Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 2. Formes locales

La sociologie du sport au Québec : une discipline enracinée dans la société

Suzanne Laberge

Texte intégral

  • 1 Afin d'alléger le texte, le genre masculin pluriel sera utilisé pour désigner autant les femmes qu (...)

1Toute sociologie est marquée par les enjeux sociaux et les préoccupations sociales des collectivités dont elle est issue. Ceci tient à cette propriété inhérente des sciences sociales qui fait que les producteurs de connaissances, en l'occurrence les sociologues, sont parties prenantes des sociétés qu'ils étudient1. En effet, ils y occupent une position donnée dans l'espace social et une position donnée dans les champs de production intellectuelle auxquels ils participent. Comme le soulignent ceux qui ont réfléchi sur le métier de sociologue, les productions de connaissances des sociologues vont donc témoigner autant de la dynamique des rapports sociaux et des rapports géopolitiques qui animent la société à laquelle ils appartiennent, que des réseaux de pouvoir qui animent la dynamique des champs de production intellectuelle où ils se situent.

2C'est dans cette perspective contextuelle et compréhensive que je tenterai de présenter les grands moments de la sociologie du sport au Québec. Mon objectif est de faire ressortir les conditions socio-historiques qui sont au fondement de la production en sociologie du sport et le rôle qu'elle a joué dans le domaine des sciences de l'activité physique au Québec.

3Il convient, bien sûr, au départ, de préciser l'extension du champ de production auquel on fait ici référence quand on parle de sociologie du sport. Cette question pourrait donner lieu à elle seule à un débat sociologique compte tenu des enjeux qu'elle interpelle. Toutefois, ceci dépasse le cadre de notre propos. Aux fins du présent exposé, nous avons considéré comme contribution à la sociologie du sport toute production qui s'en réclame, ainsi que les productions des sciences sociales qui utilisent le sport comme matériau de compréhension de la société, telles par exemple les études réalisées en sciences politiques, en sciences économiques, en sciences de l'éducation, en sciences du loisir, et en sociologie en tant que telle. D'ailleurs, ces productions font souvent l'objet de publications dans des périodiques spécialisés en sociologie du sport.

4Mon exposé comporte deux parties. Dans un premier temps, j'essaierai de mettre en lumière la dynamique sociale qui a marqué la constitution et l'évolution du champ de la sociologie du sport. Puis dans un second temps, je tenterai de montrer, à travers les problématiques qui ont retenu l'intérêt des chercheurs et à travers les traditions théoriques dont ils se sont inspirées, que la sociologie du sport au Québec a été partie prenante des rapports de force qui ont marqué la société québécoise et le domaine de l'éducation physique. Bref, mon propos vise à mettre en évidence que la sociologie du sport au Québec est à la fois le produit des conditions socio-historiques dans lesquelles elle s'enracine, et le producteur, le catalyseur d'une dynamique sociale et académique.

Constitution du champ

  • 2 Ce terme est une création terminologique des Québécois qui témoigne de la volonté d'affirmation cu (...)

5Il est important de rappeler d'abord que les départements d'éducation physique ont été créés au sein des universités québécoises durant les années cinquante et soixante. Leur instauration s'inscrivait dans le projet social de démocratisation de l'éducation qui a marqué ces deux décennies au Québec. Cette démocratisation, entraînant un élargissement du système universitaire (notamment la construction d'un réseau de six campus composant l'Université du Québec), a fourni les conditions favorables à une spécialisation et à la création de nouvelles disciplines. Tout corps de connaissances qui présentait une certaine spécificité et qui avait ses promoteurs pouvait envisager devenir une discipline universitaire. C'est ainsi que les éducateurs physiques ont pu faire leur entrée dans le champ de production intellectuelle universitaire ; pour des raisons évidentes, ils y occupaient cependant une position marginale, au bas de la hiérarchie. Afin de modifier cette position peu enviable et afin de changer la perception qu'on avait de leur contribution au savoir, les éducateurs physiques œuvrant dans les départements universitaires ont alors emboîté le pas à la poussée hégémonique des sciences quantitatives et expérimentales. Voulant se dissocier de l'humanisme intégral (Papluskas-Ramunas, 1960) qui avait prévalu jusqu'alors, les départements d'éducation physique ont donc pris le virage "scientifique". La vague américaine de l'aérobic et du fitness tombait à point pour enclencher ce virage. Les études relatives aux effets physiologiques du conditionnement physique2 ont servi d'illustration ou de "preuve" que le domaine de l'activité physique comportait aussi un volet scientifique. Ce fut le début de l'instauration de l'hégémonie des études en physiologie de l'exercice dans le champ de l'éducation physique au Québec.

