Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 1. Genèses

L'évolution de la récréation physique organisée à Montréal, 1840-1895

Alan Metcalfe

Note de l’éditeur

Ce texte est paru en anglais dans la revue Histoire Sociale, volume XI, no 21, mai 1978, pages 144-166. Il est possible que cet article soit critiqué étant donné le fait que la plus grande partie du contenu provient de journaux anglophones. Un critique pourrait donc conclure que la majorité de la population de Montréal a été oubliée. En fait, nous ne possédons pas de preuves pouvant démontrer la participation des francophones au sport organisé. Après avoir dépouillé le journal La Minerve de 1865, 1875, 1885 et 1895, nous avons pu constater que le reportage sportif n'existait à peu près pas. Quand il y avait un reportage en 1885, le journal n'imprimait que quelques lignes. Par ailleurs, les informations que donnent La Minerve concordent avec celles du Star et de la Gazette. Pendant ces quatre années, les courses de chevaux furent très importantes. On parlait à l'occasion de pêche et de billard. Nous avons mentionné, dans la partie principale de notre travail, les seules occasions au cours desquelles les Canadiens français ont participé à des clubs sportifs. Durant les décennies 1870 et 1880, ils étaient membres de clubs de raquetteurs quand furent créés les clubs Le Trappeur et Le Canadien. Les Canadiens français ont aussi participé au Montreal Swimming Club qui était un club bilingue durant la décennie 1880. Il a fallu attendre 1895 avant que soit mentionnée la crosse ; c'est à ce moment-là que fut inauguré le club Le National.

Texte intégral

  • 1 En réalité, les historiens canadiens n'ont pas encore entrepris d'études sérieuses du sport et de l (...)

1Si l'on veut se rendre compte du rôle important que le sport et la récréation physique jouent dans la vie d'un grand nombre de Canadiens, il suffit de jeter un rapide coup d'œil dans les journaux, de regarder la télévision et de constater comment les consommateurs dépensent leur argent. Même si ce phénomène a atteint l'envergure que l'on sait, peu d'historiens canadiens1 ont essayé de l'analyser, de montrer sa croissance et son développement aussi bien que son rôle dans la vie des Canadiens. C'est au moment où l'impact de l'urbanisation et de l'industrialisation s'est fait sentir pour la première fois au Canada que sont apparus les fondements idéologiques, les modes de comportement et les sports. Ils ont servi à fonder les loisirs urbains durant la deuxième partie du xixe siècle. Ces changements se sont produits entre 1870 et 1890 ; ce fut l'éclosion de l'éducation physique organisée.

  • 2 WISE S. op. cit., p. 13-26.

2Nous n'avons pas choisi au hasard la ville de Montréal durant les années 1840 à 1895 ; il s'agit, en fait, d'un cas idéal permettant d'étudier le sport et la société canadienne. Signalons en premier lieu que Montréal fut la première ville canadienne à subir le choc de l'industrialisation. Mentionnons en deuxième lieu que Montréal2 a joué un rôle important dans l'organisation du sport au Canada. En dernier lieu, nous avons choisi la période de 1840 à 1895 parce qu'elle couvre les formes de récréation pré-industrielles jusqu'au début du sport de masse.

La période de 1840 à 1870

3Il n'y a eu qu'une faible élite de la société montréalaise qui a pu bénéficier d'une éducation physique organisée avant 1840. C'est un groupe de marchands écossais qui a fondé le premier club : le Montréal Curling Club, en 1807.

  • 3 LINDSAY P. "The Impact of the Military Garnisons on Sport", Canadian Journal of History of Sport an (...)

Par ailleurs, des officiers de la garnison de Montréal et l'élite de cette ville3 ont fondé des clubs de chasse en 1829, de cricket en 1829, de tandem en 1837 et le racket club en 1839. Quand furent créés ces clubs, on a insisté sur l'aspect social des différentes activités. Il y eut des danses, des rencontres sociales qui permettaient à chacun de bien se comporter.

  • 4 METCALFE A. Organised Sport and Social Stratification in Montreal, 1840-1901 ; GRUNEAU et ALBINSON (...)

Durant l'hiver de 1840, un groupe de Montréalais se réunissait régulièrement pour des excursions en raquettes aux alentours de Montréal. Ces rencontres occasionnelles ont amené la formation du prestigieux club de raquetteurs le Montréal Snow Shoe Club. Ce club fut formé en 1843. C'est en 1842, soit une année plus tôt, que fut fondé le Olympic Athletic Club. Ce club a organisé des rencontres de cricket, d'athlétisme et d'aviron. C'est aussi ce groupe qui organisa les Jeux olympiques de Montréal en 1844. Les membres de ces premiers clubs venaient des plus hautes classes de la société montréalaise. Plusieurs ethnies étaient représentées. Parmi les membres on reconnaissait des juges, des parlementaires, des avocats, des médecins et des hommes d'affaires ainsi que des officiers de la garnison4. Il y avait donc des rencontres sociales, qui attiraient l'élite, mais des activités sportives faisaient également partie de ce milieu qui reflétait dans une certaine mesure la vie aristocratique anglaise.

  • 5 Montreal Transcript, 20 août 1844.

C'est en constatant cette abondance d'activités sportives vers le début de la décennie 1840 que nous trouvons la première preuve de l'intérêt du public vis-à-vis des installations récréatives. C'est le 20 août 1844 que l'éditeur du Montréal Transcript écrivit :
There ought to be a piece of ground set apart in the neighbourhood of every City for the practice of manly sports - for cricket, and all other kinds of sports. Montreal, unfortunately, possesses no such place, nor is there a single public walk or garden in which those who compose the humbler classes can go either for exercise or recreation.
5

4De fait, il y avait peu d'installations publiques ou privées à la disposition de ceux qui voulaient pratiquer des activités sportives durant leurs loisirs. On trouvait le Racket Club et le Garissons Cricket Grounds sur la rue Sherbrooke. Il y avait également la rivière pour le curling en hiver. Par ailleurs, on peut constater que des installations privées ont été à la disposition des riches durant tout le xixe siècle. Pendant cette période, il n'y avait pas d'installation ouverte au public.

  • 6 Ibid., 25 juin 1 849.

5Il ne faut pas croire que les Montréalais se récréaient régulièrement. C'est plutôt de façon occasionnelle que l'on tenait des régates, que l'on faisait de l'athlétisme, de la chasse ou des randonnées en tandem. Trois activités seulement étaient pratiquées avec une certaine régularité : le curling, la raquette et le cricket. En hiver, des groupes de six à dix membres se rendaient en excursion en raquettes sur la montagne les mardis soirs ou le samedi après-midi à la campagne. Chaque semaine des rencontres de curling se tenaient sur la rivière aménagée en patinoire. C'est à l'occasion de ces dernières activités que se sont développés, pour la première fois, les modes de comportement propres au sport organisé. Le club Thistle se joignit au club Montreal en 1842 tandis que le Caledonian en fit autant en 1850. Les clubs continuèrent à jouer leurs rencontres sur la rivière jusqu'en 1848. À cette date, le Montreal Club a déménagé à l'intérieur des hangars. On assista alors à l'inauguration des premières installations appartenant à un club sportif. Ce nouvel intérêt que les clubs de curling montraient pour la récréation s'est manifesté par l'apparition des premières installations sportives commerciales. Une piscine fut ouverte en juin 1849 en face du marché Bonsecours6. C'est la même année que des officiers de la garnison ouvrirent une école d'escrime. L'existence de ces clubs et de ces entreprises commerciales était une indication de l'intérêt grandissant des Montréalais pour la récréation.

La crosse. Les Anglais de Montréal contre les Iroquois de Caughnawaga, l'Opinion publique, 23 juin 1870, p. 196. (Collection Donald GUAY).

  • 7 Ces chiffres proviennent d'un scrapbook appartenant au Montreal Athletic Amateur Association (M.A.A (...)

6Le club Montreal Lacrosse fut formé en 1856 ; ce qui suscita un nouvel intérêt pour le sport. Quatre ans plus tard, la ville pouvait se vanter de posséder six clubs de raquette, six de cricket et neuf de crosse7. La prolifération des clubs fut accompagnée d'une augmentation des installations spécialisées pour les sports ; le Montreal Cricket Grounds, le McGill College Grounds, le Montreal Lacrosse Grounds et l'ouverture d'un nouveau commerce, le Victoria Skating Rink (patinoire en 1862). Ces développements ne furent ni généraux, ni étendus. Les clubs, les installations commerciales et les terrains privés étaient situés dans le quartier à prédominance anglophone : le quartier Saint-Antoine. Cette tendance est demeurée constante jusqu'au début de 1890.

