Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 2. Expressions

Sport-fiction : le hockey et la science-fiction québécoise

Jean-Pierre April

Texte intégral

1Il y a plusieurs différences entre la "littérature générale" et la littérature populaire", et j'en retiendrai quelques-unes qui pourraient expliquer pourquoi, au Québec, le sport est généralement absent de la littérature générale, alors que les auteurs d'une certaine littérature dite populaire l'aborderaient plus volontiers. Je me restreindrai à un sport et à un genre littéraire, le hockey et la science-fiction, une rencontre plutôt inusitée, qu'on ne voit guère qu'au Québec.

Culture populaire versus culture élitiste

2La culture populaire serait souvent liée à des phénomènes de masse, comme la mode, le spectacle, le sport, tandis que la culture générale rejoindrait plutôt une élite cultivée. La littérature populaire traite de conflits touchant de grands ensembles sociaux : relations hommes/femmes dans le roman sentimental, relations entre l'ordre et le désordre dans le polar et le fantastique, entre humains et non-humains dans la science-fiction. En littérature générale, par contre, l'auteur focalise souvent le sujet sur lui-même, ou sur des individus remarquables, dans ce qu'ils ont de singulier. La littérature générale serait en fait une littérature individualiste, branchée sur l'introspection. Pas étonnant qu'elle délaisse les sports d'équipe, où l'individualité doit s'estomper au profit du groupe.

3Parmi les littératures populaires, un genre s'intéresse particulièrement aux phénomènes de masse. La science-fiction s'inspire largement des mythes populaires, des manifestations spectaculaires et des idées, innovations, virages qui affectent l'évolution de populations entières. Si le récit de S.F. s'attache malgré tout à un héros individuel, c'est pour répondre à un besoin de clarté, de simplification, car l'individu y est le représentant d'une société, sinon de l'humanité, ou d'une race extraterrestre. Quand un humain rencontre un extraterrestre, porteur d'une civilisation foncièrement différente, ce sont tous les Terriens qui sont remis en question. L'être humain devient le représentant de l'Humanité.

4Le héros sportif et le héros de science-fiction occupent une position analogue. Le sportif agit au nom d'une collectivité, une équipe, une ville, voire, dans le cas des Jeux olympiques, d'une nation. Il doit se conformer aux intérêts supérieurs de l'équipe. Le joueur de hockey perd partiellement son individualité pour devenir un "numéro", d'ailleurs indiqué sur son uniforme beaucoup plus clairement que son nom. Souvent il laisse parler en son nom le porte-parole d'une organisation qui le dépasse et prend pour lui les décisions concernant son avenir. Les entrevues avec des vedettes du hockey nous montrent le plus souvent des individus interchangeables, standardisés par leur uniforme, répétant inlassablement que "tout le crédit revient à l'équipe". Leurs prouesses s'inscrivent au sein d'une vaste entreprise ou d’une tradition qu'ils représentent avec la plus grande humilité.

5Certes, quand le club perd, c'est à cause de tel ou tel joueur, parce qu'il a pratiqué un jeu trop "individuel", ou à cause de l'entraîneur, qui n'a pas su développer un "esprit d'équipe". Mais quand le club gagne, c'est immanquablement parce qu'on a pratiqué un véritable "jeu d'équipe". Même les grandes vedettes — surtout elles — rappellent sans cesse que leurs honneurs individuels comptent peu par comparaison à l'obtention de la coupe Stanley. D'ailleurs, les super-vedettes ont souvent tendance à perdre leur nom de famille, comme si elles devaient se couper de leur histoire familiale pour mieux s'intégrer à l'histoire du hockey. Mario Lemieux devient simplement Mario, ou "Mario le Magnifique" ; Patrick Roy, "Cassot" ; Maurice Richard, "le Rocket" ; Guy Lafleur était surnommé "Flower", et les foules des amphithéâtres scandaient son seul prénom.

6Si une équipe doit "avoir du caractère", un joueur isolé par un interviewer se doit de montrer qu'il n'a aucun caractère particulier. On se méfie des joueurs comme Larouche ou Lafleur qui, à une certaine époque, ont laissé tomber les clichés pour livrer le fond de leur pensée. Et on a conspué Éric Lindros parce qu'il a refusé de s'intégrer aux Nordiques. C'est pourquoi son surnom québécois, "Bébé Lindros", au lieu d'isoler son prénom, rappelle ses origines familiales.

7Un phénomène semblable se produit dans le créneau le plus populaire de la science-fiction, lorsque des auteurs reprennent les mêmes archétypes, les mêmes thèmes, dans le style à la mode, laissant entendre qu'ils pratiquent un jeu collectif, une sorte d'intertextualité régie par la tradition. Et quelques auteurs vont même jusqu'à abandonner leur nom pour prendre des pseudonymes, aux consonances américaines de préférence. Comme certains musiciens de jazz reprennent les mêmes "standards", ils défissent les innovations formelles de crainte de pratiquer un jeu individuel qui ferait fuir les "fans".

