Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

4. L'investissement humain dans les groupements sportifs

Crise du bénévolat ou bénévoles en crise ?

Un aspect des tensions et contradictions à l'intérieur des clubs sportifs

Gildas Loirand

Texte intégral

le bénévolat sportif : une "attitude" pratique

1La notion de bénévolat, désigne ordinairement — dans sa définition la plus commune — une pratique impliquant un engagement individuel marqué par la bonne volonté et par son corrélât logique, le désintéressement, Seulement, l'observation attentive d'une population de bénévoles engagés dans l'encadrement technique de clubs sportifs oblige au refus d'accorder une quelconque homogénéité ou communauté de valeurs à l'ensemble des individus qui, pour des raisons les plus diverses, en sont venus à "encadrer" bénévolement les sportifs pratiquants. Que peut-il en effet y avoir de commun entre une enseignante certifiée d'anglais, joueuse classée, diplômée de sa fédération, "éducatrice de tennis" dans un club réputé “chic" du littoral finistérien et cet autre bénévole, mécanicien auto chez un artisan garagiste et encadrant les débutants au cyclisme dans un club rural sans jamais avoir lui-même fait du vélo une pratique sportive ?

  • 1 Association Départementale de Gymnastique d'Entretien.

2En fait, ce que les énoncés indigènes, ceux des dirigeants "administratifs" des clubs en particulier, désignent sous l'appellation de "bénévolat" renvoie dans le domaine sportif technique à une multitude d'attitudes pratiques (le bénévolat — a fortiori quand il relève d'une activité technique — est surtout cela et quasi exclusivement) et dissimule des représentations socialement constituées de son propre engagement qui ne se superposent pas. Le rapport entretenu aux rétributions perçues (quand elles existent) semble par exemple à lui seul en attester. On peut ainsi, a la manière de cet "éducateur 1er degré fédéral" en tennis qui "touche" 50 francs par cours collectif donné, se percevoir comme "bénévole à part entière" en spécifiant "je ne dépasse pas ce qui est prévu par la fédé et la sécurité sociale". A l'inverse on peut trouver des individus, telle cette animatrice de gymnastique volontaire, qui se définiront plutôt de la sorte : "Enfin, moi je suis pas vraiment bénévole, je suis quand même un peu professionnelle si vous voulez, parce que tous les mois j'ai quelque chose de l'ADGE1. [...] C'est normalement pour les déplacements, et pour mon magnétophone aussi, enfin pour les bandes, pour acheter des cassettes" (la somme perçue s'élevant en ce cas à environ 200 francs mensuels)

  • 2 L'ensemble des travaux empiriques évoqués ici comprend :

3Le travail présenté, prend donc pour objet central l"'encadrement sportif technique bénévole". Il s'intégre à un projet plus vaste d'étude de l'"encadrement sportif" et doit en cela beaucoup, dans ses résultats et ses conclusions, aux différentes enquêtes menées sur cette question. Car les formes populaires de bénévolat sportif technique que nous nous proposons de caractériser ici n'auraient pu être dégagées sans une appréhension globale d'une pratique où se côtoient, en se concurrençant fortement, bénévoles, professionnels et "semi-professionnels" ; diplômés fédéraux ou d'Etat et encadrants sans qualification2...

4Nous entendrons ici par la notion d'"encadrement sportif technique bénévole" les pratiques directes d'entraînement de pratiquants ou d'"animation" sportive pour peu qu'elles soient exercées sans perception d'un salaire, ni par des individus régulièrement déclarés comme "éducateurs sportifs indépendants". Les divers "accompagnateurs de sportifs" (et autres) qui dans les clubs se définissent comme bénévoles sans pour autant participer à la transmission de gestuels sportifs ne sont pas ici concernés. La perception d'un revenu quelconque (hors salaire) ou d'indemnisations rémunératrices (même élevées) ne constitue pas pour nous un facteur discriminant au sens où dans la pratique, la présence de profits économiques directs ne peut en aucun cas contribuer à qualifier une activité d'encadrement de non bénévole formellement (le sociologue n'a pas à formuler de jugements moraux I). La représentation de soi comme bénévole (ou non) de la part des encadrants techniques n'a pas non plus été retenue comme critère de sélection de la population d'enquête (on a plutôt veillé à la prendre pour objet). De ce point de vue, L'encadrement sportif technique bénévole" construit comme attitude pratique correspond à un objet élaboré par l'analyse sociologique, et pour l'analyse. Il ne peut se confondre ni se réduire aux perceptions que peuvent en avoir ceux qui y participent, ni aux définitions apologétiques de ceux qui l'encouragent.

5Lorsqu'on parle du bénévolat, il y a toujours un risque de réification et d'autonomisation d'une population qui est bien loin de partager la même "éthique" du service gratuit. Sans tomber dans cette "erreur première" ni davantage dans la vaine recherche d'une forme spécifiquement ouvrière ou spécifiquement bourgeoise de bénévolat par le choix d'une analyse de la pratique qui partirait de la place occupée dans les rapports de production (et des autres variables habituellement retenues), la démarche retenue a consisté dans l'analyse du bénévolat sportif technique à prendre pour objet les pratiques et les états dans lesquels se trouvaient des individus lorsqu'ils entraient en relation avec d'autres en faisant abstraction, provisoirement, de déterminations supérieures et extérieures à la seule pratique (sexe, âge, profession...). Elle a permis d'isoler (parmi d'autres formes observées) une forme singulière de bénévolat qui sans s'attacher mécaniquement à des positions particulières occupées dans l'espace social correspondait en priorité au style d'engagement bénévole d'individus tendanciellement proches des catégories populaires (soit par leur profession, soit par leur origine sociale et leur trajectoire). C'est précisément ce modèle de bénévolat se présentant pour l'essentiel comme fondé sur une forme de don qui a pour particularité de se réaliser sans attente ni retour de contre-don qui retiendra ici notre attention, Etant entendu que nous le qualifions a posteriori de "populaire" en raison de sa base sociale majoritaire,

