Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 2. Expressions

Les Nordiques et le nouveau Colisée : le combat de la presse sportive*

Normand Bourgeois

Texte intégral

  • * Colloque Communication et Sentiment d'Appartenance dans les Municipalités, Québec, le 30 avril 199 (...)
  • 1 Il a fait ce type de journalisme en épousant "des causes qu'il croyait justes et susceptibles de c (...)

1Claude Larochelle, chroniqueur sportif du journal Le Soleil, a affirmé à l'occasion de son intronisation au temple de la renommée du hockey en 1989 qu'il a fait, au cours de sa longue carrière, un journalisme de combat1. Cette formule est très intéressante. Elle cerne très certainement une facette importante du journalisme sportif.

  • 2 Nous avons abordé le dossier du nouveau Colisée dans une thèse de doctorat portant sur le journali (...)
  • 3 Le dossier comprend les articles parus dans Le Soleil à partir du 1er septembre 1988. Les articles (...)

2Les journalistes sportifs du Soleil se sont engagés dans un combat en rapport avec la construction d'un nouveau Colisée à Québec2. L'analyse des articles relatifs à ces dossiers a pour objectif d'apporter un éclairage sur la signification de l'expression "journalisme de combat"3. Ce qui nous intéresse en particulier, c'est de préciser la relation du journaliste sportif avec le promoteur de ce projet, c'est-à-dire les Nordiques. Nous allons voir qu'il agit, à bien des égards, comme l'agent de communication de cette organisation de hockey professionnel dans le combat qui nous intéresse.

Le projet des Nordiques

  • 4 Ligue Nationale de Hockey.

3Le Colisée de Québec loge les bureaux administratifs des Nordiques et la patinoire sur laquelle l'équipe dispute les parties locales. Il a été réaménagé entre 1979 et 1981 à l'occasion de l'entrée des Nordiques dans la l.n.h.4, afin d'y ajouter 5 000 sièges. Les travaux ont été financés grâce à des fonds publics (François Roy, Le Soleil, 88-11-01, A-4).

4Le président des Nordiques, Marcel Aubut, s'était donné pour objectif de faire construire un nouvel amphithéâtre. Sa construction avait été programmée pour juin 1993 (Claude Larochelle, Le Soleil, 89-12-10, S-5), et contenir "une nouvelle patinoire de 20 000 sièges dotée d'une centaine de loges de compagnie" (Claude Larochelle, Le Soleil, 89-08-26, S-5).

L'argumentation de Marcel Aubut

5L'argumentation de Marcel Aubut pour convaincre la population et les autorités publiques de la nécessité d'un nouveau Colisée se résume à ceci :

  1. Il y a deux pressions qui s'exercent sur les clubs de la l.n.h. La première est l'augmentation des salaires des joueurs. La deuxième est le grand nombre de villes qui désirent accueillir une équipe faisant partie de la l.n.h. (Claude Larochelle, Le Soleil, 89-08-26, S-5).
  2. L'augmentation des salaires des joueurs a engendré un mouvement vers de plus grandes patinoires : "Le mouvement a pris de l'ampleur, indique Marcel Aubut. On ne parle plus de 18 000 et de 20 000 sièges, on parle de 22 000. C'est le projet qu'on a à Montréal et à Chicago. On pense surtout à ajouter des loges privées pour les compagnies" (Claude Larochelle, Le Soleil, 89-08-01, S-5).
  3. Les Nordiques de Québec ne peuvent pas échapper à ce mouvement. En effet, Marcel Aubut déclare à Claude Larochelle : "J'ai peur pour Québec parce que ça s'en vient comme un ouragan, déclinait-il avec ce profil de catastrophe dont il a le secret. [...] à Québec on est mal arrangés pour se protéger parce que le Colisée est trop petit. Sans une patinoire de 20 000 sièges, on est cuits". (Le Soleil, 89-08-26, S-5).

6Le président des Nordiques ira même jusqu'à dire : "Les Nordiques sont voués à une mort certaine dans les cinq prochaines années s'ils n'obtiennent pas bientôt l'assurance de la construction d'un nouvel édifice. [...] [Ils] sont à Québec pour y rester à la condition d'avoir un nouvel amphithéâtre". (Claude Larochelle, Le Soleil, 89-11-11, S-9).

7Cette argumentation nous ramène à l'enjeu du projet d'achat des Nordiques par des Québécois, c'est-à-dire garder les Nordiques à Québec. Marcel Aubut est devenu le propriétaire des Nordiques avec quelques associés à la fin du mois de novembre 1988 (Le Soleil, 88-11-29, S-5). Le but de cet achat, selon Marcel Aubut, était de s'assurer que les Nordiques resteraient à Québec (Le Soleil, 88-11-30, A-l).

