Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

2. La maitrise des processus à caractère économique : quelques aspects

Consommations sportives et interactions sociales

Fabien Ohl

Texte intégral

1La compréhension des processus de consommation a fait l'objet de nombreux travaux sur des registres différents (sociologie, économie....). Cependant les phénomènes de consommation restent assez énigmatiques. La faiblesse actuelle de la consommation, parfois jugée inquiétante, va être expliquée par des causes psychologiques, sociales ou économiques (le "moral" des français, les peurs, le chômage...).

  • 1 Récemment le Journal Libération proposait de penser la consommation, voir Libération, 26.09.93, en (...)

2Ces associations d'éléments de nature et de niveau différents sont fréquentes mais généralement de peu d'intérêt. Elles semblent procurer des systèmes de justification et d'explication mais ne permettent pas de penser les processus de consommation. D'un point de vue sociologique la consommation est un terme générique qui regroupe des données peu homogènes. Ainsi, pour le sociologue, la synthèse de pratiques et de représentations (individuelles et collectives), par le biais d'un indice abstrait de consommation, est davantage une source de confusion que de progrès de la pensée. En parlant de "La consommation"1, il est possible de cerner quelques éléments utiles à la prospective mais on crée, en même temps, une unité très artificielle.

3Notre communication se limitera à l'analyse des consommations sportives. En les isolant du revenu, de la consommation globale et de l'épargne nous risquons l'erreur inverse : attribuer du sens à un élément qui doit être saisi dans un système ; et cela sans pour autant régler le problème de la création de la catégorie discutable des consommations sportives. Ces difficultés risquent d'être d'autant plus importantes que nous proposons de repérer les liens entre les consommations sportives et les interactions sociales. Il ne s'agit ici, bien évidemment, que de l'esquisse du développement d'axes de réflexion peu usités. La caution de l'intérêt heuristique et épistémologique justifiera, trop facilement peut-être, cette démarche peu orthodoxe. Pour mieux appréhender les consommations liées à la pratique sportive, il nous sera nécessaire de rappeler quelques tendances repérées à l'aide d'une enquête directe auprès de sportifs. Puis, il s'agira de cerner le sens des données construites à partir de méthodologies quantitatives et de les situer par rapport aux modélisations économiques et sociologiques dominantes. Enfin nous proposerons les prolégomènes à une analyse de la place des objets sportifs dans les interactions.

I - LES DÉPENSES DES SPORTIFS

  • 2 MICHON B. et OHL F., Aspects socio-économiques du prix de la pratique sportive, in Economie politi (...)

4Une enquête directe auprès des pratiquants nous a permis de dégager les grandes tendances des comportements de consommation de sportifs (choisis dans un espace géographique délimité de façon à minimiser les effets des variations des systèmes d'offre de pratique et de biens)2. Nous observons que globalement la consommation de biens et services sportifs est en homologie avec les propriétés socio-économiques des individus, il y a, lorsque l'on agrège un ensemble important de population, une reproduction très nette. Cette proposition n'est guère surprenante et reste a priori assez pauvre d'un point de vue de la connaissance scientifique.

5Il est plus intéressant de noter que le niveau de dépense des pratiquants est aussi bien corrélé avec les diplômes qu'avec les revenus. Il y a évidemment une covariation entre diplômes et revenus mais elle ne suffit pas à expliquer toutes les différences. Ainsi, les dimensions culturelles influencent, de façon non négligeable, l'organisation des actions économiques des individus dans le domaine sportif.

  • 3 OHL F., Pratiques économiques, pratiques sociales : étude de la genèse sociale du coût financier d (...)

6Cependant si l'on évite d'agréger toutes les pratiques, ce qui renforce les clivages et écrase la diversité, et que l'on observe une pratique ou un groupe de pratique de coût financier équivalent, on observe une très grande dispersion des dépenses pour chaque activité. Ce ne sont donc pas les contingences de l'activité qui expliquent systématiquement les contraintes économiques, mais il y a un usage du sport qui conduit les pratiquants à décliner de multiples façons la consommation pour le sport. Les individus ont usage social du système d'offre dépendant de leurs caractéristiques sociales (sexe, profession, diplômes, revenus,...)3.

  • 4 Il s'agit d'un échantillon de 2 081 sportifs sélectionnés selon la méthode des quotas dans 22 disc (...)
  • 5 Voir F. OHI, op. cit. 1991.

