Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Événements techniques et technologies

Brevets d'invention et nouvelles pratiques sportives instrumentées

Dieter Hillairet

Texte intégral

1L'offre en matière de loisirs sportifs a atteint aujourd'hui des sommets jusqu'alors inégalés. Le marché est envahi par des pratiques caractérisées par une technologie des matériels de plus en plus poussée, un environnement très spécifique, et des usages multiples. Ce phénomène qui avait l'apparence d'une mode il y a quelques années, dynamisée en cela par l'engouement pour les disciplines de glisse, marque en vérité un tournant décisif dans l'évolution des activités instrumentées.

2En France, depuis deux décennies, près d'une cinquantaine d'activités nouvelles se sont développées, exploitant chacune une nouvelle modalité gestuelle et un appareillage particulier. Parmi les plus populaires, une dizaine concerne les pratiques nautiques avec le fun-board, le bodyboard, le skimboard, l’hydrospeed, le raft, le morey-board... Une autre dizaine concerne les pratiques hivernales avec le monoski, le snowboard, le kilomètre-lancé, le ski, monoski et snowboard extrême, le télémark, le FIGL... Sur terre, l'offre est encore plus diversifiée avec le roller-skate, le mountain-bike, le bicross, la luge et le ski à roulette, le ski sur herbe, le speed-sail, le speed-do, le skate-board...

3Il n'y a que dans les airs où la créativité est plus réduite, surtout représentée par le delta-plane, le parapente, et leurs versions motorisées, l'Ultra Léger Motorisé et le Parafan. Mais on peut, par contre, définir aussi comme pratiques aériennes, des activités marginales comme le sky-air, sorte de parachutisme acrobatique où le "chuteur" effectue des figures un surf aux pieds, le base-jump, saut en parachute à partir d'édifices naturels ou artificiels, ou encore le benji, le saut en élastique.

4Il ne faut pas non plus oublier les nombreuses activités "bi-milieux" (air + eau, air + terre, air + neige...) comme le cerf-volant et ses trois variantes le kitejumping (discipline où le pratiquant effectue des sauts accroché au cerf-volant), le kite-surfing (le pratiquant muni d'un surf est tiré par le cerf-volant) et le kite-foot (variante du bare-foot où le hors-bord est remplacé par le cerf-volant), ou bien le bird-sail, petite aile-delta s'utilisant avec des skis, des rollers, un skate-board...

5Si toutes ces nouveautés viennent grossir un catalogue de possibilités toutes plus attrayantes les unes que les autres, il ne faut pas perdre de vue que ces nouveaux équipements et appareillages n'arrivent entre les mains (ou les pieds !) du pratiquant qu'après un cheminement "technico-économique" long et complexe, les périodes de gestation, d'émergence et de développement relevant souvent du parcours du combattant.

6Une véritable "périgrination inventive", une "cogitation créative" s'opère en aval. L'embellie naturelle qu'arborent les nouveautés techniques, et les "flux magiques" qui s'en dégagent ont souvent tendance à occulter les aléas et difficultés liés au processus d'innovation industrielle, L'effort nécessaire pour parvenir à concrétiser ce qui n'est au départ qu'une vague idée, et la bataille acharnée que se livrent les inventions entre elles pour s'imposer, sont encore plus intenses que la lutte apparente des nouveaux produits qui en sont issus pour remporter l'adhésion des pratiquants.

7Ainsi, pour chaque pratique émergente concrétisée par un produit industriel, ce n'est pas moins d'une vingtaine de réalisations du même type qui a été en compétition. Sans y parvenir malheureusement. L'éclosion d'un nouveau principe "technico-sportif" naît ainsi. L'originalité d'une nouveauté se construit sur et autour de l'échec du plus grand nombre.

8Dans ces conditions, créer un nouveau moyen ludique et/ou sportif devient un exercice de style qui ne s'improvise plus, et qui est rarement la conséquence du hasard ou du "coup" de génie attribué souvent à quelques-unes des inventions "phare", En particulier, la planche à voile inventée par H, Schweitzer et J, Drake, le snowboard par S, Milovitch, ou le speed-sail par A. De Rosnay (Verlomme H. et Hurel A., 1990).

9À l'opposé de ce qui s'observe aujourd'hui, cette première génération de pratique a su drainer une réceptivité suffisante chez les sportifs pour s'assurer une relative pérennité économique et industrielle. Le caractère insolite des techniques mises en jeu, les nouvelles gestualités résultantes, l'étendue des possibilités d'évolution, l'ivresse de l'insolite ou encore l'importance de l'engagement informationnel (Pociello C., 1984) suffisaient pour leur assurer un avenir prometteur. La concurrence n'existait pas encore.

10La plénitude d'alors n'est absolument plus vérifiée pour les nouveautés actuelles. La demande s'est complexifiée en terme de qualité, les utilisateurs étant de plus en plus exigeants en terme de service. On s'aperçoit par exemple, que les "innovations" proposées ne sont plus toujours en phase avec les réalités de consommation et les perspectives d'évolution des marchés. Il existe même des nouveautés qui n'ont quelquefois plus rien de commun avec les attentes des sportifs. Le bénéfice positif habituellement attribué à la créativité s'en trouve alors affecté, les nouveaux produits ludiques connaissant les affres d'une diffusion anachronique et incertaine.

11N'ayant plus l'assise et le créneau nécessaire pour s'épanouir économiquement, socialement et "sportivement", ils finissent par disparaître, étouffés par d'autres réalisations plus convaincantes et souvent mieux conçues.

  • 1 Par concept, nous entendons toute technique instrumentale présentant des caractéristiques original (...)

