Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 1. Genèses

Problèmes de l'intégration du sport dans la société canadienne au xixe siècle

Donald Guay

Texte intégral

  • 1 Historiquement les Québécois ont connu plusieurs identifications nominales avant de se donner celle (...)
  • 2 METCALFE A. "Le sport au Canada Français au 19e siècle : le cas de Montréal 1800-1914, "in Loisir e (...)

1La présente étude a pour objet d'établir les circonstances et les conséquences socio-culturelles de l'intégration du sport au sein de la société canadienne au xixe siècle1. Dans une étude sur le sport au Canada français, Alan Metcalfe se pose "la question fondamentale, à savoir : le Québec devrait-il être étudié en tant qu'entité indépendante ou comme faisant partie du Canada ?"2

2Si l'on se réfère au cadre politique, il est évident que c'est le Canada qui constitue le tout de référence, mais il ne m'apparaît pas pertinent d'assujettir l'étude des influences interculturelles d'un phénomène à un cadre constitutionnel, d'autant plus que la constitution fédérale canadienne n'a à peu près pas d'influence sur la pratique des sports dans le Québec du xixe siècle.

  • 3 MATHIEU J. Approches de l'identité québécoise. Université Laval, Cahiers du Celat, décembre 1985, p (...)

3Aussi, la société canadienne, essentiellement franco-catholique, est considérée comme une entité socio-culturelle distincte, différente de celle que constituent les anglo-protestants du Canada. Cette approche culturelle est d'ailleurs partagée par une large majorité de franco-catholiques qui habitent le Québec et qui se considèrent et sont perçus comme tels depuis la fin du xviie siècle3. Les anglophones sont alors perçus comme des étrangers, ils ne sont pas des Canadiens.

4Au xixe siècle, les Canadiens constituent donc une collectivité nationale, une nation, qui se particularise par sa culture et qui en est consciente.

  • 4 ROCHER G. Introduction à la sociologie générale. Tome 1 : L'Action sociale. Montréal : H.M.H., 1969 (...)

5Selon le sociologue Guy Rocher, la culture est "un ensemble de manières de penser, de sentir et d'agir plus ou moins formalisées qui, étant apprises et partagées par une pluralité de personnes, servent, d'une manière à la fois objective et symbolique, à constituer ces personnes en une collectivité particulière et distincte"4.

  • 5 BASTIDE R. Anthropologie appliquée. Paris : Payot, 1971, p. 20.

6Chaque groupe acquiert, accepte et reconnaît un ensemble de modèles culturels. Il n'y a pas deux groupes humains qui aient une culture identique. Reconnaître ce relativisme culturel, c'est du même coup reconnaître les valeurs de chaque culture. Comme le souligne Roger Bastide, "il n'y a pas des cultures supérieures et inférieures. Il n'y a que des cultures différentes"5.

  • 6 HERSKOVITS M. J. Les bases de l'anthropologie culturelle. Paris : Payot, 1967, p. 26, 29, 32.
  • 7 Ibid., p. 216, 235.

7Par ailleurs, aucune culture n'est statique. D'une part l'ensemble des modèles culturels, sous l'effet de système, s'influencent réciproquement, et, comme les découvertes et les innovations, favorisent les changements socioculturels. D'autre part, nous savons que "la plupart des nouveaux éléments introduits dans une culture proviennent de l'extérieur"6. C'est donc par le processus d'acculturation, c'est-à-dire par les phénomènes qui résultent de la rencontre des cultures, que se modifient les systèmes culturels de l'un ou des groupes en présence7.

8Ordinairement ces changements culturels ne se font pas sans heurts car les valeurs culturelles, nationales ou ethniques, sont autant de références et des préférences pour ceux et celles qui les portent et constituent un puissant facteur de cohésion, de sécurité, de solidarité sociale, de reconnaissance et d'identité culturelles.

9On comprendra qu'à partir du cadre conceptuel retenu, l'interprétation de l'intégration du sport au sein de la société canadienne peut être différente. Cette interprétation peut aussi varier selon la définition que l'on retient pour décrire cette pratique corporelle qu'est le sport et selon l'interprétation historiographique de sa genèse. En effet, les déterminants socio-culturels du phénomène ne sont pas les mêmes selon les réponses que l'on apporte à ces deux questions.

10Aussi après avoir considéré la société canadienne comme un lieu de culture spécifique, il convient d'indiquer sommairement la genèse du sport afin d'en saisir les déterminants socio-culturels et comprendre leurs influences sur la socio-culture canadienne.

  • 8 C'est J. Ulmann qui le premier, en 1965, écarte la thèse de la permanence du sport et tente de démo (...)
  • 9 J. J. B. "On the Different Species of Mania", The Sporting Magazine, June 1811, p. 117.
  • 10 GIANOLI L. Horses and Horsemanship Through the Ages. New York : Croon Publishers, 1969, p. 217.

11Les origines du sport dateraient du xviie siècle et ses premières manifestations s'observent en Angleterre principalement sous forme de courses de chevaux, de courses à pied et de pugilat8. Cette nouvelle "mania"9 des aristocrates et gentlemen anglais est aussi partagée par les rois et les princes qui interviennent directement pour donner le “bon ton" à l'aristocratie en organisant, réglementant et patronisant des rencontres sportives. Ainsi, le roi Jacques 1er (1603-1625), après avoir fondé plusieurs hippodromes, notamment celui de Newmarket qui est vite devenu célèbre dans le royaume, édicte, en 1617, des règlements rigoureux concernant les courses de chevaux10.

  • 11 "The King's Majesty's Declaration to his Subjects concerning lawful Sports to be used" (October 18, (...)

12L'année suivante, le même monarque s'oppose à l'intolérance religieuse des puritains en permettant au peuple de pratiquer des "rural sports" et de s'adonner à certains amusements le dimanche et les jours de fête après la célébration de l'office divin. Cette ordonnance est proclamée de nouveau sous Charles 1er en 163311.

  • 12 GUAY D. La culture sportive. Paris : P.U.F., 1993, 125 p.

13C'est cette nouvelle forme de pratique corporelle que j'ai décrite comme étant "l'activité physique compétitive et amusante, pratiquée en vue d'un enjeu selon des règles écrites et un esprit particulier, l'esprit sportif, fait d'équité, de désir de vaincre et de loyauté"12.

  • 13 Sous le titre "Extraordinary Sporting Performances", The Sporting Magazine, publié à partir de 1792 (...)

14Les Anglais, depuis au moins le début du xviie siècle, recherchent la performance dans toutes les activités physiques. C'est une véritable obsession. Tous sont engagés dans un "match again time" soit à la suite d'une gageure ou pour un enjeu13.

  • 14 Op. cit. supra, note 9.
  • 15 "Projected regulations for rural sports", The Sporting Magazine, January 1811, p. 141.

15Ce trait de mentalité, qualifié par certains Anglais de "universal madness"14 au début du xixe siècle, d'abord observé chez les aristocrates et les gentlemen, gagne rapidement toutes les classes sociales, si bien qu'en 1811 on propose d'uniformiser les règles "for rural sports" dans toutes les paroisses du pays15. Il faut absolument savoir quel cheval ou quel individu est le plus rapide, le plus fort, le plus résistant, le plus... Les Anglais font la conquête du temps, de l'espace et de la pesanteur. L'efficience devient l'impératif catégorique de toutes les activités, y compris celles d'occupation du loisir. C'est la voie privilégiée par les Anglais pour atteindre la perfection de l'homme civilisé qui se mesure à l'aune de la performance.

