Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

III. Le sport saisi par le marché

Le marché des formations sur les activités physiques et sportives

Bernard Michon

Testo integrale

1Le sentiment de vivre dans une société de l'homo sportivus semble partagé par tous ; et s'intéresser au sport, en faire ou discourir sur lui paraît aujourd'hui obligatoire. Chacun essayant d'arborer avec plus ou moins d'ostentation les insignes d'une sportivité qu'il se représente, tout se passe comme si le sport, véritable phénomène de société, pouvait engendrer des emplois supposant des formations spécifiques. Depuis une vingtaine d'années, dans un contexte de difficultés d'insertion socioprofessionnelle et de nette progression des services récréatifs à caractère sportif, se développent en effet de nombreuses formations aux métiers du sport ou des cursus d'études intégrant des aspects sportifs, et une spécificité du marché de l'emploi dans le domaine des activités physiques et sportives paraît s'affirmer de par l'existence d'offres se manifestant publiquement de façon récente, Quels sont les enjeux de ces nouveaux cursus d'études et diplômes ? En référence à une perspective sociologique à caractère systémique, quelle partition peut être attestée selon les propriétés des institutions engagées dans la lutte pour la délivrance de titres et de brevets de compétences en matière d'activités physiques et sportives ? Comment se positionnent en particulier les Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) ? Ces lieux de formations proposent en effet de nouveaux cursus orientés vers différents secteurs des pratiques d'exercice corporel et peuvent entrer en concurrence. Quelles sont les demandes de compétences ? Existent-elles réellement ou sont-elles supposées ?

un pluralisme de formations

2Dans un contexte se caractérisant par une augmentation de consommation sportive très diversifiée, une rupture croissante entre le marché de l'emploi et les demandes d'insertion socioprofessionnelle, et une recherche exacerbée d'accès à des diplômes comme brevets de compétences, se sont développées des formations plurielles aux métiers du sport ou des cursus d'études intégrant des aspects relatifs aux pratiques d'exercice corporel. S'accompagnant en apparence d'une moindre reconnaissance des compétences autodidactes, cette restructuration du marché des cursus d'études peut s'objectiver selon divers processus depuis le début des années soixante-dix : suppression de formations (maîtrise d'EPS et professorat-adjoint EPS) ; maintien avec modifications mineures (diplômes fédéraux, monitorat militaire, brevet d'animation socio-éducative) ; transformation d'anciennes filières (Professorat d'EPS) ; création de nouveaux diplômes et cursus (Brevet d'Etat d'éducateur sportif, Professorat de sport, filière "Sport" des collectivités locales et territoriales ; agrégation EPS et STAPS, Diplômes d'études supérieures spécialisées, Mastères,...). L'évolution au cours des vingt dernières années paraît ainsi se caractériser essentiellement par une multiplication des formations et des diplômes ainsi que par une élévation apparente de leurs niveaux.

3Si cet apparent foisonnement vise pour l'essentiel à faire acquérir des compétences pour l'enseignement, l'entraînement ou l'animation sportive, c'est-à-dire se structure principalement autour du souci d'apprendre à pratiquer des activités physiques et sportives selon différentes orthodoxies à des publics de plus en plus variés et spécifiques, ou de celui de “contrôler" les activités, paraît aussi émerger une production de compétences socio-économiques d'accompagnement : gestion, conception, planification, communication et "sponsorisme"...

  • 1 MICHON B, L'espace des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives. Recours au cor (...)
  • 2 Annuaire des laboratoires de recherche en activités physiques et sportives, Ministère de la recher (...)