Le journaliste sportif et le nouveau Colisée

8Le journaliste sportif appuie le président des Nordiques dans le dossier du nouveau Colisée en diffusant et en répétant son argumentation, en faisant de la désinformation, en traitant ceux qui s'opposent au projet de réactionnaires et en adoptant la même approche que lui, c'est-à-dire celle du fonceur.

L'écho de Marcel Aubut

9Claude Larochelle écrit que Marcel Aubut travaille à la réalisation du nouveau Colisée depuis le mois de mai 1989 : "Il y a trois mois déjà, Marcel Aubut lançait ses premières attaques sur un Colisée trop petit, entreprenant du même coup de convaincre des gens influents que Québec ne pourrait survivre dans cette galère sans une nouvelle patinoire de 20 000 sièges dotée d'une centaine de loges de compagnie." (Le Soleil, 89-08-26, S-5).

10Ce projet était déjà en voie d'élaboration avant l'achat des Nordiques par Aubut et ses associés. Claude Larochelle écrit :

Les Nordiques envient les revenus annuels des Whalers de Hartford en avance sur le club québécois à ce chapitre par quelques millions dans un amphithéâtre pourtant identique de 15 000 sièges. [...] Afin de s'inscrire dans les profits, à l'exemple du club de la Nouvelle-Angleterre, les Nordiques voudraient porter de 24 à 100 le nombre de ces aménagements (loges de compagnie), (Le Soleil, 88-10-25, S-5).

11Il en aurait même été question au moment de l'achat des Nordiques :

Voilà qui va donner l'allure d'une bonne affaire à cette somme de $ 18 millions versés pour les Nordiques, cette semaine. Et dans les pourparlers avec ses nouveaux partenaires, Marcel Aubut leur a fait sûrement miroiter la possibilité de rentabiliser le Colisée avec l'addition de loges de compagnie comme à Hartford. [...] C'est le nouveau joujou dans le sport-spectacle. (Claude Larochelle, Le Soleil, 88-12-03, S-5).

12Mais au mois d'août 1989 il n'est plus question du rendement de l'investissement des acheteurs des Nordiques. Il est plutôt question de suivre un mouvement généralisé et inévitable. Il y a eu quatre déclarations à cet effet : trois de Claude Larochelle (Le Soleil, 89-11-18, S-5 ; Le Soleil, 89-11-22, S-5 ; Le Soleil, 90-08-18, S-5) et une de Marcel Aubut déjà citée (Claude Larochelle, Le Soleil, 89-08-23, S-5). Claude Larochelle parle par exemple de "la fièvre des nouvelles patinoires" (Le Soleil, 89-11-22, S-5) et prévient : "Ce serait l'utopie de châteaux en Espagne de penser que les Nordiques vont être en mesure de suivre le mouvement dans une patinoire qui, dans cinq ans, sera la plus exiguë du hockey majeur. Impossible !" (Le Soleil, 90-08-18, S-5).

13La pression exercée par l'augmentation des salaires des joueurs sur ce mouvement a été soulignée douze fois : Claude Larochelle a rapporté les inquiétudes de Marcel Aubut à ce sujet (Le Soleil, 89-08-01, S-5 ; Le Soleil, 89-08-23, S-5), a formulé les siennes à sept reprises incluant la déclaration déjà citée (Le Soleil, 89-08-26, S-5 ; Le Soleil, 89-12-10, S-5 ; Le Soleil, 90-08-13, S-5 ; Le Soleil, 90-08-18, S-5 ; Le Soleil, 90-11-06, S-5 ; Le Soleil, 90-12-17, S-5 ; Le Soleil, 90-12-19, S-5) et a fait part de deux déclarations d'Alan Eagleson : (Le Soleil, 91-03-27, S-5) et celle-ci : "Québec n'aura pas le choix. On va être obligés de faire face à la concurrence et de se donner un amphithéâtre de plus grande dimension" (Le Soleil, 89-10-07, S-5).

14Le chroniqueur Maurice Dumas s'est lui aussi prononcé sur le sujet. Son raisonnement d'ailleurs est fort simple ! Il écrit :

15Les Nordiques ont besoin d'Eric Lindros [une future vedette qui doit être repêchée par les Nordiques en juin 1991] pour avoir une bonne équipe. Ils ont également besoin d'une bonne équipe pour obtenir l'érection d'un nouveau Colisée. Enfin, ils ont besoin d'un nouveau Colisée pour payer tous ceux qui formeront la bonne équipe. (Le Soleil, 91-04-05, S-5).

