Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

3. Nouveaux "espaces" sportifs et nouvelles formes d'action collective

Espaces publics et pratiques sportives dans l'agglomération grenobloise

Jean-Claude Salomon, Pierre Chifflet et Patrick Bouchet

Texte intégral

la notion d'espaces ouverts sportifs

1Historiquement la pratique sportive fédérale a induit un type d'équipement important répondant à des pratiques normalisées. Ces équipements constituent une offre multiforme : piscines, gymnases, terrains de tennis, de football, de golf. Souvent en milieu urbain ou péri-urbain, ils répondent, dès leur conception, à des demandes institutionnelles fédérales et à des pratiques sportives précises. Les pratiques sportives nouvelles plus diffuses, liées aux loisirs, ayant une représentation institutionnelle plus faible, une histoire plus récente, s'expriment inversement dans des espaces publics non conçus pour elles à l'origine, Ces pratiques détournent parfois les espaces sportifs de leur fonction initiale de communication urbaine ou de détente. Des inorganisés qui y pratiquent une ou plusieurs activités physiques, sans encadrement officiel, adhérents ou non à un club fédéral, créent des liens entre espaces urbains et pratiques sportives.

2Le développement des agglomérations, a ainsi provoqué des investissements sportifs :

  • dans des lieux traditionnels comme les stades, les plateaux sportifs, qui en dehors des horaires d'utilisation par l'éducation physique ou le sport fédéral, peuvent devenir des sites se caractérisant par un accès libre, où on observe des pratiques de loisirs de la part des inorganisés ;
  • dans des lieux, autrefois non conventionnels comme les berges et les digues de rivière où se pratique le jogging ; les places et les trottoirs où les adolescents mettent en scène leur maîtrise du roller-skate ; les parkings qui, le week-end, se métamorphosent en lieux animés par une partie de football ou de tennis improvisée ;
  • dans des espaces plus ou moins aménagés favorisant une forme de retour à la nature par l'intermédiaire du V.T.T. ou de l'escalade.

3Ces lieux dans les villes ou à proximité peuvent ainsi se caractériser par des paramètres spécifiques les distinguant les uns des autres, En effet, la probabilité d'observer certaines pratiques de loisirs, à caractère ludique ou "auto-compétitif", sur des espaces publics urbains ou péri-urbains, dépend fondamentalement de trois contraintes objectives :

  • celle du temps : les pratiques sportives s'adaptent au rythme professionnel ou scolaire ou plus simplement au rythme quotidien pour les mères de familles ou les retraités ;
  • celle de la distance : l'investissement de l'espace public dépend de sa proximité ;
  • celle de la qualité de l'aménagement et de l'environnement humain et naturel du site.

4Ces caractéristiques qualifient l'espace en tant que support de la pratique, Mais, l'espace, ici de loisirs ou d'agrément, va bien au-delà de ses caractéristiques physiques. Des pratiquants l'investissent, s'y déplacent et l'utilisent pour des usages très différents, de la promenade à la pratique sportive. Ils lui attribuent ainsi une certaine signification symbolique, mélange de données objectives vis-à-vis de l'environnement humain et physique du site, et de données subjectives symboliques, fonction de leurs propres représentations.

5Les données objectives et les données symboliques interfèrent continuellement lors de l'appropriation de l'espace par le sportif. La fréquentation, le type de public, le type d'activité sportive sont des indicateurs de cet ajustement. Ces indicateurs permettent alors d'expliquer pourquoi certaines pratiques sportives se développent, d'autres stagnent ou disparaissent.

les procédures d'une recherche

6Une recherche a été entreprise en 1993, pour caractériser les liens entre l'offre en matière d'espaces publics et la demande des pratiquants sportifs accédant à ces sites dans l'agglomération grenobloise (23 communes constituant le Syndicat Intercommunal regroupant près de 400 000 habitants).

7L'hypothèse peut être émise que les caractéristiques objectives des sites imposent un public spécifique qui fonctionne soit sur un modèle de type "entretien physique", soit sur un modèle familial de type "loisirs" pour les adultes, soit sur un modèle de type "fun" pour les adolescents.

