Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

Conférences de conclusion

Orientations et perspectives pluri-disciplinaires renouvellement des objets, élargissement des territoires et... luttes institutionnelles...

Christian Pociello

Texte intégral

I - QUELQUES IMPRESSIONS PERSONNELLES

1Arrivés au terme de ces deux journées, si denses en informations variées, comment ne pas s'offrir quinze minutes de bonheur épistémologique ?... Le développement et l'articulation possible de nos domaines hétérogènes de connaissances (sciences de l'homme et de la société) et l'enrichissement de nos champs scientifiques respectifs (sociologie, économie, démographie, géographie, histoire, sémiologie,., du sport) nous y invitent périodiquement.

2Deux types de préoccupations ont, en effet, parcouru le temps du Colloque comme un fil rouge ; préoccupations exprimées, en introduction, par ses organisateurs :

  1. Le problème du renouvellement des concepts et des problématiques, celui de rélargissement des connaissances, de l'approfondissement des analyses et des interprétations, qui font bien la marque des sciences reconnues comme modes de connaissance critique et prospectif
  2. La question — difficile — de "l'interdisciplinarité", ou (pour descendre dans l'ordre de la modestie), des efforts de "pluri" ou de "bi-disciplinarité", dont on devrait pouvoir relever les effets théoriques positifs mais qui pose conjointement des problèmes spécifiques.

3Les initiateurs du Colloque interdisciplinaire de la MSH d'Aquitaine s'interrogent et nous interrogent en effet sur le "renouvellement des approches" (j’ai traduit : renouvellement des concepts et affinement des méthodes) et du "renouvellement des interprétations” (j'ai entendu critique des systèmes explicatifs et rectification des théories...) que les sciences sociales dans leur irréductible diversité, peuvent produire pour décrire et comprendre les objets que le sport offre, à profusion, à leur sagacité (pratiques, espaces et consommations, spectacles, images, représentations, discours et mythes, institutions, organisations et réseaux,..).

4Savoir quand, comment et où… telle ou telle science sociale, trouve-telle ses occasions nécessaires ou bien des circonstances contingentes de renouvellements.., sont des questions qui absorbent les épistémologues et les historiens des sciences. Elles préoccupent aussi tous les chercheurs engagés dans un domaine d'investigations et de connaissances vives, c'est-à-dire là où la critique de la communauté scientifique se manifeste encore.

5En observant, avec le recul du temps, la production, la structuration et le fonctionnement du champ de la sociologie du sport, (pris comme exemple), l'on pourrait risquer quelques hypothèses, Cette discipline me semble avoir trouvé, dans les fluctuations des enjeux sociaux qui sont attaché à son existence, au moins, cinq occasions principales de renouvellement théoriques et quelques facteurs puissants d'élargissement de ses "terrains" d'application :

6Elle me semble s'être enrichie :

  1. d'abord dans les effets concurrentiels du champ : effets que l'on décrit classiquement en sociologie et qui résident dans ce que j'appellerais la stylisation nécessaire des produits théoriques. Cette stylisation résulte des tactiques des nouveaux entrants, conduits à se "positionner" par rapport aux théories existantes... ;
  2. la discipline trouve des occasions de renouvellement dans la psychologie sociale et dans la dynamique interne des laboratoires lorsqu'ils ont atteint une "masse critique" de chercheurs prétendants... ;
  3. dans le métissage des idées et dans l'hybridation des productions théoriques, produits par cette lutte incessante que les chercheurs se livrent aux frontières de leurs disciplines respectives ;
  4. dans les effets des changements raisonnés de niveaux d'échelle, dans l'analyse des objets examinés et qui confrontent à cette irréductible "contradiction" entre approches "macro" et "micro" (sociologiques, économiques, géographiques...) ;
  5. enfin dans la confrontation volontaire des productions avec des produits ou des objets étranges, dans les échanges concertés avec des chercheurs (ou des professionnels) étrangers au domaine et, ce qui revient au même, dans l'arrivée, dans ce champ, de chercheurs, venus d'autres horizons théoriques.

7Concurremment à ces phénomènes qui semblent devoir resserrer la communauté scientifique autour de cadres théoriques consacrés, de méthodes rigoureuses et de terrains délimités, (consensus minimal valant "règles du jeu"), le champ trouve des facteurs puissants d'expansion de ses territoires, à l'extérieur de lui-même, dans les sollicitations — aujourd'hui plus pressantes — des "demandes sociales". Parce que des transformations déstabilisantes sont en cours dans le système sportif et ses organisations, celles-ci posent autant de problèmes "massifs" aux chercheurs, attirés par leurs enjeux ou leurs sirènes. Notons que la discipline peut le faire sans complexes, et n'y perd pas nécessairement et définitivement son âme, puisqu'il s'est avéré que la plupart des "sciences", naissent, toujours peu ou prou, d'une demande sociale et peuvent progressivement s'y soustraire, pour se constituer comme sciences autonomes.

8 Mais, s'appliquant à des objets qui souffrent d'un statut culturel et universitaire déprécié, (Jean Dumas l'a opportunément rappelé en ouverture) les sciences sociales "appliquées aux sports" se sont-elles vraiment complètement autonomisées par rapport à ces "demandes" ? Peuvent-elles prétendre s'être totalement affranchies de ces sollicitations externes leur assurant, moyens, caution et visibilité ? Peuvent-elles négliger ces contenus de formations et ces "questions de société", nécessairement liés aux différents secteurs d'interventions professionnelles des "STAPS", aux pratiques et aux technologies de l'aménagement et de l'urbanisme, aux stratégies des entreprises et aux politiques sportives des collectivités ? L'importance que le Colloque a accordé à ces thèmes opérationnels de "l'action collective", nous incite à répondre par la négative.

