Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 2. Formes locales

Pratiques corporelles, reflet de mutations sociales : le cas du Québec

Roger Boileau et Donald Guay

Texte intégral

1En 1989, les autorités de la Régie des installations olympiques de Montréal exprimaient la ferme intention de transformer le vélodrome olympique doté de la seule piste couverte du Québec en un biodome, pour cause de non rentabilité. Une telle décision étonne dans une ville hôte des jeux olympiques où le climat interdit les routes aux cyclistes cinq mois sur douze. Plus étonnant encore, l'absence de protestations pour contrer cette décision de la part du public et des corps intermédiaires intéressés à la cause sportive. Seuls les organismes directement associés au cyclisme osèrent s'exprimer. L'univers sportif québécois serait-il en perte de vitesse quinze ans à peine après la tenue des Jeux olympiques de Montréal qui devaient justement relever le niveau de la pratique sportive de la jeunesse ? Ce fait étonnant s'ajoute à d'autres du même ordre et nous renvoie à l'importance relative des pratiques corporelles dans notre société.

2Cette recherche fait suite à une requête de l'Institut Québécois de Recherche sur la Culture qui voulait vérifier, à l'aide d'un vaste répertoire de données secondaires s'échelonnant sur plus de quinze ans (1970-1985), les variations des pratiques culturelles des Québécois dont le sport et le plein air. On mit à notre disposition une quantité impressionnante de tableaux colligés par différentes études et enquêtes, mais, on l'imagine, sans grande cohérence conceptuelle et méthodologique. Ainsi le terme "sport" était-il parfois entendu dans son sens "limité" d'activité compétitive, organisée dans le but d'un enjeu, alors qu'on l'utilisait ailleurs dans son sens "large", c'est-à-dire synonyme de toute activité sportive. À cela ajoutons l'opérationnalisation changeante d'une même variable d'une étude à l'autre. Par exemple, dans certaines enquêtes les répondants sont âgés de 7 à 18 ans, dans d'autres de 12 à 25 ans, etc...

3On peut donc dire que la cueillette des données sur les pratiques corporelles québécoises commande une certaine prudence lorsque utilisée de façon diachronique comme on nous le demandait. Dans cette présentation, nous établissons quelques constats sur les pratiques corporelles des Québécois francophones depuis le début des années soixante, particulièrement les pratiques sportives et de plein air, et, faute de mieux, ce qu'on a appelé les pratiques alternatives.

4Dans un second temps, nous avançons l'hypothèse que l'intégration superficielle du sport dans la société québécoise ne lui permet pas de résister au ressac post-olympique et à la concurrence des autres types de pratiques corporelles.

quelques faits saillants relatifs aux vingt-cinq dernières années

La privatisation des motivations

  • 1 Rapport de la Commission d'Enquête de la Confédération Provinciale des Terrains de Jeu et des Œuvr (...)
  • 2 "Le problème des loisirs", Le Soleil, 4 décembre 1961 ; "le problème des loisirs", L'Action, 15 ju (...)

5Jusque dans les années 1960, la pratique d'activités physiques des jeunes francophones est encadrée principalement par les Œuvres de terrains de jeu, les centres paroissiaux de loisirs et les collèges classiques. Ces institutions catholiques visent à transmettre une forte éducation morale et religieuse. De façon plus immédiate, elles veulent inculquer la discipline, le dévouement, le sens social chrétien, l'altruisme, le sens des responsabilités, la coopération, L'esprit d'équipe, l'ordre, etc., par des loisirs sains et actifs. Les activités physiques disponibles sont déterminées par l'organisation en fonction des buts fixés et le choix d'activités est limité1. C'est l'organisme qui décide, l'autonomie laissée à l'individu est peu importante. Le loisir se présente alors comme un problème de société2.

  • 3 GUAY D. "Loisirs et leadership des travailleurs québécois". Document non publié, 1974.

6Ces associations de loisirs dont le rôle est de favoriser la formation de l'individu en fonction du développement social dominent l'univers des loisirs jusqu'à la fin des années 1960, alors que se produit un changement radical dans la formation des associations qui organisent des activités d'occupation du temps libre. Jusqu'en 1968, il se forme au Québec un plus grand nombre d'associations dont le but général est de favoriser le développement social. Après cette date, ce type d'association connaît une désaffection prononcée alors que les associations qui visent avant tout, sinon exclusivement, le développement personnel des membres se multiplient au point de devenir dès 1970 trois fois plus nombreuses que les associations de développement social3. Nous assistons donc, depuis le début des années 1970, à une forte tendance vers la privatisation des motivations qui affecte la pratique d'activités physiques. L'individu cherche un engagement personnel direct, une participation active, libre, exempte d’un encadrement trop formel. Il y a dans ce comportement une tendance à la personnalisation plutôt qu'à la socialisation. La prise de conscience de la responsabilité personnelle de sa condition physique accentue cette tendance.

  • 4 GRAND'MAISON J. Le Privé et le Public. Montréal : Leméac, 1975, tome 1, p. 7.

7Maintes statistiques indiquent que les activités physiques qui ont connu la plus grande popularité depuis une quinzaine d'années sont celles qui donnent des satisfactions immédiates et qui répondent à des besoins personnels. Cette tendance se constate aussi bien dans le choix d'activités et des lieux où elles se pratiquent que dans l'investissement dans une résidence secondaire à des fins de villégiature. Ces activités libres semblent répondre à un grand besoin de manifester son originalité et son individualité. On assiste à ce que Jacques Grand'Maison a appelé le "repli sur le privé", les intérêts personnels4. On veut s'occuper de soi d'abord avant de s'intéresser à un mouvement de développement social.