  • 16 On n'observe pas de pratiques sportives sous le Régime français (1608-1760.) Les Français ne connaî (...)

16En résumé la présente étude considère la société canadienne comme étant porteuse d'une culture originale qui ne comporte pas, avant l'arrivée des Britanniques, des divertissements que l'on peut qualifier de sport16.

17Après avoir exposé les circonstances de l'intégration du phénomène au Québec, l'étude traitera des principaux problèmes qui sont causés en prenant comme cas les courses de chevaux. Ce sport a été retenu parce qu'il est le premier avec lequel les Canadiens entrent en contact direct et que d'autre part les courses de chevaux sont, de toute évidence, le sport qui pénètre le plus la société canadienne au xixe siècle. C'est le sport le mieux organisé et le plus populaire durant tout ce siècle.

Le fer de lance

  • 17 HAMEL M.P. Le rapport de Durham. Éditions du Québec, 1948, p. 88.

18Lorsque les Anglais s'installent au Canada après la cession de la colonie par le traité de Paris de 1763, ils le font avec leurs modèles culturels car "ce n'est nul part une vertu de la race anglaise de tolérer toutes manières, coutumes, ou lois qui lui paraissent étrangères", comme le soulignera plus tard Lord Durham17. Aussi, ils reconstituent au Canada leurs institutions et leur mode de vie, y compris bien sûr leurs amusements.

  • 18 La Gazette de Québec du 25 juin 1767 contient une annonce de cette course et l'édition du 9 juillet (...)

19Il ne faut donc pas s'étonner si dès 1764, des militaires anglais, en garnison à Québec, organisent des courses de chevaux montés sur les Plaines d'Abraham. En 1767, La Gazette de Québec nous fournit plus de renseignements sur ce divertissement. La course est organisée le 1 er juillet par M. Wilcox sur les Hauteurs d'Abraham. Les concurrents doivent verser un prix d'entrée de deux piastres et l'enjeu de la course, une somme de quarante piastres, est remporté par le capitaine Prescott, monté sur une jument nommée Modesty18.

  • 19 Selon Nicole de Blomac, la première course sportive de chevaux en France aurait eu lieu le 28 févri (...)

20C'est donc par les courses de chevaux que les Canadiens prennent contact avec le sport, du moins comme spectateurs, car il ne semble pas que certains d'entre eux aient participé à ces courses, les premières à être organisées au Canada, La population de Québec serait l'une des premières, sinon la première, qui ne soit pas britannique, à connaître le sport19.

  • 20 GALE. "Quebec Twixt Old and New", Québec, The Telegraph Printing, 1915, p. 264.

21Vingt ans plus tard, le 25 septembre 1789, les amateurs de courses de chevaux sont assez nombreux à Québec pour former le Quebec Turf Club, dont les buts sont de promouvoir et de réglementer les courses et d'améliorer les chevaux de race. Ce n'est toutefois qu'au début du xixe siècle que des courses sont organisées plus ou moins régulièrement grâce à l'initiative de ce club patronné par le Gouverneur général de la colonie20.

22Sous le gouverneur Craig, "le petit roi du Canada", les courses sortent de l'ordinaire, non seulement par sa présence et celle de sa suite qui est nombreuse, mais aussi parce que les Anglais leur accordent une grande importance et les entourent d'un décorum exceptionnel qui étonne les Canadiens. On fait même venir d'Angleterre des casaques aux couleurs éclatantes pour les jockeys. Au début du mois de juillet 1808, la foule qui assiste au spectacle est évaluée à 3 000 ou 4 000 personnes par le rédacteur de La Gazette de Québec. Cette foule est d'autant plus impressionnante que les courses ont lieu durant la semaine, soit le lundi et le mardi, les protestants respectant scrupuleusement l'observance du dimanche comme le prescrit leur religion. Une telle foule comprend près du quart de la population de la ville de Québec et un bon nombre des 2 000 soldats de la garnison. Aucun autre amusement n'avait encore rassemblé une foule aussi considérable.

  • 21 "Son excellence le Gouverneur", La Gazette de Québec, 14 juillet 1808, p. 3.

23Le rédacteur de La Gazette de Québec est bien conscient qu'il s'agit d'un spectacle d'un nouveau genre et il attribue l'affluence extraordinaire de spectateurs à "la nouveauté des courses conduites dans un style qui surpasse tout ce qui a jamais été vu dans le pays"21.

  • 22 "Courses de chevaux", La Gazette de Québec, 21 juillet 1808, p. 2.
  • 23 "Courses de chevaux", Courrier de Québec, 29 juin 1808, p. 203.

24Si les aristocrates, les gentlemen et les militaires britanniques organisent des courses de chevaux pour se divertir, ils utilisent aussi cet amusement pour se concilier les Canadiens. En cette année 1808, le gouverneur Craig, dont les relations avec les coloniaux ne sont pas les meilleures, accorde une bourse de quinze guinées dans le but d'encourager les "cultivateurs canadiens à être soigneux de leurs chevaux et à améliorer la race soit pour la selle soit pour le travail"22. Des courses sont organisées exclusivement "pour tout cheval et jument élevés dans le pays et qui soient de bonne foi la propriété d'un cultivateur canadien"23.

  • 24 The Quebec Mercury, 15 juin 1809.

25Ce patronage du Gouverneur général pour inciter les Canadiens à participer aux courses n'est pas partagé par le rédacteur du Quebec Mercury qui estime qu'ils sont suffisamment paresseux et enclins aux plaisirs sans qu'il soit nécessaire de les encourager24.

26L'été 1808 connaît pas moins d'une dizaine de jours de courses de chevaux. Toutes ces courses se font à Québec sur les Plaines d'Abraham.

  • 25 "Courses de Montréal", La Minerve, 18 septembre 1828, p. 4.
  • 26 (Les courses de Québec...), La Gazette de Québec, 6 août 1829, p. 3.
  • 27 "Les courses de Montréal", La Minerve, 16 août 1830, p. 3.
  • 28 "Courses de Montréal", La Minerve, 18 septembre 1834, p. 3.

27À la fin des années 1820, des courses sont organisées à Montréal dont certaines "pour les chevaux de vraie race canadienne"25. À Québec, les directeurs prévoient des courses "pour les chevaux des habitants". L'enjeu est "la coupe Jean-Baptiste" estimée à vingt piastres26. En 1830, les courses de Montréal sont "réglées" par sept directeurs parmi lesquels il y a un Canadien du nom de Chs. Lamontagne. Lors de l'inauguration de la "Nouvelle Course" à la Rivière Saint-Pierre, les courses s'étendent sur trois jours, les 13, 14 et 16 de septembre. Le programme suit le modèle appliqué à Québec depuis le début du siècle27. Quelques années plus tard, les directeurs des courses suivent les règles du Club des Jockeys de Montréal28. Il s'agit évidemment de courses montées.

  • 29 GUAY, D. Histoire des courses de chevaux au Québec. Montréal : V.L.B., 1985, p. 36.

28Dès 1830, des courses sportives de chevaux se tiennent aussi aux Trois-Rivières et à Laprairie sous la responsabilité de directeurs qui, pour la plupart, sont des anglophones, parmi lesquels il y a presque toujours des militaires. À Laprairie, les premières courses sont le fait de militaires de la garnison installés dans cette paroisse. Entre 1808 et 1830, il aurait été bien difficile d'organiser des courses sans la participation des militaires. Soit à titre d'organisateurs ou de compétiteurs ils sont de presque toutes les courses. Durant cette période, leur présence représente trente pour cent des compétiteurs29.