8Pour vérifier cette hypothèse, la démarche générale de l'étude a été organisée ainsi :

9a) Inventorier tous les sites existant sur l'agglomération grenobloise répondant à la définition des espaces ouverts. Tout espace qui peut devenir, ne serait-ce qu'un instant, le support d'une pratique sportive, (par exemple de manière éphémère avec une pratique "déambulatoire") a été retenu, Le recensement a été effectué de la manière la plus exhaustive possible : parcours de tous les chemins, rues, cours d'immeubles, parcs, squares, à des heures différentes de la journée. De plus, des cartographies municipales des espaces verts, délivrées par les mairies ou des associations de randonneurs, ont complété les informations, surtout au niveau des sentiers pédestres. Une fiche d'observation recensait les informations principales caractérisant ces sites.

  • le nom du site, son adresse ;
  • la description du lieu (sol, surface) ;
  • les moyens de transports pour s'y rendre ;
  • l'activité dominante ou les activités secondaires par ordre décroissant ;
  • l'observation globale des pratiquants (quantité et répartition par age et sexe),

10b) Caractériser les sites ouverts répertoriés à partir de 5 types de paramètres

  • la fonction première du site. Tous les sites ouverts ont une fonction prioritaire qui est à l'origine de leur création ou de leur justification politique. Ces fonctions peuvent être, soit spécifiquement urbaines de déplacement (rue, parkings, trottoir,...), soit d'embellissement, de détente (parcs, squares, grands espaces de loisirs,...), soit de pratiques sportives spécifiques (escalade, parcours santé...).
  • le support physique dominant sur le site (béton, macadam, gravier, pelouse...) ;
  • la surface totale du site ;
  • l'activité principale ou secondaire se déroulant sur le site ;
  • le positionnement géographique par rapport au centre de l'agglomération.

11c) réaliser des études de cas pour mettre en valeur la spécificité de chaque public rencontré sur ce site. Pour chaque groupe, nous avons croisé les critères d'espace définis préalablement et la ou les pratique(s) sportive(s), afin de caractériser quelques sites significatifs, à partir desquels une étude quantitative de fréquentation et un questionnaire d'attitude ont été mis en place.

12L'enquête a été réalisée au cours du deuxième trimestre de 1993.

13Sur chaque site étudié, la même méthodologie de recensement des données a été mise en œuvre à partir d'une fiche permettant de situer la fréquentation pendant une semaine du mois d'avril par temps clément, à trois moments différents de la semaine (un jour ouvrable, le mercredi et le dimanche). Les données relatives à chaque regroupement d'espace ont été synthétisées en fonction :

  • de données quantitatives vis-à-vis des pratiquants ;
  • de données quantitatives vis-à-vis des pratiques sportives apparaissant sur ces espaces,

14Sur chaque site étudié, 25 personnes ont été interrogées à deux moments différents, qui semblaient les plus pertinents en fonction des résultats de l'enquête de fréquentation. Les résultats des questionnaires ont été synthétisés, afin de déterminer les attitudes générales des publics.

les sites ouverts de l'agglomération grenobloise

15La position géographique de Grenoble (ville de plaine située à 200 m d'altitude), adossée aux contreforts de la Chartreuse a engendré un développement urbain dans les deux vallées de l'Isère et du Drac, Les communes du SIEPARG, se sont d'abord étendues plutôt vers le sud, dans la plaine formée par la confluence des deux rivières, qui constitue ce que l'on appelle "I'Ύ grenoblois". Un développement très important le long des axes de communication routiers et autoroutiers s'est produit ensuite dans les années 1960 et 1970 (pendant et après les Jeux olympiques). À l'urbanisation constituée par Grenoble et ses proches banlieues industrielles (Fontaine, St-Martin-d'Hères, Echirolles...) déjà relativement dense s'est ajoutée par auréoles successives et de plus en plus éloignées du centre de Grenoble, une urbanisation périphérique moins dense dans les années 1970-1980, Le visage du SIEPARG, en 1993, présente ainsi un ensemble de 23 communes avec de plus en plus d'espace agricole ou de loisir en allant du centre à la périphérie, organisé en trois zones :

