Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

4. L'investissement humain dans les groupements sportifs

Les premiers clubs sportifs à Bordeaux, la « vocation » de dirigeant et le renouvellement des élites locales

Jean-Paul Callède

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Ce travail de recherche s'inscrit dans le prolongement de notre ouvrage : Histoire du sport en Fra (...)

1L'étude traite des débuts du sport à Bordeaux avec la création et le développement des premières sociétés de sports athlétiques. L'époque envisagée couvre principalement une période charnière qui s'étend sur un quart de siècle : 1889-1914. Compte tenu de la relative complexité du thème abordé, le propos s'en tient ici à l'analyse de l'essor de quelques grands clubs omnisports de la capitale girondine1.

2L'activité sportive associative, la compétition et l'engagement dans les championnats régionaux et nationaux supposent des ressources appropriées. Les dirigeants de clubs ont pour fonction de rassembler ces ressources humaines, financières et matérielles, Cette prise de responsabilité(s) contribue à la formalisation de rôles et de statuts qui débordent progressivement du seul domaine sportif pour s'étendre plus largement à la vie sociale bordelaise. Le développement des associations sportives est marqué par un renouvellement — voire même un enrichissement des positions statutaires, et de tels phénomènes gagnent en intelligibilité sociologique à être analysés sous l'angle de la « mobilité sociale ».

3L'histoire locale "des débuts du sport", pour utiliser une formule lapidaire mais répandue, se limite trop souvent à la description plus ou moins ordonnée de faits saillants et d'anecdotes. Les approches à prétention plus généralisante produisent des perspectives panoramiques qui ne satisfont pas toujours aux exigences de la démarche scientifique. Afin d'éviter ces deux écueils, notre effort s’est porté sur la construction analytique d'un cadre de référence — local — qui s'articule selon trois niveaux. Tout d'abord, il s'agit d'identifier les dimensions permettant de comprendre et d'expliquer la répartition "structurelle" et sociogéographique des principaux clubs au sein de l'agglomération bordelaise. Ensuite, l'étude aborde la logique de l'engagement associatif et de la prise de responsabilités telle qu'elle s'exprime dans la « vocation » de dirigeant de club. Enfin, la réussite sportive des clubs et leur rayonnement sont envisagés en relation avec le cycle de renouvellement et/ou le processus de recomposition des élites locales, dans la perspective des phénomènes de « mobilité sociale ».

I- LA STRUCTURATION DU CHAMP ASSOCIATIF DES SPORTS ATHLÉTIQUES

A- REGROUPEMENTS SPORTIFS, IDENTITÉS ET AFFINITÉS SOCIALES

  • 2 À Paris, la même année se met en place l'Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques (U.S. (...)

4A Bordeaux, la première société de sports athlétiques est fondée le 18 juillet 1889 sous l'appellation de Stade Bordelais2. Bientôt, d'autres regroupements sportifs voient également le jour, marqués par des traits culturels spécifiques autour desquels s'élaborent progressivement des identités sociales et/ou socio-professionnelles.

5Le Stade Bordelais peut être considéré à ses débuts comme une société de jeunesse, organisée autour de la course à pied, avec un recrutement assez populaire. A l'instigation d'un jeune transfuge parisien du Stade Français, et avec le soutien direct du baron Pierre de Coubertin, secrétaire de l'U.S.F.S.A., le club prend la forme d'une société de sports athlétiques, au recrutement plus choisi, Les dirigeants recherchent alors une légitimité sociale en s'assurant le patronage d'honneur des autorités politiques et républicaines. Puis les contacts établis avec le Bordeaux Athletic Club, fondé en 1877 et composé de résidents britanniques, permettent aux stadistes de se perfectionner dans diverses spécialités sportives dont celle du football-rugby. Le président du B.A.C. est élu à la tête du Stade Bordelais lors de l'assemblée générale du 16 janvier 1895. Plusieurs athlètes britanniques le suivent et viennent renforcer les effectifs du club. Les appartenances socio-professionnelles des sociétaires du « Stade » traduisent ces changements. Les cadres de direction, les fondés de pouvoirs et autres commis négociants en poste dans des établissements maritimes ou dans des entreprises commerciales liées au port composent désormais l'image sociale du club.

6Le Sport Athlétique Bordelais est fondé le 16 mars 1892. Il s'affilie à l'Union et entretient de bonnes relations avec le Stade Bordelais et le B.A.C. L'émulation sportive qui opère entre les trois clubs contribue d'ailleurs à l'essor local des sports athlétiques. Le recrutement du S.A.B. est plutôt choisi. On trouve des cadres salariés dans les entreprises liées aux activités portuaires ainsi que des représentants des familles de commerçants en gros de la "vieille ville", en particulier des quartiers de La Rousselle et de Saint-Pierre. Plusieurs jeunes étrangers, en poste à Bordeaux, pratiquent les sports sous les couleurs du S.A.B. Ainsi, au moment où le Stade Bordelais donne encore l'image d'un recrutement de type "classes intermédiaires" du secteur tertiaire (vers 1890-94), le S.A.B. paraît mieux implanté dans les milieux qui dirigent le négoce portuaire et maritime.

7La Société Athlétique de la Villa Primrose est fondée le 17 novembre 1897 à l'initiative de quelques familles de riches négociants appartenant aux Chartrons de Bordeaux. Les membres du club, au recrutement très réservé, s'adonnent surtout au lawn-tennis, à la courte paume, sur le carreau de la rue Rolland, et à l'escrime. Les négociants, banquiers et armateurs qui se rassemblent dans le cadre de la S.A.V.P, fréquentent généralement le Golf Club Bordelais, constitué en 1900, et sont souvent investis de responsabilités dans divers cercles mondains de Bordeaux. L'image des Chartrons est intimement associée à "Primrose". Dans ce contexte associatif, on identifie un « univers » social et économique caractéristique. La famille conserve un rôle primordial dans l'organisation des rapports interpersonnels et dans l'orientation des conduites économiques de direction. La hiérarchie sociale est largement fondée sur la déférence et la tradition, autant que sur des nécessités fonctionnelles. La conservation du patrimoine, d'une génération à l'autre, préserve l'identité sociale du groupe. La richesse n'acquiert sa pleine valeur que dans la mesure où elle signale avec précision les qualités intellectuelles et morales de ses détenteurs.