16La pression exercée par le grand nombre de villes qui désirent accueillir une équipe faisant partie de la l.n.h. est implicite dans les déclarations de Marcel Aubut. Il y fait explicitement référence dans un article de Yves Poulin qui a fait la une du Soleil (90-12-15, A-l). Claude Larochelle y fait référence à quatre reprises incluant la déclaration du 26 août 1989 (Le Soleil, S-5) mentionnée plus haut et une autre du 7 octobre 1989 (Le Soleil, S-5). Il écrit par exemple :

Les nouveaux actionnaires des Nordiques ont versé $ 14 millions pour leur concession en décembre. Si les nouvelles concessions valent près de $ 50 millions chacune, on peut imaginer la pression qui va s'exercer dans un bref délai sur les Nordiques refoulés dans un Colisée de 15 000 fauteuils. Tout cela au moment où Montréal a besoin d'un forum de 22 000 sièges. De quoi cogiter ! (Le Soleil, 89-08-01, S-5).

17Un an plus tard il renchérit :

La situation n'est pas tragique pour l'instant, même si 10 villes ont présenté cette semaine des demandes d'admission à la l.n.h., soit les villes de Houston, Milwaukee, Phoenix, San Diego, Seattle, Miami, Tampa, St Petersburg, Hamilton et Ottawa. Deux de ces villes vont être acceptées, les autres demeurant sur le carreau, ce qui va déclencher une pression pour le transfert d'équipes installées dans de faibles marchés. (Claude Larochelle, Le Soleil, 90-08-18, S-5).

18L'identification de la menace qui guette les Nordiques, c'est-à-dire leur déménagement, s'intègre dans la stratégie de Marcel Aubut. Il lève le voile sur celle-ci dans la déclaration suivante :''Pour le dossier du nouveau Colisée, tout progresse normalement et quand nous serons prêts à vendre notre projet, je ne suis pas inquiet. Nous aurons près de 80 % de la population de notre côté lorsque nous aurons expliqué l'importance du dossier relié à la présence des Nordiques à Québec" (Le Soleil, 89-12-13, S-7). On comprend alors qu'il crie sa "peur pour Québec" (Claude Larochelle, Le Soleil, 89-08-26, S-5), qu'il souligne que la survie des Nordiques est en jeu (Claude Larochelle, Le Soleil, 89-08-23, S-5) et qu'il affirme que les "Nordiques sont voués à une mort certaine" (Le Soleil, 89-11-11, S-9). Claude Larochelle affirme à son tour dans deux de ses chroniques que la survie des Nordiques est en cause dans le dossier du nouveau Colisée (Le Soleil, 89-08-26, S-5 ; Le Soleil, 90-08-18, S-5). Guy Lafleur, qui s'est retiré du hockey pour occuper un poste à la direction des Nordiques, et John Ziegler, le président de la l.n.h., font de même au début du mois d'avril 1991 (Le Soleil, 91-04-02, S-11et S-4). Quelques jours plus tard, Claude Larochelle rapporte que l'avocat de Québec, Guy Bertrand, est du même avis : "Ce ne sont pas des menaces en l'air, si Québec ne se dote pas d'une patinoire des temps modernes, les Nordiques sont partis, atteste-t-il. C'est incontestable et indiscutable" (Le Soleil, 91-04-13, S-5).

La désinformation

19Le journaliste sportif ne fait pas que diffuser et répéter l'argumentation du président des Nordiques concernant ce dossier. Il se laisse aussi tenter par la désinformation. Un sondage iqop a révélé entre autres choses que 73,8 % des résidents de l'agglomération urbaine de Québec estiment que Marcel Aubut fait un bon travail comme président des Nordiques. Celui-ci propose une interprétation étonnante des données du sondage dans la mesure où il n'y est pas question du projet du nouveau Colisée. Maurice Dumas écrit : "Le président des Nordiques dit qu'il a un mandat très clair, un mandat d'aller de l'avant pour la construction d'un nouveau Colisée." (Le Soleil, 89-11-11, S-8).

20Marcel Aubut déclare à Maurice Dumas : "La population est derrière nous [...] les résultats du sondage confirment [...] l'importance des Nordiques et nous autorisent à élaborer des projets pour assurer la survie de l'équipe." (Le Soleil, 89-11-11, S-8). En somme, selon le président des Nordiques, appuyer Marcel Aubut et les Nordiques, c'est appuyer les projets de Marcel Aubut pour les Nordiques. Il est surprenant que Maurice Dumas ou un autre chroniqueur n'ait pas relevé l'incongruité de ce raisonnement.

  • 5 Voir l'annexe 1.