7Vers 1860, on remarqua une augmentation du nombre des compétitions entre les clubs de cricket, de crosse et de raquette. Cependant, elles avaient lieu peu fréquemment. On pouvait se rendre compte d'une différence entre les clubs sportifs ayant une orientation sociale et ceux qui visaient avant tout la compétition. L'élite sociale préférait les clubs Montreal Tandem et Hunt car ces clubs s'occupaient des sports que l'on peut pratiquer toute sa vie, pour lesquels l'âge et la prouesse physique n'étaient pas aussi importants que le statut social. Les clubs sportifs orientés vers la jeunesse attiraient leurs membres à partir d'un plus large éventail de la société. Cependant, cet éventail demeurait limité. On voyait sur les terrains de jeux les jeunes Molson et Allan auxquels s'ajoutaient des employés de banque, des ingénieurs et des étudiants de l'université. L'activité physique récréative était dans un état embryonnaire ; elle était limitée à un segment de la société montréalaise.

La période de 1870 à 1890

  • 8 Montreal Snow Shoe Club, procès-verbaux, 1869.
  • 9 Loc. cit.

8Il est difficile de dire avec précision à quel moment le sport organisé a atteint un niveau de développement majeur. Cependant, nous avons la preuve que des changements se sont produits durant la décennie 1860. De nouveaux clubs furent créés : le Mechanics Lacrosse Club en 1861, le Erina Snow Show Club en 1863, ainsi que des équipes de High Schools. Soulignons qu'en 1869 une foule de citadins ont applaudi les courses de raquetteurs organisées par le Montreal Snow Shoe Club8. Non seulement y avait-il des transformations chez les participants et les spectateurs, mais la compétition elle-même ne visait plus le même but. Le premier championnat de crosse fut joué en 1 866 ; c'était le championnat du Canada. Pour la première fois en 1869, le club de raquetteurs Montreal Snow Shoe Club publia les résultats des victoires remportées durant la saison des courses9. Le résultat des compétitions devenait de plus en plus important.

Figure 1 - La densité de la construction d'édifices dans les quartiers de Montréal de 1861 à 1891

Figure 1 - La densité de la construction d'édifices dans les quartiers de Montréal de 1861 à 1891

9Il y eut encore plus de changements entre 1870 et 1880. On fut témoin de l'apparition de nouveaux sports, de la création de nouvelles structures et du développement d'attitudes publiques vis-à-vis de la récréation. Ces changements devaient influencer la façon de se récréer au-delà de 1900.

  • 10 Nous avons pris les données de la figure 1 dans le recensement du Canada de 1861, 1871, 1881 et 189 (...)

10Ces changements étaient reliés directement aux processus d'urbanisation et d'industrialisation qui se produisirent vers 1 870. Ces transformations faisaient sentir leurs effets sur tous les aspects de la vie et de la façon de vivre. La construction a connu une augmentation alors que la population devenait de plus en plus dense. Ce phénomène se produisit surtout dans les quartiers à prédominance française à l'est du St Lawrence Main. Il y avait une augmentation des demandes pour des installations publiques et privées. C'est ce qui aida à promouvoir le mouvement vers les banlieues de Côte-Saint-Antoine, Saint-Jean-Baptiste, Hochelaga, Pointe-Saint-Charles et Saint-Henri10. Durant la même période, divers groupes firent campagne pour diminuer les heures de travail ; ils connurent des succès temporaires et limités.

  • 11 Ces informations viennent du Montreal Star, 1870-1895.

11En 1872, le Saturday Half Holiday and Nine Hours Labour League a gagné des réductions temporaires des heures de travail. Dans la plupart des cas, on revint aux heures originales vers la fin de la décennie 1870. Le Dry Goods Store Clerk a supporté les Early Closing Movements de 1882 et 1888 tandis que le Saturday Holiday Movement est réapparu en 188511. Si on fait abstraction de la nature temporaire de leur succès, il est probable que durant les décennies 1870 et 1880 un plus grand nombre de Montréalais ont vu diminuer leurs heures de travail.

Figure 2 - Le nombre des clubs sportifs à Montréal de 1840 à 1894

Figure 2 - Le nombre des clubs sportifs à Montréal de 1840 à 1894
  • 12 Ces chiffres pour les années 1840 et 1861 proviennent d'un scrapbook du M.A.A.A. ; pour les années  (...)

12De 1870 à 1887, on fut témoin d'une augmentation du nombre des clubs sportifs (42 à 141) (voir la figure 2). Cette augmentation toucha les équipes de crosse (15 à 45), de base-ball (6 à 21), et de hockey (0 à 18) (voir le tableau l)12. Au même moment, de nouveaux clubs ont fait leur apparition : le Montreal Golf Club (1874), le Montreal Swimming Club (1876), le Montreal Bicycle Club (1878), le Lawn-Tennis et Yacht Club vers 1879. Le Hockey Club fut formé vers la fin de 1875. Il n'y a pas eu seulement des changements au point de vue du nombre des clubs ; leur nature elle-même a changé.

Tableau 1 - Le nombre de clubs sportifs à Montréal : 1840-1894

Tableau 1 - Le nombre de clubs sportifs à Montréal : 1840-1894

13Les championnats sont apparus, comme les limites du temps, les officiels et les éliminatoires. L'histoire du sport de la crosse illustre clairement les changements qui ont eu lieu. Vers 1870, ce mode de fonctionnement fut remplacé par des joutes régulières et d'autres de championnat. En 1885, les cinq équipes principales de crosse, y compris deux équipes de Montréal, ont mis sur pied une série de joutes de championnat. En fait, c'était une ligue ayant son calendrier de joutes estivales. Le sport se donnait un comportement régulier. Au même moment, des pressions se firent pour fixer le nombre des joutes nécessaires au choix d'un champion. Finalement, le grand nombre de clubs amena la formation d'organismes locaux, provinciaux et nationaux. Ils avaient comme rôle de codifier les règles, de contrôler la compétition et le comportement des joueurs.

Baseball à l'Ile Sainte-Hélène à l'occasion du "pic-nic" de l'Union des typographes. The Canadian Illustrated News, July 18, 1874, p. 37. (Collection Donald GUAY).

14Il fallait faire une distinction très nette entre les sports visant la compétition et ceux qui visaient la sociabilité. Il y avait des zones grises entre les deux sortes de sport. Les clubs de yacht, de raquette et de golf ont rejoint ceux de chasse et de tandem en tant que sports pratiqués par l'élite. On considérait que la présence de jeunes gens ne pouvait aider la pratique de ces sports ; c'est pourquoi elle était considérée comme un embarras. Les participants à ces sports sociaux étaient attirés autant par le club house privé que par la compétition. Les clubs de curling et de raquette jouaient un rôle identique sauf qu'ils avaient à faire un recrutement à partir d'une base plus étendue. Ces clubs exclusifs formaient le centre de la vie sociale des classes élevées de la société montréalaise.

15Durant cette période, ce sont les clubs sportifs de compétition qui ont permis la démocratisation du sport. Certains ne connurent pas de croissance significative durant la période 1870-1887 : le football (1 à 5), le cricket (6 à 8), et le cyclisme (0 à 1). Les participants à ces sports étaient presque exclusivement des anglophones du quartier Saint-Antoine. Il y avait beaucoup d'étudiants de High School, des employés de banque, des diplômés d'université. Ces clubs étaient uniquement anglophones.

  • 13 Ces chiffres proviennent du Montreal Daily Star. Ils couvrent toutes les parties de crosse et de ba (...)

16Durant les décennies 1870 et 1880, il y eut une croissance significative des clubs de crosse (15 à 45), de base-ball (6 à 21) et de hockey (0 à 18) ; il est juste de considérer le hockey comme faisant partie du premier groupe alors que nous n'avons pas de preuve qu'il y ait eu des équipes en dehors du quartier Saint-Antoine. Le base-ball et la crosse se pratiquaient en des endroits dispersés à travers la ville (voir tableau 2), quoique la majorité des clubs étaient encore situés dans les quartiers à prédominance anglaise : Saint-Antoine, Saint-Laurent, Sainte-Anne et Pointe-Saint-Charles. Des clubs commençaient à apparaître à l'est de la ville13. Le changement le plus important se produisit quand les travailleurs de Sainte-Anne, de Saint-Henri et de Pointe-Saint-Charles formèrent des clubs.

Tableau 2 - Les parties de crosse et de base-ball jouées à Montréal, 1878-1887

Tableau 2 - Les parties de crosse et de base-ball jouées à Montréal, 1878-1887
  • 14 C'est à partir du Montreal Star des années 1870-1889 que nous avons pu démontrer l'existence des éq (...)

17Quand on considère le nombre des clubs, il y avait un facteur critique qui en affectait la croissance et en assurait la permanence. Nous pouvons constater sur le tableau 3 qu'il y avait peu de clubs permanents ; ceux qui l'étaient favorisaient des buts sociaux14. Cependant, à long terme, ce sont ces clubs qui ont influencé de façon significative le développement du sport.

Tableau 3 - Les clubs permanents de crosse et de base-ball à Montréal, 1870-1889

Tableau 3 - Les clubs permanents de crosse et de base-ball à Montréal, 1870-1889
  • 15 Nous pouvons trouver dans le Montreal Star la preuve que l'équipe était formée par un groupe de tra (...)
  • 16 Ce fait a été démontré de façon très claire quand le Shamrock a recueilli 12 000 $ en souscription (...)

