Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 1. Identifications

Les débuts du hockey montréalais, 1875-1917

Michel Vigneault

Texte intégral

  • 1 Renseignements obtenus lors de l'assemblée annuelle de la Society of International Hockey Research (...)

1Le hockey a récemment reçu ses lettres de noblesse de la part du gouvernement canadien, à savoir le "sport national d'hiver", tandis que la crosse en est le pendant estival. Sous le leadership du néo-démocrate Nelson Riess, ce projet de loi privé vient confirmer ce que tous et chacun savaient depuis longtemps. La loi C-212 a été déposée le 27 avril 1994, et a reçu la sanction royale le 12 mai suivant1.

2Cependant, peu de gens connaissent réellement son histoire, principalement en ce qui concerne ses origines et ses débuts d'organisation. Plusieurs, en contrepartie, connaissent l'histoire de la principale ligue professionnelle, la Ligue Nationale de Hockey. Dans ce présent texte, nous tenterons de décrire les grandes lignes de son développement depuis ses origines jusqu'à la création de la l.n.h., tout en s'attardant particulièrement aux aspects montréalais de ce sport, car la ville de Montréal a été son berceau et son principal point central. De plus, nous étudierons les relations entre les deux groupes linguistiques importants que sont les anglophones et les francophones à l'intérieur des structures du hockey.

Les origines

3Le 3 mars 1875, le journal The Gazette publiait un article annonçant la présentation publique d'un nouveau jeu appelé "hockey". C'était alors la première démonstration publique de cette activité pratiquée jusqu'alors seulement par un petit groupe de jeunes gens, pour la plupart étudiants de l'Université McGill. Selon l'article, on a affaire à un groupe qui pratique ce jeu depuis quelque temps déjà. Mais ces jeunes durent apporter quelques modifications à leur nouveau jeu.

4Cette partie devant se produire sur une patinoire intérieure pour la première fois, on décida d'utiliser un bloc de bois en remplacement de la balle de crosse. Puisqu'il y avait des fenêtres le long de l'édifice, et qu'il n'y avait pas de bande le long de la surface glacée, il fallait trouver un objet avec lequel on ne risquait pas de blesser un spectateur, ni de briser les vitres. La balle, utilisée sur les patinoires extérieures, avait tendance à bondir souvent. De plus, on avait introduit les buts de la crosse, à savoir deux bâtons fixés dans la glace d'une hauteur de six pieds et séparés l'un de l'autre de six pieds. Il n'y avait donc pas de filet, ni de barre transversale, et l'arbitre ainsi que les juges de but devaient décider si le but compté était valide ou non. Une autre nouveauté était le jeu de passe arrière puisque l'on utilisait les règlements du rugby, où la passe avant est interdite. Finalement, on avait introduit une nouveauté par rapport aux autres jeux de balle et bâton britanniques connus jusque là, soit le bandy anglais, le hurling irlandais et le shinny écossais : aucun de ces jeux ne possédait un gardien de but. Utilisant les buts de la crosse, il devenait naturel d'utiliser aussi le gardien de but de crosse. Chaque équipe possédait neuf joueurs. Ce fut à partir de ces débuts modestes que le hockey commença son entrée dans le monde canadien.

Document l - Première partie publique de hockey selon The Gazette du 3 mars 1875

  • 2 Gazette, 3 mars 1875, p. 3.

Victoria Rink - A game of hockey will be played at the Victoria Skating Rink this evening between two nines chosen from among the members. Good fun may be expected, as some of the players are reputed to be exceedingly expert at the game. Some fears have been expressed on the part of intending spectators that accidents were likely to occur through the bail flying about in too lively manner, to the imminent danger of lookers on, but we understand that the game will be played with a fiat circular piece of wood, thus preventing ail danger of its leaving the surface of the ice2.

Document 2 - Résultat de la première partie publique de hockey

  • 3 Gazette, 4 mars 1875, p. 3.

Hockey - At the Rink last night a very large audience gathered to witness a novel contest on the ice. [...] Hockey is played usually with a bail, but last night, in order that no accident should happen, a fiat block of wood was used, so that it should slide along the ice without rising, and thus going among the spectators to their discomfort. The game is like lacrosse in one sense - the block having to go through flags placed about 8 feet apart in the same manner as the rubber bail - but in the main the old country game of shinty gives the best idea of hockey. The players last night were eighteen in number - nine on each side - and were as follows : Mssrs Torrance (captain), Meagher, Potter, Goff, Barnston, Gardner, Griffin, Jarvis and Whiting. Creighton (captain), Campbell, Esdail, Joseph, Henshaw, Chapman, Powell and Clouston. The match was an interesting and well-contested affair, the efforts of the players exciting much merriment as they wheeled and dodged each other, and notwithstanding the brilliant play of Captain Torrance's team, Captain Creighton's men carried the day, winning two games to the single of the Torrance nine. The game was concluded about half past nine, and the spectators then adjourned well satisfied with the evening's entertainment3.

  • 4 FITSELL B. Hockey's Captains, Colonels & Kings. Erin, Ont. : The Boston Mills Press, 1987, p. 33.
  • 5 MACDONALD D.A.L. "The Winter Stadium", McGill News, no 38, Winter 1956, p. 21.
  • 6 FITSELL B, op. cit., p. 73.

5De la liste des noms cités par The Gazette (document 2), il faut retenir celui de James George Aylwin Creighton. Originaire de Halifax, il s'établit à Montréal en 1872 comme ingénieur. Cinq ans plus tard, il entreprend son diplôme de droit à l'Université McGill. Par la suite, on le retrouve à Ottawa en 18824. Selon un autre joueur de cette partie historique, Henry Joseph, c'est Creighton qui est à l'origine du hockey montréalais, car ce jeu est fort populaire à Halifax5. Il semble que l’on y jouait une forme de shinny. Cependant, à Montréal, il transforme ce jeu pour lui donner une nouvelle forme. À Ottawa, il forme une équipe composée de fonctionnaires fédéraux, appelée Rideau Rebels, dont les deux fils de Lord Stanley sont des joueurs6.

