Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 1. Genèses

La lente émergence d'une culture sportive chez les francophones montréalais, 1800-1900

Gilles Janson

Texte intégral

Le sport à Montréal entre 1800 et 1900, une réalité anglaise

  • 1 Voir GUAY Donald, La Culture Sportive. Paris : Presses Universitaires de France, 1993, coll. Prati (...)

1Le sport naît en Angleterre au xviie siècle. L'aristocratie et la bourgeoisie anglaises, qui possèdent le temps et l'argent, s'adonnent à la pratique des courses de chevaux, de la course à pied, de la boxe, du cricket, etc., et peu à peu codifient des pratiques corporelles, publient des règles et créent des clubs. Elles développent une culture sportive. Pour ces classes aisées, le sport doit être une activité amusante, pratiquée selon des règles écrites en vue d'un enjeu, selon un esprit particulier, l'esprit sportif, fait d'équité, de désir de vaincre et de loyauté1.

  • 2 WISE S.F., FISHER D. Les Grands Athlètes Canadiens. Don Mills, Ont. : General Publishing, 1976, p. (...)

2Aussi, il n'est pas étonnant que les officiers militaires et les administrateurs, recrutés souvent dans l'aristocratie, associés aux marchands, qui débarquent sur les rives du Saint-Laurent après 1760, reproduisent au Québec leurs institutions et leur mode de vie. Ils amènent avec eux leur goût du sport et, dès la fin du xviiie siècle, apparaissent dans la ville de Québec, puis à Montréal, les premières manifestations sportives. Ces notables apprécient davantage la sociabilité que le club sportif permet, que la compétition. L'industrialisation et l'urbanisation qui s'amorcent à Montréal au milieu du xixe siècle, le développement de nouveaux moyens de communication — chemin de fer, télégraphe, téléphone — introduisent de nouvelles formes d'organisation et conduisent de nouvelles classes sociales, particulièrement la petite bourgeoisie anglophone, à investir le champ sportif. Ces nouveaux acteurs sociaux sont plus attirés par l'aspect compétitif que par l'aspect social des activités sportives. Les courses de raquettes, parrainées par le Montreal Snow Shoes Club entre 1843 et 1860, participent à ce nouvel esprit. En 1860, un membre du club regrette le bon vieux temps et déplore qu'il faille maintenant "s'astreindre à un entraînement harassant au niveau professionnel"2. À cette époque les clubs se multiplient ; les sports d'équipe se développent et prennent la vedette.

  • 3 METCALFE A. "Le Sport au Canada Français au xixe siècle : le cas de Montréal, 1800-1914. " In Lois (...)

3Les années 1870-1890 voient naître "la forme moderne du sport : les limites spatiales et temporelles, les règlements codifiés, l'équipement spécialisé et les premiers organismes nationaux"3. Durant cette période, le phénomène le plus chargé d'avenir est le développement du sport-spectacle, la multiplication des équipes de crosse, de base-ball, de football, de hockey, et la formation de ligues. Apparaissent ensuite les associations regroupant plusieurs disciplines sportives. La Montreal Amateur Athletic Association (la fameuse M.A.A.A.) est la première du genre à voir le jour en 1881. Pendant longtemps elle sera la plus importante institution du genre au Canada. Riche et puissante, elle servira de modèle à de nombreuses associations. Les dirigeants des associations sportives pancanadiennes sont presque tous issus de ses rangs.

4Tous anglophones, ceux qui siègent au conseil d’administration de la M.A.A.A. ou des autres associations de sport amateur pancanadiennes créées dans les années 1880 proviennent de la grande et petite bourgeoisie.

  • 4 HOWELL N. et M.L. Sports and Games in Canadian Life, 1700 to the present. Toronto : Macmillan of C (...)

5Le base-ball, importé des États-Unis et d'esprit plus démocratique, échappera à cette mainmise de la bourgeoisie anglo-protestante sur le sport. Le 19 août 1869, le journal Montréalais The Gazette rapport que ce sport "is gradually getting to be very popular amongst our young men, and the Montreal Club, which is composed of a hardy and athletic set of fellows and making great efforts to bring it more before the public"4. Le base-ball deviendra rapidement populaire parmi la classe ouvrière et, contrairement à la majorité des autres sports, il ne restera pas confiné aux seuls grands centres urbains, mais essaimera dans de petites localités. Il touchera même le monde rural.

6On peut affirmer que dans les années 1870-1890 le sport imprègne de plus en plus la société montréalaise. Il s'intègre au mode de vie de nombreux citadins qui participent comme joueurs ou spectateurs à différentes activités sportives. Mais, malgré la présence de plus en plus importante de Canadiens français dans les clubs sportifs, le sport, et surtout le sport organisé, demeure l'apanage de la grande et petite bourgeoisies anglophones.

Le sport chez les Canadiens français avant 1890, un phénomène marginal

  • 5 Une exception toutefois, les Irlandais, qui à partir du milieu du xixe siècle, chassés de leur pay (...)
  • 6 METCALFE A. "L'expansion du sport organisé et le développement de l'amateurisme au Canada de 1807 (...)
  • 7 GUAY D. Le Sport et la Société Canadienne au xix e siècle. Québec : Groupe de Recherche de l'Activ (...)

7Avant les années 1890, le phénomène sportif est marginal dans la société francophone. Entre 1800 et 1890, ce sont généralement des Anglais et des Écossais, issus de l'aristocratie et de la bourgeoisie, qui créent, organisent et administrent les clubs et les associations sportives5. Cette réalité est encore plus évidente dans le cas des associations pancanadiennes créées à compter de l'année 1867. La présence de délégués francophones provenant des clubs de raquettes à neige Le Trappeur et Le Canadien assistant aux réunions de la Canadian Amateur Athletic Association de 1884 à 1887 est une exception qui confirme la règle6. Cependant, avant les années 1890, une minorité de francophones partage avec ses concitoyens de langue anglaise le goût du sport. Donald Guay nous dit que dès la première moitié du xixe siècle "le peuple accepte facilement cet aspect du mode de vie des Anglais" malgré l'opposition des élites et que ces mêmes élites en viennent, après l'échec des Rébellions de 1837-1838, "à admettre le sport, car il faut bien que le peuple s'amuse" et qu'il peut, par le sport, "extérioriser sa réussite socio-économique"7.