7Les propriétés économiques et culturelles n'ont néanmoins pas le monopole de l'explication des comportements. L'engagement dans une pratique sportive est un élément important. D'abord par simple utilité et fonctionnalité (nous devons faire plaisir aux défenseurs de l'utilitarisme), le volume annuel de pratique est en relation avec les dépenses. Il ne faut pourtant pas saisir cet engagement comme une variable qui dépend mécaniquement du temps de pratique annuel. Le temps de pratique accumulé, ou plutôt le temps de présence dans un espace social, enregistré sous la forme d'ancienneté de pratique, va influencer le niveau de dépense (de manière différenciée selon les sports). Il s'agit d'un engagement quantitatif et qualitatif puisque la nature de l'engagement peut influencer la structuration du coût des pratiques. Par exemple, un engagement dans plusieurs pratiques sportives devrait, en moyenne, si l'on suit une logique de répartition du budget loisir sur plusieurs activités, faire baisser le coût de chaque sport, Paradoxalement, dans le cas de notre population4, plus on fait d'activités physiques plus on dépense pour chacune d'entre elles5.

  • 6 Nous reprenons ici la distinction entre explication et compréhension proposées par M. Weber, Essai (...)

8On remarque aussi que l'histoire sportive de l'individu va être un élément potentiellement organisateur des consommations. De façon similaire il faut également noter que l'histoire des pratiques, leur inscription dans les diverses logiques associatives ou marchandes, les modalités, les marquages sexuels, etc. orientent l'organisation socio-économique des consommations et des niveaux de coût. Ainsi de multiples facteurs organisent les consommations associées à la pratique sportive. Des cohérences explicatives sont repérables, le problème essentiel reste de donner du sens aux données recueillies6.

II - LE PROBLÈME DE LA COMPRÉHENSION

9Ce bref rappel de quelques éléments, que nous avons repérés à l'aide de méthodologies quantitatives, nous apporte un descriptif relativement complet et aborde des axes d'explication tout à fait intéressants. Néanmoins, la réflexion n'en est pas épuisée pour autant. Diverses questions restent à aborder. Nous voudrions faire état ici de deux problèmes essentiels à l'approfondissement de la connaissance de l'origine et du sens de nos actes de consommation.

10Le premier problème concerne le niveau d'analyse. Peut-on facilement déduire la signification des comportements en passant par un niveau important d'agrégation ? Ce problème se pose pour la plupart des enquêtes qui portent sur la consommation des ménages. On agrège des données pour comprendre les attitudes de consommation. Puis, en déduisant des agrégations un comportement moyen, qui ne représente pas un être réel mais un idéal-type du consommateur, on obtient un effet d'homogénéisation. En procédant de la sorte, on reconstruit la réalité en négligeant la diversité. En parlant du panier moyen du pratiquant de tennis, de planche à voile ou d'athlétisme, il est difficile de construire des hypothèses réalistes sur le comportement du consommateur.

  • 7 Voir notamment en ce qui concerne les conceptions de l'acteur calculateur et du marché l'ouvrage d (...)

11Les économistes se sont faits les spécialistes de cette manière de procéder. Les changements de niveaux sont souvent justifiés d'un point de vue épistémologique par une conception pratique mais très simpliste des actions humaines. A partir de l'hypothèse de maximisation de l'utilité des actions par les individus, selon diverses modalités de calcul d'un rapport coût-bénéfice, on va pouvoir expliquer des attentes de consommation qui vont s'exprimer dans un système d'offre donné. Les courants proches de l'individualisme méthodologique7 proposent de lire le marché comme une traduction des liens entre les niveaux macro et micro.

  • 8 Une analyse de contenu de la revue American Economic Review réalisée par W. Léontiev montre que se (...)

12Ces diverses façons d'analyser les comportements du consommateur sont généralement très sophistiquées d'un point de vue de la modélisation mathématique mais elles sont très éloignées des comportements réels8 et apportent peu de compréhension. À la fois d'un point de vue épistémologique et méthodologique le recours à ces perspectives reste assez pauvre pour dépasser le niveau descriptif.

13Ce repérage des difficultés liées au niveau d'analyse nous conduit à soulever le problème des modèles scientifiques qui vont permettre de mieux comprendre les comportements de consommation des individus.

14La plupart des enquêtes concernant les consommations fonctionnent en référence à des définitions des goûts. Dans beaucoup de cas, et nous l'avons nous-mêmes utilisée, la notion de style de vie vient apporter une cohérence aux séries d'homologies repérables dans divers registres de consommation. Il y aurait aussi homologie entre le style de consommation sportive et les autres éléments du style de vie. Cette proposition est facilement vérifiable à partir de l'agrégation d’un nombre important de données d’enquêtes. Mais elle ne doit pas accréditer l’illusion d'une logique mécanique des phénomènes de consommation. L'idée que des goûts produiraient des styles de vie, qui, à leur tour, expliqueraient les consommations, les pratiques sportives n'étant que de l'ordre de l'épiphénomène, est réductrice. Cette version de l'effet des goûts et des styles de vie sur la consommation sportive semble correspondre à une déformation de la sociologie de P. Bourdieu.