  1. une zone centrale (Z.C.) représentée par la ville de Grenoble ;
  2. une zone intermédiaire (Z.I.), constituée de communes en contact avec la ville de Grenoble (mais également avec celles qui sont plus périphériques), correspondant à la première couronne de développement urbain ;
  3. une zone périphérique (Z,P.), de communes qui ont des contacts avec les communes de la zone intermédiaire, et qui possèdent un espace naturel important du fait de la proximité de massifs montagnards (Chartreuse, Vercors, Belledonne).

16L'étude a permis de repérer 295 espaces ouverts qui sont le lieu de pratiques de loisirs. Cette estimation semble satisfaisante à 5 % près (cf. tableaux 1 et 2).

Tableau 1 - Nombre et surface des sites ouverts en fonction de la zone d'urbanisation

Tableau 1 - Nombre et surface des sites ouverts en fonction de la zone d'urbanisation

Tableau 2 - Répartition des sites ouverts et densité moyenne de population par zone

Tableau 2 - Répartition des sites ouverts et densité moyenne de population par zone

17Le nombre de sites ouverts est plus important dans la zone intermédiaire, mais ceci s'explique par le nombre de communes, la surface d'ensemble de ces communes et le nombre d'habitants, On observe que la surface occupée par les sites ouverts sportifs qui se situe autour de 3,5 % diminue proportionnellement du centre (9,36 %) à la périphérie (2,48 %). Par contre, cette occupation est assez variable d'une commune à l'autre (de 0,48 % à 6,5 % dans la zone intermédiaire). L'explication n'a pas été recherchée, mais une hypothèse peut être émise : plus l'urbanisation est dense, plus existent des lieux urbains détournés de leur fonction première.

18Par ailleurs la densité moyenne de la population décroît de la ville de Grenoble (zone centrale) à la zone intermédiaire des communes du SIEPARG, puis à la zone périphérique. Cette décroissance de la densité moyenne des habitants correspond à un développement urbain du SIEPARG ayant pour centre Grenoble. Plus on s'éloigne de Grenoble, plus la surface moyenne d'espace sportif ouvert par habitants augmente. Mais, là aussi, derrière des données moyennes existent des variations importantes (78 m2 pour Seysinnet dans la zone intermédiaire contre 0 m2 pour Murianette dans la zone périphérique).

catégorisation des sites ouverts

19Les premiers résultats de la recherche entreprise sont présentés ici à partir d'une catégorisation des sites en fonction du croisement de 2 des paramètres retenus : la fonction première du site et le positionnement géographique du site. Trois catégories d'espaces ouverts sportifs ont été construites :

  • les espaces de loisirs de proximité (groupes 1, 2, 3)
  • les espaces de loisirs périphériques (groupes 4, 5)
  • les espaces sportifs (groupe 6)

A - LES ESPACES DE PROXIMITÉ

20Proches de l'habitat et des lieux de travail, ces espaces sont à une proximité pédestre en dessous d'une demi-heure de trajet environ du lieu de vie habituel.

21Groupe 1 : Urbains (parkings, places, rues) caractérisés par des déplacements urbains motorisés et des stationnements de véhicules possibles.

22Groupe 2 : Piétonniers (allées, places piétonnes, pistes cyclables, berges de rivière, sentiers piétonniers) caractérisés par des déplacements pédestres et non motorisés,

23Groupe 3 : De détente (squares, parcs, jardins publics), caractérisés par leur fonction d'embellissement et de détente.

B - LES ESPACES DE LOISIRS PÉRIPHÉRIQUES

24Ces espaces périphériques obligent à des déplacements plus importants pour y accéder et nécessitent le plus souvent l'aide de moyens de transport (automobile, bicyclette, transport en commun...). Les pratiques sportives sont plus longues (souvent la demi-journée), compte tenu de l'éloignement des sites. Nous les avons scindés en deux groupes distincts, mais néanmoins assez proches, en fonction de l'aménagement réalisé ou non.