  • 30 Ibid., p. 52.

29Vers 1850, les courses sportives sont non seulement bien implantées dans les trois principaux centres urbains, Québec, Montréal et Trois-Rivières, en raison de l'importante population d'origine britannique qui y habite, mais aussi dans au moins une quinzaine de villages. En 1900, il existe des pistes de courses dans pas moins de 164 localités30.

30Comment expliquer cette diffusion relativement rapide des courses sportives de chevaux au sein de la société canadienne en un siècle de turbulence politique qui, plus souvent qu'autrement, exacerbe l'hostilité entre les anglo-protestants et les franco-catholiques ?

31Lorsque les Anglais intègrent les courses sportives de chevaux, à la fin du xviiie siècle, les Canadiens possèdent depuis la fin du xviie siècle des chevaux dont ils sont particulièrement fiers et s'adonnent à des courses à la moindre occasion. Ces courses traditionnelles de chevaux font partie des mœurs canadiennes et sont d'origine populaire, bien que tous les Canadiens, quel que soit leur statut social, s'y adonnent. C'est un trait de leur mentalité.

  • 31 DE GASPE, P.A. Mémoires. Granger Frères, s.d., p. 328.

32Il ne s'agit évidemment pas de courses sportives telles que les pratiquent les Britanniques. Ces courses sont spontanées, elles n'exigent pas que les participants soient d'égales forces ni de même catégorie. Il n'y a pas de règles écrites qui prescrivent la conduite des courses. Elles révèlent la psychologie de l'habitant qui est fier et orgueilleux. "Très chatouilleux à l'endroit de leurs chevaux", raconte Philippe-Aubert De Gaspé, ils n'acceptent pas d'être dépassés en chemin sans que celui qui dépasse demande avec politesse de livrer le chemin. Agir autrement est contraire à la coutume et constitue un affront qui provoque une course effrénée31. Cette attitude exprime la mentalité égalitariste de l'habitant qui n'accepte pas facilement d'être moins qu'un autre.

  • 32 (Nous publions...), La Minerve, 27 mars 1851, p. 2. "Réponse à un défi", La Minerve, 12 août 1854, (...)

33Par ailleurs, nombreux sont les habitants canadiens qui prétendent posséder le meilleur trotteur du village, sinon du pays, mais ces prétentions n'ont pas conduit à une forme organisée de course. Ce n'est qu'à l'instar des Anglais, et après les années 1830, qu'ils se lancent des défis et engagent des sommes importantes afin d'établir publiquement la supériorité de leurs chevaux32.

34Cette passion des Canadiens pour les chevaux et leur tendance de "tirer" des courses explique la relative facilité avec laquelle les courses sportives de chevaux sont intégrées au sein de la société canadienne. Il ne faut donc pas s'étonner de voir les Canadiens accepter aussi facilement les courses sportives dès les premières décennies du xixe siècle, même si des élites manifestent de la résistance en raison des problèmes socio-culturels qui sont causés par cet amusement étranger.

  • 33 C'est aussi par les courses de chevaux que le sport fait son apparition en France et aux États-Unis (...)

35Les courses de chevaux sont le premier sport à être introduit au sein de la société canadienne à la fin du xviiie siècle. Ce sport peut être considéré comme étant le fer de lance de la diffusion du sport au Canada33, mais cela ne se fait pas sans perturber le continuum culturel des Canadiens.

Les problèmes d'acculturation

36Parmi les problèmes que cause la diffusion du sport au sein de la société canadienne, trois sont l'objet de discussions passionnées, voire virulentes dans la presse de l'époque. Le choix de ces problèmes correspond en somme à une réalité historique dont ils témoignent.

  • 34 (Les journaux anglais...), Le Canadien, 3 novembre 1831, p. 2.

37D'abord il y a les changements de mœurs que cette innovation étrangère provoque dans le genre de vie des Canadiens. Puis, l'intégration se produisant par le sommet de la pyramide sociale, des tensions surgissent entre les différentes classes. Les rencontres sportives sont aussi le lieu d'affrontements ethniques entre les anglophones et les nationalistes franco-catholiques qui ne prisent guère les "amateurs de la perfectibilité anglaise"34.

Les changements de mœurs

  • 35 TRUDEL M. Histoire de la Nouvelle-France. III : La seigneurie des cent-associés. II : la société. M (...)

38Sous le régime français (1608-1760), les Canadiens ont développé une sociabilité ludique élémentaire qui repose essentiellement sur la famille et le voisinage. Mis à part les rassemblements religieux, les divertissements populaires publics sont très rares pour ne pas dire inexistants35. Les amusements des Canadiens ont un caractère privé.

39Les divertissements sportifs des Anglais eux se manifestent dans un autre univers. Le sport est avant tout spectacle car il faut démontrer publiquement qui est le meilleur. La sociabilité sportive est donc ouverte et repose sur des intérêts et des goûts partagés et non sur des liens de parenté ou de voisinage.

40Dès le début les courses sportives de chevaux attirent des foules considérables, bien davantage que les rassemblements politiques ou les cérémonies religieuses.

  • 36 "Les courses", La Minerve, 28 septembre 1829, p. 3.

41Lors de ces grands rassemblements, le contrôle social est plus difficile à exercer d'autant plus que les villes, dont la population est en croissance rapide, n'ont pas le nombre suffisant de policiers pour faire respecter l'ordre public. Aussi, le rédacteur du journal La Minerve de Montréal réprouve cet "amusement nouvellement introduit dans les mœurs canadiennes" car ce n'est pas là "une innovation bien avantageuse et bien favorable à ces mœurs"36.

  • 37 À cette date, La Minerve a environ 300 abonnés. A. Beaulieu et J. Hamelin. La presse québécoise des (...)
  • 38 "M. L'Éditeur", La Minerve, 7 juillet 1831, p. 3.

42En 1831, un lecteur qui signe C. écrit à La Minerve, afin de faire valoir aux abonnés37 les inconvénients de cet amusement en exposant les problèmes qu'il cause à la société canadienne dont les valeurs fondamentales reposent sur le christianisme : "combien de centaines, et peut-être dirai-je combien de milliers, de journées d'hommes ont été perdues (ce qui est bien nettement irréparable pour notre pays) ; combien de paroles profanes, de jurements et même de blasphèmes ont été proférés ; combien de liqueurs fortes ont été consommées, combien de gens du commun et de messieurs... se sont enivrés, combien de querelles ont été occasionnées, combien d'amis se sont brouillés, combien de pères de familles ont négligé leurs devoirs et donné de mauvais exemples à leur enfants, combien de personnes ont exposé leurs bras et leurs jambes, et même leurs vies ; quelles sommes d'argent ont été dépensées pour les chevaux et voitures de transport, dans les cabarets et les hôtels, pour les gageures des messieurs et des dames, et dans le même temps combien de pauvres familles languissaient dans la détresse précisément au même lieu ; combien de femmes ont été sur la place pour faire parade de leurs appas et séduire la jeunesse ; combien de jeunes gens en ont été les dupes"38.

43Bien sûr cette tirade, probablement du docteur Jean-Baptiste Meilleur, très rigoureux sur la pureté des mœurs, contient évidemment des exagérations, mais elle indique l’ensemble des problèmes qui sont perçus par des leaders d'opinions.

