Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 1. Identifications

Les Olympiques et le citoyen1

Jean Crête

Texte intégral

  • 1 Je remercie Guy Lachapelle de l'Université Concordia et Michel De Sève de l'Université Laval de m' (...)

1Le sport, pour de nombreux citoyens, se résume souvent aux spectacles des équipes professionnelles, ce dont nous entretiennent les médias et leurs nouvelles sportives. Pour l'État, le sport c'est d'abord la participation des citoyens à l'activité physique dans le but d'améliorer leur santé physique et morale. Mais il y aussi un spectacle auquel on attribue les mêmes vertus qu'à l'activité physique : les Jeux olympiques. De plus, les Jeux olympiques même s'ils se veulent d'abord des concours entre athlètes sont aussi des concours politiques. Lors des Jeux mêmes ce sont souvent des compétitions entre pays (Grimes et al. 1974), mais lors du processus qui mène une ville à être candidate pour la tenue des Jeux, c'est d'abord de politique locale dont il est question. Dans ce chapitre nous explorerons quelques-unes des motivations qui ont amené les citoyens de la région métropolitaine de Québec à soutenir ou à s'opposer à ce que la Ville de Québec soit candidate pour tenir les Jeux olympiques d'hiver de l'an 2002. La Ville de Québec a finalement été candidate et s'est classée parmi les quatre finalistes. C'est cependant la ville américaine de Sait Lake City qui a été choisie en juin 1995.

2Pour étudier les relations que la population entretenait à l'égard du projet de la Ville de Québec d'être candidate à la tenue des Jeux olympiques d'hiver nous aurons recours aux données d'un sondage d'opinion. Comme il s'agira d'une analyse secondaire de données, nous devrons limiter notre investigation au matériel disponible.

3Les politologues et les sociologues qui s'intéressent à la res publica traitent très rarement des questions de sport. Dans l'introduction de leur ouvrage sur la sociologie du sport, Loy et al (l981 : 7) notent que, si l'activité sportive est très répandue en Amérique du Nord, la sociologie du sport quant à elle semble être surtout située en Europe. Roger Levasseur, un sociologue des loisirs, soulignait aussi le fait que la sociologie québécoise ignorait le sport (Levasseur 1976 : 43). On retrouve cependant des travaux sur l'histoire de différents sports comme ceux de Donald Guay (1987) et divers travaux de sciences sociales comme ceux réunis par Harvey et Cantelon dans Sport et pouvoir (Harvey et Cantelon, 1988).

4S'agissant des Jeux olympiques, le non-intérêt des sociologues québécois pouvait au moins se justifier par le peu de place que les francophones occupaient dans ces activités. Par exemple, Boileau et al (1976) rapportent que lors des Jeux olympiques d'hiver des années soixante, début des années soixante-dix, les athlètes francophones ne comptaient que pour cinq à huit pour cent dans les délégations canadiennes alors que le poids de la population francophone au Canada était de plus de vingt-cinq pour cent. Ainsi, aux Jeux de Squaw Valley (1960), ils comptaient pour 6,4 pour cent des athlètes canadiens, en 1964, à Innsbruck, 3,9 pour cent, à Grenoble en 1968, 8,1 pour cent et à Sapporo en 1972, 5,7 pour cent. Bref, rien de très reluisant. Les choses ont bien changé depuis car aux Jeux de Lillehammer (1992), ce sont les athlètes québécois qui ont assuré la majorité des médailles à l'équipe canadienne. Il s'ensuivit un intérêt marqué pour les disciplines sportives moins médiatisées. Une spécialiste du biathlon est même devenue une vedette nationale. Cependant, dans les organisations canadiennes de sport les francophones demeurent nettement sous-représentés (Macintosh et Hawes, 1990 : 82-83). Une étude des Jeux olympiques d'hiver de 1980 montrait par exemple que les francophones comptaient pour 3,6 pour cent des entraîneurs (Kjeldson, 1984). Plus récemment, on estimait que la représentation des francophones dans les postes de direction variait autour de dix pour cent (Hall et al., 1991 : 177). Lorsque la Ville de Québec, le foyer de la francophonie en Amérique, préparera sa candidature auprès du Comité international olympique, on s'interrogera sur la capacité des francophones à organiser un événement sportif de cet envergure. Montréal, il est vrai, avait déjà organisé les Jeux d'été — un événement beaucoup plus important que les Jeux d'hiver — près de vingt ans plus tôt, mais les citoyens en gardaient un souvenir plutôt amer. En effet, l'administration de ces Jeux avait été faible (Morrow et al., 1989 : 305), les coûts des Jeux, ou plus exactement de certains équipements, avaient été faramineux et les hypothèques sur ces équipements n'étaient pas encore liquidées au moment où à Québec on discutait à nouveau de Jeux olympiques.

5Le débat public qui se tint sur l'opportunité de poser la candidature de la Ville de Québec se déroulait en même temps que celui sur l'assainissement des budgets de l'État et le grand débat sur l'indépendance du Québec. Quoique ces trois débats aient porté sur des objets différents, il y eut débordement d'un débat sur l'autre. Parce que les données que nous utiliserons ici ont été recueillies pour un organisme public, on ne retrouvera pas ces dimensions plus politiques du débat sur les Jeux olympiques.

Données

  • 2 impact Recherche. Sondage visant à mesurer l'appui de la population face au projet de tenir les Jeu (...)