9Mais à ces forces vives, s'opposent de puissants facteurs d'inertie. Aussi faudrait-il, pouvoir s'intéresser, dans notre réflexion, aux structures (institutionnelles et mentales) et aux obstacles (épistémologiques et sociaux) qui s'opposent le plus fortement au renouvellement des problématiques et des interprétations.,. Attitudes dont nous devons tous nous garder, comme, par exemple le processus rampant de dogmatisation qui menace toute théorie, un effet persistant d'isolement, un paradigme théorique unique ou dominant, dans le champ, le recours à l'argument d'autorité, l'idéologisation des luttes, monopolisation des moyens de diffusion des idées, les marquages réitérés de territoires, les rentes de situations universitaires,.. La charité chrétienne — plus que nos propres aveuglements — nous dispensent de donner des exemples vécus de ces différents "freins-moteurs"...

  • 1 La reprise, dans la plaquette de présentation du Colloque, de la carte de France (réactualisée) qu (...)

10Il conviendrait aussi de se poser la question de savoir pourquoi, ici et maintenant, aujourd'hui et en ces lieux, l'on parle du "renouvellement" et on en appelle au renouvellement,.. Nos connaissances se sont-elles tellement avancées.., mais, en ordre dispersé, dans tous les azimuts, et donc perdues de vue les unes les autres, qu'il faudrait tenter de les recenser sinon de les contenir ? Ou bien se sont-elles à ce point sclérosées, qu'il faut, de toute urgence, les amender ou les jeter aux orties ?... Sous la nécessité indiscutable des bilans et des confrontations ne pourrait-on pas déceler parfois l'engagement du combat des professionnels contre les profanes, et quelques tentatives d'expropriation des "autodidactes" par les "puristes" ? La sociologie des sociologues estime, à bon droit, que les prêtres (grands ou petits) sont les plus mal placés pour faire la sociologie de la religion... Mais s'intéresserait-elle seulement "au sujet" sans le crédit que dispense la multitude des ouailles ? Dans les (en)jeux institutionnels qui sous-tendent toujours l'organisation des Congrès, l'on peut vouloir dresser aussi "l'état des lieux" pour faire le point sur les rapports de forces intellectuelles et tester les forces gravitationnelles1... Je me demande, pendant ce temps, ce que font les chercheurs nantais ? Sans doute nous concoctent-ils la production d'un nouveau numéro spécial de la revue Actes de la Recherche qui nous laissera envieux et pantois ?...

11Se pose, ici, la question de savoir si la sociologie, l'économie, etc. du sport peuvent durablement se constituer comme sciences appliquées (au même titre que la sociologie de la famille, de l'éducation, de la communication...) ou bien si elles parviendront à s'intégrer, de plein exercice, aux sciences fondamentales, dont elles émanent, en contribuant à en renouveler authentiquement les concepts. L'état des lieux dressé aujourd'hui, incite ici encore à la modestie.

12En tous cas, c'est dans cette dialectique de l'unité et de la diversité (ou de l'hétérogénéité) de ce domaine de connaissances, en plein développement, dans cette sorte de pulsation entre la contraction "scientifique" et l'expansion "sociale" de ce champ de savoirs (et de pouvoirs), dans cette dynamique concurrentielle entre institutions de recherches (et dans les luttes individuelles de leurs agents) que réside une part importante des questions posées. L'épistémologie est instructive lorsqu'elle est, à la fois, réflexion théorique et sociale sur l'histoire et la structuration d'un champ.

13Ces problèmes ne touchent-ils pas, en effet, aux relations entre les institutions qui décernent les brevets de scientificité (CNRS,), celles qui ont obtenu, de quelque instance prestigieuse l'appellation contrôlée, celles qui ont un statut universitaire déprécié (STAPS), celles, enfin, occupant des positions intermédiaires mais fortes du large spectre de leurs investigations scientifiques (MSHA) qui pourraient (ou ambitionneraient) d'en assurer la liaison ?

II - OCCASIONS ET EXEMPLES DE RENOUVELLEMENTS

14Je reviendrai volontiers sur les cinq occasions de renouvellement après avoir dit, pour aller au fait, que ce n'est pas dans le bouclage d'un champ ou dans ses exclusives que résident les possibilités de renouvellements théoriques mais bien dans la dynamique concurrentielle d'un champ relativement ouvert et accueillant qui intègre progressivement toutes les exigences scientifiques. Ce Colloque et ses thèmes centraux offrent l'occasion de faire le point, de voir le chemin parcouru depuis "Strasbourg" et "Besançon", d'analyser la structure et le degré de segmentation de notre champ... Ses organisateurs, qui nous en donnent l'occasion solennelle, peuvent en être chaleureusement remerciés... La présence, en grand nombre et en qualité, des congressistes atteste que leur pari est gagné… et… que leur prestige, dans la communauté, est intact…

151. Le renouvellement des approches peut résulter, on le sait, d'un changement d'éclairage théorique sur un même objet par de nouveaux entrants, lorsque le champ n'est pas saturé et que la créativité — nécessairement sollicitée — des jeunes chercheurs est entière... C'est le résultat d'une opération tactique que l'on peut rapprocher des effets de "stylisation" à l'oeuvre dans les champs les plus "libres" et hyper-créatifs de l'Art : c'est ce que dit, en une formule lapidaire, Jean-Luc Godard avec cette prescience extraordinaire des effets du champ de productions auquel il devait être immédiatement soumis :

"Lorsque j'ai pu faire du cinéma, je ne pouvais plus faire le cinéma qui m'a donné envie de faire du cinéma"...

16En sociologie du sport, ce fut un peu pareil...

17On a vu des efforts de renouvellements théoriques dans le travail dérivant de nos anciens élèves, attaquant un modèle "micro" dont ils pensent qu'il est incapable de résister à la quantification sur une population élargie. Observons que c'est, le plus souvent, le mouvement épistémologique inverse que parcourent nos anciens épigones ; à savoir que le modèle "macro" (sociologique) "large" auquel les premiers occupants étaient logiquement portés (et auquel on demeure, "sentimentalement" attachés) ne peut pas s'appliquer sur des corpus limités et se révèlent incapables d'assimiler les nouveaux faits que révèle l'approche "micro" ou localiste. Le "renouvellement" n'est véritablement assuré que lorsque le travail critique débouche sur l'esquisse d'un contre-modèle ou sur une franche alternative théorique.