18Tous les clubs permanents possédaient des caractéristiques similaires : un chalet privé, des terrains, des membres qui ne jouaient pas, une forte composante sociale. Ils étaient pour la plupart situés dans le quartier Saint-Antoine. Les membres anglophones appartenaient à la communauté financière et commerciale. Nous avons la preuve que de nouveaux groupes furent impliqués dans la formation de clubs permanents ; ce qui indiquait que la provenance des participants s'élargissait. Le club Shamrock Lacrosse fut peut-être le plus intéressant de ces clubs qui étaient composés d'ouvriers. Il nous fait voir comment les ouvriers ont réussi à s'introduire sur les terrains du sport amateur. Le Shamrock devint la meilleure équipe de crosse du Canada entre 1868 et 1886. Il n'y a pas de doute que les membres de cette équipe venaient de la classe ouvrière15. Cependant, il ne faut pas surévaluer l'importance de la classe ouvrière du club Shamrock. Dès les débuts, ce club a reçu le support actif d'éminents Irlandais canadiens : James McShane, le maire de Montréal, C.J. Doherty, et plusieurs autres leaders16. Le support financier et administratif du club venait des hautes classes de la société. Tous les postes administratifs étaient détenus par des hommes d'affaires et des employés de bureau ; ce n'est qu'au niveau des comités que des mécaniciens furent acceptés dans la structure administrative. Il y a quelques preuves qui tendent à démontrer que la majorité des joueurs actifs étaient des mécaniciens ; nous savons qu'il y avait des agriculteurs, des briqueteurs, des menuisiers ou des membres de n'importe quel autre métier traditionnel. Parmi les joueurs, il y avait aussi des hommes impliqués dans les nouvelles industries. Le club de crosse Shamrock a donc ouvert le sport à la classe ouvrière. L'expertise administrative et le leadership étaient fournis par la classe moyenne tout autant que par des travailleurs ayant une formation cléricale.

"On sait que onze joueurs de cricket anglais sont venus d'Angleterre pour se mesurer avec les gens d'Amérique. Étant en promenade à Montréal, ils ont joué une partie avec l'un des clubs canadiens, et ils ont remporté facilement la victoire". Rares sont les canadiens français qui pratiquent ce sport. L'Opinion publique, 5 septembre 1872, p. 424, 426, 427. (Collection Donald GUAY).

  • 17 Montreal Star, 4 juillet 1892.

19Un autre groupe de clubs relativement permanents avait des membres qui venaient de différents segments de la société. Il y avait le Grand Trunk Snow Shoes Club mais il a cessé d'exister vers 1865. En fait, un seul a connu une existence continue, ce fut le G.T. Boating Club (1876). Le Cricket Club a existé depuis 1874 de façon sporadique jusqu'au xxe siècle. Un club de football débuta en 1875, mais il disparut aussitôt. Il réapparut en tant que Grand Trunk Railway Football Club. Bien qu'ayant eu une certaine continuité, les clubs G.T.R. n'eurent pas d'influence sur le développement des organismes provinciaux et nationaux. Cependant, ils furent très importants pour le développement du sport à Montréal, spécialement pour la classe ouvrière de Pointe-Saint-Charles. Ces clubs ont tous démontré le même mode de croissance : ils débutèrent avec l'aide du personnel clérical de divers bureaux ; sauf dans des cas exceptionnels, on peut y remarquer l'absence des mécaniciens, des machinistes et des travailleurs d'ateliers. Un incident qui est survenu en 1892 révèle quelles étaient les personnes impliquées. Un canot de guerre, le Minne-Wa-Wa, coula ; six membres du G.T.R.C.17 se noyèrent. Cinq de ces individus étaient des collets blancs ; un seul était un machiniste. Ils étaient tous professeurs à l'école le dimanche. Trois étaient actifs au Y.M.C.A. Nous avons là un abrégé qui démontre le passage de la classe ouvrière vers une classe plus élevée. Cette classe acceptait l'éthique victorienne du vrai "chrétien musclé".

20En 1870, on fut témoin de la première participation de Canadiens français au sport organisé. Cependant, seuls les clubs suivants connurent une certaine permanence : Le Canadien, Le Trappeur et Le Raquetteur. Ces clubs étaient essentiellement des groupes sociaux ; les membres étaient des professionnels de langue française.

  • 18 Il y eut un club de base-ball formé de Canadiens français en 1872 ; selon les preuves disponibles, (...)

21La plupart des clubs existaient durant une saison, puis ils disparaissaient (voir le tableau 3). Des groupes de jeunes gens se formaient en bandes afin de se défier à la crosse, au base-ball et au cricket. Ils se réunissaient également pour former des clubs de raquetteurs. Durant la décennie 1870, ces gens venaient des banques, des magasins de marchandises sèches, des bureaux du télégraphe et du G.T.R. ; on a aussi la preuve de la présence de Canadiens français dans les équipes de base-ball18 et de crosse. Finalement, des mécaniciens du G.T.R. et des travailleurs des autres industries formaient des équipes de base-ball et de crosse. L'existence de ces clubs Fly By Nights reflétait l'importance croissante des activités récréatives qui touchaient à un plus large segment de la population de Montréal. La récréation n'était pas encore un mode de comportement régularisé ; elle touchait surtout les travailleurs anglophones à collet blanc. Cependant, elle commençait à s'étendre à la classe des travailleurs par le truchement des usines.

22Quoique l'augmentation de la participation puisse servir d'indice quant à la croissance de la récréation organisée, la nature de cette croissance, la codification des règlements, le développement d'attitudes vis-à-vis de la récréation et le comportement qui y est associé, tout cela était dans les mains d'un petit groupe d'organisateurs et d'administrateurs. Tout ce groupe, qu'il fut associé à des clubs permanents ou temporaires, était formé de collets blancs.

  • 19 L'Association Athlétique Amateur (M.A.A.A.) fut au cœur même du développement du sport à Montréal a (...)

23De ces organismes, le plus puissant fut le Montreal Amateur Athletic Association (M.A.A.A.) qui fut formé en 1881 par un mélange des Montreal Lacrosse, Snowshoe et Bicycle Clubs19. Les leaders de ces clubs, et en particulier du M.A.A.A., furent les responsables de la création d'organismes locaux, nationaux et provinciaux. Les règlements ont été codifiés par eux. De façon générale, ils ont organisé le sport amateur. Les Montréalais furent responsables de la formation de la National Lacrosse Association (1867), de la Canadian Football Association (1 873), de la Canadian Wheelman Association et de la Canadian Amateur Athletic Association (1884).

  • 20 Il n'est pas possible de comprendre le sport dans la société moderne sans reconnaître l'influence q (...)
  • 21 Montreal Star, 5 février 1884.

C'est le système de valeurs qui joua le rôle le plus important car il a servi de base à la rationalisation du sport dans la vie moderne canadienne. Ce système de valeurs, venant en grande partie des idées anglaises, fut institutionnalisé en un idéal athlétique. Cet idéal a été communiqué au sport amateur20. Il devait servir de moyen et non de fin en lui-même. Les participants devaient faire montre de sociabilité sur le terrain de jeu. Conséquemment, ce qui importait le plus, c'était la façon de jouer plutôt que le résultat de la joute. Cet idéal était poursuivi aux High Schools et à l'université ; par la suite, il se transmettait aux travailleurs à collet blanc. Dès le début, les activités récréatives ont été perçues comme un moyen de démontrer des qualités sociales. Cette façon de voir la récréation est bien illustrée dans le discours de Lord Landsdowne au carnaval d'hiver de Montréal en 1884 :
Mais Messieurs, il me semble que nous ferions erreur si nous considérions ces sports nationaux et ces divertissements que vous avez favorisés avec tellement de succès ayant comme but d'amuser et d'attirer des visiteurs, et rien de plus. Ils occupent une place sérieuse dans notre vie nationale et individuelle. Ni l'individu ni la nation ne peuvent exister sans la récréation. Face à la pression et à la tension de la vie, que notre métier nous appelle au champ ou à la ville, au bureau ou à la législature ou à l'étude, la récréation doit donner de la force à la fibre intellectuelle. C'est elle qui apporte de la variété à notre existence quotidienne. Elle permettra de refaire un corps surmené et un esprit fatigué. La récréation rendra notre jeunesse virile et active. Elle lui permettra d'atteindre une maturité vigoureuse et robuste. Elle nous est aussi nécessaire que l'air que nous respirons21.

24L'importance de ces idées et le besoin de justifier la récréation sont illustrés par le rôle de plus en plus important joué par diverses institutions sociales en vue de rencontrer les besoins des gens dans une société urbaine et industrielle en développement. Des institutions telles que l'Église et l'école durent réviser leur démarche afin de rencontrer ces nouveaux besoins sociaux. Une variété d'activités sportives organisées servirent à atteindre de nouveaux objectifs. Cependant, la promotion de ces activités ne se fit pas au hasard. Dans tous les cas elles furent un moyen en vue d'une fin. Elles ne furent jamais des fins en elles-mêmes. Le sport était utilisé pour inculquer des qualités sociales, soit le travail d'équipe, la persévérance, l'honnêteté et la discipline — la vraie "chrétienté musculaire".

