Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

Conférences de conclusion

Sport et changement social

La méthode des modèles et l'histoire des exercices physiques

Pierre Arnaud

Texte intégral

1Il est désormais classique de trouver des nuances ou des différences fondamentales entre l'histoire de la longue durée et l'histoire événementielle, entre l'histoire des structures, des conjonctures et des événements, sans évoquer les genres historiques : histoire culturelle, histoire des mentalités, histoire politique… ou les thèmes sur lesquels elle porte : histoire du vêtement, de l'alimentation, histoire religieuse, histoire du mouvement ouvrier, histoire de l'hygiène, histoire de l'éducation, histoire du sport, etc... Bref, une histoire mosaïque qui parvient difficilement à imposer l'idée qu'elle est une histoire totale.

  • 1 La revue Sport-Histoire, créée en 1988 par les éditions Privat, Toulouse, n'a pu vivre que deux an (...)

2Dans ce contexte, l'histoire du sport n'a pas encore (au moins en France) conquis ses lettres de noblesse, ni d'ailleurs ses lecteurs1. Ce qui n'empêche nullement de s'interroger sur ce qu'elle est et la manière dont elle est écrite.

  • 2 HUBSCHER R, et coll., L'Histoire en mouvements, le sport dans la société française ( xix e- xx e s (...)
  • 3 GUAY D., La Culture sportive, Paris : PUF, 1993. (Une remarquable mise au point).

3Comme il faut bien donner un nom aux réalités que l'on désigne, il convient de rappeler l'ambiguïté du concept "sport" et de l'expression "changement social''. La plupart des définitions du sport sont empreintes de subjectivisme et d'idéologie. Elles se fondent généralement sur des rapports d'analogie, des métaphores qui ne peuvent nous informer sur le sens des pratiques d'exercices physiques, les valeurs qui les caractérisent, leurs spécificités techniques, la singularité de leurs acteurs. "Où commence, où s'arrête le sport ?" s'interroge R. Hubscher qui constate également que définitions, classifications et taxinomies relatives au sport recouvrent des enjeux parfois difficiles à cerner2. En fait, le concept-sport est selon D. Guay, un "brouillard conceptuel" recouvrant une "anarchie de sens". Concept passepartout, tout se passe comme s’il était "impossible de le définir". Or, poursuit fort justement l'auteur "comment prétendre faire l'étude scientifique d'un phénomène si on ne peut pas circonscrire sa réalité spécifique"3.

  • 4 Bulletin du Centre d'Histoire économique et sociale de la région lyonnaise, CNRS, Université Lyon (...)

4Par ailleurs, l'expression changement social ne se prête guère à des définitions précises : Maurice Garden, coordinateur à la fin des années 1970 d'un programme de recherche sur l'observation du changement social et culturel dans la région lyonnaise, faisait remarquer dans l'avant-propos de son rapport que "la notion de changement social n'avait pas fait l'objet d'une réflexion théorique approfondie préalable" et que la recherche avait été conduite de manière empirique, appliquée directement sur des populations dans leur cadre de vie, sur des terrains, ruraux ou urbains4. Certes, pour tout sociologue ou historien, les changements de comportements, les changements sociaux, politiques, culturels s'imposent à nos regards avec évidence sans que l'on ait pour autant une perception claire de ce qui change véritablement ! La notion de changement est relative, en tout cas difficile à cerner et à définir. Ce qu'indiquait récemment le sociologue J.C. Passeron, non sans ironie d'ailleurs :

  • 5 PASSERON J.C., Attention aux excès de vitesse. Le "nouveau" comme concept sociologique, in Esprit,(...)

les cultures ne changent pas de structure comme de chemise (...) Il faut un sacré recul et un espace suffisant de comparaison pour s'assurer que, dans ces démaillages et remaillages continuels, un changement a pris un volume (statistique), une unité (signifiante) et un pouvoir (inducteur) permettant de conclure à l'apparition d'une nouvelle configuration digne d'une nouvelle description d'ensemble : typer sans typologie ne vaut5.

5Face à ces incertitudes à la fois conceptuelles et méthodologiques, le risque est grand d'écrire l'histoire sur la base de convictions idéologiques qui font du changement (et donc des différences voire des ruptures) le postulat préalable à toute analyse, et du sport son révélateur. Inversement, d'autres convictions postuleront que rien ne change, que l'histoire est un éternel recommencement et que le sport en est la parfaite illlustration : "de tout temps, les hommes ont fait du sport"...

  • 6 CHARTIER R, et VIGARELLO G., Trajectoires du sport, in Le Débat, no 19, février 1982, p. 35.

6D'aucuns ont pu écrire que l'histoire du sport n'avait nul besoin de s'enliser "dans une collecte sans fin de données documentaires, rassemblées pour une description n'ayant pas d'autre fin qu'elle-même"6. Position curieuse, sauf à considérer que l'histoire du sport et du changement social peut entrer tout de go dans un prêt-à-porter théorique. Ou que les analyses trans-historiques effectuées à bride abattue, peuvent faire l'économie de la vérification aussi bien chronologique que sociologique : le genre "synthétique" a sûrement des vertus didactiques, mais il fait peu de cas des nuances, sauf à laisser ce soin à d'obscurs tâcherons peu enclins à se soumettre aux règles qu'imposent les grandes sagas à visées médiatiques.

7Selon P. Bourdieu le sport fonctionne comme un champ et

  • 7 BOURDIEU Pierre, Comment devient-on sportif ? in Questions de sociologie, Paris : Ed, de Minuit, 1 (...)

l'on ne peut pas comprendre directement ce que sont les phénomènes sportifs à un moment donné dans un environnement social donné en les mettant en relation directement avec les conditions économiques et sociales des sociétés correspondantes : l'histoire du sport est une histoire relativement autonome qui, lors même qu'elle est scandée par les grands événements de l'histoire économique et politique, a son propre tempo, ses propres lois d'évolution, ses propres crises, bref sa chronologie spécifique7.

  • 8 Cf. Revue Mots, Politique et sport, no 29, décembre 1991, Paris : Presses de la Fondation National (...)

8Ce qui implique donc que le sport, le système sportif (avec ses institutions, ses règles de fonctionnement et ses techniques corporelles codifiées, ses espaces spécialisés, ses pratiquants et ses dirigeants, etc...) possède une spécificité irréductible à celle des autres systèmes d'exercices physiques, institutionalisés ou non. Il faut donc convenir que les exercices physiques ne constituent pas un domaine d'étude homogène, et que leur diversité même engage à les concevoir tantôt comme le reflet, tantôt comme les agents des transformations de la société. Penser, écrire et modéliser leur histoire c'est donc introduire de la différence, voire des oppositions, là où il n'y avait, selon toutes les apparences, qu'uniformité, unité ou filiation. Ce qui revient à se poser la question suivante : l'apparition du sport moderne n'est-elle pas l'expression d'un changement social et culturel, d'une rupture radicale avec d'autres manières de s'exercer physiquement ? En conséquence le sport, et plus largement les exercices physiques, divisent probablement beaucoup plus qu'ils n'unissent. Notre projet sera donc ici de proposer une méthode d'analyse des pratiques d'exercices physiques permettant de rendre intelligibles leurs significations dans le contexte historique où elles sont observables, et en conséquence, d'accéder à la perception et la compréhension du changement social. L'ambition étant, à terme, de proposer une nouvelle conception de la durée en histoire8.

les interprétations de l'histoire du sport : continuité ou rupture ?

  • 9 Cf. CHAPUS E., Le sport à Paris, Paris ; Hachette, 1854 ; THIBAULT J., Sports et éducation physiqu (...)

9L'histoire du sport ne peut pas s'écrire sur la longue durée ! Pourtant, tout se passe comme si le sport trouvait une légitimité, un gage de "sérieux" dans la recherche d'origines toujours plus anciennes ou prestigieuses, Ainsi l'histoire aurait pour mission de construire une tradition mythique et légendaire du sport9.

  • 10 WAHL A., Les Archives du football, Sport et société en France, 1880-1980, Paris : Gallimard-Jullia (...)

10Cette histoire pourrait logiquement débuter avec l'origine du concept (en vieux français "disport", c'est à dire jeu, amusement), d'ailleurs commune pour les Anglais et les Français. Mais le mot sport n'apparaît en France que vers 1820 et n'est reconnu par l'Académie française qu'en 1878, Son apparition dans la presse française n'est systématique qu'à la fin du xixe siècle. Mais le mot désigne dès cette époque des pratiques bien différentes : le turf, les jeux de paris, et lorsque les premiers clubs sont créés à Paris ou au Havre, il ne s'agit encore que de course à pied (l'Union des Sociétés Françaises de Course à Pied est créée en 1887 avant de devenir le 31 janvier 1889 l'Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques). Le même phénomène est d'ailleurs constaté dans tous les pays : les sports anglais conquièrent le monde et la greffe britannique ne prend que dans le dernier tiers du xixe siècle. Bref, le mot sport désigne alors des exercices physiques qui possèdent en commun des caractéristiques constantes : l'activité physique, la compétition, l'institution, la règle, le calendrier, l'esprit sportif. En ce sens, nous sommes bien en présence d'un modèle inédit d'exercices physiques (que l'on qualifie à l'époque de "sportif" ou des "sports athlétiques"), et c'est bien ce caractère de nouveauté qui a convaincu les défenseurs du sport d'en assurer la promotion. Cette rupture historique survient d'ailleurs à un moment de mutations politiques, sociales, éducatives, économiques et paraît légitimer l'idée selon laquelle les pratiques d'exercices physiques participent du changement social10.