18Plus radicalement, on a vu des renouvellements par le recours à d'autres cadres théoriques : Boudon contre Bourdieu.., "L'individualisme méthodologique" (et la "théorie des jeux") contre le "constructivisme" (et la "logique de l'habitus")...

19Observons que les prosélytes qui tentent de se placer (avec un certain sens du placement) dans le champ de la sociologie appliquée tendent à se positionner selon une structure homologue à la structure des paradigmes fondateurs. Tiens, il reste encore, dans les espaces laissés vacants, une place pour quelques Crozériens !... Mais où sont donc passé les Tourainiens ?... Centrés, actuellement, sur les problèmes de la Jeunesse vont-ils s'intéresser au "Mouvement sportif" qui aurait bien besoin d'être "actionné" ?

20En cherchant ainsi — spontanément — et en trouvant — presque "automatiquement" — les terrains, les corpus ou les populations qui se prêtent le mieux à l'application de ces paradigmes, les chercheurs contribuent au renouvellement par la conquête de nouveaux terrains ou objets. Ainsi les analyses crazériennes qui ont besoin, pour s'appliquer “d'acteurs engageant" des stratégies dans les marges de liberté que leur laissent les contraintes de l'institution" ont permis de déplacer, fort pertinemment les points de vue sociologiques vers l'analyse des organisations sportives dont ils nous ont montré la belle structure feuilletée...

21Si — apparemment — les mythes sportifs n'ont pas encore trouvé leur Barthes, on peut comprendre cependant la faveur actuelle des approches herméneutiques de la Culture sportive à travers le démarquage des jeunes joueurs par rapport à la force, à la surface et à l'ancienneté des paradigmes structuralistes ou constructivistes... Ces derniers se sentant menacés, jusque dans la raideur de leur posture scientifique tentent d'endiguer cette vague de jouvence maffesolienne, en fustigeant l'impressionnisme de ces descriptions "post-modernistes"… et en dénonçant l'absence (ou la "mollesse") de leur modes de validation…

  • 2 "Toutes choses étant égale, par ailleurs"... on va faire "travailler" les outils conceptuels et le (...)
  • 3 Mais pour donner sa pleine mesure, il faut parfois attendre que, sorti du labo, il essaime en d'au (...)

222. Les laboratoires de recherches, organisés sur le modèle mandarinal français, sont aussi le siège d'une intéressante dynamique concurrentielle entre les prétendants aux postes et aux pouvoirs universitaires ; dynamique porteuse de renouvellements. Sans parler des effets toujours positifs de la critique mutuelle, entre pairs, dans la promiscuité d'un laboratoire exigu, assidûment fréquenté, on a pu mettre en évidence trois types, au moins, de positionnements des "jeunes" chercheurs, par rapport aux idées-forces et "fondatrices" du "Mandarin". Il y a le "fils reconnaissant", qui, reproduisant indéfiniment les mêmes "manips", fait fonctionner les appareils et "tourner" le labo… (c'est celui qui, en médecine, aimerait pouvoir épouser la fille du Patron...). Il y a le "malin-prudent" qui, tout en respectant la doxa théorique du Maître, s'évertue à faire varier un paramètre,., une variable, et une seule2... Enfin il y a le "créatif-rétif", qui s'obstine, en silence, à penser que "ça ne marche pas".., que le mandarin est, au fond, un vieux con, mais qui s'imprégnant de tout le "savoir anonyme" du laboratoire et profitant, au mieux, de tous les réseaux par lesquels circulent les bonnes informations, prépare son coup de force théorique3.., Cette sorte de petite structure monarchique (qui n'est pas exempte de jeux de séductions, dans une dialectique des références et des déférences, des prudences et des audaces théoriques), est le siège d'une dynamique qui lui est finalement profitable ; dans l'application des méthodes à d'autres terrains, dans la variété des directions prises par les regards, dans la recherche de nouveau concepts et dans la rectification des théories... Mais elle s'enrichit aussi dans ce que l'on mésestime trop souvent, (parce que les initiatives émanent souvent des plus modestes collaborateurs dans "l'équipe"), à savoir l'invention — parfois décisive — de nouvelles techniques, (instruments d'observation, de mesure, d'expérimentation...) par les "techniciens"... Or il faut, pour que s'enclenche cette dynamique, réunir ses conditions sociales d'existence, c'est-a-dire atteindre, sous la tension permanente des enjeux socio-universitaires, ce que les "mandarins" appellent du joli nom de "masse critique"… En observant que très peu d'entre nous ont pu atteindre ce seuil et donc profiter de cette dynamique interne, l'on pourrait s'interroger, a contrario, sur le phénomène dommageable d'émiettement et de cloisonnement qui a souvent présidé à la constitution de certaines structures de recherches en sciences sociales appliquées, Je pense en particulier aux laboratoires STAPS où se concentrent des enjeux de prévalence ou de prestige (plus que ne se manifestent des volontés d'indépendance) ; jeu auquel on ne devrait pas succomber face aux avantages évidents du rassemblement.

233. Une autre source de renouvellement peut s'opérer lorsque, sûrs du contrôle de leurs propres "territoires", des Ecoles se lancent à la conquête de nouveaux champs d'applications théoriques ou méthodiques. C’est l'occasion, pour elles, de tenter d'imposer leurs propres paradigmes aux sciences voisines, avec lesquelles des interfaces ou des recouvrement se produisent... C'est là où — comme l'avait déjà aperçu Goethe — "les savants se mangent entr'eux", que s'opèrent des productions hybrides et que l'on observe des approches renouvelées par interactions telles la socio-géographie (sportive), la socio-économie, la socio-anthropologie et — merveille — l'histoire sociale du système sportif…

III - RENOUVELLEMENTS INTERNES ET AUTOCRITIQUE...