8L'Association Sportive des Etudiants de Bordeaux est fondée au moment de la rentrée universitaire 1897-98. L'année suivante (en novembre 1998), cette section sportive de l'A.G.E.B. prend l'appellation de Bordeaux Université Club et s'affilie à l'Union. "Pourra faire partie du BUC tout étudiant ou élève de quelque école que ce soit," Les collégiens et les lycéens sont de plus en plus nombreux à s'intéresser aux compétitions sportives, La jeunesse estudiantine affirme sa spécificité — de classe d'âge — au sein de la ville universitaire. Il s'agit autant d'exprimer sa cohésion, autour du prétexte sportif, par exemple, que de manifester son identité vis-à-vis de la population bordelaise. Déjà se dessine un « mode de vie estudiantin ». Le B.U.C. recrute dans des milieux plutôt aisés. L'accès aux emplois de la fonction publique et aux professions libérales (du droit et de la médecine, par exemple) se trouve garanti par le prestige des diplômes acquis. Certes l'enseignement supérieur opère plutôt comme un foyer de reproduction, pour certaines catégories des classes dominantes mais, conjointement, la réforme de l'Université moderne ouvre déjà des perspectives de mobilité sociale pour les familles de la petite et moyenne bourgeoisie.

  • 3 Ajoutons cependant quelques précisions, À Bordeaux, les sports athlétiques ont d'autres supports a (...)

9Les quatre clubs qui viennent d'être brièvement décrits sont incontestablement les plus importants de Bordeaux3. De par leurs caractéristiques sociologiques, ils concourent à structurer une configuration générale du sport — des sports athlétiques — à l'échelle de l'agglomération bordelaise.

B - LA STRUCTURATION DU CHAMP SOCIAL DES SPORTS ATHLÉTIQUES

10Les sources documentaires utilisables permettent de "construire" — en termes sociologiques — le champ des pratiques sportives. La configuration de ce champ est particulièrement bien définie dans les années 1905-1910, Pour être plus précis, il convient toutefois de compléter quelques points relatifs à l'évolution des sociétés sportives présentées.

11Le Stade Bordelais devient un club très bien structuré à partir de l'année 1895. Dans l'ensemble, les sociétaires appartiennent à des milieux aisés. Le club fait l'acquisition d'un vaste terrain appelé à devenir son fameux stade Sainte-Germaine. Le S.A.B. procède de même mais il ne peut empêcher, vers 1896-1898, le départ d'excellents athlètes pour le club rival. D'après les informations disponibles, il s'agit de jeunes gens aisés qui, pour certains d'entre eux, ont fait l'apprentissage des sports outre-Manche. Désormais, à l'avenir, le recrutement du S.A.B. se fera surtout au sein de la petite et moyenne bourgeoisie constituée de commerçants, de maîtres-artisans et de petits entrepreneurs de la ville.

12En juin 1901, le Stade Bordelais absorbe officiellement les meilleurs éléments du Bordeaux Université Club et prend l'appellation de Stade Bordelais Université Club. Pourtant, quelques saisons plus tard, les étudiants jugent plus opportun de "rebâtir le club universitaire"… Avec l'aide du dernier secrétaire général du B.U.C., ils retrouvent leur “indépendance" et fondent en avril 1903 le Bordeaux Etudiants Club qui s'affilie immédiatement à l'U.S.F.S.A.

  • 4 Voir par exemple l'article publié par Henri Gasqueton : “Les erreurs de l'U.S.F.S.A." dans la revu (...)

13À ce moment-là, un autre club est constitué par des représentants de la bourgeoisie — catholique ! — liée au commerce des vins : la Vie au Grand Air du Médoc, fondé en 1907, dont les premières installations sportives se trouvent à Mérignac, dans la propriété du "Pin galant". Prônant un amateurisme strict, ses dirigeants s'insurgent souvent contre les procédés utilisés par tel ou tel club opérant dans le giron de l'U.S.F.S.A. Dans l'agglomération bordelaise, la V.G.A.M. est le représentant quasi officiel du Comité Français Interfédéral (C.F.I.)4. Le club entretient de très bonnes relations avec le B.E.C., dont la répartition des classes d'âge et le niveau d'instruction des sociétaires présentent bien des points communs, avec les patronages catholiques (pour les championnats de football-association) ainsi qu'avec la S.A.V. Primrose (pour le lawn-tennis).

14Les jeunes sportifs qui ont fait l'apprentissage des sports athlétiques (football-rugby et athlétisme) dans le cadre des associations scolaires (lycée national de Bordeaux, annexe du "petit lycée" de Talence, Ecole Saint-Genès, Ecole Grand-Lebrun..,) viennent grossir les effectifs du B.E.C., du S.A.B., du S.B.U.C. et de la V.G.A.M. tout en renforçant les tendances "sociales" déjà identifiées au niveau de l'image sociale des différents clubs implantés au sein de l'agglomération bordelaise.

15Ces tendances peuvent être rapportées sur le schéma d'ensemble qui suit.