Robots russes versus hockeyeurs cybernétiques

8Mais qu'en est-il du hockey dans la S.F. québécoise ? Curieusement, c'est entre 1981 et 1983 que des auteurs manifestent leur intérêt pour le sujet, et il y a un bon nombre de similitudes dans leurs spéculations sportives.

  • 1 BOIVIN A., EMOND M., LORD M. Bibliographie Analytique de la Science-Fiction et du Fantastique Québ (...)

9Une de mes nouvelles, "Le Fantôme du Forum", parue en 1981 dans la revue Imagine..., réserve au hockey un traitement ironique. Par le biais de la S.F., j'ai voulu exacerber l'aspect spectaculaire du hockey, désamorcer par une caricature outrancière la démesure même du sport-spectacle, vu comme une pseudo-politique, ou une quasi-religion (catholique), tant il est vrai que l'incontournable corollaire de notre sport national, la bière nationale, favorise la communion d'un peuple entier. Voyons ce qu'en dit la Bibliographie analytique de la science-fiction et du fantastique québécois (1960-1985) de Boivin, Émond et Lord1 :

À l'âge de dix-huit ans, Gaston Ratté découvre qu'il possède un pouvoir télékinésique. Il s'en sert contre un rival au hockey puis décide de le mettre au service du Canadien de Montréal. Lors d'une joute entre les Clones de Guy Lafleur et les Robots russes, il est blessé. Il parvient juste à temps à faire égaliser le compte par les Clones et, en arrêtant la marche du temps, à faire compter les siens pendant la dernière seconde de la partie. Mais le Forum s'effondre.

C'est en buvant beaucoup de bière que Gaston Ratté réussit à appliquer ce qu'il appelle son pouvoir "télécliquétique" : par sa seule pensée, euphorisée, il peut alors déplacer la rondelle, en lui donnant parfois des trajectoires inattendues qui risquent de déjouer les Guy Lafleur eux-mêmes.

Les forces collectives jouent un rôle majeur dans cette nouvelle : la foule du Forum devient une entité indistincte, les joueurs russes sont des robots identiques, tandis que Guy Lafleur n'est plus un héros unique : grâce au processus du clonage, l'individu n'est plus indivisible, il est multiplié et devient la seule composante de toute l'équipe. Après l'effondrement du Forum, c'est la population entière du Québec qui est consternée par la perte de ses multiples Guy Lafleur. En fait, le seul personnage à ressortir de cette foule est Gaston Ratté, mais son pouvoir télékinésique individuel finira par provoquer un drame collectif.

10Le deuxième exemple de hockey-fiction est tiré d'un roman de François Barcelo, Ville-Dieu, paru l'année suivante. Ici encore, un personnage découvre qu'il peut influer sur le déroulement d'un match de hockey, et ce pouvoir lui vient également de la bière, non pas quand il la prend, mais quand il la rend : "chaque fois que Fernand Fournier s'éloignait de son téléviseur pour aller à la salle de bains, son équipe préférée marquait un but" (p. 221). Quand Fournier se rendra compte de ce synchronisme systématique, il augmentera sa consommation de bière pour soulager sa vessie le plus souvent possible afin de faire gagner son équipe, les Paysans de Ville-Dieu (les Canadiens-Habitants de Montréal), même s'il est condamné à regarder la reprise à son retour des toilettes.

11La politique n'est jamais loin du hockey-fiction : lors de la première Coupe du monde, l'équipe panurienne (canadienne) devait battre l'équipe roussienne (russe) pour prouver que "le système sportif, économique et politique occidental était nettement supérieur au système oriental égalitaire"(p. 227). Toutefois, Fournier se rend compte que son équipe nationale doit servir les intérêts politiques des "Zanglais" au détriment des Hauturois (Québécois). Alors Fournier désirera inconsciemment la victoire des Roussiens, si bien que ses courses aux toilettes feront marquer les hockeyeurs roussiens qui l'emporteront.

  • 2 Bibliographie Analytique de la Science-Fiction et du Fantastique Québécois (1960-1985). op. cit., (...)

12Le troisième exemple de hockey-fiction vient de Gilles Tremblay, non pas le commentateur bien connu de la "Soirée du hockey", mais l'auteur d'une seule fiction, Les Nordiques sont disparus, publiée en 1983. Comme dans Ville-Dieu, seuls quelques chapitres du roman concernent le hockey, mais le titre, d'emblée, nous laisse entendre que notre sport national est au premier plan. Ici encore, on assiste à l'utilisation de pouvoirs paranormaux, ou plutôt extraterrestres, qui ont des conséquences spectaculaires sur des équipes de hockey et sur une foule de partisans. Consultons de nouveau la bibliographie de Boivin, Émond et Lord2 :

Après leur exposition à un rayon lumineux venu de l'espace, des enfants se voient dotés de pouvoirs capables de détruire ou de reconstruire une autre réalité. C'est ce qui les entraîne, une fois adultes, à provoquer la disparition de quinze mille personnes venues assister à un match de hockey entre les Canadiens et les Nordiques.

