Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

4. L'investissement humain dans les groupements sportifs

Le système sportif en rupture ? Nouveaux lieux de pouvoir et nouvelles stratégies sportives

Note de recherche

Dominique Charrier

Texte intégral

1La démarche prospective, en s'appuyant sur une analyse du passé (1970-1990), se donne pour principal objectif de "construire l'avenir". Cette construction intellectuelle, qui ne se veut surtout pas prévision, a des vertus pédagogiques indéniables, mobilisant les énergies et les capacités de réflexion des acteurs concernés.

2Elle ne consiste pas à attendre les changements, mais plutôt à les anticiper (en les provoquant pour une part), pour agir et réagir. Sans développer ici la méthodologie de la prospective, on peut rappeler qu'il s'agit de rassembler et de traiter les éléments de diagnostic pour identifier (ou imaginer) les tendances probables, les zones d'incertitude et les risques de rupture et en déduire les impacts sociaux, politiques, économiques...

  • 1 Au Centre de Recherche sur la Culture Sportive de l'Université de Paris-Sud-ORSAY, dans le cadre d (...)
  • 2 Nous développons avec Laurent Boyer, la banque de données sur les aspects socio-économiques du spo (...)

3Notre propos s'inscrit dans le cadre d'une approche socio-économique que nous développons depuis une dizaine d'années, d'une part sur le plan universitaire1 et d'autre part sur un mode plus opératoire2. La combinaison de ces deux "manières de voir et de faire", qui se nourrissent réciproquement, incite aujourd'hui à émettre quelques hypothèses, qui, parce qu'elles seront présentées sans nuance et avec le minimum d'éléments démonstratifs, devront être maniées avec précaution.

4Si les décennies soixante-dix et quatre-vingt furent celles de la massification, de la diversification des pratiques sportives et de la montée des enjeux économiques, la décennie quatre-vingt-dix pourrait être celle de la restructuration du système sportif. En effet, depuis quelques années se combinent plusieurs évolutions, parfois contradictoires, qui préparent, du moins en faisons-nous l'hypothèse, des "ré-aménagements", des repositionnements, éventuellement des ruptures, en tout cas une certaine recomposition du système sportif.

Un contexte de moindre développement des pratiques sportives ?

5Les agents de l'offre sportive (qu'elle soit associative, municipale ou privée) prennent progressivement conscience qu'ils évoluent dans un contexte général marqué par une moindre, voire une non croissance de la pratique sportive. En témoigne la faible croissance des effectifs licenciés depuis le milieu des années quatre-vingt, la croissance observée en 1992 étant surtout le résultat de mouvements particuliers (le basket bail, par exemple) et, élément significatif de la recomposition en cours, de la multiplication des licences dites de "loisirs". Autre élément significatif, l'enquête menée en 1985 et en 1990 par la SOFRES avançait pour la première fois un taux de pratique (aux contours certes bien imprécis) stabilisé à 53 %.

6Ces indications renvoient à l'hypothèse d'un "renouvellement" des pratiques sportives, à l'image de celui opéré entre 1970 et 1990, qui pourrait notamment se fonder sur les mécanismes d'hybridation internes au champ sportif (croisement entre activités sportives existantes) ou externes (croisement entre activités sportives et artistiques, dynamique "sport-tourisme").

La "montée des contradictions" et la mise en œuvre de nouvelles stratégies

7De nouvelles stratégies sportives se font jour, mises en œuvre par les "nouveaux acteurs" apparus sur la scène sportive depuis quelques années, Conseils généraux et régionaux notamment. Les études menées depuis 1990 (dans le cadre de la banque de données) attestent de l'extrême versatilité des politiques sportives des collectivités locales et territoriales. Si les communes semblent de plus en plus nombreuses à hésiter quand il s'agit de financer le sport de haut niveau, les Conseils généraux et régionaux ont globalement du mal à pérenniser leurs choix. En témoigne, par exemple, la grande variabilité des budgets sportifs. Les "écarts" observables sont à l'image des secteurs concernés, en pleine émergence, en pleine structuration ; les positions acquises et les stratégies ne sont que provisoirement établies. Aujourd'hui cependant, au niveau local, intermédiaire ou national, de nouvelles modalités (partenariats, complémentarité des aides, options stratégiques, etc.) se dessinent.

Les incertitudes

8Autre élément à prendre en considération, les dimensions européennes qui ouvrent des potentialités et des risques encore largement insoupçonnnés. Quelle sera l'influence des nouveaux réseaux de pouvoir au niveau européen ? Comment vont réagir les fédérations sportives européennes jusque-là peu présentes ? Quel sera l'impact sur le système sportif des "politiques de convergence économique" voulues et définies par le Traité de Maastricht ? Autant de questions qui renvoient à la "conjoncture" économique et politique, nationale et internationale. Les difficultés économiques (chomâge en forte progression, stagnation de la consommation intérieure, récession, instabilité monétaire) ne seront pas sans effet sur les comportements sportifs des ménages ou sur ceux des financeurs du sport, les priorités affichées pouvant varier nettement.

9Autant de perspectives et de questions qui permettent déjà, d'une certaine manière, de "construire l'avenir du sport".

Notes

1 Au Centre de Recherche sur la Culture Sportive de l'Université de Paris-Sud-ORSAY, dans le cadre de l'équipe animée par Christian Pociello.

2 Nous développons avec Laurent Boyer, la banque de données sur les aspects socio-économiques du sport du Ministère de la Jeunesse et des Sports (depuis 1989) qui s'est récemment transformée en un "Outil de diagnostic permanent et d'aide à la décision stratégique".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.