24On peut, les appliquant à notre propre compte, illustrer les effets théoriques positifs des renouvellements internes aux équipes :

25Il faut souligner ici l'importance du renouvellement conceptuel que cette histoire sociale (dont Jacques Defrance est l'un des plus éminents représentants) a pu revêtir pour notre propre travail, en l'exerçant à l'intérieur de notre laboratoire. Les apports de ce précieux collaborateur ont contribué, en effet, à "démonter" (ou à "surmonter") le modèle théorique sur lequel j'avais longtemps fondé mon activité théorique et pédagogique. En effet, un ensemble de travaux sociologiques collectifs avaient essayé de montrer, de 1978 à 1985 environ, selon quels principes sociaux (et culturels) les activités sportives se différencient, se distribuent inégalement et s'opposent dans des rapports symboliques qui organisent la vie de cet univers de goûts, de comportements et de modalités de pratiques.,. L'exposé le plus théorique faisait alors explicitement référence au modèle structural du système des goûts de Pierre Bourdieu. Mais la théorie du système des sports, trop souvent réduite à la visualisation synoptique qui en fut faite ("espace des positions sportives"), n'a pu échapper ni à une certaine dogmatisation, (par son concepteur), ni à d'imprudents usages fétichistes, (par le "grand public" utilisateur), ni aux présupposés structuralistes sur lesquels elle fut originellement fondée. Accrochés à la force sociale du paradigme, attachés à l'idée théorique de la stabilité (au moins, relative et provisoire) de la structure (qui organise la distribution des sports selon les groupes] ses promoteurs (ou ses adeptes), éprouvaient bientôt quelques difficultés. Celles-ci résidaient dans l'impossibilité de penser — simultanément — la structure (et les effets des relations structurales entre pratiques) et les transformations que cet univers subissait manifestement sous nos yeux (depuis les années soixante-quinze). Par ailleurs la recherche de l'explication de la distribution des pratiques entre les classes dans leurs "structures techniques et réglementaires" (appelées alors “logiques internes"), conduisait inéluctablement à une certaine naturalisation de nos objets et trahissait, par là-même, les présupposés des chercheurs issus de la sphère technicienne et pédagogique... Bien que pondérés par la claire conscience des "usages sociaux" que les groupes font subir, dans leur histoire, aux techniques qu'ils assimilent, ces modèles appelaient quelques rectifications. On ne les a pas trouvé "à l'extérieur" de nos murs où les détracteurs de la dite théorie étaient pourtant légion…

26Les débats internes et le travail collectif du laboratoire se sont développés à partir de ces bases, en particulier sur les problèmes posés par l'articulation entre l'analyse statique (ou structurale) du système sportif et l'approche de sa dynamique (historique). Les argumentations étant menées à travers cette perspective historique (les évolutions qu'elle révèle et les périodisations qu'elle construit) sous une formulation plus méthodologique et épistémologique. J. Defrance, nous a montré (en 1987) la nécessité de discerner précisément, dans nos analyses, d'une part les structures objectivées dans les choses, (les espaces et les dispositifs techniques) qui déterminent physiquement les pratiques sportives et d'autre part les structures symboliques, qui les déterminent aussi fortement, mais d'une toute autre manière, (cognitive et normative) parce que ces structures ont un genre particulier de cohérence et qu'elles nécessitent, de la part des sujets jugeants et agissants, qu'ils procèdent à une interprétation du réel et qu'ils manifestent une intention dans l'action… Ainsi la théorisation de l'analyse dynamique ; théorisation partielle articulée sur des études de cas, (logiquement mis en perpective sur l'histoire récente), a-t-elle conduit à l'élaboration de deux types de concepts nouveaux :

  • celle de "catégories culturelles d'appréhension et d'appréciation", sorte d'équipement cognitif, normatif et opératoire, que les sujets mettent en œuvre pour percevoir et agir dans l'univers culturel du sport, En sociologie de la "culture sportive" (le laboratoire qui avait pris ce nom construisait là mieux son objet), nous étions conduits à identifier ces catégories culturelles en ce qu'elles sont collectives et collectivement produites, et en ce qu'elles peuvent changer au cours du temps (elles sont "historiques") dans des conditions sociales, (économiques, politiques,..) que l'on peut décrire ;
  • celle de "conjoncture" (socio-historique) définissant les variables externes au système et susceptibles de l'influencer et de le déstabiliser, Comme il n'était plus possible de refermer l'univers de la "culture sportive" sur lui-même, il s’agissait, en effet, de conceptualiser l'ensemble des contraintes externes qui s'exercent sur le "système des sports", dont on avait, initialement, postulé qu'il avait une cohérence propre... Se sont ainsi brusquement opérées les rectifications (respectueuses de la théorie) qui s'imposaient, en distinguant les structures matérielles et les structures symboliques, dans l'analyse sociohistorique ("conjoncturelle") du champ sportif français et du système des produits (pratiques et représentations) qui résulte de ses périodiques réorganisations4.

27Je voudrais évoquer enfin un dernier cas, sinon de renouvellement du moins des occasions de conquête de nouveaux territoires de savoirs et de compétences, par migration et essaimage... Celui-ci m'intéresse particulièrement puisque c'est celui dans lequel je me suis engagé et où, me risquant récemment avec quelques amis, j'ai pu tirer quelque experience...

28Lorsque les enjeux s'accroissent dans un champ, (création de nouveaux postes ou meilleure visibilité des productions sur un espace intellectuel ou opérationnel élargi) on a connu des périodes d'afflux de nouveaux "entrants" et constaté des effets d'attraction pour des chercheurs venus de sciences connexes, (psychologie, praxéologie, géographie, anthropologie...). Parmi ceux-là, j'ai connu des chercheurs respectueux et quelques gens sans mémoire et sans scrupules et (pourquoi dissimuler ici nos sentiments personnels) des transfuges aux habitudes discutables.., Or, lorsque s'accroissent les tensions et les concurrences à l'intérieur d'un champ devenu trop étroit, saturé d'agents surnuméraires, enclins à bafouer les règles en usage, on peut s'attendre a voir une migration d'anciens occupants ("expropriés") vers de nouveaux horizons, moins encombrés ou délétères... C'est, vous l'avouerais-je, mon cas personnel dont je vous laisse le soin d'interpréter le sens... En tous cas, nous nous sommes employés à construire, avec d'autres chercheurs et des experts venus d'autres secteurs professionnels, en bonne intelligence, une unité de formation et de recherches universitaires offrant une assise institutionnelle relativement stable, dans laquelle un travail d'échanges constructifs et de confrontations sans complaisances, est possible. Ceci afin d'attaquer vaillamment des objets sportifs complexes qui répondent à des demandes sociales explicites, qui ne perdent pas totalement le contact avec les pratiques (pédagogiques, urbanistiques, politiques, de gestion,...) et se risquent même à proposer des "solutions techniques" que la crise économique et sociale actuelle nous incitent à ne pas trop négliger...