4Cette évolution du système des formations aux métiers du sport se trouve également marquée par le développement de travaux de recherche et de formations à la recherche à caractère scientifique sur les pratiques d'exercice corporel, ce qui peut s'attester à travers la création de nouveaux diplômes en STAPS (Maîtrise, DEA, Doctorats) et de nombreux laboratoires et centres de recherches. Certes, même si les travaux s'inscrivant en didactique de l’EPS ou des APS et renvoyant à des problèmes pédagogiques paraissent dominer1, on repère aussi un développement dans différents secteurs scientifiques (sciences de la vie : 42,5 % ; sciences de l'homme et de la société : 19,4 % ; sciences physique et de l'ingénieur : 18,4 % ; pôles techniques et technologiques : 12,4 % centres d'exploration fonctionnelle : 7,1 %) et dans plusieurs institutions : Universités : 53,1 % ; Grandes écoles : 15 % ; Secrétariat d'Etat à la Jeunesse et au Sport : 9,7 % ; centres dépendants de plusieurs ministères : 8,9 % ; centres hospitaliers : 8,0 % ; grands organismes d'Etat (CNRS, INSERM, INRA) : 5,3 %2.

  • 3 MICHON B., op. cit.

5En référence à l'histoire des formations3 et à l'état actuel du système d'offres qu'elles constituent, tout se passe comme si elles avaient accédé à des titres de noblesse scientifiques et culturels, et à une légitimité sociale sous le contrôle de la puissance publique.

possible partition du systeme d'offres

6Les diverses formations sur les activités physiques et sportives ne pourraient-elles s'organiser selon un pluralisme d'espaces de production de services à caractère sportif susceptible de les générer ? Peut-on concevoir une typologie socio-économique, voire une sorte de topologie, du système d'offre des pratiques d'exercice corporel ? Une différenciation quelque peu sommaire des lieux, id est des territoires, paraît pouvoir s'attester selon leur capital spécifique.

  • 4 MICHON B., “L'école, cette forteresse qui se remplit d'un sport signifiant", Revue STAPS, no 1, av (...)

7Inséré dans le secteur public, le système éducatif se considère bien souvent comme dépositaire d'un sport purifié et aseptisé contre les excès des pratiques et des discours. Du dehors au dedans, on passerait d'un sport équivoque à un sport univoque4. L'école garantit cette rupture par ses structures, ses textes officiels, et ses enseignants institués pour traiter pédagogiquement les activités physiques et sportives et les rendre ainsi éducatives. Lieu d'arbitraires didactiques et de pédagogie du corps, l'éducation physique propose à ses publics un éventail limité d'activités traduisant des choix socioculturels et une certaine "polyvalence". Si ses agents professionnels étaient issus jusqu'en 1984 de deux institutions distinctes (CREPS : Maîtres d'EPS puis Professeurs adjoints d'EPS ; UEREPS : Professeurs d'EPS), les formations STAPS produisent quasi exclusivement aujourd'hui les enseignants certifiés et agrégés d'EPS.

Partition du système d'offre des pratiques d'exercice corporel (Représentation très schématique)

Partition du système d'offre des pratiques d'exercice corporel (Représentation très schématique)
  • 5 Si les B.E.E.S. à trois degrés sont organisés par spécialité sportive, il existe aussi un Brevet d (...)
  • 6 Par spécialité sportive.
  • 7 BASE : Brevet d'Animation Socio-Educative.
    BAPAT : Brevet Aptitude Professionnelle d'Assistant-Anim (...)
  • 8 BAFA : Brevet d'Aptitude à la Fonction d'Animateur.