25Groupe 4 : Urbanisés de loisirs (plaines de jeux, grands parcs urbains) caractérisés par un aménagement pour la détente physique.

26Groupe 5 : Naturels de loisirs (bois, espaces herbeux en friche..,) caractérisés par leur positionnement dans la nature et leur non-aménagement pour la détente physique.

C - LES ESPACES SPORTIFS

27Ces espaces sont conçus à l'origine pour une pratique sportive précise et sont d'accès libres.

28Groupe 6 : Sites sportifs (complexe sportif, boulodrome, terrains de tennis, de foot stabilisé, plan d'eau, plateau sportif d'EPS, piste de bi-cross, site d'escalade...), caractérisés par une surface spécifique à une pratique sportive en ville ou à la périphérie.

Tableau 3 - Catégorisation des espaces ouverts dans l'agglomération du SIEPARG

Tableau 3 - Catégorisation des espaces ouverts dans l'agglomération du SIEPARG

étude de cas

29Pour certaines catégories d'espaces, un site particulier est présenté pour mettre en évidence leurs caractéristiques physiques, l'appropriation du site par les pratiquants (utilisation de l'aménagement urbain, pratiques sportives ...), et le profil global des utilisateurs sportifs (motivation, valeurs, âge, sexe,...).

Tableau 4 - Choix des sites et des pratiques étudiés

Espaces

Sites étudiés

Pratiques sportives

1 urbains (rue, parking...)

place Hoche (Grenoble)

skate

2 piétonniers (allée, piste cyclable, berge)

berge de l'Isère (St-Martin-d ‘Hères, Meylan)

jogging, VTT, marche

3 de détente (square, parc, jardin public)

4 urbanisés de loisirs (plaine de jeux...)

parc Frange verte (Echirolles)

multi-activités, jogging, foot, promenade

5 naturels de loisirs (bois, herbe en friche...)

multi-activités, VTT, marche

6 sportifs (plateau sportif, sites escalade, pistes bi-cross, VTT, skate...)

pistes parc, île d'Amour (Meylan) pistes pré Batard (Eybens)

bi-cross, VTT

A - UN ESPACE URBAIN : LA PLACE HOCHE

30La place Hoche, dans le centre-ville de Grenoble, se présente sous forme d'un parking pour une cinquantaine de véhicules, bordé par une terrasse dallée d'une superficie approximative de 350 m2, séparée du parking par trois marches d'escalier. Cette place, refaite récemment offre un bitume très lisse. La différence de niveau entre la place et la terrasse est aussi un atout déterminant pour le choix de cette place par les skaters, car elle permet d'augmenter les difficultés des figures. Enfin, le pourtour de cette place constitué essentiellement de bars et de restaurants offre la possibilité d'une mise en scène spectaculaire sous les yeux des consommateurs.

31Une dizaine d'adolescents s'y retrouvent les mercredis après-midi. La pratique du skate débute sur la place pour ensuite s'organiser souvent sous forme de circuits itinérants à travers la ville. Ils font de courtes escales sur des sites non aménagés pour finir leur "trip" (voyage) sur le site aménagé de leur choix, Les limites techniques du site, l'attrait du "spot" de Meylan font que la place Hoche n'est qu'une escale pour la destination finale qui est la piste de Meylan.

32La fonction du "spot" de Meylan, semble importante dans les échanges, la sensation d'autonomie et de liberté permises dans les rencontres entre pairs ayant les mêmes sensibilités.