25Parmi les institutions énumérées, c'est l'Église qui a probablement joué le rôle le plus important. Divers groupes religieux offrirent des activités récréatives à partir de 1870. La paroisse catholique romaine de Sainte-Anne située au cœur de Griffintown fut le site de plusieurs rencontres du club Shamrock Lacrosse à partir de 1870. En fait, cette paroisse était le centre vital de ce district. Ce n'est que plus tard que les Églises protestantes ont offert des installations pour ce genre d'activité sociale. Dès 1872, il y eut un changement d'attitude dans cette direction. Voici ce qu'a déclaré le Rév. De Burns de l'Église presbytérienne du Canada quand on fit l'ouverture du nouvel édifice du Y.M.C.A. :

  • 22 Ibid., 9 septembre 1872.

Cette association n'est pas seulement une association se consacrant à la littérature, même si, de fait, elle s'occupe de littérature. Comme l'Église qui enseigne qu'il faut prendre soin du corps aussi bien que de l'intelligence, elle s'intéresse à tout l'homme. Il était convenable de s'occuper du corps si aucune autre association qu'une association chrétienne n'offrait de piscine, de gymnase et ne s'occupait de récréation saine. Les associations chrétiennes devaient le faire.22

  • 23 Montreal Gazette, 7 septembre 1872.
  • 24 Ibid., 26 avril 1976.
  • 25 Grace Church, coin de la rue Wellington et Fortune.

26À cette époque, cette déclaration était révolutionnaire. Cependant, cette recommandation ne fut suivie que plus tard. Durant la décennie de 1870, il y eut des efforts sporadiques pour offrir des activités sportives à la jeunesse de la classe moyenne. En septembre 1872, la St James South West Methodist Sunday School organisa un pique-nique et des sports athlétiques à Bélœil23. En 187624, la classe de bible de M. Osborne organisa un Olympic Athletic Club. Cependant, ce n'est qu'après 1880 que les Églises commencèrent à supporter des clubs sportifs relativement permanents. Au moins huit ont commencé à organiser la crosse, la raquette, le soccer, le base-ball, le cricket ou des associations athlétiques entre 1884 et 1890 ; ces Églises étaient toutes situées à l'ouest du St Lawrence Main. Ce qui est peut-être plus significatif, c'est le fait que trois églises étaient situées dans les quartiers Sainte-Anne et Pointe-Saint-Charles, là où se trouvait la plus grande densité de travailleurs à collet bleu25. Vers la fin de 1880, il semble que quelques églises commençaient à offrir des opportunités pour la récréation physique à certains segments de travailleurs.

27Vers la fin de la décennie de 1870, le Y.M.C.A. et les High Schools avaient inclus la récréation physique dans leurs programmes. Au début de 1880, le Y.M.C.A. donnait des cours aux hommes d'affaires et à d'autres personnes. Ces groupes appuyaient les clubs de raquetteurs, de football, de crosse et de polo aquatique. Ce n'est qu'en 1891 que fut engagé le premier directeur d'éducation physique. Vers 1875, on constata que le sport des High Schools était extra-curriculaire. Cependant, on trouvait dans ces deux institutions une classe moyenne parmi les membres. Conséquemment, ils eurent un impact limité sur la société montréalaise.

28Même si la preuve est fragmentaire, nous pouvons essayer de tirer des conclusions quant au rôle que ces institutions ont joué pour offrir des activités récréatives. En 1895, elles commençaient à peine à surmonter l'inertie des leaders conservateurs qui avaient de la difficulté à accepter la récréation physique comme faisant partie du travail de l'Église, des associations de jeunesse ou d'écoles. Quand ce travail fut entrepris, ce sont les travailleurs de la classe moyenne qui ont accepté leur système de valeurs. Il fallut attendre la période du sport pour tous pour que ces institutions jouent un rôle important en ce qui concerne l'offre d'installations récréatives.

Les installations

  • 26 On peut voir leur influence dans les lois municipales punitives passées par le conseil de ville. Ce (...)

29L'existence de l'éducation physique suppose la présence d'installations. Au fur et à mesure que la ville de Montréal progressait (on arrivait à la fin du xixe siècle), que la population augmentait ainsi que la dimension physique de la ville, la valeur des terrains s'élevait et les terrains vacants diminuaient. Ce manque de terrains vacants a coïncidé avec une augmentation des demandes d'installations. Conséquemment, le développement et la nature de la récréation physique organisée ont été surtout influencés par les installations disponibles. Vers 1870, on fut témoin d'une demande croissante d'installations privées et de terrains. Il y eut aussi chez la population une nouvelle préoccupation pour l'obtention d'espaces verts, de parcs, de piscines et de terrains de sport. Les personnes qui contrôlaient les installations privées et publiques avaient une importance disproportionnée par rapport à leur nombre26, étant donné le fait que le sport organisé ne pouvait être pratiqué qu'en utilisant les installations publiques et privées. Ces personnes formaient l'élite dans le commerce, les affaires et les classes professionnelles de la communauté. Ces mêmes personnes contrôlaient le conseil de ville et, de cette façon, décidaient de l'usage des terrains publics. Ils établissaient les priorités et passaient les lois qui contrôlaient le milieu urbain. Ce puissant groupe croyait en la bonté innée de l'entreprise libre et s'opposait à ce que les organismes publics interviennent dans les affaires privées. On peut s'imaginer facilement leur attitude vis-à-vis des installations récréatives publiques. Cette attitude s'est clairement manifestée sur le plan de la croissance des parcs et des piscines.

  • 27 Le conseil a changé d'avis à plusieurs reprises. Il fut impossible de secouer l'apathie du public q (...)
  • 28 Montreal Star, 25 juillet 1871.

30Jusqu'en 1870, les corps publics ne s'intéressèrent pas aux parcs. Avant cette période, les terrains du Mont-Royal (Fletcher's Field), la ferme Logan (1875) et l'île Sainte-Hélène (1873) furent acquis par la ville du gouvernement fédéral. Le parc du Mont-Royal fut ouvert au public le 24 mai 1876 après quatorze ans d'indécision, d'apathie du public et d'avidité d'individus. Le coût du parc a grimpé de 350 000 $ à plus d'un million27. En fait, le Mont-Royal n'était public que de nom. Comme un travailleur l'a écrit dans le Star du 25 juillet 1871 : "c'était réservé aux riches qui pouvaient s'y rendre avec leurs attelages"28.

  • 29 Ibid., 9 décembre 1879 ; 20 décembre 1870 ; 11 mai 1871 ; 25 juin 1873 ; 25 août 1887 ; 14 mars 189 (...)

31C'est à la suite des efforts du conseil de ville que le Mont-Royal fut acheté. Durant les années 1870, 1871, 1873, 1879 et 1890, des individus ont soulevé la question des parcs publics dans les districts pauvres de l'est et de l'ouest, mais sans succès29. Des questions plus urgentes au sujet de l'hygiène, du transport et de l'éducation ont fait passer les parcs publics au bas de l'agenda du conseil.

  • 30 Montreal Gazette, 10 mai 1877.
  • 31 Ibid., 23 avril 1877.
  • 32 Montreal Star, mai 1894.
  • 33 Loc. cit.

32Le conseil démontra peu d'intérêt pour les installations sportives ; on regardait les parcs comme des jardins ornementaux pour faire des promenades le soir ou des espaces permettant à la ville de respirer. Cependant, les clubs sportifs organisés, ayant de plus en plus de difficultés à fournir leurs propres installations, firent des demandes de terrains à la ville ; ces terrains faisaient partie des parcs30. En 1876, le club Cricket fit la demande d'un terrain sur le Mont-Royal. Les clubs de football et de crosse firent de même. À la suite de ces efforts, des terrains furent accordés pour la pratique du cricket, de la crosse et d'autres sports pour cette année-là. Divers groupes firent d'autres demandes en 1877 et 1878 ; ce qui indique que le succès de 1876 ne dura pas longtemps31. Durant les seize années qui suivirent, des demandes périodiques furent faites pour des parcs, des terrains de récréation, des terrains de jeu pour les enfants et des terrains de sport. Ces demandes furent accueillies avec enthousiasme. Il s'est agi de succès temporaires, puisqu’en 1894 Ald. Stevenson refit alors sa proposition qui datait de 1877 : "Que Fletcher's Field soit aménagé pour le cricket, la crosse et le base-ball"32. Le seul succès fut remporté quand on accorda un bail de huit ans au prestigieux Club de Golf de Montréal, ce qui donnait accès à une partie du Mont-Royal33. Cependant, on continua l'utilisation de Fletcher's Field, de la ferme Logan et de l'île Sainte-Hélène comme terrains de sport sans aucun coût pour le conseil.