6Le statut scientifique de l'éducation physique fut d'une certaine manière officialisé dans le milieu universitaire par la présentation en 1966 de dix communications au Congrès de l'a.c.f.a.s. (Association Canadienne Française pour l'Avancement des Sciences). Mais lorsque l'on parlait des sciences de l'activité physique, on pensait alors surtout à la physiologie, à la biomécanique et à l'apprentissage moteur. La sociologie du sport n'était pas encore considérée comme une des sciences de l'activité physique ni comme un champ autonome de production de savoirs. Tout comme l'histoire et la philosophie, la sociologie était perçue comme un domaine marginal contribuant davantage à la culture générale des étudiants qu'à leur formation scientifique. Pourtant, durant cette même période, plus précisément en 1964, la sociologie du sport s'affirmait en Europe en tant que champ de production autonome avec la création de la première association de sociologie du sport, soit l'International Committee for the Sociology of Sport, et avec la publication de son périodique, l'International Review for the Sociology of Sport. En pleine phase de ce que l'on a appelé la Révolution tranquille, les éducateurs physiques québécois étaient davantage centrés sur une reconnaissance et une implantation locales que sur la participation à des organisations ou à des courants internationaux. La valorisation de la participation à des institutions internationales n'apparaîtra que beaucoup plus tard.

7Certaines conditions ont cependant favorisé l'émergence et la reconnaissance graduelle de la sociologie du sport comme une des sciences de l'activité physique. Selon Yerlès et Boileau, les deux pionniers de la sociologie du sport au Québec, trois éléments auraient eu un rôle catalyseur dans l'émergence du champ de la sociologie du sport au Québec.

8En premier lieu, la production à teneur sociologique d'intellectuels-pionniers (dont Sheedy, 1977a, 1977b et 1978) et d'éducateurs physiques militants aurait d'une certaine manière démontré la pertinence d'une perspective sociologique au sein de la discipline. Cette production a eu notamment comme tribune une revue intitulée Le Desport. Les gens qui y écrivaient voulaient faire entendre une perspective critique sur les pratiques dans le domaine de l'activité physique et du sport, entre autres en mettant en lumière les enjeux et les rapports de force et en dénonçant les idéologies (Boileau et Boulanger, 1982 ; Brodeur, 1979, 1980a, 1980b, 1981 ; Jamet, 1980b, 1982 ; Laberge, 1982).

9Un second élément réside dans le fait qu'un noyau d'éducateurs physiques sont allés chercher dans les universités américaines (dont l'Université d'Illinois) ou canadiennes anglaises (dont Waterloo) la légitimation scientifique en sociologie du sport (ces deux universités étant parmi les premières à avoir offert une formation spécialisée en sociologie du sport).

10Enfin, il y aurait le fait que le concept de "sciences de l'activité physique" invitait à un certain pluralisme sous-disciplinaire, sans qu'il soit pour autant le fruit d'une intention explicite de la part des sciences qui dominaient alors le champ de production intellectuelle en éducation physique. La conjoncture permettait la convergence d'intérêts différents : la sociologie du sport aspirait à un statut de secteur ou de sous-discipline au sein des départements d'éducation physique, et les sciences hégémoniques voyaient d'un bon œil l'accroissement éventuel que la sociologie du sport pourrait apporter au volume de productions scientifiques des départements.