IV - UNE MISE EN PERSPECTIVE "HISTORIQUE" DE L'ÉVOLUTION DE CE CHAMP

29Le champ des sciences sociales appliquées aux objets sportifs est un domaine composite qui répond à la diversité des sciences de l'homme et de la société et aux objets — eux-mêmes multiples (pratiques et représentations, spectacles, narrations et commentaires, symboles, rites et mythes, organisations et institutions...) — sur lesquels elles peuvent porter leur attention. Aux origines (que l'on peut situer aux temps du Colloque de Bombannes) ce champ tient "son unité" des forces d'intégration indispensables dans l'acte fondateur d'un champ socialement et culturellement dominé. Il a pu longtemps maintenir une certaine cohésion résillaire, dans les liens d'amitiés et de respect mutuel tissés entre les acteurs qui ont contribué à le produire.

30Avec l'arrivée "massive" sur le marché de jeunes et vigoureux chercheurs, attirés par la création de postes universitaires et/ou produits par les formations existantes, va se renforcer la différenciation croissante des objets et la divergence des modèles. Cette segmentation du champ (qui n'explose pas pourtant) produit des effets théoriques, méthodologiques et épistémologiques intéressants.

31En effet les premiers occupants, enclins à étendre leurs "surfaces théoriques", étaient plutôt portés aux analyses "macroscopiques", ("structuralistes", "marxistes", "constructivistes", "freudo-critiques", etc,) et d'autant plus enclins à recourir aux "grandes théories explicatives que l'implosion des grandes idéologies ne s'était pas encore produite…

  • 5 Les socio-géographes nous ont bien montré comment Bordeaux et la Gironde réagissent toujours très (...)

32Se sont alors manifestées les attaques en règle contre ces grands systèmes théoriques (macro-sociologiques, macro-économiques.,.) puis l'intérêt s'est logiquement, déplacé, avec la faveur nouvelle portée au localisme, vers le Local5. Les géographes, entrant en scène, soulignent alors les extraordinaires effets théoriques de ces changements de niveau d'échelle et ont assuré, à ce déplacement de point de vue, une signification épistémologique.

33En se spécifiant ainsi sur des objets à surface de plus en plus réduite, sur des analyses de plus en plus pointues, par de jeunes chercheurs de plus en plus nombreux, on va voir se préciser et se transformer les critères d'évaluation scientifiques des travaux produits. Ceci dans le sens d'un appel à une plus grande exigence technologique et méthodologique. Les techniques d'enquêtes et les méthodes de validation étant mieux maîtrisées, le corpus des données d'enquêtes régionales, des monographies départementales, des sondages sur les Villes, s'élargit et s'enrichit sans cesse... C'est moins, désormais, l'ampleur vertigineuse des extrapolations que la qualité méthodique des travaux qui attirent les regards.

34Mais cette parcellisation des objets et ce raffinement méthodologique (qui peut être poussé jusqu'à l'obsessionalisation mathématique ou à la fétichisation des "analyses de données" <"AFC", "ACP"...>) ne manqueront pas de produire des effets pervers s'ils font perdre de vue les relations de structures, la logique des champs et les effets de "conjoncture" sur l'irréductible multiplicité des objets recensés... Et si l'on ne peut pas généraliser les observations hors des domaines d'étroite spécialisation ? Quel intérêt pourrait-il y avoir à "sectionner" ainsi si l'on ne peut plus risquer de larges interprétations qui nous mettent précisément en communication avec les autres domaines scientifiques ?

  • 6 De la justification ; les économies de la grandeur, Paris : Gallimard, 1991.

35On assiste donc logiquement à l'accroissement des tensions entre les tenants de la "macro" et les inconditionnels de la "micro", entre les analystes du social et ceux du local... Intégrant modestement les nouvelles exigences épistémologiques que L. Boltanski et G. Thévenot nous ont désignées, on va probablement voir s'accuser les tensions entre les Genres et les Cas...6 Cas qui se dérobent toujours, partiellement, aux Genres que l'on avait pourtant si soigneusement construits.., Multiplicité irréductible des Cas (et des propriétés "pertinentes”) qui ne trouvent guère de cohérence dans le cadre d'une seule théorie logiquement portée à une économie de principes...

36Comment surmonter de telles difficultés ? D'abord en assumant des allers-retours (intellectuellement coûteux pour les chercheurs), entre analyses "macro" et "micro" à l'intérieur de chaque équipe. Mais on peut penser aussi qu'une "cure d'interdisciplinarité", ré-introduisant du désordre, de l'incertitude, du doute.., dans les constructions les mieux affirmées, pourrait être aujourd'hui jugée souhaitable.

  • 7 Le CROS assure la responsabilité d'un DEA intitulé : Pratiques et espaces sportifs ; Structures, s (...)

37En écoutant les motifs avancés par les initiateurs de ce Colloque, (avec lesquels décidément je me sens quelque affinité), je me disais que c'est à peu près le sens de l'analyse, de la démarche et de la stratégie que nous avons engagées à Orsay, voici cinq ans, dans le cadre de notre laboratoire et de notre formation doctorale7.

V - LES SURPRISES DE L'APPROCHE PROSPECTIVE...