  • 39 "Les courses", La Minerve, 2 septembre 1833, p. 3.
  • 40 "Les courses", Le Canadien, 5 septembre 1857, p. 4.

44Les plus fréquents sont l'ivresse et les rixes. Les débitants de spiritueux élèvent sur le terrain des courses des cabanes et des tentes où ils vendent des boissons fortes39, ce qui empoisonne "ces sortes de fêtes, et pour l'ordinaire, elles contribuent plus à démoraliser le peuple qu’à lui donner de l'innocente récréation"40. Malgré les demandes réitérées des rédacteurs de journaux d'interdire la vente d'alcool sur le terrain des courses, les organisateurs et les dirigeants municipaux n'en font rien et les scènes de désordres se poursuivent.

  • 41 "Les courses", La Minerve, 28 septembre 1829, p. 3.
  • 42 Ibid.

45Tout en reconnaissant qu'il est permis "à chacun de s'amuser comme il lui plaît"41, La Minerve de Montréal souhaite une intervention législative pour que cessent ces désordres. Pour démontrer qu'une telle intervention ne serait pas une atteinte aux libertés démocratiques, le rédacteur fait valoir que les Américains, que l'on ne peut certes pas accuser d'être "ennemis de la liberté, n'ont pas cru que le gouvernement dérogeât en s'occupant des jeux et des amusements publics, et des restrictions plus ou moins sévères veillent à la garde des mœurs partout où elles sont en danger"42.

  • 43 (Les courses de chevaux...), La Minerve, 29 juillet 1844, p. 2.

46Comme les autorités font la sourde oreille, certains espèrent que cet amusement "d'un autre âge" finira par se dépopulariser pour enfin disparaître complètement43. Mais ce n'est pas le cas, les courses sont de plus en plus populaires et sont trop souvent l'occasion de désordres publics.

  • 44 "Les courses de chevaux", La Minerve, 7 juillet 1865, p. 2.

47Après avoir vu des scènes d'ivresse, des batailles à "coups de poings, de bâtons et de pierres" sans que la police n'intervienne, Joseph Cauchon du Journal de Québec, demande "l'assistance d'un détachement de la garnison afin de maintenir la paix"44.

  • 45 "Courses du Mile-End", La Minerve, 16 avril 1859, p. 3.

48Ce n'est qu'après les années 1860 que la police réussit à maintenir l'ordre sur les terrains de courses de chevaux des villes de Québec, Montréal, Trois-Rivières et Sainte-Hyacinthe. Dès que la police relâche sa vigilance les "rowdies" recommencent à se battre et même à attaquer des "personnes inoffensives"45. L'armée doit intervenir pour disperser les fauteurs de désordres.

  • 46 "M. L'Éditeur", La Minerve, 7 juillet 1831, p. 3.

49Les terrains de courses sont le repaire des "rowdies", des "tire-laine", des tricheurs et des paresseux. Les jeunes gens, des gens du commun, des messieurs et même des honorables y vont perdre des journées précieuses et leur argent46.

50Entre 1800 et 1860, on observe un relâchement moral, un esprit d'insubordination et d'indépendance au sein de la société canadienne, notamment chez le "bas peuple". Ce relâchement moral serait dû, pour une bonne part, à la diminution des effectifs du clergé catholique dont le recrutement est rendu difficile après la conquête anglaise de 1760. Peu nombreux en 1800, il y a un prêtre pour mille habitants sur un territoire immense, les prêtres ne peuvent exercer le contrôle social désiré. Ce n'est qu'après cette période que l'on réussit à maintenir l'ordre sur les terrains de courses. Les leaders d'opinions changent alors d'attitude.

  • 47 "Les courses de la Prairie", La Minerve, 15 août 1844, p. 2.
  • 48 "Courses", Le Canadien, 12 juillet 1847, p. 2.
  • 49 "Les courses de Saint-Hyacinthe", Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 19 août 1859.
  • 50 "Courses au Mile-End", La Minerve, 31 juillet 1860, p. 2.
  • 51 "Les Courses", Le Canadien, 5 septembre 1857, p. 4.

51Les courses qui étaient "un amusement de mauvais genre"47, "un spectacle dégoûtant"48, deviennent un "spectacle attrayant"49, "magnifique"50, auquel même les enfants peuvent assister51.

52La résistance des leaders d'opinions ne semble pas avoir eu d'influence significative sur le comportement des "gens du peuple" qui acceptent rapidement ce nouveau divertissement.

La lutte des classes

  • 52 "M. L'Éditeur", Le Canadien, 18 septembre 1839, p. 2.

53Si les courses de chevaux sont introduites au Québec par des aristocrates et des gentlemen anglais, elles intéressent dès le début du xixe siècle les ouvriers des villes et les habitants des campagnes. Les rédacteurs de journaux, se faisant les porte-parole des bourgeois canadiens, désapprouvent cette présence des "basses classes" sur les champs de courses qui est suffisante pour éloigner "les personnes qui se respectent et qui n'aiment pas à aller de pair avec des gens dont l'apparence est si pitoyable"52.

  • 53 "Courses", Le Canadien, 12 juillet 1847, p. 2.

54À Québec, pour contrer la présence de la "population industrielle", le Quebec Turf Club décide d'organiser les courses à l'Ancienne Lorette, à une dizaine de kilomètres de la ville, en espérant que "la distance qui sépare l'hippodrome de la ville sera un obstacle suffisant pour empêcher les ouvriers peu aisés de s'y rendre"53.

  • 54 Ibid.

55Le rédacteur du journal Le Canadien de Québec se réjouit de l'initiative et espère "que le bon sens public achèvera ce que les membres du club ont commencé et qu'on ne verra figurer aux courses que le petit nombre de ceux qui peuvent se procurer cette récréation sans nuire à leur famille, à leur fortune ou à leurs devoirs"54.

  • 55 "Les courses de chevaux", La Minerve, 29 juillet 1844, p. 2.
  • 56 "Courses", Le Canadien, 12 juillet 1847, p. 2.

56Cette tentative d'exclusion des travailleurs veut solutionner plusieurs problèmes que les élites considèrent importants pour leur culture de classe et par conséquent pour la société. Il existe une relation directe entre les classes sociales et la moralité. Ce sont les classes élevées qui ont la responsabilité de donner le ton, le bon ton, à la société55. Elles se font un problème de conscience de se voir "reprocher d'être une cause perpétuelle de démoralisation" car pour les ouvriers ces courses sont "funestes par la perte de temps et les dépenses auxquelles les expose ce genre d'amusement qui, pour eux, ne peut être d'aucun intérêt, ni produire aucun résultat"56.

  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid.

57Aussi les courses doivent être réservées uniquement aux "personnes riches"57. Le cheval de course est un bien de grand luxe, il est donc essentiel que les personnes qui ont "les goûts, les loisirs et la fortune" s'intéressent à "ces joutes" si l'on veut conserver et attirer "dans le pays de bonnes races de chevaux"58.

58Aristocrates et bourgeois justifient et défendent leur genre de vie et leurs intérêts. Ayant les goûts, le temps et l'argent, ils peuvent se permettre cet amusement sans se démoraliser. Ce n'est pas le cas des ouvriers qui eux ne doivent pas perdre leur temps ni faire des dépenses qui vont nuire à leur famille et à leurs devoirs. Ce sont là des plaisirs qui sont contraires à l'esprit chrétien. La présence des ouvriers remet en cause les valeurs des bourgeois et jusqu'à un certain point leur pouvoir. L'ordre social établi est perturbé et les inégalités sociales ne sont plus respectées.

