Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

2. La maitrise des processus à caractère économique : quelques aspects

L'activité sportive et les dépenses de santé : les accidents de sport

Jacques Aventur

Texte intégral

1Il est difficile de ne pas considérer les activités sportives comme étant favorables à la santé.

2Parmi les nombreuses enquêtes effectuées sur les motivations des sportifs le facteur hygiène est désigné dans une forte proportion comme déterminant la décision de pratiquer un sport soit dans le cadre de la compétition soit comme une activité libre de loisir physique.

3Les accidents de sport, au sens de la présente étude, regroupent tous les accidents survenus lors d'une activité sportive pratiquée en dehors du cadre domestique ou scolaire.

4Les accidents de sport représentent 14 % des accidents de la vie courante (enquêtes 1987 et 1988) et occupent le deuxième rang en fréquence après les accidents domestiques, bien qu'ils soient beaucoup moins fréquents que ces derniers : il survient seulement un accident de sport pour cent personnes en moyenne par an, contre près de cinq accidents domestiques.

  • 1 La rubrique 3 du questionnaire Accident s'énonce de la manière suivante : "Cet accident a-t-il cau (...)

5Touchant essentiellement les jeunes, et particulièrement les hommes, ces accidents causent globalement des lésions plus graves que les autres (entorses : 53 %1 ; fractures : 15 % ;..,) et atteignent le plus souvent les membres inférieurs.

6D'autres études ont montré que les lésions consécutives aux accidents de sport peuvent également entraîner pour les jeunes des troubles de la croissance ou des troubles fonctionnels.

7Les chutes et les chocs (respectivement 60 % et 40 % des cas), ces derniers principalement contre une personne, constituent les mécanismes accidentels les plus fréquents. Il y a peu de produits impliqués.

8Le recours aux soins (85 % des cas) est plus élevé que pour les autres types d'accidents de la vie courante : les soins sont donnés par le médecin, plus de neuf fois sur dix, et à l'hôpital ou à la clinique dans 60 % des cas.

9Le taux d'hospitalisation est supérieur à la moyenne (12 %), mais la durée de séjour (7,5 jours) est plus courte.

10Le taux de rééducation est très élevé : un accident sur quatre entraîne une rééducation (21 séances en moyenne) en raison du type de lésion observé.

11Le taux d'arrêt de travail (26 % pour une durée moyenne de 32 jours) s'explique par le fait que les jeunes actifs forment la population la plus exposée à ces accidents.

  • 2 Les accidents concernant les enfants de moins de 6 ans ont été écartés de l'analyse.

12Les conséquences des accidents de sport sont loin d'être négligeables ; c'est pourquoi il nous a semblé intéressant d'analyser plus finement les 1 037 accidents2 comptabilisés au cours des enquêtes 1987 et 1988, en les distinguant selon le type de sport pratiqué.

1. Fréquence des accidents de sport suivant le type de sport, l'âge et le sexe

13Les sports de ballon (football, rugby, volley-ball, hand-ball...) sont à l'origine de la majorité des accidents (50 %) ; puis loin derrière le ski (10 %). Les autres activités (cf. tableau 1) correspondent à des sports aussi divers que le jogging, le cyclisme, la gymnastique, l'alpinisme, etc., pour chacun desquels le nombre d'accidents recensés est trop faible pour permettre une analyse séparée.

14Ces résultats reflètent sans doute d'abord l'étendue de la pratique de chacun de ces sports, Pour juger de la dangerosité relative des différents sports, en l'absence d'une connaissance précise de la population concernée par chacune des pratiques sportives, nous nous baserons sur les critères de recours aux soins, du nombre de lésions graves, du taux d'hospitalisation…

Graphique 1 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS SUIVANTS LE TYPE DE SPORT
Résultats de 1987 et 1988

Graphique 1 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS SUIVANTS LE TYPE DE SPORTRésultats de 1987 et 1988

(1) et basket-ball, volley-ball
(2) y compris musculation, danse, athlétisme
(3) judo, karaté, aïkido

15Remarque : Ces pourcentages sont calculés par rapport à l'ensemble des accidents pour lesquels le sport impliqué est précisé.

TABLEAU 1 - FRÉQUENCE DES ACCIDENTS SELON LE TYPE DE SPORT ET LE SEXE DE L'ACCIDENTE
Personnes de plus de 6 ans - Résultats de 1987 et 1988

TABLEAU 1 - FRÉQUENCE DES ACCIDENTS SELON LE TYPE DE SPORT ET LE SEXE DE L'ACCIDENTEPersonnes de plus de 6 ans - Résultats de 1987 et 1988

* 101 activités sportives sont inconnues ; les 112 accidents restants sont précisés au stade de l'enquête mais pas ici : ils se répartissent entre des activités très diverses, le nombre de cas correspondant à chacune d'elles ne permet pas une analyse séparée.