33Il n'y avait qu'une partie de la population qui utilisait les installations sportives ; par ailleurs les piscines publiques servaient aux masses. L'histoire des piscines publiques gratuites révèle clairement l'apathie du public vis-à-vis des installations récréatives ou de la santé pour les masses. John G. Dining a soumis un prospectus au conseil de ville pour la construction d'une piscine publique. Cette demande, ainsi que d'autres, furent rejetées en 1870, 1871, 1879, 1881 et 1882. Dans chaque cas, on avait insisté sur le besoin d'une piscine pour la population dense du quartier Sainte-Anne ; à chacune des occasions, le conseil a référé la question à un comité et rien ne s'est produit par la suite.

  • 34 Les références au sujet de l'ouverture du bain public ont été tirées du Montreal Star du 16 au 23 j (...)
  • 35 Montreal Star, 1 et 2 août 1890.

34En 1877, le conseil essaya d'obtenir d'Ottawa d'ouvrir des piscines publiques sur la rivière. La demande fut refusée. Cependant, en 1883, le conseil demanda de construire une piscine publique près du canal Lachine entre Wellington Street et le pont Grand Trunk. Le 18 juin 1883, la piscine (26' x 160') fut ouverte aux hommes et aux garçons de 5 heures à 20 heures six jours par semaine. Elle fut assaillie de clients. Il y eut 3 296 personnes durant les quatre premiers jours : la popularité fut telle qu'il fallut limiter la durée du bain à vingt minutes. Le système de valeurs de la clientèle fut illustré à la fin de la première semaine quand le conseil décida d'exiger le port d'un maillot de bain34. Malgré le fait que cette piscine utilisait l'eau contaminée venant du canal, elle conserva sa popularité durant toute cette période. En 1884, une nouvelle piscine fut ouverte sur l'île Sainte-Hélène. Elle ne connut pas de popularité car elle était située loin des classes ouvrières. Le 1er août 1890, la première piscine publique construite spécialement comme piscine fut ouverte à Desery St Hochelaga35.

35Les citadins de l'est ont accueilli cette construction avec le même enthousiasme que ceux de l'ouest. La fréquentation était encore une fois réservée aux hommes et aux garçons. Le succès des entreprises publiques indique clairement que le travailleur s'intéressait à la récréation physique. Ce succès démontre également qu'il dépendait du support de la classe moyenne. Dans une certaine mesure, le travailleur était victime des conditions dans lesquelles il vivait et sur lesquelles il avait peu de contrôle.

  • 36 Montreal Gazette, 14 février 1876.
  • 37 Montreal Star, 28 juillet 1886.

36La pauvreté des installations publiques a contribué à augmenter la demande faite au secteur privé de terrains commerciaux et de lots vacants. Par suite de l'augmentation de la population dans la ville, les terrains vacants disparurent et la valeur du terrain augmenta à un tel point qu'il devint impossible aux clubs de conserver des terrains de sport. On a pu constater l'ampleur du problème suite à l'augmentation des taxes en 1876. Elles coûtaient 2 500 $ par année36 pour les terrains de crosse de Montréal. Nous avons là une première preuve que les clubs avaient de la difficulté à trouver des ressources financières pour opérer. Cependant, les clubs réagirent immédiatement en déménageant vers la banlieue où le terrain était moins coûteux. En 1878, le club de crosse Shamrock, ayant été surpris par l'augmentation des coûts, déménagea sur la vieille ferme des prêtres à l'extérieur des limites ouest de la ville sur la rue Sainte-Catherine. En 1891, le club déménagea encore sur de nouveaux terrains au nord-ouest de Montréal. Le club de Cricket Saint-Georges fut aboli en 1880 suite à la perte de ses terrains pour la construction d'une route. En 1886, des agents immobiliers exercèrent une pression pour obtenir les terrains du club de crosse et de cricket, le centre des activités sportives à Montréal. En juillet, la direction immobilière Philipps fit faire des prévisions en vue de diviser en lots la propriété du Montreal Lacrosse Grounds, sur les rues Sherbrooke et Sainte-Catherine37. Il fallut moins d'un an pour que les terrains de crosse et de cricket soient perdus aux agents immobiliers, et, en 1889, le M.A.A.A. (Lacrosse) ouvrait de nouveaux terrains dans la banlieue ouest de la côte Saint-Antoine.

  • 38 Montreal Gazette, 27 mars 1877.

37Face aux problèmes financiers rencontrés par les clubs, il y eut un mouvement vers la banlieue, puis une fusion à l'intérieur de l'Amateur Athletic Association (A.A.A.). En 1877, le Montreal Lacrosse et les clubs Snow Shoes s'associèrent pour louer des salles dans le Montreal Gymnasium38. Cette association fut légalisée en 1881 quand le M.A.A.A. fut formé avec ses propres terrains et un gymnase.

38Ce groupe, malgré sa puissance, eut de la difficulté à résister à la demande de terrains et fut forcé de déménager sur la côte Saint-Antoine en 1889.

39D'autres organismes essayèrent de fusionner avec plus ou moins de succès. Du côté est, sur des terrains situés au coin de Sainte-Catherine et Delorimier, le St Lawrence A.A.A. (1887) fut suivi par le Crescent A.A.A. (1892) et le Gordon A.A.A. (1893) ; les deux premiers ont succombé à un désastre financier. Le A.A.A. de Côte Saint-Antoine fut formé en 1890. Le Shamrock A.A.A. tint sa réunion inaugurale sur de nouveaux terrains en 1892 ; il avait été formé suite à la fusion de trois équipes de crosse. Il semble que devant l'augmentation de la valeur des terrains, il y eut fuite vers l'extérieur et fusion.

  • 39 Montreal Star, 6 octobre 1881.
  • 40 Ibid., 17 juin 1881.
  • 41 Ibid., 17 décembre 1891.

40Ces terrains n'étaient pas les seules installations disponibles pour la récréation. On a vu apparaître entre 1870 et 1880 nombre de clubs pour les riches. Dans chaque cas, on construisit des chalets et des installations dispendieuses furent érigées. Le club de hand-ball (1880) fut le premier à rénover ses installations. Un nouveau chalet tut construit pour le Montreal Golf Club en 188139. Le Club de Bateaux construisit un nouveau chalet à Pointe-Claire en 188140. En 1881 fut inauguré le club de tennis West End et le Montreal Yacht Club décida de prendre de l'expansion en ajoutant un nouveau chalet en 1886. Les 120 membres du nouveau Racket Club dépensèrent 12 000 $ en 1889 pour aménager des terrains. Pendant ce temps, le club de tennis de Côte Saint-Antoine s'enorgueillit de quatre terrains et d'un chalet en 189141. D'autres clubs sont apparus au début de 1890 : le Park Toboggan Club, le St Lawrence Curling, le Grand Trunk Boating Club et le St Lawrence Yacht Club. La récréation physique organisée était alors offerte à une catégorie choisie de la société montréalaise. Ces clubs suivirent l'exemple des plus anciens. Ils portaient beaucoup d'attention aux aspects sociaux de la vie du club.

  • 42 Ibid., 21 septembre 1885.
  • 43 Le chalet des sports fut construit par les raquetteurs. Il devait servir de lieu de rendez-vous à l (...)

41Des ensembles d'installations furent créés à l'usage de groupes sociaux choisis ; il s'agissait de compagnies à parts conjointes dont les investisseurs pour la plupart étaient membres de clubs. Le premier qui est apparu fut le Victoria Skating Club en 1862. Plusieurs gymnases furent ouverts entre les années 1860 et 1870 ; ce furent le Montreal (1867), l'Union (1870) et le Barnjum (1876). La piscine Kilgallan s'est trouvée attachée au port, de 1870 jusqu'au moment où elle fut brûlée en 188542. L'installation la plus intéressante fut peut-être l'Athletic Club House (1885) sur la Côte-des-Neiges. C'était une compagnie formée de raquetteurs et destinée aux raquetteurs. Elle a vécu une existence précaire jusqu'au début de 1890. Elle était le rendez-vous des excursions de divers clubs de raquetteurs43.

42Toutes les installations que nous avons mentionnées étaient réclamées par les participants. Cependant, deux autres sortes d'installations étaient voulues par des entrepreneurs en vue de faire des gains financiers. La première catégorie fut les pistes de course mais devint un lieu à buts multiples pour les activités sportives professionnelles et amateurs. Le premier terrain de course fut le Fashion Race Course (Blue Bonnets) dans le West End (1870). Dès 1872, le Decker Park ouvrit à Mile End et le Lepine Park (1872) à Hochelaga. Une compagnie avec parts construisit le dernier à Pointe-Saint-Charles (1883). Dans chaque cas, les terrains de course étaient situés en périphérie de la ville.

  • 44 Nos références proviennent des Archives Nationales, filière du M.A.A.A.. Elles proviennent égalemen (...)