33Cette piste, contrairement à la majorité des autres pistes de skate a un environnement naturel agréable et présente de nombreux modules (pistes et autres obstacles permettant des figures de plus en plus élaborées). Ces deux facteurs en font le "spot" des skaters de Grenoble ; tous s'y retrouvent régulièrement. Ce terme propre aux nouveaux sports de glisse définit un site où se retrouvent les spécialistes pour échanger, s'informer sur les évolutions techniques, mais également pour se confronter et se mesurer. "Le spot, c'est l'emplacement idéal où les conditions de pente, de courant, de neige, de présence du public, rendent le sport plus excitant mais aussi plus sélectif." Ce caractère sélectif devient une motivation supplémentaire pour tous les pratiquants ; il faut passer les difficultés pour mériter la pratique sur le spot.

34Le choix du spot renvoie à des caractéristiques techniques, mais aussi à l'environnement physique, qui doit être agréable et entraîner la convivialité. Ainsi, les sites de la presqu'île de Giens pour la planche à voile, de Buoux pour l'escalade, de Saint-Hilaire du Touvet pour le parapente sont des spots nationaux indispensables à la culture sportive des pratiquants.

35La pratique du skate sur les sites "sauvages" est très éphémère. Elle est sujette à des variations dues à la mode, aux conditions climatiques, aux phénomènes de bandes et de regroupements principalement d'adolescents. Néanmoins le parcours déambulatoire des skaters obéit à des règles qui régissent les sports de glisse.

B - UN ESPACE PIÉTONNIER : LES BERGES DE L'ISÈRE

36Les berges sont des chemins longs de plusieurs kilomètres, assez étroits, en terre ou gravillonné, bordés d'herbe et d'arbres à l'aplomb du cours d'eau. Ce sont des lieux très accessibles en voitures, en bus, en vélo, à pied, mais interdits aux engins à moteur. Tout le long de ces berges sont implantés des immeubles, très peu de maisons individuelles. Sur la portion étudiée (ville de Saint-Martin-d'Hères appartenant à la zone intermédiaire), l'habitat est moins dense, seuls les bâtiments universitaires et les espaces verts du campus bordent les berges.

a) Fréquentation et sports

37Les pratiques sportives repérées sont dans l'ordre décroissant d'importance : le jogging, le cyclotourisme, la marche.

38Les lieux sont le plus fréquentés le dimanche, le matin ou le soir de 17 à 19 h.

39Dans la semaine, le mardi et le mercredi sont les jours les plus "chargés" avec un horaire identique.

40Sur ces trois journées, 190 pratiquants se répartissent ainsi :

  • 96 cyclo-touristes ;
  • 83 promeneurs ;
  • 61 coureurs à pied.

41La majeure partie des pratiquants sont des adultes de sexe masculin. Les femmes et les enfants sont présents dans des proportions beaucoup moins importantes.

b) Profils des pratiquants

42Trois profils apparaissent :

  • l’étudiant sportif de 22 ans environ, célibataire, habitant l'agglomération grenobloise, domicilié dans un immeuble collectif et pratiquant le footing en complément d'un sport individuel ;
  • l'adulte de sexe masculin, de 40 ans environ, marié avec des enfants, habitant l'agglomération grenobloise dans un immeuble et pratiquant le footing ou le cyclo-tourisme comme moyen d'entretien de sa santé ;
  • l'adulte retraité, 65 ans environ, habitant une commune limitrophe, se promenant en vue de se maintenir en forme.

43La proximité du site du lieu d'habitation des pratiquants, sa longueur, sa relative tranquillité sont les causes essentielles de sa fréquentation.

44Le fait que les berges de l'Isère soient peu aménagées permet le rassemblement de différentes pratiques qui se côtoient sans dommage, ainsi que des formes de regroupements allant de la promenade en famille au footing quotidien du sportif. Les pratiquants viennent en général plusieurs fois par semaine pour environ une heure de pratique, L'accès au site se fait à 60 % à pied ou en vélo et nécessite 5 minutes seulement de trajet à pied (65 %). Les pratiquants sont modérément satisfaits de l'équipement (68 %), surtout en ce qui concerne l'éclairage au sol. La majorité des pratiquants font ces activités pour leur plaisir, mais également pour entretenir leur forme physique. Une petite moitié ne font que cette pratique sur les berges.