59Les bourgeois sont très conscients de la structure sociale et de leur statut au sommet de la pyramide. Leur tentative veut imposer et perpétuer les valeurs de la société d'ancien régime. Ils assimilent leurs intérêts de classe à ceux de la société telle qu'ils voudraient qu'elle soit.

  • 59 "Courses des Trois-Rivières", La Minerve, 4 juillet 1836, p. 3.
  • 60 "Courses de Québec", Le Canadien, 19 août 1840, p. 2.
  • 61 "Courses de Québec", Le Canadien, 18 juillet 1842, p. 2.
  • 62 "Courses de Montréal", La Minerve, 5 septembre 1831, p. 3.
  • 63 "Courses au trot", La Minerve, 2 février 1835, p. 2.
  • 64 "Courses de Québec", Le Canadien, 19 août 1840, p. 2.

60Aussi il n'est pas surprenant que les organisateurs établissent des catégories de courses basées sur l'origine socio-économique des concurrents plutôt que sur la performance des chevaux. On observe des courses pour "gentlemen"59 ou "Messieurs"60, pour les "marchands"61, pour les "cultivateurs"62 ou "habitants"63, pour les "officiers de l'Armée"64. Les valeurs sociales dominent les valeurs sportives qui veulent que ce soit la performance qui classe les concurrents par catégorie. Ce n'est qu'après 1 870 que les courses sont classées selon des critères sportifs.

  • 65 "Club Canadien", La Minerve, 24 février 1848, p. 3. "Au Trot de Saint-Hyacinthe", La Minerve, 19 se (...)

61Toutefois, le fait que l'on veuille exclure spécifiquement les "ouvriers peu aisés" indique que la richesse peut être un facteur de mobilité sociale pour les gens des "basses classes", s'ils deviennent un actif pour l'organisation des courses qui est aussi une entreprise commerciale. Si les "basses classes" fréquentent les terrains de courses, l'organisation de celles-ci demeure cependant l'affaire des bourgeois et des aristocrates65.

62Non seulement il existe une opposition entre les classes élevées et la population industrielle, mais il y a également lutte pour le plus grand prestige au sein même des classes élevées.

  • 66 "Avis Refuté", La Minerve, 5 avril 1855, p. 3.

63En effet, ceux qui possèdent les meilleurs chevaux de courses se lancent des défis afin d'établir publiquement la supériorité de leurs coursiers ou de leurs trotteurs. La compétition est annoncée par des affiches aux portes des églises et elle attire jusqu'à "cinq ou six mille personnes"66.

  • 67 (Nous publions...), La Minerve, 27 mars 1851, p. 2.
  • 68 "Avis Refuté", La Minerve, 13 février 1855, p. 3.

64Les perdants font valoir de nombreuses excuses telles que l'indisposition du cheval, la mauvaise température, la date, le lieu67, etc., pour justifier la défaite de leur cheval. Ils ne s'avouent jamais vaincus et demandent toujours une revanche en faisant valoir leurs conditions pour la rencontre. Quand les concurrents ne se rendent pas à la lutte, c'est qu'ils sont "adversaires d'une classe trop basse et par conséquent trop lâches pour s'y rendre"68.

65On affirme la supériorité de son cheval, même si la course n'a pas lieu, on fait valoir à l'"opinion publique" toutes les circonstances qui entourent les défis en espérant que justice sera rendue.

  • 69 (Nous publions...), La Minerve, 21 mars 1851, p. 2.

66Lors d'un défi mettant aux prises la jument de M. Charles Duchesnay de Saint-Ours et celle de Μ. H. Henault de Berthier, chacun affirme la supériorité de son cheval, même si la course finale qui avait été prévue n'a pas lieu. Finalement, Henault écrit une longue lettre circonstanciée sur le défi et ses amis font des pressions auprès de l'éditeur de La Minerve, Ludger Duvernay, pour qu'il la publie69, afin que l'opinion publique reconnaisse la supériorité de sa jument.

  • 70 Ibid.
  • 71 "Avis refuté", op. cit. supra, note 66.
  • 72 "Avis refuté", op. cit. supra, note 68.

67Des attitudes hostiles se développent de part et d'autre. On s'accuse publiquement de reculer devant le défi70, d'avoir peur71, de ne pas être des "hommes d'honneur, d'être trop lâches et de basse classe"72.

  • 73 "Défi de $50 à $100", La Minerve, 12 août 1854, p. 3.
  • 74 "Réponse au Défi", La Minerve, 19 août 1854, p. 3.
  • 75 (II est rumeur...), La Minerve, 25 août 1864, p. 2.
  • 76 "Important aux cultivateurs et à ceux qui élèvent des chevaux", La Minerve, 5 mars 1852, p. 3.
  • 77 "Acte pour incorporer le village de Berthier et pour l'ériger en ville", (Sanctionné le 18 septembr (...)

68L'enjeu en cause lors de ces défis n'est pas uniquement de nature sociale, mais aussi économique. Il y a d'abord la bourse déposée qui peut être de cinquante, cent, cinq cents73, mille74 et même de quatre mille dollars75. Puis, évidemment, la plus-value qu'acquiert le cheval lors de sa vente ou à l'occasion de la reproduction s'il s'agit d'un étalon. Aussi, le propriétaire ne manque pas de faire valoir la généalogie et les prix gagnés par son cheval quand il le met "au service des Cavales"76. Ce qui est très lucratif puisque les municipalités ont le pouvoir de prélever une taxe de "quatre cents piastres" pour "chaque étalon, gardé pour la monte"77.

69On le constate, la possession d'un cheval de course supérieur aux autres est un facteur d'honorabilité, de prestige et une expression de la réussite sociale. Le cheval de course, surtout s'il est de race pure, est un bien de luxe et il est d'autant plus luxueux et honorifique qu'il est improductif, non laborieux. Affirmer la supériorité de son cheval, c'est en même temps affirmer sa supériorité sociale.

Les tensions ethniques

  • 78 OUELLET F. "Les fondements historiques de l'option séparatiste dans le Québec", Liberté, quatrième (...)

70Durant le xixe siècle, l'attitude des "nationalistes" canadiens s'exprime de deux façons différentes. Jusqu'en 1837-38, le nationalisme évolue progressivement vers le radicalisme révolutionnaire. Après l'échec de la double rébellion, il se transforme en un nationalisme de compromis, de bonne entente entre les deux principaux groupes ethniques78.

71Les courses de chevaux qui sont le produit d'une culture étrangère conquérante, n'échappent pas à cette évolution du nationalisme canadien. Si elles sont l'occasion d'affrontements entre des membres des deux principaux groupes ethniques avant 1837, la recherche d'un terrain d'entente qui se produit après est évidente.

  • 79 Dans les années 1830, on constate la présence de Canadiens parmi les directeurs des courses de Mont (...)
  • 80 (Les courses de Sainte-Thérèse de Blainville...), La Minerve, 16 juillet 1835, p. 3. "Courses des T (...)

72Il convient cependant de nuancer cette affirmation en soulignant que des Canadiens faisant partie des "classes élevées" collaborent régulièrement avec les Anglais et qu'ils partagent plusieurs de leurs manières de vivre, y compris l'engouement pour les courses de chevaux79. Par ailleurs, on retrouve des Anglais parmi les directeurs des courses qui se tiennent dans des villages majoritairement habités par des Canadiens80.