les clubs sportifs comme institutions encadrantes

6Le point de vue de justice qui traverse la sociologie critique contemporaine conduit le plus souvent à envisager l'analyse du phénomène sportif en partant des différences et des "inégalités" qui s'observent dans les taux de pratique des différentes classes sociales (ou catégories socioprofessionnelles dans les variantes à dominante statistique) et dans les diverses manières socialement constituées d'être sportif, L'interprétation et la théorisation de l'inégale distribution de l'accès aux pratiques sportives qui passe par la construction rigoureuse du système des sports, par l'analyse en finesse des diverses modalités de la pratique que contient toute spécialité et par le recours aux ressources de l'histoire sociale offrent de nombreuses perspectives et rappellent invariablement et avec raison que le sport est historiquement apparu comme une invention aristocratique puis bourgeoise (et britannique) et qu'il continue d'attirer préférentiellement dans ses rangs les membres des catégories moyennes et supérieures de la société. Et ceci d'autant mieux qu'on touche les modalités les plus compétitives des "disciplines" sportives, Cependant, une telle attitude dans la recherche ne doit pas faire oublier que malgré la relation privilégiée existant entre classes dominantes et pratique du sport — dont rend compte par exemple (et imparfaitement) la hiérarchie des taux de pratique du sport dans les différentes PCS — ce sont, en terme de valeur absolue, les membres des catégories populaires et à l'intérieur de celles-ci les ouvriers qualifiés qui se trouvent quantitativement les plus soumis (tout autant qu'ils acceptent de s'y soumettre) à l'exercice sportif. Ainsi, et malgré l'aspect paradoxal de l'énoncé, les individus appartenant aux groupes sociaux les moins sportifs sont aussi physiquement les plus présents dans l'étendue de la pratique. De ce point de vue l'aspect inégalitaire de la diffusion du sport, aujourd'hui abondamment commenté, tend à négliger (question d'objet, certes) le vaste quadrillage des populations (et en particulier de ses fractions populaires) que déploient — en quelque sorte ! — les institutions sportives à l'adresse d'individus qui se laissent prendre par le sport, ses valeurs et ses disciplines par le fait même qu'ils se prêtent volontairement, avec un plaisir certain, au jeu sportif.

  • 3 CAILLAT M„ L'idéologie du sport en France, Paris : Editions de la passion, 1989, p. 196.
  • 4 Institut National du Sport et de l'Education Physique.
  • 5 D'après P. IRLINGER et al, Les pratiques sportives des français, tome 1, Paris : INSEP, déc. 1987, (...)

7Sans tomber dans un "fonctionnalisme du pire", pour reprendre le mot de P. Bourdieu, ou dans des régressions polémiques incapables de voir dans le sport autre chose "qu'un phénomène d'imprégnation fasciste"3, évoquer la notion de quadrillage telle que la propose M. Foucault c'est prendre le sport tel qu'il est, dans sa logique propre, dans les relations qu'il entretient à ses pratiquants, dans la place qu'il occupe à l'intérieur de processus plus vastes de civilisation, d'hégémonie des logiques industrielles et marchandes et par là même, de domestication. Et quelles que soient les sources statistiques auxquelles on se réfère, il apparaît en effet que l'idée de quadrillage ne reste pas un vain mot quand on observe la manière dont les catégories populaires (et les ouvriers en particulier) intègrent la pratique du sport, Selon l'enquête menée en 1985 par l'INSEP4 et à l'exception des pratiques qualifiées par les chercheurs "d'agrément et d’hygiène", on observe que 35,1 % des pratiquants ouvriers sont licenciés d'une fédération contre 29,5 % des pratiquants membres des professions libérales et des cadres supérieurs5. Indéniablement, les pratiques sportives populaires sont plutôt des pratiques "institutionnalisées", des pratiques contrôlées par les hiérarchies fédérales qui, par délégation de l'Etat, tendent à imposer et à généraliser le modèle compétitif légitime jusque dans les associations fondées à l'origine, pour reprendre l'expression de J.P Callède, comme lieux d'une "sociabilité sportive". Et d'autant mieux que les disciplines les plus largement concernées sont les sports collectifs qui supposent prioritairement leur inscription dans des clubs réservés à cet effet. Une analyse secondaire de l'enquête INSEP permet ainsi de dresser la composition sociale d'une population (scolaires, retraités et inactifs exclus) de sportifs licenciés :

8,8 % sont artisans, commerçants, ou chefs d'entreprise ;
8,5 % sont cadres supérieurs ou exercent une profession libérale ;
26,6 % sont membres des professions intermédiaires ;
24,1 % sont employés ;
31,9 % sont ouvriers (ou agriculteurs).

8Au-delà de ce constat, les enquêtes conduites sur l'encadrement des clubs tendent à mettre en évidence qu'en règle générale les sportifs des classes populaires, plus que tous les autres sportifs, apparaissent comme des sportifs encadrés. Encadrés "administrativement" par les membres des groupes sociaux les mieux dotés en pouvoir temporel (économique et social en particulier) qui dominent les instances de décision et d'orientation de la pratique que constituent les comités directeurs des clubs, Encadrés "sportivement" et techniquement par les membres des classes moyennes qui occupent aussi en sport une position intermédiaire de relais entre des dirigeants toujours prompts à réaffirmer l’orientation compétitive de leur club, et ce que les discours des organisateurs du sport qualifient de "masse des pratiquants".

9Les tableaux qui suivent font appel à plusieurs sources d'information différentes tant du point de vue des dates de recueil des données, de l'aire géographique de référence, que de celui des sports concernés, Les résultats que proposent les enquêtes réalisées s'étayent mutuellement pour attester, principalement, de l'existence d'une sous-représentation ouvrière dans l'encadrement des clubs et d'une sur-représentation des catégories moyennes et supérieures. Et d'autant mieux que l'on atteint les fonctions les plus élevées dans la hiérarchie du travail d'encadrement sportif.

    • 6 Economie et statistique, n° 208, INSEE, mars 1988, p. 25 - 26.