Fig. 1 - Les clubs de sports athlétiques et l'espace des positions sociales (le cas bordelais)

Fig. 1 - Les clubs de sports athlétiques et l'espace des positions sociales (le cas bordelais)

16Les principaux clubs bordelais se répartissent en fonction de deux axes. Le premier concerne la disposition sociale des groupes de sociétaires (dirigeants et/ou athlètes), avec un continuum de type "préservation statutaire" - "promotion statutaire", Le second axe prend en compte le modèle d'organisation et de recrutement des clubs avec un continuum de type “dispositif ouvert" - "dispositif fermé".

17Au travers des regroupements sportifs, les modes d'appartenance associative dessinent une configuration d'ensemble qui traduit, de façon assez précise, l'organisation structurelle des groupes dominants composant la société bordelaise (dans la période 1895-1910). Les flèches rapportées sur le schéma indiquent certaines évolutions significatives au sein de tel club ou des « ouvertures » témoignées par un club vers un autre. Globalement, les clubs tendent à se répartir selon une "diagonale" allant d'un pôle associant club "fermé" et préservation statutaire à un pôle associant club "ouvert" et promotion statutaire.

  • 5 A cet égard, la démarche peut être rapprochée d'une perspective envisagée par Pierre Bourdieu, "Es (...)
  • 6 Voir en particulier notre communication au 118e congrès annuel des sociétés historiques et scienti (...)

18Dans l'ensemble, la tendance "majoritaire" qui s'exprime dans le recrutement de chacun des différents clubs correspond précisément à des logiques sociales de regroupement affinitaire des personnes et de distinction culturelle. En identifiant ces tendances, ce sont également des fractions des élites sociales et des logiques socio-économiques qui s'imposent à l'analyse5. Mais il ne faut pas s'y tromper. Pour la période considérée, les sports athlétiques intéressent essentiellement les classes dominantes et certains segments sociaux de la moyenne bourgeoisie. En d'autres termes, il est compréhensible que la construction sociologique de l'espace social — bordelais — des clubs et des sports athlétiques ne s'accompagne pas pour autant d’une réelle dispersion géographique au sein de l'agglomération. D'une part, les installations sportives des clubs sont surtout localisées (pour ne pas dire concentrés) sur la bordure ouest-nord-ouest du "Bordeaux chic" : Parc Bordelais, Vélodrome du Parc, Hippodrome du Bouscat, American Park, Stade Sainte-Germaine, premier terrain des sports du S.A.B., club de la S.A.V. Primrose, domaine du Pin Galant de la V.G.A.M., complexe de lawn-tennis du S.B.U.C., domaine de Kater du Golf Club Bordelais, vaste domaine de Bourran du Bordeaux-E.C., etc. D'autre part, la localisation des établissements — privés — d'enseignement secondaire redouble assez précisément cette caractéristique qui témoigné d'un enjeu symbolique et social majeur6. Certaines marques de distance sociale sont largement atténuées par les effets de la proximité spatiale.

19Mais le rayonnement symbolique des clubs sportifs tient aux résultats obtenus dans les championnats et à l'énergie déployée par les dirigeants. Ces deux facteurs ont d'ailleurs une incidence importante sur le renouvellement des effectifs. Comment les données "structurelles", qui viennent d'être repérées, s'articulent-elles avec des logiques "psychologiques" ? Abordons ces aspects à propos de l'accès aux responsablités de dirigeant dans le cadre des clubs sportifs.

C - LA « VOCATION » DE DIRIGEANT SPORTIF

20La prise de responsabilités, qui caractérise les dirigeants du club, mérite d'être détaillée. Comment doit-on comprendre le sens de cette démarche ? Ce rôle spécifique se définit comme un engagement situationnel et finalisé qui comporte à l'évidence une dimension consciente, d'expression volontaire, et une dimension de maîtrise des ressources, liées, d'une certaine manière, à une sollicitation de l’entourage. Incontestablement, l'essor associatif des sports athlétiques permet d'innover et d’enrichir le répertoire des rôles publics disponibles à l'échelle de la société bordelaise. A ce titre, la production de rôles sportifs, qui résulte en partie d'une diversification des tâches et de la division du travail au sein du club, est par elle-même génératrice d'invention sociale et/ou culturelle.

21L'individu, capable de combiner les situations et de dépasser de manière originale les limites qui séparent ses engagements respectifs (d'ordre professionnel, social, culturel, idéologique, confessionnel, familial...), fait naître un rôle inédit — celui de dirigeant sportif — à l'intersection de ces situations, Toute l'imagerie de l'« esprit d'entreprise » trouve ici sa pleine justification. Et la croyance partagée au sujet de "la concurrence sportive" opérant entre les clubs renforce les motifs et réactive les motivations nourrissant cet engagement.

  • 7 Jean Dumas, "Entre distinction et reconnaissance : les élites locales", in Sylvie Guillaume et al.(...)

22Pour les acteurs se situant dans un processus d'ascension sociale, la réussite professionnelle et le « devoir » d'implication associative dans le sport forment deux aspects complémentaires d'une expression singulière. Autrement dit, la « vocation » de dirigeant contribue à la construction progressive, psychologique, raisonnée et symbolique, d'une identité sociale personnelle. Et pareil engagement dans le cadre du domaine sportif suscite la définition positive d'une reconnaissance collective locale ou tout au moins favorise son expression7.

23Encore faut-il distinguer deux cas de figure possibles. Lorsque certains représentants de la haute bourgeoisie des Chartrons fondent la Société Athlétique de la Villa Primrose, en 1897, il ne saurait s'agir de la recherche d'une valorisation statutaire ou d'une reconnaissance sociale (qui est déjà acquise de fait). Dans les années 1895, ces familles pratiquent le lawn-tennis, à la belle saison, dans deux ou trois propriétés des environs de Bordeaux, "Bel Sito" et "La Cruz", situées à Floirac sur le coteau qui domine le fleuve. Certains de leurs membres se retrouvent également au jeu de paume de la rue Rolland. Quelque temps plus tard, à l'occasion d'une réunion tenue à la villa Balaresque, ces sportifs décident de fonder la S.A.V.P. afin de mieux structurer entre familiers leur activité sportive et, par la suite, de développer la compétition en s'affiliant à l'U.S.F.S.A. Quelques années plus tard, grâce à la S.A.V.P., Bordeaux s'affirme comme le deuxième foyer de rayonnement du lawn-tennis, immédiatement après la Capitale.