12A l'origine du problème de "non-diffusion" se trouvent toujours au moins des raisons relatives à la valeur créative de l'invention, et aux phénomènes concourant à transformer une idée conceptuelle1 en nouvelle modalité de pratique et en nouveau produit. Et dans les motivations profondes du l'évolution des techniques, nous allons voir que les inventions brevetées sont des informateurs extrêmement précieux.

le brevet, première concrétisation formelle d'une nouveauté

13Les brevets d'invention sont les images des nouveautés incorporant, sous une forme primitive, toutes les caractéristiques de naissance, de vie et de mort des futurs produits, lis résultent d'une histoire et sont porteurs d'un code "techno-génétique" qui s'inscrit dans l'état des connaissances. Ils sont à la fois les composants et les étapes de l'évolution des techniques passées, présentes, et par projection, futures, Nous verrons plus loin comment et pourquoi.

14Les brevets représentent la première reconnaissance formelle d'une idée en tant que technique dans le système des objets industriels (Gille B., 1978 ; Hottois G., 1984). Par conséquent, ils sont aussi les meilleures références technologiques, Sur ce point, les brevets surclassent tous les autres indicateurs quand il s'agit d'étudier l'évolution des techniques depuis la fin du XVIIIe siècle, période d'attribution des premiers brevets d'invention (les "patentés" américains, dès 1 790). Ne pas y faire référence est une grave erreur qui hypothèque grandement la validité des autres formes d'analyses rétrospectives et prospectives.

15Dans les inventions brevetées se trouvent toutes les réalisations récentes qui ont marqué irréversiblement le progrès des connaissances. Rôle reconnu par les historiens et les technologues (Ellul J., 1977 ; Perrin J., 1988), mais négligé par la grande majorité des analystes et concepteurs contemporains. “Le traitement le plus important pour l'exploitation systématique de l'information industrielle est incontestablement l'analyse statistique des brevets" (Jakobiak F., 1991, p. 106). Cette incorporation des "informations-brevets" dans la compréhension de l'évolution des objets (d'où ils viennent ?, comment se forment-ils ?, comment seront-ils ?) permet de couvrir l'essentiel du savoir.

16Une question essentielle se pose alors. Les analyses dites "technologiques" qui tentent d'envisager les tendances à venir, sont-elles vraiment fiables, quand elles omettent, délibérément ou involontairement, ce qui se cache dans les inventions brevetées. Crainte devant l'ampleur de la tâche, peur de mettre en évidence les vrais progrès (le "complexe de Colbert" d'après Wagret J. 1992), qui vont à l'encontre des idéaux et des principes en vigueur, ou simplement peur de reconnaître que d'autres ont trouvé des solutions déjà très acceptables ?

17En définitive, ignorer cet aspect de la création technique déforme singulièrement la portée réelle des nouveautés dans le système des objets et appareillages, et implicitement dans celui des pratiques. Etudier la source même de la production technique, évite les effets inévitables de "la pollution environnementale" qui vient parasiter ultérieurement toute invention : mode, consommation, marketing, évolution des marchés... Toute nouvelle technique subit cette pression, véritable empreinte économique qui défigure la finalité première d'une idée originale.

18Par principe, les brevets échappent à cette emprise. Ils sont intègres et neutres, car ils doivent circonscrire le plus précisément possible, un champ de réalisations industrielles le plus large possible, c'est-à-dire en faisant abstraction de toutes considérations économiques et commerciales.

"l'état antérieur de la technique", garant de la primeur technologique des nouveautés instrumentales

19Lors de la validation d'une invention, apparaît la notion très importante de "l'état antérieur" de la technique. Cette notion détermine communément, l'ensemble de ce qui a été acquis par l'être humain dans le domaine de compétence de l'invention, jusqu'au jour de création de celle-ci (Patent and documentation handbook, 1982). Lors de la validation d'un brevet, l'état antérieur de la technique concerne toutes les références connues qui vont permettre de déterminer si l'invention proposée a un caractère d'exclusivité. Sans antériorité évidente, l'invention a des chances d'être brevetée, sous réserve de respecter les autres conditions de brevetabilité.

20Mais au-delà de l'intérêt économico-juridique, il faut aussi reconnaître dans l'état antérieur de la technique, un moyen de découvrir comment d'autres ont pu proposer des solutions allant dans le même sens. En effet, étant donné la quantité énorme des brevets déposés (estimé à plus de 100 millions de titres dans le monde), il y a une accumulation de savoir telle qu'il existe peu de domaines techniques qui n'aient déjà été abordés au moins une fois.

21Cette portée conceptuelle du brevet est malheureusement beaucoup moins connue. Au grand étonnement d'un bon nombre d'inventeurs, qui n'ayant pas pris la peine de consulter les bases de brevets, croient avoir découvert la Solution. Dans un secteur aussi fertile que celui des loisirs et des sports, ce constat cruel est d'autant plus vrai. Il s'y observe un nombre impressionnant d'inventions très proches les unes des autres, ne se différenciant que par certains détails. Pour éviter de refaire "l'existant", il suffirait dès le départ, quand les premières idées de solution émergent, de consulter systématiquement ce que les prédécesseurs ont déjà inventé (Hausser E., 1988).

22Quelle est l'influence de l'état antérieur de la technique dans la génération de nouvelles formes de pratique sportive ?

  • 2 Moyenne statistique provenant de l'Institut National de la Propriété Industrielle (I.N.P.I.) et de (...)

23Tout d'abord, tirer profit de toutes les réalisations connues, plus uniquement celles qui sont exploitées commercialement. Les produits diffusés sur le marché ne représentent que 5 % seulement des solutions brevetées2. Ensuite, en prenant acte de l'évolution de chaque famille de brevets, surgissent clairement toutes les améliorations apportées au fil du temps. Il est alors d'autant plus aisé de s'inscrire favorablement par rapport aux nouveaux problèmes à résoudre.

24Quand on étudie les nouvelles pratiques instrumentées, seules les pratiques très différentes du connu ont une véritable évolution dans le système des sports. Ce sont elles qui s'écartent aussi le plus de l'état antérieur de la technique. En d'autres termes, il faut une rupture avec les réalisations existantes par une différence dans la solution, les moyens ou l'usage.

