 p. (N. P. 97).

6Louis Hémon, "le premier littérateur français qui fut en même temps un sportif, au sens véritable du mot"3, n'attache aucune importance à la victoire, aux succès, aux honneurs, individuels ou collectifs. II s'apitoie plutôt sur le sort du "pauvre garçon qui a fait des rêves de gloire, a payé ponctuellement une cotisation, croit s'être entraîné, découvre qu'il ne sera jamais champion, et trouve la chute si rude qu'il retourne, de dégoût, à ses chères études" (p. 29) ou à quelque terrasse de café ou à quelque salle enfumée de guinguette.

7Athlète nationaliste — il espère que son pays parviendra à battre l'Angleterre au rugby et à la boxe en particulier (cf. "Anglomanie" et "Couffion pérore...") — mais aux progrès plutôt lents, comme il se qualifie lui-même, Hémon, tel un passionné, s'adonna à la pratique du sport pour s'amuser, pour en tirer une satisfaction personnelle. Il ne fut pas doué pour la course à pied, du moins à ce qu'il laisse entendre, non sans humour. Il suffit de relire le début du récit intitulé "le Cross anglais" :

Le club qui a l'honneur de me compter parmi ses membres comprend des marcheurs et des coureurs. Quand on me demande à quelle catégorie j'appartiens, j'hésite un peu. Car si je me vois généralement obligé, lorsque j'accompagne des marcheurs, de courir pour les suivre, par contre, quand je sors avec un peloton de coureurs, je finis toujours par me rendre compte, au bout de deux ou trois milles, que la course est en somme une allure anormale, dépourvue de dignité et qui enlève tout charme au paysage ! et je termine le parcours loin derrière tout le monde — comme il sied à un penseur dédaigneux des quolibets dont m'accablent les petits garçons des villages (p. 203).

8Quelle leçon d'humilité ! Quelle ironie aussi, quand on connaît la ténacité de Hémon, marcheur qui a parcouru à pied de grandes distances, tant en Angleterre qu'au "pays de Québec", de Montréal à La Tuque, de La Tuque au Lac-Saint-Jean, de Roberval à Péribonka ! Il marchait, avec un compagnon, sur la voie ferrée, non loin de Chapleau (Ontario), quand il a été mortellement blessé. D'ailleurs ne confirme-t-il pas ses talents de marcheur dans une lettre qu'il adresse de Londres à sa mère, le 18 avril 1906 :

  • 4 Louis Hémon. Lettres à sa famille. [Édition préparée et présentée par Nicole Deschamps]. Montréal  (...)

Le temps était si extraordinairement beau samedi que je me suis promis que moi aussi je me paierais des vacances et même des vacances au bord de la mer. Les compagnies de chemin de fer ayant refusé d'organiser un train spécial, pour ne pas me mêler au vulgaire, j'ai pris le train 11, en d'autres termes je me suis rendu de Londres à la côte avec l'aide de ces instruments démodés, mes pieds. Comme je n'ai pu quitter Londres qu'assez tard le samedi, après deux heures de marche j'ai été couché dans une infime auberge [...] ; mais le lendemain je suis parti de bonne heure et j'ai fait mes soixante kilomètres avec le sourire, ce qui m'a mené à une quinzaine de kilomètres de la côte pour passer la nuit ; le lendemain j'ai fini le voyage sans me presser et j'ai passé toute la journée à plat dos et plat ventre alternativement sur la grève, avant de regagner Londres par un train du soir4.

9La route, comme l'eau, qu'il est content de retrouver après une longue marche ou une épuisante journée de travail, est un moyen idéal d'échapper aux ennuis, d'oublier, de laisser derrière soi toutes les choses tristes qui assaillent, ainsi qu'il l'avoue à Bert Roper, ce vieux mendiant sage rencontré dans un parc :

Allez, jeune homme, allez... moi qui vous parle, avant que l'été soit fini, je compte bien avoir fait tout le pays, de l'est à l'ouest et encore du sud au nord, d'ici au Devon et puis tout le pays de Galles en remontant, et au delà, Liverpool et peut-être plus loin encore ; et tout ça par la route, jeune homme, à pied... (p. 204).