45Ce site ouvert, prévu pour un déplacement en bicyclette, accepte sans grand conflit d'usage et à peu de frais pour la collectivité des pratiques d'entretien de longue durée (1 h environ), s'adressant plus particulièrement à une population adulte masculine,

C- UN ESPACE URBANISÉ DE LOISIRS : LE PARC DE LA FRANGE VERTE

46Ce site dit de la Frange Verte, est situé sur deux communes de la zone intermédiaire. Il se compose d'un espace de détente constitué en grande partie par une pelouse permettant de nombreuses activités. Cette plaine de jeux est bordée d'une part par des habitations individuelles, et d'autre part par une zone boisée importante en pente assez vaste, où de nombreux chemins permettent un accès à un plateau boisé. Elle comprend :

  • un parcours santé de 3 000 m avec différents ateliers ;
  • un stand de tir à l'arc ;
  • un espace vert de plusieurs hectares en pelouse ;
  • quatre terrains de tennis avec accès contrôlé.

a) Fréquentation et sports pratiqués

47Activités par ordre décroissant d'importance : le football, le VTT, le tennis, la randonnée pédestre et le jogging ; 88 personnes fréquentent ce site :

Hommes :

41> à 18 ans

19 <à 18 ans

Femmes :

23> à 18 ans

5 <à 18 ans

48Le jogging est pratiqué par des adultes masculins, souvent seuls tout au long de la semaine, en soirée. La randonnée est pratiquée en famille le weekend et le mercredi après-midi.

49Certaines pratiques sportives concernent uniquement un public jeune (VTT, skateboard, football).

50Les heures de pratiques dépendent de la disponibilité professionnelle des adultes et sont souvent en fin de la journée. Les jeunes, suivant les contraintes de l'école, pratiquent en fin de journée et surtout le mercredi après-midi. Le week-end apparaît comme un plage privilégiée. Enfin au-delà du type d'aménagement du site qui induit certaines pratiques sportives, la disponibilité des pratiquants et les facteurs climatiques ont une grande influence sur la régularité de la fréquentation.

b) Profils des pratiquants

51Les grandes tendances observées sont :

  • un grand nombre de sportif (25 %), évoluant sur ce site, appartiennent déjà à un club ;
  • la connaissance du site passe essentiellement par des discussions entre amis ou voisins ;
  • les activités privilégiées sont celles qui se pratiquent à plusieurs mais sans y ajouter forcément l'attrait de la compétition ;
  • le caractère convivial de la pratique sportive est souvent primordial dans le choix de celle-ci ;
  • le temps de transport entre l'habitation et le lieu de pratique est court (en dessous d'une demi-heure). Il se fait la plupart du temps à pied ou avec l'engin utilisé lors de la pratique ;
  • les pratiquants changent très peu de site pour pratiquer leur sport ;
  • la pratique d'un autre sport est dans 80 % des cas hors club ;
  • le site accueille une population essentiellement masculine de tous âges ;
  • dans la plupart des cas, les pratiquants se satisfont des équipements proposés, ayant peu d'exigences pour leur pratique sportive.

52Les activités sont appréciées tout d'abord pour leur aspect convivial. Elles se déroulent sans cadre horaire, souvent avec des contraintes réglementaires faisant références aux pratiques institutionnalisées. L'environnement humain et physique du site est déterminant pour son choix. L'aménagement sportif de celui-ci importe beaucoup moins ; la plupart du temps les personnes interrogées en sont satisfaites. Il y a peu de conflits d'usage à partir du moment où l'espace est important et relativement bien délimité pour que chaque tranche d'âge puisse y trouver son compte.

D - DEUX SITES SPORTIFS : LES PISTES DE BI-CROSS ET DE VTT DE L'ILE D'AMOUR ET DU PRE BATARD

53Ces sites localisés dans la zone intermédiaire ont la particularité d'avoir été conçus pour permettre une pratique sportive précise. Ils sont plus ou moins utilisés par les pratiquants et sont représentatifs d'une certaine urbanisation des activités dites de plein-air se déroulant traditionnellement en milieu naturel.