  • 8 À notre avis, ces dispositions ne conviennent pas à certains jeunes appartenant aux milieux aisés (...)

24Pour aborder le second cas de figure possible, examinons le processus de représentation notabiliaire tel qu'il apparaît dans le "patronage" du Stade Bordelais, à partir de 1 892 et pour s'affirmer dans les décennies suivantes. En 1892-94, les dirigeants du club recherchent une reconnaissance publique. Ils pensent que ceux des acteurs sociaux qui exercent les responsabilités les plus élevées dans les différents corps constitués de l'Etat (administration, enseignement, armée, municipalité,..) doivent encourager et légitimer la pratique associative du sport. « Ludus pro Patria » : telle est d'ailleurs la devise de l'U.S.F.S.A. Les personnalités sont censées répondre — idéologiquement — des orientations du club et moralement de ses activités. À l'époque, ce patronage d'honneur est plus facilement accordé aux sociétés laïques de tir et/ou de gymnastique, à l'idéal patriotique plus explicite, ainsi qu'aux cercles d'escrime8.

25En 1895-96, compte tenu du souhait manifesté de disposer de ses propres installations sportives et de développer la compétition sportive, le club change délibérément de stratégie. Des acteurs bordelais, qui exercent des responsabilités économiques, sont sollicités pour favoriser l'activité sportive du club et assurer son essor. Dès lors, le patronage du Stade Bordelais échoit à quelques grands acteurs de la vie économique bordelaise. Ces personnalités sont censées répondre — économiquement — des prestations et des ambitions sportives du club. Elles en maîtrisent la dimension financière, L'honorabilité du statut de dirigeant est à ce prix. Au Stade Bordelais, ce sont des membres de la bourgeoisie libérale, occupant des postes de direction, d'encadrement et de service (affaires maritimes, commerce international...) qui tiennent les rênes. Sans ancienneté de titre de fortune familiale, arrivés parfois de fraîche date à Bordeaux, assez souvent diplômés, ils accèdent par la médiation de l'engagement sportif à la notoriété et au prestige.

26Désormais, l'activité du club suppose une prise directe sur le monde social et la définition de moyens adéquats pour atteindre un objectif défini d'avance : la victoire, un titre de champion. L'expression associative de type "communautaire" se double ainsi d'une dimension véritablement sociétale, supposant l'engagement volontaire des élites locales et la mise en scène sportive de l'identité locale.

27La pratique sportive s'accompagne d'une différenciation symbolique du territoire national (couvert par l'U.S.F.S.A.) et d'une identification, elle-même symbolique, autour de la localité, et matérialisée par la compétition entre clubs (régis par l'U.S.F.S.A.). A la symbolique unificatrice (et non personnalisée) du « Ludus pro Patria » se substitue dans les faits celle, nécessairement personnalisée, du « Ludus pro loco » : le jeu pour la défense du lieu singulier, du territoire familier, de la région ! La nouvelle formule mobilise effectivement les énergies stadistes à partir des années 1895 et suivantes. Quelques années plus tard, la presse sportive va largement contribuer sinon à la construction de cette identification symbolique, tout au moins à sa promotion.

II- LES DIRIGEANTS DE CLUBS. RESPONSABILITÉS ASSOCIATIVES ET DIMENSIONS SOCIALES

A - LES ÉLITES SOCIALES ET LA PROMOTION DU SPORT

28Le cas du Stade Bordelais est intéressant car il s'agit en fait d'un "système" d'organisation relativement ouvert. L'étude sociologique de l'appartenance sociale de ses dirigeants, tant au niveau du club que des sections, ainsi que la situation socio-professionnelle de la principale section sportive, en l'occurrence celle du football-rugby, permet d'identifier différents groupes. Voyons cela pour la période 1895-1914 qui est essentielle pour comprendre le développement du club bordelais.

29L'identification socio-professionnelle des acteurs contribuant à l'activité du club montre que le sport livre un ensemble d'indices sur les transformations sociales locales. Mieux, il est probablement un facteur de changement social, D'une certaine façon, il participe à la modernisation de la société. Les sources documentaires disponibles confirment que plusieurs groupes contribuent à l'affirmation de la visibilité sociale du club. Ces groupes composent autant de fractions constitutives des élites sociales bordelaises. On peut établir la répartition détaillée suivante :

