Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

4. L'investissement humain dans les groupements sportifs

Stratégies des organisations sportives locales et de leurs dirigeants

William Gasparini

Texte intégral

1Il est devenu trivial d'affirmer que le sport a connu depuis les vingt dernières années de véritables bouleversements. Les années soixante-dix ont consacré la rupture entre un sport "coubertinien", héritage du début du siècle, et un "nouvel âge du sport" lequel voit le champ sportif subir un processus de segmentation (Callède, 1988) voire une certaine "balkanisation" (Chazaud, 1988 ; Gros, 1988). Du sport professionnel aux pratiques de loisirs, qu'elles soient commerciales ou associatives, libres ou encadrées, du sport scolaire à la pratique sportive de prévention de la délinquance, le sport se décline au pluriel. Il n'existe pas une forme mais bien un pluralisme de modalités de pratique et d'organisation des sports.

2Modèles institutionnels historiques et dépositaires de l'orthodoxie sportive fédérale, les clubs n'ont plus réellement l'exclusivité de l'organisation du sport sur le plan local.

3Au-delà des systèmes de régulation municipaux, la coexistence de diverses formes organisationnelles aux identités et stratégies divergentes n'entraîne-t-elle pas des conflits locaux ? Quelles relations se nouent au sein et entre ces "espaces" de pratique sportive ? Les acteurs du champ sportif ne partageant pas les mêmes conceptions sur les pratiques d'exercice corporel n'engageront-ils pas des luttes symboliques pour définir l'orientation légitime du sport dans la cité ?

sports et nouveaux enjeux locaux

4La diversité des modalités de pratique et d'organisation des sports n'est pas nouvelle mais elle semble surtout intervenir dans les années soixante-dix pour s'accentuer dans les années quatre-vingt. Jusque-là, le modèle du club sportif et sa pratique de compétition éclipsait d'autres modalités secondaires, associatives (pratiquées dans les M.J.C et foyers socioculturels) ou marchandes (les salles de culture physique) relativement confidentielles. La sportivisation de la société a eu pour corollaire la massification de la pratique sportive et sa segmentation en modalités spécifiques qui tentent toutes d'accéder à une certaine légitimité, celle-là même que monopolisait le modèle sportif fédéral et compétitif.

  • 1 La "réhabilitation" du discours et des valeurs libérales touchera de nombreuses organisations nota (...)

5Cette mutation progressive s'est accentuée dans les années quatre-vingt, autrement dit dans une conjoncture qui voit simultanément l'émergence de trois phénomènes : la fin d'un certain interventionnisme de l'Etat dans le domaine sportif, le renouveau du discours économique libéral1 et la divulgation de modalités de pratique ou d'activités dites "nouvelles" (orientales, californiennes ou "expressives") formant une sorte de contre-culture sportive face au modèle fédéral et compétitif dominant.

  • 2 Les prises de position officielles précédant le renouvellement des mandats électifs locaux peuvent (...)

6C'est dans ce contexte et depuis la décentralisation que l'Etat se désengage en matière de sport alors que les collectivités s'engagent, du moins financièrement. La commune semble devenir progressivement, par les pouvoirs et les moyens qui lui sont confiés, la "clef de voûte de la dynamique sportive en France" (Michon, 1992). Par un ensemble de mesures institutionnelles déplaçant les responsabilités vers le local, nous assistons à un processus de municipalisation du sport (Bonnes, 1983) et à un souci d’élaboration de politiques sportives municipales. Au-delà d'une mission de service public local revendiquée par les élus locaux, la dimension sportive semble devenue un enjeu symbolique (image sportive et dynamique de la ville) et électoral de choix pouvant éventuellement attirer un public et rallier les suffrages de la population à l'échelon communal2.

7Cette nouvelle conjoncture, qualifiée de période stratégique par Jean Paul Callède (Callède, 1988), incite les municipalités à gérer une situation (plus ou moins complexe selon les localités) qu’elles ont du mal à maîtriser et qu'elles subissent quelquefois ; il en résulte ainsi une disparité des politiques sportives oscillant entre la politique de prestige et la réponse objective aux demandes et sensibilités locales. Face à la diversité des modalités de pratique et des formes d'Organisation des sports présentes dans l'espace local, les municipalités se voient de plus en plus contraintes de garantir leur marge d'initiative et de décision, compte tenu des sollicitations et des revendications toujours plus pressantes formulées par les groupements d'usagers ou par les pratiquants "inorganisés".