11L'historiographie relative aux "origines" du sport persiste à en proposer trois interprétations :

  1. - La plus commune consiste à affirmer que : "De tout temps, les hommes ont fait du sport" ! Le sport serait donc éternel, l'apparition du mot lui-même11 n'étant qu’une concession au modernisme. C'est ainsi que maints articles et ouvrages traitent du "sport au moyen-âge", du "sport" chez les Indiens d'Amérique, du sport dans l'ancienne Egypte, assimilant jeux et rituels, techniques guerrières et divertissements à des sports12. En conséquence, il y aurait une essence du sport'13 ou bien il ne serait que la forme moderne des anciens jeux traditionnels (le rugby trouve ses origines dans la soule par exemple14), transformés sous la pression des innovations et du changement social. On notera d'ailleurs que cette conception peut également se fonder sur une recherche de "paternité" empreinte de chauvinisme : le football anglais ne serait que la réplique de la “barette" française ou du "calcio" italien15. Ou encore, toutes les formes d'exercices physiques pourraient se ranger dans des catégories transhistoriques (jeux d'Ilynx, de Mimicry, d'Agon et d'Alea), comme pour R. Caillois16. Finalement, si les concepts changent, ils désignent une même réalité : les hommes se livraient à des jeux "sportifs" et "athlétiques" sans le savoir, tout comme Monsieur Jourdain faisait de la prose. Le sport relèverait d'un instinct fondamental, ("un instinct sportif" écrit B. Gillet), d'une sorte de schème spécifiquement humain contenu dans son bagage génétique, il serait en quelque sorte une activité naturelle. Ainsi ce qui rend digne et noble la pratique sportive, ce qui la fonde culturellement, ce sont justement ses très anciennes origines et sa longue tradition17. Mais paradoxalement, "l'attribution d'une essence propre au sport incite à le traiter comme une simple activité non organiquement rattachée au contexte social, à s'arrêter aux apparences de son exercice et à conclure à son caractère intrinsèquement a-social18.
  2. - La seconde interprétation est plus élaborée et prétend avoir des fondements historiques en affirmant que le sport moderne trouve ses origines dans l'Antiquité grecque. C'est la thèse soutenue par les représentants officiels de l'Olympisme et par nombre d'historiens, de philosophes, de sociologues français et étrangers19. Elle se développe particulièrement à la fin du xviiie siècle lorsque la civilisation européenne tend à idéaliser la culture antique (pensons en particulier à la Révolution française). L'idée même de ressusciter les Jeux olympiques se fonde sur cette mythologie philhellénique avec la première tentative connue, celle des Anglais en 1844 à Montréal. Les fouilles archéologiques qui ont permis la découverte du site d'Olympie ont contribué à susciter le culte de l'athlète grec. Et, à partir de cette époque, les tentatives de restauration des Jeux olympiques sont nombreuses : celle du Dr William P. Brookes, fondateur des jeux olympiques de Much Wenlock ; celles du gouvernement grec, libéré de la tutelle turque et cherchant à commémorer son identité en 1859 puis 1870 par la renaissance des jeux d'Olympie ; puis celle de Pierre de Coubertin à partir de 1894... Toutes reposent sur l'idée que le sport moderne trouve ses fondements, sa philosophie et sa signification sur la pérennité et l'universalité de la culture grecque. L'analyse des documents archéologiques (sculptures, objets divers, fresques, peintures, écrits, etc.,.) tend à démontrer par analogie que le sport moderne n'est finalement que la réplique de gestes sportifs ancestraux : d'ailleurs l'expression "rénovation" indique bien qu'il s'agit moins d'une innovation que d'un changement par modernisation. Des sports antiques aux sports modernes la continuité semble donc évidente : elle introduit à une vision anthropologique universelle du défi et de la compétition en tant que source du progrès de l'homme et du pacifisme (la trève olympique). E. Norman Gardiner fut, au début du xxe siècle, le défenseur le plus acharné de cette conception20. Ce discours, profondément idéologique, en ce qu'il fait l'économie de la preuve et se soustrait à toute contestation, est tacitement admis et amplifié par les médias et s'érige en une véritable croyance. Il trouve les meilleures conditions de son expression lors des travaux, conférences ou colloques se déroulant en Grèce21.
  3. - La troisième interprétation est probablement la plus argumentée : le sport moderne est né en Angleterre au début du xixe siècle puis s'est diffusé dans le monde par l'intermédiaire des "colonies" anglaises installées dans les capitales et les grandes villes commerciales et industrielles. Cette thèse est récente puisqu'elle est esquissée pour la première fois en France, non sans ambiguités d'ailleurs, par le philosophe J. UImann. L'argumentation historique montre que le sport est né de la société technico-industrielle22. Ainsi, son apparition répondrait-elle à un effet de conjoncture :
  • 23 MARKOVITS A.S., Pourquoi n'y-a-t-ll pas de football aux Etats-Unis ? in Vingtième siècle, revue d' (...)

Les sports modernes sont étroitement liés au développement des démocraties de masse. Le sport, forme organisée d'un loisir réglementé et, par la suite, d'une culture de consommation, évolue parallèlement à ces éléments majeurs de la modernisation que sont l'urbanisation, l'industrialisation, l'éducation et la participation toujours croissante d'un nombre régulièrement grandissant de citoyens à la vie politique et économique. La création et surtout la diffusion des sports modernes participent d'un mode de vie bourgeois…23

  • 24 Cf. BROHM J.M., Sociologie politique du sport, Nancy : PUN, 1992 (1ère édition Paris : Delarge, 19 (...)
  • 25 ELIAS N. et DUNNING E., Quest for Excitement, Sport and Leisure in the Civllizing Process, Oxford  (...)

12Ainsi, le sport serait l'un des indices de la modernité en introduisant règle, mesure et compétition dans les exercices physiques, en se conformant aux caractéristiques du travail industriel24. Il participerait enfin à une entreprise de contrôle social de la violence et de socialisation. Mais le procès de sportivisation (nous devrions dire de civilisation) des jeux renvoie aussi à l'idée selon laquelle le sport ne serait qu'une forme supérieure de jeu, réglementée et codifiée25.

13Toutes ces interprétations n'engagent guère à considérer le sport dans ses rapports avec le changement social. Faute de pouvoir présenter ici les critiques de ces interprétations, nous tenterons de proposer une autre approche de l'histoire des exercices physiques, à partir d'une problématique et d'une méthode prenant en compte l'observation systématique de leurs éléments constitutifs.

  • 26 Cf. ARNAUD P., Le Sportsman, l'Ecolier, le Gymnaste, op. cit, p. 42. On pourra également se report (...)

14Peut-on mesurer ou pour le moins évaluer le changement ? Sur quoi porte-t-il ? Quelles sont sa nature, son ampleur et sa durée ? Si l'on admet que les exercices physiques ont partie liée avec la culture physique, c'est-à-dire avec "un ensemble transmissible de manières d'être, de vivre, d'agir, de penser, d'attitudes et de croyances propres à un groupe social et qui fondent son identité"26, nous disposons alors des éléments permettant d'élaborer les différentes configurations qui peuvent rendre compte des transformations qui ont affecté les manières de s'exercer physiquement.

15Cette autre approche de l'histoire des exercices physiques doit néanmoins éviter les écueils précédemment énoncés auxquels s'ajoute un autre : postuler que l'histoire de la société (en particulier occidentale), son développement politique et social, déterminerait a priori les formes d'Organisation des exercices physiques. Ainsi :

  • 27 DURING B., Des jeux aux sports, Paris : Vigot, 1984. Cette position est également implicitement ad (...)