8Situées dans le secteur privé non-marchand et bénéficiant d'une délégation de pouvoir de l'État dans le cadre du "service public des APS", les fédérations sportives dirigeantes s'estiment être les seules représentantes et gardiennes d'un "vrai sport" supposant des espaces très structurés et normalisés, S'appuyant sur le système associatif elles rassemblent des clubs affiliés dans des structures centralisées et hiérarchisées. Se référant au mouvement olympique dont elle veut la reconnaissance, chacune d'entre elles se présente comme responsable d'un sport, ou d'un groupe d'activités sportives présentant un air de famille. Elle en contrôle l'organisation et la gestion, et assure la standardisation et le développement. Puisqu'elle permet l'émergence des meilleurs, c'est-à-dire des champions aux corps productifs de records, la compétition sportive constitue le paradigme de cet espace qui affirme que les vertus du sport sont en lui-même. Bien que se déclarant non-marchand, ce second lieu se clive selon la professionnalisation croissante de ses acteurs dans un contexte de spectacularisation accrue. S'il produit en tant qu'espace privé non-marchand des diplômes fédéraux, il participe avec le Secrétariat d'État à la Jeunesse et aux Sports dans le cadre d'une mission de service public à la production de Brevets d'Etat d'Educateurs Sportifs5 et de Professeurs de sport6. Egalement situé dans le secteur privé non-marchand, un troisième lieu permet d'agréger des organisations associatives où la référence n'est plus la compétition sportive de haut niveau pour elle-même. S'agissant davantage d'un recours aux activités physiques et sportives comme loisir actif et moyen d'épanouissement, voire de formation et de développement personnel, cet espace moins structuré et hiérarchisé sur le plan sportif que les précédents, peut inclure des fédérations dites "affinitaires". Il permet de rassembler en effet des associations qui ne se définissent pas prioritairement comme sportives mais intègrent des pratiques physiques et sportives dans leurs activités, ou encore des associations redéfinissant l'activité sportive en fonction de leur orthodoxie. D'abord déterminés par d'autres pertinences, tout se passe comme si ces groupements réinterprétaient des sports pour les rendre compatibles avec leurs singularités fondamentales (FSCF, AGR, FSGT, UNSS, MJC, associations de quartiers,...). Si ce troisième lieu engendre en tant qu'espace privé non-marchand des formations (C.E.M.EA, MJC,...) il produit aussi avec le Secrétariat d'État à la Jeunesse et aux Sports dans le cadre d’une mission de service public, des cursus d'études et des diplômes : BASE, BAPAT, BEATEP, DEFA7. Notons également pour les colonies de vacances l'existence du BAFA et du BAFD8 qui constituent des certifications produites par l'espace privé mais contrôlées et agréées par le Secrétariat d'État à la Jeunesse et aux Sports. D'autres institutions publiques du secteur sanitaire et social comme les écoles d'éducateurs spécialisés ont également intégré des aspects sportifs.

  • 9 Par exemple : Ecole Supérieure de Commerce de Nantes ou école des métiers du golf de Vandargues.

9Au sein du secteur marchand émerge un quatrième lieu avec des entreprises privées offrant des produits sportifs en terme de service. Fonctionnant sur une logique commerciale le pratiquant devient un client consommant des exercices physiques, et l'offre ne dépend plus d'une orthodoxie sportive, éducative ou éthique, mais des demandes réelles ou potentielles d'une clientèle qu'il convient de conquérir et de fidéliser. Deux catégories d'entreprises peuvent être distinguées : certaines ne proposent que des activités physiques et sportives comme produits (salles de forme, ludo-thermalisme, golf,…), d’autres accompagnent leur activité principale d'une offre de pratique sportive fonctionnant comme produit d'appel (hôteliers proposant cours de tennis et piscine, centres de vacances…). Pouvant faire appel à des diplômés du secteur public ou à des compétences de l'espace privé non-marchand mais contrôlé par l'État, ce quatrième lieu ne se caractérise pas par des formations bien que se soient développées ces dernières années quelques formations spécifiques dans des écoles privées9.

10Si ces quatre types de lieux peuvent rendre compte d'une pluralité d'offres normées et normalisées de services à caractère sportif, on repère aussi des "activités libres" où l'agent conçoit lui-même sa pratique, c'est-à-dire qu'il en est à la fois le producteur et le consommateur. Le développement de cet "individualisme sportif" auto-organisé, souvent versatile, où l'acteur se meut essentiellement dans l'interaction de son propre arbitraire avec celui des autres, permet d'assister à l'émergence de modalités de pratique ou d'activités qui se disent ou se veulent "nouvelles", même s'il s'agit bien souvent de réinventions par restructuration et/ou délocalisation d'activités déjà existantes. Ce phénomène social s'inscrit donc dans un processus d'autodidactisme.