  • 81 "Courses de Montréal", La Minerve, 18 septembre 1828, p. 4. "Courses de Laprairie", La Minerve, 20 (...)
  • 82 (L'inconvénient...), La Minerve, 14 août 1837, p. 2.

73Quoi qu'il en soit, on constate avant 1 837 une volonté, chez les Canadiens, d'organiser des courses de chevaux uniquement pour eux et auxquelles ne sont admis que "les chevaux de vraie race canadienne seulement"81. On applique aussi ce règlement à des courses auxquelles participent des Anglais. Lors des courses des 10 et 11 août 1837 aux Trois-Rivières, les directeurs disqualifient "le cheval Shelalagh du Lieut. Vivian A, B, C" parce qu'il s'agissait d'un cheval importé. Le prix est "donné à M. Kauntz dont le cheval, qui est arrivé le second, est né dans ce pays"82.

  • 83 (Nous appelons...), La Minerve, 7 juillet 1836, p. 3.

74On insiste d'autant plus pour organiser des courses pour les chevaux canadiens seulement que l'on remarque que la race "commence à se perdre"83.

  • 84 Il s'agit du cheval nommé Filho. Ce nom était aussi celui d'un cheval célèbre de Londres durant les (...)
  • 85 (Les journaux anglais...), Le Canadien, 9 novembre 1831, p. 2.

75Cette tolérance envers les Anglais n'est cependant pas partagée par les rédacteurs de journaux et le moindre incident prend des proportions démesurées. Lorsque les journaux anglais soulignent la mort d'un cheval de course renommé84, Le Canadien et La Minerve considèrent "que leurs chevaux et leurs chiens leur sont plus chers que toutes les institutions et tous les hommes du pays". Ils en profitent pour manifester leur opposition "aux courses, amusement qui se renouvelle tous les ans avec des circonstances plus ou moins outrageantes pour les habitants du pays, et qui (...) a été apporté avec les batailles de coqs par les amateurs de la perfectibilité anglaise"85.

76Aux courses de Montréal, en septembre 1833, éclate une véritable bagarre générale entre des "soldats anglais" et des "citoyens canadiens". La rixe qui est "sous l'empire des haines nationales et de la débauche" dure les trois jours des courses ; plusieurs Canadiens sont grièvement blessés et Salomon Barbeau y trouve la mort "sous la fureur de la soldatesque".

  • 86 "Violences organisées des Soldats", La Minerve, 5 septembre 1833, p. 2.
  • 87 "Violences organisées des Soldats", Le Canadien, 13 septembre 1833, p. 2.

77La Minerve publie un long article86, que Le Canadien s'empresse de reproduire87, relatant les circonstances qui entourent ces "violences organisées des Soldats" et fait connaître sa position sur les courses de chevaux et la situation socio-politique dans laquelle se trouvent les Canadiens.

78Elle réaffirme qu'elle a "toujours pensé que les courses de chevaux étaient un amusement plus dangereux qu'utile, et que dans ce pays en particulier, elles étaient anti-nationales (sic) dans tous leurs accessoires et l'occasion d'insultes réitérées pour le peuple".

  • 88 La Chambre d'Assemblée forma un Comité Spécial qui enquêta sur les circonstances qui entourèrent la (...)

79Pour La Minerve, il ne s'agit pas d'une simple rixe, mais bien de violence organisée par les soldats du 24e dont la mauvaise réputation est connue ; elle demande que soit faite "une enquête particulière"88 afin de "s'assurer si ces soldats n'étaient pas munis d'encouragements supérieurs, s'ils doivent avoir seuls le mérite de la tactique qu'ils ont déployée, et si d'autres n'ont pas pêché par omission, par pensées, et par paroles".

80On ne croit pas à une conciliation possible avec les gens d'outre-mer qui n'ont cessé de chercher à écraser et à avilir le talent natif. Des appels à la révolte sont lancés ! "Les Canadiens ne se réveilleront-ils jamais ?"

  • 89 Jusqu'en 1837, La Minerve est le porte-parole des radicaux du Bas-Canada. Le Canadien, bien que plu (...)

81Après l'échec de la double rébellion, en 1837-1838, on constate un changement d'attitude89. L'hostilité et l'appel à la révolte font place aux compromis, à la collaboration et même au mimétisme.

82Le 18 septembre 1839, Le Canadien publie une lettre d'un Canadien qui réagit contre l'ethnocentrisme de ses compatriotes :

  • 90 (Mr. L'Éditeur...), Le Canadien, le 9 novembre 1831, p. 2.
  • 91 Ibid.

J'ai remarqué que sous le prétexte d'encourager à la course les chevaux de race canadienne, on entre en lice des chevaux qui ont peine à laisser le trot pour galoper90. Pourquoi "ne réglerait-on pas les courses de chevaux canadiens, comme celles des chevaux anglais ?" se demande ce correspondant. C'est, selon lui, la seule façon "d'encourager et de stimuler la concurrence"91.

  • 92 BERTRAND, D. et DESBIENS, A. Le Rapport Durham. Montréal : les Éditions Sainte-Marie, 1969, p. 118.
  • 93 "Courses", Le Canadien, 13 juillet 1838, p. 2.

83Dès son arrivée, Lord Durham avait constaté l'incompatibilité nationale entre les Canadiens et les Anglais qui se manifeste aussi au sein de l'organisation des courses de chevaux. Aussi, afin de donner un caractère national britannique au Bas-Canada92, il accorde une bourse de cent guinées à "être contestée par tous les chevaux appartenant à des sujets britanniques résidant dans les Canadas"93.

  • 94 "Courses", Le Canadien, 5 août 1840, p. 2.

84Les Canadiens organisent toujours des "courses d'habitants", c'est-à-dire "pour les simples cultivateurs", mais ils organisent aussi des courses "ouvertes à tous les chevaux élevés dans le Haut et le Bas-Canada" en espérant toutefois que les Canadiens "ne permettront pas que les gens du Haut-Canada viennent leur enlever le prix, sans le leur avoir au moins bien disputé"94. Les Canadiens français veulent concurrencer les Anglais sur leur propre terrain même si la qualité de leurs chevaux n'est pas comparable.

85Toutefois, il ne faudrait pas croire que le nationalisme canadien soit éteint. L'atteinte à leur originalité est considérée comme une agression culturelle et provoque de vives réactions.

  • 95 "La "race intérieure" et sir Edmund Head". B.R.H., vol. XI, no 12, décembre 1905, p. 364-367. Cette (...)

86À la suite d'une course, en septembre 1857, remportée par la Belle Canadienne, appartenant à M. Laframboise de Sainte-Hyacinthe, Le Canadien se demande si "la bête était de race inférieure", retournant ainsi l'insulte commise par Sir Edmund Head, gouverneur du Canada, qui avait, quelques années plus tôt, affirmé la supériorité de la "race" anglaise sur les Canadiens95.

  • 96 "La fête du 24 juin", La Patrie, 2 juin 1884, p. 2.