8Cette atomisation des motivations qui amène une très grande diversité d'activités physiques a été favorisée par une certaine libéralisation de la société, notamment l'école qui s'est presque totalement laïcisée depuis une vingtaine d'années. Dès le jeune âge, l'individu acquiert une plus grande liberté de choisir les activités qui répondent à ses besoins et à ses aspirations.

Des pratiques sportives en hausse... et qui plafonnent

9Si nous comparons les pratiques sportives des Québécois de la décennie 1960-1970 à ce qu'elles furent auparavant, cette période peut être retenue comme ayant été particulièrement favorable. La croissance a été générale : plus de participants, d'installations et d'équipements, d'intervenants, de crédits gouvernementaux, de programmes divers, etc... Jamais le Québec n'a tant investi dans les pratiques sportives. Pour les fins de cette rétrospective, nous retenons trois éléments marquants de cette période de changement social.

Une conjoncture sociale favorable à l'acceptation du fait sportif

  • 5 BOILEAU R. "Révolution tranquille, relations ethniques et pratiques sportives". In ASSIMOPOULOS et (...)

10Le bond des pratiques sportives au Québec depuis vingt ans est d'abord la conséquence de tendances et d'événements qui se sont produits durant les années soixante. Bien que l'on observe en 1973 une augmentation de près de 250 % du nombre de clubs sportifs affiliés aux fédérations provinciales par rapport à 1963, c'est au milieu des années soixante, avant la création de l'appareil d'État (1968) et l'obtention des Jeux olympiques par la ville de Montréal (1970) que le nombre de clubs sportifs se met à croître rapidement5. Il y a donc eu, dans la conjoncture sociale de ces années, des conditions propices à l'expansion du phénomène sportif.

  • 6 ROCHER G. Le Québec en Mutation. Montréal : Heurtebise H.M.H., 1973.

11Les années de la Révolution tranquille (1959-1968) rassemblent en fait plusieurs facteurs favorables. Une croissance économique associée à une mutation culturelle des francophones qui se caractérise par une plus grande acceptation des valeurs propres à une société industrielle6 incite à l'adoption des pratiques sportives. Ce rapprochement des valeurs de l'univers industriel et de l'univers sportif est notoire et s'observe dans plusieurs autres sociétés. Dans les deux cas, on privilégie la productivité (ou performance) acquise grâce à une spécialisation des tâches (ou des épreuves sportives) et à un esprit d'ascétisme. Le contexte compétitif dans lequel le sport et l'industrie baignent appelle la recherche scientifique et son corollaire, l'innovation technologique. Les rapports interpersonnels sont marqués par l'autoritarisme et la concentration du pouvoir en une structure pyramidale bien identifiée. Ce n'est donc pas un hasard si le phénomène sportif se développe parallèlement à la société industrielle. Il profite de cette dernière et l'entretient car le sport, agent de socialisation des valeurs spécifiques à ce type de société, en est aussi un excellent miroir.

12Durant ces mêmes années, d'autres facteurs favorables s'ajoutent. La poussée démographique de l'après-guerre produit une jeunesse urbaine plus nombreuse, instruite et ouverte au changement. L'adoption des pratiques corporelles "modernes'' à l'image du sport anglo-saxon ambiant s'impose sans difficulté. D'autant plus que le clergé, à bout de ressources et dépassé par la demande, ne peut plus au début des années 1960 encadrer seul et comme avant le temps libre de cette jeunesse.

13L'arrivée, durant cette même décennie, des nouveaux intervenants que sont les professeurs d'éducation physique récemment diplômés des universités d'Ottawa, Laval et Montréal, accélère le processus de sécularisation en cours et ouvre la voie à l'intervention prépondérante de l'État.

  • 7 Se créent alors de nombreux organismes laïcs. À titre d'exemples, la Confédération des Sports du Q (...)
  • 8 Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche. Le Temps de l'Excellence, un Défi Québécois. Qué (...)

14Ce dernier intervient en deux temps. Il rend d'abord l'éducation physique obligatoire dans le réseau scolaire public en 1964, créant des milliers de postes de professeurs d'éducation physique qui utilisent le sport comme véhicule privilégié des nouveaux cours obligatoires et des activités parascolaires. L'État s'implique ensuite dans le sport fédératif par la création du Haut-Commissariat à la Jeunesse, aux Loisirs et au Sport (1968), à l'image du modèle français d'alors, et supporte financièrement les initiatives d'une nouvelle élite francophone avide de réformes7. Ce synchronisme nouveau, entre l'État et le sport, accélère la croissance de la pratique sportive qui se poursuit jusqu'à la fin des années 1970. Entre 1972-1973 et 1978-1979, le nombre de pratiquant affiliés à des fédérations sportives augmente de 295 % alors que l'aide gouvernementale augmente de 848 %8.

15En mai 1970, un autre événement favorise le développement du sport au Québec, l'obtention des jeux de la XXIe olympiade par la ville de Montréal.