6Pour explorer les relations que la population entretient avec la symbolique olympique nous utiliserons les données d'une enquête effectuée dans la région métropolitaine de Québec en juin 1994 par Iimpact Recherche pour la Ville de Québec.2

7Les entrevues téléphoniques ont été menées auprès de 3 612 citoyens canadiens de 18 ans et plus dans 48 municipalités de la région métropolitaine de Québec. L'échantillon probabiliste a été tiré d'une liste des numéros de téléphone. Le questionnaire comptait 33 questions dont certaines à plusieurs volets. C'est donc à partir de cette enquête que nous avons analysé certaines attitudes de la population envers le projet de tenir des Jeux olympiques à Québec.

8La question centrale pour les promoteurs des Jeux à Québec était de savoir si la population locale appuyait le projet. Au cours des années soixante-dix, la ville de Denver dans l'État américain du Colorado s'était vu octroyer les Jeux par le Comité international olympique mais l'impopularité du projet avait contraint la ville hôte à se désister. Le Comité international olympique exige maintenant des villes candidates qu'elles démontrent que leur population est favorable à la tenue des Jeux sur leur territoire. Pour mesurer cet appui, on posa la question suivante : "Actuellement, êtes-vous très favorable, plutôt favorable, plutôt défavorable ou très défavorable au projet de tenir les Jeux olympiques d'hiver de 2002 dans la grande région de Québec ?". Une nette majorité se montra favorable au projet. En effet, 71 % des interviewés répondirent plutôt favorable ou très favorable à cette question. La réponse à cette question constituera notre variable dépendante. Nous utiliserons sa forme dichotomique : "appui" versus "non-appui" où l'appui est le total des très favorables et des plutôt favorables alors que le non appui regroupe les deux autres catégories. Mais qu'est-ce donc qui amenait les uns à soutenir la candidature de Québec alors que d'autres s'y opposaient ?

  • 3 Les scores devaient aussi avoir un coefficient alpha d'au moins 0.60 pour être retenus dans la com (...)

9Bien sûr un grand nombre d'explications sont possibles mais peu peuvent être soumises au test de la réalité. Nous nous concentrerons donc sur des explications que nous pouvons documenter grâce aux données disponibles. Dans l'enquête, on demandait aux gens de dire s'ils étaient d'accord ou en désaccord avec un certain nombre d'énoncés qui reflétaient les motifs susceptibles de conditionner l'appui apporté au projet de 2002. Une analyse factorielle exploratoire (non rapportée ici) nous a permis d'identifier quatre grandes dimensions que nous avons baptisées : idéal olympique, confiance, inconvénients ou obstacles à la tenue des jeux et groupes d'intérêts. Étant donné que la mesure des items n’était pas paramétrique nous avons préféré ne pas utiliser les scores de l'analyse factorielle et nous avons plutôt construit des échelles additives pour chacune de ces dimensions en ne retenant que les questions qui nous ont paru les plus pertinentes.3

Les variables explicatives

Olympisme

10Le Baron de Coubertin a été, semble-t-il, inspiré à la fois par l'histoire hellénique et l'expérience de l'école de rugby de Thomas Arnold en Angleterre (Morrow et al., 1989 : 287) lorsqu'il fit la promotion des Jeux olympiques. Les jeux seraient l'occasion de démontrer les bienfaits de l'unité de l'esprit et du corps, concept holiste repêché chez les Grecs de la période classique, et de la discipline et de l'esprit sportif anglais. Depuis la relance des Jeux olympiques par Coubertin il semble juste de dire que la poursuite de certaines valeurs sociales les distingue des autres manifestations sportives. Parmi ces valeurs il faut retenir : l'éducation, le rapprochement international, l'égalité des individus et des peuples, la compétition équitable, le "fair play" anglais, l'expression culturelle, l'indépendance du sport et l'excellence (Seagrave, 1988). La poursuite de ces valeurs distingue nettement les Jeux olympiques des grands événements sportifs comme le Mundial de football, le tour cycliste de France, les championnats de tennis, de golf et autres.

11Dans les discussions qui se poursuivaient dans les tribunes téléphoniques de la radio privée ou d'État à Québec, on entendait régulièrement des arguments relatifs à l'exemple que les athlètes olympiques donnent aux jeunes. Un sociologue résumait ainsi cette symbolique : "Le sport est d'abord valorisé dans nos sociétés industrielles parce qu'on lui attribue la faculté de contribuer à l'amélioration de la santé et du bien-être corporel de la population" (Levasseur, 1976 : 49) et par là à la formation morale. On doit reconnaître avec Levasseur que des secteurs encore nombreux de la population dans nos sociétés industrielles valorisent le sport pour son aspect ascétique. Le sport est identifié ici à la capacité de différer le plaisir immédiat et d'endurer de longues et pénibles périodes d'entraînement afin d'atteindre les plus hauts niveaux de réussite et de succès, de rendement et de performance. C'est également dans cette optique qu'on présente le sport comme l'école par excellence pour la formation du caractère. En effet, le sport, en mettant l'accent sur l'effort physique, la performance, la réussite et non sur le plaisir et la jouissance, contribue à produire de "vrais hommes" et non des êtres dégénérés physiquement et moralement. Ainsi le sport contribue à la formation morale en développant chez l'individu le sens de la discipline, c'est-à-dire en favorisant la maîtrise de soi et le respect des valeurs sociales dominantes (Levasseur, 1976 : 49-50). De plus, comme la discussion sur le projet des Jeux olympiques se déroulait en même temps que les joueurs des équipes professionnelles de base-ball et de hockey faisaient la grève, bien que leurs salaires fussent déjà totalement hors du commun, on voyait dans les Jeux olympiques la promotion de valeurs autres que le simple gain monétaire.