6Pour quelques historiens, Creighton a importé le hockey tel que joué à Halifax dans la métropole ; mais selon plusieurs autres, les deux formes étaient très différentes l'une de l'autre. Comme nous le verrons plus loin, c'est de la forme montréalaise que dérive le hockey d'aujourd'hui. Cependant, tous s'accordent pour dire que Creighton est vraiment le père du hockey, et qu'il devrait être élu au Temple de la Renommée du Hockey comme bâtisseur.

7Le hockey ne sera le fait que d'un petit groupe de jeunes gens, mené par Creighton, jusqu'au début des années 1880. C'est alors que le hockey va prendre de l'expansion, principalement grâce au Carnaval de Montréal.

Le Carnaval de Montréal

  • 7 DUFRESNE S. Le Carnaval d'Hiver de Montréal, 1883-1889. Mémoire de M.A.U.Q.A.M., 1980.
  • 8 Gazette, 28 janvier 1883, p. 8.
  • 9 Gazette, 5 février 1884, p. 5.
  • 10 Gazette, 2 février 1885, p. 5.
  • 11 Gazette, 28 janvier 1883, p. 8.

8Ce carnaval fut lancé à l'initiative des clubs de raquettes anglophones de Montréal pour la promotion de la ville à travers l'Amérique du Nord7. Il fut établi entre 1883 et 1889, mais le hockey n'y fut une activité que lors des trois premiers seulement. On y organisa le premier tournoi d'une durée d'une semaine, soit à la fin de janvier ou au début de février. Les équipes de Montréal étaient plus nombreuses que celles de l'extérieur. Lors du premier tournoi, trois équipes furent présentes : l'Université McGill, les Victorias de Montréal et Québec8. Au deuxième tournoi, on comptait les Victorias de Montréal, les Wanderers de Montréal, les Crystals de Montréal, l'Université McGill et Ottawa9. Finalement, en 1885, le tournoi comprenait les équipes : les Victorias de Montréal, le Montreal Hockey Club, (m.a.a.a.) le Montreal Football Club, l'Université McGill, les Crystals de Montréal et Ottawa10. L'Université McGill sortit vainqueur du premier tournoi, et remporta alors le premier trophée jamais offert pour le hockey11, dont le Musée McCord est aujourd'hui dépositaire. Ottawa remporta le second tournoi, alors que le Montreal Hockey Club, équipe affiliée à la Montreal Amateur Athletic Association, gagna difficilement le dernier tournoi.

  • 12 Montreal Daily Star, 5 janvier 1886, p. 9.

9En 1886, on relance un tournoi mais sur de nouvelles bases. Quatre équipes de Montréal (m.a.a.a., Victorias, McGill et Crystals) s'affrontent dans des rencontres tout au long de la saison, au lieu d'une semaine à l'intérieur du carnaval. Le gagnant affrontera en mars le gagnant entre Ottawa et Québec.12 Les Crystals gagneront contre Québec dans ce qui sera le prélude à l'organisation d'une ligue.

  • 13 Gazette, 27 janvier 1883, p. 8.
  • 14 Gazette, 5 février 1884, p. 5.

10Le tournoi du Carnaval de Montréal inaugure donc l'organisation structurée du hockey, et popularisera le hockey tel que joué à Montréal, car il existe alors plusieurs formes de jeu. Mais le hockey a subi quelques changements, dont le plus grand sera le nombre de joueurs. En 1883, Québec se présente à Montréal avec seulement sept joueurs, forçant ainsi les autres équipes à enlever deux joueurs de leur formation13. Le comité organisateur de 1884 décide d'établir un règlement pour le hockey, la reconnaissance du jeu à sept joueurs, ce qui ne fait pas le bonheur de tous, dont l'équipe de McGill qui ne comprend pas pourquoi puisque l'on joue sur sa patinoire extérieure, d'une dimension de 250 pieds par 130 pieds14, soit plus grande que la patinoire Victoria (200 x 85 pieds).

11Avec la tenue d'un nouveau genre de tournoi en 1886, on annonce la venue d'une organisation plus structurée, et la tenue de parties tout le long de la saison, non plus seulement des défis entre équipes en dehors du tournoi du Carnaval.

Les premières ligues organisées

  • 15 "The Dominion Association. The rules and working of the new institution", Gazette, 23 décembre 188 (...)

12En décembre 1886, les équipes qui s'affrontaient la saison précédente décident de créer la première ligue qui confirmera un calendrier de parties, l'Amateur Hockey Association of Canada. Cinq équipes entreront dans cette ligue : Crystals, m.a.a.a., McGill, Victorias et Ottawa.15 Québec ne joindra la ligue qu'en 1890. Quelques autres quitteront et reviendront, d'autres se joindront pour quelques saisons. Mais régulièrement, il y a quatre équipes de Montréal, en plus des équipes d'Ottawa et de Québec.

  • 16 national hockey league. Official Guide and Record Book, 1993-94. Toronto : N.H.L., 1993, p. 210.
  • 17 Ibid., p. 210.