11Ce n'est que seize ans après l'entrée de l'éducation physique dans le champ universitaire, soit en 1982, que l'ampleur de la production de connaissances sur le sport dans une perspective sociologique rend possible un acte d'affirmation de l'existence (bien qu'embryonnaire) du champ de la sociologie du sport. Il s'agit du premier colloque en sociologie du sport tenu également dans le cadre de l'a.c.f.a.s. et organisé par Yerlès et Boileau. Les buts visés attestaient d'une prise de conscience des enjeux reliés à l'institutionnalisation de la sociologie du sport. Trois objectifs étaient poursuivis : "dresser un bilan du degré d'institutionnalisation de la sociologie de l'activité physique au Québec, cerner le degré d'implication des chercheurs québécois en sciences sociales à l'égard de l'activité physique comme objet d'étude, et délimiter des avenues de recherche" (Yerlès et Boileau, 1983, p. 455). Le bilan réalisé révélait que l'institutionnalisation de la sociologie du sport avait commencé au cours des années soixante-dix et que "la production pouvait au mieux être qualifiée de pré-sociologique, de péri-sociologique et de para-sociologique" (ibid., p. 447). Les programmatiques proposées au terme du colloque témoignaient de la nécessité de s'inscrire dans des cadres théoriques sociologiques et de maintenir la perspective critique qui avait été jusqu'alors une des dominantes de la production à teneur sociologique. En plus de permettre un premier rassemblement et une prise de conscience collective des chercheurs préoccupés par la compréhension sociologique de l'activité physique et du sport, ce colloque a d'une certaine manière exprimé publiquement que la sociologie du sport existait au Québec et qu'elle allait prendre une part active au sein des sciences de l'activité physique et du sport.

12Au cours des dix dernières années, on a assisté à une lente consolidation du champ. À titre d'indicateurs principaux de cette consolidation, on peut pointer les quatre éléments suivants. D'une part, un nombre important de recherches en sociologie du sport ont obtenu des subventions du Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada (organisme subventionnaire du gouvernement fédéral pour les sciences sociales). D'autre part, des réseaux se sont constitués entre les chercheurs des universités québécoises, de même qu'entre ces derniers et des chercheurs en sociologie du sport des universités américaines et européennes. Un troisième indicateur est la publication d'articles de chercheurs québécois dans les deux périodiques spécialisés en sociologie du sport (Harvey, 1988b ; Rail, 1990b). Enfin, la sociologie du sport au Québec est maintenant reconnue par les sociologues québécois ; cette reconnaissance se trouve concrétisée par la publication d'un numéro thématique consacré à la sociologie du sport (sous la direction de Laberge et Harvey, printemps 1995) dans le périodique Sociologie et sociétés, périodique publié par le département de sociologie de l'Université de Montréal.

13Toutefois, il faut reconnaître que la consolidation du champ de la sociologie du sport s'est effectuée de façon relativement lente. Trois facteurs ont pu agir comme freins. D'une part, les convictions professionnelles de certains acteurs du champ ont orienté leur production vers des préoccupations qui animaient le milieu professionnel local, tels le statut des éducateurs physiques dans la société québécoise (Boileau, 1982 ; Brodeur, 1981 ; Larouche, 1991), la professionnalisation des entraîneurs (Laberge, 1992a), ou la conception même de la mission et du curriculum des départements d'éducation physique (Demers, 1980, 1982, 1988). Ces universitaires s'inscrivaient à leur façon dans un courant de "sociologie engagée" (Gagnon, 1982, p. 142), courant qui a marqué la sociologie québécoise des années soixante-dix et du début des années quatre-vingt Leurs recherches et écrits visaient principalement une contribution au changement social plutôt qu'une contribution au savoir théorique. Cette disposition a pu restreindre le développement et la visibilité de la sociologie du sport au sein des sciences de l'activité physique.

14Un second frein renvoie au statut encore marginal de la sociologie du sport dans les départements d'éducation physique. En effet, la physiologie, l'apprentissage moteur et la biomécanique occupent toujours une position dominante qui draine le recrutement des étudiants poursuivant des études supérieures. En ce sens, la production de recherches doctorales en sociologie du sport sera déterminante de l'expansion future du secteur.

15Enfin, l'absence de périodique francophone spécialisé en sociologie du sport a pu ralentir le rythme de publication des études, limitant également la visibilité dans le milieu.

16En conclusion à cette première partie, on peut dire que la constitution du champ de la sociologie du sport témoigne à la fois de la position secondaire occupée par les sciences sociales en éducation physique, de l'importance accordée par les chercheurs à l'implication sociale dans le milieu professionnel, et des rapports de force existant entre les différentes sciences de l'activité physique. Par ailleurs, il nous apparaît que la consolidation du champ et l'accroissement de la production de connaissances ont surtout été rendus possibles par le développement de réseaux entre les chercheurs en sociologie du sport.