13Curieusement, l'auteur de Québec n'évoque pas la disparition des "Glorieux" de Montréal... (Serait-il donc un partisan des Nordiques ?). Mais voyons plutôt une facette très particulière du livre de Tremblay qui s'ouvre sur un échange de lettres entre l'auteur et le responsable du marketing des Nordiques de Québec, l'auteur demandant l'autorisation d'utiliser l'expression "les Nordiques" dans le titre de son roman : "Vous comprendrez sans doute la valeur de ce projet comme véhicule publicitaire pour votre corporation dans le contexte des promotions qui souligneront bientôt les dix ans d'existence des Nordiques". Toutefois, ce sont bien sûr les Nordiques qui serviront à la publicité du roman, et l'auteur ne le cache pas : l'utilisation des Nordiques "constituera le prétexte d'une aventure ayant pour thème un voyage dans le temps dont la conclusion sera évidemment heureuse." (p. 4). Évidemment.

14Autre aspect insolite, ce roman écrit en 1983 situe son action initiale en 1993, et Tremblay, qui semble utiliser des pouvoirs paranormaux moins efficaces que ceux de Ratté ou Fournier, a prévu que les Nordiques auraient déjà remporté la coupe Stanley. Dans une spéculation hasardeuse, le maire fictif de Québec, Eugène Paré, y va même d'une allusion politique : "Si Montcalm avait disposé d'une telle attaque, l'Histoire n'aurait même pas retenu le nom de Wolfe..." (p. 20). Scène historique, scène politique, scène sportive, scène littéraire : même combat ?

15Ces pouvoirs motivés par la pseudo-science télécliquétique, par l'effet de l'alcool ou par des interventions extraterrestres — ou par la S.F., finalement —, ce sont des compensations offertes à des spectateurs marginalisés : Gaston Ratté, commentateur sportif devenu robineux ; Fernand Fournier, chômeur divorcé qui doit emprunter pour payer sa bière et pisser des victoires ; et Eugène Paré, maire d'une ville qui remporte (deux fois !) une coupe Stanley imaginaire. Ces pouvoirs d'illusion de la S.F., seraient-ils aussi une compensation pour des auteurs plus ou moins marginalisés ?

  • 3 BERUBE R. “Le fantastique, la science-fiction : l'inquiétante étrangeté dans "la Légende de l'homm (...)

16Gaston Ratté, Fernand Fournier et ceux qui font disparaître les Nordiques ont un point commun remarquable, qu’on pourrait appeler "le fantasme du gérant d'estrades", ou encore "le fantasme archaïque de toute-puissance"3, ainsi que l'évoque Renald Bérubé à propos du Fantôme du Forum. C'est-à-dire l'espoir et même la certitude qu'ont certains spectateurs de pouvoir influencer le déroulement d'un match par la seule force de leur désir. Espoir qui tient de la pensée magique et qui se manifeste surtout lorsqu'ils ont pris quelques bières de trop, comme Ratté et Fournier, et souvent lorsqu'ils sont seuls devant le téléviseur, grisés par le sport-spectacle, comme Fournier, les héros de Tremblay et, lors d'un épisode, Gaston Ratté. L'un des personnages surpuissants de Gilles Tremblay est on ne peut plus explicite : "Mon grand-père me répète souvent qu'il suffit de désirer très fort une chose pour qu'elle se réalise..." (p. 8). Et on sait bien qu'un grand-père ne peut avoir tort.

  • 4 DUPUIS S. “La Science-fiction québécoise pour la jeunesse”. Solaris, no 104, p. 72.

17Par ailleurs, le hockey serait mieux considéré dans une S.F. bien particulière, que l'Institution confine souvent aux ligues junior de la littérature, puisqu'il s'agit d'une littérature destinée à la jeunesse. Les jeunes pensent à leur intégration à la société, ils cherchent leur place au sein d'une équipe, ils ont besoin de s'identifier à un héros porteur de valeurs sociales, et on sait l'admiration que les jeunes vouent aux vedettes du sport, ne serait-ce qu’à travers les collections de cartes de joueurs de hockey ou de base-ball. D'après Simon Dupuis, qui a écrit récemment un article sur "la Science-fiction québécoise pour la jeunesse"4, "le hockey, sport national du peuple québécois, occupe une place de choix dans l'imaginaire de nos auteurs de science-fiction [pour les jeunes]". Pourtant Dupuis ne développe qu'un exemple.