Un accélérateur de changement : la tenue des Jeux olympiques à Montréal en 1976

  • 9 Société des Sports du Québec. Plan de Développement de l'Elite Sportive Québécoise. Document final (...)
  • 10 Ibid., p. 37.

16Ces jeux ne sont pas le point de départ de l'intérêt des Québécois envers la pratique du sport. Cet élan s'est exprimé plus tôt. Ils s'imposent toutefois à la collectivité sportive comme un exercice important de rattrapage et d'encadrement de l'élite sportive existante. Les échéanciers serrés et la visibilité internationale des jeux précipitent des décisions et délient les bourses. À l'obtention des Jeux, en 1970, peu d'athlètes, d'entraîneurs, d'officiels et d'organisateurs sportifs sont de calibre international au Québec, car le sport amateur est caractérisé par un état de laisser-faire dans lequel les intervenants sont livrés à eux-mêmes sans appui direct, sans programme de développement. En 1972, un nouvel organisme financé par l'État — Québec-Mission 1976 — gère un modèle qui, sans développer systématiquement une élite, appuie financièrement et autrement celle qui s'est édifiée par elle-même. De 1972 à 1976, cet organisme administre divers programmes pour faire accéder 30 % de Québécois et de Québécoises au sein de la délégation canadienne des Jeux de Montréal. Pour la première fois on met en avant les concepts de programme et de développement, de planification et d'intervention en fonction d'objectifs mesurables, et on agit en conséquence. On crée un premier centre "national" d'entraînement (c.e.n.a.), un système de repérage des athlètes d'élite et de soins spécialisés, le tout soutenu par un budget croissant qui passe de 400 000 $ en 1972 à 1 900 000 $ en 1975, une augmentation de 475 %9. Les résultats sont conséquents. La délégation québécoise obtient la première place aux Jeux du Canada d'hiver de Lethbridge (1975) et l'année suivante aux Jeux olympiques de Montréal la délégation canadienne compte 25 % d'athlètes québécois10.

Une dynamique sportive en mouvement

17En rétrospective on peut dire que le sport québécois qui émerge avec la Révolution tranquille présente un profil sociologique semblable à certains égards au modèle occidental. C'est une pratique associée majoritairement :

  • à la jeunesse et plus particulièrement aux adolescents et jeunes adultes ;
  • aux garçons davantage qu'aux filles ;
  • aux gens plus scolarisés ;
  • et aux gens appartenant aux catégories socio-économiques les plus élevées.

18Dès les années 1960, ce profil s'enrichit de caractéristiques propres au folklore des États Fédéraux multiculturels — les tensions ethniques. Déjà dans les années 1950 alors que l'administration canadienne était l'affaire d'une poignée de "gentlemen" anglo-saxons, l'Église québécoise formulait plusieurs doléances sur la représentation, les objectifs et les communications de l'appareil sportif envers les franco-canadiens. Loin de s'atténuer, ces reproches sont repris et amplifiés par les générations successives de gestionnaires du sport québécois.

  • 11 JOLIN L. "Les relations Québec/Ottawa dans le domaine des loisirs". Document de travail, mai 1977, (...)

19À ces difficultés des gestionnaires, il faut ajouter la querelle de juridiction entre les deux ordres de gouvernement. Durant les années soixante, les deux niveaux de gouvernement (Ottawa et Québec) investiront le domaine du sport. Ottawa en 1961, par sa loi sur la condition physique et le sport amateur, et Québec, en 1968, par la création du Haut-Commissariat à la Jeunesse, aux Loisirs et au Sport (h.c.j.l.s.). Ces domaines ne sont pas mentionnés dans l'Acte de l'Amérique du Nord Britannique (a.a.n.b.) de 1867. Pour Québec, le conditionnement physique, le loisir et le sport sont des éléments de la santé et de la culture, donc de responsabilité provinciale ; le fédéral met l'accent sur la fonction internationale des délégations sportives d'élite et utilise son simple pouvoir général de dépenser ou fait référence au pouvoir résiduaire, ou encore s'appuie sur le pouvoir déclaratoire pour s'impliquer dans différents secteurs de l'activité physique11.

  • 12 MARCOTTE G. "L'unanimité des provinces suffira-t-elle pour rallier Ottawa aux volontés de la major (...)

20Pas moins de onze rencontres interprovinciales et fédérales/provinciales de fonctionnaires seront requises durant les années 1970 et cinq rencontres des ministres responsables pour jeter les ponts d'un certain partage où le fédéral s'est vu reconnaître par les provinces un rôle dans le développement des athlètes d'élite et du sport sur les plans canadien et international, tandis que les provinces obtenaient une certaine prépondérance sur le plan des loisirs12.

21À l'intérieur de l'État provincial du Québec, la réalité sportive se modifie rapidement durant ces quinze années à l'image de la culture québécoise. On observe d'abord un centre de gravité qui se déplace. En 1968 se tenait le Congrès du Sport du Québec qui se terminait dans une grande euphorie. Animée par des bénévoles idéalistes et avides de changement, cette rencontre permit par la suite les grandes réalisations qui guideront pendant plus de dix ans la scène du sport québécois : création de la Confédération des Sports du Québec, des Jeux de Québec, d'une première centrale administrative, la prise en main du sport par les francophones, le déblocage des premières grandes subventions gouvernementales. Tout semblait permis, tout semblait possible.