17Abordons maintenant notre second point, soit le survol des problématiques qui ont retenu l'intérêt des chercheurs ainsi que les traditions théoriques dans lesquelles ils se sont inscrits.

Problématiques

18L'inventaire des études effectuées jusqu'à ce jour en sociologie du sport au Québec atteste du fait que la production de connaissances a été fortement inspirée par les enjeux sociaux qui ont marqué la société québécoise ainsi que par les problèmes et enjeux spécifiques qui ont traversé le milieu de l'éducation physique et du sport. On comprendra qu'il est impossible dans le contexte de cette présentation de citer la totalité des travaux réalisés depuis les années soixante-dix. Pour les besoins de mon propos, j'ai donc retenu les problématiques majeures qui ont été abordées par plus d'un auteur.

19D'abord, les rapports ethniques francophones-anglophones dans le domaine du sport amateur et du sport professionnel ont constitué un premier thème de réflexion sociologique (Boileau, Landry et Trempe, 1976) et ont généré une quantité importante de travaux. Les rapports ethniques vécus au Québec ont ainsi servi de déclencheur à l'analyse et à la compréhension de divers processus sociaux. À travers les relations ethniques, Rompré et St-Pierre (l 972) et Plante (1975) ont analysé les idéologies qui alimentaient la dynamique des conflits en hockey professionnel ; Boileau (1978 et 1980) a traité du changement social ; Duperreault (1981), Boileau et Boulanger (1982) ainsi que Lavoie (1989) ont étudié diverses manifestations de la discrimination envers les francophones en hockey professionnel. Connexe à cette thématique, il y a les travaux qui ont porté sur les manifestations de la spécificité culturelle québécoise en sport ; à cet égard, Yerlès (1982) a traité des modes particuliers d'intégration dans les associations sportives et Laberge et Girardin (1992) ont discuté des problèmes épistémologiques et méthodologiques reliés aux études comparatives transculturelles.

20La promotion massive des activités physiques et sportives de loisir qui a marqué les années soixante-dix et quatre-vingt, et dont les programmes gouvernementaux fédéral (ParticipAction) et provincial (KinoQuébec) ont été les principaux instigateurs, a également généré une diversité et une abondance d'analyses sociologiques. Le phénomène de l'activité physique populaire présentait la richesse d'un "fait social total". Ainsi, ce courant a suscité des travaux sur diverses problématiques, dont :

  • les idéologies professionnelles qui animaient ce mouvement social (Harvey, 1983) ;
  • les logiques politiques sous-tendant les interventions de l'État (Brodeur, 1980a ; Jamet 1980b) ;
  • le pouvoir exercé sur les usages sociaux du corps (Jamet, 1982 ; Laberge, 1982 ; Harvey et Sparks, 1991) ;
  • les logiques sociales et culturelles présidant aux choix des acteurs sociaux en matière d’activités physiques de loisir (Boulanger, 1988 ; Laberge et Sankoff, 1988).

21Pressés par les transformations majeures qui se produisaient dans le rôle des pouvoirs étatiques, les chercheurs se sont penchés sur les stratégies politiques (Jamet, 1980a) et la place et le rôle des interventions de l'État en matière de sport et d'activité physique (Harvey et Proulx, 1988 ; Harvey, 1990 ; Harvey, Andrew et Dawson 1990 ; Harvey, Beamish et Defrance, 1993).

22Le fait que les chercheurs en sociologie du sport au Québec ont été animés dans leur production par les enjeux locaux, et qu'ils se sont voulus des acteurs de la dynamique sociale, n'a pas pour autant signifié un repli sur soi. En effet, les chercheurs ont également participé aux débats qui ont traversé la sociologie du sport au plan international. Mentionnons entre autres les questions relatives à la sociologie des organisations sportives (Rail, 1987, 1988a, 1988b), à la spécificité culturelle des femmes (Rail, 1990b ; Laberge, 1992b), aux rapports sociaux de sexe (Laberge, 1991), au phénomène du dopage sportif (Laberge et Thibault, 1993), à la culture sportive postmoderne (Rail, 1991a, 1991b, 1992a), à la culture des pratiques extrêmes (Laberge, 1994a) et au phénomène de mondialisation (Harvey et Houle, 1994).

23Il semble que la consolidation du champ de la sociologie du sport a favorisé une ouverture de plus en plus prononcée vers les problématiques contemporaines internationales et interdisciplinaires. Les travaux en cours de Harvey sur le phénomène de mondialisation et de Rail sur la post-modernité en sont des illustrations éloquentes.

