Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 2. Formes locales

Sur l'écologie sociale du sport montréalais : des groupes et des sports face à l'intégration ou à la spécification

Gilles Sénécal

Texte intégral

  • 1 L'idée de communauté est une constante, même si sa forme et son expression paraissent très variabl (...)
  • 2 Le recours à la notion d'ethnicité exige une précision. Le terme comporte sa part d'ambiguïté. Sou (...)

1Montréal est une ville sportive. Il suffit de consulter les journaux quotidiens ou d'écouter la bande MA de la radio pour s'en convaincre. Dans cette ville éclatée et divisée par tant de facteurs sociaux, ethnolinguistiques ou culturels, où la quête d'une osmose reste une constante, le sport ne peut que participer à ce double jeu d'intégration et de spécification. Il ne peut en être autrement dans cette ville où l'on cherche, vaille que vaille, les lieux de convergence, le projet commun et le moment de fusion entre toutes les communautés1. Bien sûr, en contrepartie, l'affirmation des identités et des différences demeure tout autant un des prémisses de l'espace montréalais passé, présent et futur. Aura-t-on assez parlé de la ville transculturelle, multiethnique2, hétérogène, sans rogner sur l'espoir d'une montréalité transcendante. Les deux mouvements sont annoncés, même engagés, mais ils procèdent de deux volontés hermétiques l'une à l'égard de l'autre. Ce constat découle de quelques-unes de nos observations sur les rapports sociaux au sport. Il se limite à éclairer une géographie sociale où se croisent les pratiques sportives, la culture populaire attachée aux grands événements sportifs, dont les spectacles professionnels, et les jeux et activités que chacun pratique quelque part dans la ville.

  • 3 La Coupe Stanley est le trophée remis au club champion de la ligue nationale en Amérique du Nord. (...)

2Ce premier jalon est préliminaire et schématique. Au risque de simplifier, on sous-entend que l'écologie sociale du sport montréalais est polarisée entre le sport professionnel des grands amphithéâtres et le sport de parc et de rue. Autrement dit, le sport professionnel permet l'osmose, alors que le sport de paroisse, de parc ou de rue engage plus facilement la spécification. Il y a un sport d'intégration, celui des grands clubs, des médias, des bulletins télévisés, du hockey sur glace et de la Coupe Stanley3 ou des ligues majeures de base-ball. À côté, il y a le sport communautaire, avec ses clubs de foot de toutes les couleurs, porte-étendards des appartenances ethniques, reflets des pays lointains, rappel des origines ou de la lignée familiale. Ce sport est relayé dans la presse et les médias ethniques.

  • 4 Le Forum est un amphithéâtre auquel on attribue une sorte de caractère sacré. Le Canadien, le club (...)

3Le grand temple du hockey nord-américain, comme on se plaît à l'appeler à Montréal, le Forum4, peut être ce lieu d'osmose, alors que le parc de quartier serait celui de l'altérité. Altérité parce que tout n'est pas si simple : le foot et le parc permettent à l'idée de communauté de revivre, mais en même temps ils engagent une rencontre, avec l'Autre, une rencontre préméditée, dans le cas des ligues de foot presque toujours interethnique. Il y a plus, l'apprentissage du foot, dans le contexte nord-américain, malgré l'engouement que connaît ce sport chez les Québécois d'origine anglophone et francophone confondus, apparaît comme un rituel de transmission de la culture immigrante. Jouer au foot ne peut que reproduire une pratique communautaire. L'entrée dans l'équipe du quartier ethnique ou carrément aux couleurs ethniques ravive le lien, mais aussi dynamise les rapports inter-communautaires dans le cadre de ligues où toutes identités et toutes communautés sont présentes. De même, les spectateurs qui assistent à de tels matchs s'identifient à l'équipe, aux joueurs de la même origine, à ses couleurs, du moins pour la durée des deux demies.

  • 5 La polyvalente correspond grosso modo au lycée français. Elle fut le produit de la démocratisation (...)