25L'exclusivité et la "fraîcheur technique totale" d'une invention n'est cependant pas la seule condition pour donner un "bonne" pratique instrumentée. Pour preuve, il existe, par exemple, sur le marché pas moins d'une quinzaine de variantes différentes de patins et skis à roulettes remportant chacun un certain succès. Le brevet se trouvant en aval de ces différents modèles n'étant qu'une forme de réalisation possible d'une idée de base. Ce qui nous amène à dire ici, qu'un brevet ne protège jamais une fonction, mais l'exemple d'un moyen industriel pour y parvenir (Patent and documentation handbook, 1982). Heureusement, car il n'y aurait qu'un brevet sur le vélo, la planche à voile, les skis, le skate-board, etc...

26Comme il n'y a pas de limite restrictive dans les façons de parvenir à une fonction, il existe théoriquement une infinité de solutions potentielles. Les brevets et produits sont des exemples de solutions possibles. Pour une fonction donnée [glisser, voler, rouler, surfer,.,), l'état antérieur de la technique comporte des lignées successives de brevets et appareillages diffusés correspondants (Hillairet D., 1992).

27Si une activité nouvelle a su s'imposer chez les pratiquants, ce n'est pas forcément parce qu'il n'existe pas (ou trop) de solutions antérieures dans la lignée, mais parce que cette nouveauté a passé un certain seuil de technicité qui la distingue nettement de ces prédécesseurs. Qu'il n'y ait jamais eu de réalisations significatives exploitant le principe des sabots nautiques (flotteurs individuels permettant de marché sur l'eau), malgré une lignée de brevets très riches — plus d'une soixantaine de brevets français depuis les années 1950 — peut s'interpréter comme un seuil de technicité jamais atteint. L'un des plus vieux rêves de l'homme, marcher sur l'eau comme Moïse, n'est-il pas encore tenace ?

28Cette comparaison met en exergue, l'existence d'une différence qualitative fondamentale entre l'état anterieur de la technique des brevets (dans ce cas très riche) et l'état antérieur des produits diffusés (dans ce cas très pauvre). Nous avons ici encore, une démonstration évidente de la prédominance historique des objets brevetés sur celui du système des objets.

FIG. 1 – Les brevet sur les véloskis : des évolutions paralléles aux origines et particularismes techniques variés

29Imaginer de nouvelles pratiques instrumentées revient à dégager une pertinence technique différente des réalisations antérieures, afin de construire une nouvelle solution. En scrutant le passé, on construit mieux l'avenir. Et là, on peut alors s'apercevoir qu'il vaut mieux éviter de développer certaines idées techniques. Pourquoi ?

30Parce que, premièrement, des inventions très ingénieuses, difficilement contournables, sont en "stand by" du réveil d'un nouveau marché et/ou d'une demande sportive précise (blocages économiques), d'une modification des restrictions légales et/ou politiques (blocages juridiques et technocratiques), du progrès industriel (blocages technologiques), et enfin d'une diminution des coûts de production (blocages financiers). Deuxièmement, parce que le défaut d'inventions et brevets existants montre le caractère illusoire d'une nouvelle voie de recherche. Et enfin, troisièmement, parce que la présence excessive de brevets hypothèque grandement toute nouvelle forme de solution exploitable commercialement. Le véloski et ses différents dérivés est un exemple typique d'inventions brevetées comportant un blocage "anti-nouveautés".

vraies ou fausses inventions, vraies ou fausses nouveautés... ?

31Invention ne sous-entend pas obligatoirement invention récente. Nous venons de voir qu'une invention décrite et appelée comme telle, peut dans le cas d'une antériorité déclarée, ne pas se voir attribuer le qualificatif de nouveauté. Dire qu'une invention doit être nouvelle peut paraître un pléonasme, mais c'est bien un postulat nécessaire dans la reconnaissance d'idées et principes inédits (Foyer J. et Vivant M., 1991, p. 134). Prenons l'exemple le plus révélateur, celui des inventions anciennes tombées dans l'oubli et redécouvertes par un "inventeur" moderne. Ces inventions sont pleinement des inventions mais ne sont pas, néamoins, à proprement parler nouvelles. Pour preuve, les principes du parachute, du delta-plane, de la plongée subaquatique, des palmes ou du canoë-kayak ont été mis en évidence par Léonard de Vinci au xive siècle, bien avant l'invention des modèles contemporains que nous connaissons (Balius Juli, 1985).

application industrielle et intérêt sportif...

  • 3 Dans la procédure de délivrance du brevet d'invention la détermination de l'application s'effectue (...)

32Une invention technique ne possède pas toujours toutes les qualités requises pour être fabriquée industriellement. Les matériaux indispensables peuvent ne pas exister, ou les procédés de fabrication ne sont pas maîtrisés, ou bien l'invention est techniquement irréalisable,.. Chaque cas faisant qu'aucune solution industrielle n'est possible3.

33Pour éviter cela, la législation sur les brevets stipule que "sont brevetables les inventions nouvelles impliquant une activité inventive et susceptible d'application industrielle" (Convention de Munich sur la délivrance des brevets européens, 1978, art, 52). Et "une invention est considérée comme susceptible d'application industrielle si son objet peut être fabriqué ou utilisé dans tout genre d'industrie" (art. 57). Ce qui exclue toute invention irréelle, techniquement inconcevable, ou physiquement impraticable.

  • 4 Faut-il ou non brider la créativité délirante de la nature humaine ? N'est-il pas vrai que c'est p (...)

34Que peut-on déduire de la notion d'application industrielle, dans l'inventivité sportive ? Elle met principalement en évidence que des inventions sportives existantes n'ont pas d'application industrielle, mais en plus, par analogie, que certaines n'ont pas d'attrait sportif suffisant, car trop fantaisistes4 : marcher par la seule force de l'esprit au-dessus de l'eau, n'est matériellement et physiquement pas possible dans l'état actuel des connaissances ; concevoir un engin permettant à un individu de glisser sur la neige, la tête en bas et les pieds en l'air est techniquement possible, mais complètement stupide et sans débouché industriel imaginable ! De même, breveter une sphère de 3 mètres de diamètre permettant à un homme situé en suspension à l'intérieur, de se jeter du haut des montagnes (cette invention existe réellement : le babulle), apportera quoi dans le champ des pratiques ? Peut-on parler d’émergence potentielle d’une nouvelle activité ? Espère-t'on développer une activité industrielle et lucrative autour de ce nouvel engin ludique ? Probablement pas.