Des jeux aux sports, en passant par les gymnastiques, nous avons fait l'hypothèse d'un cheminement ; et pour expliquer celui-ci, retenu quelques-unes des explications possibles, aussi bien situées au plan des idées, à celui des techniques, des mentalités) de l'évolution économique et sociale.
Se dessinent trois modèles successifs : les jeux traditionnels sont placés dans le contexte des sociétés, faiblement centralisées, où l'essentiel du pouvoir se situe dans la communauté de vie elle-même. Les gymnastiques disciplinées et rationnelles correspondent à l'âge du despotisme éclairé, au développement des pouvoirs centraux forts, et des Etats Nations. Les sports sont au-delà : loin d'être imposés et réservés à la formation de quelques-uns, ils sont revendiqués par tous. Les Etats modernes, centralisés, s'ils veulent durer, ne peuvent se contenter du despotisme, même éclairé. Il leur faut susciter l'adhésion active, l'engagement créateur des individus, et leur faire intérioriser les règles du jeu sur lesquelles ils reposent"27.

la modélisation de l'histoire des exercices physiques

16Quand on s'efforce d'accéder à la connaissance d'une réalité sociale et culturelle, la simple observation, sur la base d'un relevé informatif des données d'archives, permet par inductions successives, d'imaginer (et donc de se représenter) des liens structuraux entre ces données. C'est ainsi par exemple qu'on peut faire l'hypothèse que la pratique de la natation n'a pas la même signification selon qu'elle se déroule dans l'eau vive des espaces naturels (rivière, fleuve, lac, mer, etc.,.), dans l'eau calme des bassins aménagés ou l'espace feutré des piscines... Ses finalités paraissent différentes, le public qui s'y adonne n'est pas le même, les techniques de nage et le vocabulaire qui les désignent sont également différents, les modes de constitution des groupes (formels ou informels) laissent également supposer que les liens qui fondent leur identité sont plus ou moins affirmés ou revendiqués, etc... Bref, nous avons une image de type impressionniste des différentes manières de pratiquer la natation, que nous devons tenter d'objectiver en identifiant les éléments qui la constituent puis en re-constituant ces éléments d'une manière structurée pour accéder à la connaissance des pratiques de la natation.

  • 28 On pensera plus particulièrement ici à la classification de Pierre Parlebas (présence ou absence d (...)

17Cette "impression" pourrait tout aussi bien concerner les différentes manières de pratiquer le ski, l'escalade, le cyclisme, la gymnastique, etc... L'expérience vécue ou la simple observation permettent de le subodorer, les documents d'archives favorisent cette impression : ces manières de pratiquer s'expriment par des gestuelles particulières, sont porteuses de significations singulières, rassemblent des pratiquants différents, disposent d'un langage et d'un vocabulaire indigènes, se développent dans un environnement social, physique, écologique distinct, etc... Que peut-il y avoir de commun par exemple entre une course en ligne (ski de descente, de slalom, canoëkayak, cyclisme, course de vitesse, escalade d'un mur artificiel, etc..,) qui se réfère explicitement au modèle des sports athlétiques (performance dans un milieu normalisé, standardisé, selon des techniques d'exécution réglementées) et la recherche du risque, de l'aventure dans un milieu naturel et parfois hostile (randonnée pédestre ou à ski, à vélo, descente de torrents, ascension d'une paroi, etc..,) qui se réfère à un autre modèle d'exercice physique défini par des critères différents. Ces observations ont d'ailleurs donné lieu à des tentatives de classification des activités physiques et sportives selon des critères multiples à des fins le plus souvent pédagogiques28. Bref, comme l'indique J. Pontier :

  • 29 PONTIER J., DUFOUR A.B., NORMAND M., Le modèle euclidien en analyse des données, Bruxelles : Ed, d (...)

sans vouloir ici disserter longuement sur l'objectivité et la subjectivité, nous remarquerons seulement que la connaissance que nous avons d'un phénomène quel qu'il soit, est entièrement subordonnée à la qualité de l'image que nous en avons et à celle des mécanismes d'analyse et de synthèse dont nous disposons. Ces deux qualités ne sont ni permanentes ni universelles, et sont en constante évolution...29

  • 30 LEGAY J.M., La méthode des modèles, état actuel de la méthode expérimentale, Paris : 1973, p. 26.

18Cette référence aux travaux et analyses d'un mathématicien a pour objet de rappeler que ce sont les mathématiciens qui ont élaboré la "méthode des modèles". Selon J.M. Legay, cette méthode est un "instrument d'analyse de la réalité en vue de communiquer les résultats de cette analyse". C'est dire que le modèle est une construction approximative, une simplification de la réalité qui permet de la rendre explicite et intelligible. "Ainsi un modèle n'est pas la réalité, il est l'instrument d'étude de la réalité"30. Expression de la complexité des phénomènes, il en est une représentation simplifiée et ordonnée. A ce titre, l'historien peut avoir avantage à utiliser cette méthode, dans la mesure où elle peut contribuer à identifier et formaliser les conditions objectives de création, de transformation et de développement des pratiques d'exercices physiques.

19À partir de ces indications générales, le moment est venu de préciser les conditions de mise en oeuvre de cette méthode.

comment construire des modeles ! aspects methodologiques

  • 31 CALLEDE J.-P., L'esprit sportif, op.cit.

20Lorsque J.-P. Callède écrit L'esprit sportif, il indique qu'il poursuit trois objectifs : analyser les conditions d'apparition et de diffusion du sport ; étudier la sociabilité associative en tant que manière de nouer des relations plus ou moins formelles entre les membres d'un groupe ; et identifier "les modèles sociaux ou culturels qui individualisent les groupes sociaux et/ou des groupes d'âges". Il propose alors une définition de la notion de modèle : c'est "un ensemble plus ou moins complexe, identifiable par des traits et des caractéristiques spécifiques qui assurent sa permanence ou sa relative stabilité, sa reproduction ou sa diffusion. Ces traits sont d'ordre institutionnel ou organisationnel, sociodémographique, comportemental, axiologique". Et d'ajouter : "de tels modèles, selon les époques ou les lieux, les domaines ou les circonstances, coexistent, se superposent ou s'opposent"31.

  • 32 ARNAUD P., Le Sportsman, l'Ecolier, le Gymnaste, op. cit. et LAURANS G., Compte rendu de l'ouvrage (...)

21Comme nous l'avons indiqué, un modèle est un ensemble d'éléments et de relations entre des éléments intérieurs (structure interne) et/ou extérieurs (structure externe) ; éléments et relations pouvant, bien sûr, évoluer dans l'espace et dans le temps. Ainsi, certains biologistes étudient la "dynamique des populations", c'est-à-dire l'évolution dans l'espace et dans le temps de populations animales et/ou végétales, de leurs relations entre elles et avec le milieu naturel (lequel évolue aussi). La modélisation est un outil de travail pour ces biologistes, qui essayent de mettre en évidence des "lois", des "mécanismes" décrivant, sinon expliquant, ces évolutions. C’est pourquoi l'élaboration d'un modèle (qui n'est qu'une sorte de typologie, de systémique ou classification) est tributaire de la plus ou moins grande quantité d'informations recueillies, et donc, dans notre cas, de l'existence et de la richesse informative des documents d'archives. Un modèle ne peut se construire avec un seul caractère. Or, on sait d'expérience, que les sportifs (dirigeants et pratiquants) n'ont guère de mémoire, ne cultivent guère le goût de l'archive, ce qui rend la collecte des données difficile et parfois impossible. Mais ce n'est pas nécessairement un handicap : les êtres vivants étudiés par les biologistes ne cultivent guère, eux aussi, le goût de l'archive ! Et s'agissant de l'homme, l'évolution spatio-temporelle de ses pratiques d'exercices physiques est répartie entre l'histoire et la géographie humaine. Les historiens ont donc des affinités d'objectifs et de méthodes avec les biologistes, les éthologistes et les ethnologues. C'est pourquoi nous avons pu soutenir que l'histoire pouvait être conçue comme une ethnologie d'archives, terme repris par l'historien G. Laurens à propos de nos travaux32.

22L'usage simultané de différentes méthodes et techniques d'investigation peut permettre de pallier ces difficultés (méthodes quantitatives, entretiens, iconographie, etc...). Cette construction a posteriori, vise à donner une intelligibilité (une lisibilité) aux pratiques d'exercices physiques par l'identification de critères pertinents d'analyse, critères qui doivent être repérables sur la durée.

23La modélisation permet donc de dépasser l'ambiguïté sémantique qui désigne ou qualifie une pratique, ambiguïté qui laisse planer le doute de sa permanence historique (ex : les hommes ont toujours nagé, couru, sauté, etc...) pour mettre l'accent sur ses aspects durables mais circonscrits dans le temps, et donc sur l'existence de paramètres plus ou moins éphémères qui permettent de la caractériser, de la désigner en tant que pratique singulière, irréductible aux autres modèles.

24Ces modèles étant élaborés a posteriori, il faut donc les construire sur la base d'une accumulation de matériaux, d'indices à la fois qualitatifs et quantitatifs qui, mis en séries ou en relations, aboutissent à une formalisation. C'est ainsi que de longues séries homogènes de données sur les sociétaires, dirigeants, membres d'honneur des sociétés sportives (âge, sexe, profession, lieu de naissance, lieu de résidence, opinions politiques, croyances religieuses, etc...) autorisent un traitement mathématique (analyse factorielle) et permettent d'accéder à une représentation ordonnée des modèles de pratiques.

  • 33 ARNAUD P., Le Sportsman, l’Ecolier, le Gymnaste, op. cit., p. 600 ssq. et ARNAUD P., La naissance (...)