10Un tel moyen de transport, outre qu'il est gratuit, donc à la portée de toutes les bourses, permet à celui qui s'y adonne de garder la forme. C'est sans doute une longue pratique de la marche qui a permis à Hémon de sortir victorieux, avec deux autres compagnons de régiment, d'une longue équipée à travers des champs glaiseux de betteraves, alors qu'il accomplissait, en 1902, son service militaire dans la Beauce française, à Chartres plus précisément, comme il le raconte avec finesse et souci du détail dans "Marches d'armée" (cf. p. 65-70).

11Même s'il a fréquemment pratiqué la marche, à travers notamment la campagne anglaise, et, à l'occasion, certains autres sports, sa préférence va au coureur à pied qu'il admire car sa vie "est un tissu d'énergie et de sacrifices" (p. 33). Le coureur à pied, surtout celui qui, tel Shrubb à qui il consacrera plusieurs parties de ses "Chroniques", pratique les longues distances, est un solitaire, comme Hémon les aime, qui doit subir "le mépris des gens sensés — et obèses — qui objectent avec simplicité qu'il est ridicule de s'exercer à la course puisque dans les cas pressés on peut toujours [...] prendre le tramway" (Ibid.). Aujourd'hui, la subtilité a supplanté la simplicité : on refuse de pratiquer le jogging, par exemple, en invoquant le danger des maladies cardio-vasculaires ou le risque de blessures aux articulations pour ceux qui s'y adonnent. D'autres persistent à ruiner leur santé en faisant usage du tabac de peur... de gagner du poids. Tous les moyens sont bons pour refuser l'hygiène de son corps, premier principe de vie du littérateur sportif (cf. "le Cross anglais", p. 203-207), pour croupir dans ses mauvaises habitudes. Pour Hémon, qui s'intéresse à la minorité, le coureur à pied est, "en son genre, un martyr" (p. 33), condamné, malgré son mérite et les efforts considérables qu'il déploie, à se manifester en présence de quelques centaines de spectateurs seulement, venus "pour le voir vaincre ou tomber", et à collectionner quelques pièces "de zinc d'art" ou des "médailles d'un métal douteux" (Ibid.). Par la bouche de Couffion, son porte-parole, il condamne les athlètes qui ne pensent qu'aux médailles (et. aussi "le Cross anglais") et ne pratiquent un sport que pour épater les spectateurs (et surtout les spectatrices !). Sa "tendresse secrète va vers ceux qui ne se se verront jamais décerner le nom de sportsmen dans les colonnes du Vélo, et qui s'en moquent, car ils méritent un titre plus beau", celui d'athlète, terme qu'il réserve à ceux qui "refusent les joies du spectacle" et qui, par un entraînement rigoureux, régulier, "connaissent [...] la joie plus haute de marcher sans cesse vers leur désir" tout en "ayant en vue que leur intime satisfaction" et en caressant "un idéal défini, clair et restreint, qui leur suffit" (p. 97).

12Car Hémon, on s'en doute bien, accorde une grande importance à l'entraînement. On ne peut songer à bien figurer dans une épreuve sans une longue et rigoureuse préparation. Il loue le courage, la détermination, le renoncement héroïque de ce jeune athlète qui a décidé de s'attaquer au record de France du saut en longueur et qui en retire, comme nombre d’autres athlètes, une incommensurable satisfaction :

Ce que furent les trois premiers mois de cette saison, il devait se le rappeler par la suite, avec la douleur confuse qui accompagne le souvenir d'un rêve que le matin a chassé : la joie de se sentir chaque jour plein d'une force renouvelée, et de jouir, indifféremment, en bête saine, du clair soleil ou de la fraîcheur d'une pluie de printemps, la vie simple et surtout la paix, la paix profonde que donnent l'exercice régulier, la bonne nourriture, et la tyrannie consentie d'une seule pensée (p. 34).

13Mais l'athlète, dans sa longue préparation pour l'ultime journée, afin de soumettre ses muscles à un effort régulier et son corps à une saine alimentation, n'est pas à l'abri de longues heures d'ennui qu'il tente d'oublier derrière lui en quittant "tous les jours, pendant quelques heures, la ville triste, poussiéreuse et chaude, pour la douceur accueillante des ombrages familiers" (Ibid.).