  • les élites économiques traditionnelles des dynasties marchandes, négociants en vins et spiritueux, armateurs, propriétaires des vignobles prestigieux et autres banquiers, appartenant au "pavé des Chartrons", érigées en patriciat et donnant à Bordeaux une physionomie anglaise ou germanique, sont représentées par quelques personnalités (mais cette catégorie se retrouve majoritairement à la S.A.V.P. et au Golf Club Bordelais) ;
  • la bourgeoisie d'encadrement et de direction, en poste dans les affaires maritimes et coloniales, est particulièrement bien représentée dans le cadre du club. Récemment structurée, elle joue un rôle déterminant dans l'administration du « Stade Bordelais ». Deux sous-ensembles peuvent être distingués. À côté des Bordelais de souche se retrouvent les membres de la "colonie" anglaise de Bordeaux bien installée aux commandes d'entreprises liées aux activités portuaires internationales ;
  • les propriétaires viticulteurs, opérant dans des terroirs de second rang ou de vin courant, et des techniciens supérieurs spécialistes d'œnologie, sont présents dans le cadre du club ;
  • les "Rousselins" de la vieille ville, ces commerçants-négociants de gros et de détail (surtout en denrées alimentaires), qui ne sont pas vraiment admis dans les cercles des Chartrons, disposent de plusieurs représentants au sein du club. (Cette catégorie est particulièrement présente dans l'appareil dirigeant du S.A.B.) ;
  • la "bourgeoisie" de service, qui se caractérisé par des personnalités issues des grandes écoles (d'ingénieurs …) ou de l'université (avec les médecins et les juristes), dispose de quelques représentants au sein du « Stade » ;
  • les élites intellectuelles et artistiques ne sont pas absentes du club bordelais puisque quelques membres actifs affichent une profession d'écrivain ou de journaliste ;
  • les commis-négociants et autres employés ou représentants de commerce, appartenant aux nouvelles classes intermédiaires (opérant généralement dans des entreprises du secteur tertiaire dont les patrons, en situation majoritaire au sein des dirigeants du club, sont identifiés ci-dessus) se trouvent bien représentés parmi les sociétaires du club ;
  • les étudiants inscrits dans les Facultés de Bordeaux (médecine et droit en particulier) forment une catégorie assez bien représentée dans plusieurs sections sportives du club. (C’est cependant au B.U.C. et par la suite au B.E.C. qu'ils sont les plus nombreux).

30Les deux dernières composantes citées s'apparentent en partie aux élites dans la mesure où leur statut social du moment est appelé à se modifier dans le sens d'une promotion socio-professionnelle.

  • 9 On assiste à une laïcisation des rapports sociaux, L'appartenance confessionnelle relève de la sph (...)

31On retiendra la composition diversifiée de l'appartenance sociale — et confessionnelle9 — des dirigeants du Stade Bordelais U.C. Cette configuration est originale par rapport à la situation caractérisant d'autres sociétés sportives locales, Le nombre de sociétaires actifs (près de 400 athlètes en 1914) répartis en neuf disciplines (recrutant dans des milieux sociaux divers), témoigne à sa manière d'une ouverture sociale. La puissance notabiliaire du club tient à deux traits majeurs : d'une part l'importance du sous-groupe constitué par les dirigeants du secteur tertiaire directement lié aux activités portuaires, d'autre part l'effet de réseau inhérent au pluralisme des groupes d'élites associés à la réussite sportive du club. Encore faut-il distinguer entre plusieurs cercles de responsabilités au sein du Stade Bordelais U.C. Entendu au sens strict, l'appareil dirigeant (ou exécutif du club) correspond au modèle inauguré en 1895 avec l'accès à la présidence de James S. Shearer. Par la suite, vers 1900, ce dispositif se complète par la structuration d'un deuxième cercle de dirigeants à vocation plus notabiliaire. Un troisième cercle, simplement "honorifique" celui-là, rassemble les membres honoraires et autres sympathisants acquis aux activités du club bordelais.

B - UNE REPRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ EN TERMES DE « STRATIFICATION »

  • 10 Stanley Hoffmann, "Paradoxe de la communauté politique française", in S. Hoffmann et al. : A la re (...)

32Envisager la notion de « stratification » comme une représentation sociale plus ou moins cohérente et partagée revient à identifier un modèle de société qui éclaire sur les manières de penser et d'agir des intéressés, sur leurs croyances et sur leurs convictions. En d'autres termes, une telle représentation est aux antipodes d'une vision antagoniste reposant sur des oppositions de classes ou sur la dénonciation d'une quelconque exploitation de l'homme par l'homme. Au contraire, elle suppose une croyance relativement bien établie en matière de mobilité sociale et de possibilités de promotion individuelle. Pareille conception — identifiable à certains groupes — paraît s'accorder avec l'idéologie du consensus social. Pour autant, cette idéologie du « consensus », qui caractérise la culture des milieux aisés durant la IIIème République, ne doit pas prêter à équivoque10. Il s'agit bien d'une société de structure capitaliste, marquée par de profondes inégalités sociales, dont nous traitons. En revanche, l'essor des clubs sportifs, paraît s'accompagner de formes de promotion sociale, du fait par exemple de la recomposition des secteurs économiques et de la démocratisation — relative, il est vrai — de l'enseignement secondaire. Ces aspects sont perceptibles tant au niveau des dirigeants que des pratiquants sportifs. Il n'est pas question de laisser entendre que l'expansion économique bordelaise s'accompagne d'une réelle démocratie politique ni même d'un souci obligé d'égalitarisme social. Pour autant, il semble que la pratique associative des sports athlétiques s'accorde bien avec l'expression de certains phénomènes de « mobilité sociale » et avec une représentation de la société en termes de « stratification ».

  • 11 Cette hypothèse n'est d'ailleurs pas incompatible avec le constat de la reconstitution du club uni (...)

