Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

Conférences de conclusion

Orientations et perspectives disciplinaires : la science politique et le sport : mot(s) de politologue(s)

Claude Sorbets

Texte intégral

1Parler parmi les derniers dans un colloque constitue une position à la fois inconfortable et confortable : d'un côté une lassitude d'auditeurs — dont on connaît les composantes classiques liées à l'anticipation du départ ou du retour, état de fatigue qui a pour pendant les regrets des orateurs précédents qui ont dû précipiter, faute de temps suffisant, leur exposé, et qui contribuent de la sorte à alourdir la charge globale de frustration qui aura pu s'accumuler au fil des heures de réunion, dans la collectivité formée à propos du colloque — ; d'un autre côté, une vision d'ensemble des travaux.

  • 1 DENNETT D.C., La stratégie de l’interprète. Le sens commun et l'univers quotidien, Paris : Gallima (...)
  • 2 BERGER P., LUCKMANN T., The social Construction of Reality, Harmondsworth : Penguin Books, 1981.

2Cette référence à une position personnelle particulière d'intervention et à des vécus de réception — qui est et qui sont, au moins en partie, de nature contingente — est une façon d'introduire une réflexion utile pour notre propos disciplinaire, en l'espèce celle portant sur la posture de la science politique dans le champ des analyses du sport. En premier lieu, sur la place qui lui a été faite par les organisateurs du colloque et par les communiquants. Cette affectation a été faite, d'un côté, par le format donné aux travaux, qui programme selon un ordre intentionnel1 les contributions en distribuant les temps et sites de parole dans des temporalités et des lieux appropriés ; d'un autre côté, elle l'a été par le contenu donné à cette place, elle-même définie par l'armature du colloque et dont on peut qualifier la nature, au regard de son caractère structuro-fonctionnel ou de sa visée constructiviste — au sens de Berger et Luckman2 — par la contexture notionnelle des communications.

  • 3 THOM R., Esquisse dune sémiophysique, Paris : InterEd., 1988.

3En l'occurrence la science politique semble avoir constitue une référence rémanente dans un grand nombre de celles-ci : une référence dominante qu'indique l'emploi de mots qui connotent en ce sens les réflexions des uns et des autres, et dont les effets induits sont d'ordre paradigmatique en spécifiant des choses à voir et à comprendre. Avec Aristote, ou avec Thom3, on peut parler de "saillances" et de "prégnances". Plus que le monde flou, et sans doute en partie réifié, qui m'a paru de la sorte ressortir des images fractionnées de la réalité dont il a été rendu compte par les participants au colloque, ce que nous devons dire, préalablement à toute autre chose, c'est l'excès de la demande faite ainsi à la science politique par rapport à ce qu'elle est en état actuel d'offrir.

  • 4 GRAVITZ M., LECA J., Traité de science politique, Paris : PUF, 1985.

4Mon premier propos devrait donc être pour dire que la science politique n'a ni l'appétence ni la compétence pour faire office de référentiel d'ensemble : d'abord parce que "la" science politique est une réalité essentiellement virtuelle. Notons en ce sens que le CNRS, après avoir constitué une section des "sciences du politique", en est aujourd'hui à considérer les chercheurs et leurs laboratoires d'activité, au sein d'une commission intitulée "Pouvoir, Politique et Organisation", Cet indicateur institutionnel n'interdit pas aux politologues de faire leur la formule souvent rabâchée depuis 1968, selon laquelle "tout est politique", éventuellement en arguant que ceci engage des façons particulières de voir les choses4. Cette laxité dans la réflexion peut constituer une des raisons d'être de la permanence évoquée précédemment de traces notionnelles politologiques dans un grand nombre des communications de ce colloque ; peut-être, au titre de ressources argumentaires et rhétoriques à connotation savante ou "explicative". Mais raison, aussi, probablement, qui peut être invoquée pour expliquer l'absence ou la rareté des politologues "professionnels" dans cette enceinte.

  • 5 SFEZ L, (ed), L'objet local, Paris : U.G.E., 1977.

5Divers ordres de choses peuvent contribuer à cette déshérence de l'analyse de l'objet sportif (comme on a pu parler de l'"objet local"5) de la part des politologues : les grands domaines (institutions, régimes, forces politiques, élections..), les terrains couverts par les centres de recherches universitaires, le nombre restreint des chercheurs, sont autant de facteurs qui rendent vraisemblable la sous-considération de pans entiers de la réalité sociétale qui auraient, pourrait-on dire, une nature ou une vocation propre à attirer l'attention et à polariser des intérêts de chercheurs en science politique. Ceci suffirait donc à expliquer, par un rapport des forces inégal, le nombre réduit des politologues contribuant au développement d'une "science politique du sport". Pourtant ceci ne dit rien sur ce qui fait que c'est justement dans le groupe des champs d'objet délaissés que le sport se trouve aujourd'hui.

6Cette situation encore actuelle me paraît procéder du statut incertain du sport comme objet possible d'analyse scientifique ; dimension dont nous aurons plus avant à expliciter des raisons d'être et des raisons de faire. Ce qui ne doit pas se comprendre par une évaluation de la seule "propriété" de cet objet, de sa qualité intrinsèque, mais doit l'être sans doute aussi extensionnellement par la construction sociale des hiérarchies statutaires des réalités ; dans une perspective bourdieusienne, des codages de distinction engageant des rapports sociaux réels et virtuels globaux. Dans cette dimension extensionnelle, il devrait encore être fait référence à ce qui contribue à rendre les choses opérationnelles ; en l'espèce, c'est sans doute la demande, et en l'occurrence plus précisément, la commande publique de recherche, qui conditionnent les déplacements des dispositifs et des intérêts de recherche. L'actualité politicomédiatique de ce qui devient "la question sportive" comme on a parlé de "la question sociale" — dont ce colloque est à la fois un indicateur et une façon de contribuer à sa formulation-réponse — laisse présager un futur arrivage plus massif de politologues.

7A dire vrai, ceux-ci sont déjà actifs dans certains "sites" d'observation : ceux par exemple, en nombre croissant, que constituent les institutions qui font des "politiques publiques", instances dont le nombre s'accroît avec la décentralisation et le partenariat ; le nombre de sites observables augmente et croît également la quantité des politiques publiques qui s'y trouvent traitées. Non seulement le sport, mais la culture, la communication et d'autres domaines encore se sont agrégés aux domaines plus traditionnels des actions publiques (notamment ceux qui sont aujourd'hui recodés par référence aux notions de "réseaux techniques" et de "services urbains") ; tout ceci se retrouvant plus ou moins utilisé "politiquement" : pour soutenir une rhétorique de promotion(s) de développement(s) démultiplié(s). D'une certaine façon, mon expérience personnelle me range dans l'un et l'autre groupe : parmi les présents, et dans l'avant-garde de ceux qui s'annoncent et trouvent un terrain apparemment favorable pour une implantation stratégique.

8En effet, le terrain est propice, déjà, par l'imprégnation que révèlent la tonalité et la coloration "politistes" des propos tenus dans le milieu de la recherche sur le sport, et dont effectivement témoignent les travaux de ce colloque ; le politologue repère, avec un certain plaisir mais aussi avec quelque déplaisir, un tel bruit de fond. Car l'hommage pratique rendu à une discipline chère ne peut faire qu'on avalise l'idée externe d'une science politique capable, davantage que d'autres disciplines, d'afficher cohérence et rigueur. On nous a dit que l'économie du sport est partagée entre des familles de chercheurs (définies par des paradigmes théoriques concurrents (classique, keynésien, marxiste et leurs épigones actuels) et en assez mauvaise posture pour se saisir de l'objet sport — délaissé par l'élite (au regard du "status") que constituent les "théoriciens" —, et imprégnant toutefois de façon élargie des analyses de chercheurs d'autres disciplines. En science politique la ligne de partage est sans doute celle, qui s'induit non tant d'approches différentes de la chose politique, que de flottements autour de sa clef propre de codification de la réalité : Institution ou/et Pouvoir ? ; même si, ici également, cette question tend à devenir, comme celle de la "valeur" en économie politique, une question "scolastique".

9Des origines — tensionnelles — dans le droit, dans l'histoire et dans la sociologie, la science politique hérite cette laxité identitaire. Quand on est un politologue aujourd'hui, on peut faire son travail d'analyse sans avoir à débattre de cet ordre de légitimité disciplinaire. On peut de la sorte actualiser conservatoirement des résidus sans plus avoir à tenter de les résorber. Ceci est d'autant plus praticable que le débat dans la communauté scientifique disciplinaire est globalement limité par l'étendue du champ et par le petit nombre des protagonistes en place. Plus fondamentalement, il faut sans doute voir là un effet de la forme prise par la professionnalisation de la recherche en science politique.