  • 8 La Gazette de Québec, 21 juillet 1808, 2.
  • 9 GUAY D. Histoire des Courses de Chevaux au Québec. Montréal : V.L.B. Editeur, 1985, p. 38-39.

8Les courses de chevaux semblent le vecteur qui a inoculé le goût du sport dans le tissu de la société canadienne-française, aidé en cela par les autorités britanniques. Dès le début du xixe siècle, le gouverneur Craig, voulant encourager l'amélioration des chevaux canadiens, organise des courses et offre des bourses8. Rapidement le phénomène se développe et touche plusieurs villes et villages du Québec9. Alors que les francophones sont pratiquement absents du sport organisé, les organisateurs de courses de chevaux sont souvent des Canadiens français.

  • 10 Donald GUAY écrit : "Avant 1880, peu d'événements, qu'ils soient religieux, politiques ou sportifs (...)
  • 11 Ibid., p. 92.

9Comment expliquer cette forte représentation des Canadiens français dans l'organisation des courses de chevaux ? Premièrement, dès l'époque de la Nouvelle-France, plusieurs commentateurs soulignent le goût prononcé des Canadiens pour les chevaux. Au début du xixe siècle, nous venons de le voir, les autorités britanniques encouragent les courses chez leurs nouveaux sujets, et jusqu'à la Confédération, en 1867, le gouverneur de la colonie cautionne par sa présence de très nombreuses courses. Par la suite, les autorités provinciales soutiennent ce genre de manifestations. Cette unanimité oblige l'Eglise catholique à tolérer ces événements très populaires10. Enfin, la disponibilité d'un groupe d'hommes pouvant investir dans l'aménagement de pistes et l'organisation de courses vient concrétiser l'engouement des Canadiens français pour le sport équestre. Il s'agit dans la majorité des cas d'hôteliers qui y encaissent d'excellents profits11.

10Dans les autres disciplines sportives, la présence des Canadiens français est beaucoup plus discrète. Cependant, quelques-uns pratiquent divers sports bien avant les années 1890. Ordinairement, ces individus ne représentent qu'eux-mêmes. Ils ne fondent pas de clubs sportifs et ne siègent pas à leur bureau de direction. Le monde du sport organisé demeure le fief des anglophones, surtout des Écossais et Anglais, auxquels se joignent les Irlandais après la Confédération.

  • 12 The Montreal Daily Star, 7 juillet 1885, 4.
  • 13 Dictionnaire biographique du Canada. 11, p. 225-227.
  • 14 BECKET H.W. The Montreal Snow Shoes Club. Montréal : Printed by Becket Bros, 1882, p. 41 et 84.
  • 15 Le Franc-Parleur, 14 décembre 1872.
  • 16 Ibid., 22 février 1872, 259 ; 30 novembre 1872 ; 22 février 1873.
  • 17 La Gazette Officielle du Québec, 23 mai 1873, p. 829-830.

Dès 1842, un petit groupe de francophones adhère au Montreal Olympic Club. Très minoritaires, 24 membres sur les 241 que regroupe le club, ils proviennent en majorité des professions libérales12. Parmi eux, Charles-Joseph Coursol, avocat, homme politique (il sera maire de Montréal de 1871 à 1873) et homme d'affaires fort à l'aise13. Il est l'un des organisateurs des courses annuelles de raquettes parrainées par le Montreal Snow Shoes Club14 Dans les années 1850, il soutint le développement du jeu de crosse15. On signale sa générosité envers les différents clubs sportifs de Montréal, auxquels il distribue régulièrement des prix16. Il siège au conseil d'administration de la "Compagnie du Haras National" qui importe au Québec des chevaux de race17.

  • 18 GUAY D. Introduction à l'Histoire des Sports au Québec. Montréal : V.L.B. éditeur, 1987, p. 162-16 (...)
  • 19 Le Franc-Parleur, 14 mars 1872, 295.
  • 20 Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 28 juin 1877 ; 14 août 1877 ; 11 avril 1878.
  • 21 GUAY D. op. cit., p. 158.
  • 22 Ibid., p. 41.
  • 23 GUAY D. "Petite Histoire du Cyclisme au Québec". Encart dans Vélo Québec, juin 1987, p. 8.

À la même époque les frères Edouard et Auguste Lamontagne gagnent plusieurs épreuves de piste et pelouse18. Charles Lamothe s'illustre en remportant des courses sur patins19. Il joue également à la crosse20 et il est l'un des rares Canadiens français à faire partie d'un club de hockey21. De 1860 à 1878, les frères Cyrille et Joseph Dion "soulèvent la fierté des Canadiens français" en exerçant une véritable suprématie au billard. Ils triomphent des meilleurs joueurs canadiens et américains et remportent des championnats même en Europe22. Pendant l'éphémère fièvre vélocipèdique qui s'empara de certains sportifs à la fin des années 1860, Joseph Paquette est proclamé champion de plusieurs courses23.

  • 24 Le Franc-Parleur, 18 janvier 1872, 200.

On pourrait ainsi citer encore quelques exemples. Mais, dans les années 1870, alors que le sport gagne de plus en plus d'adeptes parmi la bourgeoisie anglophone montréalaise, les francophones sont relativement peu touchés par le phénomène. Le journaliste Uldéric Beauregard le déplore en 1872 :
Depuis bien longtemps et à diverses reprises, écrit-il, nos journaux français ont signalé l'apathie qui existe parmi la jeunesse canadienne-française pour tous les exercices du corps (...). Le nombre de Canadiens-Français dont nous rencontrons les noms dans les rapports que nous donnent les journaux anglais de tous ces amusements est bien petit comparé à celui des Anglais"24.

  • 25 DE COUBERTIN P. Universités Transatlantiques. Paris : Librairie Hachette, 1890, p. 142.

11En 1889, le baron Pierre de Coubertin, le père des Jeux olympiques modernes, en visite à Montréal, confirme la modeste participation des francophones au monde du sport organisé. Remarquant les nombreux clubs et associations sportives que se sont donnés les anglophones, il commente : "Dans toutes ces associations, les quelques Canadiens français qui aiment les exercices physiques et le plein air trouvent généralement un accueil très sympathique, mais on n'y parle qu'anglais et tout ce qui est anglais domine"25.