4Autre cas de figure, la rencontre est fortuite, le temps d'un match improvisé. Le terrain de foot permet la rencontre entre des gens qu'on dit ethniques. Il se trouve dans bien des parcs, côte à côte avec d'autres équipements sportifs, suivant un partage de l'espace un peu particulier. L'aménagement typique du parc montréalais, selon le modèle conçu dans les années cinquante, comprend une aire de verdure et de repos, un terrain de jeu pour les jeunes enfants, un terrain de base-ball ou un terrain de foot ou un cours de tennis, sinon les trois de ces derniers éléments (Laplante, 1990). Ce partage de l'espace permet une sorte de coexistence des jeux et des groupes. Ainsi, au parc Marquette, au cœur de la Petite Patrie, ex-quartier ouvrier en attente de gentryfication, derrière une polyvalence multiculturelle5, le terrain de foot est souvent ethnique, occupé par des équipes nationales : Croatia rencontre Haïtiana. Il voisine avec le terrain de base-ball toujours francophone, avec des équipes de taverne ou de garage. Les beaux soirs d'été, on y voit les deux réalités cohabiter et s'ignorer, séparées d'une seule petite clôture d'un mètre cinquante, en treillis, qui ne cache rien et n'empêche rien. Pourtant, les deux univers s'agitent sans se toucher.

5Il y a des sports plus propices à l'intégration et qui, comme le hockey sur glace ou le base-ball, ne conduisent pas à la constitution d'équipes aux couleurs ethniques. Ces sports agissent comme des facteurs d'identification à une culture locale ancienne. Les équipes regroupent tous les jeunes indistinctement de leur origine. Les équipes se forment sur une base territoriale, quartier par quartier, à la seule différence près de la langue parlée. Dans ce cas, la division Est-Ouest de la ville se prolonge dans les équipes et la langue parlée témoigne de la force d'attraction des deux communautés d'origine. Hockey sur glace, sur une patinoire extérieure l'hiver, le base-ball l'été, ces deux sports empruntent des codes partagés, transmissibles, universaux, qui affirment une tradition montréalaise. Dès lors, ils permettent de transgresser certaines frontières. Ces lieux de sport acquièrent ainsi une sorte de fonction médiatrice : ils créent du sens (Sansot, 1986).

6Dans certains cas, l'affaire est plus simple et la rencontre ne peut tout simplement pas survenir. Là, le parc est approprié et connoté. Dans le quartier de Petite Italie, rue Dante, dans le parc du même nom, un cours de Bocce accueille tous les soirs les hommes des alentours, la plupart d'un certain âge et parlant italien. Ce jeu est curieux avec ses boules grand format lancées dans une allée de terre battue, entourée d'une bande de bois pour le ricochet comme au billard. Tout autour de l'allée, on parle fort, en pariant sur les coups, en ignorant souverainement les jeux des enfants si proches qui parlent français ou anglais, plus souvent créole ou vietnamien. Ce quartier a perdu de sa population d'origine, maintenant remplacée par les nouvelles vagues immigrantes. Ailleurs, tout au long du couloir de migration italienne, qui suit la rue Jean-Talon, jusqu'à Anjou, Saint-Léonard et Rivière-des-Prairies, en ces villes et quartiers à double appartenance, francophone et italienne, il y a des parcs avec des cours de Bocce. Sur la rue Jean-Talon, la grande artère italienne, il y a aussi des caffe, comme le Caffe Lina, près de la rue Papineau, à deux pas de l'église de la Madona della Consolata, paroisse italienne, où la télévision à écran géant occupe toute l'attention. Une soucoupe sur le toit, branchée au satellite, on prend les chaînes italiennes, pour les matchs entre Milano A.C., Juventus ou Lazio Roma. Durant le Mundial, tous les matchs de la Squadra Azura sont retransmis au Caffe Sportivo, au Caffe Italia, au Ricky Espresso, et la victoire appelle une fête, la parade d'automobiles avec bannières vert-blanc-rouge flottant au vent (Sénécal, 1994). Mais le plus souvent, l'écran retransmet les matchs de hockey, de base-ball, de football américain, quand ce n'est pas Mutch Music, la chaîne de musique populaire rock. Les grands soirs, le Canadien occupe l'écran, et les fidèles sont nombreux à s'y retrouver en sirotant un capuccino. Ici, le sport professionnel impose, au risque de la standardisation culturelle, un langage commun, populaire et interculturel (figure 1).