12L'enquête dont nous utilisons ici les données a capté en partie cette préoccupation envers l'idéal olympique en demandant aux interviewés s'ils étaient d'accord ou pas avec les énoncés suivants :

  • un projet comme les Jeux olympiques d'hiver permet de rassembler les gens autour d'un idéal ;
  • les athlètes olympiques sont un modèle pour notre jeunesse ;
  • les Jeux olympiques favorisent les échanges et les contacts au sein d'une population ;
  • les Olympiques, c'est l'occasion de voir les meilleurs athlètes au monde ;
  • les Olympiques permettent de mettre en relation la culture d'une région avec l'extérieur ;
  • les Jeux olympiques apporteraient de l'espoir chez les jeunes.

13Pour chacun de ces énoncés, on attribuait un score de quatre si l'interviewé était tout à fait d'accord, trois s'il était d'accord, deux s'il était en désaccord et un s'il était tout à fait en désaccord. Le total de tous ces scores donne l'échelle de l'idéal olympique. Pour standardiser en partie ces échelles, le score minimum fut ramené à zéro. Si on calcule le pourcentage de personnes qui appuyaient les Jeux pour chaque échelon de l'idéal olympique, on réalise qu'il y a une relation entre l'adhésion à cet idéal et l'appui aux Jeux. À toute fin pratique, les gens qui se situaient à moins de onze dans l'échelle n'appuyait que très peu ou pas du tout le projet de Jeux à Québec.

Figure 1 - Appui aux Jeux selon l'adhésion à l'Olympisme

Figure 1 - Appui aux Jeux selon l'adhésion à l'Olympisme

Confiance

14La deuxième grande dimension révélée par l'analyse factorielle a trait à la confiance que les citoyens portent à l'endroit des personnes qui pilotaient le dossier de Québec 2002 et inclut aussi les réponses aux questions sur la capacité de la région de Québec de tenir un tel événement. Les énoncés retenus pour former l'échelle de confiance sont les suivants :

  • je pense que les gens de la Société des Jeux d'hiver de 2002 ont les compétences pour bien faire leur travail ;
  • la grande région de Québec est capable de bien organiser le projet des Jeux olympiques d'hiver de 2002 ;
  • actuellement, la grande région de Québec possède la plupart des équipements requis pour accueillir les Jeux olympiques d'hiver ;
  • je pense que les finances de la Société des Jeux d'hiver de 2002 à Québec sont contrôlées par des gens honnêtes et professionnels.

Figure 2 - Appui selon le degré de confiance

Figure 2 - Appui selon le degré de confiance

15Quoique cette échelle reflète d'abord la confiance que les habitants de la région de Québec accordaient aux gestionnaires de la Société des Jeux et l'image, qu'ils avaient des ressources déjà disponibles pour tenir les Jeux en l'an 2002, elle reflète aussi, croyons-nous, la confiance que les gens avaient envers eux-mêmes. Dans le débat public au Québec, et non seulement dans la région de Québec, il fut beaucoup question depuis le début des années quatre-vingt-dix de la capacité des Québécois, comme peuple, de "faire des choses". Depuis l'échec des discussions constitutionnelles de 1990, renforcé par le fiasco des referenda de 1992 au Québec et au Canada, il régnait au Québec un climat de défaitisme diffus dans toutes les sphères de l'activité publique. Il suffisait d'écouter les propos de monsieur et madame tout le monde à la radio pour réaliser à quel point le débat sur les Jeux était en bonne partie conditionné par celui sur la confiance de la communauté pour les institutions politiques. On peut penser que dans la mesure où les interviewés étaient d'accord avec les énoncés ci-haut, c'est à eux-mêmes qu'ils faisaient confiance.

16Un examen de la figure 2 nous confirme que l'appui aux Jeux était conditionné par le degré de confiance. Aux plus hauts degrés de confiance, on est totalement d'accord pour tenir des Jeux olympiques à Québec.

Les inconvénients

17La tenue de grands événements, sportifs on non, entraîne des inconvénients que toute la population locale n'est pas prête à ignorer. Parmi les inconvénients que la population attribuait à la tenue des Jeux, on a identifié les points suivants présentés sous forme dénoncés avec lesquels on pouvait être ou ne pas être d'accord :

  • pendant leur durée, les Jeux olympiques d'hiver entraîneraient une augmentation du coût de la vie ;
  • les Jeux olympiques d'hiver pourraient détériorer la qualité de l'environnement ;
  • le fait de tenir les Jeux olympiques d'hiver ne permet pas d'améliorer la situation économique d'une région ;
  • les Jeux olympiques ne devraient pas être organisés dans une région connaissant des difficultés économiques ;
  • il y a trop de dopage lors des Jeux olympiques d'hiver ;
  • les Jeux olympiques d'hiver apporteraient beaucoup de problèmes de circulation.

18Cette échelle des inconvénients ou obstacles à la tenue des Jeux porte principalement sur les problèmes liés à la tenue même de l'événement à l'exclusion du financement qui est un objet de controverse et dont nous traiterons séparément. On peut bien sûr s'étonner de l'importance que prennent tous ces inconvénients (voir la figure 3 ci-après). On s'étonnera d'autant plus que les promoteurs s'étaient assurés de la collaboration des associations de la défense de l'environnement et des autochtones, deux groupes de pression qui auraient pu objecter à ce qu'on aménage de nouvelles pistes de ski dans la région. Cette échelle capte aussi l'opposition de ceux qui ne croient pas que la tenue de tels événements devrait faire partie d'une stratégie de développement économique régional. Lors des séances de consultation publique, on entendit des citoyens s'opposer au projet parce qu'ils estimaient que les investissements requis pour les Jeux ne stimuleraient pas l'activité touristique de façon durable. D'autres estimaient pour leur part que le type d’emplois générés par le tourisme — les "Mac Emplois" — n'est justement pas celui que l'on devrait soutenir par des politiques publiques car ce sont des emplois non spécialisés, mal rémunérés et très saisonniers.