22Dix ans plus tard, en 1978, la rencontre des États Généraux du Sport se termine au contraire dans la confusion et la stérilité. On ne put, parallèlement à l'État qui rédigeait alors son Livre Blanc sur le Loisir, articuler une politique distincte du sport québécois ou proposer un partage différent des responsabilités des divers intervenants. La polarisation sera grande entre les tenants du sport dit "d'élite", privilégiant la performance, et les tenants du sport dit "de masse", privilégiant des objectifs de participation et de santé. La rencontre de 1978 aura été le constat de la dépendance croissante des organismes sportifs vis-à-vis de l'État, dépendance qui s'accentuera jusqu'à maintenant. Ainsi en 1984, ces organismes seront incapables d'empêcher l'État de s'accaparer une partie du mandat et du budget de la Société des Sports du Québec.

23En quinze ans la dynamique sportive québécoise sera passée des mains des bénévoles idéalistes aux gestionnaires étatiques et para-étatiques.

  • 13 BOILEAU R. Social Change, Ethnicity and Amateur Sport involvement in Québec : 1963-1973. Thèse de (...)

24On observe deuxièmement que la pratique sportive se régionalise. À l'origine du phénomène sportif québécois, au xixe siècle, on remarque la prépondérance d'un groupe ethnique, les anglophones, et d'une ville, Montréal. Ce n'est qu'au tournant de 1970 que l'accélération de la participation se fait sentir hors de la région montréalaise et chez les francophones. Une étude13 portant sur l'importance relative de Montréal par rapport aux autres régions du Québec indique, qu'en 1963, 57 % des clubs sportifs étaient situés sur le territoire de l'Ile de Montréal et de l'Ile Jésus alors que le pourcentage n'est plus que de 29 %, en 1973.

  • 14 Les premiers Jeux régionaux se déroulant en 1970 et les premières finales provinciales ayant lieu (...)
  • 15 LACOSTE A. Les Jeux du Québec, ou susciter par la régionalisation des sports la participation mass (...)
  • 16 DESCHESNEAUX R. et LOISELLE J. "Structure politique d'une fédération, son prolongement au niveau d (...)

25L'impact des Jeux du Québec et la régionalisation scolaire expliquent en partie l'importance accrue des régions durant cette période14, car la régionalisation de la pratique et de l'encadrement du sport fait partie du mandat de la Corporation des Jeux15. Même si on ne peut comparer avec des années antérieures, le fait de recenser 765 associations sportives régionales en 1976 témoigne de la vitalité du processus de régionalisation durant ces années16.

26Finalement, un des grands changements depuis la fin des années soixante est probablement une implication accrue des francophones. Même si les délégations québécoises augmentent peu ou pas au sein des équipes sportives canadiennes, leur composition ethnique se modifie radicalement. Cette croissance des effectifs francophones s'observe à différents niveaux d'implication sportive.

  • 17 BOILEAU R., op. cit., p. 228-232. Cinq fédérations sportives furent analysées dans cette étude.

27La participation générale de la population mesurée à partir du nombre de clubs indique que si seulement 52 % des clubs sportifs québécois sont francophones en 1963, 80 % le sont en 1973. Il est intéressant de constater la stabilité des effectifs anglophones durant ces dix ans (de 55 clubs à 58) par rapport à la multiplication des clubs francophones (de 62 à 225)17.

28À un deuxième niveau de pratique sportive (les athlètes ayant participé à un championnat provincial), les francophones sont sous-représentés en 1963 (43 %), ne constituant que 49 % des effectifs, alors qu'ils sont 63 % en 1973.

  • 18 Les athlètes dont les résultats les placent parmi les trois premiers de leur épreuve aux championn (...)
  • 19 SAMSON J., YERLES M. et OUELLET J.G. L'athlète québécois à la fin des années 1970. Rapport de rech (...)
  • 20 "Elite" signifie ici les bénéficiaires des programmes et des services de l'Institut des Sports du (...)

29Si on considère les athlètes québécois d'élite18 de cette décennie, on constate des pourcentages similaires : les francophones sont sous-représentés en 1963 (43 %) et se rapprochent de leur poids démographique québécois de 1973 (63 %). Une autre étude19 des athlètes québécois d'élite20 observe des pourcentages semblables. Elle indique que 68 % de ces derniers sont francophones en 1978-1979.

  • 21 BOILEAU R., op.cit., p. 228-232.

30Cette francisation s'observe aussi dans le cas du contrôle des fédérations sportives. En 1963, 44 % seulement des membres des comités exécutifs des fédérations sportives québécoises retenues21 étaient francophones. Ils seront 77 % en 1973.

31À tous les égards, les années soixante et soixante-dix témoignent de la très grande vitalité des francophones en sport amateur au Québec. Ils s'approprient littéralement ce secteur d'activité.

Les pratiques de plein air...et l'appropriation de la nature

  • 22 Ministère du loisir, de la Chasse et de la Pêche. Etude sur le loisir des Québécois. Gouvernement (...)

32Parallèlement aux pratiques sportives, les activités de plein air sont devenues au cours des quinze dernières années les activités sportives les plus populaires22 auprès de la population avec un taux de participation de 58 % en 1985.

33Aussi le plein air scolaire qui n'avait connu que des expériences, genre classe de neige, durant les années soixante, devient, la décennie suivante, une partie importante du programme d'éducation physique des commissions scolaires et des collèges.

  • 23 Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche. Bilan statistique 1979/80. Gouvernement du Québe (...)