54La piste du Pré Batard, se situe dans un quartier d'Eybens, à population jeune parfois marginalisée. Ce sont exclusivement des jeunes qui pratiquent principalement trois activités issues du cyclisme : le bi-cross, le V.T.T. et le vélo de ville. La fréquentation est faible.

55La piste de l'Ile d'Amour, est implantée dans le parc du même nom, qui véhicule l'image d'un parc non seulement de loisirs, mais également à caractère sportif. Elle se situe sur la commune de Meylan, dont la population se compose en majorité de familles de classes sociales plutôt aisées, mais elle reste proche d'autres communes à population diversifiée et du campus universitaire.

a) Fréquentation et sports pratiqués

56Le public concerné par cet aménagement est très divers, mais avec une majorité de jeunes gens accompagnés de leur entourage familial qui, soit pratique avec eux, soit s'adonne à un autre loisir sportif, ou encore se contente de les regarder évoluer. Les pratiques dominantes sont :

  • le bi-cross (59 personnes, soit 53,5 %) ;
  • le VTT (85 personnes, soit 37 %) ;
  • le vélo de ville (9 personnes) ;
  • le footing (4 personnes),

57Ce total de 157 personnes (pour la semaine d'enquête) comprend une majorité de jeunes gens (130 enfants et adolescents), pour 107 hommes et 52 femmes.

58Le VTT s'est développé sur cette piste initialement vouée au bi-cross, et draine actuellement un public diversifié du point de vue de l'âge et autres activités. De nombreux adeptes ne privilégient que deux plages journalières dans la semaine : les mercredis et les week-ends. A ces moments-là, la fréquentation est très forte, les participants évoluent très fréquemment en groupes d'amis ou familiaux. Durant la semaine le site est pratiquement désert.

b) Profil des pratiquants

59Le bi-cross est plutôt une pratique masculine (82 % des adeptes) et le VTT, une pratique mixte (55 % filles, et 45 % garçons).

60La localisation du site par rapport au lieu d'habitation du pratiquant n'est pas un facteur déterminant du choix, Les personnes interrogées sont prêtes à faire plusieurs kilomètres pour venir utiliser la piste ; mais les déplacements pour se rendre sur la piste ne dépassent pas toutefois 1/2 heure. Chacun reste en moyenne 2 heures sur le site.

61Ces deux activités ne sont pas pratiquées de façon individuelle, mais il apparaît que le VTT est beaucoup plus familial que le bi-cross, qui lui, se pratique entre copains ou en groupe (club, foyer, M.J.C.). Une plus forte proportion de "vététistes" est licenciée (63 % contre 18 % pour les bi-crossmen). Il semble que les formes de pratiques soient dépendantes du type d'aménagement proposé. L'entretien de la piste et son aménagement environnemental déterminent un certain niveau de fréquentation, mais ce ne sont pas les seuls paramètres. En effet, la publicité faite sur le site, l'image qui se dégage de cet espace ou encore sa notoriété auprès de la population locale ont une influence dont on ne peut faire abstraction.

conclusion

62La demande des sportifs sur les sites ouverts s'organise suivant trois grandes orientations :

  • Les sites urbains et piétonniers (groupes 1 et 2) sont plutôt investis par des adolescents avec comme support des pratiques éphémères de type skate, rollers, Ces lieux sont l'expression de pratiques spontanées, souvent de quartier, déambulatoires, Ces pratiques individuelles techniques et spectacularisées font références à l'écologie et aux modèles sportifs de type "fun".
  • Les sites de détente (groupes 3, 4, 5) sont plutôt des lieux de pratiques investis par les familles. Ces pratiques sportives d'entretien physique, de détente, souvent en groupe, sont de type convivial comme le footing, le VTT, la marche pour les adultes et le football pour les adolescents et les enfants. Les pratiquants s'adaptent à des lieux peu ou pas aménagés pour leur pratique, sans conflit d'usage notoire ; ils privilégient un environnement "naturel" permettant de vivre facilement et immédiatement les valeurs de convivialité, de détente, de calme, d'esthétisme propres aux activités de pleine nature.
  • Les sites aménagés sportifs (groupe 6), sont des lieux investis par des pratiquants sportifs, souvent licenciés, dont la pratique de loisirs ou d'entraînement s'adapte à leur rythme de vie et à leurs motivations. La fréquentation de ces sites est d'autant plus importante qu'ils se situent dans un cadre physique et humain permettant la convivialité.