  • 9 Voir les articles de BROCHIER H., "P. Bourdieu en individualiste méthodologique", et CAILLÉ A., "P (...)
  • 10 Voir BOURDIEU P., Réponses, Paris : Seuil, 1992.
  • 11 BOURDIEU P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris : Minuit, 1979.

15En effet les réflexions de P. Bourdieu ne peuvent être assimilées à des approches mécanistes. La proximité de certaines de ses propositions avec les modèles économiques dominants9 est critiquable. Néanmoins ses définitions de l'intérêt10, ou sa manière de concevoir les pratiques économiques, le différencient nettement des approches utilitaristes. Il réussit à dépasser les oppositions entre niveaux d'analyse à travers divers concepts (champ, habitus,...) et propose une modélisation beaucoup plus subtile que celles évoquées précédemment. Si P. Bourdieu a longuement évoqué le problème des styles de vie et des goûts en se basant sur diverses enquêtes11, de nombreuses difficultés persistent pour comprendre ce qui conduit un individu, ou un groupe d'individus, à consommer certains biens ou services. Il serait séduisant mais très réducteur, de penser les logiques de la consommation sportive comme l'effet mécanique d'un habitus. L'habitus ne saurait expliquer directement l'achat d'une paire de chaussures de sport, d'une tenue de "jogging" ou d'une raquette de tennis. Les liens entre les goûts, les styles de vie et les éléments consommés restent flous. Si d'un point de vue de certaines consommations (alimentaires notamment), les enquêtes sur le goût correspondent de façon précise à ce que les ménages achètent (qui n'est probablement qu'en décalage léger avec ce que les ménages consomment réellement), pour les pratiques sportives le problème est relativement plus délicat avec des données moins précises.

16Les divergences entre les achats et les usages sont souvent assez importantes. Les usages des objets sont multiples et ne correspondent parfois pas à un usage sportif exclusif (chaussures, vêtements,.,.). De plus, différents éléments peuvent participer à la composition de l'apparence sportive. Les éléments de la tenue et du matériel prennent du sens en relation avec les attitudes corporelles des sportifs. Pour des skieurs, joueurs de tennis, planchistes, etc. les relations entre type de matériel, de tenue, niveau et type de prestation physique se combinent pour donner un sens aux apparences physiques. Les capacités signifiantes des objets sont très dépendantes de leurs usages.

17Comme nous l'avons noté précédemment, l'investissement dans des biens sportifs s’explique à la fois par les éléments classiques des enquêtes de consommation (revenus, situation de famille, sexe,,.,) et par des éléments plus spécifiques, liés à des apprentissages dans le milieu sportif, On n'a pas le goût pour certaines tenues sportives uniquement de par des propriétés sociales générales mais également par rapport à une histoire et une position dans un espace de pratique (qui ne sont pas indépendantes des caractéristiques sociales des agents).

  • 12 OHL F. op. cit., 91, selon les modalités de pratique de la planche à voile (fun), du patinage (dan (...)

18Cependant ces positions n'ont pas des effets très simples sur les consommations. Il y a certes des écarts de consommation considérables selon les modalités de pratiques12 mais il s'agit d'écarts entre moyennes qui ne s'expliquent pas uniquement par des différences sociales ou des différences de modalités.

19La perspective théorique de P. Bourdieu laisse dans le flou un certain nombre d'éléments. Ainsi, même si l'on peut accréditer l'idée que la consommation sportive est socialement classante et distinctive, le sujet n'est pas pour autant clos. La multiplication des objets sportifs, l'extension des gammes, l'appel aux technologies sophistiquées, le repérage de sportifs "surconsommateurs" et "sous-consommateurs", les mises en scène sportives, les rituels qui organisent les rapports aux objets sportifs, le langage qui porte sur les consommations sportives... sont des éléments que le sociologue peut retenir pour mieux saisir les cohérences des consommations sportives,

III - INTERACTIONS ET CONSOMMATIONS

20Pour comprendre l'économie des objets sportifs, il est probablement nécessaire de faire appel aux indicateurs sociaux traditionnellement utilisés dans les enquêtes de consommation mais cela reste insuffisant. En effet, beaucoup de nuances et de subtilités, qui font partie de l'univers des pratiquants, échappent à ce type d'analyse. De façon proche, développer l'idée d'une consommation de signes socialement qualifiés, en relation avec les dispositions symboliques des individus, ne donne pas les clefs de la compréhension des qualifications sociales.

  • 13 Nous reprendrons dans la suite divers éléments conceptuels comme la face, les représentations, l'e (...)

