Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 1. Identifications

Le Canada et l'internationalisation du hockey sur glace

Simon Genest

Note de l’éditeur

Ce texte est paru dans l'ouvrage Géopolitique du Sport, Actes du Colloque de l'Université de Besançon 23-24 mars 1990, pages 241-252.

Texte intégral

1L'Amérique du Nord garde les yeux fixés sur le hockey de la Ligue Nationale depuis que cette organisation monopolise le hockey professionnel sur tout le continent par l'entremise des mass-médias et du milieu des affaires. Le hockey européen fait rarement les manchettes de nos journaux sauf à l'aube du tournoi "Coupe Canada" ou d'autres rencontres internationales d'envergure. Peu de chercheurs ont étudié la diffusion du hockey sur glace à l'extérieur de l'Amérique du Nord. Pourtant l'internationalisation du hockey est le fruit d'un processus de diffusion qui a atteint des sommets au cours des dix dernières années : un sport d'origine canadienne maintenant pratiqué dans 36 pays sur tous les continents du globe (figure 1).

2Les circuits professionnels et semi-professionnels nord-américains gardent toujours la suprématie des hauts salaires et attirent les meilleurs joueurs du monde. Les Canadiens y sont toujours majoritaires (environ 80 % des joueurs actifs de la Ligue Nationale de Hockey sont d'origine canadienne). Mais le nombre de joueurs en provenance de l'Europe et des États-Unis augmente chaque saison. Et la perestroïka a permis aux premiers soviétiques de rejoindre librement le hockey professionnel et l'Amérique de leur rêve.

3La Ligue Nationale de Hockey ne compte que 21 équipes, ce qui représente moins de 600 jobs (si l'on considère que chaque équipe ne garde environ que 25 joueurs réguliers). Ce monopole sportif pousse plusieurs joueurs et entraîneurs à trouver du travail ailleurs. Et l'Europe représente alors une solution intéressante qui permet à plus de 1 000 canadiens de poursuivre leur carrière en Europe, ce qui dépasse largement le nombre de joueurs évoluant dans la L.N.H. Des Canadiens exportent et développent notre sport national à l'étranger et des retombées économiques énormes se cachent derrière ce phénomène. Le développement de la pratique du hockey sur glace nécessite des installations lourdes et coûteuses (patinoires, surfaceuses, etc.) et des équipements de plus en plus sophistiqués pour les joueurs (patins, casques, gants, etc.). Cette production en fait une industrie sportive de plusieurs milliards de dollars qui concerne, au premier plan, les sociétés canadiennes de réputation, mais aujourd'hui concurrencées par des entreprises des États-Unis et nord-européennes.

Figure 1 - Diffusion du hockey dans le monde

Figure 1 - Diffusion du hockey dans le monde

Cartographie Jean-Pierre Augustin - CESURB

4Ainsi chaque saison des transferts internationaux de joueurs se multiplient. Des flux migratoires bi-directionnels et non négligeables mettent en relation les deux continents. Des champs migratoires se sont créés et les interactions entre ces deux espaces sportifs témoignent du caractère international de l'organisation du hockey professionnel nord-américain.

5Avant d'analyser l'état actuel des relations Amérique/Europe et de décrire les événements des vingt dernières années qui ont popularisé le hockey dans tous les pays développés, il convient de tracer sommairement l'évolution lente qu'a connue ce sport avant les années soixante.

Naissance et développement du hockey sur glace en Amérique du Nord

6Le hockey sur glace est né au Canada. Mais les hypothèses sur l'origine exacte de ce sport sont encore très partagées. Adopter une date et un lieu précis serait ignorer toute la complexité du processus de formation de ce phénomène socio-culturel. La naissance d'un sport ne s'effectue pas spontanément, mais correspond plutôt au résultat d'une série de pratiques dont révolution historique est marquée par les traits culturels des sociétés dans lesquelles il apparaît.