Un espace éclaté

7Tout avait commencé par un partage territorial. Deux villes, l'une anglaise, l'autre française, avec ses deux clubs, le sport consacrait la rupture. Durant les années vingt et jusqu'au milieu des années trente, en effet, les clubs de hockey étaient partagés par la langue. Les Maroons pour les Anglais et Le Canadien pour les Canadiens (français). Puis les clubs ont fusionné et Le Canadien devint biculturel. Le partage semblait clair, avec ses règles, ses codes, son give and take permanent, avec ses accrochages mais sans véritable fracture, et ce jusqu'en 1955, alors que le grand Maurice Richard, joueur mythique, porteur de la fierté de tout un peuple, fut suspendu à la veille des séries de la Coupe Stanley. Ce fut la célèbre émeute du Forum, qui débuta quand une bombe incendiaire éclata en plein match. À l'extérieur, la foule engagea à nouveau un mouvement de rupture, ne serait-ce que pour une nuit, devant la sainte alliance, comme pour annoncer ce qui couvait sous la tranquille assurance des années cinquante. Le héros lui-même demanda la fin des hostilités. Mais la nuit était annonciatrice d'un temps nouveau. Bientôt le syndicalisme de combat, les premières vagues du f.l.q., la Révolution Tranquille et, en bout de ligne, de nouveaux rapports urbains interlinguistiques et interethniques. Le débat linguistique s'engage et les conflits secouent Montréal. À Saint-Léonard, en 1967, des affrontements violents marquent les premières tentatives de restreindre l'accès à l'école anglaise aux nouveaux arrivants. Francophones et italophones oublient leur aptitude à s'associer dans les mêmes quartiers de l'Est, dans un voisinage fort ancien, et trouvent de nouveaux usages aux bâtons de base-ball. La réconciliation viendra sans attendre. Les deux espaces communautaires s'imprègnent à nouveau. Mais les fils et filles d'Italiens iront massivement à l'école anglaise.

Figure 1. Lieux d'intégration et de particularisme sportif à Montréal

Figure 1. Lieux d'intégration et de particularisme sportif à Montréal
  • 6 Les joueurs du Canadien de Montréal, club tout francophone qu'il était à ses débuts, furent affubl (...)
  • 7 Il y a toujours un joueur du Canadien qui se prénomme Guy. Ce fut longtemps l'illustre Guy Lafleur (...)

8Durant toutes ces années, il y eut comme un mouvement de balancier, avec des phases d'ouverture et de spécification. Chacune des oscillations nuance le mouvement contraire. Alors que les vagues immigrantes déferlent, que le mouvement souverainiste prend son envol et que la communauté anglophone accepte mal les nouveaux rapports communautaires, l'espace montréalais a semblé justement alterner entre un mouvement centrifuge et un mouvement centripète. Il y eut un partage de l'espace, des terrains de jeu, des parcs, des clubs. Ce partage de la ville semblait encore prégnant et reconduit dans les structures institutionnelles. Il en restera une ville divisée, en deux, en trois, en cent communautés, sourdes l'une à l'égard de l'autre, occupant des alvéoles urbaines, traçant leur chemin sans rencontrer l'Autre. Mais la représentation d'un espace social éclaté fait illusion. Car il y a l'école, des écoles tant françaises qu'anglaises, qui finirent par constituer ce maillon manquant de la transculturalité. Ainsi, la cour d'école ouvre un espace de jeu, mais que vient contredire le partage entre les différentes structures scolaires, à la fois confessionnelles et linguistiques, et qui finirent par limiter les échanges possibles. Les petits espaces de jeu et de récréation ont donc reproduit ces clivages. Cela est vrai mais un peu rapide, puisque c'est sans compter la culture sportive, avec ses formes communes, partagées, ritualisées, et finalement susceptibles de bâtir des passerelles, certes éphémères car possibles seulement dans le contexte du jeu, découpées en période comme au hockey, encadrées dans une enceinte, à l'aréna, au stade, quand la foule devient une, avec ses cris et ses débordements. Dès lors, au Forum, le sportif montréalais pratique un espéranto particulier : francophones comme anglophones s'époumonent à crier "go Habs go"6 ou "Guy ! Guy ! Guy !"7. Dès lors, la ville se surprend elle-même, avec une seule fête, une seule voix. Il faut dire que Montréal ne manque pas de fêtes et de parades, avec la fête nationale du Québec pour les francophones (ex-Saint Jean-Baptiste) le 24 juin, la fête du Canada pour les anglophones et les allophones du West Island le 1er juillet, la Saint Patrick pour les Irlandais et la San Antonio-de-Padova pour les Italiens.