21Nous voudrions enrichir les données quantitatives et qualitatives en notre possession en prenant appui sur les travaux de E. Goffman. Nous partirons de l'Idée que, outre leur utilité fréquente et évidente, les biens sportifs et leurs usages associés sont des éléments qui ont une place non négligeable dans le déroulement des interactions sociales liées aux pratiques sportives13.

22Si le rôle des objets et tenues est important dans de nombreuses interactions, nous ne prétendons évidemment pas qu'il épuise la compréhension des interactions. Cependant, pour saisir le sens de la consommation d'objets et de tenues, il est difficile de ne pas tenir compte de leur importance dans les interactions.

1. Le sportif en représentation

23La pratique sportive se caractérise par une assez grande lisibilité et visibilité sociale. Elle implique des consommations qui se mettent souvent en scène en dehors de l'espace domestique.

24En suivant les lignes de cohérence du modèle de Goffman, nous pouvons considérer que les sportifs sont en représentation, sur des scènes, où leurs biens de consommation interviennent dans la constitution de leur façade personnelle.

25Les interactions sportives se déroulent dans des cadres temporels et spatiaux très divers. La densité démographique et les dimensions de l'espace du skieur alpin ne sont pas comparables aux espaces plus confinés de certaines associations ou clubs de forme. L'organisation des territoires de l'individu et des interactions diffère.

26Ainsi les représentations sont souvent plus risquées socialement lorsque les autres interactants sont connus ou attentifs. Avoir une tenue en décalage avec son statut ne pose guère de problème quand les interactions sociales se déroulent avec des inconnus incapables de percevoir les dissonances (durant les vacances, dans des lieux éloignés de leur domicile les individus s'accordent plus de libertés vestimentaires). Les lieux de pratique sportive sont fréquemment des espaces plus restreints où des systèmes d'attentes sont constitués.

27Les biens sportifs participent donc à la gestion du face à face dans les interactions sociales. Ils se constituent en indices d'un style ou d'un niveau de pratique. Ces indices vont être mis en relation avec les attitudes corporelles pour permettre aux interactants de se situer. Beaucoup de pratiquants déclarent savoir "à qui ils ont affaire" à partir d'indices recueillis sur les apparences du pratiquant (attitudes, rituels, tenues, équipements,,.). Les correspondances attendues et les dissonances vont prendre du sens et organiser les interactions.

  • 14 Cela peut aller du ridicule perçu du pratiquant suréquipé par rapport à son niveau de pratique (qu (...)

28Les sportifs agissent dans un univers où les objets sont non seulement marqués socialement mais surtout ordonnés par rapport aux divers usages de la pratique. Les objets sportifs façonnent l'identité du pratiquant, la rendent lisible aux autres et préparent ainsi les interactions. Mais les codages matériels de l'univers sportif sont complexes. Ils impliquent l'attente de capacités d'usage associées, la possibilité de discourir sur les objets, la connaissance des combinaisons cohérentes d’équipements. Les sportifs ne peuvent pas s'attribuer l'identité qu'ils souhaitent à partir d'une composition d'objets. L'usage et la possession de combinaisons d'objets singuliers peuvent aussi bien risquer de faire perdre la face au sportif que lui permettre de rencontrer des individus qui partagent la même passion14. Ce sont les autres qui acceptent ou refusent les définitions de l'identité du pratiquant à partir d'indices recueillis lors des interactions.

29En escalade, planche à voile, ski,... lorsque les lieux de pratique sont de taille restreinte, les interactions seront organisées en fonction des indices mutuellement recueillis sur les façades respectives des interactants. La possession de certains types de tenues et de matériel crée des attentes. Posséder une housse à ski et être un skieur médiocre, posséder un bateau de compétition et en faire un piètre usage, etc. sont des situations socialement dangereuses parce qu'elles créent une dissonance entre comportements attendus et comportements effectifs et peuvent faire perdre la face à celui qui ne respecte pas les usages établis.

30De la même façon, certains experts en pratique sportive s'équipent en tenues et matériels récents et de haut de gamme pour à la fois être en concordance avec leur identité de pratiquant et répondre aux attentes d'un environnement social. La crédibilité d'un moniteur (ski, kayak, tennis, escalade,,,,) passe partiellement par la lisibilité de son identité à travers son matériel et son vêtement.

31La multiplicité des formes de représentation et attentes de représentation ne permettent pas d'envisager une correspondance simple et directe avec les consommations des individus. Cependant leur importance dans l'univers sportif est considérable. Le sens des actions passe par une "mise en scène" dans laquelle les objets ne sont pas une décoration insignifiante mais sont au coeur de nombreux discours et actions,

2. Les signes du lien

  • 15 Les assauts répétés d'analyses économiques utilitaristes ou le succès médiatique d'un rapport qual (...)
  • 16 Voir BAUDRILLARD J., Le système des objets, Paris : Gallimard, 1968.