Je ne voudrais pas m'attarder à la "littérature-jeunesse", qui demande sans doute une approche distincte, mais jetons un bref coup d'œil à la remarquable série des "Inactifs" de Denis Côté, d'autant plus que le premier roman de la série n'a pas été écrit en fonction d'un public adolescent. La série comprend quatre romans centrés sur Michel Lenoir, une vedette du hockey. Dans le premier roman de la série, "Hockeyeurs cybernétiques", paru en 1983 — et repris récemment sous le titre L'Arrivée des Inactifs —, l'individualité des joueurs doit se conformer aux objectifs de l'équipe, puisqu'il est encore question d'une équipe de robots sur glace, qui influence l'attitude des joueurs humains chargés de l'affronter. Une fois de plus, le jeu individuel doit s'estomper au profit d'un jeu d'équipe, réglé comme un mécanisme d'horlogerie : "la Machine humaine vaincra, car elle est parfaite." (p. 30). D'ailleurs, l'instructeur de ces joueurs "a façonné ce groupe d'hommes pour qu'il fonctionne comme un être unique. Et ça lui réussit. Il ne croit pas aux vedettes." (p. 35). Quant aux automates patineurs, ils arborent des "masques anonymes" (p. 41), ils se ressemblent tous en ce sens qu'"ils ne manifestaient rien parce qu'ils ne ressentaient rien" (p. 40). Contrairement aux vedettes de la L.N.H. qui échangent leur nom de famille pour un super-surnom, ils n'ont "aucun nom personnel" (p. 45).

18Les deux romans suivants de la série écrite par Denis Côté, L'Idole des Inactifs et La Révolte des Inactifs, délaissent le hockey et développent un thème politique qui en est la contrepartie. Un dictateur, l'ex-patron de Michel Lenoir, utilise un hologramme de Lenoir pour endormir des foules d'inactifs. Encore une fois le héros sportif perd son individualité en devenant mythe populaire. Dans le dernier roman de la tétralogie, Le Retour des Inactifs, le hockey reprend la vedette lorsque Michel Lenoir affronte trois hockeyeurs robots dans un "challenge" dont l'issue décidera du sort d'un pays entier. Le sport organisé détermine la politique organisée, comme on le verra plus loin dans une nouvelle de Guy Bouchard. L'individu influence une collectivité par le biais du sport, et les forces paranormales sont toujours au rendez-vous, puisque des Mages aux mystérieux pouvoirs psychiques contribueront finalement à la défaite du dictateur qui avait détourné l'image emblématique de l'idole sportive.

19Quittons maintenant la période 1981-1983 et faisons un bond jusqu'en 1992 où, dans une autre nouvelle de sport-fiction publiée par la revue Imagine..., "Au jeu", Guy Bouchard spécule sur la valeur fondamentale du sport-spectacle, sa valeur marchande. À partir de l'affaire Lindros, l'auteur de Québec (comme Tremblay et Côté) imagine qu'un certain Rick Ross finira par provoquer la faillite et la disparition des Nordiques. De nouveau, un super-individu met en danger la collectivité sportive ; et cette fois, c'est par un super-pouvoir monétaire, les vedettes comme Éric Lindros exigeant des revenus que seules de très grandes villes peuvent proposer, ce qui pénalise les équipes des villes de taille réduite et entraîne finalement une baisse de popularité et de rentabilité du sport en général.

20Ce n'est là que le point de départ de la spéculation de Bouchard qui imagine une vaste structure internationale, économique et sociale, basée sur le sport professionnel hégémonique. Plus que jamais le sport devient politique, et l'utopie sportive doit se faire au détriment des forces individuelles : "ce progrès est un simple passage de l’égoïsme individuel à l'égoïsme collectif qui caractérise l'esprit corporatiste" (p. 62). Toutes les ressources financières investies dans le sport international sont réunies et "ce cartel irrésistible ne tard[e] pas à contrôler l'ensemble de l'économie mondiale" (p. 63), à tel point que la division entre riches et pauvres est remplacée par une division entre sportifs et spectateurs. Dans cette utopie qui dissimule une anti-utopie, l'artiste, symbole par excellence de l'individualité, n'a plus de place, car "l'art est le symptôme des sociétés sans harmonie ". Et le sport devenu politique tend également vers la religion : la "vénérée" Marie Monsoleil a donné lieu à une "glorieuse Révolution sportive", et ceux qui ne respectent pas la véritable ligue internationale qu'est devenue l'humanité devront en rendre compte devant "l'Arbitre Suprême".