16La surmorbidité masculine est très nette, globalement six accidents seulement pour mille femmes contre plus de dix-sept accidents pour mille hommes.

17Cette surmorbidité est, en grande partie, due à la fréquence relative des sports de ballon, pour lesquels le phénomène est encore plus accentué (cf. graphique 2).

18Pour les accidents de ski, les fréquences observées sont identiques pour les deux sexes ; pour l'équitation, les femmes sont les plus exposées.

Graphique 2 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS SUIVANT LE SEXE ET LE TYPE DE SPORT
Résultats de 1987 et 1988

Graphique 2 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS SUIVANT LE SEXE ET LE TYPE DE SPORTRésultats de 1987 et 1988

TABLEAU 2 - FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SPORT SELON L'ÂGE DE L'ACCIDENTÉ ET LE TYPE DE SPORT
Résultats de 1987 et 1988

TABLEAU 2 - FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SPORT SELON L'ÂGE DE L'ACCIDENTÉ ET LE TYPE DE SPORTRésultats de 1987 et 1988

* y compris 101 activités sportives non précisées.

19Globalement, le risque accidentel concernant les accidents de sport est le plus élevé entre 17 et 24 ans (2,7 accidents pour cent personnes).

  • 3 On retrouve la même surmorbidité pour cette tranche d'âge dans les accidents scolaires.

20La fréquence des accidents est également élevée entre 11 et 16 ans3.

21De grandes différences d'exposition au risque sont naturellement observées suivant le sport pratiqué : on relève peu d'influence de l'âge pour le risque d'accidents de ski, alors que les accidents lors des sports de contact concernent essentiellement la tranche d'âge 11-24 ans ; les sports de ballon causent, quant à eux, plus d'accidents entre 17 et 24 ans.

2. Circonstances des accidents de sport

Nature de l'accident

Tableau 3 - MECANISME ACCIDENTEL SUIVANT LE SPORT
Résultats de 1987 et 1988

Tableau 3 - MECANISME ACCIDENTEL SUIVANT LE SPORTRésultats de 1987 et 1988

22Six accidents de sport sur dix sont liés à une chute (17 % de ces chutes étant aggravées d'un choc) quatre sur dix à un choc, le plus souvent contre une personne. Le tableau 3 fait apparaître les différents mécanismes accidentels suivant le sport pratiqué. Les accidents de ski sont essentiellement des chutes (91,6 %), alors que celles-ci n'interviennent que dans 47 % des accidents de ballon...

23Par contre, lors des accidents liés à la pratique des sports de ballon, les chocs sont les plus fréquents (58 %).

24La part des chutes en matière d'accidents de sport est particulièrement importante entre 35 et 44 ans et entre 6 et 10 ans, alors que celle des chocs culmine entre 17 et 24 ans, ce qui s'explique par la proportion élevée d'accidents lors de sports de ballon à ces âges.

Produits impliqués

2554 % des accidents de sport ne mettent en cause aucun article ou produit. Cette proportion devrait être encore plus forte si l'on considère que certains produits peuvent être cités à l'occasion de la déclaration de l'accident : "ski" pour les accidents de ski, "ballon" pour les accidents de sports de ballon, etc., sans être toujours directement et strictement impliqués dans l'accident.

Graphique 3 - ACCIDENT DE SPORT - MÉCANISME SUIVANT L'ÂGE
Résultats de 1987 et 1988

Graphique 3 - ACCIDENT DE SPORT - MÉCANISME SUIVANT L'ÂGERésultats de 1987 et 1988

3. Conséquences des accidents de sport

Nature et siège des lésions

26En moyenne, trois accidents de sport sur quatre provoquent une lésion non bénigne (cf, tableau 4). Cette proportion est encore supérieure pour les sports de ballon (79,5 %) et le ski (77,6 %).

  • 4 Voir note 1.

27Les lésions caractéristiques de ce point de vue sont les entorses (4)4 (ou luxations, claquages musculaires...), particulièrement fréquentes pour les sports de ballon et le tennis (plus d’un accident sur deux), et les fractures (14,6 % des accidents) relativement plus nombreuses pour l'équitation et les sports de contact.

28On remarquera (cf. graphique 4) que la part des lésions graves culmine entre 25 et 34 ans (80 %). Cette part est également très élevée entre 17 et 24 ans (77 %).