  • 6 CHAMPAGNE P., Faire topinion, Paris : ed. Minuit, 1990.

10Sans s'arrêter à l'orientation réputée dominante de la discipline vers les études de l'opinion6, il convient d'expliciter les changements fondamentaux affectant le métabolisme interne général de la science politique ; car de lui procèdent toutes les inflexions particulières. Par exemple, la prévalence d'intérêt pour la recherche "appliquée" peut être rapprochée du développement de la recherche contractuelle d'une part, et de la généralisation des recours aux mémoires dans les formations universitaires, d'autre part ; dans les deux cas, le plan d'organisation stratégique des travaux qui s'impose aux opérateurs de recherche favorise le principe d'efficacité et d'acceptabilité par rapport à toute autre dimension (celle d'appartenance ou celle d'excellence, notamment).

  • 7 JONES C.O., An Introduction to the Study of Public Policy, Belmont : Duxbury Press, 1970.
  • 8 MULLER P„ Les politiques publiques, Paris : PUF-Que sais-je ?, 1990.

11Ce qui explique aussi le développement, dans la mouvance directe du "core" de la discipline, des travaux les plus faciles à réaliser ; ceux portant sur les institutions publiques (elles sont là et s'offrent à observer sans trop de préalables méthodologiques..), et ceux traitant des politiques publiques (le flou de ce qui est qualifié de "politique publique" favorise encore le pouvoir d'attraction de ce que les "acteurs" nomment de la sorte). Peut-on stigmatiser ce même type de phénomènes lorsqu'on en repère la trace dans des communications produites par des chercheurs formés à des degrés différents à cette science politique actuelle ? On peut trouver du déplaisir à entendre des résumés de recherches qui se moulent sur des canevas qui déjà pré-fabriquent ce qui est prétendument observé et retaillent même l'outil à la dimension de son usage et de son usager de circonstance. Par exemple, ce qui peut être qualifié par la notion crozerienne de "système d'action concret" — très attractive par la qualification "concret" et par sa nature équivoque (est-ce un "construit" par le chercheur ou un "reconnu" dans la réalité "objet" — par le chercheur ?), et par la notion de "politique publique" — en particulier en appliquant directement la grille opératoire de Jones (des phases successives dans le policy-process)7, ou celle de Pierre Muller (repérage de "Référentiels Globaux/Sectoriels")8. Cette critique des usages pourrait être vue comme celle d'une instrumentalisation primaire qui fait d'outils analytiques des élaborations synthétiques, et de conceptualisations opératoires des opérateurs explicatifs.

  • 9 MABILEAU A. (ed), A la recherche du "local", Paris : L’Harmattan, 1993.

12Pour tout ceci, chaque enseignant-chercheur de science politique ne saurait, bien sûr, s'exonérer d'une part de responsabilité. Le fond de la question — qui requerrait une réflexion collective — est toutefois plus général. C'est la difficulté de conserver des conduites rigoureuses dans les sciences sociales. Prenons par exemple une autre référence dangereuse par l'usage abusif ou imprudent qui en est souvent fait, celle de "local". Pour travailler dans un centre de recherche dont c'est un élément de la raison sociale (CERVL) et du terrain dont il a hérité, et pour avoir contribué à l'ouvrage9, et avant au colloque dont il réunit des actes ("Le local dans les sciences sociales"), voire au titre de responsabilité dans la formation dispensée, à ΙΊΕΡ, au sein du DEA "Gouvernement Local et Administration Locale", je ne saurais jamais assez — et assez vainement — mettre tout apprenti-chercheur en éveil quand il traite du "mot et de la chose" en question.

13Ceci amène à appeler à un effort de déconstruction sans lequel on risque de ne produire que des études (et non des analyses), et de générer des savoirs passibles de ce que j'appelle le "principe de certitude". Le partage de mêmes clefs de codification entre "chercheurs" et "praticiens" permet des reconnaissances croisées : des résultats de l'opération d'analyse, des projets développés... en un mot de l'identité, de la légitimité et de l'efficacité des deux parties ; par là, des intérêts des collaborations "praticiens-chercheurs". D'un point de vue épistémologique, on pourrait parler de réalités paradoxales par le chevauchement de niveaux et de "types", comme celui d'effets combinés, de paradigmes pratiques dans des champs plus ou moins étendus de la société.

14Dans cet exposé je souhaiterais faire deux séries de remarques. La première série portera sur l'état des mises en question du sport que peut effectuer un politologue. Mon intention sera de proposer des lignes d'un possible ordonnancement de nos représentations. Ma perspective pourrait être référencée grossièrement dans le registre de la sémiologie politique. Plus précisément ce que je fais procède d'une démarche pragmatique, ou pragmaticienne (considérant la propriété et la relation, l'usage et les circonstances d'usage des choses), et s'ordonne sur un plan d'organisation stratégique d'analyse délimité par le couple de notions opératoires "format-contexture" (des choses).

15La deuxième série de remarques portera sur les conditions qui m'apparaissent requises pour dépasser l'état de fragmentation actuel des traitements disciplinaires du sport. On pourra de ce point de vue là s'interroger sur les potentiels disciplinaires différentiels permettant de rendre opérationnelles des dynamiques d'intégration analytiques. À cet égard, ce sur quoi nous devrions réfléchir concerne la possibilité de rendre compte de l'objet sport dans ses dimensions endogènes (ce qui le définit comme être nouménal et phénoménal) et dans les traitements compréhensifs (mesure des dimensions récursives en termes de process-content-access).

I - L'ÉTAT DE LA QUESTION

16L'état actuel de la question sportive est pour partie la question de l'Etat : en effet le champ du sport et le champ politique tendent à procéder de plus en plus l'un de l'autre. Ceci constituera notre deuxième point de réflexion. Le premier sera consacré à la considération que la science politique accorde au sport, moins comme objet légitime de questionnement que dans les façons dont elle peut avoir à en connaître.

A - SCIENCE POLITIQUE ET SPORT

17La fonction de dévoilement de "choses cachées depuis l'origine du monde sportif", par une perspective d'observation inspirée de la science politique a été rappelée précédemment. La chose sportive est dans le monde et, à ce titre, elle en a le constituant essentiel : la présence de la relation de pouvoir. Bien plus, le monde politique et la chose sportive tressent des rameaux qui, peut-être, tout compte fait, actualisent conservatoirement une "exceptionnalité sportive", c'est-à-dire l'irréductibilité du sport à un secteur parmi d'autres ; donc pouvant connaître des dynamiques du type de celle qui est opérée sur le "social" ou sur la "culture" par les processus d'institutionnalisation. Nous savons ce qui en procède : une construction des sujets/objets à traiter, en supports de besoins/aspects multiples ; une parcellisation des opérateurs prestant les services dans la tension de la fragmentation et de son dépassement des territoires. La demande est reconstruite de la sorte aux dimensions de la réponse pré-existante : les besoins sont vus à partir des traitements. Mais, les "supports de besoins" particuliers fonctionnant, en fait, sur la base de systèmes généraux de besoins sont toujours plus ou moins maltraités faute d'être traités comme ensemble (sujet social). Chaque besoin particulier étant pré-codé par le format défini par le dispositif de traitement programmé.

181- Les politologues considèrent le champ d'objet "sport" à partir de leur propre grille définissant les composantes de leur terrain d'investigation ( : la/le politique). Ils traitent le sport pour la nature fonctionnelle de cette activité (posture de support ou posture de vecteur). Examinons ces traits particuliers séparément et ensemble.

191-1 En premier lieu, on peut voir les découpages internes effectuables dans ce qui est signifié par le terme "politique". La considération des usages anglo-saxons est ici utile. Ces usages amènent à différencier la "polity" (l'espace politique), du "politics" (les régimes, la compétition), comme de la "policy" (les politiques publiques) et du "political man" (le leadership politique). On comprend que ce sont là des dimensions analytiques ; dans la réalité chaque composante s'intrique avec les autres de façon indéfaisable (complexité), et que l'analyse de chaque "face" de la chose politique n'aboutit pas au tout de la chose (Russell, Gödel).

20La référence aux usages langagiers des pays anglo-saxons permet de voir que ce qui est de l'ordre du "pouvoir", en l'espèce du pouvoir politique (au sens large ou au sens étroit), déborde sans cesse des enceintes où on essaie de le traiter : où passe la ligne de séparation entre un pouvoir "politique" et une pluralité de pouvoirs sociétaux (sectoriels ou territoriaux) ? Par exemple dans le sport, dans les fédérations sportives, dans les clubs et associations, parmi les pratiquants. La solution à ce problème a été de ne pas définir a priori un niveau de considération de configurations ou de complexes de pouvoir et de constituer, à partir d'agrégats de recherches focalisées sur tel ou tel niveau de questionnement, des spécialités intra-disciplinaires traitant un terrain particulier dans l'ensemble des échelles de construction acceptées d'un objet.