43Dès 1850, des entrepreneurs ont aménagé des espaces sur le fleuve Saint-Laurent. Ils enlevèrent la neige et exigèrent un prix d'entrée de ceux qui voulaient y patiner. À la fin des années 1860, deux patinoires couvertes furent construites dans le quartier Saint-Antoine. Cependant, ce n'est qu'à la fin de la décennie 1870 qu'un grand nombre de patinoires surgirent sur des sites vacants un peu partout dans la ville. L'année 1880 marqua le sommet pour les patinoires temporaires en plein air. On les construisait sur des bouts de terrain où la population était dense ; elles disparurent quand ces terrains furent utilisés pour des maisons, des usines ou des bureaux. Selon la figure 3, les patinoires étaient réparties de telle façon qu'elles étaient disponibles pour toutes les couches de la municipalité. La plus grande partie était située où vivaient des travailleurs à collet blanc et bleu44. L'apparition de ces patinoires indique que de plus en plus de gens s'intéressaient à des activités récréatives. Il est impossible de dire qui fréquentait ces patinoires, mais sachant qu'il fallait payer un prix d'entrée, il est logique de supposer que les travailleurs ne pouvaient pas se permettre de les fréquenter régulièrement.

44Il n'y a pas de doute que même si l'augmentation des prix obligèrent les clubs à perdre leurs terrains, il y eut une augmentation significative du nombre des installations après 1870. À la fin de la décennie 1880, il y avait au moins 36 installations sportives permanentes à Montréal. Nous pouvons découvrir les caractéristiques de la récréation physique organisée en regardant où elles étaient situées. Ces terrains, clubs privés et installations commerciales, se trouvaient généralement près des quartiers anglophones. De fait, il y en avait une grande concentration dans le quartier Saint-Antoine. En 1890, la ferme Logan, l'île Sainte-Hélène, les parcs publics et les pistes de course commerciales desservaient Montréal.

45En conséquence, jusqu'à 1890, la récréation physique organisée fut créée pour les anglophones et aussi pratiquée par ces derniers.

Les années 1890

46Les collets blancs ont contribué à contrôler l'idéologie sportive et la culture organisationnelle durant les années 1890. De fait, le sport entrait dans une nouvelle période : l'ère des sports de masse. Si on examine la figure 1, on constate une croissance phénoménale du nombre de clubs durant la période 1891-1894. Il y avait plus de cent clubs en 1894.

47Malgré cette floraison des clubs pour les sports d'élite, comme le lawn-tennis et le yachting, ce sont les sports d'équipe qui ont connu la plus grande vogue : la crosse (36 à 49), le hockey (23 à 46), le cricket (13 à 21), le soccer qui débutait (9 à 29) et le basket-ball qui venait d'être inventé (1891) (0 à 11). Le plus important était la mise sur pied d'horaires réguliers, qui ont donné le signal à l'arrivée du sport comme partie intégrale des activités récréatives des Montréalais. Comme nous l'avons mentionné, la première ligue de crosse fut formée en 1885. Cependant, ce n'est qu'à partir de 1890 que les ligues devinrent la structure fondamentale des sports de compétition.

48En 1894, 24 ligues fonctionnaient à Montréal. Elles touchaient à sept sports. L'augmentation d'équipes et de ligues était due à une plus grande participation de la base. Il y avait des ligues juvéniles au soccer et à la crosse. Ce développement indiquait une démocratisation du sport. Les clubs furent répartis dans toute la ville et loin du quartier dominant, celui de Saint-Antoine.

49Si on fait une comparaison entre les figures 2 et 4, il est clair que la crosse s'est déplacée de façon significative du quartier Saint-Antoine (82 % à 30 %) vers le reste de Montréal, en particulier vers la classe ouvrière de Sainte-Anne et Saint-Gabriel et de l'est de St Lawrence Main. Ce sont en majorité des anglophones qui furent les nouveaux groupes à s'inscrire à la récréation physique organisée. Les seuls sports qui signalent la présence de Canadiens français sont la crosse et la raquette. Il est clair que le sport organisé n'était plus réservé exclusivement à une élite sociale.

Figure 3 - Les installations sportives, privées et commerciales à Montréal, 1860-1895

Figure 3 - Les installations sportives, privées et commerciales à Montréal, 1860-1895
  • 45 C'est en utilisant le Montreal Star de 1891 et 1894 que nous avons réussi à situer les clubs de soc (...)

Tableau 4 - Endroits où étaient situés les clubs de crosse et de soccer à Montréal de 1891 à 189445

Tableau 4 - Endroits où étaient situés les clubs de crosse et de soccer à Montréal de 1891 à 189445

La récréation commerciale

50Quand une société commence à s'industrialiser, on accorde peu d'importance et on prévoit peu de place aux loisirs pour les masses. Une couche de la société est attirée vers le plaisir et les activités orientées vers l'immédiat ; d'autres adhèrent à un évangile du travail.

51Ce serait une erreur que de donner une connotation de classe à ce groupe. Des individus venant de tous les domaines de la vie adoptent cette philosophie orientée vers le présent, rejetant le travail comme la seule signification de la vie. Les entrepreneurs de spectacles sportifs commerciaux ont poussé ces valeurs vers un sommet ; ils faisaient de la promotion pour un gain matériel. Ils furent populaires durant toute la période 1870-1895. Il est évident que la classe dite des travailleurs fournissait une partie importante des spectateurs qui regardaient, buvaient et gageaient en ces occasions.

52L'augmentation graduelle du nombre des promotions orientées vers les spectateurs durant la période suivant 1 870 est une preuve concrète de l'intérêt de la population pour les activités récréatives. Quelques-uns de ces événements comme les courses de chevaux, les combats de boxe et de lutte, étaient plutôt mal vus par les Églises et les défenseurs de la morale publique. Cependant, ils ne furent jamais déclarés illégaux. Il y eut d'autres activités auxquelles on s'opposait. Ce furent les divertissements du dimanche ; quelques sports, les combats de coqs et les prize fighting qui étaient illégaux. Ces divertissements plaisaient à un groupe de personnes différentes de celles qui pratiquaient le sport amateur.

53Le sport-spectacle le plus populaire fut peut-être les courses de chevaux. Ce sport était pratiqué depuis longtemps au Québec. Il y avait des défis, des courses l'été et au printemps, le trotting l'été et l'hiver, et le steeplechase annuel. Avant 1870, le seul calendrier régulier de courses eut lieu au Montreal Hunt Club Steeplechases. Ces passe-temps anglais étaient exclusifs dans tous les sens : les participants, les membres, le lieu de rencontre qui était une ferme appartenant aux membres. Les spectateurs venaient de l'élite de Montréal en 1870.

  • 46 Montreal Star, 10 décembre 1870.

54Deux mesures furent prises qui ont influencé les courses de chevaux. En premier lieu, des citoyens en vue de Montréal formèrent les clubs Turf et Trotting pour normaliser les courses d'été et d'hiver46. À partir de cette époque, des courses régulières eurent lieu sous les auspices de ces groupes le printemps, l'été, l'automne et l'hiver. En 1881, ils ont accru leur influence en fondant le Province of Quebec Turf Club. Conséquemment, l'organisation et le contrôle des courses de chevaux étaient dans les mains de l'élite sociale. À l'occasion, on offrait des spectacles destinés à une couche différente de la population.

55Il y eut un événement plus important que la croissance du nombre des courses de chevaux, ce fut l'inauguration de trois pistes de course relativement permanentes. Le Fashion Race Course à l'ouest, le Desker Park à Mile End et le Lepine Park à l'est. Elles furent ouvertes en 1870. Cependant, ce qui importait le plus pour les amateurs, c'était le grand nombre de défis, les courses sur le plat, les courses de dix milles en boghey, les courses de vingt milles, le trot, les épreuves de handicap, les courses de quatre jours et une variété d'autres. Les courses se sont multipliées de 1870 à 1895. Les gentilshommes, les conseillers, les bouchers, les fermiers et d'autres faisaient courir leurs chevaux contre la montre en plus de les opposer les uns aux autres. Les informations que nous possédons au sujet de la foule nous indiquent que la fraternité des courses de chevaux débordait les limites de classes et couvrait tous les éléments de la communauté.

56On peut illustrer l'attrait qu'exerçait sur les gens les modes qui connaissaient une popularité instantanée, puis disparaissaient. On attirait ainsi jusqu'à 5 000 spectateurs en un seul lieu pendant plusieurs semaines ou des mois, puis ces activités disparaissaient aussi rapidement qu'elles étaient apparues. Entre 1869 et 1871, les pistes de vélocipède ont attiré de grandes foules au Jardin Guibault et à d'autres endroits de la ville. Les journaux et les ministres firent campagne contre la boisson, le jeu et l'immoralité, habitudes associées à ces repères du vice. Quand les courses de vélocipède ont disparu en 1871, il fallut attendre jusqu'en 1877 avant qu'on organisât des concours de marche professionnelle au Perry Hall et au Guilmore Gardens. Les marcheurs se disputèrent des bourses atteignant 10 000 $. Cependant, ils cessèrent en 1880 pour être remplacés en 1888 par des courses de chevaux à la patinoire Victoria. Ces modes eurent une chose en commun ; elles attiraient les masses et elles étaient associées au jeu.