32Les équipements sportifs individuels se caractérisent par une visibilité supérieure à beaucoup d’objets et tenues de notre vie quotidienne. Proportionnellement aux dimensions des objets et des tenues, la place occupée par des inscriptions du producteur de biens (marque, modèle, référence à un événement,...) est importante. Cela se confirme si on les compare à des objets domestiques ou à des objets comme la voiture. Les vêtements comme les chaussures spécifiques à la pratique sportive se différencient également de leurs homologues, non liés à un usage sportif, par une incomparable visibilité de la marque et du modèle dans la gamme. Les objets sportifs ne sont pas pour autant nécessairement plus marquants socialement mais ils sont plus lisibles, ils permettent l'organisation d’une mise en scène qui paraît plus facile à décoder. Ils ont, c'est une évidence qu'il faut répéter15, une valeur d'échange et une valeur d'usage16 qui sont dépendantes des dispositions symboliques des individus.

33Si nous rappelons l'importance de cette valeur d'échange des objets, ce n'est pas pour insister sur les dimensions aliénantes de la consommation mais pour montrer que, au delà des dimensions distinctives et marquantes, les biens sportifs permettent aux individus d'afficher et de renforcer leurs liens d'appartenance à une communauté.

34Parmi les diverses manières d'afficher des liens sociaux, les plus évidentes sont les autocollants, disponibles dans beaucoup d'activités, qui donnent à lire des messages d'adhésion simples ("vive le sport") ou qui valorisent des qualités ('canoë-kayak école de vérité et d'audace"). Les signes du lien s'affichent aussi a travers des photos du sportif en action (pour certains il s'agit d'une consommation liée à la pratique sportive), des clubs de golf laissés dans le salon, d'une galerie de voiture, des propositions de troc ou de vente d'objets, des coupes et médailles qui trônent sur une étagère… Les vêtements sportifs servent souvent de support à l'affichage du nom du club dans lequel l'on pratique, ils rappellent parfois la participation de l'acteur à des événements sportifs (une compétition localisée et datée) ou encore mettent en scène la fréquentation de certains sites reconnus par d'autres pratiquants ("Go climb a rock - Yosemite Moutains").

35A travers les vêtements et les objets les individus, pratiquants ou non, affichent et entretiennent leurs liens. De nombreux entraîneurs et dirigeants sportifs possèdent des tenues sportives sans en faire un usage sportif. Ces éléments assurent, de manière non exclusive ni systématique, une réaffirmation des liens sociaux à travers la présentation de soi. Cependant, comme on peut l'observer dans certains sports collectifs, l'entraîneur doit se différencier des joueurs, se donner du crédit en revêtant des tenues "non sportives'', Le costume et la cravate des entraîneurs de football est un élément important de la mise en scène du sérieux du travail des entraîneurs, il assure souvent une rupture avec le statut de joueur. En football on a vu apparaître le costume et la cravate du club pour vêtir uniformément les joueurs. Les tenues "sérieuses" identiques, associées aux autres éléments de l'apparence (coupe de cheveux, gestuelles,..,) assurent ainsi la mise en scène de l'appartenance à la communauté du club, Cette mise en scène semble être un élément important de résolution des contradictions entre l'existence d'un marché international des joueurs et la volonté des autorités sportives de se référer à une éthique associative (la famille du football).

3. Langage et biens sportifs

36Si les éléments de la consommation sportive participent aux représentations des acteurs sociaux à travers la façade personnelle ou le décor, ils sont également susceptibles de devenir un élément important du langage.

  • 17 Voir GOFFMAN E„ La mise en scène de la vie quotidienne, 2.Les relations en public, Paris : Ed, de (...)

37Les interactions sociales dans les pratiques sportives sont multiples. Elles ne se différencient pas d'autres interactions en ce qui concerne les logiques possibles de leur déroulement. Le problème de l'ordre social s'exprime aussi dans le cadre sportif. Ainsi le face à face est une situation potentiellement délicate qui peut aboutir à des violations de territoire, des échanges confirmatifs ou réparateurs17. Le langage Joue un rôle essentiel dans l'ordre de l'interaction. Les face à face des sportifs ne se limitent pas aux affrontements codifiés par les règlements sportifs, Avant et après la pratique, à proximité de bars, vestiaires, murs d'escalade, bords de rivière, durant des déplacements, etc. s'offrent des moments d'échange. Les objets et tenues sportifs constituent des ressources sûres, de bons prétextes d'échanges verbaux des sportifs. Pour éviter les "vides" désobligeants de la conversation, les discussions apparemment techniques sur les qualités des objets et des tenues permettent un bon déroulement du face à face. Les échanges verbaux relatifs aux pratiques sportives et à leurs objets ne sont d'ailleurs ni exclusivement liés aux pratiques sportives ni limités aux éléments de consommation. Les résultats sportifs, par exemple, sont une ressource avérée des échanges verbaux masculins dans différents cadres sociaux.