21Par ailleurs, notons au passage que les auteurs de Sport-Fiction ont une certaine propension à supprimer des joueurs, des équipes, des stades et même des villes sportives. Michel Lenoir, le héros hockeyeur imaginé par Côté, doit céder la place à un simulacre. Bouchard évoque la menace bien réelle de la disparition des Nordiques à cause des problèmes de rentabilité provoqués par un stade trop petit, alors que les Canadiens et les Nordiques imaginés par Tremblay se volatilisent. Pour ma part, j'avais déjà sévi avant d'avoir provoqué l'écrasement du Forum sur les Clones de Guy Lafleur et les Robots Russes : dans une nouvelle de 1980, "Le Vol de la ville", j'avais transformé le Stade olympique en un vaisseau spatial qui s'envole dans l'espace en emportant Montréal.

22En fin de compte, si on examine la place du sport en général et du hockey en particulier dans la littérature québécoise, on remarquera que la littérature générale reste à peu près insensible à des manifestations sociales qui font vibrer un peuple entier, tandis que la littérature populaire propose des fictions comme "Le Vol de la ville" (1980), Le Fantôme du Forum (1981), Ville-Dieu (1982), Les Nordiques sont disparus (1983) et Hockeyeurs cybernétiques (1983). Sans doute ces textes des années quatre-vingt ont-ils été inspirés par l'internationalisation récente du sport au Québec, à partir des Jeux olympiques de Montréal en 1976 et des rencontres entre les plus grands hockeyeurs de l'u.r.s.s. et de l'Amérique du Nord. Et comme la politique-spectacle et le sport-spectacle ont beaucoup en commun, on pourrait voir dans le Sport-Fiction une compensation par les voies de l'imaginaire à l'échec référendaire de 1980. L'indépendance du Québec n'ayant pu accéder à la scène politique internationale, ses super-sportifs fictifs réaliseront des exploits inouïs. Mais même l'imaginaire n'est pas totalement indépendant, et les super-héros du Sport-Fiction seront finalement victimes de catastrophes nationales.

23Le même phénomène se produit en 1992 avec "Au jeu", inspiré par un autre événement qui dépasse les frontières québécoises, l'affaire Lindros, mettant en vedette un super-individu de l'Ontario qui déjoue la collectivité québécoise pour aller jouer aux États-Unis, où son image si rentable pourra mieux circuler. Un "bébé" géant ne peut bafouer un presque petit pays sans que sa littérature ne réagisse, du moins sa "paralittérature", la seule à faire écho à ce genre d'événement qui pourtant correspond à un virage historique, dans l'Histoire populaire sinon dans l'histoire du hockey professionnel. C'est à se demander si ce n'est pas la littérature générale qui est marginale...

24Enfin, en attendant le jour où, comme le laisse penser la série des "Inactifs", on verra un ex-hockeyeur devenir président d'un Québec indépendant, essayons de voir comment on a pu en arriver, dans le hockey-fiction, à une telle association inusitée entre cette discipline sportive et ce genre littéraire ? Certes, le hockey est notre sport national, mais pourquoi apparaît-il particulièrement dans la S.F. plutôt qu'ailleurs ? Pour essayer de comprendre, il faudrait peut-être remonter à l'origine de la S.F., et de la S.F. québécoise.

Conquêtes spatiales versus conquêtes mythiques

25La S.F. québécoise contemporaine s'est manifestée sur la place publique au début des années quatre-vingt, en particulier avec la première collection du genre, "Chroniques du futur". C'est donc une littérature jeune, sans tradition, à la recherche de traits distinctifs. La S.F. moderne s'est développée au Québec sous l'influence de la S.F. américaine et, comme par hasard, la littérature américaine n'est pas rébarbative au sport, du moins à un autre sport national, le base-ball.

  • 5 BALLARD J.G. “La plus importante littérature du XXe siècle” (1969). Magazine littéraire no 69. “La (...)

26Par ailleurs, la S.F. se nourrit tout naturellement de grands mythes populaires, ou de fantasmes collectifs. Par exemple, la science-fiction est apparue aux États-Unis après la conquête de l'Ouest, comme si on avait cherché à prolonger la conquête des prairies par l'exploration imaginaire de grands espaces extraterrestres. Et à l'époque où la conquête spatiale est devenue réelle, une large part de la S.F., sous l'impulsion d'écrivains comme J.G. Ballard5, s'est intériorisée et s'est rapprochée du présent et de la littérature générale.

  • 6 Par exemple :
    BILLON P. L'Enfant du cinquième nord. Québec/Amérique, 1982.
    APRIL J.P. Le Nord électr (...)

27Au Québec, on peut penser que la conquête de l'Ouest trouve un équivalent dans l'appel du Nord, qui prolongerait l'exploration des coureurs des bois, et il est vrai que le thème du Nord a inspiré plusieurs récits de S.F.6 Mais comme cette conquête nordique est en quelque sorte étatisée, elle ne sollicite pas vraiment l'inconscient collectif : rares sont les Québécois qui rêvent de partir vers le Nord pour vaincre les éléments et devenir puissants, riches ou célèbres. Et puisque la conquête spatiale n'est pas vraiment à la portée du "bras canadien", c'est l'espace mythique qui a retenu l'attention les auteurs de S.F., du moins ceux de Sport-Fiction. Le grand mythe pouvant soulever des foules nous vient de notre sport national qui, depuis des générations, fait jaillir dans la population des rêves de puissance, de richesse, de célébrité et d'indépendance.

