Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Présentation

La culture du sport au Québec

Jean-Pierre Augustin et Claude Sorbets

Texte intégral

1Depuis quelques décennies les sciences humaines s'intéressent aux sports, pourrait-on dire, sérieusement. Elles découvrent progressivement la richesse d'une telle activité qui se révèle à la fois dans toute sa profondeur historique propre et avec une heuristicité particulière d'analyseur des sociétés dans lesquelles elle prend ses formes singulières. À cet égard les questions qui se trouvent en filigrane de nos interrogations modernes sur le sport portent sur ses origines et sur son efficacité sociale : "Où commence le sport ? Où porte-t-il ses effets ?"

2L'apport de Norbert Elias dans l'inflexion de nos perspectives pour considérer le sport est trop connu pour nécessiter plus que le rappel de quelques notions clés : celle de "sportivation" qui permet de placer le processus de développement des activités sportives dans la logique de civilisation et plus spécialement dans la dynamique historique de contrôle de la violence — dont les manifestations légitimes tendent à se circonscrire à des instrumentations institutionnalisées — ; celle de "configuration" qui incite à regarder les entités individuelles — ou "individuées" — avec le milieu qui les constitue.

  • 1 AUGUSTIN J.-P., SORBETS C. Les enjeux du sport dans l'entreprise, genèse, état et incertitudes, 116 (...)

3Nos propres études sociologiques consacrées aux activités sportives contemporaines en France nous ont appris à expliciter en arrière-plan de ce qui se donne à faire et à voir dans le sport, ce que nous avons appelé des "surfonctions"1. Par ce terme, sans doute imparfait pour signifier ce qu'il est destiné à spécifier, nous souhaitions montrer que le sport, activité en apparence périphérique, ne se développe pas sans être le support d'enjeux sociaux et politiques centraux : des jeux de réseaux sociaux engagés en des luttes (crues) à somme nulle, par exemple entre confessionnels et laïques ou entre milieux conservateurs et forces de mouvement, projetant par leurs interactions sur la scène sportive des enjeux premiers de socialisation. En tout état de cause la finalité politique de contrôle social affectée au sport, à l'activité — pensons à l'influence des militaires dans l'enseignement sportif initial — et surtout au spectacle sportif est aisément repérable de la Rome du Colisée aux J.O. rendus à Mac Luhan.

4À tous ces titres c'est la naturalité du sport qui doit faire sa part à ce qui lui donne son fond et sa forme, à savoir la culture et la politique. Peut-on ajouter ici l'histoire et la géographie ? On a sans doute trop tendance, fascinés que nous sommes par la richesse des travaux de Mauss, à découvrir des "faits sociaux totaux" un peu partout. Cependant est-il illégitime de considérer le sport de cette façon tant l'ensemble des traits structurant les sociétés s'y retrouvent dans leur généralité et avec leurs particularités ? Par ailleurs et complémentairement ne doit-on pas souligner combien l'universalité du développement sportif, qui a souvent des aspects intrigants pour l'observateur, passe par des processus d'une très grande singularité, se moulant aux dynamiques par lesquelles le global et le local fabriquent précisément la complexité sociale qui est le matériau du chercheur en sciences humaines ?

  • 2 OBRECHT-TYTECA L., PERELMAN C. Traité de l'argumentation, Bruxelles : éd. de l'Université de Bruxel (...)
  • 3 TAYLOR C. Rapprocher les solitudes, Québec : Presses Universitaire de Laval, 1992.

51 - L'histoire du sport comme histoire qui s'inscrit dans une société, telle pourrait être la représentation que nous avons souhaité privilégier dans cet ouvrage consacré au développement des activités sportives au Québec. Donner leur dimension "nationale" aux sports québécois peut être compris comme le soulignement d'une géographie historique du sport : une géographie qui rapporte les cultures à une nature, les constitutions de configurations spécifiques d'activités à une influence des formations sociales générales qui se sont établies, et qui l'ont fait ici sur des bases ethnolinguistiques mettant en confrontation anglais, français et "nations autochtones", chacun avec ses habitus et ses jeux originaires plus ou moins conservatoirement actualisés ou avec ceux adoptés de "l'autre", par effet d'imprégnation ou de domination culturo-idéologique. À cet égard, la prégnance du hockey apparaît fascinante même à l'observateur québécois tant ses propriétés emblématiques semblent inépuisables, mobilisant, sans doute pour des raisons diverses, des "auditoires universels", pour reprendre un terme cher à Choïm Perelman2. Cette référence indirecte à un maître dans la réflexion sur l'argumentation et sur la rhétorique nous permet de souligner la seconde dimension qui se trouve valorisée dans ce livre, à savoir que le sport "ça se dit" : les sports des uns et les sports des autres sont des façons de se mesurer et de s'énoncer, de se donner à voir et de se faire entendre, et de la sorte de s'identifier tout en instrumentalisant la référence, double dimension que Charles Taylor nous incite à voir en toute institution3.

  • 4 JAUSS H. Pour une esthétique de la réception, Paris : Gallimard, 1994.
  • 5 AUSTIN J.-L. Quand dire c'est faire, Paris : Ed. du Seuil, 1972.
  • 6 HABERMAS J. Traité de l'agir communicationnel, Paris : Fayard, 1987.
  • 7 LEPENIES W. Les trois cultures, entre science et littérature l'avenir de la sociologie, Paris : Éd (...)