Figure 3 - Appui selon l'échelle des inconvénients

Figure 3 - Appui selon l'échelle des inconvénients

Groupe

19La dernière dimension suggérée par l'analyse factorielle est celle qui sous-tend les intérêts particuliers. Depuis l'adoption d'une charte des droits inscrits dans la constitution du Canada le discours sur les "groupes d'intérêts" ou "intérêts spéciaux" est omniprésent. Il faut dire qu'avec l'enchâssement de la Charte des droits dans la constitution de la fédération canadienne, toutes sortes de catégories sociales, qui se croyaient injustement défavorisées dans la société, ont utilisé cette nouvelle ressource juridique pour faire valoir leurs droits. Ce mouvement a créé un climat politique général où tout le monde voit des intérêts particuliers partout. À qui donc profiteraient les Jeux ? Les interviewés étaient appelés à se prononcer sur deux cas : celui des athlètes et celui des entreprises privées.

  • les Jeux profitent surtout aux athlètes ;
  • les Jeux profitent surtout à I entreprise privée.

20L'appui au projet de la Ville de Québec est aussi conditionné par cette attitude. Les personnes qui croient que les Jeux profitent surtout à des intérêts particuliers sont moins susceptibles de souhaiter la tenue des Jeux à Québec (données non présentées).

Déficit

21Tout le débat autour de l’opportunité pour la Ville de Québec de poser sa candidature a fortement été influencé par la situation budgétaire de l'État et par le climat politique dominant en Amérique du Nord quant à la place de l'État dans la société. Les arguments portaient autour de trois points. Le premier avait trait aux impôts locaux. Au Québec, les municipalités tirent l'essentiel de leurs revenus des taxes foncières. Si le projet de la candidature aux Jeux était piloté par la Ville de Québec, certains craignaient que l'ensemble des propriétaires fonciers de la région soient éventuellement taxés pour payer les Jeux. De plus la Ville de Québec elle-même, ne représentant formellement qu'un quart de la population du Québec métropolitain, ne paierait éventuellement que le quart des dépenses attribuées aux administrations locales. La plus grosse partie des investissements publics devrait venir d'ailleurs. La question était donc de savoir quel ordre de gouvernement s'engagerait à payer un déficit éventuel. Le projet soumis par la Ville de Québec prévoyait que les dépenses principales émargeraient aux budgets de l'État provincial et fédéral. Plusieurs personnes étaient d'ailleurs d'avis qu'après avoir payé pour les Jeux de Montréal ou ceux de Calgary, il n'était que juste que les citoyens du Québec et du Canada payent à leur tour pour permettre à la région de Québec de se doter d'équipements nouveaux et de tenir un grand événement international.

22Le deuxième point regroupe les arguments autour de l'opportunité pour l'État provincial ou fédéral d'investir des sommes d'argent dans des équipements sportifs au moment où on annonce des coupures de budget dans presque tous les secteurs d'activité de l'État. De plus, certains équipements ne seraient pas permanents ce qui accentuait le caractère extravagant des Jeux. Bref, comment pourrait-on trouver des fonds publics pour festoyer alors que l'on annonce pour bientôt la fermeture d'hôpitaux et que l'on demande aux employés de l'État d'accepter des diminutions de revenu ?

23Le troisième volet de la discussion autour du financement des Jeux et d'un déficit éventuel ne portait pas sur l'opportunité pour l'État de dépenser dans le secteur du tourisme et des loisirs mais bien plutôt sur la taille même de l'État. Parmi les élus locaux, la personne qui a incarné le plus l'opposition aux Jeux fut la mairesse de Sainte-Foy, une municipalité de banlieue. Bien que ses arguments aient porté d'abord sur les taxes foncières, puis sur l'opportunité d'entreprendre le type de dépenses requis pour l'organisation des Jeux, on pouvait déceler dans son discours une opposition à ce que l'État s'engage dans des activités économiques autres que les services publics traditionnels. Alors qu'on discutait du dossier des Jeux olympiques dans la région de Québec, le gouvernement du Québec avait pour politique de privatiser tout ce qui pouvait l'être incluant non seulement les sociétés industrielles et de services mais aussi le zoo, l'aquarium de Québec, les jardins de plantes, les installations récréatives et autres parcs publics. Bref, le mouvement néo-libéral venu des États-Unis frappait finalement le Québec.

24Dans l'enquête, on posa aux gens cette question : "Selon vous, si la Ville de Québec obtient les Jeux olympiques d'hiver de 2002, croyez-vous que la tenue de ces Jeux entraînerait l. un surplus budgétaire, 2. un déficit ou 3. un budget équilibré, c'est-à-dire ni un surplus, ni un déficit ?" Pour les fins de notre analyse nous opposons le deuxième choix de réponse — un déficit, qui regroupe 40,5 % des répondants — aux deux autres réponses confondues.

La régression logistique

  • 4 Gujarati (1988) explique clairement les raisons pour lesquelles la régression logistique doit être (...)

25Chacune des quatre grandes dimensions que nous avons retenues et la prévision d'un déficit sont liées, soit de façon positive soit de façon négative, à l'appui au projet des Jeux. Mais ces cinq variables sont corrélées entre elles. Pour évaluer le poids relatif de chacune, nous emploierons la procédure de régression. Cependant, étant donné que notre variable dépendante, l'appui, n'est pas une variable continue, nous utiliserons la régression logistique.4

26Les cinq variables entrent dans l'équation comme variables indépendantes pour expliquer l'appui. On se souviendra que dans le modèle de régression logistique il n'y a pas de postulat de linéarité des relations contrairement à la régression linéaire simple. Le tableau l nous présente les résultats.