  • 10 Selon l'expression de Marcel Mauss.

11La différenciation des formes d'offres de services sportifs qu'accompagnent des formations spécifiques paraît pouvoir s'opérer socio-économiquement selon les espaces public et privé, les secteurs marchand et non-marchand, "l'exclusivisme sportif prioritaire" et "les hybrides sportifs complémentaires". Mais le rôle grandissant des municipalités dans le système d'offre de services sportifs conduit à les y situer. Par delà la considération du sport comme "fait social total"10, son importance au niveau local n'atteste-t-elle pas du processus de sa municipalisation dans un contexte de décentralisation ? Dans des contextes socio-historiques donnés, les politiques sportives municipales ne peuvent-elles pas donner lieu à un nouvel espace d'offre de services sportifs de caractère public au niveau local ?

  • 11 Loi no 82-213 du 2 mars 1982 : "Droits et libertés des communes, des régions" ; lois no 83-8 du 7 (...)
  • 12 Ministre de la Jeunesse et des Sports au moment où sont votées ces lois.
  • 13 "La politique d'équipements sportifs aborde une autre dimension. En transférant aux collectivités (...)
  • 14 CHIFFLET P., in Actes du colloque de Montpellier du 9-10 novembre 1987 : Sport, économie, loisir, (...)
  • 15 Ministère de la Jeunesse et des Sports, Les équipements sportifs après la décentralisation, Paris  (...)

12Les lois relatives à la décentralisation11 devaient transformer fondamentalement la vie publique française par la redistribution des pouvoirs qu'elles prescrivaient, et ainsi avoir des répercussions sensibles dans différents domaines y compris celui du sport. Comme l'indiquait Edwige Avice12 lors de la séance du 10 mai 198313, l'Etat a délégué une partie de ses pouvoirs aux collectivités territoriales en matière de politique d'équipements sportifs, affirmant par là sa volonté de réduire sa prégnance sur le mouvement sportif. La loi du 16 juillet 1984 sur l'organisation et le développement des activités physiques et sportives renforce encore ce processus en renouvelant la délégation du pouvoir aux fédérations sportives et en les investissant d'une mission de service public14. En conséquence les municipalités responsables de la planification de leurs équipements sportifs et socio-éducatifs, conseillées par les services "décentralisés" du Ministère de la Jeunesse et des Sports15, peuvent dorénavant élaborer en concertation avec les milieux sportifs locaux de véritables politiques sportives communales, expression des sensibilités locales. Par les pouvoirs et les moyens qui lui sont confiés la commune devient théoriquement la "clef de voûte" de la dynamique sportive. Ce changement institutionnel déplaçant les pouvoirs et les responsabilités vers le "local" ne peut que favoriser le développement d'actions d'animations par la création d'écoles municipales de sport et l'emploi de moniteurs municipaux. Longtemps considéré comme constructeur ou simple bailleur de fonds, la commune devient de plus en plus un producteur, au sens plein du terme, de pratiques à caractère sportif. Si ce cinquième lieu d'offre de services sportifs de caractère public au niveau local peut faire appel à des agents diplômés du secteur public ou à des compétences de l'espace privé non-marchand mais contrôlé par l'État, il a aussi généré une "filière sport" dans le cadre de la fonction territoriale.

13En somme, mis à part le secteur marchand où cela est moins net, tout se passe comme si à chaque lieu du système d'offre de services sportifs correspondait un type de formation. On attesterait ainsi d'une relation d'homologie structurale entre le système d'offre des services sportifs et le système des formations.