28Malgré toutes ces affinités entre le hockey et la S.F., il n'en demeure pas moins que le hockey n'est pas un thème dominant dans la S.F. québécoise, loin de là, mais il y semble présent beaucoup plus que n'importe quel autre sport dans n'importe quelle S.F. nationale, et on peut croire que les jeunes auteurs québécois, de plus en plus branchés sur la littérature américaine, s'inspireront de nombreux auteurs américains qui ne négligent pas le base-ball, qu'ils soient du mainstream ou de la littérature populaire.

Base-ball américain versus hockey québécois

"J'ai inventé mon propre jeu de base-ball, avec des cartes, extrêmement compliqué ; et je suis en train de jouer une saison de toute une série de 154 matchs, avec huit clubs, en faisant tous les calculs ; moyenne des buts, moyenne des e.r.a. , etc."

29D'ailleurs il y a déjà quelques analogies possibles entre le hockey-fiction québécois et le base-ball dans la littérature américaine. Par exemple, cette volonté de modifier le déroulement d'un match sportif, qu'on a vue ici et là, on la retrouve dans un passage étonnant de "Il pleut des rats", de David Homel, écrivain américain résidant au Québec. Si, dans "Le Fantôme du Forum", le commentateur Gaston Ratté faussait la réalité en décrivant un match de hockey, la bière l'entraînant à inventer un match qui se conformait à ses désirs, dans le roman de David Homel, un commentateur de base-ball, Windy Herring, décrit un match imaginaire à la radio. Lorsque le lanceur Zeke Justice (qui par ailleurs dissimule ses origines canadiennes-françaises) écoute la description de ce match où il est censé figurer, il donne des coups de poing sur la radio et s'adresse ainsi au commentateur : "Windy ? Windy, tu es là ? Parle-moi ! Qu'est-ce qui te prend ? Comment serais-je sur cette butte alors qu'il n'y a pas de match, alors que je suis assis ici sur le perron avec mon gamin ? Windy Herring, tu n'aurais pas pris un petit coup de trop ?" (p. 43). Windy, Ratté et Fournier puisent leur pouvoir à la même source : c'est l'alcool qui vient modifier les règles du jeu.

  • 7 Sur le sujet, on pourra lire Vanité de Duluoz, Christian Bourgois, 1979.

30On retrouve une scène semblable dans un roman de Jack Kerouac, cet ex-sportif qui s'est tourné vers la littérature (puis vers ses origines canadiennes-françaises) après qu'une blessure l'eût empêché de poursuivre ses brillantes performances au football américain7. Dans Docteur Sax, roman en bonne partie autobiographique, le jeune Jack joue un match de base-ball imaginaire avec un bâton qui est en fait un gros clou et des buts qui sont des cailloux. Jack frappe un coup si puissant qu'il expédie la balle dans “les faubourgs de la cité mythique localisant le terrain de sport mythique" et, dans une exagération qui annonce les catastrophes relatées dans Le Fantôme du Forum et dans Les Nordiques sont disparus, peut-être parce que ce roman de Kerouac tend vers le fantastique, le narrateur dira : "Mon coup sensationnel s'achève en sinistre fin du monde." (p. 88). C'est-à-dire la fin de son monde, ou de la fantasmagorie propre à la jeunesse. (Cette fois, l'alcool n'est pas au rendez-vous, mais on sait quel rôle l'alcool a joué dans la vie de l'auteur, à partir de l'époque où il a dû abandonner le sport...).

31La même thématique est amplifiée dans The Universal Baseball Association, (J. Henry Waugh, Prop.) de Robert Coover, où cette fois un obscur comptable imagine des parties de base-ball dont le déroulement est déterminé par des coups de dés, équivalents réalistes des passes télécliquétiques de Gaston Ratté ou de la diurèse magique de Fernand Fournier. Par un phénomène de compensation bien connu, Henry Waugh devient super-comptable et va jusqu'à inventer les joueurs de huit équipes dont il tient minutieusement les statistiques d'une série de rencontres qui sont en fait une analogie de l'histoire sacrée du monde avec ses gloses, ses cantiques et ses querelles théologiques. Compensation, mythification, religion, on n'y échappe pas.