35Etant donné la grande concurrence actuelle entre des inventions uniques du type précédent, des inventions construites autour d’une même architecture de base (il y a plus d’une cinquantaine d’inventions brevetées utilisant le flotteur de planches à voile comme base d’embarcation vélique, à rames, à moteur,,.), ou améliorant une technique précise (par exemple, la transmission des forces de pédalage des cycles, le rendement des flotteurs de planche à voile ou l’intrados/extrados des voilures de parapentes), il serait souhaitable d’associer à la notion d’application industrielle, celle de profit et d’intérêt "technico-sportif". Profit car aujourd'hui fabricant et financier privilégieront toujours le projet qui rapportera le plus de bénéfice ; intérêt "technico-sportif" car si l'invention n'est pas suffisamment attrayante pour les utilisateurs, elle risque d'être rejetée.

activités inventives, techniques et pratiques nouvelles

36"L'activité inventive n'est pas chose nouvelle. C'est elle qui crée l'homme. C’est par elle que l'homme se crée " (Rochat D., 1989, p. 169). Elle est très prolifique (trop !) dans le système des sports. Elle s'explique par le fait qu'a priori chaque individu est impliqué à différents degrés dans une ou plusieurs activités physiques. De plus, il est relativement aisé d'imaginer des nouvelles formes et techniques dites "sportives".

  • 5 Les limites de monopole d'exploitation du brevet d'invention sont déterminées par les revendicatio (...)

37L'activité inventive, dans la législation des brevets, détermine rigoureusement si "l'invention ne découle pas d'une manière évidente de l'état de la technique" (Convention de Munich sur la délivrance des brevets européens, 1978, art. 57). "Un brevet ne peut être obtenu lorsque les différences entre l'objet de la protection demandée et l'état de la technique sont telles que cet objet dans son ensemble aurait été évident au moment où l'invention a été faite" (Foyer J. et Vivant Μ., 1991, p. 171). De cette manière, on exclut toutes les inventions n'étant qu'une interprétation différente d'une technique connue. Dans le processus de conception de nouvelles modalités à vocation sportive, le brevet doit être, en théorie, représentatif d'une nouvelle façon de concevoir un geste sportif, d'améliorer les performances, de se mouvoir, etc.,. Le contenu du brevet n'est ni trop vague, ni trop précis pour ne pas "bloquer" la créativité d'autrui. Pour cette raison, le brevet délivré confère à son titulaire un monopole d'exploitation sur une réalisation précise obtenue par des moyens, des éléments et une méthode de fabrication eux aussi distincts5.

38Ainsi, le brevet décrivant l'invention de la planche à voile sera une description minutieuse de chaque élément de l'ensemble, leur agencement respectif, leur fonctionnement et usage, et enfin un ou plusieurs exemples de réalisation. En aucun cas, un inventeur pourra se voir délivrer un brevet sur une réalisation du type "toutes inventions comprenant un flotteur, une dérive, un aileron, une voile, et un gréement obtenu par n'importe quel moyen de fabrication". L'invention brevetée est un "art de compromis" protégeant au maximum son titulaire, sans bloquer sciemment l'évolution des pensées et des connaissances. L'activité inventive doit garantir le progrès.

  • 6 La forme des appareillages joue aussi un rôle dans l’émergence des activités instrumentées. Cepend (...)

39Lorsque le wind-surf apparaît, il apporte un changement radical dans la manière d'aborder la plaisance. Il y a vraiment un progrès. Les dériveurs légers préfiguraient cette mutation. Le wind-surf en fut l’aboutissement. Il est donc bien le fruit d'une activité inventive totale par rupture avec la tradition nautique antérieure. Le fun-board l'est déjà moins ; sa parenté avec le wind-surf étant, elle, évidente. Il n'y a d'ailleurs pas de brevet sur le fun-board en tant que principe, puisqu'il n'est qu'une variante dimensionnelle et morphologique du flotteur6. Par contre, l'idée d'utiliser un flotteur sans dérive, sur lequel on aura pris soin de fixer des foot-straps est une idée brevetable. Des brevets ont d'ailleurs été délivrés pour chacune de ces transformations.

40De quelle façon pouvons nous mesurer l'activité inventive d'une invention, et en quoi elle est intéressante dans l'émergence de nouvelles pratiques instrumentées ?

  • 7 Cf. L'invention brevetable en droit européen, thèse de doctorat, Montpellier, 1979, cité par Foyer (...)

41Déterminer ce critère dépend largement de conditions subjectives. Il est donc sujet à débat et varie selon les experts en innovation industrielle. Nous nous référerions à celles proposées par P. Vigand (1 979)7, que nous appliquerons à un exemple, le snowscoot, un engin de glisse sur neige, dont nous avons déjà évoqué plus haut, le principe et le brevet (cf. fia. 1, brevet noWO 91/14608).