8L'animation sportive de l'espace local se joue ainsi entre la municipalité, les clubs sportifs, les associations socioculturelles et les organisations sportives privées marchandes. D'autres structures "hybrides" peuvent jouer un rôle secondaire (associations sportives scolaires, clubs "corpos", manifestations ponctuelles organisées par les services décentralisés du ministère de la Jeunesse et des Sports...).

typologie du systeme local d'offre sportive

  • 3 Nous ne développerons pas dans notre analyse l'activité sportive pratiquée librement hors institut (...)

9L'offre locale d'activités physiques et sportives est, pour l'essentiel3, le fait d'organisations qui s'insèrent toutes dans des espaces socio-économiques particuliers. La segmentation du phénomène sportif local reproduit la partition de la société en trois grands secteurs au sein desquels s'organisent les actions collectives selon des logiques propres à chacun de ces espaces. Ces formes organisationnelles ne sont pas neutres : produits de leur propre histoire institutionnelle, elles reflètent dans le même temps les valeurs et la culture organisationnelle de l'espace socioéconomique qui les contient ainsi que l'état du rapport de forces entre les organisations sportives implantées dans la même commune.

L'espace associatif

10Situées dans le secteur privé ou semi-public non marchand, les organisations sportives associatives s'insèrent dans une économie sociale c'est-à-dire dans un "tiers-secteur" produisant des services sportifs d'intérêt général et fonctionnant grâce aux aides financières de l’Etat et des collectivités. Basés sur des conventions ou des contrats avec l'administration, les services produits par ces organisations se différencient de ceux des entreprises privées parce que, d'une part, les investissements nécessaires sont beaucoup trop élevés par rapport au profit potentiel et parce que, d'autre part, il est difficile de limiter la consommation au seul "acheteur" supportant le coût du produit, "Corps intermédiaire" et contre-pouvoir organisé, l'association type 1901 connaît actuellement de profonds bouleversements dûs à la professionnalisation croissante de ses acteurs, au renouveau du discours économique libéral et à l'ingérence des pouvoirs publics dans sa gestion.

11Fonctionnant selon une certaine éthique associative, cet espace se divise localement en deux "camps" comprenant chacun un type d'organisation particulier :

  • les organisations sportives associatives de type club, affiliées aux fédérations sportives dirigeantes, constituent le modèle dominant implanté localement, Se référant au mouvement olympique, celles-ci ne se positionnent que dans une logique fédérale par discipline sportive (ou groupe de sports présentant un air de famille) et non pas dans un cadre multisports. La compétition sportive constitue le paradigme de cet espace bien délimité et fortement structuré. A l'inverse des organisations et mouvements de jeunesse, ce système hyper-centralisé affaiblit les concertations locales puisque chaque comité (ou ligue) est avant tout le maillon nécessaire entre les organismes nationaux de la fédération et les associations locales, Les acteurs de ces organisations sont les dirigeants bénévoles, les professionnels rémunérés (entraîneurs et permanents) et les pratiquants licenciés, De sexe masculin, exerçant souvent une profession à responsabilité dans le secteur privé (Gasparini, 1991), les dirigeants sportifs disposent d'une certaine notoriété car ils possèdent un ensemble d'"atouts" : anciens pratiquants de l'association, ils ont généralement entrepris un "voyage initiatique" à l'intérieur de l'organisation (du pratiquant au dirigeant en passant par différents niveaux de responsabilité), ce qui représente un gage visible de défense de l'orthodoxie associative.
  • les organisations associatives non sportives (ou non compétitives) constituent le deuxième sous-espace du secteur privé non marchand. Regroupant des organisations associatives proposant des APS mais où la doxa n'est plus la compétition sportive de haut-niveau, ce secteur redéfinit les sports selon les singularités de chaque mouvement associatif (M.J.C, foyers socioculturels, clubs de jeunes, centres sociaux, clubs de prévention, mouvements scouts ou confessionnels, centres de loisirs, A.G.R, F.S.G.T, clubs Léo Lagrange,.,). Organisées selon le modèle des loisirs en dehors des espaces de compétition ou des clubs, à partir des zones d'habitation, des équipements socioculturels ou des sites naturels de proximité, ces pratiques d'exercice corporel, considérées comme moyen d'épanouissement et de formation, sont développées par les secteurs de l'animation socioculturelle, les fédérations affinitaires ou les mouvements de jeunesse et d'éducation populaire.
  • 4 Les programmes d'action en faveur des loisirs quotidiens des jeunes ont été lancés en octobre 1981 (...)
  • 5 Opérations reprises par ailleurs par les O.M.S et les clubs sportifs depuis quelques années et int (...)