21Ce n'est pas tout. Le titre et le sous-titre de l'article en question laissent croire que le projet d'un nouveau Colisée a été abordé dans le cadre du sondage. En effet, le titre énonce cette opinion : "Un nouveau Colisée d'ici cinq ans sinon une mort certaine". Dans le corps de l'article, on lit en caractères gras ce sous-titre : “Le sondage iqop". À droite de l'article on présente la "méthodologie du sondage"5. Ce cadre donne à penser que l'opinion a été mise au jour par un sondage scientifique. On n'aurait pas donné une telle impression si on avait indiqué le nom de celui qui l'a émise, c'est-à-dire Marcel Aubut, en-dessous du titre comme cela se fait couramment.

  • 6 Le Soleil l'a publiée au mois d'avril 1991 (91-04-06, A-21) à la demande de son auteur (Le Soleil,(...)

22Nous avons dit que le journaliste sportif s'était laissé tenter par une certaine forme de désinformation. Dans ce cas-ci, il a eu une attitude complaisante envers des déductions inconvenantes du président des Nordiques et il a participé, passivement ou activement nous ne le savons pas, à une mise en page de son article qui prête à confusion. Dans le cas que nous allons examiner à l'instant, la désinformation consiste à réduire une analyse nuancée du dossier du nouveau Colisée à une prise de position favorable au projet. Le 11 novembre 1989, Claude Larochelle signale que le nouveau maire de Québec, Jean-Paul L'Allier, a fait parvenir une lettre à Marcel Aubut dans laquelle il lui offre son appui. Le Soleil n'imite pas La Presse de Montréal qui a reproduit intégralement la lettre le même jour6. Claude Larochelle ne cite pas non plus d'extraits de la lettre. Il se contente d'en faire un bref résumé. Il écrit : "[...] les Nordiques savent, à la suite de la lettre de Jean-Paul L'Allier, qu'ils pourront compter sur un appui considérable pour ce projet qu'on veut réaliser d'ici cinq ans" (Le Soleil, 89-11-11, S-5).

23Le titre de l'article indique que cet appui concerne le projet d'un nouvel amphithéâtre : "Une patinoire de 20 000 sièges. L'appui de Jean-Paul L'Allier !". La seule réserve que note le chroniqueur est que "l'entreprise privée devra jouer un rôle dans cette entreprise afin de doter enfin Québec d'un aménagement sportif de première force" (Le Soleil, 89-11-11, S-5). Ce n'est que quatre jours plus tard que Marc Simoneau signale que le maire L'Allier fait preuve de prudence dans le dossier du nouveau Colisée. On apprend que le projet de Marcel Aubut l'amène à se poser des questions. Il se demande par exemple "qui doit payer pour un nouveau équipement si jamais on en a besoin ?" (Le Soleil, 89-11-15, S-7). Il ajoute : "[...] il faudra que des professionnels compétents, objectifs et rigoureux répondent à une liste de questions". Le maire ne s'engage en fait qu'à "s'associer à une étude", et il prévient que de toute façon la solution retenue ne sera "pas à la charge des contribuables de la ville de Québec. Il ne faut pas que ce soit un fardeau fiscal pour Québec." (Le Soleil, 89-11-15, S-7).

24Il y a donc un écart remarquable entre l'article de Claude Larochelle qui prétend rendre compte de la position du maire de Québec énoncée dans la lettre envoyée à Marcel Aubut et celui de Marc Simoneau qui relate les propos de Jean-Paul L'Allier. Pourtant, la lettre en question énonce très clairement l'engagement de la ville de Québec : il se limite à collaborer à une étude objective de la situation. Jean-Paul L'Allier écrit : "Si les autorités des Nordiques demandent à la ville de Québec de participer financièrement à des études d'opportunité et de faisabilité, la ville de Québec devrait répondre positivement à cette demande et s'y engager le plus rapidement possible." (La Presse, 89-11-11, F-3).

25Pourquoi n'a-t-on pas précisé dès le départ le point de vue du nouveau maire de Québec ? Pourquoi n'a-t-on pas jugé utile de publier la lettre en question comme l'a fait La Presse de Montréal ? Nous ne pouvons répondre avec certitude à ces questions mais il semble qu'on ait préférer faire précéder la révélation du contenu de la lettre et de la position de son auteur d'une impression : celle voulant que le projet de Marcel Aubut ait l'appui entier de la ville de Québec.

L'opposition : que des réactionnaires !

26L'appui du journaliste sportif au projet du président des Nordiques se manifeste d'une dernière façon : il traite ceux qui s'y oppose de réactionnaires.

