Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

3. Nouveaux "espaces" sportifs et nouvelles formes d'action collective

Les usages sportifs des espaces publics urbains

Note de recherche

Éric Adamkiewicz

Texto completo

1L'espace public urbain est le lieu où peuvent se côtoyer une multitude de personnes n'ayant en commun que le fait d'être au même instant, au même endroit. Leurs idées, leurs raisons d'être présents sur le même "lieu" sont différentes. L'évolution des activités sportives et l'augmentation des pratiquants (Irlinger, Louveau, Métoudi, 1987) a contribué à faire apparaître de nouveaux comportements sportifs. On peut remarquer le développement de pratiques hors des équipements traditionnels, ces pratiques se retrouvant sur certains sites urbains non destinés aux activités sportives ou de loisirs.

2Au niveau des pratiques, le jogging et le cyclotourisme sont de type déambulatoire comme a pu le montrer Jean Camy dans une étude portant sur l'agglomération lyonnaise (Camy, 1991). Ces deux activités sont relativement bien acceptées dans la mesure où leurs acteurs sont principalement adultes et les espaces utilisés rarement contestés (allées de squares, trottoirs...).

3Par contre, des activités de type acrobatique, l'escalade par exemple, même pratiquées par des adultes, peuvent se révéler source de conflits. Si à Lyon, l'utilisation des murs des quais du Rhône est désormais acquise aux grimpeurs (certains se trouvant en situation d'exhibition car opérant devant un public de promeneurs), il existe des endroits où sous couvert de risques de dégradations ou pour de fausses raisons de sécurité, certains élus locaux interdisent ces pratiques. Il faut y voir quelquefois la difficulté d'accepter que tel ou tel mur, tel ou tel édifice puisse être dénaturé par la présence un individu déguisé en "fluo" rompant du même coup l'harmonie du site...

4De fait la neutralité de l'espace urbain tel que le décrit Richard Sennet (1992) est perturbée par l'arrivée de ces "olibrius" qui détournent l'espace public en créant de manière informelle et spontanée un nouvel usage de la ville non homologué. De la même façon, certaines pratiques sportives des adolescents exprimées sur la voie publique éprouvent quelques difficultés à exister (Fize, Touché, 1992). Ces activités principalement de type acrobatique (skateboard, roller, vélo trial, boomerang...) ont à leur passif qu'elles créent un sentiment d'insécurité chez le béotien.

5Pourtant, ces comportements pourraient participer à la vie de ces espaces en leur permettant de s'inscrire dans leur époque... De plus en s'inscrivant dans un phénomène de "saisonnalité" elles doivent faire leurs preuves pour réussir à être tolérées. En effet, ces formes sportives, analysées par différents auteurs tels Paul Yonnet (1985), Christian Pociello (1989) ou Jean-Pierre Lefevre (1990), se trouvent devoir justifier à la fois de leurs intérêt social (en s'inscrivant dans une durée) mais également de l'usage qu'elles font de l'espace public lorsqu'elles le "détournent".

  • 1 CAMY J., ADAMKIEWICZ E., CHANTELAT P., Usages sportifs de la ville, essai d'anthropologie urbaine (...)

6Encore faudrait-il s'interroger sur cette notion de "détournement" car ce point de vue est celui défendu par les institutionnels. Ce phénomène pourrait très bien être, au contraire, un indicateur de la recherche d'une nouvelle "qualification" de l'espace public, un moyen de revendiquer l'urbain comme lieux de vie. Nous avons apporté des éléments de réponse dans plusieurs articles déjà publiés1.

7Les activités de loisir sportif, en investissant le milieu urbain public, ont bousculé les représentations. En sortant des équipements traditionnels, ces pratiques acquièrent une nouvelle dimension mais elles entrent en concurrence avec les autres pratiques sociales. Les conflits peuvent être d'autant plus importants (plaintes, répression administrative et policière...) que ces appropriations sont le fait d'individus provenant d'autres quartiers (oppositions résidents/squatters sportifs).

8En fait, dans de nombreux cas, c'est par l'usage répétitif et le phénomène de "squattérisation" systématique que ces sites acquièrent un double usage et une relative légitimité (l'espalanade du trocadéro, à Paris). Mais hors du quadrillage urbanistique, point de salut ! En "requalifiant" un espace, en le particularisant et en le personnalisant, on lui fait perdre son caractère neutre et collectif...

9En plagiant une analyse de Pascal Chantelat, je souhaiterais attirer l'attention sur la distinction qu'il me semble importante de faire entre espace public et espace des publics. Différencier les publics, c'est accepter la diversité des pratiques et tolérer les différentes approches des usages de la ville. La "neutralité" de l'espace urbain doit favoriser les expressions des usagers et non tenter de gommer ces phénomènes à travers l'utilisation de règles administratives et répressives. Il me semble que l'on a perdu le sens profond de la notion d'espace public. La confrontation des individus est l'élément structurant, véritable fondement de cet espace. Refuser cela, c'est individualiser à outrance le rapport à la ville. Interdire certaines formes d'expressions culturelles, n'est-ce pas dénaturer l'urbain et l'asceptiser ?

Notas

1 CAMY J., ADAMKIEWICZ E., CHANTELAT P., Usages sportifs de la ville, essai d'anthropologie urbaine appliquée aux pratiques sportives dans la ville de Lyon, in International Review for Sociology of sport, 1993.
CHANTELAT P., ADAMKIEWICZ E., "Pratiques sportives informelles et management des espaces sportifs municipaux" in Sport et Management, édition Dunod, octobre 1993.

Autor

Maître de Conférences à la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique Université de Lille II

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540