  • 10 LENCLUD G., Patronage électoral et culture politique en Corse, RFSP, 88, no 5.

21Si par exemple nous parlons de "culture", toute une gamme d'objets vont se découvrir et des déclinaisons infinies seront opérées ; avec la limite de devoir assumer la réduction essentielle de la "culture" à un secteur, laissant à d'autre le traitement de la culture comme "tout". Appliqué à la “culture politique" on butera10 sur des sociétés où la culture politique locale est de type "tout", et donc induit qu'à défaut de ce formatage du dispositif analytique, la réalité politique localisée devienne invisible. Ce qui signifie que le schème standard peut distordre la réalité sans la comprendre.

221-2 Dans la dynamique analytique s'opère une projection de sens du Référent de fond de la discipline ; référent établi en postulat (en hypothèse basique, supposée validée de façon générale) à partir duquel se posent les questions nouvelles : le postulat c'est le "core" disciplinaire (ici l'existence du "pouvoir", la réalité de l'homme animal politique"). Ce qui est vrai pour l'ensemble d'une discipline est vrai pour ses parties constitutives : là encore on projettera sur les champs d'objet du sens plus ou moins assuré. Par exemple, on aura appris à voir des saillances et des prégnances particulières dans les champs opératoires délimités par l'action même de cette vision définitionnelle, comme formats et comme contextures. Ces interactions de cognition pourront etre structuro-fonctionnelle, fonctionnelle, structurale, les unes et les autres référençables par la notion de "système".

23Appliqué à la chose sportive tout ceci contribue à faire du sport un support et/ou un vecteur avons-nous dit. En effet c'est le : "à quoi" et "à qui" ça sert ? qui deviendra la clef d'interrogation motrice des politiques locales, des compétitions des acteurs et des actions politiques. De là, le recours au "système d'action concret", aux "stratégies", aux "enjeux" et aux "acteurs", devant permettre de circonscrire des configurations de situations politiques générées ou actualisées à l'occasion d'une apparition causale particulière (un évènement dans le champ politique ou dans le champ sectoriel, ici sportif : la mise en place d'un équipement, une manifestation etc.). Ce qui cherche à etre découvert c'est la raison interne qui explique ce qui est observé. Pour le politologue, le secteur de l'objet — ici celui du sport — importe seulement comme support de ce qui l'intéresse "finalement" : les effets de pouvoir (d'influence, de contrôle,..). Ceci signifie que le processus d'analyse vise à comprendre des états situationnels dans l'espace politique. À ce titre, répétons-le, l'apport politologique ne donnera un "plus" d'informations sur le sport que par effet indirect : par le repérage, ici, de ce qui est ailleurs, dans d'autres champs d'objet et/ou dans le tout de la société.

242- Les politologues sont victimes d'une incursion opérée, sur leur territoire disciplinaire, par des chercheurs venus d'autres disciplines et traitant le champ d'objet sport pour lui-même. C'est à dire fonctionnant en éléments nodulaires, synthétisant ou syncrétisant divers registres notionnels, procédant à une intégration personnelle de savoirs réputés redevables d'approches de plusieurs disciplines.

252-1 En retour, lorsque l'opération réussit, avec le découpage d'une nouvelle discipline assumant des interfaces, l'attraction sur les spécialistes disciplinaires pourra se développer. A cet égard le politologue y trouvera demain un terrain propice. Mais le syntagme "l'opération réussissant" signifie une institutionnalisation et donc la répétition de la suite des enchaînements explicites auparavant : mise en forme de schèmes, instrumentalisation en supports et/ou vecteurs, polarisation de l'intérêt analytique.

26Dans un mouvement de cet ordre, le politologue pourra ressaisir le savoir antérieurement constitué et le réviser. Par exemple en matière de travaux portant sur le sport, des classifications de tous ordres peuvent être proposées : un sociologue, un historien, un économiste du sport typologiseront, selon des entrées disciplinaires spécifiques, les travaux qu'ils retiendront, le "tranchant" des différences et les connexions qui s'y ordonnent. Ce travail de codage peut être également de l'ordre du recodage. Un politologue pourra ainsi recoder ce que d'autres, a partir d'autres disciplines, ont distribué dans leur espace imaginaire des positions (d'auteurs et d'œuvres). Par exemple aux "quatre cardinaux" définis par le geographe-sociologue J.-P. Augustin on pourra, passant de l'extérieur à l'intérieur des référentiels, faire émerger, de l'axe "démocratisation sportive" — "distinction" — qui place d'un côté un ensemble de travaux sur les loisirs de masse, par exemple ceux de Dumazedier, et de l'autre côté les travaux de, ou inspires par, l'école de Bourdieu —, une "raison" polarisée par : "démocratie ouverte" (à la Bottomore) — "élitisme" (à la Schumpeter).

27Sur l'axe, dont un "cardinal" serait Elias (avec les travaux sur le contrôle de la violence par une civilisation en processus de sportivation) et l'autre serait Brohm (avec son ancrage dans la perspective théorique de Gramsci-Althusser sur les AIE — dont le sport serait une des composantes du pouvoir de classe —), le politologue pourrait repérer une "raison historique" complémentaire de la "raison politique" que le premier axe définit. Ceci peut être prolongé et affiné bien sûr (par exemple en considérant une "raison actuelle" qui permettrait de replacer dans la variante actuelle-temporelle, les travaux de Ehrenberg sur la modernité de années quatre-vingt, et dans la variante actuelle-formelle les travaux de Parlebas (dont nous avons eu pendant ce colloque une mouture exemplaire). Le politologue pourra noter, à l'occasion, que les débats, clivages, oppositions dans le milieu professionnel-disciplinaire, particulièrement dans celui de la sociologie sont toujours lourds de non-dits "politiques" généraux. Ceci doit être vrai aussi dans celui de la sociologie du sport.

282-2 Un mot encore au regard du radical "sociologie", partiellement occulté par certains politologues mais souligné par d'autres se reconnaissant faire de la "sociologie politique" en faisant de la science politique. À cet égard, le politologue apparaîtra opérant dans l'enceinte générale de la sociologie dans une région particulière, celle définie par le pouvoir politique, pouvoir spécialisé procédant du pouvoir social général dont une autre spécialisation pourrait être "sportif".

29Ici l'incertitude tient au devenir de l'activité sportive, de son envergure propre : un secteur particulier pouvant devenir un champ général de phénomènes polarisés par la référence d'activités, et, à ce titre, à même potentiellement ou virtuellement de devenir le support et le vecteur d'une discipline autonome. D'une discipline de rang avec la science politique par exemple, et de niveau avec la sociologie générale ; ou bien le sport demeurera-t-il, comme d'autres secteurs d'activités traités par des disciplines projetant séparément des vues disciplinaires externes-internes sur des objets hétérogènes avec des paradigmes et perspectives également hétérogènes ? Ce qui est le cas actuel, par exemple, de la "culture" ou de la "communication".

B - POLITIQUE ET SPORT

30On pourrait dire que les contextures respectives du Sport et de la Politique sont, par un côté, dans un rapport d'approximation, et par un autre côté, de rapprochement, jusqu'au point de rencontres qu'un sémiologue pourrait référer à une polarisation des figures de relation : d'une part de la relation métaphorique, dans l'autre de la relation métonymique. Dans un cas de figure, "Politique" et "Sport" se ressemblent, dans l'autre ils tendent à se rassembler, en procédant l'un de l'autre. Examinons ce point qui nous permettra de conjecturer les voies de comparaison des formats des deux champs d'activités.

1. Figures réfléchies

31Faisons du sport et de la politique des miroirs réciproques et regardons les images croisées qui apparaissent en plein et en creux : par le fait de la réflexion de soi dans et par l'autre, et par le fait de ce qui est réfléchi de l'autre et de soi dans l'image de l'autre.

321-1 La première réflexion est d'ordre métaphorique : les langages tendent à se déporter d'un champ d'activités dans l'autre. Le sport donne au politique, parfois seul, parfois concuremment avec d'autres activités (pensons au registre articulant le politique par le biais de la représentation sur le spectacle théâtral : scène, jeu, acteur...) les "acteurs", le "jeu", la "compétition", l'arbitre" etc. Tout ceci est bien connu et n'appelle pas en soi plus de description. En revanche, ce qui s'inscrit de la sorte constitue une modélisation de la nature des relations ; par exemple de la compétition, mais d'une compétition ordonnée par la règle. On reconnaît là un discours traditionnel sur la démocratie pluraliste et les régimes constitutionnels.