13En 1893, le Gouverneur-Général du Canada, Lord Stanley, veut récompenser le champion canadien par un trophée appelé : "Dominion Hockey Challenge Trophy". La ligue possède son propre trophée, le "Canadian Senior Amateur cup", mais ce nouveau trophée sera débattu entre les champions de ligue à travers le Canada. Comme l'équipe favorite du Gouverneur-Général, les Senators d'Ottawa, ont une bonne chance de remporter le championnat de l'a.h.a.c., la coupe Stanley sera décernée aux champions de cette ligue. Malheureusement, le m.a.a.a. remporte le championnat et la coupe. La première partie disputée pour la conquête du fameux trophée ne se fera qu'à la saison suivante quand le champion de l'a.h.a.c., le m.a.a.a., affrontera le champion de l'Ontario Hockey Association, les Capitals d'Ottawa, le 22 mars 1894. L'équipe montréalaise l'emportera pour conserver à nouveau le trophée16. Cependant, le trophée change de main la saison suivante, passant aux Victorias de Montréal, nouveaux champions de l'a.h.a.c.17 Un règlement de Lord Stanley pour diriger les destinées du trophée stipule que l'équipe détentrice doit remettre le trophée au champion de sa ligue si cette équipe ne termine pas au premier rang. Ceci se produira en 1895, et se répétera en 1899. Même si le m.a.a.a. a défendu un défi durant la saison 1895 contre l'Université Queen's, il doit remettre le trophée aux Victorias. La coupe Stanley est alors un trophée qui se dispute par des défis tout au long de la saison, ce qui explique pourquoi il y a deux gagnants dans une saison en quelques occasions. Seules les équipes championnes ont droit de défier l'équipe détentrice, mais en passant par deux délégués nommés par Lord Stanley pour la direction des défis. Il s'agit alors de deux personnes d'Ottawa, le journaliste Philipp Danksen Ross, et le shériff John Sweetland. Ces deux personnes doivent par la suite nommer leur successeur, ce qui se fait toujours, bien que la l.n.h. en soit le seul contestataire depuis 1926. À compter de 1914, deux ligues seulement se disputaient la coupe Stanley, l'Association Nationale de Hockey, ancêtre de la l.n.h., et la Pacific Coast Hockey League des frères Lester et Frank Patrick. À la mort de la p.c.h.l. en 1926, la l.n.h. a hérité des joueurs de cette ligue et la possession incontestée de la coupe Stanley.

Document 3 - Règlements régissant la coupe Stanley, 1903

Deed of gift
The then Governor-General, the Earl of Derby, before his departure from Canada in 1893 donated a challenge cup to be held from year to year by the championship Hockey Club of the Dominion. He appointed Sheriff Sweetland and Mr. P.D. Ross, of Ottawa, to act as trustees of the Cup, and requested them to suggest conditions to govern the competition. Meanwhile His Excellency directed that in 1893 the cup should be presented to the m.a.a.a. Hockey team of Montreal, champions of the a.h.a. of Canada to be held by them until the close of the ensuing year. His Excellency laid down the following preliminary conditions :

His Excellency's Conditions
1- The winners to give bond for the return of the cup in good order when required by the trustees for the purpose of being handed to any other team who may in turn win.
2- Each winning team to have at their own charge engraved on a silver ring fitted on the cup for the purpose the name of the team and the year won.
[...]
3- The cup shall remain a challenge cup, and will not become the property of any team, even if won more than once.
4- In case of any doubt as to the name of any club to claim the position of champions, the cup shall be awarded by the trustees as they may think right, their decision being absolute.
5- Should either trustee resign or otherwise drop out, the remaining trustee shall nominate a substitute.

Lord Stanley, in view of the tact of several hockey associations existing in Canada, also asked the trustees to arrange means of making the cup open to ail, and thus representative of the hockey championship as completely as possible, rather than of any one association.

Trustees' Regulations
In dealing with challenges and matches since 1893, the trustees have observed the following principles :

  1. So far as the Amateur Hockey Association of Canada is concerned, the cup goes with the championship each year, without the necessity of any special or extra contest. Similarly in any other association.
  2. Challenges from outside the Amateur Hockey Association of Canada are recognized by the trustees only from champions clubs of senior provincial associations, and in the order received.
  3. When a challenge is accepted, the trustees desire the two competing clubs to arrange by mutual agreement ail terms of the contest themselves such as a choice of date, of rink, division of the gate money, selection of officials, etc. The trustees do not wish to interfere in any way, shape, or form if it can be avoided.
  4. Where competing clubs fail to agree, the trustees have observed, and will continue to observe, as far as practicable, the following principles :
    1. Cup to be awarded by the result of one match, or of best two out of three, as seems fairest as regards other fixtures. The trustees would be willing, however, if desired, to allow the contest to be decided by a majority of the goals scored in two matches only (instead of by the best two matches in three).
    2. Contest to take place on ice in the home City, the date or dates and choice of rink to be made or approved by the trustees,
    3. The net gate money given by the rink to be equally divided between the competing teams.
    4. If the clubs fail to agree on a referee, the trustees to appoint one from outside the competing cities, the two clubs to share the expense equally.
    5. If the clubs fail to agree on other officials, the trustees to authorize the referee to appoint them, the expense, if any, to be shared equally by the competing clubs.
    6. No second challenge recognized in one season from the same hockey association18.

14Comme on peut le constater, les règlements émis par les deux fiduciaires, ainsi que par Lord Stanley, ont permis d'établir une uniformité à travers le Canada pour la reconnaissance du hockey tel que joué au Québec et en Ontario. Dès 1896, une équipe de l'extérieur de l'a.h.a.c. gagna la coupe Stanley, soit les Victorias de Winnipeg, qui répéteront leur exploit en 1901. Cependant, seulement ces deux ligues, l'a.h.a.c. et la Manitoba Hockey League seront les vainqueurs de la coupe avant la venue de la p.c.h.l. en 1914. Mais grâce à la coupe Stanley, le hockey devient un sport populaire à travers le Canada, et la forme montréalaise du jeu prend ainsi le dessus sur toutes les autres formes de jeu similaires.

  • 19 "New League set about matters in the right way", Gazette, 15 décembre 1898, p. 2.

15L'a.h.a.c. se sabordera en 1899 pour devenir la Canadian Amateur Hockey League suite à un conflit entre les équipes de la ligue19. Les équipes seniors avaient organisé des ligues juniors, en 1887, et intermédiaires, en 1892, pour les plus jeunes joueurs. Mais certaines équipes intermédiaires avaient des visées vers le hockey senior, ce qui ne plaisait pas aux anciennes équipes. La ligue intermédiaire devait servir de tremplin pour de nouvelles équipes vers le hockey senior. Avec le refus des équipes seniors d'accepter de nouveaux partenaires, on en vint à créer de nouvelles ligues concurrentes.