12Les quelques clubs sportifs francophones qui naissent dans les années 1870 (crosse, base-ball et football) ont une existence éphémère. Seuls les clubs de base-ball, implantés dans plusieurs collèges classiques de la région de Montréal par des étudiants américains, peuvent se vanter de vivre plus d'une année ou deux. Contrairement à ce qui se passe chez les anglophones, les clubs sportifs francophones de cette époque n'adhèrent à aucune ligue. Il n'y a pas de régularité entre les parties, encore moins de calendrier. Les équipes ne sont identifiées à aucun lieu précis. Elles jouent au rythme des défis lancés. Tous ces facteurs ne favorisent pas la création d'un bassin de spectateurs qui contribuerait à la permanence des meilleurs clubs.

13Les clubs de raquette à neige échappent à ces règles. Ainsi le club Le Canadien, créé en 1878, et le club Le Trappeur, créé en 1883, ont un avenir devant eux. Mais dans ces clubs on délaisse les compétitions sportives au profit de soirées dramatiques, de danses, de banquets, de promenades. Le caractère social est dominant.

L'institutionnalisation du sport chez les Canadiens français : les précurseurs, 1890-1894

  • 26 LINTEAU P.-A. Histoire de Montréal depuis la Confédération. Montréal : Boréal, 1992, p. 40.
  • 27 LINTEAU P.-A. "Quelques réflexions autour de la bourgeoisie québécoise, 1850-1914". In Revue d'His (...)
  • 28 De 1835 à 1866, Montréal est une ville à majorité anglaise.

14Dans les années 1890, l'urbanisation et l'industrialisation de Montréal s'accélèrent. Sa population et celle de sa banlieue sont multipliées par deux entre 1871 et 1891, passant de 126 314 à 250 165 habitants26. Une bourgeoisie canadienne-française se développe. Ce groupe social exerce généralement un pouvoir local, c'est-à-dire à la dimension du village, de la paroisse et du quartier. Il se compose de membres des professions libérales, de petits commerçants, de spéculateurs fonciers et d'entrepreneurs27. L'exode rural et l'annexion par Montréal de municipalités à majorité française qui débute en 1 883, puis prend de l'ampleur, fournissent à cette bourgeoisie une base démographique au nom de laquelle elle revendique plus de pouvoir28.

  • 29 GERMAIN A. "Les mouvements de réforme urbaine à Montréal au tournant du siècle". Montréal : Les Ca (...)
  • 30 Ibid., p. 225.

15Pour défendre ses intérêts, elle crée ses propres organisations ou relance d'anciennes institutions. "Je pense, entre autres, nous dit Annick Germain, au renouveau de l'Association Saint-Jean-Baptiste et à la création de la Chambre de Commerce du district de Montréal en 1887"29. La fondation des premières associations omnisports par des Canadiens français s'inscrit dans ce mouvement de "différenciation ethnique des réseaux institutionnels" que connaît Montréal dans les dernières décennies du xixe siècle30. La consolidation de cette bourgeoisie fournira le terreau nécessaire à la naissance d'associations sportives pouvant revendiquer une certaine permanence. Mais attention ! La bourgeoisie francophone, cantonnée dans les petites et moyennes entreprises, ne possède pas les moyens financiers de la grande bourgeoisie anglophone impliquée depuis près d'un siècle dans l'organisation de clubs sportifs. Les organisations sportives francophones souffrent souvent de fragilité et leurs budgets révèlent leurs modestes moyens.

16Ainsi, dans la première moitié des années 1890, l'intérêt pour le sport se développe chez les francophones de Montréal. Des associations omnisports tentent, péniblement, de s'organiser. De nouveaux clubs sportifs se créent. Un journalisme sportif émerge lentement et publicise ces nouvelles activités.

L'académie d'escrime et de gymnastique du professeur Legault

  • 31 La Minerve, 15 mai 1894, 1.
  • 32 La Presse, 9 août 1890, 3.

17En 1890 existe à Montréal l'Académie d'Escrime et de Gymnastique du professeur David Legault. Née en 1882, cette institution, qui connaît des débuts modestes, enseigne avant tout l'escrime. Cependant, elle accorde une place grandissante à la gymnastique, s'implante dans les institutions d'enseignement, participe aux activités de certains clubs sportifs et dirige l'entraînement de membres de la milice. Dans un article intitulé "La gymnastique au Canada", signé du pseudonyme Jean D'Acier, l'auteur qui déplore l'apathie des Canadiens français face à "l'art de la gymnastique", se félicite des succès du professeur Legault qui a vu "ses méthodes simples et rationnelles adoptées par les collèges de Montréal et de Saint-Laurent". Chose encore plus surprenante pour l'époque, il a rejoint les institutions d'enseignement de jeunes filles31. L'Académie apprend aux militaires les rudiments de la boxe, de la lutte gréco-romaine, du combat au fleuret, au sabre et à l'épée32.

La Société Nationale de Gymnastique de Montréal

18La création de la Société Nationale de Gymnastique de Montréal, même si elle n'atteint pas ses objectifs, demeure la première tentative sérieuse de fédérer les quelques clubs sportifs francophones de Montréal et de leur fournir une base permanente sur laquelle ils pourront asseoir leur développement.

  • 33 La Presse, 10 avril 1899, 1.
  • 34 La Patrie, 27 octobre 1892, 1 ; 3 février 1902, 4.
  • 35 La Patrie, 20 décembre 1892, 1.

19Son fondateur, Joseph-Xavier Perrault, veut "faire comprendre aux autres nationalités que nous sommes quelque chose et quelqu'un. Il faut montrer aux autres que comme peuple industrieux et intelligent nous sommes non leurs égaux mais leurs supérieurs"33. Admirateur de la société moderne et du progrès qui en découle, il préconise un enseignement mieux adapté au développement industriel et plus accessible aux classes laborieuses. Il prêche la modernisation de l'agriculture, l'expansion du réseau ferroviaire, l'amélioration du port de Montréal. Il se bat pour la liberté de pensée et l'ouverture de bibliothèques publiques. Visionnaire, il favorise "l'union commerciale du continent américain"34, et espère voir le Canada conquérir sa pleine indépendance et se soustraire à toute ingérence de l'Angleterre35.