33Développons le propos. Le commentaire qui suit s'applique à la période 1895-1914 et prend en considération le club pour lequel les données sociologiques sont les mieux établies. Les responsables du Stade Bordelais U.C. jouissent d'une puissance économique reconnue, du fait de leur situation professionnelle. Ceci étant rappelé, les "sportifs" de la cité bordelaise adhèrent volontiers aux ambitions du club, tandis que les sociétaires manifestent leur entière confiance dans l'action déployée par ces dirigeants. Bien sûr, pareille reconnaissance de compétence correspond à un trait qui peut être mis en relation avec l'appartenance socio-professionnelle des principaux responsables du S.B.U.C. Il s'agit dans l'ensemble de "patrons" opérant dans le secteur tertiaire et/ou dans des services publics. On ne décompte aucun représentant du monde industriel, ni même de la bourgeoisie financière, c'est à-dire aucun des agents pouvant symboliser, auprès des gens de modeste condition, la "contradiction" flagrante entre profit économique et justice sociale... Dans le cadre du S.B.U.C., la fonction de dirigeant et l'engagement sportif ne sont pas véritablement perçus comme l'expression d'un quelconque paternalisme. Pour la même raison, on soulignera que la représentation sociale des notables appartenant à la tradition du grand négoce bordelais se limite à quelques noms. Ces "dynasties" se retrouvent plus volontiers dans le cadre de la S.A.V.P. ou du Golf Club Bordelais. Dans l'ensemble, nouvellement promues, les élites sociales qui président aux destinées du « Stade » ne sont pas — encore — constituées en aristocratie locale du négoce ou en notables du service public. Par ailleurs, il n'est pas exclu de penser que l'esprit d'un "capitalisme à l'anglaise", incarné par des cadres venus d'outre-Manche, ait fait l'objet d'une certaine valorisation "collective" au sein du club. De nombreux sociétaires qui composent l'effectif des pratiquants sportifs appartiennent aux catégories socio-professionnelles intermédiaires du secteur tertiaire : employés, représentants, commis-négociants.., Ils sont promis à une probable promotion professionnelle et ils perçoivent la position occupée par les dirigeants du « Stade » selon une continuité hiérarchique, sous forme de stratification sociale, et non en termes d'opposition ou d'exclusion socio-économique de classes11, Enfin, l'ouverture progressive de l'enseignement secondaire, et à un moindre degré celui de l'enseignement supérieur, permet à la petite bourgeoisie de nourrir quelque ambition de promotion sociale pour sa progéniture. Les diplômes autorisent l'accession à des emplois de la fonction publique ou à certaines professions libérales, Le B.E.C., le S.B.U.C. et le SA.B. essayent d'occuper une position avantageuse par rapport aux divers établissements d'enseignement secondaire, afin d'asseoir le renouvellement de leurs effectifs.

34Evidemment, seule une enquête approfondie, reposant sur des données statistiques, permettrait de vérifier, à l'échelle de l'agglomération bordelaise, la validité exacte de cette interprétation relative à une « représentation » — partagée — de la société en termes de stratification et d'aspiration à la mobilité sociale. Par ailleurs, on disposerait ainsi de critères fiables pour définir de façon plus précise, dans le domaine étudié, les modes d'articulation entre « classes dominantes » et « classes moyennes ».

C- LE CLUB SPORTIF : UN LIEU PRIVILÉGIÉ DE L'ÉCHANGE SOCIAL

  • 12 Pierre Arnaud et Jean Camy, La naissance du mouvement sportif associatif en France. Lyon : P.U.L 1 (...)
  • 13 Histoire du sport en France. Du Stade Bordelais au S.B.U.C. (1889-1939) op. cit.

35Un autre aspect mérite d'être abordé. Le club sportif s'impose comme un lieu privilégié d'échange social, Les travaux de Maurice Agulhon, traitant des cercles et des associations, ont démontré de façon magistrale comment l'"espace public" moderne se construit en partie grâce à l'associationnisme, Cette "mutation de sociabilité" a été ensuite envisagée au niveau des sociétés gymniques et sportives par Pierre Arnaud et Jean Camy12. Le statut juridique des associations, avec la loi du 1er juillet 1901, l'engagement bénévole et le militantisme sportif contribuent activement au développement de l'idée démocratique. En outre, l'étude détaillée de l'histoire du Stade Bordelais U.C.13 permet d'avancer également d'autres propositions générales.

  • 14 Jean-Pierre AUGUSTIN et Alain GARRIGOU, Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le (...)

36Dans les sections au recrutement relativement aisé, comme dans celles qui montrent un recrutement beaucoup plus populaire, le sport remplit une fonction intégratrice. A plusieurs niveaux, il peut concerner des individus en situation d'ascension sociale et en quête d'identité statutaire. Par-delà les différences socio-culturelles et économiques des acteurs en présence, le club définit un code commun d'expression sociale et culturelle. Ceci étant note, on constate également comment des actions volontaires sont directement à l'origine de l'émergence des rôles et des prises de rôles dans le processus de représentation notabiliaire. Dans un ouvrage connu, Alain Garrigou et Jean Pierre Augustin ont fort bien analysé cette caractéristique14. Les auteurs appréhendent les "pouvoirs associatifs" comme "une relation inégalitaire de décideurs (les dirigeants) et de dépendants" (les athlètes). Toutefois, l'asymetrie des ressources, au sein du club, n'est ni simple ni unilatérale, Bien au contraire, il y a une double circulation des biens (investissements et rétributions, d'ordre symbolique et/ou matériel) intéressant respectivement les dirigeants et les athlètes. Chacun tend à y (re)trouver son compte ! Le club sportif est le lieu d'un « échangé social » fondé sur un double système de gratifications qui s'articule progressivement sur une spécification de plus en plus nette des classes d'âge et/ou des niveaux socio-économiques. Néanmoins, divers jeunes sportifs issus de milieux modestes vont obtenir rapidement un emploi ou trouver des occasions favorables d'émancipation professionnelle et d'élévation personnelle grâce au vaste réseau relationnel tissé par le « Stade » au sein de la région bordelaise, Plusieurs champions du club vont occuper des postes importants de représentants de commerce ou de commis (aujourd'hui, on parlerait de cadres technico-commerciaux ou de cadres en relations publiques d'entreprise). Les échelles de stratification sociale sont compatibles avec des logiques de mobilité socio-professionnelle. Au S.B.U.C., cette situation est déjà bien établie à la veille de la Première Guerre mondiale.