L'activité inventive se vérifie d'après les conditions suivantes :

  1. L'existence d'une idée inventive. En aval d'une activité réside toujours une idée. Cette idée et bien inventive dans le cas du snowscoot. Il met en jeu une nouvelle gestuelle sportive. L'état antérieur de la technique faisait cependant apparaître des solutions similaires comme les brevets no l 479 401 "véhicule glisseur" et no 2 595 576 "article de sport à deux patins pour une utilisation sur des surfaces glissantes". D'autre part, l'idée inventive provient aussi de la combinaison d'éléments techniques existants dans le bi-cross (cadre, guidon), le monoski alpin (patin arrière) et le snowboard (patin avant). Ici, l'association d'éléments appartenant à d'autres inventions forme l'activité inventive8.
  2. Le caractère inattendu et surprenant de la solution proposée Dans notre exemple, c'est la position particulière de conduite, la station debout les pieds l'un derrière l'autre, conduit à une technique gestuelle particulière, originale et inattendue,
  3. La victoire sur le préjugé. Comme toujours lors de l'émergence d'une nouvelle pratique, les réticences et les a priori des utilisateurs forment un barrage, parfois insurmontable, à la diffusion. Dans le cas du snowscoot, réticences sociologiques et culturelles sur un type d'inventions jugé, souvent à tort, comme subalterne et dévalorisant (erzats et hybrides de... !), exploitant de plus un principe ludique infantile (la trottinette) pouvant difficilement donner une représentation sportive "noble" ; réticences technologiques sur l'efficacité réelle des systèmes techniques formant l'invention ; enfin réticences comportementales, il n'y a pas d'activités intéressantes en dehors du ski alpin et nordique, du monoski et du snowboard.
  4. La difficulté de parvenir à une solution. Pour le snowscoot, la difficulté est d'obtenir un "consensus viable" entre la position debout de l'utilisateur, la mobilité du couple homme/engin, l'accessibilité à la pratique, et enfin l'emploi d'éléments techniques de fabrication industrielle aisée et bien maîtrisée. L'ensemble devant être satisfaisant au niveau des caractéristiques : performance, maniabilité, fiabilité, légèreté, prix de revient, etc... Caractéristiques que l'inventeur a visiblement parfaitement intégrées.
  5. L'existence d'un besoin insatisfait avant l'invention. Nous abordons là un point délicat. Il est souvent difficile d'affirmer, dans le cas de nouvelles pratiques, qu'une invention répond à un besoin latent jusqu'à présent insatisfait. Par contre, il est facile de se poser des questions sur la pertinence réelle d'une nouveauté en terme de besoin. "Tant qu'une invention n'est pas réalisée, personne n'y pense ; mais dès qu'elle est réalisée, tout le monde a l'impression d'y avoir toujours pensé. Avant, on dit : c'est impossible ; après on dit : c'est simple et c'était nécessaire". Est-ce que le snowscoot est utile et répond à un besoin précis ? Difficile de l'affirmer. Une chose est cependant sûre, il y a aujourd'hui une attente pour ce genre d'activités de glisse, même s'il est difficile d'en évaluer la portée effective, en part de marché ou en nombre de pratiquants potentiellement intéressés.
  6. La réussite commerciale. Sur ce point particulier, nous devons être très vigilant. En effet, le marché des articles de sport présente une caractéristique particulière : une invention originale et techniquement novatrice n'est pas du tout assurée d'une réussite commerciale à grande échelle. Hormis sa validité et son efficacité, le succès dépend de nombreux paramètres de consommation. En premier lieu, celui de "l'acceptation sociale et culturelle”. Un nouvel appareillage ne peut entamer un cycle de vie prospère (et lucratif) s'il est "boudé" par les utilisateurs. Des cas récents le prouve. Le swing-bo en est un exemple. Sorte de skate-board sur neige muni d'un ingénieux système de prise de carres, lancé sur le marché dans les années 1980, il fut très vite discrédité par les skieurs en mal de nouvelles sensations par le surf des neiges naissant, plus efficace en poudreuse, polyvalent, facile d'accès, et d'un prix inférieur. Le snowscoot n'a pas ce problème n'ayant pas de concurrent direct. Il connaît un intérêt croissant chez les glisseurs. D'autre part, trois ans après son apparition, il est diffusé à l'échelon européen. C'est déjà une belle réussite commerciale.
  7. La facilité de mise en oeuvre de l'invention. Plus une invention est difficile à mettre en oeuvre (nouvelle technologie, nouveau procédé ou matériau) plus son avenir est compromis, Le snowscoot qui nécessite seulement une bonne maîtrise des procédés industriels classiques avec soudage et usinage du cadre en alliages métalliques ; moulage et pressage des miniskis avant et arrière, n'appartient pas à cette catégorie.

42L'activité inventive se résume donc à une évaluation technico-économique de la nouveauté en excluant toutes considérations subjectives comme l'effort inventif, le trait de génie, le niveau inventif (qualité de l'invention), ou encore la valeur de l'idée créatrice. En définitive, tout jugement sur l'importance ou l’utilité de l'invention, selon des considérations qui entrent dans un autre registre, celui de la portée pyscho-sociale et psycho-comportementale de la création humaine (Hottois G., 1984).

des lignées de brevets d'invention porteur d'avenir...

43Il aura fallu six ans à Salomon, entre le dépôt des premiers brevets (1985) et la sortie des premiers du ski monocoque (1990-91) fabriqués en série. Cinq ans, entre le premier brevet de la planche à voile et l'apparition des fameuses Windsurfer aux Etats-Unis (1973).

44Quatre ans, entre l'invention du morey-board et l'apparition des modèles en polyéthylène dans les années 1975. Quatre ans, entre le brevet du catamaran de sport et l'apparition des célèbres Hobie Cat (1968). Presque huit ans, entre le brevet du monoski et la sortie des premiers modèles de marque Dureten France (1979-80)...

45Aujourd'hui, il n'existe pas de nouveauté instrumentale commercialisée dont un ou plusieurs brevets ne protègent la diffusion, pour des raisons évidentes de profit et d'amortissement des frais de recherche et développement.

  • 9 Propos de Mathély P, recueilli par Foyer J. et Vivant M., op. cit., p. 173.

46La durée de "transformation" du brevet en produit varie selon de nombreux facteurs comme l'usage de nouveaux matériaux et procédés de fabrication, l'intensité et le nombre des tests et essais, la difficulté de trouver les partenaires financiers, le temps nécessaire à la mise en place des unités de production et des réseaux de distribution… En moyenne, cette période varie entre 4 et 10 ans pour les nouveautés pures qui n'ont aucune antériorité technique et d'équivalent sur le marché, entre 2 à 5 ans pour les nouveautés de perfectionnement comme les fixations et chaussures de ski, les raquettes de tennis, les pédaliers et dérailleurs de VIT, les gréements de planche à voile...9

47Quels sont les avantages procurés par les informations-brevets dans le processus de développement de nouvelles pratiques ?