7Bien avant 1875 les Canadiens s'adonnaient déjà à différents jeux traditionnels, tels : le bandy et le field hockey des Anglais, le shinty des Écossais, le hurling des Irlandais, et la crosse que certains considèrent d'ailleurs comme le sport national de l'époque. Ces différents jeux traditionnels associés à la volonté et au désir d'institutionnalisation d'une bourgeoisie anglophone de Montréal vont permettre l'émergence d'un nouveau sport. Le hockey sur glace se distingue alors de plus en plus des autres pratiques corporelles similaires au point qu'il deviendra, dès la fin du xixe siècle le sport national de la majorité des communautés vivant au Canada.

8Le premier match relaté dans la presse canadienne aurait eu lieu au Victoria Skating Rink de Montréal en mars 1875. Pour la première fois les journaux parlent de hockey et non pas de bandy ou de shinty. Sans doute y avait-il eu d'autres matchs semblables auparavant sans que la presse en fasse mention. Le quotidien de l'époque parle des joueurs comme des "experts at the game" et le match se serait déroulé suivant des règles bien définies et dans un espace de jeu bien délimité. Quelques années plus tard, des étudiants de l'Université McGill de Montréal écriront les premières règles officielles. Cette époque marquerait donc les débuts de la pratique du hockey sur glace dans sa forme sportive.

9À partir de 1885, on assiste à la formation de différentes ligues dans le but de contrôler le hockey amateur qui deviendra vite professionnel dès le début du xxe siècle. La direction des clubs, formée jusque-là par une bourgeoisie anglophone, cède graduellement sa place aux représentants du milieu des affaires. Des associations se forment, fusionnent ou se scindent successivement jusqu'en 1917, date de la première saison officielle de la National Hockey League (N.H.L.)/ Ligue Nationale de Hockey (L.N.H.). Aujourd'hui encore cette organisation contrôle le hockey nord-américain grâce à ses politiques de recrutement, ses liens avec le milieu des affaires et les mass-médias.

10Pendant que le hockey naît et se développe au Canada, la première patinoire européenne est construite à Londres en 1876. En France, des démonstrations de hockey sont effectuées à Paris en 1894. Ces deux pays seront parmi les membres fondateurs de la Fédération Internationale de Hockey sur Glace (F.I.H.). En 1911, la F.I.H. adopte officiellement les règles canadiennes bien que ce pays ne soit pas encore membre actif de la Fédération. En effet le Canada et les États-Unis ne rejoindront la F.I.H. qu'en 1920 lors d'un premier tournoi olympique organisé à Anvers en Belgique.

L'organisation du hockey sur glace : les événements majeurs

1875

Première joute de hockey diffusée dans la presse au Canada. Le match a lieu au Victoria Skating Rink de Montréal.

1876

Construction de la première patinoire européenne à Londres.

1883-85

"The Carnaval Cup" devenu ensuite le "Grand Hockey Tournament". Il s'agit du premier tournoi important organisé à Montréal. Trois équipes locales y participent en plus du "Québec Hockey Club" composé à cette époque uniquement d'anglophones.

1886

"The Championship of Montreal", tournoi organisé par les dirigeants de clubs et un journaliste du quotidien The Gazette. Ce dernier propose d'ailleurs la tenue d'un "Dominion Championship", c'est-à-dire un championnat du Canada.

1886

Formation de l'"Amateur Hockey Association of Canada" (a.h.a.c.). Première organisation nationale importante.

1894

Première démonstration de hockey sur glace à Paris.

1898

Après quelques tentatives d'expansion, des conflits provoquent une scission de l'a.h.a.c. Une deuxième ligue est alors formée "Amateur Hockey Ligue of Canada" (a.h.l.c.).

1899

Dissolution complète de l'a.h.a.c.