12De plus en plus soutenu par les pouvoirs publics, le secteur sportif de ces organisations connaît une forte croissance notamment depuis la mise en place depuis 1981 d'une série de dispositifs sportifs d'intégration dans de nombreuses zones "à risque4. Les animations "Eté-Jeunes" auxquelles se sont associés les militants de la F.S.G.T et des bénévoles de foyers socioculturels sont des exemples d'opérations sportives menées dans les quartiers défavorisés5. Bénévoles ou salariés militants, les acteurs de cet espace se caractérisent par la possession d'un certain capital associatif et par leur distance vis-à-vis du mouvement sportif compétitif. Plutôt issus du secteur public ou para-public et de sexe masculin ou féminin, les responsables de ce sous-espace associatif fonctionnent souvent dans un univers où les frontières entre le travail, les loisirs et l'engagement associatif paraissent floues mais où toutes les pratiques sont conformes à une certaine idéologie et une déontologie professionnelle plus ou moins explicite.

L'espace public local

13Insérées dans le secteur public local, les organisations sportives publiques proposent des services sportifs non marchands offerts par l'Etat, les collectivités et leurs administrations. Organisation politico-administrative locale, la commune, par l'intermédiaire de ses élus, gère les équipements sportifs dans le but d'assurer un service public des APS ouvert à tous les citoyens de la commune (en priorité). Au-delà d'une fonction de gestion des ressources et de régulation, les communes disposent d'un ensemble de structures et d'organisations propres qui permettent, à différents niveaux, de réaliser concrètement la politique sportive municipale : le service municipal des sports, les clubs sportifs municipaux, la commission municipale des sports et l'Office municipal des sports, organisme paritaire semi-public structuré en association de type loi de 1901.

  • 6 Il s'agit en règle générale des adjoints délégués aux sports ou des conseillers municipaux regroup (...)
  • 7 Les partis politiques et les élus de tendances différentes s'opposent généralement sur les modes d (...)

14Produits de l'environnement sportif local, les systèmes municipaux de l'animation sportive sont aussi orientés par des incitations nationales. Chaque municipalité adapte ainsi les éléments de la politique nationale pour forger sa propre réalité identitaire en fonction de son implantation géographique, sa structure sociodémographique, son mode de gestion politique et selon l'état du rapport de force entre les différents acteurs et organisations sportives locales en présence. Les acteurs de cet espace sont les membres élus au conseil municipal (notamment les "spécialistes" des questions sportives6) et le personnel municipal salarié chargé de l'application de la politique sportive. Plutôt soucieux de leur destin politique et électoral qu'enclins à la philanthropie, les élus dominants gèrent les organisations sportives publiques et élaborent des politiques selon des logiques de pouvoir mais aussi selon leur représentation du sport et l'idéologie dominante de la tendance politique d'appartenance (Augustin, 1991 ; Michon, 1992)7.