    Ont été mêlées dans le tableau 1 les données issues des enquêtes nantaises (colonnes 1 et 2) et quimpéroises (colonne 3). Pour assurer la comparabilité avec les données de l'enquête nationale sur l'adhésion aux associations (colonne 4)6, nous avons agrégé en seulement 6 modalités la variable "profession exercée", et exclu du calcul les non-réponses à la question de la profession ainsi que les individus s'étant déclarés étudiants ou scolaires.

    • 7 Le grand livre du rugby français 1981/1982, Belleville : F.M.T. Editions, 1981,

    Les données utilisées pour le tableau 2 proviennent du grand livre du rugby français, 1981-19827 qui livre des informations exhaustives sur la composition sociale de 163 clubs de rugby répartis sur l'ensemble du territoire national et considérés indépendamment de leur nombre de licenciés. Nous avons, par sondage aléatoire au l/10ème, tiré 16 clubs et pour chacun d'eux opéré un repérage systématique des professions exercées par : a) les membres des comités directeurs à l'exception des présidents d'honneur et des membres sans responsabilité particulière dans les structures des clubs ; b) Les membres du "staff" technique regroupés dans la rubrique "éducateurs" de l'ouvrage de référence.

Tableau 1 - Composition sociale de l'encadrement des clubs sportifs

Professions

Présidents vice-présidents trésoriers et secrétaires

Encadrant techniques des clubs (Nantes)

Encadrants techniques des clubs (Quimper)

Public des associations sportives en France

Agriculteurs

3,09

2,33

0,86

3,7

Artisans, commerçants, chefs d'entreprise

11,34

3,88

7,18

7,6

Cadres et proies, intellect, supérieures

25,77

16,28

15,23

15,7

Professions intermédiaires

25,77

25,58

21,55

23,8

Employés

24,74

27,91

37,64

22,6

Ouvriers

9,28

24,03

13,22

26,6

Effectifs par colonnes

n=97

n=129

n = 348

100

Tableau 2 - Composition sociale de l'encadrement du rugby

Professions

Encadrement "administratif" du rugby

Encadrement "technique" du rugby

Artisans et commerçants

17,20

6,80

Patrons et cadres supérieurs

45,00

19,40

Intermédiaires

8,50

17,60

Employés

13,20

31,30

Ouvriers

11,20

20,30

Autres

4,60

3,30

Effectifs

n=151

n=l 18

un encadrement de "bas de tableau"

  • 8 Dans l'enquête quimpéroise, il apparaît que 96 % des ouvriers participant à une tâche directe d'enc (...)

10Majoritairement encadrées par des individus situés sur des positions sociales supérieures aux leurs, les catégories populaires ont malgré tout la possibilité dans les seules associations qui leur soient très largement ouvertes, de participer à leur propre encadrement. Seulement les domaines qui leur sont réservés sont le plus souvent situés tout au bas de la hiérarchie des fonctions que définit la division du travail d'encadrement sportif : "entretien du matériel", "construction de l'hébergement", "accompagnement des joueurs", "tenir le bar", "lacer les chaussures des gamins", "lavage des maillots" (en ce cas l'épouse est associée), telles sont les tâches qui leur incombent en priorité et dont l'absence de réalisation impliquerait la paralysie au moins partielle du club. Au mieux, les membres des catégories populaires, qui en ce cas occupent le plus souvent des emplois qualifiés (ou bénéficient d'un capital scolaire minimal)8, ont aussi la possibilité d'accéder à l'encadrement technique direct des sportifs. Mais là encore s'observe une division du travail d'encadrement technique : aux cadres et professions intermédiaires les équipes premières, celles qui font la renommée du club, aux ouvriers, au petits employés et aux artisans non employeurs les sportifs que les autres ne veulent pas, "l'école de football" et le travail ingrat d'initiation au "baby-football" qu'elle réclame, les débutants, les dilettantes ou encore les vétérans. Là où aucun prestige sportif n'est à glaner, les membres des catégories populaires encadrent avec foi et avec sérieux, mais sans toujours souscrire avec docilité et résignation aux injonctions des fédérations et à celles de la majorité des présidents de clubs dont l'objectif reste invariablement de "monter" (en division supérieure) ou d'obtenir des victoires officiellement validées pour ce qui concerne les sports individuels.

  • 9 Au sens où l'entend Luc Boltanski lorsqu'il définit « l'amour comme agapè » à distance de l'altruis (...)

11Il n'en va pas moins que la participation populaire à l'encadrement sportif technique peut être vue comme une participation active et volontaire (mais impensée comme telle) au quadrillage précédemment évoqué que réalise le sport depuis un siècle et ceci dans le sens d'un renforcement constant appuyé sur un culte sans limite de la performance. Mais indépendamment de cette participation à sa propre domination dans le domaine sportif, tout le problème resterait de savoir comment des individus dont il est peu probable que la pratique d'encadrement au sein des clubs apporte quelques profits (même symboliques) immédiats ou destinés à être reconvertis dans la vie ordinaire, peuvent s'engager bénévolement, en "état d'amour9 " (parfois), dans des institutions qui ne leur offrent que de rares possibilités d'accès aux fonctions d'organisation, à l'honorabilité dont bénéficient sans conteste les "évergètes" du sport. Pour l'heure, l'observation sommaire des caractéristiques d'un bénévolat sportif populaire permet de situer l'existence d'un clivage fondamental entre les conceptions purement "sportives" et aujourd'hui dominantes de l'encadrement technique et les conceptions populaires qui ne relèvent pas des mêmes valeurs, Elle permet également de montrer que le registre d'engagement dans l'encadrement sportif d'une large part des bénévoles d'origine populaire s'oppose (plus qu'elle ne lui "résiste" explicitement) à l'orientation délibérément compétitive assignée à la pratique sportive par les membres des classes dominantes dépositaires du pouvoir fédéral.

  • 10 Je renvoie sur ce sujet à la communication de C. Davault (La J.S.C. Bellevue : l'autre football nan (...)