1903

La "Fédération Amateur Hockey Ligue" (f.a.h.l.) est fondée par des équipes qui se voient refuser l'accession à l'a.h.l.c. La nouvelle ligue est formée entre autres de la première équipe composée entièrement de Canadiens français.

1905

Formation de la Fédération Française des Sports de Glace.

1905

L'a.h.l.c. devient la "Eastern Canada Amateur Hockey Association" (e.c.a.h.a.).

1900-06

La direction des clubs qui était formée jusqu'ici par une bourgeoisie anglophone cède graduellement sa place aux intérêts du milieu des affaires. La f.a.h.l. devient officiellement professionnelle en 1906.

1908

Fondation de la Fédération Internationale de hockey sur glace (f.i.h.). Les pays membres à la fin de la première saison sont l'Angleterre, la Belgique, la Bohème, la France et la Suisse.

1909

L'e.c.a.h.a. devient la "Canadian Hockey Association" (c.h.a.). La f.a.h.l. devient la "National Hockey Association of Canada" (n.h.a.c.). Les deux ligues canadiennes sont désormais professionnelles.

1910

Fusion des deux ligues conservant le nom de n.h.a.c.

1910

Premier championnat européen de hockey sur glace en Suisse.

1911

La f.i.h. adopte officiellement les règles du hockey canadien.

1912

Formation de la "Pacific Coast Hockey Association" ; cette ligue contrôle le hockey dans les provinces de l'ouest du Canada.

1914

Une nouvelle association est formée pour contrôler le hockey amateur au Canada, la "Canadian Amateur Hockey Association".

1917

La N.H.A.C. devient la "National Hockey League" (n.h.l.) et se compose de quatre équipes : Toronto, Ottawa, et deux clubs de Montréal.

1920

Premier tournoi olympique à Anvers en Belgique. Le Canada et les États-Unis joignent la f.i.h.

1924

La f.i.h. compte 10 pays membres. Le hockey est admis pour la première fois aux Jeux olympiques d'hiver. Et le tournoi est classé comme étant le premier championnat du monde de hockey sur glace.

1933

La f.i.h. compte 20 pays membres.

1952

L'U.R.S.S. devient membre de la f.i.h.

1964

La f.i.h. compte 30 pays membres.

1970

Les clubs n'auront plus le droit d'aligner des joueurs professionnels lors des championnats du monde et des Jeux olympiques.

1972

"La Série du Siècle" : pour la première fois les meilleurs joueurs de la n.h.l. rencontrent l'équipe nationale soviétique dans une série de sept matchs. Les professionnels nord-américains en sortent victorieux.

1976

Premier championnat "Cup Canada" opposant les professionnels du Canada aux autres équipes nationales.

Les relations internationales du hockey nord-américain

11Jusqu'au début des années soixante-dix, le hockey canadien ne jure que par la l.n.h. Le championnat de cette ligue et la conquête de la Coupe Stanley suscitent le plus grand intérêt. On considère le hockey européen comme de second ordre, pourtant la Tchécoslovaquie, l'U.R.S.S. et la Suède ont beaucoup de succès aux Jeux olympiques et aux championnats du monde. Mais peu de professionnels canadiens sont engagés dans ces tournois. Leur participation est même complètement interdite à la fin des années soixante. De même, à cette époque peu d'européens évoluent dans la L.N.H.

12Au milieu des années soixante-dix se développe un climat plus favorable aux relations. C'est le début d'une nouvelle ère, celle des communications. Le hockey, un sport-spectacle, n'échappe pas à ce phénomène. La "Série du Siècle" de 1972 est télévisée sur les deux continents. La diffusion des championnats du monde, des Jeux olympiques, et en 1976 du premier tournoi Coupe Canada, vont populariser le hockey dans tous les pays développés.