87Il en fallait moins que cela, dans les années 1830, pour que l'on lance des appels à la révolte. Le nationalisme canadien-français a perdu son agressivité et ne manifeste plus cette farouche opposition à l'Anglais qui le caractérisait avant 1837-38. Il s'agit maintenant d'un nationalisme de compromis, hybride, qui accepte la dualité d'appartenance et d'identité, tout en cherchant timidement à conserver certaines originalités culturelles exprimées dans la devise popularisée par Étienne Parent : "Nos institutions, notre langue, nos lois". Malgré certaines oppositions, qui s'expriment occasionnellement, la tendance à la bonne entente est dominante. Si bien que les courses de chevaux en viennent à faire partie du programme de la Saint-Jean-Baptiste, fête nationale des Canadiens-français96.

  • 97 Arrêté en conseil, no 329, 3 juillet 1889.

88Autre indicateur significatif, le premier ministre nationaliste, Honoré Mercier, imite à la lettre le patronage des gouverneurs coloniaux en offrant une bourse importante et en honorant les courses de sa présence97. On voit jusqu'à quel point les courses sportives de chevaux sont devenues un élément de la culture des Canadiens-français tant des villes que de la campagne.

Conclusion

89La culture traditionnelle des Canadiens, héritée de l'ancienne France, ne comporte pas de pratiques corporelles qui pourraient être qualifiées de sport. Les Canadiens prennent contact avec le sport dans la seconde moitié du xviiie siècle alors que les Britanniques occupent le pays, ce qui n'est pas sans perturber leur continuum culturel.

90Les courses de chevaux sont, de toute évidence, le fer de lance de l'intégration du sport dans la société canadienne et expliquent la relative facilité avec laquelle cette innovation est acceptée par les Canadiens.

91Si d'une part ce nouvel amusement provoque des problèmes moraux, des tensions sociales et ethniques, il favorise d'autre part l'expression d'une sociabilité nouvelle, plus fonctionnelle qui répond mieux aux besoins d'une société qui connaît une rapide urbanisation et dont les communications nécessaires sont plus étendues que les réseaux traditionnels. En effet, même si par son institutionnalisation de base constituée par le club, le sport a tendance à favoriser une sociabilité exclusive, celle-ci déborde toujours la sociabilité traditionnelle des Canadiens basée sur la parenté et le voisinage pour privilégier les relations de goûts et d'intérêts. Avec ce nouveau divertissement, ils peuvent choisir les personnes et le contexte socio-psychologique pour satisfaire leur sociabilité externe.

92Les clubs sportifs sont alors les rares organisations qui favorisent la vie communautaire démocratique et une socialisation plus égalitaire. Les problèmes perçus ou vécus lors des rencontres sportives expriment les difficultés d'adaptation à la nouvelle culture urbaine dont le sport fait partie. À cet égard, les courses de chevaux constituent un révélateur éloquent.

Notes

1 Historiquement les Québécois ont connu plusieurs identifications nominales avant de se donner celle qu'ils utilisent maintenant. Au début du xviie siècle ils sont des Français, puis des Français habitués avant de devenir des Canadiens dans les années 1660. Après la cession du Canada à l'Angleterre, en 1763, les anglophones qui s'établissent dans la colonie commencent aussi à se dire Canadiens. Aussi, pour se distinguer, les francophones, surtout après l'échec des rébellions de 1837-1838, se nomment Canadiens français. Il en sera ainsi jusqu'au début des années 1960, alors qu'ils se disent désormais Québécois. Les Québécois d’aujourd'hui sont donc durant le xixe siècle des Canadiens, puis des Canadiens français. Ce sont ces identifications qui sont utilisées selon le contexte historique.

2 METCALFE A. "Le sport au Canada Français au 19e siècle : le cas de Montréal 1800-1914, "in Loisir et Société vol. 6, no 1, 1983, p. 106.

3 MATHIEU J. Approches de l'identité québécoise. Université Laval, Cahiers du Celat, décembre 1985, p. 11.

4 ROCHER G. Introduction à la sociologie générale. Tome 1 : L'Action sociale. Montréal : H.M.H., 1969, p. 104.

5 BASTIDE R. Anthropologie appliquée. Paris : Payot, 1971, p. 20.

6 HERSKOVITS M. J. Les bases de l'anthropologie culturelle. Paris : Payot, 1967, p. 26, 29, 32.

7 Ibid., p. 216, 235.

8 C'est J. Ulmann qui le premier, en 1965, écarte la thèse de la permanence du sport et tente de démontrer qu'il "est apparu à un moment donné" en Angleterre. De la gymnastique aux sports modernes. Paris : P.U.F., 1965, p. 322.

9 J. J. B. "On the Different Species of Mania", The Sporting Magazine, June 1811, p. 117.

10 GIANOLI L. Horses and Horsemanship Through the Ages. New York : Croon Publishers, 1969, p. 217.

11 "The King's Majesty's Declaration to his Subjects concerning lawful Sports to be used" (October 18, 1633), The Sporting Magazine, December 1831, p. 91-96.

12 GUAY D. La culture sportive. Paris : P.U.F., 1993, 125 p.

13 Sous le titre "Extraordinary Sporting Performances", The Sporting Magazine, publié à partir de 1792, rapporte, à chaque numéro, des dizaines de "match again time" depuis 1520.

14 Op. cit. supra, note 9.

15 "Projected regulations for rural sports", The Sporting Magazine, January 1811, p. 141.

16 On n'observe pas de pratiques sportives sous le Régime français (1608-1760.) Les Français ne connaîtront le sport que dans la seconde partie du xviiie siècle.

17 HAMEL M.P. Le rapport de Durham. Éditions du Québec, 1948, p. 88.

18 La Gazette de Québec du 25 juin 1767 contient une annonce de cette course et l'édition du 9 juillet en donne un compte rendu.

19 Selon Nicole de Blomac, la première course sportive de chevaux en France aurait eu lieu le 28 février 1765. La première course publique a été organisée le 5 octobre 1 775. Voir son ouvrage La gloire et le jeu. Des hommes et des chevaux 1766-1866. Paris : Fayard, 1991, p. 27, 28, 45, 47. La lecture de cette importante étude historique est indispensable pour ceux et celles qui veulent comprendra la genèse du sport en France.

20 GALE. "Quebec Twixt Old and New", Québec, The Telegraph Printing, 1915, p. 264.

21 "Son excellence le Gouverneur", La Gazette de Québec, 14 juillet 1808, p. 3.

22 "Courses de chevaux", La Gazette de Québec, 21 juillet 1808, p. 2.

23 "Courses de chevaux", Courrier de Québec, 29 juin 1808, p. 203.

24 The Quebec Mercury, 15 juin 1809.

25 "Courses de Montréal", La Minerve, 18 septembre 1828, p. 4.

26 (Les courses de Québec...), La Gazette de Québec, 6 août 1829, p. 3.

27 "Les courses de Montréal", La Minerve, 16 août 1830, p. 3.

28 "Courses de Montréal", La Minerve, 18 septembre 1834, p. 3.

29 GUAY, D. Histoire des courses de chevaux au Québec. Montréal : V.L.B., 1985, p. 36.

30 Ibid., p. 52.

31 DE GASPE, P.A. Mémoires. Granger Frères, s.d., p. 328.

32 (Nous publions...), La Minerve, 27 mars 1851, p. 2. "Réponse à un défi", La Minerve, 12 août 1854, p. 3.

33 C'est aussi par les courses de chevaux que le sport fait son apparition en France et aux États-Unis. Des courses de chevaux auraient été organisées par des Anglais à New York dès 1620. En 1665, le premier gouverneur de New York, Richard Nicholls, institue les premières courses à Long Island. J.A. Cuddom, The International Dictionary of Sports and Games. New York : Schocken Books, 1980, p. 421.