27Le journal Le Soleil nous a donné un aperçu de l'opposition à l'égard du projet de Marcel Aubut. Le chroniqueur politique Laurent Lapiante s'est prononcé sur celui-ci. Il écrit : "[...] s'il doit y avoir un autre Colisée au bénéfice d'une entreprise privée, c'est à cette entreprise d'en faire les frais. Pour ma part, je n'aime guère ceux qui, comme le président des Nordiques, aiment privatiser les profits et socialiser les risques." (Le Soleil, 89-12-12, A-16). Le conseiller municipal de la ville de Québec, Pierre Mainguy, a lui aussi exprimé des réserves. Jacques Dallaire écrit : "Au cours d'une entrevue au Soleil hier, le conseiller municipal Pierre Mainguy a invité le président des Nordiques, Marcel Aubut, à ne pas s'en tenir au seul bilan financier des Nordiques mais à "regarder bien en face" la réalité socio-économique de Québec et de la région." (Le Soleil, 90-08-21, S-7).

28Les résultats de deux sondages iqop ont permis de constater que la population de la région est plus réservée que le journaliste sportif envers le projet de Marcel Aubut. Le 4 janvier 1990, Le Soleil titre à la une : "Sondage iqοp-Le Soleil. Les Québécois ne veulent pas d'un nouveau Colisée". On apprend que :

29[...] l’opposition à la construction d'un nouveau Colisée (67,3 %) vient surtout des villes de la communauté urbaine de Québec (c.u.q.) autres que Québec. La Rive Sud suit immédiatement, alors que 66,9 % des répondants de ce secteur n'approuvent pas la construction d'un nouveau Colisée. À Québec même, 64,5 % des gens interrogés s'y opposent aussi.

30On apprend aussi que : "Si l'on décidait de donner suite à la construction d'un nouveau Colisée, la majorité des personnes interrogées sont d'avis que les Nordiques de Québec devraient en absorber le coût." (Jacques Dallaire, Le Soleil, 90-01-04, A-1, A-2).

31Au mois d'avril, un autre sondage iqop indique que la prédiction de Marcel Aubut ne s'est pas matérialisée. Il avait affirmé au mois de décembre 1989 : "Nous aurons près de 80 % de la population de notre côté lorsque nous aurons expliqué l'importance du dossier relié à la présence des Nordiques à Québec" (Le Soleil, 89-12-13, S-7). Kevin Johnston nous apprend qu'il n'en est rien : "C'est dans une proportion de 58,8 % que les gens interrogés favorisent l'édification d'un nouvel amphithéâtre pour assurer le maintien des Nordiques à Québec, contre 41,2 % défavorables." (Le Soleil, 90-03-23, S-3). La résistance au projet de Marcel Aubut est donc plus élevée qu'il l'escomptait. C'est dans ce contexte que Claude Larochelle accuse les Québécois d'être des réactionnaires et de manquer d'envergure. Il écrit :

Pas très chaude pour un Colisée "agrandi" qui aurait l'importance du Saddledome de Calgary, une ville de la dimension de Québec ! Rien d’étonnant là-dedans. C'est toujours le même réflexe hérité de la crainte. Même réaction à deux pieds sur le frein qui a jalonné l'histoire des Nordiques de Québec. En 1972, c’était la frousse d'un club de l'Association mondiale qu'on arriverait jamais à soutenir. En 1979, c'était le tollé contre cette dangereuse équipée de vouloir se joindre aux puissants de la Ligue nationale. En 1980, c'était la farouche opposition à un Colisée agrandi répondant aux normes du circuit Ziegler. Une entreprise de $ 23 millions qui a été tellement combattue qu'on a pu parler d'un Colisée rentré dans la gorge. [...]
Avec cette approche timide, personne n'est étonné de voir que la ville est toujours desservie par un aéroport de campagne. Un centre dont l'une des principales industries est le tourisme mais toujours privé d'un centre de congrès adéquat ! (Le Soleil, 90-08-25, S-5).

32Claude Larochelle reconnaît néanmoins qu'il y a "un point encourageant" : "On est disposé à se lancer dans une étude de faisabilité sur un Colisée répondant aux exigences de l'avenir. Cette démarche engagée, il s'agira d'obtenir les appuis pour franchir les autres étapes." (Le Soleil, 90-08-25, S-5). On retrouve dans cette déclaration un autre cas de désinformation. Le maire de Québec propose plutôt une étude d'opportunité et de faisabilité (voir page 9). Il réitère ce point de vue le 26 mars 1991. Benoît Routhier rapporte : "Avant l'étude de faisabilité, la ville veut une étude d'opportunité" (Le Soleil, 91-03-26, S-8).