TABLEAU 4 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS SELON LE TYPE DE LÉSION ET LE SPORT IMPLIQUÉ
Résultats de 1987 et 1988

TABLEAU 4 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS SELON LE TYPE DE LÉSION ET LE SPORT IMPLIQUÉRésultats de 1987 et 1988

(1) Traumatismes crâniens avec hospitalisation, plaies avec soins de médecin, décès
(2) Bleu, contusion, plaie superficielle…
(3) Traumatisme crânien sans hospitalisation, asphyxie, autre type de lésion.
(*) ou partie du corps non précisée.
Remarque : certains accidents provoquent plus d’une lésion, c’est pourquoi le nombre des lésions peut dépasser le nombre d’accident

Graphique 4 - ACCIDENTS DE SPORT LESIONS GRAVES ET HOSPITALISATION SUIVANT L'ÂGE
Résultats de 1987 et 1988

Graphique 4 - ACCIDENTS DE SPORT LESIONS GRAVES ET HOSPITALISATION SUIVANT L'ÂGERésultats de 1987 et 1988

29Les parties du corps les plus souvent touchées sont les membres inférieurs (cf. tableau 4), spécialement la cheville et le genou ; toutefois, les lésions les plus graves paraissent concerner le genou, si l'on en juge par le taux d'hospitalisation élevé qui s'y rapporte (32,8 % des accidents).

Recours aux soins

30La fréquence des lésions non bénignes explique le fort recours aux soins pour les accidents de sport (cf. tableau 6).

31Ces soins sont donnés essentiellement par le médecin (94,2 % des recours aux soins).

32Le recours aux soins est maximum pour les accidents survenant lors de sports de ballon (88 %), Par contre, les sports de contact et le ski donnent lieu aux taux d'hospitalisation les plus élevés (respectivement 18,4 % et 16,8 % de ces accidents).

33La fréquence des hospitalisations croît avec l'âge jusqu'à 44 ans (cf. graphique 4) ; le recours à une hospitalisation concerne, au total, un accident sur cinq entre 35 et 44 ans.

TABLEAU 5 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS DE SPORT SELON LE TYPE DE LÉSION, LEUR LOCALISATION ET LE NOMBRE D'HOSPITALISATIONS
Résultats de 1987 et 1988

TABLEAU 5 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS DE SPORT SELON LE TYPE DE LÉSION, LEUR LOCALISATION ET LE NOMBRE D'HOSPITALISATIONSRésultats de 1987 et 1988

(1) Traumatismes crâniens avec hospitalisation, plaies avec soins du médecin, décès.
(2) Bleu, contusion, plaie superficielle…
(3) Traumatisme crânien sans hospitalisation, asphyxie, autre type de lésion,
(*) ou partie du corps non précisée.

TABLEAU 6 - RECOURS AUX SOINS ET HOSPITALISATIONS PAR TYPE DE SPORT
Résultats de 1987 et 1988

TABLEAU 6 - RECOURS AUX SOINS ET HOSPITALISATIONS PAR TYPE DE SPORTRésultats de 1987 et 1988

34En moyenne, les séjours d'hospitalisation durent 7,5 jours : plus de la moitié comptent moins de 7 jours ; sur les 118 séjours recueillis dont la durée est indiquée (cf. graphique 5), la durée maximale est de deux mois.

Graphique 5 - ACCIDENTS DE SPORT - RÉPARTITION DU NOMBRE DE SÉJOURS SUIVANT LA DURÉE D'HOSPITALISATION
Résultats de 1987 et 1988

Graphique 5 - ACCIDENTS DE SPORT - RÉPARTITION DU NOMBRE DE SÉJOURS SUIVANT LA DURÉE D'HOSPITALISATIONRésultats de 1987 et 1988

35Etant donné la nature des lésions provoquées par les accidents de sport (entorses, luxations, fractures), le recours à la rééducation est fréquent, La proportion correspondante est de 25,3 % (et. tableau 7).

36Particulièrement élevé pour les accidents de ski (41 % notamment en raison des fractures), le recours à la rééducation n'est nécessaire que pour 8 % des accidents dûs aux sports de contact,

TABLEAU 7 - RÉÉDUCATION ET ARRÊTS DE TRAVAIL SUIVANT LE SPORT
Résultats de 1987 et 1988

TABLEAU 7 - RÉÉDUCATION ET ARRÊTS DE TRAVAIL SUIVANT LE SPORTRésultats de 1987 et 1988

37Le taux des arrêts de travail et leur durée moyenne sont également les plus élevés pour les accidents de ski (34,6 % et 48 jours) ; le taux est particulièrement élevé pour les accidents dûs aux sports de ballon (30,6 %) mais la durée moyenne de l'arrêt (26 jours) est nettement inférieure dans ce cas (cf. graphique 6).

Graphique 6 - ACCIDENTS DE SPORT - DURÉE MOYENNE D'ARRÊT DE TRAVAIL SUIVANT LE SPORT
Résultats de 1987 et 1988

Graphique 6 - ACCIDENTS DE SPORT - DURÉE MOYENNE D'ARRÊT DE TRAVAIL SUIVANT LE SPORTRésultats de 1987 et 1988

Conclusion

38Mis à part les excès qui peuvent résulter d'une pratique excessive eu égard aux possibilités physiques des sujets, le sport peut également entraîner des accidents et par conséquent constituer une source d'atteinte à l'intégrité physique du pratiquant.