  • 36 PERRAULT J.-X. "La Société de Gymnastique", La Presse, 21 mars 1893, 4.
  • 37 La Presse, 15 janvier 1892, 4.
  • 38 La Presse, 19 janvier 1892, 4 ; 26 janvier 1892, 1.
  • 39 Statuts de la Société Nationale de Gymnastique de Montréal, fondée le 19 janvier 1892, (s. l., n. (...)
  • 40 La Presse, 11 février 1892, 1 ; The Montreal Daily Star, 10 février 1892, 3.
  • 41 La Presse, 21 mars 1893, 4.

20Souhaitant voir ses compatriotes rivaliser dans tous les domaines avec "nos citoyens de langue anglaise"36, il n'est pas surprenant de le voir se préoccuper d'éducation physique et de sport. Le projet de regrouper dans une grande association pouvant rivaliser avec la Montreal Amateur Athletic Association (M.A.A.A.) les artisans et les organismes œuvrant dans les domaines du sport et de l'éducation physique mobilise ses énergies. Le 15 janvier 1892, il lance l'idée d'une "Association Nationale de Gymnastique du Canada". Très influencé par la culture française, il souhaite une association régie par une constitution et des règlements modelés "sur les sociétés de gymnastique de France"37. Pendant son dernier séjour à Paris — probablement comme représentant du gouvernement canadien lors de l'Exposition Universelle de 1889 — il s'est "mis en rapport avec le bureau de direction de l'Union Générale des Sociétés de Gymnastique de France". Il voit déjà "les Français d'Amérique" à Paris, "capitale du monde civilisé", prouvant "à la France entière qu'après plus d'un siècle de séparation, nous n'avons pas dégénéré". Mais pour atteindre ce résultat il faut réunir dans une "association puissante" nos clubs de crosse, de raquette, d'escrime, de tir à la carabine, etc... Il convoque donc, pour le 19 janvier, tous "les gymnases (sic) d'origine française" de Montréal et des environs à une réunion à l'Académie du professeur David Legault. La réunion est un succès38. Les statuts et règlements sont adoptés. L'article 22 spécifie : "Ne sont admis à aucun titre dans la Société tous individus appartenant aux pays qui ont soutenu la dernière guerre contre la France"39. Le 10 février, la Société se réunit à la Chambre de Commerce. Elle dit pouvoir compter sur quatre à cinq cents membres. Les directeurs proposent la construction d'un édifice aussi spacieux que celui de la Montreal Amateur Athletic Association (M.A.A.A.), la plus puissante association sportive du Canada. En attendant la réalisation de cet ambitieux projet, "son Honneur le maire et les échevins (...) ont mis les salles du marché Bonsecours (...) à la disposition de la Société"40. Puis, pendant un an, reflet sans doute des difficultés de la nouvelle société, c'est le silence. Il faut attendre le 21 mars 1 893 pour lire les explications de cette soudaine disparition de l'actualité. J.-X. Perrault déplore, dans une lettre à La Presse, que la ville n'a pas respecté sa parole en privant les 500 membres de la Société des locaux du marché Bonsecours. Il ajoute que, "d'ici quelques mois", le Monument National, alors en construction, sera en mesure de recevoir "nos jeunes gens" qui pourront y pratiquer la natation, l'escrime, la gymnastique, le tir, les quilles, le billard et "autres amusements"41. Après cette date, il ne sera plus question de la Société Nationale de Gymnastique de Montréal.

  • 42 La Presse, 26 janvier 1892, 1.

21Comment expliquer cet échec ? La Société semblait pourtant née sous les meilleurs augures. Son principal promoteur appartient à la meilleure société et fréquente les lieux de pouvoir. Il possède une solide expérience dans la mise sur pied et l'administration d'organismes de toutes sortes. Son dynamisme et sa persévérance sont reconnus par ses pairs. Son projet reçoit "un bon accueil (parmi) les principaux citoyens de Montréal"42. Selon nous, son projet était trop ambitieux pour la société francophone montréalaise de l'époque. En 1881, lorsque naît la M.A.A.A., elle peut compter sur le soutien d'un grand nombre de clubs sportifs dont certains existent depuis quarante ans. Elle bénéficie de l'appui d'une grande bourgeoisie qui contrôle l'économie canadienne. Ses cadres proviennent d'une petite bourgeoisie qui considère le sport comme une partie de son mode de vie. Rien de semblable chez les Canadiens français du début des années 1890. Leurs clubs sportifs sont peu nombreux et souvent éphémères. La grande bourgeoisie qui pourrait investir dans les infrastructures nécessaires est presque inexistante et ses quelques représentants fréquentent les clubs anglophones. La petite bourgeoisie francophone n'adhère pas encore, ou très peu, aux valeurs véhiculées par le sport. La volonté de Joseph-Xavier Perrault de lier le sort de sa société à un organisme français alors que le monde du sport à Montréal parle anglais nuit à son insertion dans les réseaux du sport canadien et l'isole d'expériences précieuses.

L'École Nationale de Gymnastique et d'Art Militaire

  • 43 La Minerve, 15 mai 1894, 1.
  • 44 La Presse, 19 février 1894.
  • 45 La Minerve, 11 mai 1894, 1.
  • 46 La Patrie, 28 avril 1894.
  • 47 La Minerve, 15 mai 1894, 1.

22Mais Perrault n'est pas homme à abandonner au premier échec. Profitant de ses liens avec le 65e bataillon (Fusiliers Mont-Royal), il travaille avec ces militaires et un "groupe de personnes notables" à la mise sur pied d'une "école nationale de gymnastique et d'art militaire"43. Les ambitions sont d'abord modestes. Les initiateurs désirent voir les directeurs du Monument National transformer l'une de leurs salles en "gymnase où la jeunesse canadienne-française pourrait aller prendre des exercices propres à l'amuser et à développer ses forces corporelles"44. On y installerait, en plus du gymnase, des allées de quilles et des tables de billard. Mais très tôt le projet prend de l'ampleur et cette idée d'occuper une salle du Monument National est délaissée au profit de la construction d'un vaste bâtiment comme celui "de la Young Men's Christian Association, celui de la Montreal Amateur Athletic Association et l'arsenal des carabiniers Victoria"45. Les promoteurs pensent acheter un vaste terrain, "facile d'accès par nos deux grandes voies de communication, les rues Sainte-Catherine et Saint-Laurent"46. Ils retiennent les services d'une firme d'architectes dont les plans sont publiés à la une de La Presse. Cet édifice desservira les habitants de "la partie est de Montréal" (partie francophone), plutôt mal nantie sous le chapitre des équipements sportifs, et les militaires du 65e bataillon. On pourra y pratiquer la gymnastique, la boxe, le maniement du sabre, de l'épée et du fleuret. Il sera flanqué, l'hiver, d'une patinoire et, l'été, d'un terrain de croquet et de courts de tennis. Un lecteur de La Minerve, après avoir rappelé les efforts infructueux du professeur David Legault et ensuite ceux de Joseph-Xavier Perrault, souhaite "que la montagne n'accouche pas d'une souris"47. Malheureusement, tel semble être le cas. L'"assemblée de citoyens" convoquée pour discuter du projet est ajournée faute de participants et les personnes présentes regrettent vivement "l’apathie" des Canadiens français.