  • 18 Certains économistes parlent de "marchés à prescripteurs". Voir par exemple A. HATCFIUEL, Les marc (...)
  • 19 Non dans le sens théâtral de Goffman mais plus proche de la version de la psychologie sociale, voi (...)

38Ce qui nous intéresse davantage ici est d'observer qu'à travers les échanges se forment et se modifient les croyances concernant les valeurs des objets. L'organisation symbolique de l'environnement matériel des sportifs dépend en partie de ces échanges. Il y a un processus d'initiation à l'économie des objets sportifs qui se forge sur les lieux de pratique par le biais des échanges. Les interactions expriment souvent l'ordre social local qui règne dans les pratiques sportives. Ainsi le pratiquant de bon niveau joue régulièrement un rôle de médiateur social ou de prescripteur18 qui diffuse, dans certains milieux, des représentations19 concernant les qualités des objets sportifs. Les consommations d'articles de sport dépendent donc partiellement des multiples interactions qui contribuent à former une sorte d'ethos de pratique.

  • 20 Dans le sens de la psychologie sociale, voir note précédente.

39En réalité les systèmes de médiation sont plus complexes et plus nombreux. On observe une spécialisation de la médiation à travers l'apparition de revues qui contribuent amplement à diffuser un langage et des références communes à des groupes de pratiquants. De nombreuses revues sportives font une place significative aux tests d'équipements. Elles favorisent l'accès à un langage spécifique qui va servir de ressource aux échanges verbaux des sportifs et contribuer à former des représentations20 concernant les objets sportifs (l'enquête quantitative montre qu'à volume et niveau de pratique comparables la lecture de revues spécialisées favorise un accroissement du coût de la pratique et donc une modification de la quantité et de la nature des biens consommés).

40La mise en scène de compétences sportives à travers les systèmes de jugements techniques concernant les objets assure à la fois l'organisation de l'ordre de la pratique et la connaissance mutuelle des identités des individus. Sur les lieux d'activité les remarques anodines concernant le matériel sont souvent des manières de réaffirmer un ordre social. Dans la pratique du canoëkayak d'eaux vives la ressource la plus sûre du langage concerne les narrations des manières, plus ou moins habiles, de se jouer des difficultés du parcours. De façon non négligeable les remarques concernant les tenues et équipements contribuent à constituer, entretenir ou modifier leur organisation symbolique. Les quolibets concernant du matériel non adapté, l'indifférence ou les remarques admiratives devant de nouveaux modèles d'équipement, sont autant de remarques accessoires qui sont organisatrices des repères des pratiquants non au fait de l'actualité du consommateur sportif. Le rapport aux objets ne doit pas être analysé selon un simple critère de possession. Les capacités des acteurs à discourir sur les objets est un élément indispensable à la compréhension des consommations.

  • 21 BOLTANSKI L…, THEVENOT L… De la justification, les économies de la grandeur, Paris : Galimard 1991
  • 22 Voir GOFFMAN, 1973, 2, p. 112,
  • 23 Voir GOFFMAN, 1973, 2, p. 73-77.

41La possession d'un matériel sportif implique souvent la capacité de pouvoir justifier ses achats. Dans certains milieux l'achat d'un polo "Lacoste" se doit souvent d'être justifié par la durabilité du tissu pour éviter le discrédit qui pèse sur l'ostentation des consommations. Les consommations de chaussures, skis, raquettes, vêtements etc, offrent l'occasion de développer un discours sur les objets de façon à rendre les choix compréhensibles. Les sportifs recherchent un soutien, un accord, à travers leurs systèmes de justification. Pour Boltanski et Thévenot21 il s'agit d'une nécessité de coexistence, les systèmes de justifications et leurs grandeurs de référence organisent l'ordre social. En nous référant à Goffman, il nous semble que ce sont davantage les attentes et obligations établies dans un groupe qui imposent une régulation de l'interaction, Il faut rendre compréhensibles ses comportements par rapport à son positionnement dans un espace de pratique. Goffman souligne que "L'individu doit donc non seulement apporter une information explicative, mais, s'il ne parvient pas à convaincre les autres de son innocence, il doit aussi être prêt à se repentir et à réparer…"22. Avoir acheté un mauvais matériel ou payé trop cher un objet risque de faire perdre la face si l'individu ne rend pas ses actes compréhensibles. Le langage et ses possibilités de réparation ou de confirmation23 est un élément important du déroulement de l'interaction. Dans certains milieux sportifs au contraire on joue de ce risque et on cherche à faire perdre la face en essayant de stigmatiser celui qui fait la mauvaise affaire, la dérision permettant cependant de sauver l'essentiel.