Le rituel de l'osmose

9Comme deuxième jalon, on avance que le sport professionnel, du moins en Amérique du Nord, serait vecteur d'une culture populaire accessible et ouverte. La culture sportive en est une d'appartenance. Pour le hockey sur glace professionnel, cette appartenance ne s'exprime pas, sauf exception, en termes ethniques ou culturels, ni en termes de classes sociales, mais plutôt en termes de ville et de club. On pose ainsi le voile sur les fractures sociales et politiques, sur les divisions anciennes, dans le but de les occulter, mais aussi de les investir sous un autre mode. Montréal ne fait pas exception, et son grand club — Le Canadien — n'est pas connoté ethniquement ou socialement. Celui-ci est soucieux de maintenir l'équilibre pour que la part des Québécois francophones paraisse importante, même chose pour les anglophones. Le Canadien n'appartient pas à l'un ou l'autre des deux groupes fondateurs, ce qui laisse les portes ouvertes à quiconque veut prendre ses couleurs bleu-blanc-rouge.

  • 8 Curieusement, il y a quelques années, l'administration municipale avait choisi pour slogan "la fie (...)

10Le Canadien, club auréolé d'une tradition gagnante, dont le nom des grands joueurs suffit à évoquer le passé glorieux, Le Canadien donc, permet à cette ville qui a perdu tant de titres, dont celui de métropole canadienne, de se donner une image, de retrouver une fierté8. Le Canadien devient ainsi une sorte d'enjeu sociétal sur lequel se recompose l'identité urbaine. Par lui, Montréal retrouve une portée, un sens, une sorte de volonté gagnante. Cela est dit sans exagération aucune et pour s'en convaincre il suffit de lire les journaux qui font largement état des matchs, des performances des joueurs, supputant les qualités et les carences de chacun, nourrissant la rumeur, toujours à l'affût du moindre commentaire. Pour tout dire, le hockey occupe ici une place incroyable dans la presse montréalaise : La Presse de Montréal a introduit voilà une quinzaine d'années un tabloïd quotidien de 16 pages, uniquement destiné à étancher la soif de nouvelles des amateurs de sport, et durant la saison Le Canadien reçoit une couverture incroyable, de 3 à 4 pages par jour. Son rival, Le Journal de Montréal, ne consacre rien de moins que la moitié de ses pages aux sports, et plusieurs aux seuls mérites du Canadien. Rien de moins. Bien souvent là, une annonce une victoire ou un fait marquant du club. La télévision retransmet des matchs de hockey presque tous les soirs. Tous ceux du Canadien, ou presque, passent sur l'une ou l'autre des quatre chaînes à le faire. Dire qu'il y a 84 matchs en saison régulière et une bonne vingtaine lors des séries éliminatoires menant à la Coupe Stanley. Prennent le relais des bulletins de nouvelles sportives de vingt minutes après le téléjournal. Deux réseaux sont entièrement consacrés au monde du sport. À la radio, les émissions consacrées aux commentaires sportifs occupent l'antenne de fin de soirée, avec des lignes ouvertes (hot lines), permettant ainsi à tous de faire le point sur l'équipe, son dernier match, déblatérer sur tel ou tel joueur ou simplement marquer leur attachement à un club auquel ils s'identifient tous malgré tout. Les médias francophones et anglophones reproduisent finalement le même modèle, sauf pour mettre l'emphase sur les joueurs francophones ou anglophones, selon le cas.