Traditions théoriques

24Au plan des traditions théoriques dont elle s'est inspirée, la production québécoise en sociologie du sport se caractérise par une grande diversité. Ceci tient peut-être à l'indépendance intellectuelle des chercheurs ou encore au fait qu'ils travaillaient sur des problématiques ou des objets différents. Il faut cependant souligner que l'approche fonctionnaliste, qui a pourtant dominé la production américaine jusqu'à la fin des années quatre-vingt, n'était pas représentée dans la diversité des traditions théoriques. Ceci s'explique peut-être par le fait que la sociologie du sport québécoise était davantage tournée vers la sociologie européenne, mais aussi par le fait que la tradition fonctionnaliste présentait certaines incompatibilités avec le courant critique qui imprégnait la réflexion québécoise.

25Au-delà de la diversité des systèmes théoriques employés, il demeure que les productions québécoises en sociologie du sport partagent une certaine vision de la société et une épistémologie privilégiant une approche herméneutique. Ainsi, à titre de point de convergence, la production québécoise a davantage adopté la conception Weberienne et Marxienne selon laquelle la société n'est pas le fruit d'un consensus autour de valeurs communes, mais plutôt le produit de l'affrontement des intérêts. Au plan épistémologique, le sport a été étudié en le situant dans son contexte socio-historique, c'est-à-dire dans le contexte général de l'ensemble des productions culturelles ; ainsi le sport est pensé soit comme un enjeu de luttes culturelles, soit comme un "champ" se situant dans un système plus large de pratiques sociales.

26Les chercheurs québécois ont manifesté un grande ouverture aux divers courants théoriques qui ont marqué la sociologie. En voici un aperçu :

  • Le modèle théorique de Crozier a été utilisé par Yerlès (1982) et par Rail (1987, 1988a, 1988b) pour comprendre les relations de pouvoir au sein des organisations sportives ;
  • La sociologie politique de Gramsci a notamment été utilisée par Jamet (1980a) dans son analyse des interventions de l'État québécois dans le domaine de l'activité physique et du sport ; le système théorique de Gramsci l'a amené à mettre en lumière que l'exercice d'hégémonie et la recherche d'adhésion ont constitué les deux vecteurs dominants des interventions de l'État québécois ;
  • L'approche actionnaliste (centrée sur la compréhension de l'action sociale) développée par Touraine a été exploitée par Harvey (1983) dans son analyse des idéologies professionnelles ;
  • L'approche phénoménologique a inspiré Rail dans ses travaux sur la violence en sport (l 990a et 1992b) ;
  • Le cadre théorique de Bourdieu a été emprunté par Laberge et Sankoff (1988) pour comprendre les logiques sociales et les dispositions qui orientent les choix des agents sociaux en matière de pratiques corporelles ; l'intégration d'une perspective féministe au modèle conceptuel de Bourdieu a également été envisagé (Laberge, 1994) ;
  • Enfin, Rail et Harvey (1994) ont exploré les contributions possibles de la sociologie foucaldienne à la sociologie du sport.

Conclusion

27Pour conclure, il nous semble que quatre traits majeurs pourraient caractériser la sociologie du sport au Québec :

  • une sociologie enracinée dans sa société dans le sens où ce sont les mouvements sociaux et politiques du milieu qui ont déterminé sa naissance, la constitution du champ et sa production ;
  • une sociologie davantage préoccupée, à ses débuts, de comprendre et d'agir sur la dynamique du milieu professionnel et social dans lequel elle s'enracinait ;
  • une sociologie marquée par la diversité des traditions théoriques et l'indépendance intellectuelle des chercheurs ;
  • une sociologie fondamentalement d'inspiration critique dans son analyse de l'activité physique et du sport.

Bibliographie

Bibliographie

BOILEAU R. "Groupes ethniques et sport amateur dans un contexte de changement social". In ORBAN W.A.R. et LANDRY F. (sous la direction de). Sociologie du sport : études sociologiques et aspects administratifs, économiques et juridiques du sport et du loisir. Symposia Specialists. Miami, Florida : 1978, p. 243-259.