57D'autres aventures sportives et commerciales consistaient en soirées de boxe et en championnats du monde de lutte. Des démonstrations de force ont attiré des spectateurs à divers intervalles durant toute la deuxième partie du xixe siècle ; ces concours amenaient une clientèle différente de celle des compétitions sportives amateurs. Peut-être y a-t-il un fait plus important, c'est que les divertissements athlétiques commerciaux gagnèrent de la popularité à mesure que le siècle progressait. Ces divertissements étaient offerts à un plus grand nombre d'ouvriers.

  • 47 Entre les années 1870 et 1894, l'éditorialiste du Star a traité 35 fois de la "désacralisation du s (...)

58Plusieurs personnes ne pouvaient assister aux divertissements du samedi car elles étaient liées à une semaine de travail de six jours. Il ne restait que le dimanche pour le repos et la récréation. En dépit des plaintes permanentes au sujet de la laïcisation du dimanche, plusieurs Montréalais avaient choisi le dimanche pour se récréer47. Bien que les spectateurs provenaient de toutes les couches de la société, les épreuves avaient lieu aux endroits où les classes ouvrières étaient prédominantes ; aussi l'assistance était formée à la fois de francophones et d'anglophones.

  • 48 Montreal Star, 15 août 1869.
  • 49 Ibid., 25 mai 1870.
  • 50 Ibid., 15 octobre 1870.
  • 51 Ibid., 27 mars 1871 ; l0 avril 1871 ; 19 juin 1871.
  • 52 Ibid., 18 novembre 1875.
  • 53 Ibid., 15 mai 1878.

59Ces divertissements sportifs étaient l'antithèse des sports amateurs populaires du quartier Saint-Antoine. Ces "jeux" étaient souvent violents. On les pratiquait en vue de gains financiers et d'un plaisir immédiat, et non pour démontrer des qualités sociales. Il y avait régulièrement des gageures, des beuveries et des spectacles de débauche destinés à la classe ouvrière de l'extérieur de la ville, ce qui les plaçait en dehors de la juridiction du conseil de ville de Montréal, sous la surveillance de conseils plus accueillants. Les critiques répétées contre la laïcisation du Sabbath nous permettent de mieux comprendre la nature de cette sous-culture du dimanche et la popularité de ces divertissements. L'été de 1870 marqua le sommet de la rage du vélocipède ; ce qui souleva la colère de l'éditeur du Montréal Star qui exprima sa frustration face à l'incapacité du conseil de ville de contrôler les activités du dimanche au Mile End48. Le dimanche 22 mai 1870, près de cinq mille spectateurs se rassemblèrent pour regarder les champions du vélocipède Pacquette et Allard. Les jurons, les beuveries et les gageures accompagnèrent les trois courses49. La même année, des foules atteignant 4 000 personnes furent témoins de courses de vélocipède, d'acrobaties, de combats de championnat, de batailles de coqs et de danses à Saint-Henri, Saint-Jean-Baptiste et aux Jardins Guibault situés dans les limites de la ville. Le problème devint tel que le conseil dut tenir une assemblée spéciale pour éviter la laïcisation du Sabbath50. Durant les vingt ans qui suivirent, la question fut soulevée à plusieurs occasions. En 1871, il y eut des combats de championnat, des courses de vélocipède à Saint-Henri et au rond Saint-Jacques, et le dimanche des divertissements au Jardin Viger51. En novembre 1873, le conseil de ville adopta des moyens pour faire respecter le dimanche52. En 1878, des plaintes furent portées pour les désordres causés par les foules le dimanche dans les villages de Saint-Henri et de Saint-Jean-Baptiste en rapport avec les sports pratiqués ouvertement dans les deux villages53.

  • 54 Ibid., 12 janvier 1880.
  • 55 Ibid., 19 mars 1891 ; 17 mars 1892.

60Des foules de 3 000 personnes assistaient à ces sports athlétiques qui avaient lieu régulièrement le dimanche après-midi. En 1881, de grandes foules surveillaient également les courses de chevaux le dimanche sur le canal Lachine54. En 1884, des salles de billard et des patinoires faisaient de bonnes affaires. Au début de 1890, l'intérêt fut porté vers le patinage et le jeu de hockey qui devint plus populaire55. Ces nombreux exemples illustrent l'existence d'une industrie du divertissement du dimanche qui attirait surtout les travailleurs. Plusieurs groupes de travailleurs n'étaient pas épuisés par leurs heures de travail. Ils savaient profiter d'une journée libre par semaine et y trouver du plaisir. Ils échappaient à la réalité grâce à ces spectacles durant lesquels ils pouvaient jurer, boire, et bénéficier de la compagnie d'autres individus aussi bien intentionnés. C'était sûrement la manifestation du rejet de valeurs d'une classe moyenne orientée vers le travail.

  • 56 Les références proviennent du Montreal Star et de la Gazette de Montréal.

61Une autre activité représentait des valeurs opposées à celles qu'adoptait la classe moyenne des athlètes amateurs : c'étaient les combats de coqs. Entre 1875 et 1900, il y eut une campagne pour supprimer ces combats, et pourtant ils continuèrent. Ce sont les poursuites engagées par le R.S.P.C.A. qui nous permettent de jeter un coup d'œil sur cette sous-culture. Les 22 combats de coqs litigieux disputés entre 1860 et 1895 eurent lieu auprès des classes ouvrières à Pointe-Saint-Charles, près des tanneries de Saint-Henri et sur les limites des quartiers St James et St Mary56. Parmi les 43 participants poursuivis, 39 étaient des travailleurs à collet bleu. Bien que la majorité des combats fussent organisés par des groupes ethniques particuliers, il y eut quelques interactions entre Français et Anglais.

62Alors que le sport organisé était réservé aux groupes qui adhéraient à l'idéal amateur, le sport commercial et le sport du dimanche étaient supportés par toute la population. Contrairement aux jugements sombres au sujet de la vie urbaine, nous avons la preuve qu'un réseau étendu de divertissements a existé. Cela nous apprend que la population n'a pas accepté l'influence puritaine de l'Église et de l'éthique du travail, mais qu'elle cherchait activement le plaisir et le réjouissance. La disponibilité du sport commercialisé là où était la classe de travailleurs nous prouve qu'il y avait une philosophie orientée vers le plaisir parmi de nombreuses couches de la société montréalaise.

Conclusions

63Durant les années 1840 à 1895, on fut témoin d'un changement dans l'organisation de la récréation physique. On est passé par des activités orientées socialement à des sports-spectacles visant les masses. Cependant, il a fallu attendre les années 1870-1890, période d'urbanisation et d'industrialisation, pour voir cet impact sur les modes de récréation physique.

64On fut alors témoin d'une augmentation marquée du nombre des clubs, de l'introduction de nouveaux sports, du développement des structures organisationnelles, de la naissance des parcs et des piscines publiques, et de la construction d'installations privées et commerciales. Ces événements ont établi les modes de récréation physique urbaine qui sont demeurées inchangées jusqu'à la période moderne. Durant cette période de changements, certains facteurs ont surgi qui furent au centre même de la croissance de la récréation : le rôle dominant des anglophones à collet blanc du quartier Saint-Antoine, la démocratisation naissante dans certains sports d'équipe, la croissance de la récréation commerciale basée sur un système de valeurs différent de celui qui dominait le sport amateur et finalement la mise sur pied de modes d'utilisation du sol sur lesquels les systèmes modernes sont appuyés.

65Il est probable que le facteur dominant fut la concentration des anglophones dans le quartier Saint-Antoine. C'est ce groupe qui a conçu la récréation physique organisée. Il l'a nourrie et maintenue continuellement en exclusivité en créant de nombreux clubs sportifs, en construisant des installations privées et des chalets, et en utilisant le black ball pour éloigner les personnes non désirées. À mesure que le club se développait, le groupe inculquait sa propre empreinte en termes de code amateur. Ce code donna au sport sa signification qui dépassait la simple victoire et le plaisir. Il a influencé tous les clubs sportifs organisés durant tout le xixe siècle. Cette influence fut d'autant plus grande que les mêmes personnes assumaient le contrôle de la structure administrative du sport amateur et jouaient un rôle dominant dans la promotion du sport à l'université, aux High Schools, au Y.M.C.A. et dans les Églises. Les seuls exemples réels de démocratisation du sport amateur eurent lieu au soccer, au base-ball et à la crosse. Il faut dire que même dans ces cas les sports prenaient origine dans les clubs de l'élite et dans ceux des travailleurs à collet blanc, dans les divers établissements de vente de détail et de gros ainsi que dans les bureaux de la G.T.R. Les premiers travailleurs qui s'impliquèrent furent des mécaniciens de Pointe-Saint-Charles. Les Églises situées dans les milieux de travailleurs s'impliquèrent ; elles ont donné de l'ampleur au mouvement en favorisant le développement du sport vers 1890. Conséquemment, la classe des travailleurs fut la première à s'impliquer dans le sport. C'était le groupe le plus près des valeurs de la classe moyenne.