34Si la plupart des parcs actuels du Québec existaient en 1970, les principales activités s'y limitaient le plus souvent à la chasse et à la pêche, deux activités physiques pratiquées surtout par les hommes. La situation a bien changé. Maintenant plus d'une vingtaine d'activités23 y sont pratiquées aussi bien par les femmes que par les hommes. La nature est devenue le lieu privilégié pour la pratique d'activités physiques.

  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

35Cette préférence pour les activités de plein air s'est particulièrement fait sentir dans la fréquentation des parcs et de réserves de l'État. En effet, la fréquentation en jours/personne qui était d'un peu moins de deux millions en 1970 atteint près de sept millions en 197924. Cette fréquentation a donc plus que triplé en moins de dix ans si bien que la chasse n'est plus autorisée dans les parcs du Québec. Les observateurs de la nature ont eu raison des chasseurs. Parmi les activités de plein air, ce sont les activités hivernales qui connaissent les plus fortes croissances de nombre d'adeptes, notamment parmi les hommes âgés de moins de trente-cinq ans25.

  • 26 Bureau de la statistique du Québec. Annuaire du Québec 1979-1980. p. 431.
  • 27 Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, 1981, op. cit.
  • 28 Bureau de la statistique du Québec, op. cit.

36La croissance de la pratique du ski de randonnée est encore plus extraordinaire. Alors que le nombre de centres de ski alpin est resté à peu près stable durant les années 1970, celui du ski de randonnée connaît une croissance sans pareille. De treize qu'ils étaient en 1971, le nombre de leurs sites grimpe à 207 en 1976 et atteint 626 en 197926. La popularité de cette activité est telle que des observateurs ont pu parler d'une véritable frénésie pour le ski de randonnée. Près de 25 % de la population s'adonnerait maintenant à cette pratique27. Durant la même période, le nombre de centres de raquette a augmenté de 76 % et ceux de toboggan de 49 %28.

  • 29 I.Q.R.C. Statistiques culturelles du Québec 1971-1982. Québec : I.Q.R.C. 1985.

37Si le ski de randonnée est l'activité physique la plus pratiquée durant la saison hivernale, la bicyclette serait l'activité estivale préférée. En 1974, les ménages québécois possédaient 27,1 % des bicyclettes pour adultes au Canada ; en 1976 ce pourcentage atteint 38,5 % et dépasse 50 % en 198229. C'est au Québec que l'on observe la plus forte croissance de la pratique de cette activité de plein air du Canada.

  • 30 Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, 1981, op. cit.

38Plusieurs autres activités de plein air estivales ont aussi connu des croissances remarquables : les emplacements de camping, les terrains de golf, les centres d'équitation, les rampes de mise à l'eau, etc. La chasse et la pêche, les deux plus anciennes activités de plein air pratiquées au Québec, ont aussi connu une augmentation de leurs adeptes. Au total, la croissance des permis de chasse a été de 42 % entre 1970 et 1979, et ceux de la pêche de 48 %. Par ailleurs, on observe une popularité croissante des voyages de chasse de "haut de gamme". C'est ainsi que la chasse au caribou dans le nord du Québec a augmenté de 320 % entre 1970 et 1979. Celle du cerf de Virginie à l'Ile d'Anticosti de 148 %30.

  • 31 LAMONTAGNE S.L. L'hiver dans la culture québécoise. Québec : I.Q.R.C., 1983.

39Si durant les quinze dernières années, les pratiques de plein air ont connu, pour la plupart, une popularité sans précédent avec un nombre de pratiquants qui se multiplie par 4, c'est que ces pratiques de plein air répondent à un besoin de retour à la nature et de réconciliation avec l'environnement qui, en grande partie, ont façonné la culture d'ici d'une manière bien particulière. L'urbanisation du Québec, sous l'impulsion de l'industrialisation par le capital étranger ne date que de deux générations. Ce retour à la nature correspond à un trait culturel des Québécois qui possèdent un long vécu rural31. Ajoutons la prise de conscience récente du rôle de l'environnement comme facteur déterminant sur la qualité de la vie, notamment sur l'état de santé, et on comprend qu'il n'est plus question de séparer la ville de la nature mais d'intégrer les deux pour concevoir un milieu de vie adéquat. Nous assistons à une tentative d'appropriation de la nature.

  • 32 DALLAIRE T. "Une vaste base de plein air dans la ville de Ste Foy", L'Action Québec, 13 juillet 19 (...)
  • 33 CAMIRAND R. "Création d'un centre de la nature à Laval", Montréal-Matin, 13 mars 1970.
  • 34 "Du rêve à la réalité : patiner sur la St Charles", Le Soleil, 29 décembre 1975.
  • 35 BERTHAUT M. "Ski, patin et raquette sur le canal de Lachine", La Presse, 14 janvier 1976.