L'Association Athlétique d'Amateurs Canadiens-Français

  • 48 Voir Fernande ROY, Progrès, Harmonie, Liberté : le Libéralisme des Milieux d'Affaires Francophones (...)

23Toutes ces péripéties illustrent les difficultés rencontrées par les propagandistes des exercices corporels et des activités sportives dans une société encore peu préparée à les accepter. Mais, elles manifestent aussi l'émergence de nouvelles pratiques plus conformes à l'esprit de cette fin du xixe siècle, véhiculées par une partie de la bourgeoisie francophone qui adhère aux principes du libéralisme économique"48.

  • 49 La Patrie, 14 mars 1894.
  • 50 La Presse, 20 mars 1894, 5.
  • 51 La Patrie, 14 mars 1894.

24On trouve d'autres preuves des changements qui s'opèrent et de la timide naissance d'une culture sportive chez les francophones montréalais. Le 12 mars 1894 naît l'Association Athlétique d'Amateurs Canadiens-Français49. Cette Association entièrement composée de jeunes hommes de l'est de Montréal se construit autour d'un club de base-ball. Lors de l'élection de son bureau de direction, il compte déjà 75 membres "bien décidés à se livrer aux exercices athlétiques"50. L'Association montre son désir de durer en publiant sa constitution et ses règlements, qu'elle fait parvenir aux journaux en leur demandant d'ouvrir leurs colonnes "à tous ceux qui désirent voir se développer des institutions athlétiques pouvant rivaliser avec celles de la partie ouest de la ville"51, c'est-à-dire celle des Anglo-montréalais.

Le début du journalisme sportif

  • 52 La Presse, 26 mars 1890, 4.
  • 53 La Presse, 25 août 1894, 12.

25Le journalisme sportif, qui débute chez les francophones, vient appuyer ces différentes initiatives. Le 20 août 1892 paraît le Courrier Athlétique, premier journal francophone entièrement consacré au sport. Ce journal semble avoir vécu le temps d'une rose. Beaucoup plus prometteuse est l'apparition d'une chronique sportive régulière dans les quotidiens La Presse et La Patrie. La Presse est l'initiatrice en cette matière. Dès 1890, elle annonce la publication gratuite dans sa "colonne de sport" des communiqués qui lui parviendront des différentes associations sportives52. Le 26 décembre 1891, on parle pour la première fois du "sporting editor" du journal. Les preuves de l'intérêt croissant du quotidien pour les activités sportives s'accumulent et le 25 août 1894, on peut lire : "La Presse fera désormais une large place au compte rendu autorisé de tous les jeux sportiques et athlétiques pratiqués dans les clubs et gymnases de la province. Avis en conséquence à tous les intéressés"53, Un dépouillement systématique du journal nous permet d'affirmer qu'une chronique sportive régulière apparaît en 1893. Elle devient quotidienne en 1895. La qualité de cette chronique s'améliore avec les années. Au début elle se contente de reproduire les communiqués reçus des clubs sportifs ou transmis, par télégraphe, d'agences de presse. Mais peu à peu elle devient plus critique. De plus, pour stimuler la compétition, La Presse remet prix et médailles aux athlètes. Il faudra attendre 1897 pour lire dans La Patrie une chronique sportive régulière. Admettant l'importance du sport pour un journal moderne qui se veut populaire, elle publie en première page, le 15 février 1898, le texte suivant :

AUX SPORTSMEN
Désireuse de faire plaisir à une grosse part de ses lecteurs, La Patrie a résolu de réorganiser son service d'information quant à ce qui a trait aux divers amusements sportiques. Nous voulons faire de La Patrie le journal pour tout le monde, nous ne négligerons rien pour atteindre ce but. Nous avons raison de croire que les sportsmen trouveront dans nos colonnes une foule de renseignements qu'ils ne pourront lire ailleurs.

26On assiste donc au début de la dernière décennie du xixe siècle à des efforts répétés, originant d'un groupe restreint de personnes, pour créer un milieu sensible aux valeurs véhiculées par le sport et des structures capables d'encadrer le développement d'activités sportives, de susciter la création de clubs sportifs et de leur assurer une certaine permanence. Malheureusement, ni l'Académie d'Escrime et de Gymnastique, ni la Société Nationale de Gymnastique de Montréal, ni l'École Nationale de Gymnastique et d'Art militaire, ni l'Association Athlétique d'Amateurs Canadiens-Français, ne vivront assez longtemps pour se vanter d'une postérité.

La première organisation sportive à durer : l'Association Athlétique d'Amateurs Le National

  • 54 La Presse, 2 juin 1897, 2.

27Parmi les organisations francophones qui naissent à la fin du xixe siècle et qui se veulent les promoteurs de l'activité physique et du sport, seule l'Association Athlétique d'Amateurs Le National (A.A.A.N.) survivra et s'épanouira par la suite sous le nom de Palestre Nationale. La création de cette association prouve l'émergence d'une volonté des francophones montréalais d'occuper l'ensemble du champ sportif. Née en 1894, elle construit, entre 1914 et 1918, un centre sportif sur la rue Cherrier et sera, à partir de cette époque, connue sous le nom de Palestre Nationale. Elle cesse toutes ses activités en 1978. Ses débuts furent modestes et, fait inusité pour l'époque, le club de crosse à l'origine de sa création voit le jour grâce à l'initiative d'une femme. L'association sportive qui fut pendant plus de cinquante ans la plus importante du genre chez les francophones du Canada, reconnaît comme sa fondatrice madame Julien Martineau, de Sainte-Cunégonde. La mère du National, comme on appelait le club à cette époque, veille jalousement sur sa nombreuse famille. Lorsque l'un de ses fils décide, avec quelques camarades, de former un club de crosse, elle s'oppose au projet, inquiétée par la réputation de brutalité attribuée à ce sport. Vaincue par l'enthousiasme de son fils et de ses amis, elle cède finalement, à la condition d'accompagner les joueurs chaque fois qu'ils se rendent sur leur terrain, près de Sainte-Cunégonde. Très vite elle se passionne pour le jeu et soigne les éclopés. Tant de sollicitude porte ses fruits. Les prouesses de l'équipe attirent bientôt l'attention "de plusieurs sportsmen canadiens-français qui décidèrent d'aider madame Martineau (...) et prirent le club de ces jeunes Canadiens sous leur puissante protection"54.