62 - L'histoire du sport comme histoire qui s'écrit dans — et pourrait-on hasarder au risque d'une impropriété grammaticale "par" — une société : la façon de dire est en effet en soi un indicateur pour cadrer celui qui s'exprime ; et l'est également pour identifier celui qui contribue à la formation du message par sa réception, comme nous l’apprennent les travaux sur la littérature de l'École de Constance4. À cet égard, le récit des événements et exploits sportifs, nous le savons, adopte des formes ritualisées dans un sens expressif particulier (et sans doute universel), celui de l'épique, de la souffrance et de l'excellence, inducteur d'un langage spécialisé qui est doté de régularités d'usage des termes "techniques", des formules stéréotypées et des façons de dire, Ce récit constitutif du fait sportif doit nous retenir pour une pluralité de raisons. En effet, au-delà et en deçà du message explicite, ou, en se plaçant dans les catégories austiniennes de la fonction locutoire, c'est la fonction illocutoire que l'on peut mettre en évidence5. Ce que les conceptualisations habermasiennes rapporteraient aux dimensions qui permettent l'"agrément" communicationnel6 ; cette "communication" qui est constituante de groupes d'attributs particuliers, en l'espèce de ceux qui composent le milieu sportif. Est-il encore utile de préciser que les dimensions perlocutoires du récit sportif nous paraissent également essentielles, qu’elles soient ou non consciemment assumées, que leurs effets d'entraînement sur les uns ou sur les autres engagent tout (par exemple des identifications collectives) ou partie des personnes (par exemple des réflexes de lecteur individuel payant et captif) ? À cet égard, les études réunies dans cet ouvrage permettent de repérer trois ordres de récit : des récits que W. Lepenies classerait dans la "3ème culture"7, celles des sciences humaines ; des récits sur le récit (des disciples de Tarski parleraient de "méta discours") en l'occurrence sur le sport ; des récits proprement dits "littéraires", c'est-à-dire qui s'inscrivent dans la constitution directe du thème que l'on peut dire d'"inspiration" et qui procèdent de la "littérature sportive".

7L'histoire de cet ouvrage particulier a une origine bordelaise liée à la conjonction de deux opportunités. La première vient du fait que Bordeaux est un des relais majeurs des études canadianistes en France. Outre la création du premier Centre d'études canadiennes, c'est dans cette ville que voit le jour, en 1975, la revue Études canadiennes et que le siège de l'Association française d'études canadiennes (afec) s'y fixe en 1976 dans les locaux de la Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine. Depuis, les colloques et les travaux sur le Canada et le Québec s'y sont multipliés de même que se sont renforcés les liens avec les Universités et les Centres de recherches d'outre-Atlantique.

8La seconde opportunité a été l'ouverture d'une recherche pluridisciplinaire sur le thème "Sport et Sociétés" engagée par la Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine dans le cadre de son plan d'études quadriennal (1991-1995). Bordeaux est devenu un pôle où se sont élaborées des analyses multiples concernant le sport en valorisant notamment la dimension sociale des faits spatiaux. Des recherches historiques, des analyses sur les politiques publiques, des études sur des sports particuliers (tennis, rugby, pelote basque, athlétisme, surf...) ont mis à jour divers processus avec notamment pour les sports collectifs un processus emblématique d'identification communautaire fondé sur le club, le stade et la communauté locale, et pour les pratiques individuelles, un processus symbolique d'individuation territoriale fondé sur la diversité des modalités de pratiques et les agrégations sociales éphémères. Progressivement, l'idée des comparaisons internationales s'est imposée. Les conditions étaient donc réunies pour engager une recherche sur le sport au Québec.

9Devant l'ampleur de la tâche, le choix effectué a été de privilégier les coopérations en s'adressant à des spécialistes des universités du Québec et du Canada qui ont bien voulu accepter de participer à cette entreprise. Des rencontres et échanges lors de diverses missions outre-Atlantique ont permis de préciser le projet et d'organiser les thèmes de recherche en deux axes principaux concernant les formations et les évocations du sport au Québec. Refusant une visée disciplinaire, nous avons, dans cette perspective, largement favorisé les approches pluridisciplinaires, si bien qu'historiens, géographes, sociologues, mais aussi littéraires, spécialistes de communication et de science politique y ont chacun pris une part active.

Notes

1 AUGUSTIN J.-P., SORBETS C. Les enjeux du sport dans l'entreprise, genèse, état et incertitudes, 116ème Congrès national des sociétés savantes, Chambéry, 1991 in Histoire moderne et contemporaine, Tome 1, p. 143-154 ; SORBETS C. La science politique et le sport : Mot(s) de politologue, in Sports, relations sociales et action collective, Bordeaux : Ed. de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1995.
AUGUSTIN J.-P. Sport, géographie et aménagement, Paris : Nathan, 1995.

2 OBRECHT-TYTECA L., PERELMAN C. Traité de l'argumentation, Bruxelles : éd. de l'Université de Bruxelles, 1992.

3 TAYLOR C. Rapprocher les solitudes, Québec : Presses Universitaire de Laval, 1992.

4 JAUSS H. Pour une esthétique de la réception, Paris : Gallimard, 1994.

5 AUSTIN J.-L. Quand dire c'est faire, Paris : Ed. du Seuil, 1972.

6 HABERMAS J. Traité de l'agir communicationnel, Paris : Fayard, 1987.

7 LEPENIES W. Les trois cultures, entre science et littérature l'avenir de la sociologie, Paris : Éd de la Maison des Sciences de l'Homme, 1990.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search