63Afin de répondre aux préoccupations d'aménagement des collectivités territoriales, il semble que d'une façon générale, les sportifs vont plutôt sur les sites en fonction de critères sociaux comme ceux de contraintes de temps, de proximité des sites, de qualité d'aménagement, d'environnement humain et physique, qu'en fonction de critères sportifs spécifiques. Les sites sportifs spécifiques comme les pistes de bi-cross, de skate, sont désertés à partir du moment où ils ne répondent pas à ces critères, quels que soient les aspects techniques préposés. Les sites sportifs les plus fréquentés sont ceux qui permettent une pratique familiale de deux ou trois activités sur le même espace.

64Les activités de plein air à l'intérieur ou à la périphérie des villes sont un moment de détente ; le cadre physique et humain permettant une pratique diversifiée devient fondamental dans le choix et l'occupation des sites par les sportifs autonomes.

65L'offre en matière d'équipement de loisirs urbain ou péri-urbain, afin de répondre à la demande des sportifs devrait :

  • permettre l'adaptation du site en fonction de l'évolution des modalités de pratiques sportives et donc proposer un aménagement peu sportif des sites, souvent peu coûteux en comparaison des investissements lourds d'installations traditionnelles ;
  • offrir un espace important ou une organisation de celui-ci permettant la mise en œuvre de différentes pratiques sans conflits d'usage notoire. Mais l'information, le fléchage et la délimitation des lieux de pratiques favorisent la multi-pratique ;
  • s'intégrer dans un cadre environnemental facilitant la détente et la convivialité. Ce dernier aspect est tout à fait décisif pour la pérennité du site ; il doit répondre à des exigences d'entretien, de calme et d'esthétisme permettant la mise en jeu des valeurs propres à des activités de détente et de plein-air.

Bibliographie

Bibliographie

ARDONCEAU Ph., BRIZIO M., Socio-économie des activités physiques de loisirs, pratiques libres sur espaces ouverts. Université de Pau, cahier no 2, centre de recherche sur les espaces naturels, novembre 1979.

BAREL Y., Le social et ses territoires, Espaces, jeux et enjeux, Paris : Fayard, 1986.

CALLÈDE J.-P., La segmentation des formes d'animation sportive, "Sport, économie, loisirs", Sport dans la cité, no 117, 1989.

CHIFFLET P., Les fédérations sportives : Politiques, stratégies, publics, Grenoble : Université Joseph Fourier, 1990.

—, "Logiques fédérales et logiques communales", Sport dans la cité, no 117, Paris : 1989.

GRIFFOND-BOITTIER A., Politiques municipales et gestion du sport, exemple de la ville de Besançon, Actes du colloque Géo-politique du sport, Besançon les 23, 24 Mars 1990, Université de Franche-Comté, 1990.

HAUMONT A., LEVET J.-L., THOMAS R., Sociologie du sport, Paris : PUF, 1987, p. 106-108, collections pratiques corporelles.

PALLIER D., Les pratiques de nature à la ville. Transfert d'espace, artificialisation des pratiques et changement de significations, mémoire DEA, Institut de la Géographie Alpine, Grenoble : Université Joseph Fourier, 1990.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Nombre et surface des sites ouverts en fonction de la zone d'urbanisation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Tableau 2 - Répartition des sites ouverts et densité moyenne de population par zone
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Tableau 3 - Catégorisation des espaces ouverts dans l'agglomération du SIEPARG
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16559/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540