L'espace privé marchand

15Constitué d'Organisations sportives marchandes telles que les sociétés aux statuts juridiques divers (sociétés anonymes, S.A.R.L ,..), ce secteur offre des produits sportifs en termes de services marchands : le pratiquant représente un client consommant des exercices physiques et l'offre n'est plus référée à une orthodoxie sportive, éducative ou éthique mais aux demandes réelles ou potentielles d'une clientèle qu'il convient de conquérir et de fidéliser. Nous pouvons distinguer localement la présence de plusieurs types de structures : les organisations permanentes offrant des services sportifs de proximité à l'année (salles de mise en forme, clubs privés de danse, golfs...), les organismes de tourisme sportif fonctionnant en séjours généralement pendant les périodes de vacances et enfin les organisations touristiques qui accompagnent leur activité principale d'une offre de pratique sportive fonctionnant comme produit d'appel. Se situant ouvertement dans un univers concurrentiel libéral et acteurs d'une véritable "guerre économique", ces entreprises s'adaptent en permanence au marché local. Malgré une certaine distance vis-à-vis de la dynamique sportive associative, ces sociétés peuvent participer ponctuellement à des manifestations sportives organisées conjointement par les clubs locaux et la municipalité. Mais cette présence est plus une stratégie de communication et de positionnement local qu'un véritable engagement dans l'animation sportive de la ville.

16Gérées par des entrepreneurs privés plus ou moins avertis selon l'importance de l'organisation et d'anciens pratiquants sportifs de bon niveau, ces entreprises semblent opérer des "stratégies de détournement" des valeurs associatives (Tribou, 1993) en cherchant à susciter chez les clients un sentiment d'appartenance (comme dans un club sportif) pour faire oublier en quelque sorte l'objet marchand.

17Cette topologie du système local d'offre sportive constitue ainsi une modélisation qui segmente finalement l'espace sportif local en trois sous-espaces normés et organisés, ayant chacun ses singularités et ses conflits internes, L'histoire de chaque espace est ainsi présente, à chaque moment, sous une forme matérialisée — dans des structures organisationnelles —, et sous une forme incorporée — dans les dispositions des agents qui font fonctionner ces organisations.

vers la formalisation d'un possible champ sportif local

18Espace de jeu structuré en sous-espaces concurrents, le système sportif local tend à fonctionner comme un champ, c'est à dire comme un espace à l'intérieur duquel des individus "dominants" ou en quête de le devenir localement (responsables, élus locaux, dirigeants bénévoles) luttent pour conserver ou transformer le champ de force selon la position qu'ils occupent et leur vision de l'avenir (Bourdieu, 1980). Fonctionnant selon des règles propres au champ sportif local et imprégné d‘"effets" produits par la commune d'implantation (tradition sportive et culturelle, situation géographique, mode de gestion politique…), cet espace se divise en "camps" eux-mêmes organisés en champs à la fois unis et divisés par les conflits internes et les oppositions à l'extérieur.

19Reflétant la logique spécifique et la culture organisationnelle de chaque secteur socioéconomique "organisateur" de la pratique sportive, ces "sous-champs" sportifs locaux constituent des réseaux inter-organisationnels dans lesquels s'affrontent des "décideurs sportifs" ayant des intérêts spécifiques liés à la position qu'ils occupent et à leur représentation du sport. Plusieurs types de légitimité s'affrontent alors dans l'espace communal : celle de l'élu local qui découlé du suffrage universel, celle de l'élu associatif reconnu pour sa "compétence" sociale et celle du professionnel du sport qui atteste d'une certaine compétence professionnelle.

20Le champ sportif local constitue ainsi un espace de concurrences (plus ou moins avouées selon les secteurs) qui a entre autres pour enjeu le monopole de l'imposition de la définition légitime de la pratique sportive et de son mode d'organisation. Cette concurrence entre les organisations et les agents sociaux est un des facteurs les plus importants du développement local d'un besoin socialement constitué de pratiques sportives et de tous les équipements et services corrélatifs ; ainsi, l'imposition des besoins en matière de sport s'observe en milieu rural où l'apparition d'équipements (courts de tennis par exemple) et d'équipes sportives est souvent le produit de l'action de la petite bourgeoisie économique ou de la bourgeoisie villageoise qui trouve souvent là une occasion d'imposer sa vision du monde et d'accumuler ou d'entretenir un capital de notoriété et d'honorabilité toujours susceptible d'être reconverti en pouvoir politique.