25L'investissement des associations sportives relève d'un processus de division du travail associatif entre dirigeants et pratiquants sur la base d'une répartition des statuts et des rôles, Ainsi, les notions d'affinités et d'identité sont des freins à l'extension du recrutement de nouveaux sociétaires, afin de préserver la cohérence et l'homogénéité du groupe, elles sont fortement corrigées par la bureaucratisation et la sécularisation de la vie associative elle-même. Le jeu du recrutement par cooptation et parrainage renforce la constitution de réseaux de sociabilité plus ou moins discrets dont la base est territoriale, sexuelle, idéologique, professionnelle ou générative. En revanche, l'organisation interne de l'association tend à renforcer les clivages entre dirigeants et pratiquants, entre membres actifs et membres d'honneur. Ce phénomène est repérable dans toutes les sociétés sportives, alors même que celles-ci se répartissent d'une manière hiérarchisée, L'analyse des correspondances indique en effet que les sociétés de jeux traditionnels (sarbacane, boules, billes, etc.,.) et les sociétés ludo-professionnelles (joutes, sauvetage, natation..,) recrutent leurs membres (les pratiquants et les dirigeants) parmi les milieux populaires, de même que les sociétés conscriptives (mais dans ce cas, il s'agit uniquement des pratiquants). En revanche, les sociétés d'art académique (escrime, équitation, tir à l'arc...), les sociétés de sports anglais ou de sports mécanisés recrutent leurs sociétaires parmi les milieux distingués, une sorte d'élite sociale tant du point de vue des critères économiques que culturels. Ainsi, le plus souvent, sociétaires et dirigeants appartiennent au même monde social, au même univers culturel et sont de plus souvent liés par la proximité d'âge. Ces constats sont vérifiés pour chacune des périodes étudiées (1860-1890 et 1891-1914) avec de profondes disparités entre ces deux périodes : si les structures affinitaires n'ont pas changé pendant ces deux périodes, on assiste à une rupture progressive des rapports sociaux entre pratiquants et dirigeants. Aux règles tacites de la sociabilité conviviale privilégiant l'exercice d'un pouvoir charismatique s'opposent, à partir des années 1890, les règles écrites et légales de la sociabilité publique et un partage des pouvoirs fondé sur le respect de l'autorité légale. Les dirigeants deviennent de plus en plus des "notables" et leur élection n'est pas la conséquence de leur compétence "sportive", mais résulte de leur aptitude à nouer des relations utiles pour l'avenir de la société33.

  • 34 ARNAUD P., De l'eau vive à l'eau domestiquée, in CTHS, La Ville et le fleuve ; TERRET Thierry, Les (...)

26En associant les techniques mathématiques à un recueil systématique de données qualitatives sur les statuts des associations, les discours des dirigeants et de la presse, ou plus généralement tout ce qui concerne de près ou de loin l'activité de ces sociétés, il est possible de dresser une typologie objective des pratiques d'exercices physiques, mettant en relation les données techniques (relatives à la manière plus ou moins codifiée de pratiquer un exercice physique), les données curriculaires (âge, lieu de naissance, adresse, sexe, profession, convictions politiques et religieuses, etc...), les données institutionnelles (statuts de l'association, sa localisation, etc.,.), bref tout renseignement ou indice permettant de situer (et donc de modéliser) dans l'espace et dans le temps, une pratique d'exercices physiques, ses pratiquants et ses dirigeants, comparativement à d'autres. Le tableau 1, s'inspire des travaux de P. Arnaud et T. Terret sur l'histoire de la natation34, et présente quelques-uns des critères qui ont été retenus pour une exploitation systématique des documents d'archives, de la presse, de la littérature, de l'iconographie, des témoignages écrits et oraux, etc… Bref, il s'agit de rassembler le plus grand nombre d'indices qui permettent de décrire les exercices physiques, la manière dont ils sont pratiqués et les groupes ou les personnes qui s'y adonnent.

27L'analyse de contenu des statuts des sociétés et des discours attachés à la pratique de la natation permet d'identifier les motifs différents qui rassemblent les sociétaires : si les liens d'amitié, de camaraderie sont le plus généralement allégués, les sociétés de sauvetage et de joutes se constituent autour des valeurs de fraternité, d'entraide, du mutualisme alors que les sociétés conscriptives font état de valeurs civiques, patriotiques, eugéniques. Mais les associations sportives offrent à leurs adhérents un autre système de valeurs fondé sur la compétition, la concurrence. À ces simples constats s'ajoutent bien d'autres critères de différenciation concernant par exemple les espaces et lieux de pratique : des espaces naturels, naturels-aménagés, espaces spécialisés ; ou encore la nature des rencontres entre les sociétaires (fêtes, naumachies, concours, défis, compétitions, etc...), les moments où elles se déroulent (fêtes saisonnières, fêtes religieuses, politiques, syndicales, calendrier propre) ; la plus ou moins grande autonomie de la pratique de la natation par rapport à d'autres pratiques d'exercices physiques ; la plus ou moins grande technicité qu'exigent ces affrontements ou ces jeux et donc l'entraînement spécifique qu'ils requièrent, etc...

28Ainsi la natation traditionnelle, la natation conscriptive et la natation sportive sont autant de modèles qui, à la fin du xixe siècle, obéissent à des principes organisateurs de la pratique de la natation qui, pour n'être pas consciemment repérés par les pratiquants, jouent néanmoins un rôle de distinction, de discrimination. Pour aller plus avant, il semble qu'il y a cohérence, harmonie entre modèles de pratique de la natation et modèles de sociabilité :

La natation traditionnelle est attachée aux conditions d'existence, à l'exercice du métier. Elle est en quelque sorte un prolongement de l'activité professionnelle. Elle exprime donc les valeurs propres au groupe qui la pratique : courage en face du danger, abnégation de soi, altruisme. La natation est essentiellement utilitaire : elle n'a de signification que si elle participe à une œuvre sociale et humanitaire. Et seule l'expérience acquise au sein du groupe permet de maîtriser les eaux tumultueuses... C'est bien la fréquentation quotidienne du danger qui justifie la création de sociétés de sauvetage fortement ancrées dans le quartier ou le village, près des berges des rivières, à une époque où les crues ne sont point endiguées et où s'impose l'esprit solidariste et mutualiste. Dès lors, les affinités corporatives et la sociabilité villageoise structurent la vie du groupe et forgent son identité. Ce qui domine dans la vie des sociétés ce n'est pas la pratique de la natation, mais la vie sociale : convivialité, réjouissances entre soi, attachement aux traditions, inscription des réjouissances, des deuils, des épreuves, dans la vie locale. Tel est le sens de la vie du "quartier" et des cérémonials qui la scandent. En conséquence, les "gens de rivière" ont quelque peine à s'ouvrir sur la modernité, et c’est bien ainsi qu'il faut interpréter leur résistance au changement. Le contexte politique peut les inciter un moment à participer aux fêtes conscriptives et patriotiques organisées par les élites locales de la IIIe République, ou à se placer sous l'autorité d'une Fédération qui leur est étrangère (en l'occurrence l'USGF)… l'entre-soi ne s'accommode guère d'ingérences extérieures et les formes disciplinées des mouvements d'ensemble de la natation conscriptive sont impropres à l'expression de leurs qualités professionnelles. Et les sociétés de sauvetage ne parviendront jamais à s'intégrer durablement dans les formes conscriptives puis sportives de la natation. En revanche, nombre de leurs sociétaires trouveront dans les épreuves de fond matière à tirer profit de leurs qualités acquises par l'expérience répétée.

La natation conscriptive n'est en revanche que la forme particulière d'un militantisme patriotique né des circonstances militaires et politiques. Elle s'inscrit dans une logique de l'instruction et de la socialisation des masses par la promotion de valeurs civiques, humanitaires, patriotiques, Elle est une morale en action. S'il faut savoir nager "c'est pour, le moment venu, traverser le Rhin !" La natation conscriptive est, à ce titre, une "gymnastique" aquatique où la maîtrise technique importe moins que la soumission de chacun aux contraintes des évolutions collectives. Les mouvements d'ensemble des "quadrilles nautiques", à sec ou dans l'eau, donnent à voir la cohésion des "sections" et des "pelotons". Là encore, un langage nouveau marque la natation, emprunté pour l'essentiel au langage militaire. La perspective poursuivie n’est donc ni récréative, ni conviviale, mais roborative, civique, patriotique. Cette prédominance du politique a pour effet de structurer les pratiques et la sociabilité, et la territorialisation des sociétés ne subit plus seulement la logique d'un recrutement corporatif et géographiquement circonscrit. Les affinités sont plus explicitement professionnelles et idéologiques : le monde des ouvriers et des "prolétaires en col blanc" est largement représenté. Et la sociabilité elle-même change : organisée, structurée, hiérarchisée, elle se ferme sur elle-même pour renforcer la cohésion du groupe. L'intime cède la place au public et la société conscriptive bénéficie de la protection de l'autorité publique tout en instaurant une distance entre pratiquants et dirigeants. La natation devient une manifestation patriotique qui s'intégre parfaitement dans le spectacle réglé et édifiant des fêtes et des concours gymniques.

  • 35 ARNAUD P., De L'eau vive à l'eau domestiquée, op. cit. p. 235-236.