14Qu'en est-il des secteurs de la production et de la distribution des biens ? En rupture avec la logique objectivée pour les services, il n'existe pas ici de formations spécifiques. Quelles influences pourraient avoir producteurs et distributeurs de matériel et d'équipement sportif sur la partition des services baignant dans une économie de marché régulée par le pouvoir politique ? S'ils se sont exclusivement référés au système sportif fédéral dominant pendant de nombreuses années, ce qui a pu avoir pour conséquence de renforcer son orthodoxie, ils se sont progressivement diversifiés pour répondre à des demandes plurielles tout en exploitant prioritairement les parts les plus rentables du marché.

le systeme des formations comme espace de concurrence

  • 16 Pour les formations STAPS et EPS on peut se reporter à B. Michon, et. note 1.

15Si l'identité sociale de chaque formation paraît tributaire de celle de ses producteurs et de ses publics, il pourrait paraître opportun de s'interroger sur les différentes catégories d'agents pour chacune d'elle16. Mais ont-ils recours à l'une d'elles ou à plusieurs à la fois ? Passent-ils de l'une à l'autre ? Quelles relations entretiennent les responsables des divers cursus d'études ? Des conceptions divergentes sur les pratiques physiques et sportives, et des formations s'inscrivant de manière différenciée dans une partition socio-économique, ne peuvent-elles pas conduire à des conflits ? Bien qu'en relation prioritaire avec un secteur d'emploi, chaque formation ne cherche-t-elle pas dans un contexte de difficulté d'emploi à élargir son champ de possibles insertions socioprofessionnelles, ce qui aurait pour effet de la faire entrer en concurrence avec d'autres ?

  • 17 MICHON B., et. note 1,

16Tout se passe comme si pour exister et se développer les différentes filières de formation sur les activités physiques se devaient de faire la preuve de leur utilité socioprofessionnelle et de leur rendement socio-économique. Se définissant a priori comme professionnelles elles ne débouchent que rarement, voire très laborieusement, sur des formations à la recherche y compris en STAPS17, Elles semblent devenir des enjeux de luttes entre ceux qui privilégient leur rôle scientifique et culturel, et ceux qui souhaitent qu'elles soient avant tout des processus d'accès à des compétences professionnelles. Quelle est la nature de la demande des publics ? Que signifie "formation" ? Comment se professionnalise-t-on ? Quelle politique, à partir de quels éléments et avec quels objectifs ?

  • 18 L'HARDY P., Les grandes tendances de la consommation, Données Sociales, 1984, INSEE, p. 286.
  • 19 FAURE J.-M., Les pratiques sportives. Données sociales, 1984, INSEE, p. 397-399,
  • 20 LEBAUBE A., "La vaste mutation de l'emploi", Le Monde, Dossiers et documents, Bilan économique et (...)

17La multiplication des formations aux métiers du sport et des cursus intégrant des aspects sur les APS n'est-elle pas fonction d'un contexte socioéconomique favorable ? De 1959 à 1981 s'observe une forte croissance des consommations de loisirs, accompagnée du coefficient budgétaire passant de 5,4 % à 6,5 % de la consommation totale des ménages18. Cette tendance s'objective notamment pour les pratiques sportives qui ont connu entre 1973 et 1981 une importante croissance du nombre de pratiquants19 dans une société exacerbant le souci du corps. Une conjoncture de crise, et en particulier de difficulté d'emploi, peut rendre sensible aux dimensions socio-économiques des pratiques de loisir. Lebaube souligne, par exemple, qu'avec une progression de 145,7 % entre 1976 et 1983, c'est le secteur des services récréatifs qui a le plus augmenté ses effectifs d'emploi20. Le contexte paraît ainsi favorable à des projets de filières et de diplômes relatifs à des insertions socioprofessionnelles dans les différents secteurs touchant aux activités physiques et sportives. Mais si l'on peut illustrer par de nombreux exemples ces nouveaux débouchés réels ou potentiels, le marché de l'emploi et l'adéquation formations-besoins des secteurs professionnels sont plus ou moins supposés faute d'analyses systématiques et approfondies.