32Autre phénomène similaire, dans Un Privé à Babylone, Richard Brautigan met en scène un détective privé minable qui, pour échapper à son triste sort, bascule dans un royaume fantasmatique, Babylone, où le présent et le passé s'entremêlent. C'est ainsi que le privé "a marqué vingt-trois points en vingt-trois coups les vingt-trois dernières fois qu'il a été batteur" (p. 67) pendant "la saison de l'année 596 avant Jésus-Christ avec une moyenne de 9 sur 10 à la batte." (p. 68). C'est une balle de base-ball qui a permis au détective de ce faux polar d'avoir accès à cette étrange cité mythique et anachronique ; la balle lui a heurté la tête et a modifé sa personnalité lors d'une scène qui rappelle celle de Il pleut des rats où Zeke Justice, lui aussi frappé à la tête par une balle de base-ball, se retrouve fortement perturbé.

33Dans tous ces romans, il semble que l'innocence soit nécessaire pour actualiser la mythologie du Sport-Fiction, que ce soit l'innocence des naïfs, celle des illuminés ou encore, comme chez Kerouac, l'innocence perdue de l'enfance. À ce sujet, Don DeLillo est sans doute le plus explicite, et l'écrivain qu'il a imaginé dans Mao II jette un éclairage précieux sur les relations qu'on peut établir entre la parole magique d'un Gaston Ratté ou d'un Windy Herring et la parole (compensatoire ?) de l'écrivain :

Quand j'étais enfant, je me racontais des matches de base-ball. Assis dans ma chambre, j'inventais les matches et je les décrivais à voix haute, coup par coup. J'étais les joueurs, le commentateur, la foule, l'auditoire et la radio. Plus jamais je n’ai connu un tel bonheur. [...] Et depuis lors, j'ai toujours essayé d'écrire en visant ce type d'innocence. Le jeu pur du faux-semblant. On s'assied là suspendu dans une parfaite clarté d'invention. Rien ne vous sépare des joueurs, ni de la pièce, ni du terrain. Tout est uni et transparent. Et complètement spontané. C'est le jeu perdu du soi, sans crainte ni doute (p. 64-65).

  • 8 BERUBE R. “Le détective qui lisait du base-ball : autour de Fausse balle de Paul Benjamin/Auster ( (...)

34Pour en savoir plus long sur les relations entre le sport et l'écriture, on lira avec grand profit un article récemment écrit par Renald Bérubé qui traite du base-ball dans Fausse balle de Paul Benjamin : "Le détective qui lisait du baseball [...]"8, ce qui nous amène au roman policier.

35Si en S.F. des héros marginalisés déjouent les lois de la science pour contrôler le jeu des sportifs, en littérature policière, c'est la loi tout court, ou le code juridique, qu'on cherche à contourner. C'est l'argument principal de Fausse balle, roman policier dans lequel un joueur de base-ball parie sur des matchs où il est impliqué. À noter que le base-ball apparaît ici dans un roman "populaire" de Paul Benjamin, en fait le premier roman de Paul Auster, qui à l'époque n'avait pas réussi à devenir commentateur sportif ni à vendre un jeu de cartes de son invention basé sur le fonctionnement du base-ball — ce qui nous rappelle J. Henry Waugh.

36Toutefois Auster n'utilisera pas de pseudonyme pour revenir au baseball en 1994, à la fin de Mr Vertigo, où le narrateur cherche à convaincre une ex-vedette du base-ball, Dizzy Dean, qu'il vaut mieux cesser de vivre que de survivre à sa légende... Finalement, Dizzy (c'est-à-dire "en proie au vertige"), autre personnage détraqué, de la race de Windy ou de Ratté, deviendra comme eux un commentateur sportif. Mais son déclin avait commencé plusieurs années auparavant, à la suite d'une fracture du crâne provoquée — bien sûr ! — par une balle de base-ball. En fait, il fallut cette fois une deuxième balle à la tête, un "méchant boulet" à la jambe et, coup fatal, une balle qui lui cassa un orteil.

37Dans ce roman, la tricherie apparaît une fois de plus quand le narrateur fait ses débuts dans le racket des paris, lors des championnats entre les Cubs et les Cardinals en 1935. La tricherie au base-ball est également un point tournant de II pleut des rats, et on retrouve ce motif dans plusieurs romans américains, comme Gatsby le magnifique de Scott Fitzgerald. Et dans d'autres romans, comme on l'a vu, au lieu d'enfreindre les règlements, on joue avec les règles du réalisme : dans The Natural, de Bernard Malamud, un joueur de base-ball utilise un bâton magique appelé "Wonderboy" et voit le gazon verdir subitement chaque fois qu'il se présente sur un terrain de baseball, et, pour terminer sur un roman d'anticipation, dans Bonnes nouvelles de l'espace, John Kessel imagine un joueur anticipant la trajectoire de la balle, ce qui lui permet évidemment un superbe coup de circuit.