14C'est cette sensation de bonheur que ressent Jean Grébault, secrétaire particulier du préfet de Deux-Nièvres. Ce jeune homme avide d'aventure, "qui avait été un athlète en son temps" (p. 89), tout comme Louis Hémon, et qui, "cinq ans plus tôt [...] passait les haies dans sa foulée, sur une piste au gazon ras" (p. 90), décide enfin, au contact du chien Jérôme qu'il vient de recueillir pour le sauver de la fourrière, de se libérer de cette servitude, après avoir passé six mois dans un bureau à l'air vicié, émacié au milieu de supérieurs obèses et ridicules, de retourner "vers la simplicité de la création primitive" (p. 88) et, ainsi, de "redécouvrir la patrimoine laissé intact par cent générations" (p. 90), tout en s'émerveillant "d'avoir pu se passer si longtemps de son héritage" (Ibid.). Prisonnier entre les quatre murs d'un bureau, il veut jouir de la vie exaltante. Il se sent "envahi par une joie démesurée de bête soudainement libre", "ivre, grisé par l'air tiède et les senteurs de la nuit" qui l'emporte, au clair de lune, "loin du monde civilisé" (p. 88). Il redécouvre enfin le vrai bonheur. Si le narrateur de "La Rivière" se contente, au contact de l'eau, d'oublier qu'il a "travaillé tout le jour dans un bureau sombre parmi les maisons à sept étages" (p. 12), Grébault, lui, qui ressemble beaucoup à Hémon, décide subitement, grâce à la présence de Jérôme, lequel lui redonne "la vigueur de ses vingt-cinq ans et le dégoût de la servitude" (p. 89), de quitter sa situation pour retrouver le bonheur perdu non sans avoir ridiculisé ouvertement ceux qui ont tenté de le retenir dans cet état d'asservissement et de servitude :

Il leur dit qu'il s'en allait chassé par la peur qu'il avait de devenir quelque jour semblable à l'un d'eux. Il leur dit qu'ils étaient difformes et ridicules, certains squelettiques, certains obèses, tous pleins de leur propre importance et de la majesté des principes médiocres qu'ils servaient ; que leur progéniture hériterait de leurs tares physiques et de leur intellect rétréci, et qu'ils s'en iraient à la mort sans avoir connu de la vie autre chose qu'une forme hideusement défigurée par les préjugés séculaires et de mesquines ambitions (p. 91).

15"Retourner vers la simplicité de la création primitive", sans exhibition. Ce désir, Hémon l'a ressenti tout au long de sa courte existence. On le retrouve d'ailleurs dans son premier texte, "La Rivière". Dans l'eau, il se sent "lavé, lavé jusqu'au cœur de la fatigue et de l'ennui du jour, et des pensées mauvaises de la Cité" (p. 9), "l'âme libre et sauvage d'un primitif" (p. 10). Mystique, renfermé, il aime, la nuit, se retrouver seul et nu au milieu de la campagne, et, au contact de l'eau, son "âme de civilisé, soudain rajeunie de trois mille ans fait de [lui] un contemporain des premiers âges" (p. 12). L'eau est, dans l'œuvre de Hémon, purificatrice, régénératrice (rappelons-nous la chute qui redonne vie à la nature au printemps, et qui permet l'éclosion de l'amour, dans Maria Chapdelaine). La rivière pour Hémon, comme la route pour Grébault, son double, est un refuge pour chasser ennuis et fatigues, pour oublier désagréments et contrariétés. Il se sent libre et plaint ceux qui n'ont pas atteint cette liberté primitive :

Vous qui, une fois la semaine, mijotez en des baignoires, ou même vous qui, à de rares intervalles, allez barboter dans le "grand bain" étroit de quelque établissement malpropre, je vous plains du fond de mon cœur (p. 10].

16L'eau lui apporte bonheur rêvé, paix, tranquillité, extase. C'est cette même sensation qui l'assaillira, quelques années plus tard, quand il plongera dans les eaux glacées de la rivière Péribonca, au pied des chutes, après un dur labeur sur la terre à peine défrichée des Bédard à Péribonka, où il jouera le rôle, pendant un peu plus de six mois, de garçon de ferme.