12Il va sans dire que la catégorie construite de "bénévolat sportif populaire" n'inclue pas mécaniquement les pratiques de tous les ouvriers encadrants sportifs, ni n'exclue les individus que la seule prise en compte de la profession classerait comme membres des classes supérieures de la société. Parce qu'elle désigne un mode spécifique de relation au sport et aux sportifs encadrés, elle peut exclure le registre de pratique d'une partie des ouvriers encadrants techniques des clubs, et en particulier des plus jeunes qui ne déploient ni leur pratique ni sa justification en recourant aux mêmes schèmes et aux mêmes valeurs que les encadrants relevant de la forme populaire10. Il s'observe en effet une forme "purement sportive" de bénévolat qui, à l'inverse de la forme populaire, accompagne le plus souvent, au lieu de lui succéder dans le temps, la pratique sportive et compétitive. Le sportif entraîne alors sa propre équipe ou des équipes plus jeunes. En ce cas l'aspect volontaire de l'engagement s'efface, et c'est le plus souvent à la demande explicite (et parfois quasi contrainte) des dirigeants que ce dernier se réalise. Et là, pas de gratuité du geste, de désintérêt (même si l'apparence en subsiste), car la pratique bénévole fait l'objet d'une transaction qui suppose en particulier une correspondance quasi parfaite entre les objectifs des dirigeants et ceux du bénévole concerné (ou leur tacite acceptation), une identique projection dans l'avenir également. Pour illustrer, écoutons ce responsable sportif d'un club de football de Douarnenez, exerçant par ailleurs la profession de Conseiller Principal d'Education :

je fais en sorte que la structure du stade repose sur la participation pratique du joueur qui doit devenir responsable technique d'une équipe de jeunes avant d'accéder aux équipes seniors Cette méthode permet au joueur en motivité de découvrir l'aspect encadrement et responsabilité avant de devenir un jour dirigeant ou d'une équipe ou du staff administratif [...] Le club répondant sur un système de bénévolat pur, il était naturel de protéger le système vécu et de l'aider à se perpétuer.

13Ailleurs, la transaction simplement limitée (dans le cas évoqué) à la distribution imposée des fonctions et des prestiges au sein des clubs peut se transmuer en relation de troc, voire de stricte dépendance. Le service bénévole devient alors rémunéré sous une forme qui se dissimule comme telle, laissant ainsi la possibilité à l'encadrant de se percevoir comme bénévole à part entière. Pour prendre un exemple, dans ce club de judo de l'agglomération nantaise lié (mais non dépendant) au comité d'entreprise de la SNIAS (industrie aéronautique), "on ne compte plus" les sportifs qui en raison des services rendus ou à rendre ont reçu une aide appuyée de leurs dirigeants pour "rentrer à Chateau-Bougon" (siège de l'usine), Suite à un "contrat" passé entre les dirigeants du club et l'employeur, l'un d'entre eux quitte même l'usine le mercredi après-midi pour animer "bénévolement" au dojo le cours des enfants, la perte de revenu étant ici compensée par une indemnisation du club.

14En période de chômage élevé, bénéficier d'un passé sportif propre à permettre l'accès à l'entraînement de sportifs ou d’équipes concourant à un niveau égal ou supérieur au niveau départemental peut indéniablement procurer un avantage de taille dans les chances d'obtenir un emploi. D'ailleurs, certains clubs ne font pas mystère de leurs pratiques de recrutement d'entraîneurs bénévoles : "pour l'équipe ah ça n'a pas été pareil. On a pris un gars qui venait de Machecoul parce qu'on trouvait personne d'ici. On a fait passer une annonce dans Presse-Océan : "club de foot recrute entraîneur, emploi assuré" parce que tu vois, dans le bureau il y a toujours un type qui peut embaucher quelqu'un [...], Pour les joueurs c'est pareil et même le gars qui est étudiant ou un truc comme ça et qui a besoin de faire un stage et bien il a pas de problème. Là je peux te dire que ça n'a pas traîné, si je me souviens, en deux jours s'était signé." (magasinier au chômage, 46 ans, encadre le "mini-football" dans un club de Rezé).

15Le bénévolat sportif populaire se réalise essentiellement au profit de clubs de petit niveau et/ou au profit de sportifs ou d'équipes situées (de par leur âge ou leur niveau sportif) aux antipodes des canons en vigueur de l'excellence compétitive, Ce qui ne signifie pas que les encadrants des catégories populaires ne participent pas à la formation à la compétition, Au contraire, les sports qu'ils encadrent correspondent prioritairement à des disciplines de compétition (football et cyclisme notamment dans l'enquête quimpéroise), mais les niveaux de championnat atteints par les sportifs qu'ils entraînent situent les résultats de leur travail le plus souvent aux confins des classements : dans l'enquête quimpéroise, 73,4 % des ouvriers ont une activité d'entraînement à la compétition pour seulement 56,6 % des cadres supérieurs et professions libérales. Seulement, quand parmi ces derniers, 50 % encadrent à un niveau supérieur ou égal aux championnats régionaux, seuls 27,8 % des ouvriers (et 18,8 % des artisans-commerçants) préparant à la compétition affichent une pratique d'un tel niveau sportif, D'ailleurs, on constate également que moins de 30 % des ouvriers (29,8 %) et des artisans (24 %) ont l'occasion d'encadrer des sportifs âgés de 13 à 24 ans, âge auquel l'investissement compétitif des pratiquants est le plus intense. Les premiers résultats de l'enquête nantaise ne démentent pas ce type de distribution des fonctions d'encadrement technique. Après avoir soigneusement isolé les entraîneurs des équipes premières des clubs (sports collectifs) ou des sportifs les mieux classés dans chaque club (sports individuels) de ceux qui s'occupent de l'encadrement "subalterne", il apparaît que plus on descend dans la hiérarchie sociale, plus on trouve d'encadrants techniques affectés auprès des sportifs les moins performants : cadres supérieurs, professeurs et professions libérales : 56,9 % d'encadrants "subalternes" ; professions intermédiaires : 60,4 % ; employés : 71,3 % ; ouvriers : 81,5 %.