L'approche adoptée : celle du fonceur comme Marcel Aubut

33Le conflit, hautement médiatisé, entre Jean-Paul L'Allier et Marcel Aubut, ne tient pas qu'à une divergence d'opinion à propos d'un nouveau Colisée. Il tient aussi, il nous semble, à leur façon d'aborder le problème. Marcel Aubut et le journaliste sportif adoptent la même approche : celle du fonceur. Ils s'opposent à Jean-Paul L'Allier qui suit l'approche du technocrate.

34Le directeur général des Canadiens de Montréal, Serge Savard, a utilisé une expression anglaise pour qualifier le président des Nordiques, Marcel Aubut. Il a déclaré à Claude Larochelle : "Aubut c'est un driver, c'est une force agissante [...] Il met de la grosse action. Il arrive avec une pression difficile à arrêter quand il s'embarque." (Le Soleil, 90-12-22, S-5). En d'autres mots, lorsque Marcel Aubut tient à un projet, il s'intéresse à deux catégories sociales : celle comprenant ses alliés et celle constituée de ceux qui lui opposent une résistance. Le problème selon cette approche est l'existence de la résistance. On surmonte ce problème en exerçant des pressions de façon à ce que celle-ci s'apaise et que l'on puisse mener le projet à terme.

35L'approche du maire Jean-Paul L'Allier est bien différente. On a vu l'importance qu'il accorde à une étude d'opportunité et de faisabilité. Cette étude doit lui permettre de se tracer une position éclairée dans le dossier du nouveau Colisée. En d'autres termes, lorsque Jean-Paul L'Allier aborde un projet, il s'intéresse à une chose : des faits. Le problème selon cette approche est par conséquent de déterminer l'intérêt intrinsèque du projet. On le surmonte grâce à des méthodes objectives et rigoureuses.

36Ainsi, "la guerre entre le maire Jean-Paul L'Allier et le président des Nordiques, Marcel Aubut" (Claude Larochelle, Le Soleil, 91-04-08, S-5) repose en partie sur deux approches incompatibles : celle du fonceur et celle du technocrate. Lorsque le fonceur cherche à exercer des pressions sur le technocrate, celui-ci répond qu'il ne faut pas précipiter les choses. Il faut, selon lui, attendre de connaître les faits avant d'agir. Cette réaction suscite inévitablement un état d'exaspération chez le fonceur. Car pour lui l'important c'est d'agir avec diligence et vigueur afin d'amener ceux qui s'opposent au projet à changer d'opinion.

37L'approche du fonceur donne lieu à une attitude paradoxale du président des Nordiques par rapport à l'étude d'opportunité et de faisabilité. D'une part, il participe au financement de l'étude et d'autre part, il agit comme si elle n'avait aucune importance.

38Il demande par exemple à Jean-Paul L'Allier de devenir un de ses alliés dans le combat qu'il mène pour l'édification d'un nouveau Colisée avant même qu'on ait eu le temps de commencer l'étude d'opportunité. Le 11 avril 1991, Benoît Routhier rapporte que Marcel Aubut veut "que le maire Jean-Paul L'Allier 'embarque dans le bateau' avec lui pour obtenir du gouvernement provincial l'établissement d'une loterie spéciale et les revenus d'éventuels casinos pour financer un nouvel édifice pour les Nordiques" (Le Soleil, 91-04-11, B-l 6).

39Le journaliste sportif a lui aussi adopté l'approche du fonceur. Cette approche suscite l'admiration du chroniqueur Claude Larochelle. Il déclare à propos de Marcel Aubut : "Je l'admire parce qu'il appartient à cette race de défricheurs. C'est un fonceur, un gars qui ne craint pas d'aller de l'avant. Il grouille, il agit, il prend des initiatives. Il bâtit, il construit." (Maurice Dumas, Le Soleil, 89-10-01, S-9). Pour ce journaliste sportif qui aime dire qu'il fait du journalisme de combat (Maurice Dumas, Le Soleil, 89-10-01, S-9), le dossier du nouveau Colisée est devenu le combat de Québec (Le Soleil, 90-12-22, S-5). L'étude d'opportunité et de faisabilité, réduite à son second volet, n'est qu'une formalité pour ce combattant. Nous l'avons déjà souligné, pour lui, lorsque l'étude sera "engagée, il s’agira d'obtenir les appuis pour franchir les autres étapes" (Le Soleil, 90-08-25, S-5). En avril 1991, l'étude n'est pas encore amorcée. Il dénonce néanmoins l'inaction de Jean-Paul L'Allier : "Québec [...] se réfugie dans une valse-hésitation qui laisse tout le monde perplexe". Il ajoute : "On s'explique mal que la ville de Québec ne soit pas intéressée, que le maire L'Allier se réfugie dans une attitude d'inertie alors qu'il devrait être aux premières lignes." (Le Soleil, 91-04-08, S-5).