  • 20 "Form new league also new club", Gazette, 2 décembre 1903, p. 2.
  • 21 "La ligue est formée. Six clubs en feront partie", La Patrie, 12 décembre 1905, p. 2.
  • 22 "Call to hockey men", Gazette, 6 novembre 1906, p. 2.
  • 23 "Hockey men created a real Frankenstein", Montreal Daily Star, 20 décembre 1907, p. 2.
  • 24 "La nouvelle ligue", La Patrie, 17 janvier 1910, p. 2.
  • 25 "La ligue canadienne a vécu", La Patrie, 17 janvier 1910, p. 2.

16En 1904, une nouvelle ligue senior voit le jour autour de dissidents des Victorias de Montréal et du m.a.a.a. qui formaient alors les Wanderers de Montréal et la Ligue Fédérale20. Cette ligue durera jusqu'en 1908. Les Wanderers joindront la c.a.h.l. en 1906, qui changera alors de nom pour la Eastern Canada Amateur Hockey League21. Mais les Wanderers, à la fin de la saison 1906, se déclareront professionnels22. Ce geste ne surprend personne car ce fut une des raisons de la formation des Wanderers par les dissidents des clubs m.a.a.a. et Victorias. Le mot "Amateur" disparaîtra alors du nom de la ligue en 190823. Les Wanderers seront encore à l'origine d'un autre problème à l'aube de la saison 1910. La e.c.h.a. décide de les mettre à la porte en changeant encore de nom pour Canadian Hockey Association. Les Wanderers se tourneront alors vers le nord de l'Ontario et formeront avec Renfrew, Cobalt et Haileybury la National Hockey Association24. Cependant, après deux semaines d'activités, en janvier 1910, les deux ligues fusionnent et la n.h.a. sera la grande gagnante25. Le hockey professionnel a donc débuté pour de bon à Montréal en 1907 avec les Wanderers. qui seront à l'avant-garde de bien des changements.

Les débuts du hockey francophone

  • 26 "Le National Hockey Club", Gazette, 13 décembre 1894, p. 2.

17On peut le constater, nous n'avons évoqué que le hockey joué par l'élite anglophone de Montréal. Que se passerait-il chez les francophones ? Il faudra attendre 1895 pour voir une première organisation chez ces derniers. Le club Le National, formé en 1894, lance l'idée d'organiser une équipe de hockey pour ses jeunes26. Les joueurs seront pris au collège du Mont-St-Louis, où la moitié des étudiants, et des joueurs, sont d'origine irlandaise.

  • 27 METCALFE A. Canada Learns to play. Toronto : McClelland and Stewart 1987, p. 196.
  • 28 VIGNEAULT M. La diffusion culturelle du hockey à Montréal, 1890-1910. M.H.K. Thesis. University of (...)

18Les Irlandais possèdent leur propre club sportif, le Shamrock, qui a débuté à la crosse en 1867, et qui brille à ce sport depuis27. En 1891, le club lance son équipe de hockey dans l'a.h.a.c. Cependant, il se retire pour la saison 1893. Il y reviendra en force en 1895 après avoir fusionné avec les Crystals en mi-saison. En 1899 et en 1900, les Shamrocks gagnent la coupe Stanley avec un nouveau style de jeu, qui a son origine au collège Sainte-Marie. Ce collège, dirigé par les Jésuites, est très actif en sport. Une grande partie des étudiants sont irlandais. Ceux-ci montrent à leurs confrères francophones comment jouer à la crosse et au hockey puisqu'ils partagent la même cour de récréation, mais non les mêmes salles de cours. L'éducation des Irlandais se fait en anglais. L'équipe du collège de 1894 et 1895 est entièrement irlandaise, alors que celle de 1896 compte trois francophones. De plus, certains étudiants forment une équipe indépendante, les Orioles, qui est bilingue en 1896. Les Jack Brennan, Arthur Farrell, Harry Trihey et Ernest Pagnuelo joueront pour les Shamrocks. Se joignent à eux les Louis Belcourt et Frank Tansey du collège de Mont-St-Louis. Pagnuelo et Belcourt seront ainsi les premiers francophones à jouer dans l'a.h.a.c. en 1897. Cependant, ces deux joueurs ne seront pas avec l'équipe gagnante en 1899. Mais c'est grâce aux Irlandais que les francophones deviendront des joueurs de hockey de haut niveau28, car il faudra attendre 1904 avant de voir une équipe francophone dans les rangs seniors.

Equipes de Sainte-Marie, 1894, 1895 et 1896

1894

1895

1896

Jack Brennan

Lorne Campbell

Arthur Farrell

Arthur Farrell

Dustan Gray

Dustan Gray

Harty

William Hingston

Georges Magnan

Walter Kiernan

D'Arcy McGee

D'Arcy McGee

D'Arcy McGee

John Meagher

J. Mercier

Hugh Semple

William O'Brien

William O'Brien

Harry Trihey

Harry Trihey

Ernest Pagnuelo

Harry Trihey

Equipes championnes des Shamrocks, 1899 et 1900

1899

1900

Jim McKenna

Jim McKenna

Frank Tansey

Frank Tansey

Frank Wall

Frank Wall

Harry Trihey

Harry Trihey

Arthur Farrell

Arthur Farrell

Fred Scanlan

Fred Scanlan

Jack Brennan

Jack Brennan

Charles Hœrner

John Dobby

  • 29 "Le Montagnard", La Presse, 25 novembre 1897, p. 2.

19Entre-temps, une autre organisation se lance aussi dans le hockey. En 1898, le club de raquette Le Montagnard se construit une patinoire, et décide d'organiser trois équipes pour jouer dans autant de ligues29. Presque tous les joueurs proviennent du collège Sainte-Marie. Le Montagnard, contrairement au National, jouera à toutes les saisons jusqu'en 1907.

  • 30 "At the Montagnard rink", Montreal Daily Star, 1 février 1899, p. 2.

20Pour bien démontrer les liens entre les deux groupes ethniques, les Shamrocks acceptent de rencontrer le Montagnard dans une rencontre hors-concours durant la saison 1899. L'équipe irlandaise est en voie de remporter sa première coupe Stanley. Pour équilibrer les chances, les Shamrocks alignent Hector Dalbec pour remplacer Jack Brennan, alors que Stephen Kent, un ancien joueur des Shamrocks, et Eddie Cummings s'alignent pour l'équipe francophone. Naturellement, les étudiants du Sainte-Marie qui forment la majorité du Montagnard ne sont pas assez fort pour les Irlandais30.