16Pourtant ce sont certainement moins les membres des catégories populaires qui s'excluent eux-mêmes de la préparation aux compétitions autres que locales et amicales que la compétition et ses valeurs qui les tiennent à distance. Rien dans leur pratique de l'entraînement ni dans leurs propos ne permet de valider l'hypothèse d'un refus explicite de l'aspect compétitif du sport : ils sont par exemple, entre tous, les plus nombreux à retenir comme principale satisfaction de leur pratique les "résultats" sportifs de leur club (36,7 % pour les ouvriers ; 24,1 pour les employés et seulement 11,3 pour les cadres supérieurs). Ils s'opposent en cela aux catégories moyennes et supérieures qui se satisfont davantage du rôle qu'ils jouent personnellement dans le "progrès" et dans la "progression" des sportifs qu'ils encadrent (24,5 %). Il n'empêche que les encadrants d'origine populaire sont proportionnellement les plus enclins à stigmatiser au sein de leur club "l'individualisme des pratiquants" et "l'esprit de compétition" (17 % chez les ouvriers). Dans la forme populaire de bénévolat que nous isolons ici, il n'est pas incompatible pour un encadrant d'entraîner une équipe en vue de la compétition et de ne pas mettre tout en œuvre pour vaincre (tout en le revendiquant) : "Faut pas toujours vouloir faire gagner son équipe, parce que c'est un peu tricher, Alors, j'essaye d'équilibrer les équipés et c'est pour ça que j'ai fait rentrer ce petit gamin qui est moins fort que les autres dans la première équipe (celle sur le terrain au coup d'envoi) [...]. Et ils ont quand même réussi à gagner de deux points : 48 à 50," (ouvrier chauffagiste, 45 ans, encadre à Quimperlé une équipe de benjamins au basket).

17De sorte que c'est moins la compétition en elle-même que les valeurs qu'elle véhicule, les normes d'efficacité qu'elle impose et les dispositions et les compétences spécifiques qu'elle exige de ses encadrants qui fait l'objet d'un rejet relatif, L'encadrement sportif populaire dans ses manières de faire et de penser marquées par leur distance à la fois objective et subjective à l'égard de l'excellence sportive légitime apparaît en fait comme le produit d'une intention singulière qui ne se laisse pas réduire à un refus de la compétition. La principale ligne de fracture entre les différentes représentations du travail d'encadrement sportif passe d'ailleurs bien souvent entre une conception de la compétition et de son entraînement comme lieu d'expression du talent, de la performance et de la "perfection" et une autre qui en retient surtout l'aspect ludique, festif et collectif. Pour prendre deux exemples :

"[…] c'est surtout en premier les résultats qui comptent, avant tout l'objectif d'un entraîneur est d'avoir de bons résultats, de pratiquer un bon jeu, de ne pas sombrer dans un football qu'on n'aime pas. C'est d'avoir de bons résultats et de pratiquer un bon football à notre niveau. Et aussi, c'est d'abord une certaine responsabilité [...] c'est donc à toi de mettre en œuvre des exercices qui permettront de pallier les petites lacunes. Je sais que quand c'est moi qui anime l'entraînement, j'aime bien avoir de la perfection, que les exercices soient faits avec sérieux." (22 ans, fils de commerçant, étudiant en IUT de gestion, joueur-entraîneur de l'équipe première de Gourlizon évoluant en division supérieure régionale).
"D'abord, je crois que c'est..., il ne faut pas nier ce côté-là, mais j'aime le contact, D'ailleurs actuellement je suis vraiment désolé avec tout ce qui ce passe partout même dans les clubs de village, parce que moi ce que je trouve bien dans les entraînements et dans les matches, c'est que tout le monde se retrouve... Bon, on se tire la bourre un peu, on s'accroche, on travaille plus ou moins dur et puis après ça on a des bons moments, on prend la douche, tout le monde rigole. Bon c'est vrai, c'est une manière de s'éclater, c'est une manière de... une manière de se comporter et puis en plus il y a le contact des copains, Je crois que ce côté camaraderie, même aux entraînements, c'est quand même le plus important [...] c'est un côté que je trouve très intéressant parce que je trouve que sans camaraderie dans les sports collectifs ça ne marche pas. Je crois que l'idée première, de s'occuper d'une équipe, c'est d'essayer de former un groupe de copains, un groupe qui se tienne les coudes, dans toutes les circonstances, de toutes les façons." (49 ans, métreur du bâtiment, entraîne l'équipe junior du Stade Quimpérois, ancien champion de France amateur avec ce même club),

une forme de don qui ne compte pas sur le contre-don

  • 11 VERRET M., La culture ouvrière, Saint-Sébastien, Loire : ACL - Crocus, 1988, p. 194.
  • 12 Sur ce point, lire notamment : FAURE J. M,, Le sport et la culture populaire, les Cahiers du LERSCO (...)

18L'opposition des points de vue est aussi une opposition de classe qui se double d'une opposition en terme de génération. Il ne faut pas oublier qu'au début du développement du sport, la majorité des "sociétés sportives" ont été créés par des individus non sportifs —au sens le plus légitime du mot "sportif"— dans le cadre de logiques intégratives et dans le prolongement, comme le rappelle M. Verret, des "amicales" et des "sociétés de camarades"11. On peut en quelque sorte lire dans le bénévolat populaire la marque d'un habitus d'encadrant "pré-sportif", ou tout du moins celle d'un effet d'hystérésis trahissant la présence de dispositions bénévoles acquises dans un état ancien du système des sports qui perdurent alors même que les conditions sociales et sportives du moment ne leur sont pas ou plus favorables. Ainsi, le travail d'encadrement et sa qualité (et par extension la "dignité" de l'encadrant) ne sont pas mesurés, perçus et rapportés à leur produit final (le résultat ou l'échec en compétition), mais à leur seule fonction sociale qui reste avant tout celle de la participation à un bien commun dans un esprit de "camaraderie" qui envisage le sport davantage comme un "jeu" collectif que comme une activité "sérieuse"12.