  • 8 Cas des associations de loisirs sportifs constituées dans le but unique de regrouper des pratiquan (...)

21Espace de rencontre entre différentes visions du sport et configuration de relations objectives entre des agents sociaux et des organisations sportives, le champ sportif local est aussi un espace de conflits où les participants rivalisent dans le but d'établir un monopole de l'espèce spécifique de capital qui y est efficiente ; ainsi, l'orthodoxie sportive fédérale et son mode d'organisation (le club) détient traditionnellement "l'autorité" sportive dans cet espace, Tous ceux qui défendent l'éthique associative ou le sport fédéral de compétition dans des lieux comme les assemblées générales des Offices des sports (municipaux ou non) engagent finalement dans leur action et discours les convictions où s'exprime une position déterminée non seulement dans le champ sportif local mais aussi dans l'espace social. Seront ainsi exclus du champ ceux qui ne répondent pas à la définition de l'appartenance imposée par les organisateurs dominants de la pratique sportive locale comme par exemple les entreprises privées ; en effet, celles-ci ne répondent pas aux exigences inscrites dans la loi fondamentale du champ telle que généralement les dirigeants sportifs bénévoles la conçoivent puisqu'elles pervertissent l'éthique sportive en faisant du sport un objet marchand. Cet espace sportif s'est en effet constitué historiquement à l'intérieur de chaque commune dans et par le refus ou l'inversion de la loi du profit matériel. De la même manière, les responsables d'associations de loisirs sportifs constituées pour des raisons financières seront considérés comme des "imposteurs" par les orthodoxes associatifs8.

22Les stratégies des organisations sportives locales ne peuvent se comprendre si on ne saisit pas l'état du rapport de forces entre les parties en présence, les dispositions et convictions de leur responsable et les stratégies et identités des secteurs socioéconomiques qui contiennent et produisent ces organisations. Le champ sportif local apparaît ainsi comme un espace de jeu qui n'existe en tant que tel que dans la mesure où il est fréquenté par des "joueurs" qui croient dans les récompenses et profits qu'il génère (symboliques, sociaux, politiques, moraux) et les poursuivent activement à travers leur engagement.

  • 9 Selon A. Touraine, l'historicité représente l'action que la société exerce sur elle-même par l'inv (...)

23Au-delà de leurs différences, les dirigeants sportifs associatifs constituent alors une catégorie d'agents relativement engagés dans "l'historicité" (Touraine, 1974)9 du champ sportif local. Produit de leur propre histoire et de celle de la "mouvance" sportive associative mais en même temps effet de champ qui ne peut être saisi sans analyser les enjeux de l'espace communal, les stratégies des dirigeants sportifs bénévoles seraient des engagements "intéressés".

stratégies et identités des associations sportives et de leurs dirigeants

24Acteurs engagés dans le mouvement sportif associatif et généralement dans la dynamique sportive locale, diverses catégories de responsables associatifs participent à l'historicité du champ sportif local : du responsable pratiquant d'une petite association au dirigeant d'un club omnisport à vocation régionale qui participe à toutes les rencontres où se définissent les règles du jeu sportif local, nous pouvons repérer différents niveaux d'engagement dans l'orientation de l'action sportive locale. Le sous-champ sportif associatif local est ainsi façonné de relations objectives entre des dirigeants sportifs qui peuvent s'inscrire dans des réseaux plus ou moins stables. Les assemblées générales et les commissions de l'O.M.S, les stages de formation des cadres sportifs, les remises de médailles des dirigeants "méritants" du sport communal ou les diverses manifestations sportives interclubs concertées constituent les lieux où se produisent des interactions allant du conflit ouvert à la collaboration ou au consensus.

  • 10 Selon P. Bourdieu, l'intérêt est “l'investissement dans un jeu, quel qu'il soit, qui est la condit (...)