  • 10 Par analogie au processus de "veille technologique" en usage dans l'industrie, consistant à déterm (...)

48Il paraît évident, que s'il existe un laps de temps moyen entre le dépôt d'un brevet et son apparition sur le marché, il est un indicateur prospectif de premier ordre. Les produits commercialisés dans les années quatre-vingt-dix proviennent de brevets déposés à partir des années quatre-vingt, ceux des années quatre-vingt de brevets des années soixante-dix, etc,.. Il existe donc un cycle de vie "pré-commerciale" des inventions, invisible jusqu'à l'apparition des produits, mais par contre révélateur des "forces inventives" impliquées dans l'émergence des nouvelles activités. Et par simple projection, les produits diffusés au début du siècle prochain (dans les années 2000-2005) existent déjà, pour certains d'entre eux, sous la forme primitive de brevets. La tâche d'expertise de ces brevets est évidemment importante, mais se montre profitable dans les études d'évolution des marchés. Validité d'autant plus grande dans ce que nous pourrions appeler le processus "d'éveil technologique"10. Des professionnels de la création industrielle comme les designers ne s'y trompent d'ailleurs pas. Ils commencent à prendre conscience de la pertinence des inventions "non-commercialisées", en incorporant dans leurs méthodes de conception, la recherche " des informations contenues dans les banques de données, en particulier les brevets existants " (Borja de Mozota B., 1990, p. 120).

  • 11 Actuellement, des chercheurs comme H. Doux (université d'Aix-Marseille) effectuent des recherches (...)

49Certains auteurs ont abondamment traité la façon dont peuvent s'enchaîner les nouveaux objets (produits et inventions), et comment ils participent à l'évolution des techniques. G. Simondon, Y. Deforges, J.L. Maunoury ou B. Gille mettent en évidence l'existence de lignées où " les objets techniques doivent être étudiés dans leur évolution pour qu'on puisse en dégager le processus de concrétisation en tant que tendance " (Simondon G., 1989, p. 49). Et les inventions (notions immatérielles) que sont les techniques (notions matérielles) s'inscrivent dans cette "logique" de progrès dont l'ensemble forme une arborescence historique que l'on peut, après coup, analyser selon des lignées distinctes11.

50Sur le plan méthodologique, l'étude des lignées de brevets nécessite une rigueur et une approche originale qui n'est pas en phase avec le système "classique" d'identification et de référencement adopté par l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle.

51Le système actuel de hiérarchisation (la Classification Internationale des Brevets) convient bien à la recherche d'un problème, d'une technique, d'un brevet précis, mais il est peu propice aux recherches systémiques par analogie, déduction, regroupement, comparaison, etc... portant sur un ensemble de réalisations. Lorsqu'il s'agit d'aborder les brevets non plus par leur aspect informatif (retracer l'évolution des techniques) mais au contraire par leur aspect générateur d'idée nouvelle (construire l'évolution des techniques), le système n'est plus adapté. Les critères d'identification doivent alors concerner la validité "technico-sportive", les possibilités de développement effectives ou probables, et les difficultés de fabrication. Ainsi, on pourra identifier des lignées de brevets riches ou pauvres, d'origines anciennes ou récentes, porteuses d'avenir ou en fin de cycle, à grandes réussites commerciales ou à faible proportion de produits diffusés, hautement techniques ou faiblement instrumentées..., (Hillairet D., revue STAPS, 1993).

Cette nouvelle approche de l'innovation sportive permet de repérer

521o) Les familles de brevets différents des familles de produits diffusés, ou les brevets de lignées différentes pouvant se combiner entre eux pour donner un même produit, ou bien les brevets n'aboutissant pas aux réalisations initialement prévues ;

532o) les brevets "porteurs" ayant de meilleures chances de générer des pratiques instrumentées économiquement viables ;

543o) les phénomènes de "transfert" technique entre lignées voisines ou éloignées, ayant soit des propagations horizontales résultant de la fusion de deux lignées (la fusion des lignées du skate-board et de la planche à voile ont donnée l'invention du skate-board, du speed-do et du speedsail), soit des propagations verticales révélatrices de l'activité innovante issue d'une invention de base (surf ancien => surf moderne => windsurf => fun-board.,.) ;

554o) les inventions "génératrices" ou au contraire "générées", avec par exemple pour ces dernières, tous les appareillages "mécano-propulsés" provenant d'activités "écologiques" sur lesquels on a "greffé" un moteur embarqué (ULM, skate-board à moteur,..) ou bien une motorisation externe (parachute ascensionnel, skurf...) ;

565o) les différentes formes d'inventions brevetées en terme d'offre (Hillairet D., 1992) ;

576o) les orientations actuelles de l'inventivité sportive en faisant abstraction des conséquences, souvent négatives, de la réalité économique des marchés ;

587o) les nouveaux champs d'investigation pour éviter ainsi les voies de recherche infructueuses, déjà encombrées ou sans issue.

conclusion : trouver dans les brevets des idées de pratiques instrumentées

59L'exploitation à des fins créatives des idées contenues dans les brevets est une approche propice à augmenter la qualité de la créativité sportive. Si, comme à l'accoutumée dans les projets de conception, faire uniquement référence aux produits diffusés fait perdre l'essentiel de la connaissance technique, peut-on vraiment parler de connaissance optimale des techniques ? Les inventions “qui marchent" ne sont pas obligatoirement celles qui offrent les solutions les plus séduisantes. Elles aboutissent pour des raisons indépendantes de l'invention, comme la persévérance de l'inventeur, les possibilités industrielles du moment, la disposition des marchés à accueillir des nouveautés, la réceptivité sociale et culturelle des individus… Il suffit, par exemple, que la volonté du promoteur de l'invention (inventeur, chercheur, designer, industriel…) s'essouffle devant l'ampleur des difficultés de fabrication pour que le brevet n'aboutisse pas.