33En se disant par le registre sportif la politique perd de sa dimension historique — théâtralisée en référence au "drame" et à la "tragédie" (il y a l'accent déporté vers "la comédie du pouvoir" et vers la médiatisation). L'usage de la métaphore sportive peut s'effectuer dans un contexte valorisant un vécu politique "fair play", sans doute pacifié, et sûrement en dissonance plus ou moins accentuée avec la société selon les états de crise qu'elle peut connaître (une crise générale, par exemple, ferme des horizons de performance et des accès à la vie active, mais aiguise par ailleurs l'esprit compétitif).

341-2 La deuxième réflexion doit focaliser sur la métonymie : politique et sport tendent à s'interpénétrer ; on connaît les conceptualisations dont ce type de débordements a fait l'objet. Ici ce qui nous intéresse serait relatif à la pragmatique qui concerne chacun des champs d'activités. En effet, l'investissement par les citoyens, par les élus, par les acteurs économiques du sport tend à montrer que le sport généré et recèle des gisements d'intérêts actuels de toute nature.

35La dimension politique du sport était lisible dans la genèse des structurations institutionnelles (et. l'histoire des fédérations affinitaires, des sports de patronage et des sports d'entreprise et ce que j'ai appelé les surfonctions). Ce qui devient actuellement visible c'est la "sportivation" de la politique comme nous l'avons précédemment indiqué. Il serait intéressant de savoir si ce n'est là qu'une ruse de l'histoire. Le sport peut apparaître comme un moyen substitué à d'autre d'effectuer des fonctions particulières et d'atteindre des objectifs stratégiques. C'est la question du sport substitut fonctionnel de la religion (culte, rituel,). Mais on sait que déjà du temps de Saint-Paul l'athlète était déjà une référence ; mais, il l'était, alors, pour la religion (et. Epître aux Corinthiens). À cet égard, on pourrait dire que c'est le conjoint qui change : l'Etat demeure moulé, un temps, au format ecclésial puis à la contexture sportive. Le sport est fabriqué à la "forme" de la structuration politique et tend à se nourrir de la "chair" communielle-passionnelle : le sport devient un mode de vivre en société : pas simplement une occasion d'activer le corps mais l'opportunité d'agir par le corps de l'homme. A ce titre, sport et politique se reformatent ensemble au format imposé par la communication de masse. Avec les effets de lubrification et de ludification qui s'ensuivent. Une telle vision d'essence structuro-fonctionnelle conduit à considérer la nature et le champ à la fois des institutions et des organisations, et, en celles-ci, les oriqines et les affectations des choses.

  • 11 RORTY M„ L'homme spéculaire, Paris : Seuil, 1990.

36Sport et politique procèdent bien l'un et l'autre du jeu, du ludique (et. Huizinga : l'homo ludens, et, Caillois : des jeux et des hommes) ; mais pas d'un jeu réductible au semblant ou à l'expérimentation enfantine du monde. Le jeu c'est toute la gamme des apprentissages stochastiques. A la fois au regard de la performance et au regard de la specularité11, sont mis en balance le format et la contexture de soi comme individu, groupe, collectivité.

2. Formations sociétales

37Politique et Sport sont, d'un point de vue structural, deux états de la formation de la société, ou plus exactement deux entrées dans la socialité : une par le Rapport à l'autorité, l'autre par le Rapport à l'extérieur. Entendons bien ce que nous voulons ici spécifier.

382-1 On peut voir la dualité "tête"-"corps" dans le couple Politique-Sport ; mais on peut également voir pragmatiquement deux entrées dans la vie : deux modes d'intégration dans le socius. Par l'activité citoyenne, le pouvoir est institutionnalisé et la différenciation entre les éléments est scotomisée. Malgré ceci, au bout des processus politiques, c'est la différenciation des traitements qui sont observes (des intérêts différentiels satisfaits diversement).

  • 12 HOFSTADTER R„ Godet, Escher, Bach : an Eternal Braid, The Harvester Press, 1979.

39Dans, et par l'activité sportive l'équité de départ sert à établir des classements, des hiérarchies, des niveaux de performances. Alors que sur le plan politique l'inégalité des traitements finaux est niée ou tout au moins présentée comme une distorsion involontaire ou un effet pervers, sur le plan sportif, c'est la recherche des écarts qui est posée en premier, et en objectif final. Ceci doit nous amener à réfléchir sur l'entrelacement des deux "brins"12.

40Dans une perspective fonctionnelle qui examinerait la fabrication sociale du sport et de la politique et qui adopterait un questionnement à la Lowi sur les politiques publiques, il serait loisible de voir que, dans les deux plans, ce qui est en objectif relève de finalités constituantes, règlementaires, distributives et redistributives. Ce qui signifie que c'est une action totale couvrant l'ensemble de l'espace social d'activité qui est en cause.

41A cet égard, le "tout est politique", ou "tout peut devenir du sport", s'inscriraient dans des reformatages sociétaux globaux. Le fait que dans la période actuelle une partie de la population demeure hors champ de l'emprise du sport n'est peut-être qu'un état transitoire, comme l'est l'extériorité vis-à-vis d'un Etat-nation. On est dans un ordre en phase de mondialisation et d'universalisation des comportements : les formats et les contextures des choses sociétales qui demeurent diversifiés (par exemple par les cultures locales) se recalent progressivement sur des standards communicationnels.

422-2 La situation singulière actuelle de la connaissance se trouve de la sorte soulignée : nous savons que le développement des sciences a tendu à s'effectuer par une fragmentation de plus en plus grande des disciplines ; une multiplicité de terrains et d'objets générant des disciplines spécialisées. A cet égard on pourrait voir dans l'activité sportive le même type de dynamique : une démultiplication des sports et des sites d'activation.

  • 13 TOPALOV C., Conférence introductive. Colloque "A la croisée des chemins", Montréal : juillet 1992.

43En même temps la structuration des activités disciplinaires (dans le sport comme dans la science) conduit à des regroupements, par famille et par espèces dirions-nous. On peut se demander pourquoi le sport devient actuellement un objet central de la recherche. Parce qu'il y a une demande, des marchés, une publicisation-universalisation de l'accès à l'activité sportive ? Tous arguments sans doute recevables. Il n'en demeure pas moins que ce qui est peut-être en fond de tout ceci procède d'un changement paradigmatique de fond : au paradigme référé à la "planification rationnelle"13 qui tendait à socialiser la nature, vient s'ajouter et s'intriquer sans doute un autre paradigme, un paradigme écologique qui se donne comme clef de codification de la réalité, la naturalisation de la société, et se lie à une idéologie des "droits de l'homme". On voit la tonalité "format" du premier, et "contexture" du second. Le sport apparaît ici en limite d'intégration des deux tendances à la naturalisation du social et à la socialisation de la nature.

  • 14 ELIAS N. Qu'est-ce que la sociologie ?, Paris : Pandora, 1981.

44A cet égard la recherche d'une connaissance plus intégrée du champ d'objet sportif paraît recéler un enjeu central pour la compréhension de la société dans son ensemble et dans sa durée de civilisation. C'est ce que, sur un certain plan, soulignent les travaux de Norbert Elias14.

II - POTENTIEL DISCIPLINAIRE ET TRANS-DISCIPLINARITÉ

45Nous nous proposons dans ce deuxième temps de réflexion analytique sur les conditions requises pour qu'une seule Discipline traite le champ d'objet sport dans sa complexité ou devienne un radical de traitement transdisciplinaire par accrochage à un noyau dur de modules issus de diverses disciplines. La majuscule mise au mot "Discipline" doit indiquer le caractère virtuel et abstrait de cette "idéalité", pour reprendre un terme du philosophe Desanti. Notre second propos consistera à interroger, non plus de façon déductive et abstraite mais de façon inductive et concrète, les apports du Colloque "interdisciplinaire" au regard de la régulation de savoirs qu'il peut permettre de générer, et des activités dont il est le site et le prétexte.

A - CONDITIONNEMENTS DISCIPLINAIRES

46La métaphore ébauchée précédemment en évoquant les dimensions liées aux processus d'institutionalisation, entre "objets" de disciplines scientifiques et "sujets" considérés par les appareils techno-bureaucratiques construisant et traitant des "supports de besoins multiples", peut nous servir à introduire notre réflexion sur la capacité ou sur la compétence différentielle d'une discipline ou d'une autre à être de niveau avec le problème posé par l'Objet sport. En effet, de l'aptitude à assumer les dimensions complexes de l'Objet dépendra l'adaptation du "traitement" effectuable. En un mot la mesure du "besoin" conditionne la nature du "traitement". Esquissons les contours de cette situation.