  • 55 La Presse, 3 avril 1894, 6.
  • 56 La Presse, 25 avril 1895, 1.

28Tout au long de l'automne 1893, et de l'hiver qui suit, les promoteurs multiplient les rencontres dans l'espoir de rassembler dans leur club de crosse "tout ce que Montréal et les municipalités de Sainte-Cunégonde et Lachine possèdent en fait de meilleurs joueurs"55. Les sceptiques sont nombreux. "Fonder une association sportique parmi les Canadiens-français ! C'est chose impossible, disait-on (...). Vous ne réussirez jamais"56. Pourtant, le 2 avril 1894, une grande assemblée a lieu à Sainte-Cunégonde. Le club de crosse Le National est officiellement créé.

  • 57 La Patrie, 12 mai 1894.

29Les fondateurs proviennent tous de l'ouest de l'île de Montréal (Sainte-Cunégonde, Saint-Henri, Lachine), là où fleurissent les associations sportives des anglo-protestants et des Irlandais. Dès l'automne 1894, ils louent un grand terrain à Lachine, près de la station Dominion où s'arrêtent les trains de la Compagnie du Grand Tronc. Les directeurs voient grand. Pour eux, la création d'un club de crosse n'est qu'un premier pas. Ils ambitionnent d'ouvrir aux Canadiens français plusieurs champs de l'activité physique : gymnastique, base-ball, tennis, jeu de paume, croquet et "autres divertissements athlétiques"57.

  • 58 La Patrie, 5 et 12 mai 1894.
  • 59 La Presse, 12 mai 1894, 12.

30Le premier but du National est patriotique. Les initiateurs du projet veulent prouver que leurs compatriotes peuvent rivaliser avec les clubs sportifs anglais de Montréal et même du pays. Ils désirent également fournir aux jeunes gens qui fréquenteront leur terrain "une formation durable" du corps et favoriser "une bonne camaraderie"58. Enfin, ils espèrent "arracher notre jeunesse aux plaisirs trop faciles de la ville durant les vacances des samedis et le repos du dimanche"59.

31Durant la première saison d'existence, malgré le désir des directeurs d'occuper tout le champ sportif, c'est surtout la crosse qui occupe les athlètes rassemblés par Le National. L'association possède également une équipe de base-ball et un club de hockey.

32La première année d'activité de l'A.A.A.N. se solda par un déficit de 1 600 $, somme importante si l'on considère qu'un ouvrier non spécialisé gagnait à cette époque entre 350 $ et 500 $ par année.

  • 60 La Presse, 17 mai 1895, 1.
  • 61 La Presse, 28 mars 1895, 3.

33L'année 1895 voit l'association mieux se structurer, prendre de l'expansion et gagner en popularité auprès du public montréalais d'expression française. Les piètres performances financières de l'association en 1894 amènent les directeurs à s'interroger sur l'opportunité de se rapprocher du réseau de tramways électriques qui quadrillent la ville de Montréal depuis 1892. Ils louent aux Sulpiciens l'ancien terrain du club irlandais, le Shamrock. "II n'y a pas un club qui possède un terrain aussi près du centre de la ville et qui offre autant de facilités pour y communiquer de toutes les parties de la ville", nous assure-t-on60. Mieux organisée, possédant un terrain bien aménagé et avantageusement situé, l'association entend bien démontrer "que notre race dans les choses du sport comme dans toutes les autres branches de l'activité humaine, n'est pas inférieure aux autres races"61.

  • 62 La Presse, 4 juin 1895, 5.

34Dans sa campagne pour séduire les francophones, l'A.A.A.N. reçoit un appui de taille. Le journal La Presse, le plus important quotidien du Québec, se joint aux dirigeants du National pour soutenir les efforts de cette association dans le développement de l'athlétisme et du sport chez les Canadiens français et profite de l'occasion pour étoffer sa chronique sportive. Constamment, il exhorte "nos compatriotes" à encourager "par tous les moyens à leur disposition cette jeune association canadienne-française"62. Les activités de l'association prennent de l'ampleur et se diversifient. Pendant l'année 1895, elles rassemblent deux clubs de base-ball, trois clubs de crosse, un club cycliste, une équipe de souque à la corde, et elle tente de mettre sur pied un club de football.

35La présence d'un club de crosse francophone dans la ligue intermédiaire (une première depuis la création de la ligue en 1867) suscite un intérêt certain chez les Canadiens français de Montréal et ravive l'esprit de compétition dans la ligue. Dans le domaine du base-ball, Le National est responsable d'un engouement croissant pour ce sport. Certains craignent même de le voir éclipser le jeu de crosse, considéré comme notre sport national.

36En 1896, l'A.A.A.N. s'incorpore et devient une société par actions ayant un fonds social de 10 000 $ divisé en 100 actions de 100 $ chacune. L'incorporation lui donne des assises juridiques et illustre sa volonté de durer. Sa constitution en société par actions injecte de nouveaux capitaux et assainit ses finances.

Quelques acteurs

37L’étude des origines de l'Association Athlétique d'Amateurs Le National (1894-1896) nous a permis d'identifier environ 180 personnes impliquées dans son organisation et son administration. L'occupation de 140 d'entre eux nous est connue. La bourgeoisie francophone qui se développe à la fin du xixe siècle domine largement l'association. Les médecins, les avocats, les notaires, côtoient des marchands de gros, des entrepreneurs en construction, des manufacturiers, des courtiers en immeubles, des comptables, des agents d'assurance. On y trouve même deux chefs de police, un chef des pompiers et un banquier. Les artisans et les ouvriers sont peu nombreux et jouent ordinairement un rôle modeste dans l'organisation. Alexandre Tellier, machiniste, qui siège au bureau de direction dans les années 1894-1895, fait figure d'exception. Il est membre des comités de crosse et accompagne régulièrement le club de base-ball aux États-Unis. Malgré son zèle, il n'en est plus question après l'incorporation de l'A.A.A.N. en 1896.