11Le Canadien a fixé le projet de convergence. Il a agi comme un repère commun dans une ville marquée par les grandes divisions linguistiques et culturelles. Ce rare lieu d'osmose reproduit l'ambivalence canadienne, avec ses rituels bilingues, ses joueurs biculturels, sa double appartenance. Au Forum, avant chaque match, et l'exemple est frappant, on entonne l'hymne national, l'O Canada, dans une version apocryphe, bilingue, aux seules fins de contenter tout le monde. Le Canadien a toujours su naviguer entre une symbolique canadienne que trop factice et une appartenance québécoise d'ouverture. En témoignent ses partisans qui se recrutent de plus en plus chez les nouveaux arrivants. Tout cela est bien fragile, car durant un temps le club de la ville de Québec, Les Nordiques, a pu arracher l'adhésion de bien des Montréalais francophones. Avec ses joueurs francophones, la fleur de lys sur l'épaule, Les Nordiques venaient briser la bonne entente. La rivalité Québec-Montréal en cachait une autre, plus politique, du genre Canada-Québec. Les Nordiques ont changé de style au cours des ans, ne conservant que très peu de joueurs québécois, et surtout, ils ne sont jamais parvenus à remporter les grands honneurs. En 1995, le club a déménagé à Denver au Colorado.

Quand tout bascule

12En 1993, Le Canadien remporte la Coupe Stanley, l'emblème du hockey nord-américain. Le soir du match décisif, alors que le match n'est pas encore terminé, une foule envahit la rue Sainte-Catherine. Rapidement, ils prennent d'assaut les magasins, dévalisent tout, renversent les autobus, arrosant des policiers désorganisés de bouteilles de bière, allant même saccager la plupart des cars de reportage des stations de télévision. Le lendemain, la consternation gagne les esprits, dans cette ville peu habituée à la violence sportive. Pourtant, la scène était en tout point la réplique de la dernière victoire de la coupe par Le Canadien en 1986.

13On cherche une explication. Elle est venue du coach du Canadien, que l'on compare souvent à une sorte de motivateur de cadres d'entreprise ou à un preacher à l'américaine, héraut du think positive ; il avança, en guise d'explication, qu'il y avait trop de misère à Montréal. Après coup, à en juger par l'origine des rares personnes interpellées par la police, le soir de l'événement, on a compris que les fêtards étaient plutôt des fils et filles de bonne famille, des jeunes adultes de la classe moyenne, voire même des banlieusards, anglophones, francophones et allophones confondus. Le plus remarquable dans l'événement était justement l'absence, parmi ces fêtards délinquants, de groupes clairement identifiables. Dans la cohue, les acteurs de l'émeute n'avaient plus d'origine, de spécificités, d'identité culturelle autre que celle d'être des partisans du Canadien. La foule pouvait crier "We are number one" ou "on est champion", indistinctement, ou même chanter l'hymne des gagnants, qui n'est qu'une suite de borborygmes bizarres : "Na ! Na ! Νa ! Na ! Νa ! Hey ! Hey ! Good Bye". Voilà, on avait transcendé les frontières et la rue Sainte-Catherine fut mise à sac.

14La ville secouée ne fut pas longue à retrouver l'ordre ancien et à rétablir les règles tacites. La fête avait mal tourné. Soit. Mais il ne fallait pas s'apitoyer pour autant. Personne ne crut nécessaire d'insister. Les boucs émissaires si bien trouvés n'avaient pas de profil bien défini, ni linguistique, ni ethnique, ni racial, bref pas d'identité particulière. On se disait qu'ils étaient pauvres, sans espoir, prisonniers d'une ville en déclin, donc excusables et à la limite victimes. Tout pouvait continuer comme avant. Deux jours plus tard, la parade de la Coupe Stanley avait lieu. Les joueurs défilèrent le long de la rue Sherbrooke, entre deux cordons de policiers et une foule un peu inquiète, et plutôt hétérogène. Des petits groupes se détachaient, facilement identifiables, même des immigrants très fraîchement débarqués, venus probablement pour les enfants. Bref la mosaïque s'était reconstituée et la foule n'en exprimait pas moins une sorte de fidélité commune. À vrai dire, la parade de la Coupe Stanley apparaît, pour reprendre un poncif, comme le trait d'union entre ces communautés qui préfèrent normalement fêter en solo ou carrément s'ignorer.

Retour au Caffe

15La parade était retransmise à la télévision. Au Caffe Lina, le char allégorique où trône la coupe passe et repasse sur écran géant, et les clients commentent la scène en italien, un Journal de Montréal étalé sur le comptoir — car ici rares sont les lecteurs de The Gazette, le quotidien de langue anglaise proche de la cause des anglophones du Québec — pendant que les plus jeunes discutent en anglais. Ici, le trilinguisme est permanent et intergénérationnel. Tous parlent les trois langues selon un ordre hiérarchique qui diffère d'une génération à l'autre. En fait, la primauté de l'anglais est un phénomène relativement récent. Quoi qu'il en soit, la quête d'une réelle inégration a tourné court, mais les pratiques linguistiques confirment que les frontières restent fluides.