Quant à la natation sportive, elle ne possède aucun des traits précédents. Sans doute exprime-t-elle également une sorte de militantisme. Mais il est d'une autre nature : plus individuel, plus attaché à la promotion de la prestation physique, de techniques efficientes et d'un langage que ses adversaires jugent barbare. De fait, son évolution est prise, pour un temps, entre deux tendances contradictoires : l'une attachée à préserver les traditions au travers de jeux nautiques et de naumachies ; l'autre plus conquérante plus soucieuse d'autonomiser et d'imposer un "art" nouveau. L'entrée tardive de la natation dans une organisation sportive et de son autonomisation fédérale s'expliquent sans doute par cet attachement aux traditions, tout en étant encore freiné par l'avènement de son modèle conscriptif, ainsi qu'en témoignent les conflits entre les défenseurs de la gymnastique et les promoteurs du sport. Faut-il encore alléguer les origines populaires de la natation ? Ou bien les conditions précaires, pour ne pas dire Spartiates de sa pratique, De toute évidence, la natation sportive requiert l'acceptation d'une idéologie nouvelle fondée sur la concurrence, la compétition, l’élitisme, l'individualisme. Elle est une philosophie qui engendre de nouvelles conditions pour sa pratique : espaces séparés, balisés, règles précises et surtout contrôlées par une instance légiférante. Cette normalisation est au principe même du procès de perfectionnement de l’homme, puisqu'elle permet la mesure, la comparaison, le progrès technique et l'amélioration de la race... Dès lors, l'idéologie sportive, en s'autonomisant, condamne plus ou moins les finalités traditionnelles de la natation : ni utilitaire, ni éducative, ni hygiénique, ni conscriptive, elle est en elle-même sa propre justification. Sa plus grande difficulté étant de se défaire du mercantilisme et du professionalisme pourtant logiquement attachés à la concurrence et à la compétition qu'elle promeut. (...)35

domaines d'application et d'études

  • 36 DEFRANCE J., L'excellence corporelle, la formation des activités physiques et sportives modernes. (...)
  • 37 ARNAUD P., De l'eau vive à l'eau domestiquée, op.cit. et TERRET T., Les défis du bain, op.cit. ain (...)
  • 38 GABORIAU P., Le vélo lenteur des riches, vitesse des pauvres, in Sport et société, Université de S (...)
  • 39 POCIELLO C., Le Rugby ou La guerre des styles, Paris : Métaillé, 1983.
  • 40 CAMY J., Pratiques sportives et productions sociales du corps, Thèse de troisième cycle de sociolo (...)
  • 41 MARAIS J.L., Les sociétés d'hommes, La Botellerie-Vauchrétien, Ed, Ivan Davy, 1986.
  • 42 CALLEDE J.-P. "Tradition" et "modernité" : deux références complémentaires de la pelote basque, co (...)
  • 43 VIVIER C., La Société Nautique de Besançon, Thèse de doctorat STAPS, Université Lyon 1 (soutenance (...)

29Quelques auteurs, sociologues et historiens, se sont efforcés d'utiliser cette méthode, en l'appliquant généralement à l'étude d'exercices physiques isolés : la gymnastique pour J. Defrance36 la natation et le ski pour P. Arnaud et T. Terret37, la vélocipédie pour P. Gaboriau38, le rugby avec C. Pociello39. Plus rarement, cette méthode a permis de décrire (et éventuellement d'expliquer) l'évolution et la différenciation des pratiques d'exercices physiques, ouvrant ainsi la voie à une compréhension des modalités de diffusion des pratiques d'exercices physiques. Le procès de "sportivisation" des jeux traditionnels par exemple (ou de la gymnastique conscriptive) ne résulte pas de leur simple et lente transformation, mais d'un véritable changement de leurs significations, qui ne peut s'expliquer que par l'adoption d'une autre manière de s'exercer, concernant un autre public, dans des conditions différentes. Tout change, au point que les liens pouvant exister entre la gymnastique funambulesque, la gymnastique conscriptive et la gymnastique sportive sont aussi différents que ceux qui peuvent exister entre le latin, la langue d'oil et le français ou pour rester plus proche de notre sujet entre une draisienne, un tricycle et un mountain-bike ou entre la lutte sénégalaise, la lutte bretonne et la lutte sportive ! Ainsi, les travaux de J. Camy étudiant le processus de sportivisation de quelques jeux traditionnels (joutes, quilles)40, de J.-L. Marais celui des boules41, de J.-P. Callède celui de la pelote basque42, de C. Vivier celui du canotage43 pourraient corroborer cette interprétation.

  • 44 CALLEDE J.P., L'esprit sportif, op. cit.
  • 45 ARNAUD P., Le Militaire, l'Ecolier, le Gymnaste, op. cit.

30D'autres auteurs ont utilisé cette méthode afin d'identifier les modèles globaux d'exercices physiques susceptibles de caractériser la culture physique à un moment particulier de l'histoire de la société française : J.-P. Callède l'utilise pour rendre compte du développement du sport associatif à partir de la fin du xixe siècle44 et P. Arnaud propose une typologie des pratiques associatives d'exercices physiques dans le dernier tiers du xixe siècle45. Dans les deux cas, les auteurs visent à ne pas réduire l'histoire des exercices physiques à une simple compilation descriptive des faits ou à une interprétation par déduction et transposition de l'histoire générale de la société française. Au delà du concept (natation, athlétisme, vélocipédie, gymnastique, etc...), il convient d'en restituer le sens, les valeurs auxquelles les pratiques trouvent leurs significations, les conditions observables et vérifiables dans lequelles elles naissent et se diffusent, etc...

31D'un point de vue strictement théorique, la modélisation de l'histoire des exercices physiques peut toucher à tous leurs domaines d'expression. Peu pratiquée semble-t-il dans les pays anglo-saxons, son usage est le fait en France de quelques auteurs qui l'appliquent à des objets d'études particuliers et sur une période récente (en gros le xixe et le xxe siècles). On notera d'ailleurs que toutes ces recherches historiques ont un point commun : elles réfèrent leurs analyses à des travaux, des concepts, des théories qui ont été forgés en dehors du champ des exercices physiques. Actuellement, trois domaines d'études semblent avoir été privilégiés dans l'histoire des exercices physiques :

  • 46 Ouvrages et articles déjà cités. Cf, également : LAMOUREUX C., Le Catch : rituels et facéties des (...)

32- les modèles d'exercices physiques : ils sont élaborés à partir de l'étude d'un exercice physique particulier, comme la natation (Arnaud P. ; Terret T.), la gymnastique (Defrance J.), le ski (Arnaud P.), l'escalade, les quilles, les joutes (Camy J. et coll.), le judo ou plus globalement des sports de combat (Camy J., Clément J,-P., Lamoureux C.), la véiocipédie (Gaboriau P.) ou encore les jeux de boules (J.-L. Marais et J. Guilbert)46. L'utilisation de l'outil mathématique et les références sociologiques sont toujours plus ou moins présentes et doivent pour l'essentiel aux travaux de R, Ledrut, G, Simmel, M, Agulhon et P. Bourdieu. L'objectif est d’identifier, à partir de critères multiples, les caractéristiques constantes qui légitiment sur la durée l'existence d’une configuration stable de la pratique.

  • 47 LEDRUT R„ La Forme et le sens dans la société, Paris : Méridiens-Klincksieck, 1984.
  • 48 Cf. CAMY J., Pratiques sportives et productions sociales du corps, Thèse, op.cit., p. 134 ssq.

33Il convient ici d'évoquer un autre concept, souvent utilisé par les sociologues et les historiens : celui de formes de pratiques. Cette notion, empruntée à R. Ledrut renvoie au contraire à la signification, au sens et au statut qu'a la pratique pour ses acteurs47. Cette approche, empreinte de phénoménologie, a pour effet de restituer du vécu, de donner du sens aux pratiques collectives et évite ainsi de figer les pratiques dans des sructures figées et préétablies. Elle engage à prendre en compte la place que tiennent les pratiques d'exercices physiques dans le genre de vie des individus. Finalement, la forme semble désigner une modalité particulière de mise en œuvre du modèle en ce qu'elle prend en compte le sens, la signification des pratiques d'exercices physiques. La forme de pratique pourrait être une variante signifiante, une interprétation singulière du modèle. Ainsi par exemple, le modèle sportif peut-il donner lieu à différentes formes de pratiques sportives : la forme compétitive, orthodoxe, ascétique ; la forme récréative qui peut par exemple adopter les règles de la forme compétitive sans pour autant se soumettre à un calendrier ; la forme scolaire qui aboutit à transformer l'esprit même du sport (en écartant par exemple la compétition et l'entraînement) pour n'en retenir que les aspects techniques ou règlementaires ; la forme hygiénique qui valorise une certaine image du corps, une esthétique voire une plastique ; la forme festive qui privilégie l'entre-soi, l'instant, etc...48. Ce qui différencie le modèle de la forme semble bien être la durée : le modèle est une configuration stable, donc durable et repérable sur une période relativement longue, alors que la forme se repère dans l'instant, sa durée peut être plus ou moins éphémère. La question qui se pose est celle de la réelle distinction (pertinente ou non) entre modèle et forme. Et si cette distinction doit être maintenue.