  • 31 "Les Lavais à l'œuvre", La Patrie, 24 janvier 1900, p. 8.
  • 32 "Laval est officiellement admis dans la ligue interuniversitaire", La Presse, 9 décembre 1907, p.  (...)

21Les étudiants des collèges classiques poursuivent leurs études au niveau universitaire. Ainsi, la succursale de l'Université Laval de Montréal, qui deviendra l'Université de Montréal en 1920, se lance aussi à I aventure du hockey en 190031. Naturellement, ce sont les joueurs des années 1895-99 qui formeront le noyau de l'équipe de l'université. L'Université Laval de Montréal sera finalement intégrée, après plusieurs tentatives infructueuses, à la ligue universitaire en 190832, ligue créée cinq ans plus tôt, qui comprend le "Big Three" : McGill, Toronto et Queen's de Kingston.

  • 33 "Admission du National, du Montagnard et de la P.A.A.A.", La Presse, 10 décembre 1900, p. 3.
  • 34 "Les Montagnards sont vainqueurs, mais les Montreal sont champions", La Patrie, 23 février 1901, p (...)
  • 35 VIGNEAULT M. "Hockey in 19th Century Montreal : the emergence of French-Canadian organizations". T (...)

22Le Montagnard et le National se font une lutte pour les meilleurs joueurs francophones disponibles. Dès 1901, les deux équipes sont acceptées dans la ligue intermédiaire de la c.a.h.l.33 Le Montagnard sort gagnant de cette première confrontation en remportant le championnat de sa division devant, dans l'ordre, McGill, Pointe-St-Charles et le National. Cependant, le Montagnard s'incline en demi-finale de la ligue contre le m.a.a.a. au total des buts en deux rencontres34. Ce succès s'explique par la présence des étudiants du collège Ste-Marie avec le Montagnard, joueurs qui ont deux ou trois saisons d'expérience contre une saison pour ceux du National qui proviennent de l'International Business College35.

  • 36 "Chez le Montagnard", La Presse, 18 décembre 1902, p. 3.

23Le Montagnard se retire de la ligue intermédiaire après la saison 1902 suite à un autre conflit entre les clubs intermédiaires et seniors. Les Aberdeens d'Ottawa sont les champions intermédiaires de 1902 et tentent alors d'intégrer la c.a.h.l., mais malgré un règlement voté en début de saison pour l'acceptation du champion intermédiaire dans la ligue senior, les équipes seniors décident de refuser l'entrée aux Aberdeens36.

  • 37 GUAY D. Histoire du Hockey au Québec. Chicoutimi : Éditions J.C.L., 1990, p. 246.
  • 38 Ibid., p. 247
  • 39 "New seniors club le Montagnard", Gazette, 26 octobre 1905, p. 2.
  • 40 "Les Nationals se retirent", La Patrie, 26 janvier 1905, p. 2.
  • 41 "Montagnards and Nationals have met", Montreal Daily Star, 30 janvier 1906, p. 2.

24En 1904, avec la création de la Ligue Fédérale, le National est invité à se joindre à la nouvelle ligue. Les deux clubs francophones décident alors de s'unir pour aider le National37. Ainsi, les meilleurs joueurs des deux clubs se retrouvent sous la même couleur, le pourpre du National. Le National fait belle figure, terminant deuxième, derrière les Wanderers. Avec ce succès, le National est admis dans la c.h.a.l. dès 190538. Mais le Montagnard se voit octroyer la place vacante dans la Ligue Fédérale, terminant l'union entre les deux clubs39. Le National doit se retirer de la c.h.a.l. après trois parties car ses meilleurs joueurs dont Didier Pitre, ont quitté pour une autre ligue40. Ils ont joint les rangs de l'International Hockey League, qui se veut être une ligue professionnelle aux États-Unis, ligue créée en 1904. Le Montagnard est alors le seul club francophone de niveau senior entre 1905 et 1907. Le National continue malgré tout en jouant des parties hors-concours et des défis. En T 906, les deux clubs se lancent un défi, que le National remporte, mais le fait saillant de cette rencontre est la violence entre les deux clubs41.

  • 42 La Presse, 8 mars 1907.

25Finalement, en 1907, le Montagnard a une équipe championne. Il remporte le championnat de la ligue fédérale. Mais son succès est éphémère car les autres équipes de la ligue, Cornwall, Morrisburg et les Victorias d'Ottawa se liguent contre l'équipe francophone en lui faisant perdre trois parties par des protêts42. Cornwall est le champion reconnu par la ligue. Si le titre de champion était revenu au Montagnard, il aurait pu jouer pour la coupe Stanley contre les Wanderers de Montréal, détenteurs du trophée.

  • 43 "Le club de hockey Laval", La Presse, 23 novembre 1907, p. 9.

26Le Montagnard décide alors de se retirer du hockey, mais pas totalement. En 1908, il prête sa patinoire gratuitement aux équipes de l'Université Laval de Montréal et McGill43. L'université francophone vient de joindre la ligue universitaire grâce à l'appui de McGill et du Montagnard. D'ailleurs, la plupart des joueurs de l'université jouaient pour le Montagnard l'année précédente.

  • 44 "Le National fait bonne figure", La Presse, 11 mars 1909, p. 3.

27De son côté, le National n'a pas démissionné encore du hockey. En 1909, on organise une partie entre les meilleurs éléments francophones et les champions de la coupe Stanley, les Wanderers. Alors qu'on annonce cette partie, personne ne sait vraiment qui est derrière cette organisation. Finalement, les joueurs se présentent sur la glace du Jubilé avec le chandail du National sur le dos. On veut alors prouver qu'il est possible d'organiser une équipe francophone professionnelle qui serait capable de battre les meilleures équipes anglophones. Les Wanderers l'emportent au compte de 9-844.