19Le parcours de Gilbert G., employé administratif d'une direction départementale de l'équipement est de ce point de vue relativement éloquent. Fils d'un artisan coiffeur, né et ayant débuté à 9 ans le football dans une petite commune rurale, il est titulaire d'un diplôme d'Etat d'éducateur sportif football (passé en 1969 selon les normes anciennes de ce diplôme). Il cumule à 50 ans un passé de bon joueur de niveau régional et une longue expérience cependant mal vécue d'entraîneur dans plusieurs clubs vendéens qui, demandeurs de sa qualification officielle, l'ont successivement attiré "pour faire grimper" leurs équipes premières dans la hiérarchie du championnat. Cette situation d'entraîneur de performance ne lui a jamais convenu, et les extraits de ses propos que nous citons ici évoquent sa rencontre, sur un mode enchanté, avec le club qui lui proposera pour la première fois une activité d'encadrement telle qu'il l'avait "toujours rêvé" :

[...] Et c'est là que j'ai vraiment eu une expérience extraordinaire parce que je suis tombé dans un club où il y avait des dirigeants formidables, Et puis..., là je peux dire que ça a été une expérience sur le plan sportif, bien sûr, mais sur le plan humain, ça été quelque chose de,., ça m'a enrichi beaucoup. Tous les contacts que j'ai pu avoir avec les dirigeants, les joueurs, les parents et tout, là c'était... je me suis retrouvé dans un milieu que j'avais toujours rêvé en fait, parce que c'est comme ça que je conçois la vie d'un club, enfin le but d'un club ça doit être une association ou les gens aiment à se retrouver et à travers la pratique de leur sport favori ; bon ben, ils retrouvent plein de sympathie, d'amitié quoi, hein. Là c'était vraiment le club avec un grand "C" quoi. [...] mais l'objectif du club, je m'en rappelle, Monsieur L. (le président) m'avait dit : "de toute façon, nous, notre objectif c'est d'animer la commune, de permettre à tous nos jeunes de pratiquer leur sport [...] qu'on s'occupe bien d'eux et puis qu'ils aient de la joie à se retrouver le dimanche, à l'entraînement, tout ça,.. C'est notre objectif, Les résultats, si on réussit à justement créer cette ambiance, les résultats bon ben ils viendront". Avant, partout où je suis passé c'était les résultats avant tout, que de l'équipe première en plus. Alors là je me suis retrouvé vraiment, sans le savoir parce qu'au départ, je le savais peut être pas ; ça c'est le sport comme je veux le pratiquer. D'ailleurs c'est pour ça que je suis resté dix ans, avec des gens vraiment bien.

20Aussi, toutes les caractéristiques singulières isolables du bénévolat sportif populaire qui s'observent dans sa mise en œuvre pratique valident l'idée d'un décalage avec les exigences du sport de performance. Pour en mentionner quelques-unes :

    • 13 Avec 44,9 % seulement d'encadrants titulaires d'un titre sportif attestant formellement d'une compé (...)

    Absence relative de formation à l'encadrement : la formation "sur le tas" est perçue comme suffisante, les formations fédérales proposées sont parfois explicitement refusées et, en définitive, seuls 26 % des ouvriers déclarent avoir suivi une formation par choix strictement personnel contre 38 % chez les cadres supérieurs13, En certains cas, la pratique effective du sport encadré a été par le passé des plus limitées, voire même, plus rarement, inexistante. La mesure de sa propre compétence technique n'est en règle générale pas prise en compte par les bénévoles dans l'évaluation de leur valeur. On "donne" ici avec ses moyens, quels qu'ils soient ; le revers étant que les encadrants techniques ne peuvent exister comme tels que dans des clubs précis, bien connus d'eux, et où ils se trouvent eux-mêmes connus de longue date notamment pour y avoir débuté la pratique du sport non scolaire.

  • Indifférence à la valeur sportive des pratiquants encadrés : cette valeur ne détermine pas l'engagement de l'encadrant qui entraînera ceux qu'on lui confiera, qu'ils se situent dans des divisions ou des classements "honorables" ou non. Ce qui est loin d'être le cas des bénévoles relevant de la forme "sportive", pour qui la valeur de l'encadrant est proportionnelle à la valeur des sportifs entraînés, C'est cette même indifférence qui fait que dans la forme populaire de bénévolat on peut en arriver à refuser "d'exclure de l'équipe les deux ou trois qui n'ont pas leur place [...] pour ne pas séparer des gars qui sont des copains [même si] ça nuit peut-être aux résultats [et que] c'est pas toujours aussi efficace que ça voudrait l'être."

  • Absence de mise en équivalence de ce qui est donné : On ne "compte pas son temps", et ce temps donné n'est jamais mis en rapport avec ce que donnent et peuvent donner en retour le club (espèces, licence, survêtement, médailles, félicitations…) ou les sportifs (amitié, reconnaissance). Et ce n'est pas un service qui en ce cas se voit rémunéré, mais l'attitude bénévole en elle-même, l'intentionnalité du geste seule. De sorte que l'encadrant ne modèle pas sa conduite en fonction de la représentation qu'il se fait de la réponse que le club ou les sportifs donneront à son activité et à ses actes techniques. C'est sur ce point précis que l'on peut parler d'absence d'attente de retour et de contredon, au sens où il apparaît que la réponse des clubs au don initial n'est jamais incorporée dans la pratique bénévole. De ce point de vue, l'encadrant se trouve détaché par rapport aux jugements de tiers : donnant sans rien attendre, reconnu par sa seule gratitude, il ne risque jamais de se voir taxer directement et personnellement de mauvais bénévole (ni de bon d'ailleurs) par un président de club ou autre. Ce qui ne serait pas le cas d'un entraîneur "rémunéré à la tâche", D'ailleurs, une succession de défaites sur plusieurs saisons (preuve d'incompétence dans le cas d'un bénévolat de forme "sportive") n'empêche jamais un bénévole de poursuivre son activité. Et à l'inverse, celui-ci ne profitera pas des succès obtenus en compétition pour exiger un quelconque dû de son club.