60D'autre part, une solution brevetée est valable à un moment et dans un "climat" technologique donné. Croire les brevets anciens comme étant dépassés et inféconds est une grave erreur. La simple connaissance de l'ensemble des réalisations déjà proposées par d'autres, permet de "dégager les lignes de force qui ont guidé les inventeurs" (Les brevets d'invention - Notions de base, 1988,). Pour s'en rendre compte, il suffit par exemple, d'observer les grandes étapes des brevets sur les formes de gréements véliques pour planche a voile.

61Se référer aux brevets procure l'avantage, et non des moindres, de reprendre in extenso ou modifiée, une idée technique entière ou partielle tout en respectant la législation sur les brevets. Certains auteurs notent que de toute façon, les inventions ne sont que des "morceaux" d'éléments connus qui sont mis bout à bout (Hottois G., 1984), et ne sont que le résultat de phénomènes de mutation, de transformation et d'appropriation (Ellul J., 1977).

62L'analyse détaillée des brevets permet de bien cerner l'état antérieur de la technique et d'adopter une créativité centrée sur l'émergence des nouveaux besoins et des nouvelles possibilités technologiques, Alors pourquoi s'en priver ?

FIG. 2 – Principales voies de solutions brevetées sur les configurations et formes de gréément pour planches à voile et dérivés.

63Dans le monde de la création technique, il existe un obstacle persistant que les Anglo-saxons nomment le syndrome du "no invented here", qui est d'éviter systématiquement les idées et inventions des autres. Les japonais n'ont pas eu, à une époque, ce genre de scrupules dans l'industrie électronique ou automobile, et pourtant aujourd'hui... ! Il est vrai que l'accès à l'information-brevet est encore relativement complexe, nécessitant souvent les compétences d'un spécialiste. "Le travail est fastidieux mais si on ne s'y astreint pas, on ne fait que réinventer l'eau chaude" (Gless E, et Meyer E., 1993.) Ce n'est pas superflu, lorsqu'on doit de plus en plus intégrer des notions hautement technologiques et scientifiques.

64Le succès des nouvelles pratiques instrumentées s'élaborera plus sur la diversité et la pluralité des techniques connues mises en jeu que sur le caractère novateur d'un nouveau principe pas encore connu.

Bibliographie

Références bibliographiques

BALIUS JULIS R., Les inventions de Léonard de Vnci (trad. de Colom D.), Revue EPS, 194, p. 46-49.

BORJA DE MOZOTA B., Design & Management, Paris : Editions d'Organisation, Paris, 1990.

BOUJU A., L'investigation des brevets est-elle un mode de détection et de sélection des inventions exploitables ?, Documentation Productivité, 1965, p. 27-31.

DEFORGE Y., L'oeuvre et le produit, Paris : Champ Vallon, 1990.

DESPRAT F.C., Les brevets d'invention dans le domaine du sport, Mémoire de DESS Propriété Industrielle, Université Paris II, 1991.

DOU H., "Quelques indicateurs bibliométriques en sciences et techniques, La tribune des Thèses, 1989, no 3, p. 25-28.

ELLUL J,, Le système technicien, Paris : Calmann-Lévy, 1977,

FOYER J., VIVANT M., Le droit des brevets, Paris : PUF, 1991.

GLESS E., MEYER E., Comment les patrons astucieux s'informent, Revue l’Entreprise, 1993, 94, p. 56-58.

GILLE B., Histoire des techniques, Encyclopédie de la Pléiade, Paris : Gallimard, 1978.

HAUSSER E., Une réserve de milliers de produits (les brevets en tant que source d'information), Revue impulse, 1988, 7, p. 128-129.

HILLAIRET D., Comment l'analyse des brevets d'invention peut-elle contribuer à définir les tendances futures des objets sportifs ?, Revue STAPS, 1993, 32, p. 7-18.

HILLAIRET D., Technique et forme des objets à vocation sportive : les grandes tendances, DesianRecherche, 1993, no 4, p. 51-71.

HILLAIRET D., Inventions - Tendances technologiques. International Scores, 1991,65, p. 26-29.

HOTTOIS G., Evaluer la technique, Paris : Vrin, 1988.

HOTTOIS G., Le signe et la technique - La philosophie à l’épreuve de la technique, Paris : Aubier, 1984.

JAKOBIAK F., Pratique de la veille technologique, Paris : Les Editions d'Organisation, 1991.

MAUNOURY J.-L., La genèse des innovations - La création technique dans l'activité de la firme, Paris : PUF, 1968.

MORIN J., SEURAT R., Le management des ressources technologiques, Paris : Editions d'Organisation, 1989.

PETITDEMANGE C., Créer et développer vos produits, Paris : Edition AFNOR, 1987.

PERRIN J., Comment naissent les techniques, Lyon : Edition Publisud, 1988.

QUENDERFF J.-P., Comment exploiter vos idées, Paris : Editions d'Organisation, 1991.

POCIELLO C., La force, l'énergie, la grâce et les réflexes, in Pociello C. Sport et Société, Paris : Vigot 1984, p. 171-182.

ROCHAT D,, Inventions et brevets, Genève : Edition Georg, 1989.

SIMONDON G,, Du mode d'existence des objets techniques, Paris : Aubier, 1989.

VERLOMME H., HUREL A., Fous de glisse, Paris : Albin Michel, 1990.

WAGRET J,, Brevets dinvention et propriété industrielle, PUF, QSJ, 1992, (4ème édition).

Ouvrages spécialisés :

Comment obtenir un brevet européen ? Guide du déposant, Munich : Office Européen des Brevets, 1990.

Convention de Munich sur la délivrance des brevets européens, Munich : Office Européen des Brevets, 1978.