27D'abord on notera que le coefficient gamma est de 0.92, ce qui suggère que nous ferions 92 pour cent moins d'erreurs en classifiant les observations dans les deux groupes ''appui" versus "non-appui" si nous utilisions les informations contenues dans nos cinq variables que si nous ne le faisions pas. On sait cependant que la statistique gamma sur-évalue la performance du modèle (Demaris, 1992 : 54) parce qu'elle ne tient pas compte des pairs ex-aequo. Le tau-a sous-évalue la relation car s'il y a des pairs ex-aequo la valeur maximum du coefficient n'est plus normée. Par ailleurs, chacune de nos cinq variables indépendantes est statistiquement significative. Comme les unités de mesure des cinq variables n'étaient pas les mêmes, nous nous référons aux estimés standardisés pour évaluer le poids relatif des variables indépendantes.

28Puis un examen des signes nous indique que les trois variables soupçonnées de diminuer la probabilité d'appuyer le projet des Jeux ont effectivement un effet négatif indépendant alors que les deux autres variables ont un effet positif, toutes choses étant égales par ailleurs.

29Troisièmement, la variable la plus lourde est l'échelle des inconvénients. Puis on retrouve deux variables qui ont le même poids mais dont les signes sont contraires. Plus un individu aura un score élevé sur l'échelle de l'olympisme plus il aura tendance à appuyer les Jeux alors que la crainte d'un déficit décroît cet appui tout comme le fait de croire que ce sont des groupes d'intérêts qui bénéficieraient des Jeux. L'échelle mesurant la confiance est bien évidemment liée positivement à l'appui aux Jeux.

Tableau 1 - L'appui aux Jeux : régression logistique

Tableau 1 - L'appui aux Jeux : régression logistique

30Association des probabilités prédites et observées

Concordant = 95.9 %

Discordant = 4.0 %

Gamma = 0.920

Ex aequo = 0.1 %

Tau-a = 0.340

(815718 paires)

31Comme les probabilités sont conditionnelles aux différentes valeurs que prennent les termes de l'équation de régression logistique, il nous faut fixer des valeurs de certaines variables pour pouvoir étudier les autres. Dans les cas de figure qui suivent, nous avons fixé les valeurs des variables à la moyenne, c'est-à-dire que pour les variables non reportées sur le graphique, il faut considérer que ces variables représentent "l'individu moyen".

Cas de figure 1 : l'idéal olympique

32Selon les données du tableau 1, la probabilité d'appuyer le projet des Jeux varie avec l'adhésion à l'olympisme. La figure 4 nous présente le cas de figure pour la variable "olympisme" selon que l'individu croit qu'il y aurait un déficit ou pas. Les autres variables, confiance, obstacles et groupe, sont à leur moyenne respective.

Figure 4 : Probabilité d'appui selon l'adhésion à l'olympisme

Figure 4 : Probabilité d'appui selon l'adhésion à l'olympisme

33On constatera d'abord que la relation entre le degré d'adhésion à l'idéal olympique et la probabilité d'appui au projet n'est pas linéaire. Puis la crainte du déficit fait une nette différence ; mais plus on adhère à l'idéal olympique moins cette différence est importante bien que les deux courbes ne se rejoignent pas même au plus haut niveau de l'échelle d'adhésion. Si quelqu'un craint le déficit, il faudra que cette personne soit à plus de huit sur l'échelle de l'olympisme pour que sa probabilité d'appui aux Jeux soit au-dessus de 0,5. Si cette personne ne craignait pas le déficit, la probabilité d'appuyer les jeux serait de plus de 0,5 même si elle n'adhérait pas à l'idéal olympique. Il faut se souvenir que ce cas de figure postule que les autres variables sont gelées à leur valeur moyenne.

Cas de figure 2 : La confiance

34Une des thèmes qui étaient dans l'air au moment où le public discutait des mérites relatifs de la candidature de Québec était la confiance dans la capacité des Québécois d'organiser une telle manifestation. La figure 5 présente l'estimation de l’appui selon les valeurs de l'échelle de confiance et selon qu'on craint ou non le déficit. Les trois autres variables, olympisme, obstacles et groupe, sont ici à leur valeur moyenne.

Figure 5 : Probabilité d'appui selon la confiance

Figure 5 : Probabilité d'appui selon la confiance

35Ici aussi la relation n'est pas linéaire et il y a une différence entre les personnes qui craignent le déficit et les autres. Le citoyen ou la citoyenne qui ne prévoit pas de déficit et qui a un score moyen sur l'échelle de l'olympisme et sur celle des groupes donnera probablement son appui au projet même si il ou elle est au plus bas degré de l'échelle de confiance. Mais si cette personne prévoyait un déficit, le degré de confiance devient fondamental. La probabilité d'appui croît alors de façon quasi linéaire avec la confiance. Cette personne ne franchira le cap des 50 % des chances d'appuyer les Jeux que si elle est au moins au tiers de l'échelle de confiance.

Cas de figure 3 : Olympisme et obstacles

36Le troisième cas de figure illustre l'effet combiné de l'adhésion à l'idéal olympique d'une part et de la perception des inconvénients ou obstacles d'autre part sur la probabilité d'appui lorsque l'on prédit qu'il y aura un déficit et que le niveau de confiance et l'idée que les Jeux profitent surtout à des intérêts particuliers sont au score moyen. Pour quelqu'un qui ne verrait pas d'inconvénients à tenir les Jeux, il lui suffirait d'être au second degré de l'échelle de l'olympisme pour avoir une probabilité d'au moins 50 % d'appuyer le projet. Mais aussitôt qu'une personne perçoit des inconvénients au projet, la probabilité d'appui diminue très rapidement si bien que même pour quelqu'un qui adhérerait totalement à l'idéal olympique, la perception d'obstacles peut ramener la probabilité d'appui à 0.21.