38L'accroissement sensible du nombre de chercheurs, dans chaque discipline, amène, avons-nous dit, une spécialisation progressive des recherches, une diversification des objets et un affinement des méthodes, tout cela étant hautement souhaitable d'un strict point de vue scientifique.

39C'est l'analyse prospective, dans sa double dimension méthodique et (relativement) "opérationnelle", qui préserve une vision large, interdisciplinaire systémique de ce champ d'études, par la nécessité où l'on se trouve d'organiser les échanges et les confrontations d'experts, sur des "terrains" communs, concrets et actuels. A la question : "quelles sont selon vous les variables clés d'évolution de tel ou tel système" (de pratiques, de représentations, d'espaces, de spectacles...) chaque chercheur est invité à apporter "spontanément" et contradictoirement sa réponse et mis en demeure d'argumenter à partir d'un corpus de données objectives... C'est la stabilisation de ce dispositif intellectuel à travers le temps qui nous est apparu comme condition de réussite. C'est une formation doctorale et son regroupement de chercheurs qui l'autorise. C'est une "Conférence Télématique Différée" qui devrait en être l'instrument de liaison et de mémoire permanentes.

40Toujours décriée, toujours menacée par la tentation prophétique et apparaissant comme une forme intellectuelle de la témérité, l'approche prospective du sport est pourtant reconnue indispensable par les acteurs qui veulent maîtriser l'avenir par l'action, La prospective sportive tente aujourd'hui une modeste institutionnalisation universitaire tandis que s'accroît indéniablement la demande sociale de projections (ou de conjectures) sur un univers sportif inscrit dans un monde qui bouge... (ministères, administrations, industriels, secteurs de loisir et du tourisme, collectivités territoriales, opérateurs...). Ce souci de comprendre les évolutions n'est pas étranger à la perception de l'inadéquation de certains produits traditionnels, (objets, équipements, espaces, cadres, modes d'organisations ou de gestion… qui répondaient naguère à des besoins identifiés et stabilisés (crise de "l'Or blanc", désaffection relative des équipements sportifs standardisés, crise des affiliations fédérales, montée du loisir récréatif, aventureux ou stimulant face à la compétition, succès des "vacances vertes", etc..,). L'inquiétude monte devant la concurrence, plus vivement ressentie, entre sports (et institutions sportives) sur une demande sociale d'activités proche de la saturation et aussi face à l'apparition, à l'échelon local, de nouveaux enjeux, (sociaux, économiques commerciaux, touristiques, résidentiels...).

41La démarche prospective que nous avons engagée vise à comprendre a la fois :

  • les réorganisations du champ socio-sportif français qui rassemble les divers producteurs de l'offre assurant des fonctions sociales multiples (éducation, rencontres compétitives des élites sportives, médias, loisirs, santé, industries, commerce, communication, intégration sociale, développement local...) sous l'effet d'une toute nouvelle conjoncture ;
  • et l'évolution du système des produits qui résulte des interactions (nationales ou locales, opposées ou synergiques, inconscientes ou "stratégiques") entre acteurs et institutions, Ces interactions produisent des effets identifiables sur l'ensemble de ces produits et, plus massivement, sur les modifications du poids relatif des fonctions sociales qu'ils peuvent assurer.

42Aussi est-on logiquement conduit à diversifier les approches théoriques. Chaque discipline peut ainsi construire son objet spécifique sur cette/réalité sociale complexe ; chacun apportant sa pertinence et ses interprétations propres...

43Or cette pluralité de modèles sur un même "objet" est aujourd'hui épistémologiquement et méthodiquement fondée. En effet, d'une part, l'épistémologie de la physique moderne (pourquoi serions-nous plus royalistes que le roi ?) ne recommande-t-elle pas de recourir à plusieurs paradigmes pour tenter de comprendre les objets complexes auxquels elle a affaire ?

  • 8 Ceux-ci sont aussi organisés en cinq modules de formation tant il apparaît que les étudiants se do (...)

44D'autre part la démarche prospective rationnellement et systématiquement conduite, appelle,,, exige — essentiellement — cette pluralité de points de vues,.. En s'inspirant de la "méthode d'analyse structurelle" (Michel Godet, 1983) dont on a retenu ce principe d'échanges et de confrontations d'experts (mais sans prétendre pouvoir procéder au traitement statistique des résultats de leurs débats contradictoires), on s'est essayé de mettre en relations cinq éclairages théoriques8 ; à savoir : "l'analyse sociologique du champ sportif" (et de ses productions), la “structuration économique des marchés et des produits", "l'approche socio-géographique" (des pratiques, des "cultures sportives", des équipements), "l'analyse stratégique" (du jeu et des enjeux des acteurs), enfin "l'analyse historique et prospective de l'ensemble du système", placé sous différentes conjonctures et projeté sous diverses conjectures.

45Ainsi se sont parallèlement puis mutuellement enrichis :