  • 45 "Five Leagues here", Gazette, 27 novembre 1909, p. 2.
  • 46 "La nouvelle ligue", La Patrie, 3 décembre 1909, p. 2.
  • 47 "There is talk of extending the National Hockey Association and taking another club", Montreal Dai (...)
  • 48 O'BRIEN A. Les Canadiens. Montréal : McGraw-Hill, 1972, p. 9.
  • 49 "The Pitre decision and lacrosse", Montreal Daily Star, 26 février 1910, p. 14.
  • 50 "Le National n'existe plus", La Patrie, 18 janvier 1910, p. 2.

28Ainsi, pour la saison 1910, le National se voit accepter dans l'ancienne ligue senior, maintenant connue sous le nom de Canadian Hockey Association45. Mais les Wanderers viennent de former une nouvelle ligue, la National Hockey Association, qui veut concurrencer l'ancienne ligue. Pour ce faire, les Wanderers se joignent aux clubs du nord de l'Ontario, et décident d'organiser une nouvelle équipe à Montréal pour attirer les spectateurs à la patinoire Jubilé, située dans l'est de la ville. Cette équipe sera entièrement francophone, et portera le nom de Canadien46. Jack Laviolette en sera le capitaine. Une lutte s'engage entre les deux équipes professionnelles francophones pour les joueurs. À quelques jours du début de la saison, les deux équipes annoncent leurs joueurs, dont les noms se retrouvent souvent sur les deux équipes47. Didier Pitre est un cas spécial. Ami de longue date de Laviolette, ils ont joué ensemble pour le National, Sault-Ste-Marie dans l'International Hockey League, et pour les Shamrocks en 1908, Pitre accepte de joindre le Canadien. Mais en route pour Montréal, le 12 décembre 1909, en partance de sa ville natale de Sault-Ste-Marie, il est intercepté à North Bay par Alphonse Lecours, le président du National, alors que Laviolette l'attend à Ottawa. Lecours lui fait signer un contrat. À son arrivée à Ottawa, il dit à son ami qu'il vient de signer pour le National, mais Laviolette lui promet plus d'argent et Pitre signe alors aussi pour le Canadien48. Le National va donc en cour pour disputer la légalité du contrat de Pitre. Une injonction lui interdit de jouer pour le Canadien, le 5 janvier 1910, soit le premier match de cette équipe. Il décide d'aller outre l'injonction et saute sur la glace du Jubilé dans l'uniforme bleu du Canadien. Finalement, en février 1910, la cour reconnaît la légalité du contrat que Pitre a signé pour le Canadien, et il reste avec cette équipe49. De toute façon, la décision de la cour n'aurait rien changé, car le National ne jouait plus depuis le 15 janvier 1910. Les Shamrocks et les Senators d'Ottawa avaient décidé de changer de ligue. Le National, les All-Montreal et les Bulldogs de Québec se retrouvaient seul dans la c.h.a. Le National se vit offrir la concession du Canadien à la condition de payer les joueurs du Canadien et de jouer au Jubilé, ce que les dirigeants du National refusèrent50. Les Bulldogs de Québec vont joindre la n.h.a. en 1911, tandis que Haileybury, Cobalt et les Shamrocks se retiraient de cette ligue la même saison.

  • 51 "Il exercera ses droits", Le Devoir, 5 novembre 1912, p. 4.
  • 52 GUAY D. op. cit., p. 106.

29Le Canadien devient alors la seule équipe de haut niveau pour les francophones, puisque Québec était une équipe irlandaise. Le Canadien se voyait obtenir en premier les meilleurs joueurs francophones, mais rien ne l'empêchait de signer aussi des joueurs anglophones. En 1913, un règlement entre les équipes de la n.h.a. intervint offrant au Canadien de pouvoir signer les meilleurs joueurs francophones et deux joueurs anglophones, tandis que les autres équipes pouvaient signer deux joueurs francophones51. Auparavant en 1912, la n.h.a. changea le règlement du nombre de joueurs passant de sept à six52.

  • 53 "La N.H.A. subit de grands remaniements", Le Devoir, 12 février 1917, p. 8.

30Toronto se joignait à la ligue en 1913 avec deux équipes. Mais, en 1917, les deux équipes de Ville-Reine causèrent des problèmes à la n.h.a. L'une des deux équipes était formée de joueurs qui avaient signé pour l'armée canadienne, puisqu'en plein conflit mondial. Le 228e Bataillon de Toronto devait cesser ses activités en février 1917 car il était appelé au front en Europe. Les Blueshirts de Toronto étaient bannis de la ligue au même moment car son propriétaire, Eddie Livingston, n'était plus aimé par les autres propriétaires suite à certaines irrégularités53. Livingston se battra en cour pour gagner son point. Les dirigeants de la n.h.a. décidèrent alors de laisser le propriétaire de Toronto seul avec cette ligue. Ils formèrent alors la Ligue Nationale de Hockey en novembre 1917. Une nouvelle équipe de Toronto fut acceptée, les Arenas, mais Livingston était derrière le groupe, ce que les dirigeants de la nouvelle ligue n'apprirent que plus tard.

Autres ligues montréalaises54

  • 54 Pour les deux prochaines sections, les données ont été recueillies par l'auteur dans le cadre de s (...)

31Suite à la création de l'a.h.a.c. en 1887, nous avons évoqué les principales ligues seniors amateurs et professionnelles. Cependant, à Montréal, plusieurs autres ligues de tous niveaux et catégories ont été organisées selon les besoins du temps.

32Après la ligue junior de l'a.h.a.c., en 1888, on voit apparaître la Ligue de Commerce de Détail (Wholesale Dry Goods Hockey League) et la ligue des compagnies d'assurances en 1891. D'autres ligues commerciales suivront quelques années plus tard, dont la ligue des banques (1900), la ligue mercantile (1903), la ligue commerciale (1903) et la ligue des munitions (1916).

33Les chemins de fer organisent aussi leur propre ligue, d'abord pour les différents services de la compagnie (Grand Tronc - 1896 ; Canadien Pacific - 1899), ensuite entre les différentes compagnies (1900).