  • 21 TANGUY L., L'introuvable relation formation-emploi, Un état des recherches en France, La Documenta (...)
  • 22 "De la qualification à la professionalité", Sociologie du travail, no 1, 1987 (numéro consacré au (...)
  • 23 TANGUY L., La relation formation-emploi : du problème social à l'objet de la recherche ou les rapp (...)
  • 24 D'IRIBARNE A., L'insertion des jeunes dans la vie active : des problématiques de recherches qui re (...)

18Mais comment analyser la relation formation-emploi ? Quelles logiques président à la professionnalisation ? Les spécialistes en sciences sociales posent-ils le problème de la professionnalisation de la même manière ? Leurs conflits sur la notion même de professionnalisation, sur les méthodes d'investigation que ce processus peut supposer21, ainsi que sur la notion de qualification22, attestent d'un pluralisme d'approches, S'il s'agit pour certains "d'un champ de recherches en voie de constitution"23, d'autres y voient une des formes de procès de socialisation24.

  • 25 D'IRIBARNE A., op. cit., p. 90.
  • 26 D'IRIBARNE A., op. Cit., p. 91. Cahiers du Centre de recherches sociologiques, CNRS, Colloque de T (...)
  • 27 TANGUY L„ op. cit., p. 50.
  • 28 TANGUY L., op. cit., p. 87.

19Si l'analyse du procès de professionnalisation paraît autant problématique, notamment en ce qui concerne les activités physiques et sportives, c'est peut-être que le souci de sa compréhension reste récent et renvoie à des enjeux politiques, économiques et socioculturels. En effet, une forte demande de formation, l'entrée dans l'enseignement secondaire et universitaire de populations qui en étaient jusque-là exclues25, ainsi qu'une série de mutations industrielles et une situation économique de difficultés pour l'emploi, ont conduit à des interrogations sur le mode d'insertion des jeunes dans la vie active à la fin des années soixante et au cours des décades suivantes, Alain d'Iribarne montre d'ailleurs comment des agents ayant contribué à cette interrogation au sein de l'intergroupe formation-qualification" préparant le Sixième plan se sont trouvés à la tête d'organismes émergeant à cette période et dont la fonction essentielle fut l'étude de ce procès26. Le centre d'études et de recherches sur les qualifications (CEREQ), le centre d'études de l'emploi (CEE), le "répertoire français" et "l'observatoire des entrées dans la vie active" (EVA) furent créés au début des années soixante-dix. Les chercheurs de ces institutions publiques partageant le souci des familles sur le procès de professionnalisation, ont été chargées de dégager les caractéristiques de l'insertion professionnelle des jeunes. Apparaissant après 197027, le concept d'insertion constituait "un repérage empirique pour les décideurs de politique éducative"28.

  • 29 CEREQ, INSEE, SEIS : Bilan formation-emploi 1977, INSEE, Collection D, n° 78, 1981.
  • 30 OILAGNIER G., Les rapports aux formations STAPS d'entreprises privées productrices d'objets à cara (...)

20Si les premières séries de recherches réalisées sur l'insertion professionnelle ont été vivement critiquées, puisqu'elles étaient plus descriptives qu'explicatives en mesurant davantage la valeur des titres scolaires sur le marché de l'emploi que le procès de professionnalisation, des travaux plus récents comme ceux du CEREQ, de l'INSEE et du SEIS ont montré la complexité du procès de professionnalisation qui ne saurait être saisi simplement par des enquêtes d'insertion29. Le centre d'études et de recherches emploi-qualification a montré en particulier la spécificité du marché de l'emploi dans le domaine des activités physiques et sportives dans la mesure où une offre ne se manifeste publiquement que de façon récente, L'actuel développement des pratiques physiques crée en effet une pression révélant l'existence d'une demande lors de la rencontre avec des agents se définissant comme ayant les compétences professionnelles pour y répondre. Cette situation spécifique où peuvent se créer des espaces socioprofessionnels peut permettre de comprendre les stratégies des filières de formations aux métiers des APS ainsi que celles de leurs publics : à partir d'un secteur d'emploi en correspondance avec un type de formation, les responsables des différents cursus d'études avec l'assentiment de leurs publics essaient d'exporter dans des secteurs supposés voisins les qualifications qu'ils produisent, cherchant ainsi à maximiser leur utilité socio-économique. La connaissance le plus souvent très approximative du pluralisme des formations actuelles par des employeurs potentiels30 ne peut d'ailleurs que renforcer ce processus. On comprendra dès lors l'intérêt pour certains du maintien d'un "flou" que d'autres s'évertuent à dénoncer. Les formations ayant le sentiment d'être en position dominante sur le marché de l'emploi se caractériseraient ainsi par des stratégies visant à une meilleure lisibilité des compétences, alors que celles qui se perçoivent en moindre position de force seraient conduites à une gestion stratégique du flou.