17Il ressent la même ivresse sur l'eau, quand il s'y promène à la faveur de la nuit ou quand il s'entraîne à ramer. Le sport exigeant de l'aviron, qui déchire les mains et endolorit les muscles, procure beaucoup de satisfaction :

[...] partir dans le clair matin et s'en aller joyeusement entre les berges connues, mais que huit jours d'absence et la lumière nouvelle semblent avoir miraculeusement changées ; s'emplir les poumons du bon air frais qui a dormi sur la rivière et tirer sur l'aviron de tout son cœur en écoutant les autres avirons, derrière soi, battre dans l'eau la même chanson nette et courageuse (p. 54).

18L'aviron, selon Hémon, est "le plus beau et le plus sain des sports" (p. 42), "le seul des sports de plein air qui ait, en France, une tradition" (p. 41). Pourtant, voilà un sport méconnu en France, déplore le chroniqueur, alors que la course Oxford-Cambridge est un des événements les plus renommés et les plus courus de tout le continent. Au point qu'on ne parvient jamais à évaluer le nombre de spectateurs qui ne cesse d'augmenter d'année en année. Hémon tente de valoriser ce sport et ne se contente pas de critiquer l'attitude des sportifs et des sportsmen français. Il sait aussi suggérer des solutions pour corriger ou améliorer la situation, pour populariser ce sport en France qui compte des cours d'eau autrement plus favorables que la Tamise ou la Cherwell, à Oxford, ou la Cam à Cambridge (p. 40). Hémon, dont les heures passées sur l'eau "comptent parmi les meilleures qu'[il ait] jamais connues, parmi celles où [il ait] joui le plus pleinement de [sa] jeunesse et de la douceur des choses envisagées avec simplicité", rêve même, devenu vieux, voire très vieux, de "passer [s]es dimanches d'été quelque part, au bord de la rivière, [...] chauffer au soleil [s]es membres raides, et réchauffer [s]on vieux cœur à regarder passer les canotiers" (p. 56-57). Mais pour cela, il faut sauver les sports de rame en France. Selon lui,

[c]e qu'il faut à l'aviron, c'est seulement un afflux considérable de nouveaux hommes déjà entraînés et disciplinés par d'autres sports. Ils apportent des muscles exercés, un courage à toute épreuve, les deux sciences inséparables de commandement et de l'obéissance (p. 42).

19Hémon croit donc en la complémentarité de certains sports, à une époque où les études sur cette question étaient à peine amorcées. Il adjure tantôt les footballeurs français de pratiquer l'aviron car le football et l'aviron sont des sports rudes qui demandent "des membres forts, des cœurs bien attachés, un long et dur apprentissage et des bonnes volontés qui ne se lassent pas" (p. 43), tantôt les boxeurs (et les athlètes fiers de ce nom) de s'exercer avec ténacité aux haltères (cf. "Le Muscle et le Sport", p. 143-146). Car, c'est pour le chroniqueur un fait indiscutable :

Aucun sport, même de ceux qu'on qualifie de sports complets, comme l'aviron et la boxe, ne met en action au même degré les innombrables muscles du corps humain. [...] la plupart des autres, pratiqués exclusivement, tendent à produire un type d'athlète musculairement déséquilibré et hideux (p. 143).

20Point étonnant, si on délaisse la salle de poids et haltères, que les coureurs à pied exhibent d'assez pauvres anatomies, que les muscles des cuisses et des épaules des footballeurs soient peu développés et que, dans l'arène, "temple du combat et non du muscle et de la force", l'on ne voie "jamais de géants et bien peu d'hercules, et seulement des individus de taille quelconque et de musculature généralement médiocre qui s'y martèlent rageusement la figure" (p. 15). Pourtant, la boxe, aux yeux de Hémon, est une science, pourvu que ceux qui s'y livrent s'y préparent adéquatement. Comme les Américains, dont il vante les progrès rapides et les succès répétés grâce au recours modéré des haltères "comme préparation et moyen d'entraînement".