— "Révolution tranquille, relations ethniques et pratiques sportives". In ASIMOPOULOS N. (sous la direction de). La transformation du pouvoir au Québec. Actes du colloque de l'Association Canadienne des Sociologues et des Anthropologues de Langue Française, 1979. Montréal : Éditions St-Martin, 1980, p. 217-240.

— "Rôle et statut du professionnel de l'activité physique". In L'éducation physique : où va la profession ? Actes du Symposium de l'Association Interuniversitaire des Étudiants et Étudiantes en Activité Physique du Québec. Les Dossiers Beaux-Jeux, no 7. Montréal : Éditions Bellarmin et Éditions Desport, 1982, p. 15-47.

BOILEAU R., BOULANGER R. "Les francophones au hockey professionnel : compétence limitée ou promotion bloquée ?", Le Desport, no 28, 1982, p. 15-18.

BOILEAU R., LANDRY F., TREMPE Y. "Les Canadiens-Français et les grands jeux internationaux (1908-1974)". In GRUNEAU R.S. et ALBINSON J.G. (eds). Canadian Sport : Sociological Perspectives. Don Mills, Addison-Wesley, 1976, p. 141-169.

BOULANGER R. "Cultures de classe et pratiques sportives". In HARVEY, J. et CANTELON, H. (sous la direction de). Sport et Pouvoir, Les Enjeux Sociaux au Canada. Ottawa : Presses de l'Université d'Ottawa, 1988, p. 255-275.

BRODEUR P. "La pratique sportive au Québec, constats et problématique". Le Desport, no 11, 1979, p. 9-16.

— "Conditionnement physique individuel pour une santé collective : une autre mystification". Le Desport, no 18, 1980a, p. 9-18.

— "Pour une compréhension socio-politique du sport". Le Desport, no 16 spéc., 1980b, p. 8-17.

— "Critique institutionnelle de l'éducation physique". Le Desport, no 25, 1981, p. 10-14.

— "La condition physique et les activités physiques en milieu de travail : discours et enjeux.". In HARVEY J. et CANTELON H. (sous la direction de). Sport et Pouvoir, les Enjeux Sociaux au Canada. Ottawa : Presses de l'Université d'Ottawa, 1988, p. 233-250.

DEMERS P. J. "L'éducation physique scolaire québécoise : une nouvelle mission sociale à découvrir". Revue des Sciences de l'Éducation, vol. VI, no 1, 1980, p. 85-93.

DEMERS P. J. "Le rôle de la sociologie et la réorientation de l'éducation physique au Québec". In MAYER-RENAUD M. et LE DOYEN A. (sous la direction de). L'intervention Sociale. Actes du colloque de l'Association Canadienne des Sociologues et des Anthropologues de Langue Française, 1981. Montréal : Éditions St-Martin, 1982, p. 215-225.

— "La formation universitaire des éducateurs physiques". In HARVEY J. et CANTELON H. (sous la direction de). Sport et Pouvoir, les Enjeux Sociaux au Canada. Ottawa : Presses de l'Université d'Ottawa, 1988, p. 161-176.

DUPERREAULT J. R. "L'affaire Richard : A Situational Analysis of the Montreal Hockey Riot of 1955". Canadian Journal of the History of Sport, vol. 12, no 1, 1981, p. 66-83.

GAGNON G. "Les pratiques émancipatoires collectives en milieu populaire québécois". In Collectif. Les Pratiques Emancipatoires en Milieu Populaire. Québec : Institut Québécois de Recherche sur la Culture, 1982, p. 123-146.

HARVEY J. Le Corps Programmé ou la Rhétorique de Kino-Québec. Montréal : Éditions St-Martin, 1983, 105 p.

— "Le clergé québécois et le sport 1930-1960". In HARVEY J. et CANTELON, H. (sous la direction de). Sport et Pouvoir, les Enjeux Sociaux au Canada. Ottawa : Presses de l'Université d'Ottawa, 1988, p. 69-88.

— "L'investissement politique du corps et l'État-providence canadien". Politique, no 14, 1988a, p. 5-35.

— "Sport Policy and the Welfare State : an Outline of the Canadian Case". Sociology of Sport Journal, vol. 5, no 4, 1988b, p. 315-329.

— "Le sport et l'activité physique, un enjeu de la politique sociale à l'aube de l'État providence". In Anthropologie du Sport : Perspectives Critiques. Actes du colloque International Francophone. Paris : Association Francophone Internationale de Recherche Scientifique en Éducation, Quel Corps, 1991, p. 112-119.