1. Mesure pour mesure

47Considérons l'objet Sport, Mesurer ce qu'il requerrait pour être appréhendé de façon continue qu'il soit définissable antérieurement et/ou sans la présence active des savoirs disciplinaires qui contribuent à le définir. Ou encore que l'on conçoive une Discipline de second rang traitant l'objet sport avec les disciplines qui en effectuent un traitement qui serait alors un premier traitement analytique. Ici la référence aux travaux de Bateson relatifs aux Types logiques serait nécessaire pour délimiter les conditions de cette opération (changement de niveau qui conserve et met en oeuvre une critique des cadres de construction de niveau précédent).

48Comment se donne à voir le sport par ces définitions disciplinaires ? D'abord en terme de relation : comme un objet singulier (cf. l'"exceptionnalité sportive" par exemple) et comme un objet universel (cf. l'universalition des pratiques) ; comme un conglomérat d'objets particuliers (cf. ses usages infinis) et comme un objet général (cf. "la sportivation" dans la civilisation). On pourrait rapporter encore la définition du sport à des termes intensionnels, de propriété : le sport comme forme au sens simmellien, comme fait intégral au sens de Mauss, comme fait social général et particulier aux sens de Durkheim et de Weber. On pourrait tenter de le définir encore en termes de mode d'être ou d'être vu des choses (Saussure). En tout état de cause, ce qui est ainsi délimité c'est une chose qui est générée historiquement dans des formations sociales qui lui affectent une posture évolutive, une nature formative et une armature intégrative congruentes On est dans des ordres de chose procédant de la complexité par la pluralité des niveaux engagés dans son Format, et de la complication par les enchevêtrements dimensionnels qui, sur cette trame, constituent la Contexture.

49En l'état actuel des sciences sociales, une Discipline intégrante n'existe qu'a l'état virtuel, et les disciplines existantes achoppent chacune plus ou moins sur la mesure du "besoin", dont l'objet sport est le support et le vecteur Les traitements qui leur sont permis sont conditionnés dans le même sens par ce qui est entendu par les syntagmes "construction de l'objet" ou par "production analytique" ; d'où l'échouage général dans la fragmentation. Toutefois, le partage de standards d'évaluation permet la tenue des colloques interdisciplinaires, chacun partageant (en termes de formats et de contextures de communications, notamment) des attentes plus ou moins implicites. De là, des colloques qui permettent de mettre en commun des présentations de recherches et de réflexions qui ont explicitement en commun un rapport au champ d'objet ; ici à celui du sport. Mais aussi des colloques qui sont des événements de confrontation permettant de vérifier les écarts, de les actualiser en en testant la capacité de résistance à une réduction ou à une intégration par une ou l'autre des disciplines en position d'associées-rivales" (selon l'éloboration de F. Bourricaud, les éléments en cette relation sont à la fois en situation de substituabilité potentielle et de complémentarité contrainte).

2. Radicaux disciplinaires

50Posons la question de départ dans les termes suivants : existe-t-il une discipline qui pourrait devenir une matrice de formation d'un Radical de transdisciplinarité permettant d'espérer traiter dans toute ses dimensions le champ d'objet Sport ? Qu'est-ce à dire ?

  • 15 BATESON G., Vers une écologie de l'esprit, Paris : Seuil, 1980.

51En premier lieu, que ce que nous définissons comme les conditions théoriques d'une Discipline adaptée pose, d'abord, l'exigence d'une démarche qui permettrait de saisir le champ d'objet "par le haut" : ce serait donc une Discipline de second rang par rapport aux disciplines actives dans le champ ; elle en récupérerait les produits discursifs et les actualiserait dans un autre cadre d'expérience qui devrait assumer, dit G. Bateson15 la critique de leurs prémisses, Comment peut être pensée générable, à partir de la situation actuelle, une telle Discipline, demeurerait une question hautement spéculative.

52En second lieu, on peut réfléchir sur l'autre voie, sur une régulation non plus par le haut et par la structure mais par l'interaction et par le face à face. Ce que semble vouloir promouvoir un colloque interdisciplinaire. A ce titre, on peut poser qu'une discipline plus qu'une autre peut devenir la pierre angulaire d'une transdisciplinarité : l'économie, la sociologie, l'histoire, la géographie, le droit, la science politique.

53De façon implicite, en arrière-fond, se trouve une représentation des compétitions que connaissent les champs sociaux soumis à des dynamiques d'institutionnalisation : les professionnels qui revendiquent le monopole de la compétence légitime cherchent dans le contrôle des terrritoires — élargis ou en recomposition — des confortations ou des protections statutaires. Aussi, un terrain nouveau d'investigation par les sciences sociales déployées, comme l'est le champ d'objet Sport actuellement, induit-il l'émergence aux interfaces, de nouveaux "professionnels" des traitements, et une compétition pour l'imposition d'un ordre dominant — "hégémonique", dirait un gramscien — de "construction de l'objet" et des traitements afférents.

542-1 Examinons les "chances" des différents postulants que sont les disciplines que l'on peut penser en compétition pour ce pilotage multidisciplinaire. Pour cela, recalons cette mesure des choses sur le clivage kantien : "noumènes"-"phénomènes" (la chose en soi/les apparences des choses) : d'un côté les catégories de l'entendement que sont le temps et l'espace ; de l'autre côté, ce qui donne la Contexture et ce qui donne le Format des choses de la vie : la société et l'institution.

55Appliqué à la division du travail scientifique, ceci fait émerger des disciplines nodales : l'histoire, la géographie, la sociologie, le Droit. On voit déjà que sur chaque noyau s'est agrégé et différencié une multiplicité de disciplines ; des disciplines différenciées par les terrains, les perspectives de questionnement, et qui chevauchent des territoires transnouménaux ou transphénoménaux voire un univers "territorial" et l'autre. La science économique serait, elle, à la fois concurrente de la sociologie et du premier type ; la science politique serait du deuxième type, l'anthropologie serait du troisième type ; les sciences de la communication ou du sport pourraient apparaître en recherche d'une délimitation de position. L'enjeu est le rang statutaire au sein du champ scientifique et ce que l'on pourrait nommer "la composition organique du capital culturel" qui conditionne les représentations du sport.

56Sur un autre plan, cette référence aux constructions philosophiques permet de remettre la philosophie, discipline ordonnatrice par excellence aujourd'hui, dans une position d'arbitrage qu'elle peut d'autant plus occuper qu'elle ne semble pas en position pour revendiquer, directement au moins, une fonction d'opérateur d'interface disciplinaire.

2-1 Noumènes

572-1-1 : le Temps

58Au regard de cette catégorie, l'Histoire est en théorie en posture à vocation hégémonique. L'Histoire permet en effet de traiter de la durée, des évolutions et donc de rendre compte sans doute des "changements".

59Le problème est que l'histoire est un conglomérat de sous-disciplines — par grandes périodes (ancienne, moderne, contemporaine, voire "du temps présent"), par approche (événementielle, de longue durée, des idées, "matérielle" etc.). Le problème toutefois me paraît provenir aussi de la nature des questionnements requis. Par exemple traiter de changements exige de pouvoir spécifier si on est dans un changement de type "type" ou de type "groupe", si ce changement affecte les symboles, s'il se traduit par un écart (si oui est-ce un écart de type de celui généré par l'entrepreneur schumpeterien ? ou est-ce un mode d'actualisation conservatoire telle que le réalise la consommation productive marxiste ?). À cet égard, l'historien devrait passer d'une mesure non plus diachronique mais synchronique des besoins analytiques. Ce que fera le sociologue, ou l'économiste, en récupérant une "perspective historique". À ce titre, on assistera à une diffusion illimitée de la perspective historique et au cantonnement tendanciel des historiens dans un "territoire" réduit. L'historien pourra chercher à redéfinir sa place légitime par des redéploiements modernisateurs de spécialisation ; par exemple, pour ce qui est de l'objet sport, dans "l'histoire du social". Ajoutons que les focalisations, par toutes les sciences sociales, sur les processus contribuent encore à diffuser une tonalité historicisante transdisciplinairement, et quel que soit le champ d'objet concerné.

60Si on teste cette analyse sur l'objet contextuel "Décentralisation", on s'aperçoit que l'historien proposera une relecture — pensons aux travaux de Agulhon par exemple — de type rétro-prédictif plus que récursif : "les leçons de l'histoire", la saillance de régularités particulières feront voir des actualisations d'un modèle — par exemple, le "modèle notabiliaire" —, ou des répétitions de séquences ou de cycles alternés de "centralisation" et de "décentralisation", Le moteur des changements pouvant être référé, selon les paradigmes d'école, à l'aléa événementiel, à une raison globale dans l'Histoire ; ou encore, à des logiques cachées (pensons à Cochin et à son explication de la Révolution, ou à Tocqueville relisant les permanences et continuités d'avant à après cette même Révolution française).