21Même en s'en tenant à une description des plus larges des caractéristiques d'un bénévolat populaire, on perçoit que celles-ci s'opposent en tous points aux conceptions aujourd'hui dominantes du sport et de la compétition : accent mis sur les solidarités et la "camaraderie", acceptation de la compétition à condition que celle-ci ne rejette pas les "mauvais" qui "adorent" y participer, rejet des normes fédérales de la compétence, don d’un travail gratuit, qui, de ce fait, exclut un contrôle total de ses effets et de ses résultats par les membres des sphères dirigeantes ; autant de traits qui contribuent à reléguer les encadrants membres des catégories populaires aux confins de l'excellence, mais aussi à les désigner comme des entraves au libre développement d'un sport coupé de toute attache locale et entièrement tourné vers la réalisation de performances et de victoires.

crise du bénévolat ou bénévoles en crise ?

22Nous avions précédemment observé dans le cadre d'un centre école de parachutisme sportif le passage d'un encadrement technique bénévole à dominante populaire à un autre, formé et rémunéré, dominé par des fractions diplômées d'une petite bourgeoisie. Les propos tenus par le Directeur technique de ce centre résumaient alors, presque jusqu'à la caricature, les effets sur l'encadrement sportif de la "sportivisation” du parachutisme qui durant une vingtaine d'année était resté majoritairement une pratique au recrutement populaire : "Ce qui ne marche plus, c'est une qualité médiocre sous prétexte qu'on se retrouve entre copains et qu'on s'amuse, c'est ça qui est mort. Dans tous les cas, maintenant les gens veulent la qualité, la qualité dans l'instruction en particulier. Il n'est plus question [...] de nommer un instructeur qui ne soit pas bon, sous prétexte qu'il est généreux et qu'il s'occupe des autres, c'est fini...[...]." La recherche de "qualité" dans la production du sportif hante désormais, au détriment de toute autre logique, l'actuelle philosophie sportive et implique que lui correspondent des encadrants de qualité, c'est à dire qualifiés autrement que par une simple bonne intention. Des encadrants que les présidents de clubs peuvent "choisir" et "nommer", et non plus des encadrants disponibles qui "se proposent" (cas le plus fréquent dans le modèle populaire de bénévolat) sans qu'aucune demande explicite ne leur en ait été faite. La sportivisation des pratiques à tous les niveaux érige en étalon de toutes les mesures les performances validées par les instances fédérales. Il s'ensuit une conséquence non négligeable du point de vue des encadrants : cette sorte d'indifférence relative (ou de refoulement) aux résultats n'est plus tenable ; à une pratique de sociabilité doit se substituer une pratique rationalisée et polarisée vers l'objectif unique du résultat. Aussi faudrait-il corriger les propos de ce bénévole lorsqu'il perçoit que "maintenant, c'est vrai qu'on voit de plus en plus de jeunes qui cherchent à se faire payer pour entraîner" en rajoutant que de plus en plus de dirigeants de clubs choisissent de rémunérer (légalement ou le plus souvent de manière occulte) l'encadrement de leurs équipes premières, Alors qu'on ne peut rien exiger d'un bénévole (du moins dans la forme populaire) en termes d'objectifs à remplir sous peine de provoquer son départ, ni le sanctionner en lui retirant "son" équipe ou "ses" sportifs sous peine de susciter une puissante révolte des amitiés dans le club, on peut tout demander à un encadrant diplômé fédéral (ou a fortiori d'Etat), coupé des solidarités locales, que l'on rémunère contre un service. Et notamment l'essentiel : faire monter l'équipe, quitte à le changer la saison suivante si l'objectif n'est pas atteint, Sans entrer dans d’autres détails, on a là une bonne partie des ingrédients propres à produire une "crise du bénévolat" qui provient toujours moins d'un “changement de la mentalité des jeunes qui refusent les difficultés" que des règles et des logiques exclusivement compétitives du sport moderne que vient redoubler la transformation corrélative de la demande des pratiquants : "avant les jeunes venaient surtout pour passer un bon moment alors que maintenant ils réclament des résultats à leur propre niveau, c'est à dire qu'ils s'étonnent de ne pas mieux jouer et de ne pas faire des progrès assez rapides... Ils s'étonnent de ne pas avoir une place de titulaire, et ça ils en rejettent la responsabilité sur le bénévole [,.,] et ça avant ça n'existait pas," (49 ans, frigoriste, encadre le football — école de football et équipe "poussins" — au club de Locunolé). Aussi, plutôt que de parler de crise du bénévolat — ce qui relève essentiellement des catégories de pensée de dirigeants toujours portés à recruter de nouvelles vocations pour pallier les immanquables défections —, il vaudrait mieux ici parler de désarroi des bénévoles. Et particulièrement des membres des catégories populaires qui se sentent de plus en plus dépossédés d'une partie de ce qui les faisait exister socialement. En reconnaissant une dignité à des individus occupés à la satisfaction d’ambitions égoïstes (résultats, victoires, progrès individuels) la philosophie utilitariste qui soutient le sport de compétition a contribué à invalider le style d'engagement bénévole qui consistait avant tout dans l'intention de participer à un bien commun, qui plus est, "localisé". D'ailleurs, on aura pu maintes fois constater que rien ne froisse plus un encadrant relevant de la forme populaire de bénévolat que le départ des meilleurs sportifs de son club vers des clubs évoluant dans des divisions supérieures.