  1. l'approche sociologique du champ sportif français, des institutions — fonctionnellement complémentaires ou concurrentielles — qui le composent et l'analyse de la réorganisation du système des pratiques et des représentations sportives qui semble résulter d'un nouvel "environnement"… ;
  2. l'analyse de la structuration économique et "capitalistique" des marchés et des produits sportifs, Fondée sur la théorie des cycles de convergence et de dislocation des intérêts des agents économiques, (B. Gerbier, F. Di Ruzza, 1977) l'analyse est essentiellement centrée sur des pratiques à fort développement et à forte régression ;
  3. le travail de problématisation socio-géographique qui s'appuie, d'une part sur les traductions cartographiques des régularités et des distributions (taux de pénétration départemental, trames d'équipements urbains, territorialisation d'espaces "libres"...) et, d'autre part, sur une rigoureuse démographie sportive, pour tenter de comprendre les structures et les genèses urbaines et territoriales des espaces assignés, non assignés ou innovants… Ainsi l'analyse des "composantes sportives des systèmes spatiaux" (A, Haumont, 1992) peut s'ouvrir sur les pratiques de l'aménagement et de l'urbanisme (qui n'excluent évidemment pas les enjeux de mise en valeur touristique) ;
  4. l'analyse stratégique du jeu et des enjeux des principaux acteurs — qu'ils soient centraux (Etat, Entreprises, Fédérations) ou locaux (Elus, Ecoles, Clubs, Services d’urbanisme, Maîtres-d'Ouvrage…) — débouche sur l'observation des effets de la décentralisation sur les politiques sportives et sur l'analyse des réactions d'adaptation des organisations locales aux transformations de la structure (G. Baslé, 1991). On s'ouvre ici sur les problèmes concrets de gestion et de politiques ;
  5. l'approche historique et prospective s'emploie à activer les échanges entre les quatre précédents cadrages théoriques, de servir d'interface entre les expertises et "d'orchestrer" les communications... Sur cette base de connaissances progressivement accumulées, enrichies de données quantitatives et qualitatives d'enquêtes, nourrie des modèles de raisonnements et de types d'argumentaires, on peut tenter d'identifier des "variables-clés de développement" et construire des “figures de l'avenir". Se dessinent ainsi des "tendances lourdes d'évolution" du système des pratiques de loisirs à caractère sportif des citadins. On peut aussi repérer, dans les transformations déjà à l'oeuvre dans le système actuel, des "faits porteurs d'avenir"... Cette démarche, inscrite à la fois dans "le mouvement" et dans "une dynamique" permet de formaliser des "désirs urbains" et de concevoir des innovations qui peuvent intéresser certains décideurs audacieux.

VI - QUELQUES EFFETS DES ÉCHANGES INTERDISCIPLINAIRES

  • 9 Les lecteurs attentifs ont pu voir que l'ouvrage collectif Sports et société n'était pas construit (...)

46Les discussions engagées entre ces matières respectives peuvent produire deux types d'effets théoriques : de rectification et de validation. On avait perçu, depuis longtemps, combien les analyses économiques pouvaient servir de "garde-fous" à nos propres spéculations de sociologues9. W, Andreff a assez insisté sur l'intérêt de ces échanges fondant les recouvrements socio-économiques. Les économistes reconnaissent avoir besoin des sociologues pour interpréter les croissances inégales des pratiques et la "stabilisation" de leurs courbes semi-logarithmiques... Mais en soulignant les enjeux sociaux et institutionnels des dénombrements, les sociologues contribuent aussi à cette critique de la raison démographique que chacun doit appeler de ses voeux. Notre étroite collaboration avec les géographes (qui ne rejettent pas la théorie du "système des pratiques et des goûts sportifs") produit des échanges fructueux jusque dans les calculs de seuils ou de ratios...

47Des effets positifs de ces échanges "aux frontières" résident parfois dans un renforcement inattendu des hypothèses avancées. En appuyant essentiellement nos spéculations prospectives sur l'analyse de l'évolution des mentalités, des modes de vie, de l'autonomisation d'une "culture juvénile", et en observant les impacts, sur ce registre de pratiques, de déterminants symboliques et culturels, on s'est risqué à présenter, devant quelques experts, des tendances, réputées "lourdes", d'évolutions des pratiques de loisirs sportifs. On soulignait, en la circonstance, l'importance de trois des cinq tendances ainsi identifiées :

  • une tendance à "l'individualisation" et la "personnalisation" des activités, (associée a une grande diversification des modalités de pratiques et à un accroissement de l'expressivité et de la stylisation des gestuelles) ;
  • une tendance à la "technologisation" de ces activités individuelles (entendue comme l'usage intensifié d'appareillages et d'instrumentations lié au goût grandissant pour les pratiques de glisse, de vitesse et de vertige, qui offrent l'expérience de la mobilité acrobatique au moindre effort ;
  • enfin une tendance à la combinaison de pratiques différentes, le passage glissé de l'une à l'autre ; manifestations d'une propension pour la variation des plaisirs sportifs ou expression d'une versatilité grandissante des goûts d'un public touche-à-tout...

48Bernard Michon, dont on connaît les travaux sur les coûts, pour les ménages, des différentes pratiques (et notamment son analyse approfondie des différentes composantes de ces coûts), me faisait pertinemment remarquer que ces trois tendances pouvaient être (tout bonnement) interprétées, du simple point de vue économique qui examine la stratégie des entreprises spécialisées, toujours plus centrées sur les besoins de la clientèle individuelle, privée et solvable, dont on cherche à exploiter les motivations ludiques, hédonistes, flottantes, agoraphiles, transgressives... Les équivalents sportifs du "high-tech" — pris comme signes valorisés du modernisme par la jeune génération — s'inaugurent, en effet, dans des comportements d'achat et s'alimentent dans la surenchère incessante des signes (et des symboles) de l'aisance et de la mobilité, de la liberté et de l'autonomie, de la puissance et de la vitesse, des singularisations esthétiques et des "mystères" du désign industriel… Tout ceci, en bref, consacrant, dans ce registre de consommations, une importante montée de l'économie immatérielle... Ces observations croisées — ne faisaient que renforcer nos propres projections, si l'on admettait que la poussée de la sphère industrielle et marchande dans le champ sportif rencontrait là "miraculeusement" une nouvelle culture sportive bien disposée à en recevoir les produits. Ces remarques amicales ont pu stimuler les échanges "sociologico-économiques" sur un autre plan ; celui qui s'efforce de dépasser le modèle classique — jugé "simpliste" — de "l'offre" et de la "demande" de produits sportifs pour déplacer l'analyse (à la suite de M. De Certeau, Y. Stourzé, M. Guillaume...) sur les relations dialectiques qu'entretiennent la "stratégie des entreprises" et la "tactique des ménages"... Ces interactions illustrant ce rapport complexe de la visée subtile et de la cible mouvante, le "jeu" entre des segments de consommation(s), scientifiquement identifiés et des "cibles" qui se dérobent parfois à l'attaque, parce qu'elles sont capables, selon les circonstances, de ruser avec les produits offerts...

CONCLUSIONS...