61On est dans l'ordre des appartenances et des croyances d'écoles qui affectent à la fois les opérateurs d'analyse et les acteurs objetisés. Au regard de l'Actuel, les "historiens du temps présent" tendront à échapper à l'exclusion du champ, celle due aux sociologues politiques, en venant sur ce terrain a priori dissonant, Si l'on se place non plus dans la dynamique des contextures des savoirs mais dans leur formatage, on peut dire que, différentiellement, les sociologues, ont su prendre la mesure des effets induits des approches structuro-fonctionnelle, fonctionnelle, structurale, référentielle, ayant eu à se constituer dans les affrontements d'école (et, tous les "ismes" bien connus dont l'histoire de la sociologie est jalonnée).

622-1-2 : L'Espace

63Voici le temps des géographes. Dans notre investigation, mais aussi de façon rémanente dans la société d'aujourd'hui, après une phase de recul. Ceci alors même que la discipline s'est décomposée et recomposée dans la douleur au cours des dernières décennies.

64La décentralisation lui redonne une actualité (une "géo-politique" à diverses échelles ; de celle de la ville à celle du Monde — cf. les géographes animant la revue Hérodote, par exemple —, actualisant récursivement les géopolitistes allemands ou français de référence (Ratzel, Vidal de la Blache...), les stratèges civils et militaires nord-américains nourris à la théorie des jeux (Neurath, Morgenstern, von Neuman et autres) du temps de la bipolarisation du Monde.

65On peut donc penser que le temps des territoires doit favoriser les géographes. C'est globalement le cas, Pensons aux travaux de l'équipe Brunet en rapport avec la DATAR, et plus largement aux très nombreuses études consacrées à l'aménagement et à l'urbanisme dues à des géographes. Mais il est aisé de percevoir des limites sur lesquelles bute cette position disciplinaire promotionnelle. Par exemple, en devenant économique la géographie gagne des dimensions nouvelles (autour de l"échange''et de la "localisation" en particulier), mais connaît un affaiblissement de ses repères habituels concomitant de la progression du "métaphorisme" ; devenant sociologique, elle tendra parfois à réifier, parfois à nominaliser les choses par sa façon de s'en saisir ; n'est-ce pas ce qui peut être observé à propos des "nouvelles territorialités" ?

66A contrario, la dimension de base, celle d'"espace", en devenant hégémoniquement utilisée, a perdu sa capacité discriminante et prégnante : l'espace géographique se trouve confronté à toute une série de déclinaisons qui l'affectent d'une polysémie résultante (espace social, espace culturel, espace sportif...).

  • 16 HALL T.H., La dimension cachée, Paris : Seuil, 1971.
  • 17 CYRULNIK B., Sous le signe du lien, Paris : Hachette, 1989.

67Corrélativement, le souci d'être présent sur la totalité du spectre spatial conduit à des modes de fonctionnement non plus métonymiques mais métaphoriques : l'espace politique par exemple, et de l'univers de la culture (celui exploré par exemple par un T.H. Hall16) à celui de la nature (celui investigué par l'éthologue B. Cyrulnik17 par exemple). Dans le domaine du sport, cette naturalité avec les connotations biologiques qui s'y attachent ramènent vers un sport avec "ses" territoires, espaces de jeu et espaces d'enjeux corporels et localisés.

2-2 Phénomènes

68Le développement de notre propos sera ici plus réduit ; beaucoup de choses ont déjà été dites, dans ce colloque et précédemment dans cette présentation, de dimensions qui relèvent de cette face des choses. La question est celle de l'Institution et de la Société, considérées comme phénomènes ; phénomènes dont la dissociation autre qu'à des fins analytiques serait très problématique. L'enjeu des définitions est sans doute central ; car une société peut être vue ou non avec les institutions qui la structurent (cf. les définitions de la "société civile") ; et les Institutions, si on les réduit aux structurations politiques ou administratives, coupent l'institué de l'instituant — pour parler en termes d'analyse institutionnelle — et occultent les jeux de société qui les constituent, comme la sociologie des organisations l'a bien montré. Bien plus, tout ce qui rend non saillant les croyances ou les rites — que ceux-ci soient autonomes ou qu'ils constituent une part de phénomènes par ailleurs matérialisés, par exemple la croyance en l'Etat, ou celle en Dieu —, en réifiant ou en amputant l'Institution, ne peut que faire problème.

69On peut toutefois spécifier des ordres de questionnement de discipline à vocation potentielle de radical pour les autres disciplines.

702-2-1 La première voie de questionnement des sciences de la société, la sociologie comme science construite sur le fait social et l'économie fondée sur l'échange des biens, met en avant les voies différentes de saisie de l'ensemble de la société dans ses structurations et ses modalités de fonctionnement, avec une montée significative de l'accent mis sur le fait relationnel.

71Il n'en demeure pas moins que l'une comme l'autre se retrouvent dans l'impossibilité de dépasser des élaborations paradigmatiques d'écoles juxtaposées : les uns saisissant la société par les éléments (l'individuaiisme méthodologique), les autres par les groupes, les autres par le niveau du collectif. A cet égard, dans l'abstrait, le spectre de l'objet sport pourrait être dans son ensemble considéré par ces disciplines conjuguées ; le problème tient à la non cumulation effective des savoirs conçus selon un niveau d'approche ou l'autre. D'où sans doute, les difficultés dont les spécialistes de l'économie et de la sociologie du sport ont pu faire état, et l'entretien du caractère polémique interne à la discipline.

  • 18 GAXIE D., LEHINGUE P., Enjeux municipaux, Paris : PUF, 1984.

72En même temps, les experts disciplinaires ont pu montrer la pénétration notionnelle élargie de leur perspective propre…. Par exemple une tonalité "économiste" due à des sociologiues, ce que l'on retrouverait en science politique avec la notion de "marché". Cette notion tirée des travaux de Schumpeter, et dont on fera un réferentiel général d'époque, ou le radical du syntagme "marché politique"18, possède significativement un statut incertain : est-ce une catégorie de nature métonymique, ou bien métaphorique ?

  • 19 RENARD G., La théorie de l'institution, Paris : Sirey, 1930.
  • 20 LOURAU R., L'analyse institutionnelle, Paris : éd, Minuit, 1970.

732-2-2 L'institution qui a été l'objet paradigmatique unique puis l'un des deux paradigmes disciplinaires, avec le "pouvoir", de la science politique actuelle, a été travaillée par les juristes. Pensons en particulier aux travaux des doyens Renard19 et Hauriou. Les sociologues, tenants de l'analyse institutionnelle20 font explicitement référence à cet héritage.

  • 21 DOUGLAS M., How Institutions Think ?, N.Y, : Syracuse Univ, Press, 1986.

74Mais le travail actuel sur l'institution s'est développé sur une pluralité d’autres plans : de celui retenu par les psychosociologues à celui des spécialistes des organisations ou du management en passant par les réflexions théoriques d'une Mary Douglas21. On pourrait dire que le Droit a ainsi essaimé dans des directions multiples et soutient des approches diversifiées de la réalité institutionnelle-sociale (des approches transactionnelles aux approches systémiques).

75A cet égard le détachement quasi achevé de la science politique de l'emprise du Droit ne peut faire que ne se conservent des connexions fortes entre les deux disciplines (par exemple, par le biais de la "science administrative") et la récupération, dans cette veine, d'approches des systèmes politico-administratifs par les politiques publiques. Toutefois tout se passe comme si l'ancienne critique adressée à des visions formelles — et calées sur les rapports normés plus que sur les façons d'assumer des compétences et des pouvoirs — était à la base du repositionnement politologique sur la dimension "pouvoir".

76Cette notion recalée en langage juridico-institutionnel se place hors de la tension polaire entre pouvoir-chose et pouvoir-relation ; mais elle tend à faciliter des syncrétisations lourdes de réifications lorsque les juristes utilisent les outils notionnels de la sociologie politique nord-américaine, ceux d'un Dahl ou d'un Easton par exemple ; notamment par les collages des notions de "contraintes " et de "ressources" (de pouvoir) avec des instruments, ou par la transduction de choses institutionnelles dans des catégories "systémiques" (le système politico-administratif). Les notions deviennent des façons de dire des choses déjà définies antérieurement, autrement, dans un autre registre.