l'invalidation du bénévolat sportif populaire

23En quelque sorte, c'est moins la compétence du bénévolat populaire qui se voit mise en question que le rapport que ce dernier entretient à sa propre pratique. C'est pour cette raison que nous préférons parler, plutôt que de "déqualification", d'invalidation" du bénévolat populaire. Cette notion offre en effet l'avantage de renvoyer tout autant au caractère objectif de ses limites relatives par rapport aux actuelles orientations compétitives (absence relative de formation par exemple) qu'aux procédés rhétoriques par lesquels les dirigeants et les encadrants diplômés (et professionnels) organisent une critique du "petit encadrement", Critique qui contribue toujours à faire exister ce qu'elle énonce par l'écho favorable qu'elle ne peut que recevoir à tous les niveaux de la pratique. Il resterait bien sûr à approfondir ce thème de l'invalidation de cette forme singulière de bénévolat sportif technique qui refusant de percevoir le sport comme un lieu où "on cherche la perfection" l'envisage plutôt comme "un passe-temps agréable, [où] on joue pour se rencontrer, pour être ensemble et pour représenter le village." (entraîneur Locunolé-Sport). Mais pour terminer et pour illustrer à quel point l'invalidation du modèle populaire de bénévolat correspond aussi à l'organisation d'une déconsidération qui passe par le discours, laissons s'exprimer cet éducateur sportif professionnel qui dans les propos disqualifiants qu'il développe justifie également la nécessité de ses services : "Ils (les jeunes footballeurs) sont encadrés par des gars qui sont plein de bonne volonté — attention parce que ceux-là faut les trouver — qui n'ont jamais joué au foot par exemple. J'ai vu aussi, là je parle concrètement sans citer de noms bien sûr, des mecs plein de bonne volonté [...] mais les mecs ils font du mal sur les gamins ,, parce que cinq tours de terrain ça existe encore, en engueulant le dernier qui traîne. Ils n'ont pas compris ce qu'ils faisaient. Je jette pas la pierre, mais faut pas leur demander ce que c'est que l'entraînement ou la résistance, [...] A mon avis, les gamins s'ennuient."

24Pour conclure, on pourra ici retenir qu'à mesure que croissent le degré d'adaptation nécessaire du bénévolat au sport compétitif et le degré d'adaptation des dispositions à l'encadrement correspondantes, les tensions ne cessent d'augmenter entre les normes "traditionnelles" liées aux solidarités sportives locales et les impératifs d'une sportivisation qui ne reconnaît comme valeur cardinale que l'effort individuel de soi sur soi (même dans les sports collectifs). De ce point de vue, les bénévoles d'origine populaire sont particulièrement soumis à des tensions contradictoires (nous avons vu qu'ils ne repoussent pas l'idée de la compétition) propres à susciter des attitudes diverses allant de l'abandon de tout engagement bénévole à la soumission à l’obligation de formation et par là à celle de l'incorporation des logiques fédérales. Dans tous les cas, les spécificités communautaires, les liens locaux, et les attaches personnelles sont des particularismes dont les sportifs compétiteurs doivent s'affranchir pour accéder à un marché sans frontière de la performance. Les traditions locales, les amitiés, les routines de l'entraînement acquises "sur le tas" ne peuvent en définitive constituer que des obstacles, pour les actuels organisateurs du sport, à la production du sportif moderne. Pour paraphraser P. Bourdieu, alors que "la chasse comptait autant que la prise" dans un état plus ancien des pratiques d'encadrement, la "prise" seule semble aujourd'hui devoir imposer ses exigences. Les encadrants relevant de la forme populaire de bénévolat sportif l'ont bien compris, avec leurs moyens, et c'est précisément là que se situe leur propre "crise du bénévolat", crise vécue sur le mode de la "souffrance sociale" qui ne se superpose pas à la simple crise d'effectifs qu'identifient leurs dirigeants.

Notes

1 Association Départementale de Gymnastique d'Entretien.

2 L'ensemble des travaux empiriques évoqués ici comprend :

  1. Une enquête menée sous forme d'observation participante entre 1982 et 1987 sur un centre régional de parachutisme sportif.

  2. Une enquête (questionnaires et entretiens) sur les titulaires de Brevets d'Etat d'Educateurs Sportifs (BEES) dans la région de Pays de la Loire (1991 ; n = 560),

  3. Une enquête (questionnaires et entretiens) sur les bénévoles investis dans des fonctions d'encadrement technique dans 84 clubs de la région de Quimper (Finistère) (1991 ; n = 390).

  4. Une enquête par questionnaire portant sur l'ensemble des dirigeants (administratifs et techniques) de 37 clubs de la région nantaise (357 individus sur un total de 854 dirigeants identifiés y ont répondu), Réalisée en 1993, son dépouillement n'est pas en totalité achevé.

3 CAILLAT M„ L'idéologie du sport en France, Paris : Editions de la passion, 1989, p. 196.

4 Institut National du Sport et de l'Education Physique.

5 D'après P. IRLINGER et al, Les pratiques sportives des français, tome 1, Paris : INSEP, déc. 1987, p. 58.

6 Economie et statistique, n° 208, INSEE, mars 1988, p. 25 - 26.

7 Le grand livre du rugby français 1981/1982, Belleville : F.M.T. Editions, 1981,

8 Dans l'enquête quimpéroise, il apparaît que 96 % des ouvriers participant à une tâche directe d'encadrement technique sont titulaires d’un diplôme scolaire supérieur ou égal à un CAP.

9 Au sens où l'entend Luc Boltanski lorsqu'il définit « l'amour comme agapè » à distance de l'altruisme" et de l'"intérêt" auxquels on se réfère spontanément pour penser le bénévolat. L. BOLTANSKI, L'amour et la justice comme compétence, Paris : Métaillé, 1990, p. 170-244.

10 Je renvoie sur ce sujet à la communication de C. Davault (La J.S.C. Bellevue : l'autre football nantais") qui livre, sous forme d'un extrait d'entretien, le point de vue d'un ouvrier-entraîneur, qui, contrairement aux individus qui nous intéressent ici, ne semble pas supporter les footballeurs ne jouant pas le jeu et pratiquant le sport de la même manière qu'ils pratiquent la belote.

11 VERRET M., La culture ouvrière, Saint-Sébastien, Loire : ACL - Crocus, 1988, p. 194.

12 Sur ce point, lire notamment : FAURE J. M,, Le sport et la culture populaire, les Cahiers du LERSCO, Université de Nantes, n° 12, mars 1991,

13 Avec 44,9 % seulement d'encadrants titulaires d'un titre sportif attestant formellement d'une compétence technique, la catégorie "ouvriers" apparaît comme la moins "qualifiée" (selon les normes fédérales de la qualification en vigueur).

Auteur

ATER, département de Sociologie de l'Université de Nantes

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540