40Cet extrait montre clairement que le fonceur ne parvient pas à comprendre la démarche du technocrate. Pour le fonceur, l'étude doit servir à donner des armes aux combattants. Le rôle du maire est de s'en servir dans le "combat de Québec". Pour le technocrate, l'étude est un instrument qui permet de déterminer s'il y a lieu de se battre et pour quoi l'on doit se battre. C'est là faire preuve d'inertie pour le fonceur.

  • 7 De tous les articles portant sur le nouveau Colisée publiés dans les pages sportives du Soleil, 78 (...)

41Il n'y a pas que Claude Larochelle qui soit un fonceur dans ce dossier. Le journaliste sportif en général l'a été par la diffusion privilégiée qu’il a accordée à l'argumentation de Marcel Aubut7. Cette diffusion constitue une source de pression pour ceux qui résistent au projet.

Conclusion : le journaliste sportif est-il un journaliste ?

42Au terme de cette analyse, nous devons nous demander s'il est approprié de qualifier ceux qui couvrent le dossier du nouveau Colisée pour les pages sportives du Soleil de journalistes. Il va de soi qu'un journaliste doit garder une certaine distance par rapport à sa source d'information. Il en va de sa crédibilité et de son utilité. En effet, cette distance lui permet de rester neutre dans un débat public et de donner à chaque partie en cause la possibilité d'exprimer adéquatement son point de vue. Elle permet aussi au chroniqueur de prendre place dans le débat à titre de tierce partie.

43Notre analyse montre qu'on n'a pas su garder ses distances par rapport aux Nordiques dans ce dossier.

  1. Le journaliste sportif a épousé le point de vue du président des Nordiques dans le dossier du nouveau Colisée. Ceci a donné lieu à une diffusion nettement privilégiée de son argumentation. De plus, son approche est celle de Marcel Aubut, c'est-à-dire celle du fonceur. Ceux qui ont rejeté cette argumentation et cette approche ont été traités de réactionnaires.
  2. Le journaliste sportif fait de la désinformation. Elle constitue, dans tous les cas relevés, un moyen servant à appuyer le projet du président des Nordiques.

44II existe une autre indication du lien de solidarité unissant le journaliste sportif aux Nordiques. Il s'agit de son attitude passive devant le chantage qui est à la base de l'argumentation de Marcel Aubut. En 1988, à l'occasion de l'achat des Nordiques, Claude Larochelle écrivait : "Marcel Aubut a réussi à stabiliser pour toujours le club de hockey québécois en devenant le propriétaire des Nordiques avec ses associés. Finies les menaces épisodiques de Hamilton, Seattle, Milwaukee, San Francisco !" dit-il. (Le Soleil, 88-11-29, S-5). Comment se fait-il qu'on n'ait pas souligné la contradiction entre le discours du président des Nordiques au moment de l'achat du club et celui tenu au moment de la promotion du projet du Nouveau Colisée ?

45Le journaliste sportif demeure muet sur ce chantage dans un dossier qui est directement relié à celui du Nouveau Colisée, c'est-à-dire la négociation du bail du Colisée. Le 27 mars 1991, Yves Poulin rapporte ces propos de Marcel Aubut : "Ça va prendre des concessions majeures sinon on ne signera pas le bail. Ce serait un véritable suicide." Il ajoute : "On fait tout pour que les Nordiques ne partent pas de Québec. Si ça devient une obligation, c'est parce que d''autres' en autorité (le maire de Québec, Jean-Paul L'Allier) l'auront voulu."(Le Soleil, 91-03-27, S-2).

46Un an et demi plus tôt, Claude Larochelle mettait au jour le scénario qu'auraient imaginé les "mystérieux acheteurs étrangers" qui n'ont pu devenir les propriétaires des Nordiques parce que Marcel Aubut a exercé son droit de préemption. En résumé, ces acheteurs auraient exigé la "(renégociation) à rabais (du) bail de location du Colisée", selon des termes que la ville de Québec ne pouvait accepter. "Ils obtenaient ainsi le bon prétexte pour quitter Québec" (Le Soleil, 88-11-08, S-1). Comment se fait-il qu'on n'ait pas mis en parallèle le scénario hypothétique de 1988 et les menaces réelles de 1991 ? Pourquoi la menace suscite-t-elle une dénonciation lorsqu'elle est attribuée à des acheteurs anonymes et de l'indifférence lorsqu'elle provient de Marcel Aubut ?

