Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 1. Genèses

Les jeux, les biens et les dieux : une analyse du jeu chez les iroquois et les hurons

Michaël Salter

Note de l’éditeur

Ce texte a été publié dans le Journal Canadien des Sciences Appliquées aux Sports, vol. 4, no 2, pages 160-164.

Texte intégral

1Généralement parlant, le comportement de l'homme peut être divisé en deux catégories séparées : les activités de nature séculière et celles de nature sacrée. Si l'on reconnaît ceci et le fait que le jeu de hasard indien ait donné lieu à des comportements à la fois séculiers et sacrés, nous avons là deux hypothèses : premièrement, dans une société traditionnelle iroquoise, le jeu de hasard accompagnant les jeux sociaux a servi de mécanisme de distribution des ressources économiques à l'intérieur et entre des communautés ; deuxièmement, le jeu de hasard accompagnant les jeux rituels était quasi religieux de par sa nature et assurait le succès de la cérémonie.

2Afin de vérifier notre hypothèse, nous avons analysé onze jeux différents, notamment la lutte ou "retenir un objet", la course à pied, le tir à l'arc, le bâton et le cerceau, le football, le serpent de neige, le jeu de crosse, le jeu de paille (bâton), le jeu de mocassin, le jeu du plat et les jeux de dés. Tous les jeux mentionnés servaient d'amusements et furent utilisés comme jeux rituels et symboliques durant une ou plusieurs cérémonies. Le jeu de hasard, qu'il soit réel ou symbolique, faisait partie intégrale de ces activités ludiques chaque fois que les Indiens y participaient.

  • 1 CULIN S. "Games of the North American Indians". Twenty-Fourth Annual Report of the Bureau of Americ (...)
  • 2 SAHLIN M. Stone Age Economics, p. 185-230.

3Au tableau 1, nous remarquons que, sauf pour la course à pied, le bâton et le cerceau, les onze jeux ont été pratiqués lors de rencontres sociales par les membres des tribus des deux confédérations1. Bien qu'il n'y ait pas eu de compétition entre les confédérations (les Hurons étant les ennemis traditionnels et mortels des Iroquois), il y avait à l'intérieur de chaque confédération beaucoup de jeux entre les villages et un grand nombre de compétitions entre les communautés. Infailliblement, ces concours impliquaient des gageures de la part des spectateurs aussi bien que des joueurs. Nous avons la preuve que les gageures furent considérables et qu'elles incluaient non seulement la propriété personnelle, mais aussi quelquefois les services d'individus (voir Brébeuf, 1897, p. 187-189 ; Le Jeune, 1891, p. 199-201). Nous n'essayons pas de démontrer que les autochtones ne se plaisaient pas à faire des gageures, qu'ils n'éprouvaient pas les sensations, les dangers et les frustrations. Cependant, ce que nous voulons démontrer, c'est que le fait de gager avait une portée significative servant à stabiliser le système économique de ces sociétés tribales. C'est en suivant cette ligne de pensée que nous avons utilisé le modèle économique de Sahlin2.

Tableau 1 - Distribution des jeux de hasard chez les Hurons et Iroquois

Tableau 1 - Distribution des jeux de hasard chez les Hurons et Iroquois

4Selon Sahlin, les patrons d'échange économique sont gouvernés par le degré de distance sociale qui existe entre les parties. Conséquemment, il y a plus de chances que les échanges à l'intérieur d'une parenté soient de nature généreuse et coopérative que des échanges entre gens qui ne sont pas parents entre eux. Si l'on tient compte des sociétés tribales dont il est question dans cette étude, les membres d'une communauté, et aussi ceux de communautés voisines, sont habituellement capables de définir les relations intratribales en termes de catégories (kinship) s'opposant l'une à l'autre. Conséquemment, les interactions sociales (jouer au jeu de crosse) et les échanges économiques (le gambling) se déroulent à l'intérieur de paramètres qui donnent une extension à la famille. Ceci aide à expliquer à quel point le gambling social fut observé parmi les Hurons et les Iroquois, et quelles furent les attitudes sous-jacentes des autochtones vis-à-vis du gambling. Vu la relation familiale entre les gageurs, beaucoup de temps était consacré au processus de la gageure et un nombre considérable de biens et de services étaient gagés sur n'importe quelle compétition. Malgré cela, la perspective de gagner ou perdre du point de vue matériel n'était pas considérée importante (relativement non importante). Ce qui était important, c'est que l'Indien fasse une gageure "correcte" ; le fait de gagner symbolisait son habileté comme joueur et influençait son statut social dans la communauté. Conséquemment, alors que le but de gager était sérieux, les moyens étaient plus importants que la fin. Les objets perdus restaient quand même à l'intérieur de la famille dans son extension, et selon toute vraisemblance revenaient au perdant au cours de gageures futures. Sur une longue période de temps, les gains et les pertes se distribuaient également à l'intérieur et entre les communautés.