37Le rayonnement du club s'impose d'abord grâce à l'instauration durable d'une « solidarité restreinte » par laquelle le groupe constitue sa communauté de valeurs et d'actions. Dès lors des échanges peuvent s'établir, à l'interface des ressources culturelles (la direction du club ou l'accomplissement de performances sportives) et de ressources économiques (la réunion des fonds nécessaires à l'activité du club ou la promotion socio-professionnelle des athlètes).

38À Bordeaux, c'est incontestablement le Stade Bordelais qui a le premier "inventé" et expérimenté cette articulation majeure entre la « vie sociale et économique » et la « vie sportive ». De nombreux jeunes stadistes vont trouver un emploi à leur convenance grâce au rayonnement professionnel et économique des dirigeants du club. Ces derniers font d'ailleurs figure de "notables" par plusieurs traits caractéristiques : personnalité, relations, fonctions, puissance économique... Grâce à ces liens relationnels, avec leurs incidences socio-professionnelles manifestes, le S.B.U.C. s'est imposé sans nul doute comme un vaste réseau social — de loyautés et de solidarités — déployé à l'intersection d'autres ensembles organisés de la vie bordelaise.

39Ce dispositif a été également mis en place, dans la mesure du possible, par les autres clubs locaux : concurrence sportive oblige ! Il conviendrait d'analyser de la même façon la dynamique des différents clubs implantés dans l'agglomération bordelaise. Toutefois, malgré l'état lacunaire et incomplet des données documentaires, une idée générale paraît s'imposer. Au tournant du siècle, le modèle de l'association sportive devient un lieu formalisé dans lequel se définissent des échanges sociaux contribuant à la transformation de la société locale et ponctuellement à la définition de trajectoires individuelles de promotion sociale. D'une certaine façon, l'élan associatif reflète la modernisation de la vie en collectivité.

CONCLUSION

  • 15 Nous renvoyons ici aux travaux de Georges DUPEUX publiés en 1969 dans l'ouvrage Bordeaux au XIXe s (...)

40Cette étude avait pour objectif, rappelons-le, d'élaborer un cadre de référence sociologique (et socio-historique) permettant d'articuler, à l'échelle de l'agglomération bordelaise, la répartition "structurelle" des clubs de sports athlétiques, la logique de l'engagement associatif, principalement au niveau des appareils dirigeants de clubs, et la dynamique socio-économique locale. Les données disponibles rassemblées sur la période considérée (1889-1914) montrent que les trois plans identifiés entretiennent des liens évidents. Les années "charnières" 1895-1897, décisives pour l'institutionnalisation des sports athlétiques à Bordeaux, le sont également en matière de reprise — et même de renouveau — économique pour les activités portuaires, mais également pour la vie publique locale qui voit son personnel politique se renouveler presque entièrement15.

41Conjointement, il paraît indispensable d'élargir la perspective en procédant à des approches comparatives, par exemple entre agglomérations urbaines, afin de mieux évaluer l'incidence locale de tel ou tel facteur. A ce propos, rappelons combien les rassemblements annuels du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (C.T.H.S.), impulsés depuis 1991 par Pierre Arnaud permettent désormais d'envisager une analyse comparée de la genèse du sport associatif et de la structuration progressive de l'espace sportif français.

  • 16 S. Hoffmann, op. cit., p. 18, Voir également l'ouvrage de Charles-Henry CUIN : Les sociologues et (...)

42Les travaux d'historiens ou de sociologues — qui portent, sous forme de synthèses, sur la période retenue dans notre étude — insistent volontiers sur "l'existence d'un consensus très large sur une forme d'« équilibre » qui acceptait la mobilité sociale et l'évolution vers une société industrielle, mais à l'intérieur de limites très nettes et selon des règles bien définies"16. Sans doute ce consensus est-il largement inspiré par la culture traditionnelle bourgeoise avec l'influence des valeurs de cette classe sur les manières d'être, de penser et d'agir...

43Il ne faut pas idéaliser les phénomènes de « mobilité sociale » par-delà les constats qui ont été établis autour de la pratique associative des sports athlétiques, pas plus qu'il ne s'agit d'idéaliser la fonction sociale et intégratrice du sport. C'est trop clair. Toutefois, il semble bien que divers facteurs — d'ordre structurel, socio-géographique, institutionnel, idéologique — sont susceptibles d'expliquer l'importance (dans les années 1896-1914) de certains processus de promotion sociale (dont toutefois le prolétariat urbain, les ouvriers, les employés en général et bon nombre d'artisans ne peuvent bénéficier), Si la société française de l'époque a pu être considérée par Stanley Hoffmann comme "un curieux mélange" de deux modèles, c'est-à-dire "vraiment ni dynamique ni statique", il n'est pas interdit de penser que la société bordelaise du moment a pu témoigner d'un dynamisme plus marqué que dans d'autres grandes métropoles du pays. L'implantation précoce des sports athlétiques et de leur diffusion sociale en est sans nul doute une des preuves indirectes.

Notes

1 Ce travail de recherche s'inscrit dans le prolongement de notre ouvrage : Histoire du sport en France. Du Stade Bordelais au S.B.U.C. [1889-1939], Talence : M.S.H.A., 1993, D'autres textes présentes dans le cadre des congrès du Comité des Travaux Historiques Scientifiques (C.T.H.S.) nous ont également permis de détailler plusieurs aspects des débuts du phénomène sportif à Bordeaux,

2 À Paris, la même année se met en place l'Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques (U.S.F.S.A.). Elle est constituée le 31 janvier 1889 à l'initiative des deux sociétés sportives parisiennes : le Racing Club de France et le Stade Français. Le club bordelais s'affilie à l‘Union dès l'année suivante,

3 Ajoutons cependant quelques précisions, À Bordeaux, les sports athlétiques ont d'autres supports associatifs que les clubs mentionnés tel le Club Athlétique Béglais, fondé en mars 1907 et implante au sud de l'agglomération, dans une banlieue populaire ; d’autres univers sportifs coexistent (vélocipédie, aviron, escrime...) ; d'autres formes fédérées de pratiques d'exercice également (gymnastique, tir,..). Si le tir et la gymnastique recrutent surtout parmi les classes populaires, on doit noter que les patronages catholiques, par exemple, s'ouvrent progressivement aux sports athlétiques vers 1905. Sur ce point, se reporter à l'article de Jean-Pierre Augustin, "Les patronages bordelais dans le mouvement sportif au début du siècle", Revue historique de Bordeaux et de la Gironde, 1982, no 2, p. 125-133.