Figure 6 - Probabilité d'appui selon l'olympisme et les inconvénients

Figure 6 - Probabilité d'appui selon l'olympisme et les inconvénients

37Toutes ces mesures illustrent les difficultés pratiques auxquelles les promoteurs de tels projets se heurtent. Les choix des citoyens reposent sur un écheveau d'attitudes qui ne se laisse pas démêler aisément. Seules des théories bien précises permettraient de modéliser de façon efficace ses relations entre attitudes et choix.

La localisation sociale

38Dans une premier temps nous avions formulé des hypothèses sur la localisation sociale des individus qui appuyaient ou s'opposaient au projet. L'une des hypothèses était formulée en termes de classes sociales et l'autre selon les caractéristiques associées aux post-matérialistes. L'hypothèse post-matérialiste reposait sur l'idée que les Jeux olympiques venaient combler un besoin d'ordre psychologique, voire d'ordre esthétique, et que les opposants seraient surtout des personnes préoccupées par l'aspect matériel du projet. Comme les indicateurs mesurant le post-matérialisme ne faisaient pas partie de la batterie de questions administrées lors du sondage d'opinion, il faudrait spéculer à partir des caractéristiques sociales le plus souvent attribuées aux post-matérialistes. L'opposition acharnée de la mairesse de Sainte-Foy au projet venait conforter cette idée. La mairesse, bien qu'elle soit elle-même une ancienne institutrice, reflétait le plus souvent dans ses prises de position publiques l'esprit des petits boutiquiers. L'hypothèse des classes sociales, quant à elle, se justifiait par les observations fortuites que nous avions faites au cours des mois de débats publics sur la question des Jeux. Quoique des personnes de toutes catégories s'opposaient au projet, il semblait que le cœur de l'opposition se retrouvait dans le profil typique des fidèles d'un certain programme radiophonique qui laisse une large place aux appels téléphoniques de ses auditeurs. L'écoute des interventions des auditeurs, ou plus exactement des auditrices, d'âge mûr si on se fie au ton de la voix, et de scolarité plutôt faible, si on se fie au vocabulaire utilisé et à la forme de l'expression, nous laissait croire que l'appui aux Jeux serait particulièrement faible dans ces catégories sociales.

39Un examen des données brutes du sondage nous informait que certaines catégories sociales étaient effectivement moins favorables aux Jeux alors que d'autres l'étaient plus que la moyenne. Nous avons pris note de chacune de ces catégories que nous introduisons comme variables explicatives de la probabilité d'appui aux Jeux. Pour l'âge, deux catégories ressortaient : les jeunes et les personnes de 65 ans et plus. Nous avons retenu ces deux catégories que nous opposerons au reste de la population c'est-à-dire les gens âgés de 25 à 64 ans. Pour la richesse, l’enquête avait pris une mesure du revenu familial et ce sont les plus pauvres et les plus riches qui se distinguaient des autres. Même phénomène du côté de la scolarité, ce sont les moins scolarisés et les plus scolarisés qui se démarquaient du reste de la population. S'agissant des occupations, les étudiants et les cadres et professionnels se démarquaient des autres par leur appui alors que les personnes classées dans “occupation autre" — catégorie dominée par les ménagères — s'opposaient davantage que la moyenne des répondants. Deux autres catégories sociales se distinguaient en étant proportionnellement plus opposées au projet : les propriétaires fonciers et les femmes. Le tableau 2 présente les résultats d'une analyse de régression linéaire où la variable dépendante est la probabilité d'accorder son appui au projet des Jeux. La variable dépendante est donc une variable continue. Les variables indépendantes sont toutes des dichotomies.

40La probabilité que les jeunes âgés de 18 à 24 ans appuient le projet est de cinq pour cent plus élevée que pour la catégorie des 25-64 ans qui est notre catégorie de référence. Si la personne sélectionnée pour répondre à l'enquête venait d'une famille où le revenu était dans la catégorie supérieure, elle avait six pour cent plus de chance d'appuyer les Jeux que si elle venait de la classe moyenne — définie en terme de revenu familial. Comme les variables scolarité élevée (sc16plus) et les occupations "étudiant'' ou "professionnel" ne sont pas statistiquement liées à la probabilité d'appui, on peut difficilement soutenir que l'hypothèse de l'appui aux Jeux des post-matérialistes offre une voie d'explication raisonnable.

Tableau 2 - Localisation sociale et probabilité d'appui aux Jeux : une régression linéraire

Tableau 2 - Localisation sociale et probabilité d'appui aux Jeux : une régression linéraire

41L'opposition présumément ancrée dans la classe la plus défavorisée ne se confirme pas non plus. En effet, si les personnes issues des familles les plus aisées dans l'échantillon appuient davantage les Jeux que les personnes de familles à revenus moyens, les pauvres ne s'opposent pas particulièrement au projet non plus que les personnes à faible scolarité. Notons au passage que les signes sont dans la direction attendue mais les estimés ne sont pas significatifs. Ces indicateurs de localisation sociale ne discriminent pas entre les personnes plutôt portées à appuyer le projet des Jeux et celles plutôt portées à s'opposer à ce projet.

42Une variable lourde et plus fortement significative est celle qui reflète le fait d'être propriétaire ou non. Les propriétaires fonciers sont moins portés à donner leur appui au projet que les autres citoyens, toutes choses étant égales par ailleurs. Comme nous avons tenu compte du revenu familial, la caractéristique "propriétaire" ne reflète pas ici tellement la valeur du patrimoine que la relation que l'individu entretient envers l'administration de la chose publique. Les propriétaires, tout comme les autres citoyens, étaient en majorité en faveur du projet mais cette majorité (67 %) était moins considérable que celle des locataires par exemple qui eux appuyaient le projet à 75 pour cent.