conclusion

  • 31 On peut citer à titre d'exemple le DESS "Droit et économie du sport" de l'Université de Limoges do (...)

21Les transformations du marché des filières sur les activités physiques et sportives paraissent se caractériser depuis une vingtaine d'années par une multiplication des filières, une élévation relative de leur niveau, une plus grande professionnalité qu'accompagne une meilleure définition a priori de leurs secteurs d'emploi, Mais dans une conjoncture de crise et de chômage, de développement apparent des services récréatifs, et de mauvaise lisibilité des formations, tout se passe comme si chaque cursus d’études pouvait prétendre à occuper une place dominante pour les différents métiers renvoyant au sport, exception faite cependant de quelques formations très ciblées en gestion31. Le rappel d'une connaissance très limitée du marché du travail sportif ainsi que l'importance du bénévolat le caractérisant, pourraient conduire à évoquer des emplois plus supposés que réels, produits d'un possible imaginaire contemporain. Ces spéculations pourraient d'ailleurs plus se développer à propos du secteur marchand et du secteur privé non-marchand, mal connus dans leurs possibilités, que sur le secteur public où tout paraît tributaire des seules décisions politiques.

22La centration exacerbée sur des métiers d'enseignement, d'entraînement, d'animation et de gestion ne conduit-elle pas à escamoter les formations à la recherche qui peuvent aussi correspondre à un autre segment du marché de l'emploi ou enrichir le potentiel des candidats aux autres secteurs d'emploi.

Note

1 MICHON B, L'espace des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives. Recours au corps et effets de corps, Strasbourg : Thèse pour le Doctorat d'Etat ès Lettres et Sciences Humaines mention Sciences sociales (Université Strasbourg II), février 1993, 1357 p. 4 (volumes).

2 Annuaire des laboratoires de recherche en activités physiques et sportives, Ministère de la recherche et Secrétariat d'État chargé de la Jeunesse et des Sports, 1988, 184 p.

3 MICHON B., op. cit.

4 MICHON B., “L'école, cette forteresse qui se remplit d'un sport signifiant", Revue STAPS, no 1, avril 1980, p. 44-49.

5 Si les B.E.E.S. à trois degrés sont organisés par spécialité sportive, il existe aussi un Brevet d'Etat d'Educateur Sportif intitulé "Sport pour tous".

6 Par spécialité sportive.

7 BASE : Brevet d'Animation Socio-Educative.
BAPAT : Brevet Aptitude Professionnelle d'Assistant-Animateur Technicien de la Jeunesse et de sports.
BEATEP : Brevet d'Etat d'Animateur Technicien de l'Education Populaire et de la Jeunesse.
DEFA : Diplôme d'Etat à la Formation d'Animateur.

8 BAFA : Brevet d'Aptitude à la Fonction d'Animateur.

9 Par exemple : Ecole Supérieure de Commerce de Nantes ou école des métiers du golf de Vandargues.

10 Selon l'expression de Marcel Mauss.

11 Loi no 82-213 du 2 mars 1982 : "Droits et libertés des communes, des régions" ; lois no 83-8 du 7 janvier 1983 et no 83-663 du 22 juillet 1983, relatives à la répartition des compétences entre les communes, les départements, les régions, l'État.