47Ce n'est pas tout. Benoît Routhier rapporte que Marcel Aubut ne veut pas s'engager à rester à Québec dans l'éventualité d'un nouveau Colisée. Il écrit qu'au cours d'une émission de ligne ouverte, Marcel Aubut "a laissé entendre que la garantie pourrait prendre la forme de l'assurance que le club restera ici "un minimum d'années" accompagnée de la remise d'une partie des profits de l'entreprise si elle quittait." (Le Soleil, 91-04-11, B-6). Encore une fois, aucun journaliste sportif n‘a jugé bon de donner suite à cette prise de position dans le cadre d'un reportage ou d'une chronique.

48Le fait que le journaliste sportif n'ait pas été alarmé par révocation répétée du départ des Nordiques de la région de Québec est très étonnant. Cela témoigne éloquemment que le journaliste sportif n'a pas pris de recul envers la direction du club.

49Il faut donc reconnaître que le journaliste sportif n'a pas garde ses distances par rapport au club de hockey Les Nordiques dans le dossier du nouveau Colisée. S'il en est ainsi, c'est que le combat des Nordiques est aussi le sien. Son rôle en tant que combattant s'apparente à celui d'agent de communication. C'est pour cela qu'il a pris en considération les intérêts des Nordiques dans son traitement de l'information.

50La réponse à la question : le journaliste sportif agit-il en journaliste dans le dossier du nouveau Colisée ? est par conséquent non ! Il a plutôt agi comme l'agent de communication d'une entreprise privée. L'expression journalisme de combat constitue donc une incongruité dans le cas que nous avons étudié. Elle signifie faire du journalisme à la manière d'un agent de communication.

Postface

51Le combat pour que la construction d'un nouveau Colisée soit financée avec des fonds publics a continué jusqu'en 1995 au moment où une impasse entre les fonceurs et les technocrates a donné lieu à la vente du club a Comsat Entertainment Group qui a déménagé l'équipe à Denver (Colorado) aux États-Unis. La vente, qui a généré des profits évalués à près de 80 millions de dollars canadiens, illustre parfaitement une tendance marquée du sport professionnel nord américain. La présence d'un club sportif dans une ville est aujourd'hui conditionnelle à l'appui de partisans qui doivent remplir l'amphithéâtre sportif, et des gouvernements local, régional et national qui doivent financer la construction de stades de plus en plus grands et même s'engager à éponger les déficits du club. Dans ce contexte, la presse sportive qui adopte une pratique proche de celle de l'agent de communication ne fait que servir les intérêts des propriétaires d'équipes sportives. En effet, ceux-ci jouent nécessairement gagnants dans ce jeu. Soit qu'ils obtiennent des autorités un financement public pour leur entreprise privée, soit qu'ils empochent d'énormes profits en vendant leur équipe.

Annexes

Annexe

Prise de position privilégiée dans les articles du Soleil portant sur le nouveau Colisée selon la section dans laquelle ils ont été publiés (88-09-01 à 91-04-19)

Notes

1 Il a fait ce type de journalisme en épousant "des causes qu'il croyait justes et susceptibles de contribuer à l'émancipation de ses compatriotes francophones. [...] Il a appuyé sans retenue l'aménagement du Mont Sainte-Anne, l'aventure loufoque de l'Association Mondiale de Hockey, les Nordiques, l'agrandissement du Colisée et le projet de Petite-Rivière-Saint-François''. (Maurice Dumas, Le Soleil, 89-10-01, S-9).

2 Nous avons abordé le dossier du nouveau Colisée dans une thèse de doctorat portant sur le journalisme sportif qui a obtenu le soutien financier du Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada (c.r.s.h.c.).

3 Le dossier comprend les articles parus dans Le Soleil à partir du 1er septembre 1988. Les articles dont le numéro de page est précédé de la lettre S ont été publiés dans les pages sportives.

4 Ligue Nationale de Hockey.

5 Voir l'annexe 1.

6 Le Soleil l'a publiée au mois d'avril 1991 (91-04-06, A-21) à la demande de son auteur (Le Soleil, 91-04-06, A-4).

7 De tous les articles portant sur le nouveau Colisée publiés dans les pages sportives du Soleil, 78 % présentent l'approche ou l'argumentation de Marcel Aubut. Seulement 9 % présentent une autre approche ou autre argumentation. Voir tableau à l'annexe 3.

Notes de fin

* Colloque Communication et Sentiment d'Appartenance dans les Municipalités, Québec, le 30 avril 1991.
L'objectif de l'analyse qui fait l'objet de cette communication n'est pas de s'immiscer dans le débat public concernant la construction d'un nouvel amphithéâtre à Québec. Il s'agit plutôt de profiter de ce débat pour observer les agissements du journaliste sportif qui couvre le sport-spectacle en rapport avec sa source d'information privilégiée qui est, dans ce cas-ci, Les Nordiques.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteur

Université Laval

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search