4 Voir par exemple l'article publié par Henri Gasqueton : “Les erreurs de l'U.S.F.S.A." dans la revue Théâtre-Sports de novembre 1910 (no 23). "C'est ainsi que d'eux-mêmes les sportsmen véritables, amis du Progrès, se sont ralliés au C.F.I. qui respecte le droit de chacun, les autres, les politiciens qui cherchent avant tout leur intérêt personnel, se sont tournés vers l'U.S.F.S.A," (cit. p. 100). La V.G.A.M. est rattachée au C.F.I par l'intermédiaire de la Fédération Cycliste et Athlétique Française.

5 A cet égard, la démarche peut être rapprochée d'une perspective envisagée par Pierre Bourdieu, "Espace social et pouvoir symbolique", Choses dites, Paris : Minuit, 1987, p. 147-166.

6 Voir en particulier notre communication au 118e congrès annuel des sociétés historiques et scientifiques (Pau) : "La gymnastique, les jeux d'exercice et les sports dans les établissements secondaires bordelais (1900-1914). Eléments pour une sociologie de l'éducation". A paraître, 1995.

7 Jean Dumas, "Entre distinction et reconnaissance : les élites locales", in Sylvie Guillaume et al. : Les Elites Fins de Siècle. XIXe-XXe siècles, Talence : M.S.H.A., 1992, p. 13-17.

8 À notre avis, ces dispositions ne conviennent pas à certains jeunes appartenant aux milieux aisés impliqués dans le négoce portuaire et maritime. Ces adeptes des sports athlétiques se rassemblent alors dans le cadre du Sport Athlétique Bordelais. Plusieurs d'entre eux vont ensuite quitter le S.A.B. pour le Stade Bordelais qui a redéfini entre-temps sa "politique" à l'occasion de son assemblée générale du 16 janvier 1895.

9 On assiste à une laïcisation des rapports sociaux, L'appartenance confessionnelle relève de la sphère privée. Lorsque les élites catholiques témoignent d'une activité militante en faveur de l'éducation physique des jeunes, c'est uniquement dans le cadre de l'Union des patronages catholiques, Ces "patros" recrutent dans les milieux d'employés, d'ouvriers et d'artisans, selon l'implantation socio-géographique des diverses paroisses, Ce « patronage » de la jeunesse illustre, à sa manière, l'idéologie du consensus social.

10 Stanley Hoffmann, "Paradoxe de la communauté politique française", in S. Hoffmann et al. : A la recherche de la France (In Search of France, 1963), Paris : Seuil, 1963, Voir en particulier : "La synthèse républicaine", p. 17-33.

11 Cette hypothèse n'est d'ailleurs pas incompatible avec le constat de la reconstitution du club universitaire en 1903 sous l'appellation de Bordeaux Etudiants Club. Dans ce cas précis, oppositions et divergences de vues s'expliquent par la revendication juvénile d'une spécificité étudiante, exprimée en termes d'affirmation culturelle d'une classe d'âge spécifique, et d'une formation intellectuelle de type universitaire.

12 Pierre Arnaud et Jean Camy, La naissance du mouvement sportif associatif en France. Lyon : P.U.L 1986. Voir également l’ouvrage de Pierre Arnaud (sous la direction de) : Les Athlètes de la République Gymnastique, sport et idéologie républicaine [1870-1914], Toulouse : Privat, 1987.

13 Histoire du sport en France. Du Stade Bordelais au S.B.U.C. (1889-1939) op. cit.

14 Jean-Pierre AUGUSTIN et Alain GARRIGOU, Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le pouvoir et les notables, Bordeaux : Le Mascaret, 1985. Un tel dispositif est particulièrement visible pour les clubs implantés dans les villes moyennes ou petites, et occupant une position hégémonique (op. cit, p, 210-218), Dans une grande agglomération, abritant divers clubs sportifs, le « jeu » reste toujours plus ouvert.

15 Nous renvoyons ici aux travaux de Georges DUPEUX publiés en 1969 dans l'ouvrage Bordeaux au XIXe siècle : "La reprise (1896-1914)", qui met fin aux années difficiles (1885-1895), p. 388 et suivantes "Les milieux dirigeants à Bordeaux sous la IIIe République", p. 340 et suivantes. L’auteur montre comment se produit le renouvellement du personnel politique bordelais, entre 1896 et 1902. Mais Bordeaux reste "une ville républicaine". Pour autant, "sur le plan de la représentation des catégories sociales, le renouvellement des générations n'a rien changé ou presque," Le conseil municipal est dominé par deux catégories : celle des négociants (négociants proprement dits, armateurs, banquiers), celle des professions libérales (métiers du droit, médecins, ingénieurs, professeurs de Faculté).

16 S. Hoffmann, op. cit., p. 18, Voir également l'ouvrage de Charles-Henry CUIN : Les sociologues et la mobilité sociale, Paris : P.U.F. 1993, Pour la période qui nous intéresse, se reporter en particulier au chapitre 4, "La société française et la mobilité sociale”, p. 143-169.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Les clubs de sports athlétiques et l'espace des positions sociales (le cas bordelais)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540