40Voilà pourquoi les activités en plein air se manifestent de plus en plus en milieu urbain dont l'aménagement ou le réaménagement, sous la pression sociale, se fait en respectant un peu plus l'environnement. À titre d'exemple, au début des années 1970, la ville de Ste Foy (en banlieue de Québec) aménage une vaste base de plein air32 alors que celle de Laval (en banlieue de Montréal) se donne un centre de la nature33. Dans la ville de Québec, l'aménagement des berges de la rivière St-Charles, et son accessibilité gratuite pour la pratique d'activités en plein air, est un autre cas qui traduit ce changement de mentalité34. À Montréal, le canal Lachine, qui existe depuis 1824, est transformé en canal de loisirs pour la saison hivernale afin de permettre à la population de la métropole de découvrir à peu de frais les plaisirs de l'hiver québécois. On peut y pratiquer le ski de randonnée, la raquette et le patin35

41Ces aménagements témoignent d'une transformation importante des mentalités. En effet, si encore dans les années 1960 les lieux de plein air sont des colonies, camps, bases, etc., localisés loin de la "promiscuité" des centres urbains, la nature qui était "un refuge du citadin" est devenue un élément essentiel du milieu de vie. Les amateurs de plein air sont donc passés d'une mentalité de réfugiés à une mentalité écologique.

  • 36 Dans le cas de la motoneige, il est certain que la chute des ventes coïncide aussi avec l'augmenta (...)

42Il semble bien que la conscience de la responsabilité personnelle de sa condition physique qui s'est développée durant les années 1960 et celle de la protection de l'environnement qui se forme, après 1970, appellent un investissement personnel et un contact direct avec la nature. Désormais la qualité de la vie passe par une vie active dans un environnement naturel sain. La qualité de l'habitat est en relation direct avec la qualité de la vie. L'une s'appuie sur l'autre et vice-versa. Dans ce contexte nouveau, il ne faut pas s'étonner si certaines activités récréatives deviennent suspectes. C'est le cas de la motoneige et des embarcations motorisées pour la plaisance qui connaissent une baisse significative de popularité durant la période étudiée. En effet, la prise de conscience de l'importance de l'environnement et de la qualité de la vie ne serait pas étrangère à cette diminution36. Essence et plein air ne seraient plus compatibles.

La montée des pratiques alternatives

  • 37 BOUCHARD C. et LANDRY F. "La pratique des activités physiques". In DUFRESNE J., DUMONT F., MARTIN (...)

43Des formes de pratiques corporelles différentes ont pris une certaine ascendance au cours des quinze dernières années. Nous les appelons "alternatives" en ce qu'elles se situent en marge des courants dominants. À l'opposé du sport, elles ne recherchent pas la prouesse ou la performance et elles ne se centrent pas sur quelques paramètres biologiques et de la "machine humaine" comme le conditionnement physique contemporain37.

44Elles ne privilégient pas davantage l'appropriation de la nature comme les adeptes du plein air. Par des moyens différents, ces pratiques alternatives cherchent à changer la conscience de l'individu. Ce sont des pratiques corporelles qui s'articulent volontairement sur l'axe psychosomatique délaissé par les éducateurs physiques.

45Il n'y a pas d'activités physiques propres à cette tendance, mais une myriade de techniques ou des emprunts à des techniques connues dont le point commun est de chercher à changer la conscience de la personne, à produire un saut qualitatif dans son existence. C'est par une appropriation différente du corps que l'on recherche un gain de conscience.

  • 38 FERGUSON M. Les enfants du verseau : pour un nouveau paradigme. Paris : Calmann-Lévy, 1981, p. 79.

46Les techniques ou psychotechniques, comme les appelle Ferguson38 ne sont qu'un moyen d'atteindre les conflits et de les transformer par une restructuration et un réalignement du corps sur d'autres valeurs. La transformation personnelle passe par une transformation corporelle.

47Nous ne connaissons pas l'étendue de la pratique de ces psycho-techniques au Québec. Il nous semble indéniable qu’elles sont en progression depuis le début des années 1970. Elles se présentent parfois isolément sous forme de sessions spéciales ou en grappes par le biais de centres spécialisés ; et elles demeurent pratiquement absentes des départements d'éducation physique universitaires. Ces activités sont centrées autour de différentes formes de massage (suédois, shiatsu, réflexologie, Esalem, néo-reichien, polarité, etc.), d'activités de détente (hatha yoga, Alexander, intégration psychophysique, Trager, sophrologie, biosynergie, etc.), d'activités physiques "douces" (danses et mouvements expressifs, jogging, training autogène, Taï-chi chuan, méthode Feldenkrais, néo-tantrisme, antigymnastique, rebirth, etc.) et de préoccupations naturalistes (alimentation naturelle, naturo-thérapie, herbologie, etc.).

  • 39 KENDO T.M. Leisure and Popular Culture in Transition. St-Louis : The C.V. Mosby Co., 1975, p. 258- (...)

48Les racines de ce vaste mouvement remontent à l'activisme social des années 1960 qui se caractérise par la recherche d'une libération psychologique, sociale et culturelle du modèle issu des sociétés industrielles avancées39. Contrairement aux révolutionnaires du xixe siècle qui ont cherché à changer la psyché de l'homme en bouleversant d'abord son environnement social et culturel, les déviants de la contre-culture des dernières décennies tenteront, inversement, de changer leur propre psyché pour influencer ensuite les institutions et la culture. C'est sur soi-même, par et dans son corps que cette révolution allait commencer.

  • 40 FERGUSON M., op. cit., p. 17-34.

49Cette mutation des pratiques corporelles n'est pas gratuite. Elle répond et collabore à la mutation des consciences en cours. Elle recherche et produit des valeurs nouvelles. Elle participe à un processus de changement, à une "conspiration" selon Marilyn Ferguson40, et correspond à un phénomène macro-sociologique plus vaste, la mutation à la société post-industrielle.

le sport aurait-il déjà perdu sa prépondérance ?