16Devant soi, on ne peut s'empêcher de s'interroger sur le rôle social du sport, sur les rapports intercommunautaires qui s'établissent au travers d'une multitude de pratiques. Si le sport a souvent servi de marqueur aux identités, il a aussi permis des rapprochements, à tout le moins une cohabitation. La géographie sociale de Montréal s'inscrit dans l'organisation sportive et, au sommet de la hiérarchie fonctionnelle, le Canadien présente le projet utopique de la ville-carrefour des cultures. Le mythe du Canadien semble ainsi résister au temps et aux avatars de la politique canadienne et québécoise.

Bibliographie

Bibliographie

DE LAPLANTE J. Les Parcs de Montréal, des Origines à nos Jours. Montréal : Méridien, 1990.

SANSOT P. Les Formes Sensibles de la Vie Sociale. Paris : Presses Universitaires de France, 1986.

SENECAL G. "Les Lieux Sensibles du Quartier Ethnique : Approche et Étude du Cas de la Petite Italie de Montréal". In GHORRA-GOBBIN, C. (éd.). Penser la ville de demain, Qu'est-ce qui institue la ville ? Paris : L'Harmattan, 1994, p. 177-190.

Notes

1 L'idée de communauté est une constante, même si sa forme et son expression paraissent très variables. Si les voisinages ethniques s'estompent, alors que l'individu s'affranchit des relations de proximité, la communauté résiste grâce aux ensembles institutionnels chargés de la reproduction des liens identitaires.

2 Le recours à la notion d'ethnicité exige une précision. Le terme comporte sa part d'ambiguïté. Souvent associé au nationalisme fondé sur les appartenances primordiales, il nous laisse mal à l'aise. Les substituts ne sont guère mieux. Au Québec, le ministère chargé de ce dossier est celui des communautés culturelles et de l'immigration. Quoi qu'il en soit, l'utilisation du terme ethnique doit être comprise de manière très souple. En milieu urbain, dans le cadre d'une société post-moderne, l'ethnie ne recouvre pas une réalité globale, mais des pratiques fluides, qui ne confinent pas l'individu à une identité fermée.

3 La Coupe Stanley est le trophée remis au club champion de la ligue nationale en Amérique du Nord. Il est remis à l'équipe qui a traversé plusieurs séries éliminatoires.

4 Le Forum est un amphithéâtre auquel on attribue une sorte de caractère sacré. Le Canadien, le club de hockey sur glace qui a remporté la Coupe Stanley en 1993 y dispute ses matchs.

5 La polyvalente correspond grosso modo au lycée français. Elle fut le produit de la démocratisation du système d'éducation, avec sa grande taille, son architecture typiquement modulaire, et apparaît être, pour Montréal, le terreau des brassages interculturels. En ce sens, elle est le prodrome de la montréalité et de la québécité ouvertes et transculturelles de demain.

6 Les joueurs du Canadien de Montréal, club tout francophone qu'il était à ses débuts, furent affublés du sobriquet d'“habitant”, ce qui revenait à les qualifier, selon notre traduction, de “cul-terreux” ou de “bouseux”. Le surnom a traversé le temps, mais sous une forme écourtée. Les “Habitants” devinrent les “Habs”, dit à l'anglaise, et les amateurs de hockey francophones crient sans vergogne "go Habs go".

7 Il y a toujours un joueur du Canadien qui se prénomme Guy. Ce fut longtemps l'illustre Guy Lafleur ; c'est aujourd'hui Guy Carbonneau, le valeureux capitaine, comme on le surnomme dans les médias. Cela a conduit les amateurs à adopter ce cri de ralliement, dont le sens secret tient certainement de la volonté de réaffirmer la présence de vedettes canadiennes-françaises dans l'équipe.

8 Curieusement, il y a quelques années, l'administration municipale avait choisi pour slogan "la fierté a une ville". Son aspect sybillin ne cachait toutefois pas la propension des élites montréalaises à l'auto-proclamation.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Lieux d'intégration et de particularisme sportif à Montréal
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search