Conclusion

42A la relative clarté et simplicité de l'agrégation de données quantitatives sur les consommations, s'oppose l'abondance et l'effervescence des pratiques et discours liés à la consommation. Pourtant, ce sont les mêmes faits sociaux et économiques qui sont observés selon des niveaux différents. Les difficultés d'articulation entre niveaux d'observation sont importantes.

  • 24 Nous retrouvons ici les propositions des tenants de l'individualisme méthodologique et notamment d (...)

43Une manière aisée d'interpréter ces contradictions est de considérer que l'addition des logiques individuelles fait émerger la totalité24. En opérant ainsi, comme de nombreux économistes et sociologues, il est facile d'échafauder des hypothèses sur le comportement du consommateur ; elles resteront cependant formelles et ne pourront prétendre comprendre la signification de nos consommations.

44Notre proposition visait à montrer comment l'organisation d'ensemble des comportements de la consommation sportive est en relation avec des ordres sociaux plus locaux. Nos comportements de consommation dépendent d'événements de notre vie quotidienne eux-mêmes soumis à un ordre social.

  • 25 GOFFMAN E., L'ordre de l'interaction. Sociétés, no 14, mai-juin 1987, p. 8-16.

45La consommation de biens sportifs est probablement plus marquée par l’ordre des interactions du fait de son inscription fréquente dans un espace public et dans des réseaux de relations établis. Les relations entre l'ordre de l'interaction, les biographies sociales des acteurs et les structures sociales restent à préciser. Goffman parle, à juste titre, de "couplage flou" entre des pratiques interactionnelles et les structures sociales"25. L’investissement dans d'autres pratiques de loisirs, les dettes, l'épargne, la situation de famille, etc. vont évidemment être des paramètres orientant à la fois des choix de pratiques et de consommation. L'usage social de l'offre de consommation va donc dépendre de nombreux éléments. On comprend pourquoi une notion comme l'habitus ne peut, et n'y prétend pas, expliquer tous les choix de consommation. On entrevoit aussi la complexité des processus qui interviennent dans la compréhension des actes de consommation. Le choix d'un objet qui va être interprété par le sociologue comme un effet de la logique du goût peut, dans certains cas, dépendre de l'interaction sur les lieux de vente. Même si ces cas ne sont pas dominants, il arrive qu'un consommateur achète un bien qui lui déplaît très rapidement, qui ne lui va pas, qu'il juge peu fonctionnel... Les croyances en des achats-pulsion, des goûts-passion servent souvent d'explication (notamment pour les spécialistes de la communication) alors que l'analyse des structures de l'interaction vendeur-acheteur (ne pas perdre la face pour l'acheteur, ne pas offenser le vendeur qui a donné de son temps...) peuvent expliquer certains éléments de consommation.

46Goffman qualifie son approche de cadre conceptuel de basse portée ; en réalité l'influence des processus d'interaction semble tout à fait importante pour dépasser une analyse descriptive et hypothétique des comportements du consommateur.

Notes

1 Récemment le Journal Libération proposait de penser la consommation, voir Libération, 26.09.93, entretien avec C. De Boissieu et M, Guillaume. L'emploi du singulier est courant en économie mais lorsque les concepts économiques et sociologiques se mêlent, la prise en compte de la diversité nous semble nécessaire.

2 MICHON B. et OHL F., Aspects socio-économiques du prix de la pratique sportive, in Economie politique du sport (sous la direction de W, ANDREFF), Paris : Dalloz, 1989, p. 34-72.

3 OHL F., Pratiques économiques, pratiques sociales : étude de la genèse sociale du coût financier des sports, Thèse de Doctorat en sociologie. Université Strasbourg II, février 1991.

4 Il s'agit d'un échantillon de 2 081 sportifs sélectionnés selon la méthode des quotas dans 22 disciplines sportives différentes.

5 Voir F. OHI, op. cit. 1991.

6 Nous reprenons ici la distinction entre explication et compréhension proposées par M. Weber, Essai sur la théorie de la science, Paris : Plon, 1964.

7 Voir notamment en ce qui concerne les conceptions de l'acteur calculateur et du marché l'ouvrage de Padioleau J.G., L'ordre social. Principes d'analyse sociologique, Paris : L'Harmattan, 1986, p. 115-119, Au sujet des différences entre les courants proches de l'individualisme méthodologique, voir VAN PARUS P., Les modèles économiques dans les sciences sociales ; imposture ou nécessité, Revue du M.A.U.S.S., La Découverte, no 22, juin 1987, p. 67-85.