50En bref, on peut dire que les décennies 1960 et 1970 sont témoins d'une croissance importante des pratiques sportives et du plein air alors que les pratiques alternatives émergent durant les années 1980.

51La transformation du vélodrome olympique en biodome témoigne de la fragilité des assises du sport dans la société québécoise actuelle. Un regard rétrospectif jeté aux lendemains de la tenue des Jeux olympiques de Montréal révèle déjà quelques fissures dans la prépondérance sportive d'alors.

52Jusqu'en 1976, cette prépondérance se remarquait par l'augmentation rapide des pratiques sportives à l'école dans les programmes obligatoires d'éducation physique et d'activités intramurales, par les pratiques récréatives du public en général, par la croissance du sport professionnel et l'intérêt nouveau envers l'élite du sport amateur québécois.

  • 41 Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, op. cit., 1984, p. 11.
  • 42 À titre d'exemple : sur une politique du développement de l'élite sportive ont paru pas moins de c (...)

53Certains facteurs circonstanciels freineront cet élan. La baisse de la natalité des années soixante se répercutant sur la clientèle cible du sport fera perdre environ 100 000 jeunes des niveaux scolaires primaire et secondaire entre 1980 et 198441. Une crise économique qui frappe le Québec au lendemain de l'extravagance financière des Jeux olympiques de Montréal accélère la diminution des budgets gouvernementaux consacrés au sport et à l'élite. De plus, une incapacité des instances gouvernementales d'atteindre les consensus nécessaires à la relance de dossiers sportifs clés42 entretient une stagnation certaine. L'échec référendaire de 1980 met en sourdine les complicités maintes fois observées ailleurs entre le nationalisme et le monde du sport, réduisant les aspirations québécoises à constituer 25 % des délégations internationales du Canada, soit la parité démographique.

54D'autres facteurs plutôt macro-sociologiques expliquent peut-être davantage ce repli. Contrairement à d'autres sociétés où l'adoption des pratiques sportives coïncide avec le début de leur industrialisation, le Québec francophone l'a fait à la fin de cette phase, au moment où, imperceptiblement, il se transforme en société post-industrielle. À notre avis, cette mutation sociale ne permit pas un enracinement profond de la culture et des pratiques sportives dans les mentalités, et ce malgré des efforts de sensibilisation populaire croissants depuis les années soixante qui culminent à l'occasion des Jeux de 1976 et un environnement culturel anglo-saxon traditionnellement favorable. C'est que cette morale sportive répond moins bien aux valeurs émergentes de la société post-industrielle.

  • 43 Ministère de l'Education du Québec. Programme d'étude primaire Education physique ; Programme d'ét (...)

55Ainsi depuis la Révolution tranquille, le sport en était-il devenu à déclasser les différentes formes de gymnastiques comme contenu de l'éducation physique scolaire jusqu'à ce que de nouveaux programmes scolaires l'en délogent43, à peine cinq ans après les Jeux de Montréal, quand on ne lui préfère pas les nouvelles activités de plein air. Il en est de même au niveau de la population où transpire, dans les consultations populaires, une volonté plus ferme qu'avant pour réclamer des activités culturelles diversifiées, des activités de plein air ou des réponses aux besoins des catégories de citoyens autrefois délaissés (gens âgés, ménagères, etc.), alors qu'auparavant la jeunesse masculine et sportive s'accaparait le gros de l'attention et des budgets. La diversification s'opère donc souvent au détriment des activités sportives.

56La tiédeur du Livre blanc sur le loisir au Québec envers le phénomène sportif représente, trois ans seulement après la tenue des Jeux de 1976, un autre indice de la fragilité de notre enracinement sportif. Après un tel événement, le sport aurait dû se développer davantage et plus facilement, porté par un plus large consensus social. Cela ne s'est pas produit.

57Quant aux groupes contre-culturels, écologiques et utopistes, ils rejettent dès le départ les pratiques sportives au profit des pratiques alternatives car le sport et son éthique représentent pour eux des pratiques corporelles d'un autre âge.

58Il nous semble donc possible de penser que si les tendances actuelles se maintiennent, les années entourant la tenue des Jeux olympiques de 1976 pourront être considérées comme l'âge d'or du sport québécois et la transformation du vélodrome en biodome, quinze ans plus tard, un signe tangible du délaissement du sport et de ce qu'il suppose comme modèle culturel au profit de nouvelles pratiques culturelles qui rapprochent davantage l'homme de sa psyché et de la nature.

59Ce texte est paru dans Le Sport moderne en question. Lyon : AFRAPS, 1990, p. 201-216.

Notes

1 Rapport de la Commission d'Enquête de la Confédération Provinciale des Terrains de Jeu et des Œuvres de Loisirs sur les Centres Paroissiaux de Loisirs, juin 1957. Voir aussi Voies Nouvelles du Loisir. Montréal : L'Action Catholique Canadienne, 1961.

2 "Le problème des loisirs", Le Soleil, 4 décembre 1961 ; "le problème des loisirs", L'Action, 15 juin 1967.