34La saison 1894 marque le début d'autres ligues organisées par de nouveaux clubs, principalement au niveau junior, telle que l'Independent Junior Hockey et la St Lawrence Hockey League. On compte aussi une ligue militaire formée par les corps de milice de la ville.

35Les écoles secondaires et primaires anglo-protestantes organisent leurs ligues en 1899, en même temps que le collège Sainte-Marie le fait pour ses activités intra-murales.

36Mais ce n'est que dans les années 1910 que l'on trouve deux ligues seniors presque totalement francophones, les ligues de la Cité et de Montréal. Quelques équipes anglophones s'y joignent, et elles forment alors les futurs joueurs professionnels de la n.h.a. car le système de club-ferme n'existe pas encore.

37Toutes ces ligues n'apparaissent pas spontanément. Pour la plupart, elles sont formées à la suite de nombreux défis entre certaines équipes qui décident alors d'organiser un calendrier de rencontres entre elles. Il s'agit donc d'un processus sur deux ou trois saisons avant d'en venir à la conclusion qu'une ligue serait mieux pour tous.

38À partir du tableau 1, on se rend compte qu'il y a une certaine progression du nombre de ligues et d'équipes dans ces ligues. Mais ce n'est qu'en 1909 que l'on compte une majorité d'équipes montréalaises dans des ligues, au lieu d'être indépendantes. Ainsi donc, les équipes de Montréal préféraient malgré tout relever des défis plutôt que de jouer sur une base régulière. Cela est particulièrement vrai pour les équipes francophones, qui ne seront majoritaires qu'à compter de 1910, par rapport aux équipes anglophones, comme le démontre le tableau 2. Cependant, on compte une majorité de joueurs anglophones à Montréal encore en 1917.

39En fait, et le tableau 2 le démontre clairement, les équipes francophones n'étaient principalement dans des ligues qu'à compter de 1911, alors que les équipes anglophones ont choisi de s'organiser dans des ligues dès 1899.

40C'est ainsi que les ligues d'équipes francophones ne seront stables que durant la décennie 1910, alors, qu'auparavant, les ligues francophones ne duraient souvent qu'une saison, tout comme pour les équipes. On pourrait ainsi croire que les francophones sont réfractaires à l'organisation mise en place par les anglophones depuis 1890. Ceci reste encore à être étudié plus en détail.

Tableau 1 - Nombre de ligues et d'équipes à Montréal, 1887-1917

Saisons

# ligues

# équipes

# total d'équipes à Montréal

1887

1

4

10

1888

2

8

24

1889

2

7

26

1890

2

8

32

1891

4

20

30

1892

4

15

40

1893

3

9

35

1894

7

28

58

1895

7

25

76

1896

9

36

86

1897

8

26

88

1898

11

47

108

1899

16

80

181

1900

14

77

175

1901

11

61

155

1902

10

61

170

1903

13

74

180

1904

17

92

240

1905

17

87

213

1906

17

82

1 71

1907

13

64

159

1908

17

88

191

1909

20

116

228

1910

24

137

258

1911

29

149

231

1912

34

174

270

1913

21

107

254

1914

18

116

205

1915

24

122

238

1916

27

140

257

1917

27

116

232

  • 55 Ces chiffres peuvent différer un peu du tableau précédent, car on tient compte ici de l'ethnie maj (...)

Tableau 2 - Nombre d'équipes dans des ligues et indépendantes à Montréal, 1887-191755

Tableau 2 - Nombre d'équipes dans des ligues et indépendantes à Montréal, 1887-191755

Figure 1 - Les patinoires de Montréal (1855-1917)

Figure 1 - Les patinoires de Montréal (1855-1917)

D'après M. Vigneault - CESURB -

Les patinoires de Montréal

41Un autre aspect important pour jouer au hockey tut la construction des patinoires. On perçoit une centralisation des patinoires dans le centre-ville de Montréal entre 1885 et 1894. Ce quartier est occupé, en grande partie, par la bourgeoisie anglophone, qui est la seule à posséder du temps libre pour la pratique de ce sport. Les francophones n'y sont pas encore intéressés, comme nous l'avons vu précédemment.

42Ainsi, entre 1895 et 1910, les patinoires se propagent vers les quartiers à forte concentration francophone, malgré que le centre-ville conserve encore sa large part des patinoires montréalaises. L'organisation de l'aqueduc durant ces années permet l'arrosage régulier des patinoires, car la glace artificielle ne fera son apparition à Montréal qu'en 1915, et seulement pour l'Arena de Westmount où jouaient les équipes professionnelles de la n.h.a.

43Avec l'organisation plus stable du hockey francophone, à partir de 1911, on dénombre des patinoires dans presque tous les quartiers de Montréal, ainsi que dans plusieurs villes de banlieue.

44On note donc que le hockey atteint une popularité croissante, mais la majorité des joueurs, en 1917, est encore anglophone. Il faudra sans doute attendre encore quelques saisons pour trouver une majorité de joueurs francophones à Montréal. L'expansion des patinoires, à partir du centre-ville, a presque atteint tous les coins de l'île de Montréal.

Conclusion

45Le hockey que l'on connaît aujourd'hui a subi plusieurs modifications, tant au niveau des règlements que des équipements et des structures, mais on peut y tracer une ligne droite à partir de la première partie publique du 3 mars 1875. Ce qui s'est passé avant cette date demeure encore de la spéculation.

46Ainsi, Montréal a joué un rôle central à tous les points de vue sur ce sport, maintenant reconnu comme sport national. Organisé par un groupe de jeunes étudiants anglophones, il s'est propagé grâce au Carnaval de Montréal, qui institua la première compétition sous la forme d'un tournoi. De ce tournoi, on a créé une ligue qui a amené une forme de championnat canadien. Grâce au Gouverneur-Général, Lord Stanley, le hockey a connu depuis 1893 une plus grande popularité à travers le pays.

47C'est ainsi que des francophones ont décidé de s'intéresser à ce nouveau sport quelque vingt ans après sa création. Mais pour atteindre un haut niveau de compétition, ils ont eu l'aide d'un groupe particulier, les Irlandais catholiques. Ceux-ci ont été leurs professeurs et les ont aidé à intégrer les grandes ligues.