La Classification Internationale des Brevets (C.I.B.), Genève : Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, Editions 1979, 1984, 1989.

Les brevets dlnvention - Notions de base, Paris : Institut National de la Propriété Industrielle, 1988.

Patent and documentation Handbook, Genève : World Intellectual Property Organization, 1982.

Recueils des brevets par matières, Paris : Institut National de la Propriété Industrielle, 1965 à 1993.

Notes

1 Par concept, nous entendons toute technique instrumentale présentant des caractéristiques originales qui ne se trouvent pas dans d'autres techniques du même genre. Le sens adopté ici est celui couramment employé dans l'industrie pour désigner une idée, un prototype, un produit ou un procédé manufacturé original et unique.

2 Moyenne statistique provenant de l'Institut National de la Propriété Industrielle (I.N.P.I.) et de l'Office Européen des brevets (O.E.B.) réalisée sur les années 1970-1990.

3 Dans la procédure de délivrance du brevet d'invention la détermination de l'application s'effectue par analogie aux compétences et connaissance de "l'homme de métier". C'est un individu fictif représentant toutes les professions, corps de métiers ou industriels capable de fabriquer la nouvelle invention brevetée selon l'acquis industriel et technologique en vigueur pour les réalisations du meme genre. "Il est censé connaître l'état de la technique" (Rochat D., 1989, p68), c'est-à-dire que n'importe quelle référence antérieure qui se rapporte de près ou de loin au domaine considéré, est censé etre connue de cet expert. Dans la procédure d’attribution des brevets, l'expert doit se mettre à chaque fois "dans la peau" du spécialiste, pour déduire de façon évidente l'état de la technique, en voyant comment l'homme de métier aurait été capable de fabriquer l'invention en appliquant logiquement et systématiquement les connaissances qu'il est censé posséder.

4 Faut-il ou non brider la créativité délirante de la nature humaine ? N'est-il pas vrai que c'est parfois l'extravagance et le délire qui font progresser la connaissance ?

5 Les limites de monopole d'exploitation du brevet d'invention sont déterminées par les revendications. "Elles doivent définir, en indiquant les caractéristiques techniques de l'invention, l'objet de la demande pour lequel la protection est recherchée" (Comment obtenir un brevet européen ?, 1990, p. 1718). - Une bonne protection exige donc de la rigueur dans le rédactionnel du brevet, en étant le plus exhaustif possible sur les applications industrielles pour exploiter au maximum l'idée sous toutes ses formes commerciales, mais être aussi le plus précis possible (descriptif) sur la technique mise en œuvre pour protéger le principe de base.

6 La forme des appareillages joue aussi un rôle dans l’émergence des activités instrumentées. Cependant elle est secondaire, car si nous regardons de près les pratiques récentes, aucune ne provient de la seule forme novatrice des appareillages, Tout au plus, est-elle combinée harmonieusement avec une nouvelle technique qui donne le caractère innovant de l'ensemble. Dans le speed-sail, par exemple, la forme générale et les contours de la planche donnent effectivement un caractère novateur jamais proposé auparavant. Mais ceci ne peut constituer la pertinence globale de l'invention, c'est-à-dire par rapport à tous les éléments de la technique qui permettent de creer un nouvel engin : les roues, les trucks, la planche, un pied-de-mât, un mât, une voile et un wishbone. Ici c'est la combinaison de tous ces éléments qui est brevetable. Même chose avec le jet-ski (scooter des mers), pour lequel il est aisé de penser que c'est la forme qui présente la principale caractéristique innovante. La forme n'est qu'accessoire, en apparence, puisqu'elle participe néanmoins a l'accomplissement de la fonction, notamment sur le plan hydrodynamique.

7 Cf. L'invention brevetable en droit européen, thèse de doctorat, Montpellier, 1979, cité par Foyer J. et Vivant M., 1991, p. 175.

8 Le régime des brevets reconnaît principalement quatre formes déterminantes d'activités inventives :

  1. Un produit ou un procédé nouveau n'ayant jamais fait l'objet d'une divulgation ;
  2. un moyen nouveau qui protège l'utilisation de ce moyen, mais ne couvre pas l'obtention du résultat par un autre moyen ;
  3. l'application nouvelle par des moyens connus, c'est-à-dire des inventions réalisées pour la première fois sous cette forme d'application, jusqu'à présent obtenue par d'autres moyens ;
  4. la combinaison nouvelle de moyens connus, c'est-à-dire un ensemble de techniques ou procédés connus concourant à former un produit nouveau.

9 Propos de Mathély P, recueilli par Foyer J. et Vivant M., op. cit., p. 173.

10 Par analogie au processus de "veille technologique" en usage dans l'industrie, consistant à déterminer le plus précisément possible l'activité innovante des concurrents, Activité surtout pratiquée lorsque les enjeux économiques et financiers sont considérables. Ainsi la société Rossignol, voyant mal la, venue de Salomon sur le marché du ski alpin avec "sa nouveauté révolutionnaire", a étudié en détails tous les brevets demandés par cette société, et cela bien avant l'existence "officielle" des premiers prototypes. L'analyse des "informations-brevets" permettant de "gagner" quelques mois, voire quelques années, sur la collecte des caractéristiques d'un produit concurrent, a priori tenu secret jusqu'à sa présentation officielle.

11 Actuellement, des chercheurs comme H. Doux (université d'Aix-Marseille) effectuent des recherches sur, l'évolution des inventions brevetées, des analyses "bibliométriques". La valeur informelle et ultraspécialisée des techniques modernes nécessite ce type d'approche liant prospective et rétrospective, bien entendu valable dans le domaine des pratiques instrumentées.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Les brevet sur les véloskis : des évolutions paralléles aux origines et particularismes techniques variés
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende FIG. 2 – Principales voies de solutions brevetées sur les configurations et formes de gréément pour planches à voile et dérivés.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16619/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 363k

Auteur

Docteur en science Centre de recherche sur la Cuture Sportive UFR STAPS, Université de Paris XI-Orsay

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.