21Hémon, est-il besoin encore d'insister, croit aux bienfaits de la culture physique qui développe le corps et lui donne sa beauté et sa souplesse. Comme son héros, Monsieur Plume, qui, après avoir admiré la musculature d'Arès Sampson au music-hall — le narrateur d'"Une histoire médiocre" a, lui, couvert "les murs de sa chambre de photographies qui représentaient Sandow dans toutes les attitudes, musculeux, souriant et frisé" [p. 25] —, décide de se mettre à l'entraînement et, ainsi, de s'imposer une discipline, un nouveau mode de vie, pour "éliminer les tissus adipeux qui défiguraient sa plastique, fortifier sa santé et développer, s'il était encore temps, un système musculaire trop longtemps négligé" [p. 124], il loue le culturiste :

Quand le rideau du music-hall se leva, il était debout sur un piédestal, les bras croisés sur la poitrine, les lignes de son corps nu se détachant sur un fond de velours sombre. Il demeura une minute figé dans son immobilité puissante puis s'étira lentement, le marbre lisse de ses membres se mua soudain en faisceaux de câbles tendus. La poussée subite des muscles avait gonflé les cuisses monstrueuses, creusé le ventre, dilaté la poitrine profonde accentué les saillies redoutables des épaules ; des bras pliés, les biceps surgirent en boules, et la torsion des avant-bras dessina aux poignets un réseau de tendons semblables à des cordelettes halées. Il fit courir sur son corps des frissons rapides, vagues de muscles qui montaient des genoux aux épaules, dessinant au long du torse des reliefs aussitôt disparus ; il plia un peu les genoux et tendit les épaules, comme arcbouté sous le poids d‘un invisible fardeau ; puis détendit soudain ses muscles épais et resta de nouveau immobile, blanc, redoutable et tranquille, ainsi qu'un marbre figé dans sa gloire [p. 122].

22Patrick Malone, connu dans l'arène sous le nom de Battling Malone, n'est pas moins beau quand il apparaît pour la première fois à Lord Westmount et aux autres membres de la "British Research Syndicate", mise sur pied pour redonner à l'Angleterre les champions qu'elle a perdus aux mains d'autres puissances, la France et l'Amérique, surtout [et. Battling Malone, pugiliste, p. 730-731].

23Pour d'aucuns, la culture physique n'est pas un moyen mais une fin en soi. Les exercices réguliers, quotidiens, les maintiennent en bonne santé, physique et mentale. Hémon n'a que des paroles d'encouragement pour ces athlètes en leur genre qui ont compris que santé et hygiène du corps vont de pair. Ces sportifs sont souvent en meilleure forme que ceux qui ont choisi des sports de plein air. Comme le prince qu'il nous présente dans "La Conquête", ceux-là sauront bien atteindre à la Beauté, cette Beauté qui a tant fasciné le chroniqueur du Vélo. C'est pourquoi d'ailleurs il ne cache pas son admiration pour le clown qu'il regarde au-delà des "oripeaux grotesques qui lui couvrent] le corps, et la farine qui blêmi[t] sa face contractée" (p. 50). Il envie "la souplesse de son corps", "la détente merveilleuse de ses membres", la "force surprenante" (p. 50) de cet athlète incomparable qui, aux yeux des gens, n'est qu'"un pitre haletant, agité et grotesque qui pirouet[e] dans la lumière" (Ibid.). C'est pourquoi aussi il admire les bûcherons québécois qu'il croise sur son chemin en Mauricie et dont le travail est facilement comparable à l'entraînement des meilleurs gymnastes :

De novembre à avril ils ont manié la hache jusqu'aux genoux dans la neige ; d'avril à juin ils ont travaillé au traînage et au flottage du bois, avec le divertissement occasionnel d'une chute dans l'eau glacée : système de culture physique qui n'est exposé dans aucun livre, mais assurément incomparable, et que complète le retour au monde civilisé, une promenade de soixante, quatre-vingts milles ou plus, par des sentiers de forêt ou sur les traverses d'une ligne de chemin de fer avec tous leurs biens sur le dos (p. 279).