HARVEY J., ANDREW C., DAWSON D. "Le loisir à Québec et l'État providence". Recherches sociographiques, vol. 31, no 1, 1990, p. 129-143.

HARVEY J., BEAMISH R., DEFRANCE J. "Physical Exercise Policy and the Welfare State : A Framework for Comparative Studies". International Review for the Sociology of Sport, vol. 28, no 1, 1993, p. 53-62.

HARVEY J., HOULE F. "Sport, World Economy, Global Culture and New Social Movements". Sociology of Sport Journal, vol. 11, no 4, 1994, (sous presse).

HARVEY J., PROULX R. "Le sport et l'Etat au Canada". In HARVEY J. et CANTELON H. (sous la direction de). Sport et Pouvoir, les Enjeux Sociaux au Canada. Ottawa : Presses de l'Université d'Ottawa, 1988, p. 93-122.

HARVEY J., SPARKS R. "The Politics of the Body in the Context of Modernity". Quest, vol. 43, no 2, 1991, p. 164-189.

JAMET M. Les Sports et l'État au Québec. Montréal : Éditions St-Martin, 1980a, 150 p.

— "Une stratégie politique dissimulée : Le livre blanc sur le loisir au Québec. Le Desport, no 17, 1980b, p. 20-22.

— "Vers un nouveau pouvoir sur le corps". Le Desport, no 27, 1982, p. 8-9.

LABERGE S. "Le dossard social du marathon". Le Desport, no 26, 1982, p. 14-16.

— "De la nature du corps à la culture du corps : le cas du conditionnement physique". In Philosophie et Culture. Actes du XVIIe Congrès Mondial de Philosophie, Montréal 21-27/08/1983, Vol. II. Montréal : Éditions du Beffroi et Éditions Montmorency, 1986, p. 67-72.

— "La mixité dans les cours d'éducation physique : Constats et problématique". In BOILEAU R. (sous la direction de). Éduquer comme profession, c'est quoi ? Actes du deuxième congrès de la Confédération des Éducateurs et Éducatrices Physiques du Québec, 25-27/10/1990. Ste-Foy : Éditions L'impulsion, 1991, p. 173-185.

Situation de l'Emploi des Entraîneurs de Haute Performance au Canada. Ottawa : Sport Canada, 1992a, 57 p.

— "Pratique d'activités physiques et sportives chez les femmes sur le marché du travail et au foyer : des conditions d'existence qui font la différence". Loisir et société/Society and Leisure, vol. 15, no 1, 1992b, p. 24-271.

— "Les sports à risque et le rapport à la mort". Frontières, vol. 6, no 3, 1994a, p. 13-18.

— "Pour une convergence de l'approche féministe et du modèle conceptuel de Bourdieu". Revue STAPS, no 35, 1994b, p. 51-63.

LABERGE S., GIRARDIN Y. "Questioning the Inference of Ethnic Differences in Achievement Values From Types of Sport Participation". Sociology of Sport Journal, vol. 9, no 3, 1992, p. 295-306.

LABERGE S., THIBAULT G. "Dopage sportif : attitudes de jeunes athlètes québécois et significations dans le contexte d'une éthique post-moderne". Loisir et société/Society and Leisure, vol. 16, no 2, 1993, p. 216-229.

LABERGE S., SANKOFF D. "Activités physiques, habitus corporels et styles de vie". In HARVEY, J. et CANTELON, H. (sous la direction de). Sport et Pouvoir, les Enjeux Sociaux au Canada. Ottawa : Presses de l'Université d'Ottawa, 1988, p. 277-299.

LAROUCHE R. "L'éducation physique en l'an 2000 : progression... stagnation... ou régression en regard du processus de professionnalisation". In BOILEAU R. (sous la direction de). Éduquer comme profession, c'est quoi ? Actes du deuxième congrès de la Confédération des Éducateurs et Éducatrices Physiques du Québec, 25-27/10/l990. Ste-Foy : Éditions L'impulsion, 1991, p. 73-86.

LAVOIE M. "Stacking, Performance Differentials, and Salary Discrimination in Professional Ice Hockey : A Survey of Evidence". Sociology of Sport Journal, vol. 6, no 1, 1989, p. 17-35.