  • 5 Sur la question nationale par exemple, voir J. Crête, 1995.
  • 6 Moyennes des probabilités d'appuyer le projet selon l'âge : 18-24 ans : 0.84 ; 25-34 ans : 0.79 ; (...)

43Le groupe qui se distingue le plus des autres est celui des personnes âgées de 65 ans et plus. Ces personnes s'opposent un peu plus aux Jeux que les 25-64 ans. On aurait pu s'attendre à ce que les personnes âgées et les plus jeunes, les 18-24 ans, se conjuguent pour s'opposer à celles qui dans leur cycle de vie sont à l'étape où elles soutiennent les jeunes et les plus vieux. Cette image de l'alliance des personnes du troisième âge et des jeunes ne tient pas ici, pas plus que dans d'autres études portant sur les attitudes politiques des Québécois.5 Si dans le cas des attitudes politiques on a pu expliquer les différences entre les gens maintenant âgés de 65 ans et plus et les autres par leur socialisation effectuée il y a cinquante ans, dans le cas des Jeux olympiques la tendance ne s'explique pas aussi facilement. En vérité, la probabilité d'appuyer le projet diminue à chaque catégorie d'âge et non pas seulement lorsqu'on passe le cap des 65 ans. Cependant, c'est à 65 ans où la baisse est la plus importante.6 On soupçonne que certaines attitudes politiques des retraités soient liées à leur insécurité économique (Blais et Nadeau, 1992 : 93) mais à notre connaissance personne n'en a fait la preuve au Québec.

44Finalement, les femmes ne sont pas moins susceptibles d'appuyer le projet que les hommes lorsqu'on tient compte de l'âge et des autres caractéristiques incluses dans la régression. On aurait pu s'attendre à ce que les femmes, qui forment la grande catégorie sociale pauvre, soient plutôt réticentes à appuyer le projet. Les femmes, comme les personnes âgées, sont plus souvent dépendantes de la sécurité sociale que les hommes. Dans le contexte budgétaire où tous ces débats se déroulaient, on aurait pu penser qu'il y avait concurrence pour les fonds de l'État entre les personnes émargeant aux budgets de la sécurité sociale et les promoteurs de projets tels que les Jeux.

45Si on note de façon traditionnelle que trois caractéristiques sociales, autre que l'âge, influent sur la participation aux sports : le niveau de scolarité, le revenu familial et le statut professionnel (Jamet, 1980 : 90), ici ces variables expliquent bien peu de choses. Connaissant les caractéristiques sociales des individus, on améliorerait notre prédiction quant à la probabilité de leur appui au projet que de trois pour cent. Il est donc légitime de penser que le choix de la population d'appuyer ou non le projet relevait de considérations autres que sportives.

Conclusion

46Dans ce chapitre nous avons tenté de découvrir les attitudes qui amenaient les citoyens de la région métropolitaine de Québec à soutenir le projet mis de l'avant par la direction politique de la Ville de Québec. À partir des informations disponibles, nous avons repéré de façon inductive cinq domaines que nous avons représentés par des échelles d'attitudes composites ou, dans le cas du déficit, par un simple indicateur. Comme les citoyens ont dans chacun de ces domaines leur position respective, et comme ces domaines sont tantôt tangents, tantôt parallèles ou encore en intersection, il en résulte un tissu particulièrement riche. Deux individus qui partageraient la même position dans un domaine donné ne vont pas nécessairement choisir la même option si on leur en laisse la possibilité. Leur choix dépendra non pas de leur position dans un seul domaine mais bien plutôt d'une combinatoire qui devient rapidement complexe avec l'ajout de domaines signifiants pour ces individus.

47Dans le cas du débat autour de la candidature de la Ville de Québec auprès du Comité international olympique, tout comme dans des débats plus explicitement politiques, on doit souligner l'importance que prend en démocratie la capacité des acteurs à définir les critères selon lesquels les projets, les plate-formes électorales ou les personnes devraient être évalués. Il ne suffit pas de suggérer ou même d'être capable d'imposer un ordre du jour politique mais encore faut-il s'assurer que les angles sous lesquels les points à l'ordre du jour seront abordés soient limités. Dans le cas que nous avons analysé ici, on a vu qu'il serait très difficile de manipuler à la fois tous les facteurs importants dans la prise de décision individuelle d'appuyer ou non le projet. Cependant, si c'est difficile, ce n'est pas impossible. C'est ainsi que la Société des Jeux de 2002 a utilisé des médaillés olympiques pour tenter de convaincre la population d'adhérer aux valeurs de l'olympisme. La direction de la Ville de Québec a fait campagne pour convaincre les citadins que le budget proposé était réaliste et serait respecté. Les associations pour la protection de l'environnement furent mises à contribution pour rassurer les citadins et tenter de diminuer l'impact des préoccupations environnementales et autres. Bref, comme la décision du citoyen dépend d'un agencement multi-critères, le résultat d'un débat public demeure toujours quelque peu aléatoire.

Bibliographie

Références bibliographiques

BOILEAU Roger, LANGRY Fernand et TREMPE Yves. "Les Canadiens français et les Grands Jeux internationaux". Dans GRUNEAU Richard S. et ALBINSON John S., dir., Canadian Sport : Sociological Perspective. Don Mills, Ontario : Addison-Wesley. 1976.

BLAIS André et NADEAU Richard. 1992. "To Be or Not to Be Sovereignist : Quebeckers' Perennial Dilemma". Canadian Public Policy - Analyse des politiques. 18 : 89-103.