49On n'en finirait pas de montrer comment et combien le travail de nos jeunes doctorants, "nourris à la mamelle", puis brusquement autonomes, enrichit, déconcerte et stimule notre propre travail... Rendra-t-on suffisamment hommage à ces forces nouvelles dans une édification collective toujours à faire, à défaire et à refaire... C'est le privilège des "vieux" d'avoir pu contribuer à créer, à l'université, les moyens de production et à organiser la division du travail intellectuel... Ce qui n'est déjà pas si mal !... Charitable, on leur laisse souvent le soin de "conclure" les colloques pour en faire la "synthèse" impossible… Le drame pour eux est qu'il ne peuvent pas se résoudre à raccrocher alors même que leur verdeur théorique (celle qui donnent, aux jeunes verges, leur flexibilité) s'affaiblit à vue d'œil... Mais la hauteur de vue, que l'on prête aux sages, rompus aux rétrospectives, peut, en un ultime retournement de leur acuité déclinante, se porter sur des horizons prospectifs...

50Pourrais-je suggérer, en conclusion, qu'une démarche vaguement inspirée du montage des "systèmes-experts" (mais animée par des intelligences "naturelles") pourrait être collectivement entreprise. Celle-ci comprendrait, en un système bouclé, quatre "stades" et une "alimentation en retour" :

  1. la critique et la confrontation des sources, la production et le traitement statistique de données, l'interprétation des enquêtes et la relativisation des arguments (sociologiques, démographiques, économiques, géographiques)... ;
  2. la production d'une "base de connaissances" fondée sur l'adoption d'un langage commun minimal entre différents types d'experts et de chercheurs sur les questions qui les unissent, Essentiellement préoccupée par les évolutions du champ sportif français, à travers l'identification des variables pertinentes — "internes" (au système) et "externes" (de son environnement) — cette Base cherche à apprécier le poids des déterminants du passé de ce champ et s'efforce d'intégrer les stratégies actuelles de ses principaux acteurs ;
  3. On peut alors construire, sur cette même "base de connaissances" (rationnelles et évolutives), des scénarios et des "futurs possibles" et, laissant libre cours à l'imagination des chercheurs et à l'imaginaire des créatifs (seulement bridées par le souci de concevoir des "utopies-realistes")... de créer des formes inédites et des figures vraisemblables de l'avenir ;
  4. La confrontation de ces diverses projections à la sanction de l'histoire vécue (dressant le répertoire rétrospectif des erreurs) et aux contraintes (économiques et techniques) du temps présent... L'examen "systématique" des réactions des divers "étages" des institutions aux propositions de "solutions techniques" et à l'offre d'innovations, en révélerait la vitalité et la dynamique, leur degré de sensibilité et de "réactivité" aux changements. La "banque des questions" relevées chez ces différents agents ou acteurs (aux différentes strates des organisations) ne serait pas moins instructive... Il convient ici, en somme, de soumettre des rêves utopiques aux dures réalités de la conjoncture présente :

51- Enfin le retour critique et rétro-actif au stade 1 aurait le mérite d'inscrire cette démarche dans un cycle historique en laissant quelques traces persistantes dans la mémoire du groupe.

52Un tel programme lui-même utopique — qui relèverait d'une initiative nationale, (ministérielle ?), serait doté d'importants moyens informatiques de stockage, de traitement, de diffusion des données (et des idées) et serait mené par un réseau d'équipes universitaires concernées. Le souci d'étendre ce programme au niveau européen, permettrait de faire jouer, à plein, les effets théoriques positifs de la perspective comparative. Tous soumis à des environnements en voie d'homogénéisation, (économique, démographique, technologique) on verrait ce que les différents pays doivent à leurs cultures politiques propres et aux différentes “cultures sportives" qu'ont forgées les histoires respectives. Mais saisis, une fois encore, par ces démons de l'application, on verrait bien, ici, quels sont les produits, les modèles organisationnels et les prescriptions administratives qui seraient raisonnablement transférables…

Notes

1 La reprise, dans la plaquette de présentation du Colloque, de la carte de France (réactualisée) qui avait marqué, jadis des déplacements erratiques de chercheurs vers Besançon, souligne avec humour à travers ces jeux d'attractions et nos déplacements périodiques vers Bordeaux, comment peuvent se déplacer, au cours du temps, les centres de gravité géographiques de la recherche spécialisée...

2 "Toutes choses étant égale, par ailleurs"... on va faire "travailler" les outils conceptuels et les mêmes méthodes sur une autre population ou sur un corpus différent ; les vieux plutôt que les jeunes, les filles plutôt que les garçons, la drosophyle plutôt que la mouche tsé-tsé... sur les organisations publiques plutôt que sur les entreprises privées, etc.

3 Mais pour donner sa pleine mesure, il faut parfois attendre que, sorti du labo, il essaime en d'autres contextes ou bien que ce soit lui qui, contre toute attente, soit choisi pour prendre la succession…

4 A ce propos on peut voir DEFRANCE J., POCIELLO C., Structure et évolutions du champ sportif français ; essai d'analyse "fonctionnelle", historique et prospective, in Revue internationale de Sociologie du sport, vol. 28, 19931/ ; 1-21 fév. 1993, 13 p.

5 Les socio-géographes nous ont bien montré comment Bordeaux et la Gironde réagissent toujours très rapidement par rapport aux productions culturelles de Paris intra muros en sport comme semble-t-il en matière de théories, Toutes les “Ligues Girondines", "rhonalpines", “franc-comtoises", "héraultaires",.. s'accommodant fort bien des ressources appréciables offertes par leurs Régions respectives un rien régionalistes...

6 De la justification ; les économies de la grandeur, Paris : Gallimard, 1991.

7 Le CROS assure la responsabilité d'un DEA intitulé : Pratiques et espaces sportifs ; Structures, stratégies et prospective.

8 Ceux-ci sont aussi organisés en cinq modules de formation tant il apparaît que les étudiants se doivent d'être parties prenantes de ces échanges.

9 Les lecteurs attentifs ont pu voir que l'ouvrage collectif Sports et société n'était pas construit, en 1981, autrement que sur cette sorte de colloque imaginaire…

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.