25Défendant l'orthodoxie associative, ces acteurs ont en commun la recherche de profits non matériels qui les guident dans leur activité bénévole. Perçue et revendiquée comme une activité désintéressée, l'engagement associatif local apparaît au contraire comme une pratique et morale en acte intéressées ; en effet, le champ sportif local appelle et active une forme spécifique d'intérêt qui est la reconnaissance tacite de la valeur de l'éthique sportive associative et de sa culture organisationnelle (gratuité de l'activité sportive, effort et mérite, référence aux valeurs de l'olympisme, apolitisme des associations sportives, modèle du club et respect de la hiérarchie fédérale, bénévolat des dirigeants,..). Etre intéressé par les orientations et l'avenir du sport communal, c'est accorder finalement à un jeu social déterminé un intérêt digne d’être poursuivi et défendu10.

  • 11 Certains clubs ont des positions traditionnellement dominantes dans la commune ce qui peut les dis (...)
  • 12 Ainsi, les dirigeants sportifs de certaines grandes villes attestant d'une forte tradition sportiv (...)
  • 13 Sorte de "domination charismatique" au sens de M, Weber qui repose sur la croyance des adhérents e (...)

26Les stratégies des dirigeants engagés dans les lieux de négociation de l'orientation du sport local semblent ainsi dépendre d'un ensemble de déterminants. Parmi eux, la position de l'association d'origine dans l'espace des positions de l'ensemble des organisations sportives locales11, son histoire et son identité, la trajectoire sociale, les dispositions morales et convictions des dirigeants et enfin le volume et la structure de leur capital. Pour de nombreux responsables sportifs notables ou entrepreneurs locaux, on ne mélange pas le sport et l'argent (ou la politique). Le club sportif peut ainsi passer pour un moyen de "s'acheter" en quelque sorte un capital d'honorabilité ou un capital symbolique de légitimité locale ; en effet, des dirigeants sportifs possédant un capital économique relativement élevé mais dépourvu de capital scolaire soulignent que la fonction première de leur club est l'éducation des jeunes par le sport (Gasparini, 1991). Comme si la reconnaissance sociale locale passait nécessairement par la participation à la formation de la jeunesse et à l'inculcation des valeurs associatives. Pour ces responsables, le secteur professionnel et le secteur associatif dans lequel ils s'engagent sont bien deux mondes indépendants tout en étant complémentaires dans la recherche de profits : profits financiers dans le secteur professionnel et profits symboliques, sociaux voire politique dans leur engagement associatif. Ces gardiens de l'orthodoxie sportive fédérale seront les plus fervents défenseurs du libéralisme associatif local12 (de la même manière qu'ils défendront le libéralisme du secteur professionnel dont ils sont issus) tout en rejetant hors du champ sportif les entreprises sportives privées. Disposant des atouts et propriétés nécessaires pour agir dans le champ sportif local (sexe masculin, passé associatif irréprochable, anciens pratiquants, statut social "positif", capitaux économique, social et associatif relativement importants, dispositions morales13 et convictions associatives plus ou moins affichées), ces agents "efficients" sont en dernier ressort tributaires de leurs penchants, intérêts et dispositions qui les conduisent à opter pour telle stratégie plutôt que telle autre non conforme à leur éthique. Les conflits entre acteurs d'espaces ou sous-champs sportifs locaux différents semblent ainsi traduire tout un ensemble de différences économiques, culturelles, sociales et éthiques où l'on reconnaît finalement l'essentiel de ce qui fait l'opposition (au sein du champ du pouvoir local) entre le public et le privé, le marchand et le non marchand ; c'est à dire entre les fractions sociales montantes critiquant le pouvoir tout en ayant une reconnaissance profonde de l'ordre établi (" la bonne volonté culturelle" des responsables d'associations socioculturelles) et la petite bourgeoisie économique ou les élites sociales villageoises stables ou en déclin qui véhiculent de manière implicite une contestation profonde de l'ordre "public" à travers leur engagement dans des organisations sportives privées non marchandes censées pallier la défaillance ou l'incompétence du service public et défendre une éthique et des valeurs (celles du sport associatif) en déclin dans la société actuelle.

pour conclure

27Déterminées par des logiques organisationnelles en évolution, les luttes de pouvoir entre agents efficients dans le champ sportif local montrent que les pratiques sportives constituent de réels enjeux locaux et illustrent la complexité du phénomène sportif au niveau communal. C'est à partir de la connaissance du champ sportif local et de ses enjeux que l'on peut finalement mieux saisir le point de vue des dirigeants sportifs bénévoles engagés dans l'historicité de cet espace ; produit d'un ensemble de déterminants sociaux, celui-ci est aussi un effet de position dans un réseau inter-organisationnel local, "poste" à partir duquel s'institue leur vision particulière du sport, de son organisation et, finalement, du monde social.