3 GUAY D. "Loisirs et leadership des travailleurs québécois". Document non publié, 1974.

4 GRAND'MAISON J. Le Privé et le Public. Montréal : Leméac, 1975, tome 1, p. 7.

5 BOILEAU R. "Révolution tranquille, relations ethniques et pratiques sportives". In ASSIMOPOULOS et al. (éd.). La Transformation du Pouvoir au Québec. A.C.F.A.S., Colloque 1979. Laval : Editions Coopératives Albert Saint-Martin, 1980, p. 228.

6 ROCHER G. Le Québec en Mutation. Montréal : Heurtebise H.M.H., 1973.

7 Se créent alors de nombreux organismes laïcs. À titre d'exemples, la Confédération des Sports du Québec (1968), l'Association Sportive Universitaire du Québec (1968), la Fédération du Sport Scolaire du Québec (1969), l'Association Sportive Intercollégiale du Québec (1969), la Société des Jeux du Québec (1970).

8 Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche. Le Temps de l'Excellence, un Défi Québécois. Québec : Editeur officiel, 1984, p. 17.

9 Société des Sports du Québec. Plan de Développement de l'Elite Sportive Québécoise. Document final. Montréal : S.S.Q., 1983, p. 28-31.

10 Ibid., p. 37.

11 JOLIN L. "Les relations Québec/Ottawa dans le domaine des loisirs". Document de travail, mai 1977, p. 112-113.

12 MARCOTTE G. "L'unanimité des provinces suffira-t-elle pour rallier Ottawa aux volontés de la majorité ?" Loisir Plus, mai 1978, Vol. 69, p. 10-13.

13 BOILEAU R. Social Change, Ethnicity and Amateur Sport involvement in Québec : 1963-1973. Thèse de maîtrise, Department of Kinesiology, Waterloo University, Waterloo, Ontario, 1977, p. 180.

14 Les premiers Jeux régionaux se déroulant en 1970 et les premières finales provinciales ayant lieu à Rivières-du-Loup en 1971.

15 LACOSTE A. Les Jeux du Québec, ou susciter par la régionalisation des sports la participation massive des Québécois à une plus grande variété d'activités sportives. Thèse de Maîtrise, Department of Physical Education, University of Alberta, Edmonton, Alberta, 1975, p. 49.

16 DESCHESNEAUX R. et LOISELLE J. "Structure politique d'une fédération, son prolongement au niveau de la région et ses modes de fonctionnement". Document de travail pour le comité d'études sur les dimensions d'une fédération sportive. Québec : Editeur officiel, mai 1976, p. 28.

17 BOILEAU R., op. cit., p. 228-232. Cinq fédérations sportives furent analysées dans cette étude.

18 Les athlètes dont les résultats les placent parmi les trois premiers de leur épreuve aux championnats québécois sont considérés "élite".

19 SAMSON J., YERLES M. et OUELLET J.G. L'athlète québécois à la fin des années 1970. Rapport de recherche remis au M.L.C.P., I981,p. 16-18.

20 "Elite" signifie ici les bénéficiaires des programmes et des services de l'Institut des Sports du Québec.

21 BOILEAU R., op.cit., p. 228-232.

22 Ministère du loisir, de la Chasse et de la Pêche. Etude sur le loisir des Québécois. Gouvernement du Québec, 1985.

23 Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche. Bilan statistique 1979/80. Gouvernement du Québec, 1981.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Bureau de la statistique du Québec. Annuaire du Québec 1979-1980. p. 431.

27 Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, 1981, op. cit.

28 Bureau de la statistique du Québec, op. cit.

29 I.Q.R.C. Statistiques culturelles du Québec 1971-1982. Québec : I.Q.R.C. 1985.

30 Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, 1981, op. cit.

31 LAMONTAGNE S.L. L'hiver dans la culture québécoise. Québec : I.Q.R.C., 1983.

32 DALLAIRE T. "Une vaste base de plein air dans la ville de Ste Foy", L'Action Québec, 13 juillet 1972, p. 9.

33 CAMIRAND R. "Création d'un centre de la nature à Laval", Montréal-Matin, 13 mars 1970.

34 "Du rêve à la réalité : patiner sur la St Charles", Le Soleil, 29 décembre 1975.

35 BERTHAUT M. "Ski, patin et raquette sur le canal de Lachine", La Presse, 14 janvier 1976.

36 Dans le cas de la motoneige, il est certain que la chute des ventes coïncide aussi avec l'augmentation du prix de l'essence depuis 1973.

37 BOUCHARD C. et LANDRY F. "La pratique des activités physiques". In DUFRESNE J., DUMONT F., MARTIN Y. (eds). Traité d'anthropologie médicale. Québec : Les Presses de l'Université du Québec, 1985, p. 877-879.

38 FERGUSON M. Les enfants du verseau : pour un nouveau paradigme. Paris : Calmann-Lévy, 1981, p. 79.

39 KENDO T.M. Leisure and Popular Culture in Transition. St-Louis : The C.V. Mosby Co., 1975, p. 258-259.

40 FERGUSON M., op. cit., p. 17-34.

41 Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, op. cit., 1984, p. 11.

42 À titre d'exemple : sur une politique du développement de l'élite sportive ont paru pas moins de cinq rapports entre 1974 et 1984 sans qu'une tendance définitive soit adoptée ; la formation des cadres sportifs reste non résolue après six rapports échelonnés de 1971 à 1981.

43 Ministère de l'Education du Québec. Programme d'étude primaire Education physique ; Programme d'études secondaires Education Physique. Québec : Service Général des Communications, 1981.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search