48La stabilité du hockey francophone suivait les ébats des deux clubs principaux, le Montagnard et le National. Mais ce n'est qu'avec la création de la seule équipe professionnelle, le Canadien, que le hockey francophone à Montréal a atteint sa stabilité, autant par la création de ligues que l'organisation d'équipes maintenant indépendantes des autres ligues et des équipes anglophones de Montréal.

Notes

1 Renseignements obtenus lors de l'assemblée annuelle de la Society of International Hockey Research, Toronto, 21 mai 1994.

2 Gazette, 3 mars 1875, p. 3.

3 Gazette, 4 mars 1875, p. 3.

4 FITSELL B. Hockey's Captains, Colonels & Kings. Erin, Ont. : The Boston Mills Press, 1987, p. 33.

5 MACDONALD D.A.L. "The Winter Stadium", McGill News, no 38, Winter 1956, p. 21.

6 FITSELL B, op. cit., p. 73.

7 DUFRESNE S. Le Carnaval d'Hiver de Montréal, 1883-1889. Mémoire de M.A.U.Q.A.M., 1980.

8 Gazette, 28 janvier 1883, p. 8.

9 Gazette, 5 février 1884, p. 5.

10 Gazette, 2 février 1885, p. 5.

11 Gazette, 28 janvier 1883, p. 8.

12 Montreal Daily Star, 5 janvier 1886, p. 9.

13 Gazette, 27 janvier 1883, p. 8.

14 Gazette, 5 février 1884, p. 5.

15 "The Dominion Association. The rules and working of the new institution", Gazette, 23 décembre 1886, p. 8.

16 national hockey league. Official Guide and Record Book, 1993-94. Toronto : N.H.L., 1993, p. 210.

17 Ibid., p. 210.

18 "The Rules of the Stanley Cup", Star, 3 janvier 1903, p. 18.

19 "New League set about matters in the right way", Gazette, 15 décembre 1898, p. 2.

20 "Form new league also new club", Gazette, 2 décembre 1903, p. 2.

21 "La ligue est formée. Six clubs en feront partie", La Patrie, 12 décembre 1905, p. 2.

22 "Call to hockey men", Gazette, 6 novembre 1906, p. 2.

23 "Hockey men created a real Frankenstein", Montreal Daily Star, 20 décembre 1907, p. 2.

24 "La nouvelle ligue", La Patrie, 17 janvier 1910, p. 2.

25 "La ligue canadienne a vécu", La Patrie, 17 janvier 1910, p. 2.

26 "Le National Hockey Club", Gazette, 13 décembre 1894, p. 2.

27 METCALFE A. Canada Learns to play. Toronto : McClelland and Stewart 1987, p. 196.

28 VIGNEAULT M. La diffusion culturelle du hockey à Montréal, 1890-1910. M.H.K. Thesis. University of Windsor, 1986.

29 "Le Montagnard", La Presse, 25 novembre 1897, p. 2.

30 "At the Montagnard rink", Montreal Daily Star, 1 février 1899, p. 2.

31 "Les Lavais à l'œuvre", La Patrie, 24 janvier 1900, p. 8.

32 "Laval est officiellement admis dans la ligue interuniversitaire", La Presse, 9 décembre 1907, p. 3.

33 "Admission du National, du Montagnard et de la P.A.A.A.", La Presse, 10 décembre 1900, p. 3.

34 "Les Montagnards sont vainqueurs, mais les Montreal sont champions", La Patrie, 23 février 1901, p. 12.

35 VIGNEAULT M. "Hockey in 19th Century Montreal : the emergence of French-Canadian organizations". Texte présenté à la conférence de la North American Society for Sport History, Loyola University, Chicago, mai 1991.

36 "Chez le Montagnard", La Presse, 18 décembre 1902, p. 3.

37 GUAY D. Histoire du Hockey au Québec. Chicoutimi : Éditions J.C.L., 1990, p. 246.

38 Ibid., p. 247

39 "New seniors club le Montagnard", Gazette, 26 octobre 1905, p. 2.

40 "Les Nationals se retirent", La Patrie, 26 janvier 1905, p. 2.

41 "Montagnards and Nationals have met", Montreal Daily Star, 30 janvier 1906, p. 2.

42 La Presse, 8 mars 1907.

43 "Le club de hockey Laval", La Presse, 23 novembre 1907, p. 9.

44 "Le National fait bonne figure", La Presse, 11 mars 1909, p. 3.

45 "Five Leagues here", Gazette, 27 novembre 1909, p. 2.

46 "La nouvelle ligue", La Patrie, 3 décembre 1909, p. 2.

47 "There is talk of extending the National Hockey Association and taking another club", Montreal Daily Star, 15 décembre 1909, p. 2.

48 O'BRIEN A. Les Canadiens. Montréal : McGraw-Hill, 1972, p. 9.

49 "The Pitre decision and lacrosse", Montreal Daily Star, 26 février 1910, p. 14.

50 "Le National n'existe plus", La Patrie, 18 janvier 1910, p. 2.

51 "Il exercera ses droits", Le Devoir, 5 novembre 1912, p. 4.

52 GUAY D. op. cit., p. 106.

53 "La N.H.A. subit de grands remaniements", Le Devoir, 12 février 1917, p. 8.

54 Pour les deux prochaines sections, les données ont été recueillies par l'auteur dans le cadre de sa recherche pour sa thèse de doctorat à l'Université de Laval, qui est encore en stade de rédaction.

55 Ces chiffres peuvent différer un peu du tableau précédent, car on tient compte ici de l'ethnie majoritaire de l'équipe, et il ne nous a pas toujours été possible de retracer les membres de toutes les équipes. Seules les équipes dont nous avions une information sur les joueurs sont comptabilisées ici.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 - Nombre d'équipes dans des ligues et indépendantes à Montréal, 1887-191755
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16818/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Figure 1 - Les patinoires de Montréal (1855-1917)
Légende D'après M. Vigneault - CESURB -
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16818/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k

Auteur

Université Laval

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search