5Il est intéressant de remarquer aussi que les Hurons et les Iroquois jouaient beaucoup lors des récoltes. On peut attribuer cela au fait que les peuples agraires avaient beaucoup de temps libre à ce moment de leur calendrier. Cependant, on doit constater qu'à cette période de l'année il y avait possibilité d'une distribution inégale des biens entre les communautés. On peut imaginer que les pressions familiales vis-à-vis de l'égalité entre les communautés furent en partie responsables du grand nombre de jeux sociaux qui étaient joués durant cette saison.

6En résumé, le gambling social chez les Hurons et les Iroquois servait à redistribuer les biens économiques et les services parmi les différentes confédérations. Ce processus servait à créer une égalité raisonnable entre et à l'intérieur des villages. Ce rôle était particulièrement important pour prévenir les inégalités critiques d'items matériels durant les périodes de tension économique.

  • 3 SALTER M.A. "Mortuary Games of the Eastern Culture Area". Proceedings of the Second Canadian Sympos (...)
  • 4 SALTER Μ. A. "Medicinal Games-Rites of the Iroquois Linguistic Family". Proceedings of the North Am (...)
  • 5 SALTER Μ. A. "An Analysis of the Role of Games in the Fertility Rituals of the Native North America (...)
  • 6 SALTER M. A. "Meteorological play-forms of the Eastern Woodlands". In STEVENS Jr, Studies in the An (...)

7Les jeux de gambling furent une partie du monde séculier des autochtones — tout comme ils firent partie de leur monde sacré. Chez les Hurons et les Iroquois, les jeux de ce genre accompagnaient quatre genres différents de rites : les cérémonies mortuaires, qui entouraient la mort3, les cérémonies de guérison, qui accompagnaient la maladie et le malade4, les cérémonies de fertilité5 et les cérémonies météorologiques qui devaient servir à influencer la température6.

8Ces rites étaient de nature fonctionnelle et servaient à résoudre des problèmes que la communauté considérait insolubles par d'autres moyens. Donc, si les Iroquois avaient besoin de pluie pour leurs récoltes, ils tenaient une cérémonie du tonnerre ; quand il s'agissait de se protéger contre les fantômes qui pouvaient être dangereux, les Hurons participaient à des rites d'apaisement avant et après l'enterrement ; s'il s'agissait de mettre en échec une épidémie de grippe ou de petite vérole, les Hurons comme les Iroquois entreprenaient une variété de rites préventifs-curatifs, etc. Ces autochtones considéraient que les résultats de ces cérémonies étaient vitaux pour assurer leur bien-être.

9Quand à ces occasions ils participaient à des jeux — ce qu'ils faisaient souvent (voir le tableau 1) — ils constituaient des stratagèmes fonctionnels et se situaient au centre même de ce rite particulier. Étant donné la place centrale que le jeu occupait, le résultat du jeu influençait de façon très importante l'issue de la cérémonie. De fait, toutes choses étant égales, il y avait une relation de cause à effet entre la manière avec laquelle le jeu se pratiquait et le succès ou l'échec de la cérémonie.

10Si l'on veut expliquer cette relation, il faut comprendre que la magie et la religion étaient entremêlées de façon inextricable avec le système de croyance métaphysique des gens de langue iroquoise. Sans entrer dans la discussion au sujet de la magie et de la religion, il nous suffira de dire que les deux se rattachent au surnaturel et qu'elles peuvent être considérées comme sacrées.

  • 7 NORBECK, E. Religion in Primitive Society, p. 64-69.
  • 8 FRAZER J. D. "The Magic Art and the Evolution of Kings". In The Golden Bough : a Study of Magic and (...)

