Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

4. L'investissement humain dans les groupements sportifs

L'amour du sport comme principe de management et de marketing des clubs de forme

Note de recherche

Gary Tribou

Texte intégral

  • 1 TRIBOU Gary, Ethique sportive et culture d'entreprise, in Sport et management (Alain Loret, Direct (...)
  • 2 TRIBOU Gary, L'entrepreneur musulman, thèse en Science de Gestion. Mulhouse : Université de Haute (...)

1Une enquête réalisé auprès des clubs de forme du Bas-Rhin, en décembre 19921, a permis de relever les éléments d'une spécificité de la gestion d'entreprises marchandes du domaine sportif qui, rapportés aux résultats d'un travail antérieur portant sur la relation entre culture religieuse et rationalité d'entreprise2, amènent à formuler quelques interrogations.

2Si la thèse weberienne (Weber, 1920) d'un éthos d'entreprise nourri d'éthique religieuse a quelque pertinence, et si le point de vue d'Alain Ehrenberg (1991) sur l'appropriation par l'entreprise post-taylorienne des valeurs sportives semble confirmé par des travaux en gestion (Reitter et alii, 1991), alors se pose la question du croisement entre valeurs religieuses (autour de la valeur chrétienne d'amour) et valeurs sportives (celles qui trouvent leur origine dans l'éthique chrétienne justement). En d'autres termes, peut-on dire qu'une entreprise prestataire de services sportifs (club de forme) est en mesure d'associer les deux éthiques pour réaliser ce qui constitue en Gestion un authentique exploit, à savoir l'obtention de l'efficacité commerciale (dans la réponse à la demande sur le marché) et l'efficience productive (dans la gestion productiviste des coûts) ?

- L'amour du sport comme principe de management

3Le management, au sens précis de la gestion des ressources humaines, consiste à rassembler des rationalités individuelles dans l'action collective. L'idéal d'un management visant l'idéal organisationnel d'une communauté culturelle, où chacun participe vaillament à l'oeuvre collective, n'est certes pas nouvelle. Il s'agit même d'un vieux fantasme paternaliste de paix sociale. Ce qui est nouveau, par contre, c'est la nécessité de devoir s'adapter continuellement à un environnement turbulent.

- L'amour du sport comme principe marketing

4Le positionnement marketing consiste à mettre en place une relation durable entre un produit soigneusement différencié de ce que propose la concurrence et un groupe de consommateurs présentant une certaine homogénéité (c'est-à-dire identifiables selon les critères socio-démographiques classiques en sciences sociales ou selon des critères moins scientifiques tels les "styles de vie" définis par Cathelat).

5L'amour du sport comme principe de management et de marketing ? Dans les deux perspectives envisagées, on trouve des références qui peuvent être mises en rapport avec des éléments de la culture et de l'éthique chrétiennes. Toutefois, il est difficile de croire au principe. Tout au plus, il s'agit d'une recette de gestion. Face à l'humanisme économique de François Perroux, qui dénonce en 1961 l'"idéologie de l'avarice", triomphe l'utilitarisme libéral qui, à l'instar de Machiavel considérant la morale comme une gêne à l'action de transformation du monde (la virtù, véritable instinct d'entreprendre), impose sa propre éthique de rationalité économique. La "fable des abeilles" de Mandeville (1705) enseigne que la prospérité de la ruche peut être entravée par la morale de fraternité chrétienne, parce que la recherche du profit est le seul moteur de l'action économique. Si la pauvreté est une faute morale, comme le pensent les disciples de Calvin, la charité déraisonnable revient à encourager le vice. L'amour de son prochain n'est pas l'amour du pauvre à qui l'on donne, mais l'amour du pauvre pour qui l'on prie. Car point de salut pour celui qui n'accumule pas des richesses à la gloire de Dieu, L'esprit de profit n'est donc pas amoral, tout au contraire, pour l'entrepreneur puritain qui doit être "l'intendant de Dieu" su terre (Richard Baxter, Christian Directory, 1678). C'est encore la thèse de Weber (1920) d'un éthos d'entrepreneur empruntant à l'éthique calvinienne.

6L'existence de clubs de forme appliquant l'idée d'un principe fédérateur des consommateurs et des salariés autour d'une même passion sportive, au nom de l'efficacité et de l'efficience, pose explicitement le problème du rapport de l'entreprise à l'éthique. Ne doit-on pas interpréter cette pratique managériale comme le signe du retour des valeurs du sport "communautaire", compatibles avec les exigences de l'"individualité" sportive, autrement dit d'une tendance à la reconstitution de l'Universitas, sous l'effet d'une résurgence du religieux ?

Notes

1 TRIBOU Gary, Ethique sportive et culture d'entreprise, in Sport et management (Alain Loret, Directeur), Paris : Dunod, 1993.

2 TRIBOU Gary, L'entrepreneur musulman, thèse en Science de Gestion. Mulhouse : Université de Haute Alsace, 1992.

Auteur

Maître de conférences, UFR STAPS Université de Strasbourg II

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540