38Après tous ces matchs fictifs de hockey et de base-ball, où les règles du jeu sont faussées par des tricheurs ou des naïfs, des surdoués ou des sous-doués, des sportifs ou des spectateurs dotés de pouvoirs spéciaux, on peut se demander si les auteurs de Sport-Fiction, nostalgiques ou ironiques, ne sont pas à la fois fascinés et dépités par les règles d'un jeu qui procure aux sportifs la gloire et la richesse qui leur sont à eux refusées, à tel point que par leur imaginaire ils rompent avec les règles du sport. Ou chercheraient-ils par leurs infractions à retrouver le sens du sacré ou du politique que ces sports bien réglés font oublier à leurs spectateurs ?

Bibliographie

Bibliographie

APRIL J.P. "Le Fantôme du Forum", imagine..., no 7, mars 1981, [Repris dans Chocs baroques, anthologie préf. par Michel Lord, Fides, 1991, coll. Bibliothèque québécoise].

— "Le Vol de la ville", imagine..., no 3, mars 1980. [Repris dans Chocs baroques, Fides, 1991, collection Bibliothèque québécoise].

AUSTER P. Mr Vertigo. Actes Sud, 1994.
[Mr Vertigo, 1994].

BARCELO F. Ville-Dieu. Libre Expression, 1982.

BOUCHARD G. "Au jeu". imagine..., no 60, juin 1992.

BENJAMIN P. (Paul Auster). Fausse balle. Gallimard, 1992, Série noire. [Squeeze Play, 1982].

BRAUTIGAN R. Un privé à Babylone. Christian Bourgois, 1981, collection 10/18. [Dreaming of Babylon, 1977].

COOVER R. The Universal Baseball Association. J. Henry Waugh, Prop., 1968.

COTE D. Hockeyeurs cybernétiques. Éditions Paulines, 1983, collection Jeunesse-pop. (Les pages mentionnées renvoient à cette édition).
Une nouvelle version de ce roman vient de paraître :

L'Arrivée des Inactifs. La Courte échelle, 1993, collection Roman+.

Dans la même série :

COTE D. L'Idole des Inactifs. La Courte échelle, 1989, collection Roman+.

La Révolte des Inactifs. La Courte échelle, 1990, collection Roman+.

Le Retour des Inactifs. La Courte échelle, 1990, collection Roman+.

DELILLO D. Mao II. Actes Sud, 1992. [Mao II, 1990],

HOMEL D. II pleut des rats. Actes Sud/Leméac, 1992. [Rat Palms, 1991].

KEROUAC J. Docteur Sax. Gallimard, 1962, collection Du Monde Entier. [Doctor Sax, 1959].

Vanité de Duluoz. Christian Bourgois, 1979, collection 10/18. [Vanity of Duluoz, 1968].

KESSEL J. Bonnes nouvelles de l'espace. J'ai lu, 1994. [Good News from Outer Space, 1989]

MALAMUD B. The Natural. 1952.

SCOTT FITZGERALD F. Gatsby le magnifique. Grasset 1946. [The Great Gatsby, 1925].

TREMBLAY G. Les Nordiques sont disparus. Éditions Proteau inc., 1983, collection Première Chance.

Notes

1 BOIVIN A., EMOND M., LORD M. Bibliographie Analytique de la Science-Fiction et du Fantastique Québécois (1960-1985). Cahiers du Centre de Recherche en Littérature Québécoise de l'Université Laval. Nuit Blanche éditeur, 1992, p. 38, collection Bibliographie.

2 Bibliographie Analytique de la Science-Fiction et du Fantastique Québécois (1960-1985). op. cit., p. 521.

3 BERUBE R. “Le fantastique, la science-fiction : l'inquiétante étrangeté dans "la Légende de l'homme à la cervelle d'or" d'Alphonse Daudet et dans le Fantôme du Forum de Jean-Pierre April”. Les Cahiers du C.R.E.L.I.Q. Nuit Blanche éditeur, 1993, p. 140, Les Ailleurs Imaginaires.

4 DUPUIS S. “La Science-fiction québécoise pour la jeunesse”. Solaris, no 104, p. 72.

5 BALLARD J.G. “La plus importante littérature du XXe siècle” (1969). Magazine littéraire no 69. “La Nouvelle Science-fiction”, mai 1974.

6 Par exemple :
BILLON P. L'Enfant du cinquième nord. Québec/Amérique, 1982.
APRIL J.P. Le Nord électrique. Le Préambule, 1985.
SOMCYNSKI J.F. Les Visiteurs du Pôle Nord. Pierre Tisseyre, 1987.
VONARBURG E. Les Voyageurs malgré eux. Québec/Amérique, 1994.

7 Sur le sujet, on pourra lire Vanité de Duluoz, Christian Bourgois, 1979.

8 BERUBE R. “Le détective qui lisait du base-ball : autour de Fausse balle de Paul Benjamin/Auster (et Don DeLillo ?)”. Tangence, no 43, Université du Québec à Rimouski, 1994.

Auteur

Collège de Victoriaville

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search