13À la fin des années soixante-dix, le développement du hockey en Europe s'accélère. On fait appel à plusieurs joueurs et entraîneurs canadiens (figure 2), mais ils sont encore peu nombreux à se rendre en Europe pour évoluer dans les circuits semi-professionnels. En 1980-81, on enregistre une augmentation de 55 % du nombre de transferts par rapport à l'année précédente. Cette croissance soudaine entre 1980-1990 (figure 3) ne vient pas uniquement de l'intérêt grandissant des dirigeants européens pour le développement de ce sport. En effet, elle dépend également de révolution des structures du hockey professionnel nord-américain.

14Pendant que la production de joueurs continue de s'accroître au Canada et aux États-Unis, le marché de l'emploi, qui s'était élargi en 1972 avec la création de L'Association Mondiale de Hockey, se rétrécit brutalement en 1979-80 suite à la fusion des deux ligues. Ceci permet à la L.N.H. de récupérer son monopole et d'imposer librement sa politique de recrutement (figure 3) (notons que seulement quatre équipes de la défunte a.m.h. rejoignent la l.n.h., les autres formations sont dissoutes).

15La l.n.h. s'intéresse progressivement à la formation de hockeyeurs européens de haut niveau. Le nombre de ces joueurs recrutés annuellement est passé de 0 en 1970 à 38 en 1989, soit 15,1 % des joueurs sélectionnés cette année-là (tableau 1). En 1989-90, sur environ 550 joueurs réguliers de la l.n.h., environ 75 sont d'origine européenne, soit 13,6 %. Cette concurrence des hockeyeurs européens de haut niveau, associée au monopole de la l.n.h., oblige de nombreux Canadiens à se diriger vers un nouveau marché potentiel, l'Europe.

Figure 2 - Transferts internationaux de joueurs : Canada/Europe

Figure 2 - Transferts internationaux de joueurs : Canada/Europe

* Sont exclus les transferts de hockeyeurs européens vers les ligues professionnelles et semi-professionnelles nord-américaines
Source : Association canadienne de hockey amateur

Figure 3 - Le transfert des hockeyeurs canadiens en Europe de 1980 à 1990

Figure 3 - Le transfert des hockeyeurs canadiens en Europe de 1980 à 1990

Source : Association Canadienne de Hockey Amateur, et S. Genest op. cit.

Tableau 1 - Origine des joueurs recrutés par la L.N.H. depuis 1969*

Tableau 1 - Origine des joueurs recrutés par la L.N.H. depuis 1969*

Les joueurs sélectionnés et sous contrat appartiennent officiellement aux équipes de la l.n.h. Mais ils ne sont pas nécessairement des joueurs actifs dans cette ligue. Seulement un faible pourcentage deviendront réguliers.

16Un système d'échange s'est créé entre l'Europe et l'Amérique, un système formé par deux espaces sportifs constitués de composantes instables, politiques (barrières entre l'Est et l'Ouest) et institutionnelles (hockey amateur et professionnel, l.n.h.). Les interactions entre ces deux espaces se traduisent par des flux de pratiquants. Et l'instabilité historique des composantes est responsable de l'évolution quantitative et directionnelle des flux.

17Par ses rejets et ses attractions, la l.n.h. s'avère le moteur principal de toute la dynamique spatiale du hockey international.

18Si les années quatre-vingt ont permis l'intensification des échanges entre l'Europe de l'Ouest et l'Amérique du Nord, et par conséquent l'élargissement de la zone d'influence de la l.n.h., des changements importants s'annoncent déjà pour le début des années quatre-vingt-dix. D'abord l'ouverture partielle des pays de l'Est a permis à quelques soviétiques de rejoindre la l.n.h. en 1989 et de créer une nouvelle concurrence pour les joueurs canadiens sans que s'offrent des débouchés supplémentaires ; l'u.r.s.s. ne représente pas un marché compensatoire. Pour la prochaine décennie, comment évoluera ce système d'échange, ses composantes, ses flux migratoires ? On parle déjà de la venue d'une nouvelle ligue professionnelle "The Global League" réunissant des clubs nord-américains et européens. Projet monstre pour une diffusion d'envergure mondiale. Des franchises ont déjà été attribuées à différentes villes du Canada et des États-Unis qui désiraient depuis longtemps l'implantation du hockey professionnel. La réalisation de ce projet viendrait bouleverser considérablement le système actuel et les intérêts de la l.n.h.