12 Ministre de la Jeunesse et des Sports au moment où sont votées ces lois.

13 "La politique d'équipements sportifs aborde une autre dimension. En transférant aux collectivités territoriales, compétences nouvelles et moyens nouveaux, le choix est fait d'éviter toute emprise de l'État sur un secteur où l'inventaire des besoins et leur satisfaction, passe par un dialogue constructif entre la population et ses élus", in N. PAILLOU, Les trois enjeux du sport français, Paris : Dalloz, 1986, p. 43.

14 CHIFFLET P., in Actes du colloque de Montpellier du 9-10 novembre 1987 : Sport, économie, loisir, Montpellier : D.D.S.H. et UFR STAPS, 1988, p. 31.

15 Ministère de la Jeunesse et des Sports, Les équipements sportifs après la décentralisation, Paris : éd, du Moniteur (10e éd. mise à jour), 1983 (2 volumes).

16 Pour les formations STAPS et EPS on peut se reporter à B. Michon, et. note 1.

17 MICHON B., et. note 1,

18 L'HARDY P., Les grandes tendances de la consommation, Données Sociales, 1984, INSEE, p. 286.

19 FAURE J.-M., Les pratiques sportives. Données sociales, 1984, INSEE, p. 397-399,

20 LEBAUBE A., "La vaste mutation de l'emploi", Le Monde, Dossiers et documents, Bilan économique et social, 1984, p. 167-169.

21 TANGUY L., L'introuvable relation formation-emploi, Un état des recherches en France, La Documentation française, 1986,

22 "De la qualification à la professionalité", Sociologie du travail, no 1, 1987 (numéro consacré au colloque de Nantes).

23 TANGUY L., La relation formation-emploi : du problème social à l'objet de la recherche ou les rapports système éducatif-système productif : un champ de recherche en vole de constitution, Cahiers du Centre de recherches sociologiques, CNRS, Colloque de Toulouse des 16 et 17 mai 1983 : Pour un bilan de la sociologie de l'éducation, conférences et rapports, no 2, mai 1984, p. 87-115.

24 D'IRIBARNE A., L'insertion des jeunes dans la vie active : des problématiques de recherches qui restent à construire, in L'introuvable relation formation-emploi, dirigé par L, Tanguy, La documentation française, 1986, p, 89-95.

25 D'IRIBARNE A., op. cit., p. 90.

26 D'IRIBARNE A., op. Cit., p. 91. Cahiers du Centre de recherches sociologiques, CNRS, Colloque de Toulouse des 16 et 17 mai 1983 : Pour un bilan de la sociologie de l'éducation, conférences et rapports, n° 2, mai 1984, p, 87-115,

27 TANGUY L„ op. cit., p. 50.

28 TANGUY L., op. cit., p. 87.

29 CEREQ, INSEE, SEIS : Bilan formation-emploi 1977, INSEE, Collection D, n° 78, 1981.

30 OILAGNIER G., Les rapports aux formations STAPS d'entreprises privées productrices d'objets à caractère sportif, Mémoire de DEA en Sciences sociales, Université Strasbourg II, 1988. SCHOTT-DEUTSCHMANN V„ Rapports aux formations STAPS d’organismes à caractère sportif relevant de l'économie publique ou sociale, Mémoire de DEA en Sciences sociales, Université Strasbourg II, 1990.

31 On peut citer à titre d'exemple le DESS "Droit et économie du sport" de l'Université de Limoges dont la formation a pour cible nette la gestion des fédérations sportives.

Indice delle illustrazioni

Titolo Partition du système d'offre des pratiques d'exercice corporel (Représentation très schématique)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16607/img-1.jpg
File image/jpeg, 195k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540