Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

3. Nouveaux "espaces" sportifs et nouvelles formes d'action collective

L'évolution de la demande d'animation confrontée au discours institutionnel

Note de recherche

Michel Dané

Texte intégral

1La population des jeunes avec lesquels nous sommes en relation ne fait pas partie des pratiquants habituels de la vie associative. Notre public se situe au pied des tours, dans son milieu d'habitation.

2Dans le cas envisagé : un Point "J sport" de l'agglomération bordelaise, nous bénéficions d'un contexte favorable. Il s'agit d'une ville de la banlieue sud de Bordeaux. La cité HLM, composée de 500 logements, se situe à proximité d'une plaine de sports et de loisirs, à laquelle vient s'ajouter un lac propice à la pratique nautique. Il devient un attrait particulièrement important durant l'été pour le temps des vacances.

3Si nos jeunes sont mitoyens de cette structure, peu d'entre eux y pratiquent une activité sportive organisée tout au long de l'année par les clubs locaux. L'intégration de cette partie de population de la commune ne se réalise donc qu'en partie. Pourtant, un club a pu se former, mais il a périclité, faute de cadres suffisamment tenaces et déterminés à agir dans le long terme.

4Nous nous interrogeons sur les différents facteurs qui influent sur la participation, la non-participation des jeunes. Notre projet, mis en place durant l'été 1989, s'articule essentiellement autour de l'idée d'un Point de Rencontre Jeunes (P.R.J.). Nous formulons plusieurs hypothèses d'animation, utilisant l'espace de loisirs sportif de proximité qui nous est offert. Cette installation, quoique réalisée par les hommes, s'inscrit comme un "équipement naturel" situé en pleine agglomération. C'est pour nous une chance.

5Si l'animateur, à qui nous proposons le poste principal d’animation, a déjà une qualité reconnue de technicien sportif, puisque lui-même est diplômé du BESAPT, nous allons devoir cheminer avec lui pour trouver les meilleures réponses à la formulation d'activités dans lesquelles les jeunes doivent pouvoir se réaliser.

6Au départ du projet, "le contrat" qui se négocie avec les jeunes, passe nécessairement par la prise en compte de l'activité et de son organisation, notamment la sécurité, le respect des consignes dans l'utilisation du matériel nautique. Les désirs des jeunes et leurs demandes sont formulés au fur et à mesure que les jours de vacances avancent. Au départ de l'action, nous nous fixons pour principe ne pas transformer les activités d'animation sportive en activités de consommation.

7En agissant ainsi, nous provoquons la rencontre avec de nombreux jeunes, soit "1 100 journées jeunes", sur 48 journées d'intervention. Au moment de l'évaluation, nous prenons conscience de la création d'un lieu vivant d'activité à partir duquel nous allons pouvoir agir. L'activité sportive de loisirs nous a servi de support pour rencontrer des jeunes, rencontrer d'autres partenaires locaux, acquérir une reconnaissance. Nous pouvons à ce moment-là considérer que nous sommes prêts pour aller au-delà de l'investissement d'été que nous avons acquis. D'ailleurs, les jeunes et le groupe qui les environne, souhaitent nous retrouver à d'autres moments pour, à partir de leur lieu de vie, construire d'autres projets, pas forcément liés à l'activité sportive. La perspective d'un élargissement de l'intervention apparaît donc si l'on a pu réaliser ce parcours conduisant à une perspective d'autonomie. Chaque jeune doit pouvoir y trouver sa place. En ce sens, nous rejoignons le bilan des "O.P.E." de l'été 90, qui insiste sur l'importance de la continuité des actions après les deux mois d'été. Dans le même temps, le système institutionnel annonce l'intention d'impulser, au niveau municipal, une dynamique à long terme en ce qui concerne la prévention de la délinquance.

8Le point "J" — Point de Rencontre Jeunes —, se situe dans la philosophie générale. Par sa propre existence et les résultats qu'il traduit, il est lui-même porteur de possibilités de faire appel à des produits financiers nouveaux conduisant à sa pérennité.

9Pourtant, si l'on porte un regard plus précis sur le dispositif mis en place sur le terrain, on constate une certaine "dérive", car la structure ne peut pas tout financer et, par ailleurs, les jeunes sont moins nombreux. On aperçoit là quelques signes indicateurs du fait que l'on passe du système incitatif au système habituel. Ne va-t-on pas avoir trop tendance à vouloir reproduire ? Reproduire le plus souvent "ce qui a bien marché", souvent avec d'autres animateurs, mais par contre avec les mêmes jeunes, le même milieu. Nous ne tardons pas à être interpellés par la nécessité de définir la qualité et la formation de ces animateurs de "Point Rencontre Jeunes".

10Si nous avons pu agir durant ces quatre années sur le site, que pouvons-nous en mesurer aujourd'hui, en 1993 ?