Bibliographie

Bibliographie

ALRIC T. Hockey en France. Paris : Robert Laffont, 1988.

Association Canadienne de hockey amateur. Liste des Transferts Internationaux. Ottawa : Canada, 1960.

Association Canadienne de hockey amateur. Constitution, Statuts, Règlements et Historique. Ottawa : Canada, 1986.

BALE J. "International Sport History as Innovation Diffusion". Canadien Journal of History of Sport/Revue Canadienne de l'Histoire des Sports, University of Windsor, Volume XV, no 1, 1984.

BEAUREGARD Y., LEBEL J.M.A., LEBEL J.M., POULIN P. "Cap-aux-Diamants : Divertissements et Sports d'Antan". Revue d'Histoire du Québec, Québec, 1987.

BELLIVAU F. "Nos Hockeyeurs Québécois en Europe". Revue Junior Majeur du Québec.

BRUNET R. La Carte, Mode d'emploi. Paris : Fayard-Reclus, 1987.

BRUNET R., FERRAS R. MappeMonde, Revue trimestrielle éditée par G.I.P. Reclus, Maison de la Géographie, Montpellier, 1986.

CLARK G. "Innovation Diffusion : Contemporary Geographical Approaches". C.A.T.M.O.G. (Concepts and Techniques in Modem Geography). Londres : Institute of British Geographers, 1984.

GUAY D. Introduction à l'Histoire des Sports au Québec. 1987. Montréal : Etudes Québécoises.
Histoire du Hockey au Québec (1815-1917). Non-publié, 1990.

LOW PEDERSON. Human Geography, an Integrated Approach. John Wiley, 1983.

METCALFE D., SALTER M.A. Canadian Journal of History of Sport/Revue Canadienne de l'Histoire des Sports. University of Windsor, Canada.

National Hockey League (1989-1990). Official Guide & Record Book. N.H.L., Montréal.

NOIN D. Géographie de la Population. Paris : Masson, 1979.

SAINT-JULIEN T. La Diffusion Spatiale des Innovations. G.I.P. Reclus. Collection Reclus Mode d'emploi. Montpellier, 1985.

RATSCHUMAS T. (édité et compilé par). International Ice Hockey Guide. Finlande : Helsinki, 1978.

RENSON R., NAYER P.O., OSTYN M. "The-History, the Evolution and Diffusion of Sports and Games in Different Cultures". Proceedings of the 4th H.L.S.P.A. Seminar. Bruxelles, 1976.

VIGNEAULT M. La Diffusion Culturelle du Hockey à Montréal 1890-1910. M.H.K. Thesis. University of Windsor, Canada, 1985.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Diffusion du hockey dans le monde
Légende Cartographie Jean-Pierre Augustin - CESURB
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 2 - Transferts internationaux de joueurs : Canada/Europe
Légende * Sont exclus les transferts de hockeyeurs européens vers les ligues professionnelles et semi-professionnelles nord-américainesSource : Association canadienne de hockey amateur
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16812/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 3 - Le transfert des hockeyeurs canadiens en Europe de 1980 à 1990
Légende Source : Association Canadienne de Hockey Amateur, et S. Genest op. cit.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16812/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 1 - Origine des joueurs recrutés par la L.N.H. depuis 1969*
Légende Les joueurs sélectionnés et sous contrat appartiennent officiellement aux équipes de la l.n.h. Mais ils ne sont pas nécessairement des joueurs actifs dans cette ligue. Seulement un faible pourcentage deviendront réguliers.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16812/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 279k

Auteur

Université Laval

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search