CRETE Jean. Le poids de l'âge. Communication présentée au congrès annuel de la Société québécoise de science politique. Chicoutimi. 1995.

DEMARIS Alfred. Logit Modelling : Practical Applications. Sage University Paper sériés on Quantitative Applications in the Social Sciences, 07-086. Newbury Park, Ca. : Sage, 1992.

DEVELLIS Robert F. Scale Development : Theory and Applications. Newbury Park, Ca : Sage, 1991.

Groupe de travail du Ministre sur la politique fédérale en matière sport. 1992. Le sport : un pas d'avance. Ottawa : Ministre des Approvisionnements et Services Canada.

GRUNEAU Richard S. et ALBINSON John G. dir. Canadian Sport : Sociological Perspective. Don Mills, Ontario : Addison-Wesley. 1976.

GUAY Donald. Introduction à l'histoire des sports au Québec. Montréal : VLB éditeur. 1987.

GUJARATI Damodar N. Basic Econometrics. Deuxième édition. New York : McGraw-Hill, 1988.

HALL Ann, SLACK Trevor, SMITH Garry et WHITSON David. Sport in Canadian Society. Toronto : McClelland & Stewart. 1991.

HARVEY Jean et CANTELON Hart, dir. Sport et pouvoir : les enjeux sociaux au Canada. Ottawa : Les Presses de l'université d'Ottawa. 1988.

JAMET Michel. Les sports et l'État au Québec. Laval, Qc : Les Éditions coopératives Albert Saint-Martin. 1980.

KJELDSON E.K. "Integration of Minorities into Olympic Sport in Canada and the USA". Journal of Sport and Social Issues. 8,2 :29-44. 1984.

LEIPER Jean M. "Politics and Nationalism in the Olympic Games". Dans SEAGRAVE Jeffrey O. et CHU Donald, dir., The Olympic Games in Transition. Champaign, Illinois : Human Kinetics Books. 1988.

LEVASSEUR Roger. "Structure, Représentations idéologiques et symboliques". Dans GRUNEAU Richard S. et ALBINSON John S. dir., Canadian Sport : Sociological Perspective. Don Mills, Ontario : Addison-Wesley, 1976.

GRIMES A. Ray Jr, KELLY William J. et RUBIN Paul H. "A socioeconomic Model of National Olympic Performance". Social Science Quarterly 55 : 777-783. 1974.

LOY John W. Jr, KENYON Gerald S. et MCPHERSON Barry D. Sport, Culture and Society : a Reader on the Sociology of Sport. Deuxième édition. Philadelphie : Lea & Febiger. 1981.

MACINTOSH Donald et HAWES Michael. Sport and Canadian Diplomacy. Montréal : McGill-Queen's University Press, 1994.

MACINTOSH Donald et WHITSON David. The Game Planners. Montréal : McGill-Queen's University Press, 1990.

MORROW Don, KEYES Mary, SIMPSON Wayne, COSENTINO Frank et LAPPAGE Ron. A Concise History of Sport in Canada. Toronto : Oxford University Press, 1989.

RITCHIE J.R., AITKEN Brent et Catherine E. "Olympulse II - Evolving Resident Attitudes Toward the 1988 Olympic Winter Games". Journal of Travel Research 23 : 28-33. 1985.

SEAGRAVE Jeffrey O. "Toward a Definition of Olympism" dans SEAGRAVE Jeffrey O. et CHU Donald, dir., The Olympic Games in Transition. Champaign, Illinois : Human Kinetics Books, 1988.

SPECTOR Paul E. Summated Rating Scale Construction : An Introduction. Sage University Paper Sériés on Quantitative Applications in the Social Sciences, no 07-082. Newbury Park, Ca : Sage, 1992.

Notes

1 Je remercie Guy Lachapelle de l'Université Concordia et Michel De Sève de l'Université Laval de m'avoir transmis les données de l'enquête et aussi pour leurs remarques préliminaires. Merci également à Olivier Crête pour la préparation des graphiques.

2 impact Recherche. Sondage visant à mesurer l'appui de la population face au projet de tenir les Jeux olympiques de 2002 dans la grande région de Québec : rapport synthèse. Québec, août 1994. L'utilisation et l'interprétation des données qui est faite ici n'engage nullement la firme impact Recherche.

3 Les scores devaient aussi avoir un coefficient alpha d'au moins 0.60 pour être retenus dans la composition de l'échelle. Sur ces questions voir Spector (1992) et DeVellis (1991).

4 Gujarati (1988) explique clairement les raisons pour lesquelles la régression logistique doit être préférée aux moindre carrés. Alfred Demaris (1992) présente succinctement la logique et l'interprétation des modèles de régressions log-linéraires.

5 Sur la question nationale par exemple, voir J. Crête, 1995.

6 Moyennes des probabilités d'appuyer le projet selon l'âge : 18-24 ans : 0.84 ; 25-34 ans : 0.79 ; 35-44 ans : 0.75 ; 45-54 ans : 0.72 ; 55-64 ans : 0.69 ; et 65 ans et plus : 0.60.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Appui aux Jeux selon l'adhésion à l'Olympisme
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Figure 2 - Appui selon le degré de confiance
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 3 - Appui selon l'échelle des inconvénients
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 1 - L'appui aux Jeux : régression logistique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Figure 4 : Probabilité d'appui selon l'adhésion à l'olympisme
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 5 : Probabilité d'appui selon la confiance
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16806/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Figure 6 - Probabilité d'appui selon l'olympisme et les inconvénients
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16806/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 2 - Localisation sociale et probabilité d'appui aux Jeux : une régression linéraire
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16806/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 219k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search