8 Une analyse de contenu de la revue American Economic Review réalisée par W. Léontiev montre que seul 1 % des articles se basent sur des analyses empiriques recueillies par l'auteur. Cité par STOFFAES C., Fins de mondes, Paris, O. Jacob, 1987.

9 Voir les articles de BROCHIER H., "P. Bourdieu en individualiste méthodologique", et CAILLÉ A., "P. Bourdieu et l'économisme", dans la Revue du M.A.U.S.S. (Mouvement Anti-Utilitariste des Sciences Sociales), no 22, juin 1987.

10 Voir BOURDIEU P., Réponses, Paris : Seuil, 1992.

11 BOURDIEU P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris : Minuit, 1979.

12 OHL F. op. cit., 91, selon les modalités de pratique de la planche à voile (fun), du patinage (danse sur glace), du kayak (rivière sportive), etc. les coûts varient facilement du simple au double.

13 Nous reprendrons dans la suite divers éléments conceptuels comme la face, les représentations, l'engagement, la façade, les territoires, etc. développés dans l'oeuvre de Goffman, Voir notamment : GOFFMAN E„ La mise en scène de la vie quotidienne, 1. La présentation de soi 2. les relations en public, Paris : Ed. de Minuit, 1973, Goffman E., Les rites d'interaction, Paris : Ed. de Minuit, 1974. Goffmann E., Les cadres de l'expérience, Paris : Ed. de Minuit, 1993.

14 Cela peut aller du ridicule perçu du pratiquant suréquipé par rapport à son niveau de pratique (qui peut perdre la face) aux relations amicales des rencontres sur les lieux de pratique (dont la facilité est fréquemment dépendante des signes de la proximité de pratiques véhiculées à la fois par les attitudes corporelles, les équipements et les tenues).

15 Les assauts répétés d'analyses économiques utilitaristes ou le succès médiatique d'un rapport qualité-prix rendent cette affirmation nécessaire, La période de récession présente, renforce les mises en scène des prototypes de l'homo economicus, Les médias se sont faits les propagateurs de l'idée que le nouveau consommateur est arrivé. Les reportages télévisés en direct du front des vacances 1993 présentaient des professionnels du tourisme atterrés par les nouvelles attitudes des consommateurs. Dans le journal Le Monde du 13 juillet 1993 on affirme en titre “Les acheteurs ont changé : regardants, marchandeurs, à l'affût des prix les plus bas" ou encore "Les nouveaux pingres". Même si par ailleurs l'auteur, V. Mourus, affirme que les loisirs sont épargnés, ces formes de croyances sont très simplificatrices, Dans Libération du 25.05.93 on parle du "consommateur hérisson" en insistant sur "le retour à une valeur sûre, le prix". Dans L'Express de novembre 1991 on évoque "la fin de la société de consommation". Ainsi, se diffuse la croyance en l'existence d'un modèle de consommateur rationnel et calculateur peu marqué par les categories sociales d'appartenance. On annonce aussi fréquemment la fin du "paraître" comme si l'importance de l'apparence pouvait soudain s'effacer (voir par exemple A. RIBOUD, Le Monde, 28.09.93, p. 32).

16 Voir BAUDRILLARD J., Le système des objets, Paris : Gallimard, 1968.

17 Voir GOFFMAN E„ La mise en scène de la vie quotidienne, 2.Les relations en public, Paris : Ed, de Minuit, 1973, p. 101.

18 Certains économistes parlent de "marchés à prescripteurs". Voir par exemple A. HATCFIUEL, Les marchés à prescripteurs, crise de l'échange et genèse sociale, communication au colloque de l'A.D.S.E., Lyon, nov. 1992.

19 Non dans le sens théâtral de Goffman mais plus proche de la version de la psychologie sociale, voir D. JODELET, Les représentations sociales, Paris : PUF, 1989.

20 Dans le sens de la psychologie sociale, voir note précédente.

21 BOLTANSKI L…, THEVENOT L… De la justification, les économies de la grandeur, Paris : Galimard 1991.

22 Voir GOFFMAN, 1973, 2, p. 112,

23 Voir GOFFMAN, 1973, 2, p. 73-77.

24 Nous retrouvons ici les propositions des tenants de l'individualisme méthodologique et notamment de R. BOUDON. Voir par exemple BOUDON R ., Effets pervers et ordre social, Paris : PUF, 1977.

25 GOFFMAN E., L'ordre de l'interaction. Sociétés, no 14, mai-juin 1987, p. 8-16.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540