39De nombreux sports sont réputés dangereux, mais ils n'empêchent pas de compter un grand nombre d'adeptes attirés précisément par le goût du risque que comportent ces activités.

40Au point de vue santé, il est intéressant de recenser la fréquence des accidents en fonction du type de sport pratiqué et d'en apprécier les conséquences financières sans perdre de vue que le sport participe fortement à l'épanouissement physique et mental des pratiquants. Sur ce point, malgré des études nombreuses, l'analyse de cet aspect positif est loin d'être résolu parfaitement étant donné la diversité biologique des êtres humains.

41Les apports de la physiologie des activités sportives ne sont pas négligeables dans ce domaine mais ils ne présentent pas encore un aspect décisif.

Notes

1 La rubrique 3 du questionnaire Accident s'énonce de la manière suivante : "Cet accident a-t-il causé une entorse, une foulure, une luxation, un claquage... ?" ; afin de ne retenir que les lésions les plus graves, on ne classe toutefois en rubrique “entorse" que les lésions de ce type qui ont donné lieu à des soins de médecins ; les autres lésions sont classées en "lésions bénignes",

2 Les accidents concernant les enfants de moins de 6 ans ont été écartés de l'analyse.

3 On retrouve la même surmorbidité pour cette tranche d'âge dans les accidents scolaires.

4 Voir note 1.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS SUIVANTS LE TYPE DE SPORTRésultats de 1987 et 1988
Légende (1) et basket-ball, volley-ball(2) y compris musculation, danse, athlétisme(3) judo, karaté, aïkido
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre TABLEAU 1 - FRÉQUENCE DES ACCIDENTS SELON LE TYPE DE SPORT ET LE SEXE DE L'ACCIDENTEPersonnes de plus de 6 ans - Résultats de 1987 et 1988
Légende * 101 activités sportives sont inconnues ; les 112 accidents restants sont précisés au stade de l'enquête mais pas ici : ils se répartissent entre des activités très diverses, le nombre de cas correspondant à chacune d'elles ne permet pas une analyse séparée.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 2 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS SUIVANT LE SEXE ET LE TYPE DE SPORTRésultats de 1987 et 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABLEAU 2 - FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SPORT SELON L'ÂGE DE L'ACCIDENTÉ ET LE TYPE DE SPORTRésultats de 1987 et 1988
Légende * y compris 101 activités sportives non précisées.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Tableau 3 - MECANISME ACCIDENTEL SUIVANT LE SPORTRésultats de 1987 et 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Graphique 3 - ACCIDENT DE SPORT - MÉCANISME SUIVANT L'ÂGERésultats de 1987 et 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre TABLEAU 4 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS SELON LE TYPE DE LÉSION ET LE SPORT IMPLIQUÉRésultats de 1987 et 1988
Légende (1) Traumatismes crâniens avec hospitalisation, plaies avec soins de médecin, décès(2) Bleu, contusion, plaie superficielle…(3) Traumatisme crânien sans hospitalisation, asphyxie, autre type de lésion.(*) ou partie du corps non précisée.Remarque : certains accidents provoquent plus d’une lésion, c’est pourquoi le nombre des lésions peut dépasser le nombre d’accident
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Graphique 4 - ACCIDENTS DE SPORT LESIONS GRAVES ET HOSPITALISATION SUIVANT L'ÂGERésultats de 1987 et 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre TABLEAU 5 - RÉPARTITION DES ACCIDENTS DE SPORT SELON LE TYPE DE LÉSION, LEUR LOCALISATION ET LE NOMBRE D'HOSPITALISATIONSRésultats de 1987 et 1988
Légende (1) Traumatismes crâniens avec hospitalisation, plaies avec soins du médecin, décès.(2) Bleu, contusion, plaie superficielle…(3) Traumatisme crânien sans hospitalisation, asphyxie, autre type de lésion,(*) ou partie du corps non précisée.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre TABLEAU 6 - RECOURS AUX SOINS ET HOSPITALISATIONS PAR TYPE DE SPORTRésultats de 1987 et 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Graphique 5 - ACCIDENTS DE SPORT - RÉPARTITION DU NOMBRE DE SÉJOURS SUIVANT LA DURÉE D'HOSPITALISATIONRésultats de 1987 et 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre TABLEAU 7 - RÉÉDUCATION ET ARRÊTS DE TRAVAIL SUIVANT LE SPORTRésultats de 1987 et 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 6 - ACCIDENTS DE SPORT - DURÉE MOYENNE D'ARRÊT DE TRAVAIL SUIVANT LE SPORTRésultats de 1987 et 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16652/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Auteur

Professeur émérite Faculté de Droit, Université de Pau et Pays de l'Adour

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.