66C'est l'individualisme débridé et en second lieu cette croyance qu'il fallait intervenir le moins possible auprès des représentants des affaires publiques ou privées qui ont limité la création de parcs publics. En fait, la disponibilité du Mont-Royal, de la ferme Logan, de l'île Sainte-Hélène, pour les spectateurs. L'existence d'un grand réseau de divertissement, le dimanche, révèle que les différentes couches de la population y participaient. Ces groupes se distinguaient de ceux du sport amateur organisé.

67L'individualisme débridé et la croyance qu'il devait y avoir des restrictions au point de vue de l'interférence dans les affaires publiques ou privées ont limité la création de parcs publics. En fait, la disponibilité du Mont-Royal, de la ferme Logan, de l'île Sainte-Hélène, ont été cause de l'absence de politique récréative pour la ville. Pour ces "Victoriens", le sport était une question privée. Aussi ceux qui avaient accès à ces installations sportives devaient pouvoir se le permettre. Même dans ces cas-là, la valeur du terrain dans une ville en expansion était telle que les clubs athlétiques devaient se rendre en banlieue afin de trouver des terrains à prix raisonnable. L'absence d'implication publique au point de vue construction et entretien des installations sportives signifiait moins de disponibilité dans les milieux où la population était dense. La preuve que les installations et les opportunités étaient à la portée des masses au point de vue récréation, on peut la trouver dans le développement commercial de la récréation et l'augmentation de l'implication des institutions sociales telles que l'Église et le Y.M.C.A..

68En conclusion, il semblerait que pour les gens au pouvoir, il s'agissait d'un divertissement frivole s'éloignant de la vraie signification de la vie — le travail. En fait, la récréation devint de plus en plus importante à mesure que le siècle avançait. Malgré l'apathie publique, il est évident que pour beaucoup d'individus la récréation était un élément important de la vie dans une société industrielle en émergence.

"Une jeune fille se rendant sur le terrain du Golf Club sur les covefields". Le Soleil, 2 juin 1900, p. 9. (Collection Donald GUAY).

Le championnat des patineurs du Canada à Montréal en 1900. Quatre canadiens français y participent. La Patrie, 25 février 1900, p. 2. (Collection Donald GUAY).

Notes

1 En réalité, les historiens canadiens n'ont pas encore entrepris d'études sérieuses du sport et de l'éducation physique. Il y a un livre important qui a été écrit par S. Wise et D. Fisher. Ce livre s'adresse à la masse des lecteurs. Il est intitulé Canada's Sporting Heroes, Toronto : 1975.

2 WISE S. op. cit., p. 13-26.

3 LINDSAY P. "The Impact of the Military Garnisons on Sport", Canadian Journal of History of Sport and Physical Education, mai 1970, p. 33-44.

4 METCALFE A. Organised Sport and Social Stratification in Montreal, 1840-1901 ; GRUNEAU et ALBINSON J. Canadian Sociological Perspectives, Toronto : 1976, p. 77-101.

5 Montreal Transcript, 20 août 1844.

6 Ibid., 25 juin 1 849.

7 Ces chiffres proviennent d'un scrapbook appartenant au Montreal Athletic Amateur Association (M.A.A.A.). Il est évident que ces chiffres sont approximatifs ; cependant, ils indiquent une augmentation significative du nombre des clubs. Dans ce texte, nous employons le mot "crosse" pour désigner ce jeu bien que celui qui en a codifié les règles écrive "lacrosse". Nous sommes ainsi plus près de la pensée des francophones à cet effet.

8 Montreal Snow Shoe Club, procès-verbaux, 1869.

9 Loc. cit.

10 Nous avons pris les données de la figure 1 dans le recensement du Canada de 1861, 1871, 1881 et 1891.

11 Ces informations viennent du Montreal Star, 1870-1895.

12 Ces chiffres pour les années 1840 et 1861 proviennent d'un scrapbook du M.A.A.A. ; pour les années 1870-1895, voir le Montreal Star.

13 Ces chiffres proviennent du Montreal Daily Star. Ils couvrent toutes les parties de crosse et de base-ball dans la mesure où les lieux des rencontres ont été indiqués.

14 C'est à partir du Montreal Star des années 1870-1889 que nous avons pu démontrer l'existence des équipes de crosse et de base-ball. Il y eut 17 équipes qui ont existé sur une période dépassant dix ans : deux équipes de crosse, quatre équipes de raquetteurs, une équipe de cricket, trois équipes de football, trois équipes de hockey et une équipe de base-ball. Voir aussi METCALFE, op. cit., p. 87.

15 Nous pouvons trouver dans le Montreal Star la preuve que l'équipe était formée par un groupe de travailleurs, le 9 octobre 1874. BECKET H.W., Scrapbook, M.A.A.A., 1877-1880, p. 315-324.

16 Ce fait a été démontré de façon très claire quand le Shamrock a recueilli 12 000 $ en souscription pour obtenir un nouveau terrain.

17 Montreal Star, 4 juillet 1892.

18 Il y eut un club de base-ball formé de Canadiens français en 1872 ; selon les preuves disponibles, ce club a connu une courte existence, soit quelques mois.

19 L'Association Athlétique Amateur (M.A.A.A.) fut au cœur même du développement du sport à Montréal ainsi qu'au Canada. Si vous désirez mieux connaître le rôle de cette association, consultez METCALFE, op. cit.

20 Il n'est pas possible de comprendre le sport dans la société moderne sans reconnaître l'influence qu'a exercée l'idéal amateur sur le sport organisé.

21 Montreal Star, 5 février 1884.

22 Ibid., 9 septembre 1872.

23 Montreal Gazette, 7 septembre 1872.

24 Ibid., 26 avril 1976.

25 Grace Church, coin de la rue Wellington et Fortune.

26 On peut voir leur influence dans les lois municipales punitives passées par le conseil de ville. Ces lois défendaient justement l'utilisation de chemins et d'autoroutes publiques pour d'autres buts que le transport.

27 Le conseil a changé d'avis à plusieurs reprises. Il fut impossible de secouer l'apathie du public qui ne s'est pas intéressé aux rencontres ouvertes à sa participation. Le coût d'achat a doublé, dû au fait que de riches Montréalais ont fait monter les prix de quelques lots en friche.

28 Montreal Star, 25 juillet 1871.

29 Ibid., 9 décembre 1879 ; 20 décembre 1870 ; 11 mai 1871 ; 25 juin 1873 ; 25 août 1887 ; 14 mars 1890.

30 Montreal Gazette, 10 mai 1877.

31 Ibid., 23 avril 1877.

32 Montreal Star, mai 1894.

33 Loc. cit.

34 Les références au sujet de l'ouverture du bain public ont été tirées du Montreal Star du 16 au 23 juin 1883.

35 Montreal Star, 1 et 2 août 1890.

36 Montreal Gazette, 14 février 1876.

37 Montreal Star, 28 juillet 1886.

38 Montreal Gazette, 27 mars 1877.

39 Montreal Star, 6 octobre 1881.

40 Ibid., 17 juin 1881.

41 Ibid., 17 décembre 1891.

42 Ibid., 21 septembre 1885.

43 Le chalet des sports fut construit par les raquetteurs. Il devait servir de lieu de rendez-vous à l'occasion d'excursions en montagne. Selon les comptes rendus disponibles, on peut constater qu'il y avait du football qui était joué à l'intérieur. On pouvait même y voir des hommes qui valsaient ensemble. Ceci démontre que ces Montréalais n'étaient pas des puritains. Plusieurs de ces jeunes hommes ont gravi l'échelle sociale et sont devenus des chefs dans le commerce, la finance et l'éducation à Montréal.

44 Nos références proviennent des Archives Nationales, filière du M.A.A.A.. Elles proviennent également du Montreal Star. C'est entre les années 1875 et 1884 que nous avons identifié les patinoires sur glace situées en plein air.

45 C'est en utilisant le Montreal Star de 1891 et 1894 que nous avons réussi à situer les clubs de soccer et de crosse.

46 Montreal Star, 10 décembre 1870.

47 Entre les années 1870 et 1894, l'éditorialiste du Star a traité 35 fois de la "désacralisation du sabbath".

48 Montreal Star, 15 août 1869.

49 Ibid., 25 mai 1870.

50 Ibid., 15 octobre 1870.

51 Ibid., 27 mars 1871 ; l0 avril 1871 ; 19 juin 1871.

52 Ibid., 18 novembre 1875.

53 Ibid., 15 mai 1878.

54 Ibid., 12 janvier 1880.

55 Ibid., 19 mars 1891 ; 17 mars 1892.

56 Les références proviennent du Montreal Star et de la Gazette de Montréal.

Auteur

Université de Windsor

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search