  • 49 AGULHON M„ La sociabilité sportive, in Revue Sport - Histoire, no 1, 1988, Toulouse : Privat ; ARN (...)
  • 50 ARNAUD P., La Trame et la chaîne, Revue Sport-Histoire, no 1, op.cit. ; ARNAUD P., Jehanne contre (...)

34- les modèles de sociabilité sportive : peu dissociables des précédents, ils résultent d'une étude systématique d'un ensemble de pratiques d'exercices physiques ou bien de l'étude longitudinale (diachronique) d'une pratique particulière (par exemple la natation ou la gymnastique). L'objectif est d'identifier les conditions objectives de rassemblement des groupes formels dans l'espace et dans le temps afin de mettre en évidence la dimension sociale et culturelle qui marque les pratiques d'exercices physiques49. La question qui se pose est celle de la généralisation éventuelle d'un modèle de sociabilité à l'ensemble des pratiques d'exercices physiques. Ou encore, celle du passage d'un modèle de sociabilité à un autre, totalement différent, au sein d'une même activité physique. L'hypothèse étant que le changement, lorsqu'il est constaté, repose sur un changement de modèle de pratique. Ainsi conçue, la sociabilité sportive s'inscrit dans une dynamique socio-culturelle et participe à la socialisation des individus tout en donnant du sens aux pratiques. Le fait que les recherches soient essentiellement conduites à partir des associations sportives conduit à conclure que celles-ci sont un lieu identitaire ou dominent les liens affinitaires, géographiques, sociaux, professionnels, sexuels, militants, etc. Elles ont permis dans certains cas (en particulier pour les sociétés conscriptives, et les associations sportives catholiques et ouvrières) de mettre en évidence l'existence de réseaux de sociabilité50.

  • 51 CALLEDE J.-P., Sociologie des politiques sportives locales,. Trente ans de vie sportive à Bègles ( (...)
  • 52 BLUMER H,, Symbolic Interactlonism, Berkeley, Los Angeles : University of California Presse, 1969.
  • 53 ELIAS N., Qu'est-ce que la sociologie ? Pandora, 1981.

35- les modèles de politiques sportives et de l'action municipale : plus spécialement étudiés par J.-P. Callède51, ils permettent d'identifier non seulement l'évolution des formes de la pratique sportive communale, mais de proposer un cadre théorique rendant compte de différents modèles de politiques sportives municipales. La théorie de référence est celle de l'interactionnisme symbolique de Blumer52 et le modèle d'interprétation normalisée proposé par Norbert Elias53.

  • 54 VIGARELLO G., Techniques dhier et d'aujourdhui. Une histoire culturelle du sport, Paris : EPS-Laff (...)
  • 55 POCIELLO C., Le Rugby ou La guerre des styles, op. cit.
  • 56 MICHON B., L'espace des sciences et techniques des activités physiques et sportives. Thèse d'Etat, (...)

36D'autres domaines d'études sont évidemment envisageables et pourront donner lieu à des tentatives de modélisation. Tout phénomène est d'ailleurs susceptible de s'offrir à des tentatives de modélisation : les domaines d'études sont donc par définition, illimités. Certains d'entre eux, ont déjà fait l’objet de quelques travaux. On pense à l'histoire des techniques corporelles (G. Vigarello54), à celle des styles de jeu (C. Pociello à propos du rugby55). D'autres donneront probablement lieu à des investigations inédites : le sport et les relations internationales et l'évolution des modèles d'action du politique ; les apprentissages et l'enseignement des exercices physiques pourraient permettre d'identifier les différents modèles d'intervention et de médiation pédagogiques ; plus récemment B. Michon s'est attaché à identifier les modèles de formation et de recrutement des enseignants d'éducation physique et sportive56.

avantages et limites de la modélisation

37Ces aspects méthodologiques permettent de dresser quelques constats concernant l'utilisation de la méthode des modèles dans la recherche historique :

38Premier constat : la notion de modèle en histoire résulte d'une contribution interdisciplinaire entre l'histoire, la sociologie, la démographie, la politologie et les mathématiques (analyse des données).

39Second constat : la visée est anthropologique. Elle s'efforce de produire une histoire de la culture physique en analysant et interprétant les caractéristiques de l'évolution des exercices physiques, en les rapportant à leur contexte propre ou le plus général. Bref, il s'agit de mettre en forme l'histoire, de lui donner une intelligibilité à partir d'analyses rétrodictives.

40Troisième constat : ces modèles sont élaborés a posteriori, ils échappent donc à la conscience du moment des acteurs. Ils sont une construction théorique qui permet à l'historien d'échapper au prêt-à-porter théorique.

41Quatrième constat : le modèle évoque immédiatement ce qui peut être imité. C'est une configuration générale, construite, identifiable, stable et reproductible. Il permet d'intégrer dans une sorte de "moule" des situations, des phénomènes homologues et, du même coup, attire l'attention sur ceux qui ne s'y coulent pas. On peut donc nommer le modèle, le décrire, le reconnaître dans sa singularité. Il est repérable sur la durée et introduit donc à une nouvelle conception de la durée en histoire, non strictement définie a priori par les césures traditionnelles de l'histoire politique, culturelle, militaire, économique et sociale. En prenant en compte les facteurs les plus proches des acteurs, leur manière de vivre, d'agir et de penser le modèle participe à la construction d'une nouvelle temporalité.

42Cinquième constat : le modèle en tant que concept opérationnel pour mesurer les temps propres à l'histoire des exercices physiques permet d'évaluer la durée des configurations sociales plutôt que de dater précisément leur apparition ou le moment de leur production. D'où une réponse au problème de la permanence et du changement en histoire, puisque le modèle permet de repérer le changement social et l'innovation. Ce qui permet d'examiner sous un jour nouveau le problème des trois temps de l'histoire : structure, conjoncture, événement. Les pratiques contemporaines d'exercices physiques échappent à toute analyse sur la longue durée et se prêtent difficilement à l'identification de conjonctures (ruptures) hypothétiques. Le modèle permet de circonscrire le temps moyen de l'histoire, à mi-chemin entre structure et conjoncture et de rompre avec l'événementiel et le descriptif.

43A ces constats, il convient d'apporter quelques réserves.

  1. On ne peut réduire la diversité des phénomènes sociaux à leur représentation modélisée, Si le modèle permet d'accéder à une intelligibilité du social, il n'en est que l'expression simplifiée. En bref, un modèle constate, décrit, définit, explicite les principes organisateurs des exercices physiques.
  2. C'est d'ailleurs ce qui permet d'établir des comparaisons entre le particulier et le général, entre le local, le national et l'international. D'où l'intérêt de conduire, à partir de cette méthode, des études comparées. Les modèles d'exercices physiques sont-ils universels ? Est-ce que tous les modèles sont repérables dans toutes les pratiques d'exercices physiques ? Certaines pratiques ignorent-elles certains modèles ? Existe-t-il une chronologie dans l'apparition des différents modèles ? Est-ce que certains modèles disparaissent ? L'histoire permet sans doute d'identifier différents modèles d'exercices physiques, dont l'apparition chronologique est repérable. Mais la succession des modèles ne saurait sous-entendre une quelconque filiation ou généalogie entre eux. Certes, la gymnastique ou la natation se sont organisées autour des modèles conscriptifs et sportifs. Ce sont en fait les conditions militaires et politiques qui, a partir de 1870, ont suscité une généralisation et une diffusion du modèle conscriptif. Mais, en dehors de l'armée qui constitue un cas particulier, il n'y a pas de sociétés conscriptives de vélocipédie, de football, de ski ou d'alpinisme57. En revanche, certaines activités peuvent s'inspirer du modèle sous l'effet de "l'air du temps" sans pour autant en avoir toutes les caractéristiques : ainsi lorsque le ski fait son apparition en France, à la fin du xixe siècle, c'est bien le modèle exploration-aventure qui le caractérise initialement au point d'en faire le principe organisateur de la pratique. Par la suite, le modèle conscriptif lui succèdera chez les militaires avant de céder la place au modèle ludiquehygiénique puis sportif sous l'effet du développement des stations touristiques et des progrès technologiques58. On peut également supposer qu'il existe des modèles propres à certaines activités physiques. Si par exemple, le modèle conscriptif de la gymnastique a atteint son apogée en France dans les années 1880-1890 avant d'être concurrencé par le modèle sportif athlétique, il semble que ce modèle conscriptif n'ait pas existé en Angleterre (en tout cas, pas durablement, ni de manière généralisée), alors qu'on le trouve à des moments légèrement différents en Allemagne, en Italie, en Belgique.

conclusion

44La méthode des modèles possède une réelle portée heuristique en histoire. Elle permet de mettre en relation pratiques sportives et changement social et de formaliser par rétrodiction une intelligibilité du social. L'histoire des exercices physiques témoigne en elle-même de la manière dont ils s'intégrent dans un procès de changement social et culturel. Le sens commun ou l'observation courante se rallient à l'idée que depuis des siècles, à l'échelle locale, nationale ou planétaire, les pratiques d'exercices physiques sont multiformes, porteuses de significations multiples qui sont au principe même de leur transformation. La méthode des modèles est probablement d'une grande efficacité pour comprendre de quelle manière les exercices physiques prennent sens dans la société, et pour construire une temporalité qui leur soit propre. Pour autant son utilisation reste encore confidentielle et en tout cas semble limitée à quelques sociologues et historiens français. Nous formons donc le voeu qu'une collaboration plus étroite entre les historiens s'engage sans tarder afin de conduire des recherches comparatives sur l'histoire des exercices physiques.