  • 63 La Presse, 27 août 1897, 1.

38Le docteur Théodule Cypihot, qui fut président de l'association, représente bien ses membres. Né à Montréal en 1860, il est reçu médecin en 1880 et part pour les États-Unis, à une époque où le sport imprègne déjà la société américaine. En 1883, il revient se fixer à Sainte-Cunégonde (qui sera annexée à Montréal en 1905). En 1885, il est nommé président de la Commission d'Hygiène. Il sera conseiller municipal, commissaire d'école, juge de paix, médecin en chef de la compagnie d'assurances l'Alliance Nationale et vice-président de la Société Saint-Jean-Baptiste. Il noue de solides liens dans le monde politique, de la finance et du commerce. Ardent sportif, il consacre temps et argent à sa passion. La Presse dit qu'il est l'âme de l'A.A.A.N.. "L'on pourrait dire, écrit ce journal, qu'il a été mis au monde par un décret spécial de la Providence pour être le soutien et l'appui du National"63.

  • 64 La Presse, 17 mai 1895, 1.
  • 65 La Presse, 21 septembre 1895, 10.

39Il est beaucoup plus difficile de retracer l'origine sociale des joueurs qui évoluent dans les différentes équipes de l'A.A.A.N.. Quelques joueurs semblent des fils de classes aisées, étudiants au collège Sainte-Marie, au Mont Saint-Louis et à la succursale de l'Université Laval à Montréal. Mais la majorité des joueurs appartient au milieu ouvrier. La Presse, déplorant le manque d'exercice des joueurs du National, écrit : "Les Canadiens-français (...) n'ont pour athlètes que des ouvriers travaillant dans nos grandes usines (...) [qui] s'assemblent après leur dure journée de labeur pour s'exercer ensemble"64. Ainsi, Kavanagh, du club de crosse Le National, travaille dans une manufacture. On dit du joueur de base-ball Robert Seal qu'il est "pauvre et sans parents"65.

40Pour terminer, disons quelques mots des spectateurs. L'apparition d'une institution sportive permanente chez les francophones montréalais, avec ses équipes de crosse, de base-ball, de football, la création de vedettes, la compétition qu'elle ravive, la publicité qu'elle diffuse, tout cela influence la formation d'un public d'amateurs de sports chez les Canadiens français.

  • 66 La Presse, 25 septembre 1895, 11.
  • 67 La Presse, 10 juin 1895, 5.
  • 68 La Presse, 30 mai 1895, 5.
  • 69 La Presse, 3 septembre 1896, 2.

41Mais qui sont ces spectateurs qui suivent avec assiduité les activités du National ? D'abord des Canadiens français "attirés par un club de leur nationalité"66. La Presse note que ceux-ci commencent à "apprécier une partie athlétique"67. Il s'agit souvent de "notabilités du sport montréalais"68. Les carabins de la succursale de l'Université Laval à Montréal, les étudiants des collèges Sainte-Marie et du Mont Saint-Louis fréquentent régulièrement le terrain du National. L'A.A.A.N. plongeant ses racines dans le sud-ouest de Montréal et son terrain bordant les municipalités de Saint-Henri et de Sainte-Cunégonde, plusieurs spectateurs appartiennent à ces quartiers. Les ouvriers encouragent Le National. Aussi, les dirigeants de l'association n'hésitent pas à faire appel à eux. "Tous nos travaillants, disent-ils, ne devront pas oublier que ce sont nos compatriotes qui figurent comme athlètes (...) que tous les ouvriers se rendent donc sur le terrain du National (...) pour encourager et applaudir nos jeunes gens qui font honneur à notre race"69.

Conclusion

42Le sport, transplanté en terre canadienne, subira l'influence de son nouvel environnement physique, économique, social et intellectuel. Différents groupes l'adopteront et l'adapteront au contexte social qui est le leur. La situation des Canadiens français dans la hiérarchie politique, leur place dans l'économie, leur vitalité démographique, leur degré de scolarisation, leur taux d'urbanisation, leur aspiration au pouvoir, le mimétisme propre à toute société dominée, la proximité des États-Unis, tous ces facteurs, et d'autres encore, influenceront leur mode d'insertion dans la culture sportive.

43Cette insertion sera graduelle et se fera très lentement. Avant les années 1890, la participation des francophones montréalais à la vie sportive, si l'on excepte les courses de chevaux, est le fait de quelques individus, sans doute bien intégrés à la société anglophone, et de quelques clubs qui éprouvent de la difficulté à survivre plus d'une année. Cependant, dans les années 1870 à 1890, quelques individus seront "contaminés" par les valeurs véhiculées par le sport et joueront, par la suite, un rôle dans l'institutionnalisation du sport chez les francophones.

44Dans les années 1890, le slogan "Emparons-nous du sport" pourrait être celui d'une partie de la bourgeoisie francophone qui revendique plus de pouvoir au nom d'une majorité en pleine expansion démographique et économique. Cette conjoncture favorise la création d'associations plus stables et ambitieuses.

45La naissance de l'A.A.A.N., première association omnisports à connaître le succès et à durer, prouve l'émergence d'une culture sportive. Son apparition joue un rôle important dans la création d'un public d'amateurs de sport et elle contribue à l'intégration des francophones au monde sportif. En organisant des concours, en décernant des prix, en fondant des clubs, en participant à des championnats, en créant des vedettes, en stimulant l'intérêt de la presse, l'association constitue un lieu de mobilisation et d'échange au moment où la croissance de la population urbaine francophone augmente le bassin de spectateurs potentiels. Le National devient l'aune qui sert à mesurer le sérieux des autres organisations sportives francophones. Il suscite l'émulation. Il est une preuve de l'entrée des francophones dans la modernité.

Courses de vélocipède le dimanche malgré l'interdit des clercs. The Canadian Illustrated News, October 22, 1870, p. 268. (Collection Donald GUAY).