24De telles louanges, qu'il adresse aussi aux raquetteurs après les avoir quelque peu ridiculisés, à tort (p. 269-272) — Hémon fait amende honorable (p. 273-275) —, ne l'empêchent toutefois pas de déplorer le fréquent état d'ébriété des hommes de chantiers quand, après de longs mois de sobriété comme oubliés dans les vastes forêts du Nord, ils reviennent à la civilisation. Bien que, ivres, ils soient inoffensifs et foncièrement bons garçons, "ils ne sont, selon Hémon, que pitoyables et ne donnent pas une bien bonne idée de leur race" (p. 280). Et un tel abus n'est pas digne d'un athlète ! Car déjà le chroniqueur du Vélo aborde l'importante question de l'alimentation du sportif, question encore fort controversée aujourd'hui, et, plus loin, dans les chroniques de la Presse de Montréal soulève l'épineux problème de la rémunération de l'athlète professionnel.

25Il faudrait encore parler du mépris de Hémon pour les jeunes hommes, "malingres et atrophiés" (p. 96), qui, "trop faibles pour faire de la lutte ou des poids, trop douillets pour faire de la boxe, trop paresseux pour l'aviron ou la course" (ibid.), ont récemment découvert l'automobile, "une mécanique qui les dispense de faire jouer leurs muscles veules" (Ibid.), et se contentent de monter dans ces engins, se refusant à toute autre activité sportive, et réclament pourtant le titre de "sporstmen". Il les ridiculise de belle façon. Pour Hémon, ceux qui ne s'entraînent pas ne peuvent être considérés comme des sportifs ou des hommes de sport. Pas plus d'ailleurs que ceux qui se contentent d'être spectateurs. Hémon n'est pas contre l'automobile — ne le prouve-t-il pas en consacrant plus de la moitié de ses "Chroniques" à ce nouveau moyen de locomotion, qui ne doit pas faire oublier l'importance de se tenir en forme par l'exercice et la pratique du sport ? Les coureurs automobiles, peu importe la formule, l'ont bien compris qui ne manquent pas de se garder en forme pour réussir de belles performances au volant de leurs bolides.

26Devant le désintérêt de ces jeunes hommes dont il dénonce l'attitude, quel jugement sévère aurait-il réservé aux sportifs de salon, produits de la génération "Pepsi", bien calés dans un fauteuil confortable devant leur téléviseur que se disputent les brasseurs de bière ou les fabricants de cigarettes ? Grand admirateur de la vie simple, de la belle nature et des paysages féeriques, respectueux de la nudité, Hémon aurait certes admiré les adeptes des sports de plein air qui privilégient les randonnées dans la nature, peu importe la saison. C'est grâce à des précurseurs comme lui que le sport a pris une telle dimension et a donné des athlètes dont on peut se glorifier. Il aurait su, à coup sûr, saluer et commenter les exploits de tous ces "fous en pyjama" qui ont peine à survivre à côté des athlètes professionnels, dodus et obèses, car trop grassement payés pour les efforts qu'ils déploient, non pour leur plaisir mais pour la galerie.

27Louis Hémon a prêché l'exemple. Et il serait fier de prendre le départ de l'une des nombreuses courses à pied présentées aujourd'hui au Québec et aux quatre coins du monde, de fraterniser avec ses semblables et d'encourager ce retour vers "la simplicité de la création primitive". Il faudra désormais tenir compte de lui dans l'histoire de la littérature sportive en France. Il est un pionnier de la littérature à thème sportif et, pour cela, il mérite mieux que l'oubli.

Notes

1 Œuvres complètes. Tome II : Récits sportifs ; Chroniques sportives ; Battling Malone, pugiliste. Édition préparée, présentée et annotée par Aurélien Boivin. Montréal : Guérin littérature, 1993, XLVI, 998 p. La pagination entre parenthèses dans le texte renvoie à cette édition.

2 Alma : Éditions du Royaume, 1982, 252 p.

3 McANDREW A. Louis Hémon, sa vie et son œuvre. Paris : Jouve, 1936, 256 p. (N. P. 97).

4 Louis Hémon. Lettres à sa famille. [Édition préparée et présentée par Nicole Deschamps]. Montréal : les Presses de l'Université de Montréal, 1968, p. 98.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search