Tableau 1 - Modélisation des pratiques de la natation en France au xixe siècle et début du xxe siècle (Présentation partielle)

Tableau 1 - Modélisation des pratiques de la natation en France au xixe siècle et début du xxe siècle (Présentation partielle)

D'après ARNAUD P. et TERRET T.

Notes

1 La revue Sport-Histoire, créée en 1988 par les éditions Privat, Toulouse, n'a pu vivre que deux ans (quatre numéros). Rééditée par les Presses Universitaires de Bordeaux en 1992, son no 2 (juin 1993) a été le seul à paraître.

2 HUBSCHER R, et coll., L'Histoire en mouvements, le sport dans la société française ( xix e- xx e siècles), Paris : A. Colin, 1992.

3 GUAY D., La Culture sportive, Paris : PUF, 1993. (Une remarquable mise au point).

4 Bulletin du Centre d'Histoire économique et sociale de la région lyonnaise, CNRS, Université Lyon 2, Centre Pierre Léon, Observation du changement social et culturel - Région lyonnaise, 1979, p. II.

5 PASSERON J.C., Attention aux excès de vitesse. Le "nouveau" comme concept sociologique, in Esprit, numéro spécial, avril 1987, Paris.

6 CHARTIER R, et VIGARELLO G., Trajectoires du sport, in Le Débat, no 19, février 1982, p. 35.

7 BOURDIEU Pierre, Comment devient-on sportif ? in Questions de sociologie, Paris : Ed, de Minuit, 1984.

8 Cf. Revue Mots, Politique et sport, no 29, décembre 1991, Paris : Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques (p. 93 ssq). Cf. également, l'excellente mise au point dans LEVEQUE P., Actes du colloque de l'Association interuniversitaire de l'Est, Education et hygiène du corps à travers l'histoire, Dijon : Editions Universitaires de Dijon, 1991.

9 Cf. CHAPUS E., Le sport à Paris, Paris ; Hachette, 1854 ; THIBAULT J., Sports et éducation physique (1870-1970), (Paris : Vrin, 1972 ; VIGARELLO G., Jeux "sportifs" anciens, jeux de paris, in Sport-Histoire, revue internationale des sports et des jeux, no 1, 1988, Toulouse : Ed. Privat.

10 WAHL A., Les Archives du football, Sport et société en France, 1880-1980, Paris : Gallimard-Julliard, 1989.

11 Ces caractéristiques sont revendiquées, selon des présentations quelque peu différentes par des auteurs comme PARLEBAS P., Contribution à un lexique commenté en science de faction motrice, Publication INSEP, Paris ; PARLEBAS P. Eléments de sociologie du sport, Paris : PUF, 1986 ; GUAY D., La culture sportive, Paris : P.U.F., 1993.

12 Cf. Shirl J. HOFFMAN, Sport and Religion, Human Kinetics books, Champaign, Illinois, 1992, en particulier la contribution de Allen GUTTMANN, From Ritual to Record. Cf, également, DECKER W., Sports and Games of Ancient Egypt, Yale Universily Press, 1992 et POLIAKOFF M.B., Combat Sports in the Ancient World, Yale University Press, 1987.

13 JEU B., Analyse du sport, Paris : PUF, 1987.

14 Cette thèse trouve un large écho par exemple dans les articles du journal hebdomadaire français L'Illustration ou dans la presse actuelle.

15 JUSSERAND J.J., Les sports et jeux d'exercice dans l'ancienne France, Paris : Plon, 1901 ; PIVATO S. I Terzini della borghesia. Il gioco del pallone nell'Italia dell'Ottocento, Milano : Leonardo, 1991.

16 CAILLOIS R„ Les jeux et les hommes, Paris : Gallimard, 1958.

17 ALDERMAN R., Manuel de psychologie du sport, Paris : Vigot, 1983. Cette thèse est défendue par le créateur de La Méthode sportive, le docteur BELLIN du COTEAU et PFEFFERKORN, L'Entraînement sportif, Paris : Flammarion, 1924. Outre les auteurs précédemment mentionnés (BOUET M., GILLET B. et JEU B.) qui défendent les origines grecques du sport on peut citer : UMMINGER W., Des hommes et des records, Paris : La table ronde, 1964 ; FSGT, Sport et progrès de l'homme, Paris : 1976 ; ZEIGLER E.F., HOWELL M.L, et TREKELL M„ Research in the History, Philosophy and International Aspects of Physical Education and Sport, Illinois, Stipes Publishing, 1971. Sur les relations entre jeux traditionnels et sports modernes on se reportera à JUSSERAND J.J., op.cit. Pour R. CAILLOIS, Jeux et sports, Paris : Gallimard, La Pléiade, 1967, avec sa classification des jeux et des sports (Alea, Mimicry, llynx et Agon).

18 COORNAERT M., Règle et morale dans le sport, in L'Année sociologique, 1979-80, 30.

19 À commencer par Pierre de Coubertin et ses thuriféraires. Cf. COUBERTIN P, de, Pédagogie sportive, Lausanne : 1922 ou encore en Allemagne, Carl-Diem Institüt, Pierre de Coubertin, l'idée olympique, Lausanne : Editions internationales Olympia, 1966, Après les Jeux olympiques de Paris, en 1924, une abondante littérature donne à la mythologie grecque une part déterminante dans la genèse de l'idée olympique. Cf, BERGER M, et MOUSSAT E., Anthologie des textes sportifs de l'Antiquité, Paris : Grasset, 1927. Cette position est encore défendue par l'éminent historien MARROU H.I., Histoire de l'éducation dans l'Antiquité, I-Le monde grec, Paris : Seuil, 1964 (1ère édition en 1948) En Angleterre, on consultera HARRIS H.A., Greek Athletes and Athletics, London ; 1964. On pourrait multiplier les exemples avec en France B. JEU (Le sport, la mort, la violence, 1972), M. BOUET (Significations du sport, 1968), M. HERZOG (Essai de doctrine du sport, 1965), B, GILLET [Histoire du sport 1965) et LE FLOC'HMOAN (Genèse des sports, 1962). Au Canada avec MASSICOTTE J.P,, LESSARD C, Histoire du sport de l'Antiquité ou XIXe siècle, Québec : Presses de l'Université du Québec, 1984 ; en Belgique avec DE GENST H. (Histoire de l'éducation physique, tome 1, 1947), aux Etats-Unis avec WILLIAM H. (Physical Education in a Changing Society, 1977) et tout récemment avec JOHN A. Lucas Future of the Olympic Games, (Foreword by J.A. Samaranch), Human Kinetics Books, Champaiqn Illinois, 1992.

20 Sur l'oeuvre de Gardiner, se reporter à l'excellent article de Donald G, KYLE, E, Norman Gardiner : Historian of Ancien Sport, in The International Journal of the History of Sport, vol. 8, May 1991, no 1, Franck Cass, London. La critique des conceptions de Gardiner est particulièrement bien argumentée dans : David C. YOUNG, The Olympic Myth of Greek Amateur Athletics, Chicago : Ares, 1984 ; et dans David C. YOUNG, The origins of the Modem Olympics : A New Version, in The International Journal of the History of Sport, vol. 4, December 1987, no 3, Franck Cass, London.

21 On pourra par exemple se reporter aux Proceedings of the 13th International HISPA Congress, Olympia/Greece, May 22-28, 1989, The Olympic Games Through the Ages : Greek Antiquity and its Impact on Modem Sport, edited by R, Renson, M. Lämmer, J. Riordan, D. Chassiotis, Athens : Hellenic Sports Research Institute, 1991.

22 Cette thèse est assez largement répandue aujourd'hui, On la trouve développée chez Eisenberg C., The Middle Class and Competition : Some considerations of the Beginnings of Modem Sport in England and Germany, in The International Journal of The History of Sport, vol. 7, sept. 190, no 2, Frank Cass, London. Pour d'autres exemples, se reporter à ARNAUD P, et WAHL A., Sports et relations internationales pendant l'entre-deux-guerres, Rapport final de recherche PPSH-CNRS, Lyon, 1993, en particulier le chapitre 1 ainsi que ULMANN J., De la gymnastique aux sports modernes, Paris : PUF, 1965 ; THIBAULT J., Sport et éducation physique, op. cit. ; POCIELLO C„ Sports et société, approche socio-culturelle des pratiques, Paris : Vigot, 1981 ; CHARTIER R, et VIGARELLO G., Trajectoires du sport, in Le Débat, no 19, fév.1982 ; ARNAUD P., Le Sportsman, l’Ecolier, le Gymnaste, Thèse d'Etat Lettres et sciences humaines, Université Lyon 1, 1986 et ARNAUD P., Le Militaire, l'Ecolier, le Gymnaste, Lyon : PUL, 1991 ; WAHL A., Les Archives du football, op.cit. ; EHRENBERG A., Aimez-vous les stades ?, Paris : Recherches, 1980.