  • L'environnement local n'a guère évolué ;
  • l'espace de pratique sportive organisé est davantage institutionnalisé (trois clubs de foot de la commune y évoluent régulièrement) ;
  • l'intégration des jeunes dans ces espaces de jeux ne se réalise qu'en partie. En fait, nous n'avons pas pu déclencher une certaine ouverture des clubs existants.

11Nos jeunes, ceux que nous avons rencontrés au début de notre projet, ont grandi ; ils sont devenus adultes. Que s'est-il donc passé ? Y a-t-il eu une rupture dans la chaîne d'intégration sociale que nous souhaitions réaliser ?

12Les jeunes se reconnaissent pris comme le public ciblé des actions. Ils manifestent une volonté évidente pour participer aux activités proposées, souvent dès leur plus jeune âge, cela d'autant plus facilement que l'animation se déroule quasiment au pied de leur immeuble.

13Conscients de vivre dans un quartier défavorisé, avec tout ce que cela suppose, notamment le risque de délinquance, les jeunes souhaitent une multiplication des activités, comme pour limiter plus encore le risque permanent.

14La pratique sportive va-t-elle s'ordonner par rapport à un ou plusieurs modèles normatifs ? Pour notre analyse, nous proposons de distinguer différents modèles pédagogiques pour élargir l'entrée dans le champ des activités physiques et sportives. Si nous agissons essentiellement à partir d'une logique d'affiliation, c'est parce que notre objectif vise à construire un sport au pied de la cité, un sport différent de celui qui se pratique régulièrement tout à côté, dans les clubs, et dans lequel les jeunes ont du mal à entrer. Pour eux, l'envie de pratiquer passe avant tout par la nécessité de pouvoir prendre du plaisir immédiat. Les contraintes doivent donc être limitées pour être acceptées. La perspective de l'action éducative que nous réalisons procède d'un ajustement de l'offre à la demande, un ajustement entre le niveau d'aspiration et le pôle d'intérêt.

15Cette adaptation permanente nous amène à considérer l'évolution du projet dans le contexte du système institutionnalisé. Celui-ci a du mal à entrer dans cette réalité, l'exigence de l'adaptation administrative doit avant tout satisfaire les nécessités de l'instruction du dossier, ce dernier traduisant des contraintes pour les jeunes qui n'ont pas acquis la capacité d'anticiper leur avenir. Il y a là obligation à "remonter" l'instruction des projets en février-mars. Cette disposition, dans le cas qui nous intéresse, constitue une injonction paradoxale pour les jeunes qui ne peuvent concevoir par eux-mêmes un projet que peu de temps avant sa réalisation. En voulant trop adapter, se créent les conditions de l'inadaptation...

16La conclusion formulée par les animateurs nous apporte confirmation de cet éclairage. "L'implication des jeunes, dans l'élaboration et le montage des projets, s'est souvent réduite à certaines phases du projet, et rarement tout au long du montage. Ils sont souvent avides d'immédiateté, ce qui les empêche de s'investir dans des projets à long terme".

17Nous considérons que le confort administratif du système mériterait d'être réexaminé pour répondre à l'attente des jeunes qui, eux, se situent le plus souvent dans le court terme. En fait, nous souhaitons évoluer vers plus d'élasticité, vers une adaptation aux rythmes des jeunes auxquels ces animations sont destinées. Ce serait là le signe d'une évolution possible et d'une modification de la tendance.

18Si nous avons considéré les jeunes, leurs attentes, l'animation, la réponse qui leur est proposée dans la perspective selon laquelle le sport contribue à la mise en œuvre d'une politique d'insertion sociale, nous ne pouvons écarter ceux qui en sont les relais indispensables : les animateurs. Ceux-ci doivent prendre conscience qu'ils interviennent dans la périphérie de l'offre sportive locale. Cette situation particulière entraîne pour nous l'obligation d'intervenir dans l'hypothèse de mettre le sport à la "mesure des individus". Dans le cas qui nous intéresse, si le nombre des intervenants a été multiplié par trois, nous n'avons pu faire appel, pour des raisons de formation initiale, à des jeunes susceptibles de s'adapter aux conditions pédagogiques du système mis en place. Les organisateurs ont dû faire appel à des jeunes titulaires du BAFA, qualification à nos yeux insuffisante pour faire face à la problématique de l'intégration telle qu'elle est souhaitée par la demande institutionnelle et relayée par les acteurs locaux.

19Les jeunes que nous avons rencontrés utilisent le prétexte du sport comme fonction distractive. Nous sommes encore loin d'une fonction plus élaborée, elle-même fondée sur l'explicitation d'un projet et sur la volonté de le réaliser. Il nous paraît judicieux de proposer au système institutionnel mis en cause d'évoluer dans cette perspective, car l'animation sportive des quartiers défavorisés, en produisant l'innovation sociale et culturelle, risque conjointement d'accentuer sa marginalisation au regard de la société.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.