34 (Les journaux anglais...), Le Canadien, 3 novembre 1831, p. 2.

35 TRUDEL M. Histoire de la Nouvelle-France. III : La seigneurie des cent-associés. II : la société. Montréal : Fides, 1993, p. 487.

36 "Les courses", La Minerve, 28 septembre 1829, p. 3.

37 À cette date, La Minerve a environ 300 abonnés. A. Beaulieu et J. Hamelin. La presse québécoise des origines à nos jours. Tome premier : 1764-1859. Québec : P.U.L., 1973, p. 55.

38 "M. L'Éditeur", La Minerve, 7 juillet 1831, p. 3.

39 "Les courses", La Minerve, 2 septembre 1833, p. 3.

40 "Les courses", Le Canadien, 5 septembre 1857, p. 4.

41 "Les courses", La Minerve, 28 septembre 1829, p. 3.

42 Ibid.

43 (Les courses de chevaux...), La Minerve, 29 juillet 1844, p. 2.

44 "Les courses de chevaux", La Minerve, 7 juillet 1865, p. 2.

45 "Courses du Mile-End", La Minerve, 16 avril 1859, p. 3.

46 "M. L'Éditeur", La Minerve, 7 juillet 1831, p. 3.

47 "Les courses de la Prairie", La Minerve, 15 août 1844, p. 2.

48 "Courses", Le Canadien, 12 juillet 1847, p. 2.

49 "Les courses de Saint-Hyacinthe", Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 19 août 1859.

50 "Courses au Mile-End", La Minerve, 31 juillet 1860, p. 2.

51 "Les Courses", Le Canadien, 5 septembre 1857, p. 4.

52 "M. L'Éditeur", Le Canadien, 18 septembre 1839, p. 2.

53 "Courses", Le Canadien, 12 juillet 1847, p. 2.

54 Ibid.

55 "Les courses de chevaux", La Minerve, 29 juillet 1844, p. 2.

56 "Courses", Le Canadien, 12 juillet 1847, p. 2.

57 Ibid.

58 Ibid.

59 "Courses des Trois-Rivières", La Minerve, 4 juillet 1836, p. 3.

60 "Courses de Québec", Le Canadien, 19 août 1840, p. 2.

61 "Courses de Québec", Le Canadien, 18 juillet 1842, p. 2.

62 "Courses de Montréal", La Minerve, 5 septembre 1831, p. 3.

63 "Courses au trot", La Minerve, 2 février 1835, p. 2.

64 "Courses de Québec", Le Canadien, 19 août 1840, p. 2.

65 "Club Canadien", La Minerve, 24 février 1848, p. 3. "Au Trot de Saint-Hyacinthe", La Minerve, 19 septembre 1851 ; p. 3.

66 "Avis Refuté", La Minerve, 5 avril 1855, p. 3.

67 (Nous publions...), La Minerve, 27 mars 1851, p. 2.

68 "Avis Refuté", La Minerve, 13 février 1855, p. 3.

69 (Nous publions...), La Minerve, 21 mars 1851, p. 2.

70 Ibid.

71 "Avis refuté", op. cit. supra, note 66.

72 "Avis refuté", op. cit. supra, note 68.

73 "Défi de $50 à $100", La Minerve, 12 août 1854, p. 3.

74 "Réponse au Défi", La Minerve, 19 août 1854, p. 3.

75 (II est rumeur...), La Minerve, 25 août 1864, p. 2.

76 "Important aux cultivateurs et à ceux qui élèvent des chevaux", La Minerve, 5 mars 1852, p. 3.

77 "Acte pour incorporer le village de Berthier et pour l'ériger en ville", (Sanctionné le 18 septembre 1865), Statuts de la province du Canada. Québec : 1865, chap. 61, p. 338. On retrouve cette disposition dans les actes incorporant Jolietete (1863), Saint-Hyacinthe (1863), Beauharnois (1863), Sorel (1860), Terrebonne (1860).

78 OUELLET F. "Les fondements historiques de l'option séparatiste dans le Québec", Liberté, quatrième année, no 21, mars 1962, p. 90-112.

79 Dans les années 1830, on constate la présence de Canadiens parmi les directeurs des courses de Montréal, ville où les Anglais sont en nombre important et même majoritaire durant une certaine période. (Les courses de Montréal...), La Minerve, 16 août 1830, p. 3. "Courses de Montréal", La Minerve, 5 septembre 1831, p. 3. "Courses de Montréal", La Minerve, 18 septembre 1834, p. 3.

80 (Les courses de Sainte-Thérèse de Blainville...), La Minerve, 16 juillet 1835, p. 3. "Courses des Trois-Rivières", La Minerve, 13 juin 1836, p. 3. (Les Courses de Terrebonne...), La Minerve, 14 août 1837, p. 3.

81 "Courses de Montréal", La Minerve, 18 septembre 1828, p. 4. "Courses de Laprairie", La Minerve, 20 septembre 1830, p. 3.

82 (L'inconvénient...), La Minerve, 14 août 1837, p. 2.

83 (Nous appelons...), La Minerve, 7 juillet 1836, p. 3.

84 Il s'agit du cheval nommé Filho. Ce nom était aussi celui d'un cheval célèbre de Londres durant les années 1824, 1825 et 1826. The Young Forester, "The Turf", The Sporting Magazine, vol. XX, N.S., no CVVI, May 1827, p. 22.

85 (Les journaux anglais...), Le Canadien, 9 novembre 1831, p. 2.

86 "Violences organisées des Soldats", La Minerve, 5 septembre 1833, p. 2.

87 "Violences organisées des Soldats", Le Canadien, 13 septembre 1833, p. 2.

88 La Chambre d'Assemblée forma un Comité Spécial qui enquêta sur les circonstances qui entourèrent la mort de Salomon Barbeau. Journaux de la Chambre d'Assemblée du Bas-Canada.

89 Jusqu'en 1837, La Minerve est le porte-parole des radicaux du Bas-Canada. Le Canadien, bien que plus modéré, appartient aussi à cette tendance. Après l'échec de 1837-38, La Minerve abandonne la politique de Papineau pour suivre celle de Lafontaine et Morin pour devenir ensuite l'organe de l'alliance libérale-conservatrice. Pour sa part Le Canadien devient libéral modéré. A. BEAULIEU et J. HAMELIN. La presse québécoise des origines à nos jours. Tome premier : 1764-1859. Québec : P.U.L., 1973, p. 15-18, 55-58.

90 (Mr. L'Éditeur...), Le Canadien, le 9 novembre 1831, p. 2.

91 Ibid.

92 BERTRAND, D. et DESBIENS, A. Le Rapport Durham. Montréal : les Éditions Sainte-Marie, 1969, p. 118.

93 "Courses", Le Canadien, 13 juillet 1838, p. 2.

94 "Courses", Le Canadien, 5 août 1840, p. 2.

95 "La "race intérieure" et sir Edmund Head". B.R.H., vol. XI, no 12, décembre 1905, p. 364-367. Cette affirmation du gouverneur Head blessa profondément les Canadiens français de la deuxième moitié du xixe et du début du xxe siècles. La Patrie du 13 janvier 1892 commente encore ce discours de sir Head. En 1919, le R.P. Louis Lalande, S. J., prononce au Monument National une conférence sur "La race supérieure".

96 "La fête du 24 juin", La Patrie, 2 juin 1884, p. 2.

97 Arrêté en conseil, no 329, 3 juillet 1889.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search