Notes

1 Voir GUAY Donald, La Culture Sportive. Paris : Presses Universitaires de France, 1993, coll. Pratiques Corporelles.

2 WISE S.F., FISHER D. Les Grands Athlètes Canadiens. Don Mills, Ont. : General Publishing, 1976, p. 17.

3 METCALFE A. "Le Sport au Canada Français au xixe siècle : le cas de Montréal, 1800-1914. " In Loisir et Société/Society and Leisure, 6, 1 (printemps 1983,) p. 111.

4 HOWELL N. et M.L. Sports and Games in Canadian Life, 1700 to the present. Toronto : Macmillan of Canada, 1978, p. 82.

5 Une exception toutefois, les Irlandais, qui à partir du milieu du xixe siècle, chassés de leur pays par les grandes famines, arrivent à Montréal par milliers. En 1 867, ils créent le club de crosse le Shamrock. La réaction de la bourgeoisie anglo-protestante à l'entrée de ces travailleurs irlandais qui ajoutent à ces deux tares leur catholicisme est significative. On accuse les joueurs du Shamrock, qui deviendra l'un des meilleurs clubs de crosse de la période, de tous les péchés d'Israël. Ce sont des voyous, qui jouent d'une façon brutale avec un manque de "fair-play" flagrant.

6 METCALFE A. "L'expansion du sport organisé et le développement de l'amateurisme au Canada de 1807 à 1914. " In HARVEY J., CANTELON H. (dir.). Sports et Pouvoir : les Enjeux Sociaux au Canada, Ottawa : Presses de l'Univesité d'Ottawa, 1988, p. 112.

7 GUAY D. Le Sport et la Société Canadienne au xix e siècle. Québec : Groupe de Recherche de l'Activité Physique, Université Laval, 1977, p. 18.

8 La Gazette de Québec, 21 juillet 1808, 2.

9 GUAY D. Histoire des Courses de Chevaux au Québec. Montréal : V.L.B. Editeur, 1985, p. 38-39.

10 Donald GUAY écrit : "Avant 1880, peu d'événements, qu'ils soient religieux, politiques ou sportifs, réunissent des foules aussi considérables". Ibid., p. 35.

11 Ibid., p. 92.

12 The Montreal Daily Star, 7 juillet 1885, 4.

13 Dictionnaire biographique du Canada. 11, p. 225-227.

14 BECKET H.W. The Montreal Snow Shoes Club. Montréal : Printed by Becket Bros, 1882, p. 41 et 84.

15 Le Franc-Parleur, 14 décembre 1872.

16 Ibid., 22 février 1872, 259 ; 30 novembre 1872 ; 22 février 1873.

17 La Gazette Officielle du Québec, 23 mai 1873, p. 829-830.

18 GUAY D. Introduction à l'Histoire des Sports au Québec. Montréal : V.L.B. éditeur, 1987, p. 162-164.

19 Le Franc-Parleur, 14 mars 1872, 295.

20 Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 28 juin 1877 ; 14 août 1877 ; 11 avril 1878.

21 GUAY D. op. cit., p. 158.

22 Ibid., p. 41.

23 GUAY D. "Petite Histoire du Cyclisme au Québec". Encart dans Vélo Québec, juin 1987, p. 8.

24 Le Franc-Parleur, 18 janvier 1872, 200.

25 DE COUBERTIN P. Universités Transatlantiques. Paris : Librairie Hachette, 1890, p. 142.

26 LINTEAU P.-A. Histoire de Montréal depuis la Confédération. Montréal : Boréal, 1992, p. 40.

27 LINTEAU P.-A. "Quelques réflexions autour de la bourgeoisie québécoise, 1850-1914". In Revue d'Histoire de l'Amérique Française, 30, 1, juin 1976, p. 55-56.

28 De 1835 à 1866, Montréal est une ville à majorité anglaise.

29 GERMAIN A. "Les mouvements de réforme urbaine à Montréal au tournant du siècle". Montréal : Les Cahiers du Centre d'information et d'Aide à la Recherche, Département de Sociologie, Université de Montréal, 1985, p. 225.

30 Ibid., p. 225.

31 La Minerve, 15 mai 1894, 1.

32 La Presse, 9 août 1890, 3.

33 La Presse, 10 avril 1899, 1.

34 La Patrie, 27 octobre 1892, 1 ; 3 février 1902, 4.

35 La Patrie, 20 décembre 1892, 1.

36 PERRAULT J.-X. "La Société de Gymnastique", La Presse, 21 mars 1893, 4.

37 La Presse, 15 janvier 1892, 4.

38 La Presse, 19 janvier 1892, 4 ; 26 janvier 1892, 1.

39 Statuts de la Société Nationale de Gymnastique de Montréal, fondée le 19 janvier 1892, (s. l., n. d.), 4.

40 La Presse, 11 février 1892, 1 ; The Montreal Daily Star, 10 février 1892, 3.

41 La Presse, 21 mars 1893, 4.

42 La Presse, 26 janvier 1892, 1.

43 La Minerve, 15 mai 1894, 1.

44 La Presse, 19 février 1894.

45 La Minerve, 11 mai 1894, 1.

46 La Patrie, 28 avril 1894.

47 La Minerve, 15 mai 1894, 1.

48 Voir Fernande ROY, Progrès, Harmonie, Liberté : le Libéralisme des Milieux d'Affaires Francophones à Montréal au tournant du Siècle. Montréal : Boréal, 1988, p. 301.

49 La Patrie, 14 mars 1894.

50 La Presse, 20 mars 1894, 5.

51 La Patrie, 14 mars 1894.

52 La Presse, 26 mars 1890, 4.

53 La Presse, 25 août 1894, 12.

54 La Presse, 2 juin 1897, 2.

55 La Presse, 3 avril 1894, 6.

56 La Presse, 25 avril 1895, 1.

57 La Patrie, 12 mai 1894.

58 La Patrie, 5 et 12 mai 1894.

59 La Presse, 12 mai 1894, 12.

60 La Presse, 17 mai 1895, 1.

61 La Presse, 28 mars 1895, 3.

62 La Presse, 4 juin 1895, 5.

63 La Presse, 27 août 1897, 1.

64 La Presse, 17 mai 1895, 1.

65 La Presse, 21 septembre 1895, 10.

66 La Presse, 25 septembre 1895, 11.

67 La Presse, 10 juin 1895, 5.

68 La Presse, 30 mai 1895, 5.

69 La Presse, 3 septembre 1896, 2.

Auteur

Université du Québec à Montréal

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search