77La mouvance institutionnelle-systémique, plus ou moins juridique ou plus ou moins sociologique, contribue à doter les praticiens administratifs (formés dans les facultés de droit et quelquefois dans les IEP) d'un "outillage notionnel" pour ordonner énonciativement ce qui constitue leur vécu d'acteur. On assiste de la sorte à une sociologisation — principalement à tonalité systémique-stratégiste — des représentations que les acteurs actualisent et contribuent à faire actualiser par les chercheurs.

78Appliqué au sport cet état des choses se traduira par les focalisations d'études portant sur les "systèmes d'action" calés sur des institutions (par exemple, la commune, le département ou la réqion), recalés sur les politiques publiques et se décalant du centre vers la périphérie (les “équipements" générés par les actions publiques).

79Le sport est saisi comme un des secteurs d'intervention institutionnelle. En creux, un des effets réside dans la part essentielle de l'observation effectuée du côté des "décideurs", par rapport à celui des populations, des usagers, des citoyens qui ne sont que subsidiairement étudiés, Or, le sport, ce sont, de façon sans doute plus décisive qu'en nul autre "secteur" d'activité, des pratiques et des pratiquants, pas toujours inclus dans les emprises des structurations institutionnelles que sont par exemple les fédérations sportives ou les clubs.

80Est-ce que la référence à la règle dans tous ses états pourrait ouvrir un autre chantier de transdisciplinarité dans lequel le Droit pourrait être un fournisseur de radical ? Sans doute en partie, si l'on en croit les découpages actuels des commissions du CNRS ; mais la présentation faite par le professeur Collomb sur le droit du sport laisse à penser que l'interrogation achoppe rapidement sur les frontières du "règlementaire" ; la norme ne devenant pas la Clef de Codification Récursive qu'on pourrait penser pouvoir initier sur la base du Droit une saisie transdisciplinaire de la réalité sportive.

81Et la science politique en tout ceci ? Ne serait-elle pas en posture adaptée pour fournir un radical transdisciplinaire avec l'entrée "pouvoir" et avec l'entrée "institution" ?

82On serait tenté de répondre positivement : le problème est que sous l'apparence des choses, les deux catégories de fond de la science politique ne se combinent qu'en se corrompant l'une l'autre : une essentialisation ou une réification des relations d'acteurs, une transduction faisant fonction de description-explication des complexes situationnels, un immédiatisme de lecture-énonciation des états de choses. Tous ces défauts que nous avons notés dans des communications à ce colloque.

83Au mieux, on devrait conditionner la conversion de l'éventuel potentiel de radical transdisciplinaire effectif, à une prudence pragmatique dans l'usage des notions politologiques, Mais même à ces conditions il demeurerait le fait lourd souligné antérieurement, de l'intrication croissante du champ sportif et du champ politique. À ce titre la progression de la capacité politologique à traiter le champ d'objet sportif passe par un progrès général de le science politique comme discipline. Or, ce qui gagne c'est, me semble-t-il, la métaphorisation ; par là, qui tend à réduire la part de la relation explicative, elle, foncièrement métonymique (une dimension procède de...), et à diluer les potentiels d'action, par extension des sites considérés ou des pôles de recherche spécialisés sur des terrains localisés.

  • 22 DETIENNE M., VERNANT J.P., Les ruses de l'intelligence. La Métis des grecs, Paris : Flammarion, 19 (...)

84En tout état de cause, la capacité à constituer, sur la base de radicaux, des systèmes modulaires à partir de disciplines, pour s'adapter à un champ d'objet complexe, pose le problème des liaisons et des interfaces. On a pu tenter, théoriquement et empiriquement, de réfléchir sur la base de postures hégémoniques disciplinaires. A cet égard une analyse en termes systémiquestratégiste du champ socio-institutionnel, dans une perspective politologique centrée sur le "pouvoir", amènerait à conjecturer qu'en arrière-plan de ces entités disciplinaires, se trouvent des jeux non unifiés de groupes particuliers, impliquant des relations d'autorité fondées sur la légitimité, sur le rapport de force et sur ce que Vernant nomme, par référence à la Metis des grecs, la "ruse"22.

B - UN COLLOQUE INTERDISCIPLINAIRE

85Juste quelques mots à propos de la forme colloque dans la régulation des savoirs et comme site d'activités particulière. Un colloque, comme celui-ci sur le sport, met en avant la double dimension Format et Contexture (Format : colloque interdisciplinaire, Contexture : "sport, relations sociales et action collective").

86Dans les deux dimensions, il s'agit de faire un bilan des savoirs et des savoir-faire de la connaissance sur l'objet sport. Dans les faits, le colloque est un lieu de confrontation pour les éléments placés en position dirigeante : ceux qui parlent les premiers (rapports introductifs sur les "perspectives disciplinaires et (les) modes d'analyse" : "quelques perspectives disciplinaires") et les derniers sur le thème : "renouvellement des approches et des interprétations" : "orientations et perspectives pluridisciplinaires").

1. La régulation du savoir sur le sport, par la base

87Le découpage séquentiel de ce savoir (une phase dominée par le lien social, une phase dominée par les politiques publiques, une phase dominée par le marché : "le sport saisi par le marché") a conduit à organiser le travail par ateliers calés sur ce format supposant synthétiser l'évolution intervenue. Or, les communications ne rendent pas compte de moments différents mais d'objets différents dans un temps indéfini. Ce qui veut dire que chacun, suivant généralement les travaux de l'atelier de localisation de sa propre communication, aura accès à une partie confortant ses propres prémisses dominants et n'aura des travaux des autres ateliers que ce que des rapporteurs de groupe pourront brièvement analyser, synthétiser ou résumer selon les cas.

881-1 Il y a donc une régulation de la prestation de service constituée par la présentation de la communication qui est conditionnée par la structure, et qui constitue donc une régulation par le haut, L’autre régulation peut se faire dans le cadre ou hors cadre : dans l'informel des conversations interpersonnelles, par exemple ou pendant les repas et soirées.

89En tout état de cause ce qui importe davantage ici que les conjectures sur ce qui est appris individuellement durant un colloque par les participants-auditeurs — que ce soit par des échanges de niveau, ou sous la forme d'une relation pédagogique (des maîtres à penser, ou des experts, peuvent avoir été conviés à donner des conférences introductives et conclusives) — réside dans les usages finalisés du colloque qu'en font les "responsables" de la manifestation. Il s'agit par exemple de s'inscrire dans une suite de moments forts qui balise l'évolution du savoir institué sur l'objet en question.

90À ce titre c'est la publication des actes qui deviendra un élément clef pour l'histoire, un jalon de référence pour le futur et pour les usagers de toute nature : chercheurs-enseignants-praticiens-étudiants.

911-2 La question de la révision des savoirs consécutive à la réception des points-bilans effectués est en fond d'un colloque. En effet il s'agit d'organiser les conditions d'une mise en commun et d'un nouveau départ de recherches.

92A cet égard, les enjeux sont dans la formation du dispositif de communication et dans l'information qui sera reçue dans le moment et par la suite. En l'espèce, ce qui peut ressortir dans le moment du colloque c'est la question de la complexité de l'objet et des incertitudes disciplinaires sur la valeur effective des tendances de l'évolution en cours. De la sorte se reconnaissent des dimensions où se recalent des représentations possédées

93On est donc dans l'ordre de formes de synthétisation individuelle qui est celle que chaque participant se trouve en mesure d'effectuer. En ce sens il y a bien de la cumulativité des savoirs, même si celle-ci n'est pas directe mais fondamentalement indirecte, organisée par le Projet qui définit ce qui est son information utile.

  • 23 BACHRACH P., The Theory of Démocratie Elitism, London : ULPL, 1969.

94A cet égard, on perçoit que la régulation du savoir sur le sport peut être dite s'effectuer par la base, à un second plan d'acception de la notion : par la future réception des lecteurs des actes du colloque. Notons que le passage de l'oral à l'écrit remet de l'égalité entre tous les communiquants, mais crée une différenciation entre ceux qui y étaient et les autres. On demeure toujours dans un régime qu'avec P. Bachrach on pourrait dire d'"élitisme démocratique"23.

95D'une certaine façon, les contenus des exposés doivent échapper en partie aux auditeurs soit parce que les registres notionnels sont peu familiers soit parce que les cadres d'expérience des uns ou des autres échappent à l'auditeur de base. Mais elle n'échappe pas aux membres de l'"élite dirigeante" placés en exergue — au fronton — du colloque comme autant de figures emblématiques supposés venir occuper une place et en défendre la légitimité.

2. Le Colloque comme activité

96Je me bornerai ici à distinguer les deux dimensions présentes dans l'énoncé de la problématique du colloque : des lieux et des liens, Le colloque est un lieu de pouvoir et un lieu paradoxal ; il organise du lien social et des liaisons communicationnelles.