Bibliographie

Bibliographie

AUGUSTIN J.-P,, Les jeunes dans la ville. Institutions de socialisation et différenciation spatiale dans la Communauté urbaine de Bordeaux, Talence : Presses universitaires de Bordeaux, 1991.

AUGUSTIN J.-P., GARRIGOU A,, Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le pouvoir et les notables, Bordeaux : Le Mascaret, 1985.

BALME R,, La participation aux associations et le pouvoir municipal, Revue Française de sociologie, XXVIII-4, 1987, p. 601.

BONNES R., La municipalisation du sport, la vie associative : mode d'évolution des conditions d'une démocratisation et socialisation de la pratique des APS au plan local, in Actes du Ville symposium de l'I.C.S.S, Sports et sociétés contemporaines, Paris : INSEP, 1983,

BOURDIEU P., Questions de sociologie, Paris : Editions de Minuit, 1980.

BOURDIEU P., CHRISTIN R., La construction du marché, in Actes de la recherche en sciences sociales, 81/82, 1990, p. 65-85.

BOURDIEU P., Réponses, Paris : Le Seuil, 1992.

CALLEDE J.-P., Approche sociologique des transformations du club sportif, in Les cahiers de l'Université sportive d'Eté, 3, Talence : M.S.H.A, 1988.

—, Sociologie des politiques sportives locales, Talence : M.S.H.A, 1991.

CHAZAUD P„ Les institutions sportives locales, in Sport et décentralisation, ss la dir. de P. Collomb, Pdris : Economica, 1988.

GASPARINI W., Eléments pour une sociologie de rengagement associatif. Etude comparée de responsables associatifs à Strasbourg. Mémoire pour le D.E.A en Sciences sociales, Université des Sciences Humaines, Strasbourg II, 1991.

GASPARINI W., Les organisations associatives et le jeu entrepreneurial, in Sport et management, sous la dir. de A. Loret, Paris : Dunod, 1993.

____, et coll,, Quid associations : enquête réalisée au laboratoire "APS et Sciences Sociales", de l'Université de Strasbourg II, portant sur les structures, identités et stratégies des associations sportives implantées en Alsace 1993.

GROS M., La décentralisation et les A.P.S. Vers un enrichissement ou une "balkanisation" ? S.T.A.P.S, 9, 17, 1988, p. 55-65.

LEMEL Y., PARADEISE C„ Appartenance et participation à des associations, Economie et statistique, 55, 1974, p. 41-47.

MICHON B., Corps, espaces et pratiques sportives : remarques provisoires, in Corps, espaces et pratiques sportives, Strasbourg : Laboratoire "APS et Sciences sociales", Université des Sciences Humaines, 1992.

____, Sports et municipalités, in Corps, espaces et pratiques sportives, Strasbourg : Laboratoire "APS et sciences sociales", Université des Sciences Humaines, 1992,

TOURAINE A,, Pour la sociologie, Paris : Le Seuil, 1974.

TRIBOU G., Production et temps libre. Enquête auprès des clubs de forme du Bas-Rhin, Strasbourg : Laboratoire "APS et Sciences sociales", Université des Sciences Humaines, Strasbourg II, 1993.

Notes

1 La "réhabilitation" du discours et des valeurs libérales touchera de nombreuses organisations notamment celles du secteur associatif dans les années quatre-vingt ; l'entreprise apparaît comme le nouveau réservoir des fictions françaises (Ehrenberg, 1991), Administrations, collectivités locales, fédérations, associations, toutes n'y succombent pas, mais chacune y puise son paradigme de performance pour se moderniser ou "manager" son organisation.