PAPLAUSKAS-RAMUNAS A. L'Éducation Physique dans l'Humanisme Intégral. Ottawa : Éditions de l'Université d'Ottawa, 1960, 115 p.

PLANTE J. R. "Crime et châtiment au Forum - un mythe à l'œuvre". Stratégie. no 2, 1975, p. 43-65.

RAIL G. "Perceived Role Characteristics and Executives Satisfaction in Voluntary Sport Associations". Journal of Sport Psychology, vol. 9, no 4, 1987, p. 376-384.

— "A Theoretical Framework for the Study of Complex Sport Organizations". Journal of Sport Management, vol. 2, no 1, 1988a, p. 40-52.

— "Sport Federation Executives and Organizational Strategies". Journal of Sport and Social Issues, vol. 12, no 1, 1988b, p. 44-53.

— "Le changement qualitatif des pratiques sportives : considérations éthiques". In ARNAUD P. (textes réunis par). Le Sport Moderne en Question, Innovation et Changements Sociaux. Lyon : A.F.R.A.P.S. - Centre Jacques Cartier, 1990a, p. 189-201.

— "Physical Contact in Women's Basket-ball : A First Interpretation". International Review for the Sociology of Sport, vol. 25, no 4, 1990b, p. 269-285.

— "Technologie post-moderne et culture : un regard sur le sport médiatisé". In LANDRY F., LANDRY M. et YERLES M. (sous la direction de). Sport : le Troisième Millénaire. Actes du Symposium International. Québec : Presses de l'Université Laval, 1991a, p. 731-739.

— "The Dissolution of Polarities as a Megatrend in Postmodern Sport". In LANDRY F., LANDRY M. et YERLES M. (Eds). Sport : The Third Millenium. Proceedings of the International Symposium. Québec : Presses de l'Université Laval, 1991b, p. 735-751.

— "Post-modernité : le sport-panique et le triomphe de la culture". Cosmopolitique, no 17, 1992a, p. 18-22.

— "Physical Contact in Women's Basket-ball : A Phenomenological Construction and Contextualization". International Review for the Sociology of Sport, vol. 27, no 1, 1992b, p. 1-25.

RAIL G., CANTELON J. "Perspective Foucaldienne et sociologie du sport". Revue STAPS, no 35, 1994, (sous presse).

ROMPRE P., ST-PIERRE G. "Essai de sémiologie du hockey à propos de l'idéologie sportive". Stratégie, no 2, 1972, p. 19-53.

SHEEDY A. "Pour une historiographie propre au phénomène de l'éducation physique et du sport I : la reconnaissance des idéologies". Canadian Journal of History of Sport and Physical Education, vol. VIII, no 2, 1977a, p. 10-24.

— "Le conditionnement physique : un mythe ?" Canadian Journal of Applied Sport Sciences, vol. 2, no 2, 1977b, p. 201-205.

— "Pour une historiographie propre au phénomène de l'éducation physique et du sport II : La sociologie de la connaissance". Canadian Journal of History of Sport and Physical Education, vol. IX, no 1, 1978, p. 19-31.

YERLES M. "Modes of Integration in Voluntary Sports Associations". In DUNLEAVY A., MIRACLE A. et REES R. (eds). Studies in the Sociology of Sport. Fort Worth, Tex : Texas Christian Press, 1982, p. 73-83.

YERLES M., BOILEAU R. "Sociologie de l'activité physique au Québec : une première rencontre". Loisir et Société/Society and Leisure, vol. 5, no 2, 1983, p. 446-456.

Notes

1 Afin d'alléger le texte, le genre masculin pluriel sera utilisé pour désigner autant les femmes que les hommes.

2 Ce terme est une création terminologique des Québécois qui témoigne de la volonté d'affirmation culturelle qui a ponctué l’histoire du Québec. En effet, on s'interdisait de faire l'emprunt linguistique du terme anglais fitness d'une part, et d'autre part, on était peu attiré par l'expression "gymnastique volontaire".— utilisée en France pour désigner une réalité équivalente — cette expression n'ayant pas du tout la même résonance au Québec. Sur la base du champ sémantique du terme fitness, les universitaires québécois en éducation physique ont donc créé l'expression "conditionnement physique" pour désigner la pratique d’activités physiques visant à améliorer la condition physique ou à maintenir une bonne condition physique.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search