2-1 La dimension "lieu"

97Un colloque est un lieu de pouvoir et à ce titre est le siège de toute la gamme des dispositions classiques : des affrontements, des compétitions, des enjeux, des stratégies, des forces, etc. Derrière l'apparente réunion de famille ou d'amis se trame une autre réalité en laquelle les gens se marquent et se démarquent, s'observent et se critiquent.

98Pourquoi rappeler cette dimension non dite mais sue par tous ? D'abord parce que pour des spécialistes disciplinaires rien n'est plus risqué que des confrontations interdisciplinaires de haut rang : il y a de la menace possible au centre et du gain éventuel à la marge. Et dans cette confrontation selon les status de chacun peuvent se trouver engagés des intérêts individuels-personnels, de groupe ou collectifs.

99A ce titre, la diffusion d'information qui sera effectuée devra combiner une satisfaction des attentes de Récepteurs (de certains plus que d'autres, on vise à traiter prioritairement certains sans le dire explicitement selon son projet stratégique) et une préservation d'autres informations (de celles exploitables par détournement d'auteur par d'autres). D'où un colloque combinera diffusion et rétention d'informations ; ce qui définira le niveau de la communication. Il s'agira de marquer un territoire et d'affirmer une position dans ce jeu de mesure des rapports de force en présence.

2-2 un lieu paradoxal

  • 24 TARSKI A., Logic, Semantics, Metamathematics, Oxford : 1956.

100Ce colloque, par le fait de poser deux axes de réflexion : un sur les contenus des savoirs actuels (révisant les savoirs antérieurs) et la réparation des besoins de connaissance qui sont portés par le sport, un autre, sur les méthodes, approches et perspectives disciplinaires et le dépassement de cette situation fragmentée, induit des énonciations lourdes de paradoxes potentiels, tels que Russell et Bateson les analysent. Des paradoxes tenant au chevauchement de langage d'objet et de métalangage pour reprendre les catégories de Tarski24.

101Ceci conduira parfois à des jeux rhétoriques, souvent à des sophismes, toujours à des énonciations laissant perplexes sur le message qui est intentionnellement émis par les orateurs. La recherche d'une réassurance de compréhension dans l'observation des intonations, inflexions de voix, gestuelles diverses montre que le fonctionnement autour de la limite du paradoxe amène à une mise en état de perplexité des récepteurs potentiels/actuels.

102Cette incertitude sera encore renforcée par les usages éventuellement approximatifs de notions obligeant à compenser-corriger à la réception les effets distordants causés lors de l'émission.

3. le colloque comme "lien"

103Un lien social ne désigne pas forcément un lien positif : tout lien social est à la fois chargé en positif et en négatif, souvent de façon inégale, inégalité qui varie d'une configuration relationnelle à une autre.

104A cet égard, la convivialité d'un colloque va toujours de pair avec une tensionnalité. A cet égard un colloque s'apparente à une compétition sportive, avec des protagonistes qui se respectent et s'affrontent, des règles du jeu qui ne sont que la limite de régularité des pratiques qui seront mises en oeuvre pour prendre des avantages en jouant à la marge du permis.

105Le colloque est corrélativement codable comme relevant d'un sport de compétition plus que de loisirs (pour la majorité des participants sans doute, quoi que puisse en écrire le romancier et universitaire David Lodge !), d'un sport collectif par certains aspects (les ateliers, les groupes de proches,.,) et d'un sport individuel (chacun est seul pour la prise de parole publique) ; cela s'apparente à des sports de force et d'agilité, à des sports physiques et cérébraux, etc. C'est dire que le "jeu" du colloque est préparé comme l'est un événement sportif : certains professionnels font des colloques comme des sportifs font des "meetings", plaçant dans l'arène (ou sur le marché) des idées dirait-on, ce qui a été mis en forme pour en permettre la confrontation victorieuse. On aura de la sorte la présence de "ténors", de "vedettes", de "champions" d'envergure différente et hiérarchisée (régional, national, international).

  • 25 HABERMAS J., Théorie de l'agir communicationnel, Paris : Fayard, 1987.
  • 26 AUSTIN J.L., Quand dire c'est faire, Paris : Seuil, 1991,

106Sur un autre plan relatif au Rapport à l'Autorité et au Rappport à l'Extérieur qu'il établit, un colloque est une occasion de prise de parole et d'expression. On pourrait dire qu'un colloque ça fait parler. Il s'inscrit à ce titre dans la dynamique de l'interaction sociale, de ce que Habermas spécifie par le syntagme "l'Agir communicationnel"25. C'est d'abord dire qu'un colloque s'inscrit dans les fonctions de l'échange langagier que Austin26 cale sur les trois fonctions : locutoire (dire ce qu'on fait), illocutoire (dire c'est faire) et perlocutoire (dire pour faire faire). La communication de colloque couvre l'ensemble de la trame fonctionnelle.

107De façon connexe le colloque crée du lien qui fait une communauté ("communauté scientifique"), en fondant les individualités dans un creuset dont sort un acteur collectif structuré par l'organisation du travail du colloque qui devient auto-pilotant et auto-régulateur (comme le banc de poissons). On pourrait en termes organisationnels y construire un dispositif de type "système d'action concret" avec ses enjeux et ses acteurs.

108En guise de conclusion, un mot particulier à propos des "responsables" du colloque. Dans le système dont nous venons d'esquisser la dynamique et la logique, les organisateurs-promoteurs-coordinateurs des travaux jouent une carte particulière. Leur rôle les met en posture décalée : ils ont travaillé avant, faisant en quelque sorte une avance sur travaux ; ils tireront les bénéfices principaux de la manifestation après coup, lorsque les retombées — si elles existent — se manifesteront. Dans le moment il s'agira de mettre en place les "acteurs" (formatage du travail collectif, groupai, individuel), la présence des participants étant déjà une première reconnaissance statutaire personnelle des organisateurs ; reconnaissance qui aura des effets en retour ici et là.

109Un colloque s'ouvre et se clôt.

110Parler le dernier et avoir le dernier mot constituent dans l'ordre sémiologique la position clef : celle qui ouvre le champ des possibles personnel, tous les autres ayant épuisé leur crédit d'argumentation.

Notes

1 DENNETT D.C., La stratégie de l’interprète. Le sens commun et l'univers quotidien, Paris : Gallimard, 1990.

2 BERGER P., LUCKMANN T., The social Construction of Reality, Harmondsworth : Penguin Books, 1981.

3 THOM R., Esquisse dune sémiophysique, Paris : InterEd., 1988.

4 GRAVITZ M., LECA J., Traité de science politique, Paris : PUF, 1985.

5 SFEZ L, (ed), L'objet local, Paris : U.G.E., 1977.

6 CHAMPAGNE P., Faire topinion, Paris : ed. Minuit, 1990.

7 JONES C.O., An Introduction to the Study of Public Policy, Belmont : Duxbury Press, 1970.

8 MULLER P„ Les politiques publiques, Paris : PUF-Que sais-je ?, 1990.

9 MABILEAU A. (ed), A la recherche du "local", Paris : L’Harmattan, 1993.

10 LENCLUD G., Patronage électoral et culture politique en Corse, RFSP, 88, no 5.

11 RORTY M„ L'homme spéculaire, Paris : Seuil, 1990.

12 HOFSTADTER R„ Godet, Escher, Bach : an Eternal Braid, The Harvester Press, 1979.

13 TOPALOV C., Conférence introductive. Colloque "A la croisée des chemins", Montréal : juillet 1992.

14 ELIAS N. Qu'est-ce que la sociologie ?, Paris : Pandora, 1981.

15 BATESON G., Vers une écologie de l'esprit, Paris : Seuil, 1980.

16 HALL T.H., La dimension cachée, Paris : Seuil, 1971.

17 CYRULNIK B., Sous le signe du lien, Paris : Hachette, 1989.

18 GAXIE D., LEHINGUE P., Enjeux municipaux, Paris : PUF, 1984.

19 RENARD G., La théorie de l'institution, Paris : Sirey, 1930.

20 LOURAU R., L'analyse institutionnelle, Paris : éd, Minuit, 1970.

21 DOUGLAS M., How Institutions Think ?, N.Y, : Syracuse Univ, Press, 1986.

22 DETIENNE M., VERNANT J.P., Les ruses de l'intelligence. La Métis des grecs, Paris : Flammarion, 1974.

23 BACHRACH P., The Theory of Démocratie Elitism, London : ULPL, 1969.

24 TARSKI A., Logic, Semantics, Metamathematics, Oxford : 1956.

25 HABERMAS J., Théorie de l'agir communicationnel, Paris : Fayard, 1987.

26 AUSTIN J.L., Quand dire c'est faire, Paris : Seuil, 1991,

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540