23 MARKOVITS A.S., Pourquoi n'y-a-t-ll pas de football aux Etats-Unis ? in Vingtième siècle, revue d'histoire, avril-juin 1990, p. 23, On pourrait citer également les travaux de HOLT R., Sport and the British, a Modem History, Oxford : Clarendon Press, 1989.

24 Cf. BROHM J.M., Sociologie politique du sport, Nancy : PUN, 1992 (1ère édition Paris : Delarge, 1976).

25 ELIAS N. et DUNNING E., Quest for Excitement, Sport and Leisure in the Civllizing Process, Oxford : Basil Blackwell, 1986. Pour une récente mise au point, voir : DUNNING Eric G., MAGUIRE Joseph A., PEARTON Robert E., The Sports Process, a Comparative and Developmental Approach, Human Kinetics Books Publishers, Champaign, Illinois, 1993.

26 Cf. ARNAUD P., Le Sportsman, l'Ecolier, le Gymnaste, op. cit, p. 42. On pourra également se reporter à la définition que J.-P. Callède donne de la culture sportive, in L'Esprit sportif (op.cit.).

27 DURING B., Des jeux aux sports, Paris : Vigot, 1984. Cette position est également implicitement adoptée par J.-P. Callède, L'Esprit sportif, op. cit. (cf. le plan de son ouvrage).

28 On pensera plus particulièrement ici à la classification de Pierre Parlebas (présence ou absence d'incertitude, de partenaire, d'adversaire) reposant sur une logique mathématique. PARLEBAS P. Eléments de sociologie du sport, op.cit. Ou, à titre d'exemple, notre propre classification s'inspirant des analyses présentées ici : ARNAUD P., La revue EPS et l'innovation didactique (1950-1982), in Revue EPS, 1984 et 1985, Paris.

29 PONTIER J., DUFOUR A.B., NORMAND M., Le modèle euclidien en analyse des données, Bruxelles : Ed, de l'Université de Bruxelles, 1990, p. 3.

30 LEGAY J.M., La méthode des modèles, état actuel de la méthode expérimentale, Paris : 1973, p. 26.

31 CALLEDE J.-P., L'esprit sportif, op.cit.

32 ARNAUD P., Le Sportsman, l'Ecolier, le Gymnaste, op. cit. et LAURANS G., Compte rendu de l'ouvrage de Arnaud P„ Le Militaire, l'Ecolier, le Gymnaste, op.cit., in revue Annales, économies, sociétés, civilisations, Paris : no 1, 1993.

33 ARNAUD P., Le Sportsman, l’Ecolier, le Gymnaste, op. cit., p. 600 ssq. et ARNAUD P., La naissance du mouvement sportif associatif en France, Lyon : PUL, 1986 ainsi que ARNAUD P., Les sociétés sportives avant 1914, in Les Cahiers de l'animation, Paris : INEP, no 54, mars 1986, Des constats similaires ont été effectués par AUGUSTIN J.-P, et GARRIGOU A„ Le Rugby démêlé, essai sur les associations sportives, le pouvoir et les notables, Bordeaux : Le Mascaret, 1985.

34 ARNAUD P., De l'eau vive à l'eau domestiquée, in CTHS, La Ville et le fleuve ; TERRET Thierry, Les défis du bain, formes de pratiques, modèles et résistances dans les processus de diffusion de la natation sportive, thèse de doctorat en STAPS, Université Lyon 1, 1992.

35 ARNAUD P., De L'eau vive à l'eau domestiquée, op. cit. p. 235-236.

36 DEFRANCE J., L'excellence corporelle, la formation des activités physiques et sportives modernes. 1770-1914, Paris-Rennes : PUR-STAPS, 1987.

37 ARNAUD P., De l'eau vive à l'eau domestiquée, op.cit. et TERRET T., Les défis du bain, op.cit. ainsi que ARNAUD P. et TERRET T., Le Rêve blanc, olympisme et sports d'hiver, Bordeaux : PUB, 1993.

38 GABORIAU P., Le vélo lenteur des riches, vitesse des pauvres, in Sport et société, Université de St-Etienne, CIEREC, 1981.

39 POCIELLO C., Le Rugby ou La guerre des styles, Paris : Métaillé, 1983.

40 CAMY J., Pratiques sportives et productions sociales du corps, Thèse de troisième cycle de sociologie, Université Lyon 2, 1981 ; CAMY J. et VINCENT G., Identités givordines, Rapport à la mission du patrimoine culturel, Ministère de la Culture, Universités Lyon 1 et 2, 1985.

41 MARAIS J.L., Les sociétés d'hommes, La Botellerie-Vauchrétien, Ed, Ivan Davy, 1986.

42 CALLEDE J.-P. "Tradition" et "modernité" : deux références complémentaires de la pelote basque, communication au colloque d'Agde, 14-16 mai 1993, Sport, culture, tradition. (Sous presse).

43 VIVIER C., La Société Nautique de Besançon, Thèse de doctorat STAPS, Université Lyon 1 (soutenance en 1994).

44 CALLEDE J.P., L'esprit sportif, op. cit.

45 ARNAUD P., Le Militaire, l'Ecolier, le Gymnaste, op. cit.

46 Ouvrages et articles déjà cités. Cf, également : LAMOUREUX C., Le Catch : rituels et facéties des rings, Université de Nantes, LERSCO, 1988 ; GABORIAU P., Sport populaire et pratiques symboliques nouvelles,, in Ethnologie française, tome 13, no 2, av-juin 1983 ; MARAIS J.L., Une société d'hommes, VAUXCHRÉTIEN, Ed. Y. Davy, 1986 ; et GUILBERT J., Double charge avec talon, la boule nantaise d'hier et d'aujourd'hui, Rapport LERSCO/CNRS, Nantes : 1993.

47 LEDRUT R„ La Forme et le sens dans la société, Paris : Méridiens-Klincksieck, 1984.

48 Cf. CAMY J., Pratiques sportives et productions sociales du corps, Thèse, op.cit., p. 134 ssq.

49 AGULHON M„ La sociabilité sportive, in Revue Sport - Histoire, no 1, 1988, Toulouse : Privat ; ARNAUD P,, Jalons pour une étude de la sociabilité sportive, in ARNAUD P., Les Athlètes de la république, op. cit. : CALLEDE J.-P., La sociabilité sportive, intégration sociale et expression identitaire, in Ethnologie française, no 4, oct-déc 1985, p. 327-344.

50 ARNAUD P., La Trame et la chaîne, Revue Sport-Histoire, no 1, op.cit. ; ARNAUD P., Jehanne contre Marianne, in CHOLVY G., Les patronages : ghetto ou vivier, Paris : Ed. Nouvelle Cité, 1987 ; ARNAUD P., Sportifs de tous les pays, les débuts du mouvement sportif ouvrier en Europe, Paris : L'Harmattan, 1993.

51 CALLEDE J.-P., Sociologie des politiques sportives locales,. Trente ans de vie sportive à Bègles (Gironde) Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1991, Cf. également, Le Sport et la ville : les politiques municipales d'équipements sportifs, in Spirales, Centre de recherche et d'innovation sur le sport, Université Lyon 1, no 5, 1992.

52 BLUMER H,, Symbolic Interactlonism, Berkeley, Los Angeles : University of California Presse, 1969.

53 ELIAS N., Qu'est-ce que la sociologie ? Pandora, 1981.

54 VIGARELLO G., Techniques dhier et d'aujourdhui. Une histoire culturelle du sport, Paris : EPS-Laffont, 1988.

55 POCIELLO C., Le Rugby ou La guerre des styles, op. cit.

56 MICHON B., L'espace des sciences et techniques des activités physiques et sportives. Thèse d'Etat, Sociologie, Université des Sciences humaines de Strasbourg, 1993.

57 Cf, pour l'alpinisme : LEJEUNE D., Les Alpinistes en France à la fin du xix e siècle et au début du xx e siècle, Paris : CTHS, 1988 ; pour le vélocipède, GABORIAU P., Lé vélo lenteur des riches, op. cit.

58 ARNAUD P. et TERRET T., Le Rêve blanc, op. cit, Cf. également, BALLU Y., L'épopée du ski, Paris : Arthaud, 1981 et, du même auteur, Ski retro, Le Coteau : Horvath, 1988.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Modélisation des pratiques de la natation en France au xixe siècle et début du xxe siècle (Présentation partielle)
Légende D'après ARNAUD P. et TERRET T.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540