2 Les prises de position officielles précédant le renouvellement des mandats électifs locaux peuvent ainsi aller du discours de dénonciation ("la mauvaise gestion municipale du sport", “le gouffre financier qu'est le sport"…) au discours de célébration ("l'image sportive de la commune", "les équipés fanions, emblèmes et vitrines de la ville"...).

3 Nous ne développerons pas dans notre analyse l'activité sportive pratiquée librement hors institution. Phénomène en pleine croissance (jogging, planche à voile, V.T.T. cette auto-organisation sportive "échappe" en quelque sorte aux modèles de la sociologie des organisations.

4 Les programmes d'action en faveur des loisirs quotidiens des jeunes ont été lancés en octobre 1981 à l'initiative du Comité interministériel de la Jeunesse ; les ministères de l'Education nationale et du Temps libre, de la Jeunesse et des Sports, sont les principaux promoteurs du dispositif qui s'adresse particulièrement aux jeunes en difficulté dans les zones urbaines à risque.

5 Opérations reprises par ailleurs par les O.M.S et les clubs sportifs depuis quelques années et intitulées "Faites du sport pendant les vacances".

6 Il s'agit en règle générale des adjoints délégués aux sports ou des conseillers municipaux regroupés au sein de la commission municipale des sports.

7 Les partis politiques et les élus de tendances différentes s'opposent généralement sur les modes d'intervention à mener vis-à-vis du sport local. Les élus de gauche associent leur politique d'animation à un vaste projet social fondé sur la cohérence de l'action municipale où la programmation et la concertation sont les garants de l'efficacité démocratique. A l'opposé, les élus de droite se méfient de cette exigence soupçonnée d'entraîner une forme de dirigisme.

8 Cas des associations de loisirs sportifs constituées dans le but unique de regrouper des pratiquants afin de bénéficier des avantages juridiques et financiers d'une association de type 1901, permettant en cela aux adhérents de pratiquer à moindre coût une APS réputée onéreuse (vol à voile, deltaplane, ski, plongée sous-marine...)

9 Selon A. Touraine, l'historicité représente l'action que la société exerce sur elle-même par l'investissement, la connaissance et la représentation qu'elle se fait de son avenir. A l'origine de pratiques sociales, les conduites d'historicité sont le produit de groupes sociaux et se situent au niveau du système d'action historique. Se définissant par l'innovation ou la conservation, ces conduites permettent aux différentes fractions sociales (dominées ou dominantes) de participer à l'historicité de l'espace local par leur activité professionnelle, syndicale, associative... Voir à ce sujet Touraine A., Pour la sociologie, le Seuil, 1974.

10 Selon P. Bourdieu, l'intérêt est “l'investissement dans un jeu, quel qu'il soit, qui est la condition de l'entrée dans ce jeu et qui est à la fois crée et renforcé par ce jeu". Bourdieu P., Choses dites. Editions de Minuit, 1987, p. 63.

11 Certains clubs ont des positions traditionnellement dominantes dans la commune ce qui peut les dispenser de participer au jeu sportif local, Ainsi par exemple, les "gros" clubs de rugby ou de football fortement enracinés dans certaines communes et dans leur identité ont suffisamment de poids pour orienter à eux seuls la culture sportive locale.

12 Ainsi, les dirigeants sportifs de certaines grandes villes attestant d'une forte tradition sportive associative s'opposent quelquefois à tout projet de municipalisation de l'Office des Sports. C'est le cas à Bordeaux et notamment à Strasbourg où les élus associatifs y voient une "gestion jacobine et tentaculaire de l'Etat". Allocution du président de l'Office des Sports de-Strasbourg lors de l'assemblée générale du 27 mai 1991.

13 Sorte de "domination charismatique" au sens de M, Weber qui repose sur la croyance des adhérents en une qualité morale supérieure des responsables, les dispositions morales des dirigeants semblant fonctionner comme un "capital" dans le champ sportif associatif. Ainsi, la déception chez la population locale est d'autant plus grande lorsque certains ont des attitudes "immorales" (détournement de subventions, "pots de vin", vie privée agitée...).

Auteur

Professeur d'EPS, Laboratoire APS et Sciences Sociales Université de Strasbourg II

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.