11Cependant, la magie implique un élément de contrôle sur des forces naturelles et préternaturelles — un degré de contrôle qui n'est pas aussi apparent dans la religion. En tant que tel, un individu utilisant la magie peut directement provoquer un changement, tandis qu'un autre, cherchant le même résultat par un moyen religieux, doit dépendre de la grâce d'un être super naturel. Il faut être averti de ces deux processus pour comprendre le rôle du gambling dans les jeux rituels des deux confédérations. Dans ces jeux, les formes propitiatoires du comportement non magique super naturel7 coexistaient, et en effet venaient compléter les pratiques magiques de nature sympathique ou homéopathique8.

12Comme on le voit dans le tableau 2, il y avait une affinité entre l'être super naturel qui surveillait la cérémonie et le jeu rituel qui se déroulait. Comme l'on croyait que le jeu était favorisé par cette entité, il servait de stratagème supplicatoire. Quel meilleur moyen y avait-il de recourir à l'assistance d'un esprit que de jouer son jeu, et de le jouer de façon aussi intensive qu'il le désirait ? C'est ici que le gambling joue un rôle majeur, car il servait à élever le niveau de compétition et donc à assurer que le surnaturel souriait favorablement à ce rite et qu'il accorderait les demandes de ceux qui le pratiquaient.

  • 9 Ibid., p. 55.

13Ce niveau intense de compétition favorisé par le gambling agissait d'une autre façon et l'on croyait qu'il y avait un lien homéopathique entre le jeu et l'objectif de la cérémonie. En se basant sur le concept "le semblable produit le semblable" (la loi de la similarité)9, on pensait que la lutte pour la victoire au jeu pouvait engendrer un combat semblable face à l'objectif central du rite, à une personne malade, à une récolte qui allait se perdre, etc.

Tableau 2 - Le mécanisme fondamental sous-jacent au jeu rituel

Tableau 2 - Le mécanisme fondamental sous-jacent au jeu rituel

14Pour résumer, un grand nombre de biens et de services furent mis en gage à l'occasion de ces jeux rituels. Des prix de valeur furent décernés aux vainqueurs. Ces systèmes de récompense extrinsèque servaient de catalyseurs pour créer des rites joués hautement compétitifs. En agissant ainsi, les participants ont renforcé le substrat super naturel et homéopathique en vue d'atteindre l'objectif et la raison d'être de la cérémonie. À ces occasions, le gambling chez les Hurons et les Iroquois devait être considéré de nature quasi religieuse. Le gambling devenait essentiel à ceux qui voulaient atteindre des buts hors d'atteinte en utilisant uniquement le processus rituel.

15En conclusion, durant les xviie et xviiie siècles, les Hurons et les Iroquois ne furent pas les irresponsables que laisse voir la littérature de ces périodes. Le gambling fit, en effet, partie de la grande majorité de leurs jeux séculiers et sacrés. Il n'est pas possible de saisir le rôle joué par ces jeux à moins de les considérer à la lumière des systèmes économique et métaphysique propres aux autochtones américains.

Notes

1 CULIN S. "Games of the North American Indians". Twenty-Fourth Annual Report of the Bureau of American Ethnology, 1902-1903.

2 SAHLIN M. Stone Age Economics, p. 185-230.

3 SALTER M.A. "Mortuary Games of the Eastern Culture Area". Proceedings of the Second Canadian Symposium on the History of Sport and Physical Education.

4 SALTER Μ. A. "Medicinal Games-Rites of the Iroquois Linguistic Family". Proceedings of the North American Society for Sport History.

5 SALTER Μ. A. "An Analysis of the Role of Games in the Fertility Rituals of the Native North American", Anthropos, 69, p. 3-4.

6 SALTER M. A. "Meteorological play-forms of the Eastern Woodlands". In STEVENS Jr, Studies in the Anthropology of Play.

7 NORBECK, E. Religion in Primitive Society, p. 64-69.

8 FRAZER J. D. "The Magic Art and the Evolution of Kings". In The Golden Bough : a Study of Magic and Religion, p. 55-175.

9 Ibid., p. 55.

Auteur

Université de Windsor

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search