Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

3. Nouveaux "espaces" sportifs et nouvelles formes d'action collective

L'occasion ratée des "J-Sports"

Aventures d'une intervention politique sur les espaces urbains

François Chobeaux

Texte intégral

1Le ministère français de la Jeunesse et des Sports a engagé en 1991 une campagne d'incitation à la réalisation d'équipements sportifs de proximité, les "J-Sports", dans les quartiers dits en difficulté, Cette campagne a été reconduite en 1992, puis en 1993.

2Des textes ministériels ont encadré et accompagné ce développement. Des réactions issues des collectivités territoriales et des milieux associatifs, éducatifs et professionnels ont été diffusées.

3L'analyse et le rapprochement des informations tirées de ce corpus et leur articulation avec l'histoire des interventions sociales et politiques sur la question urbaine et sur les jeunes en difficulté permettent de mener une évaluation qualitative de ce dispositif, de ses réussites, de ses illusions, de ses échecs.

I- LA SITUATION INITIALE

1- Un contexte urbain et social difficile

4La Charte d'Athènes, modèle théorique d'urbanisme privilégiant la spécialisation des espaces urbains ainsi que la suppression des rues et des centre villes, a trouvé en France dans les années 1960 un important terrain d'application dans le cadre des opérations d'urbanisation intensive développées avec la politique des Zones à Urbaniser en Priorité (Z.U.P.).

5Il s'agissait alors de répondre dans l'urgence aux besoins de logements des jeunes familles du baby boom et à l'afflux de travailleurs répondant aux besoins de main-d' œuvre des entreprises implantées en zones urbaines et périurbaines, cette urgence rendant nécessaire de compléter le parc immobilier d'habitat social construit avant-guerre.

6Les interventions de l'Etat ont été massives, à la hauteur des problèmes à résoudre : création de la Société Centrale Immobilière de la Caisse des dépôts et consignations en 1949 et réorientation de la politique de construction et d'investissement patrimonial de la Caisse des dépôts vers l'habitat social, loi sur la suppression de l'habitat insalubre en 1964, création des "aides à la personne" en matière de logement.

7Les cités issues de ce volontarisme politique et social sont peu à peu passées de l'image d'Eldorado à celle de lieux de relégation (Delarue, 1991) par l'accumulation de difficultés où l'aggravation des situations sociales de leurs habitants liées aux effets de la crise économique est allée de pair avec les conséquences des choix architecturaux et urbanistiques initiaux.

8La concentration de populations vivant de grandes difficultés en matière d'emploi, l'inadaptation de la surface des appartements à la croissance des familles et cependant l'impossibilité de reloger ces familles dans des appartements plus spacieux par insuffisance ou absence de ressources garantissant le paiement des loyers, la dégradation du bâti, l'absence de traitement des espaces extérieurs, y ont cristallisé des tensions inter-culturelles (et de plus en plus inter-ethniques), inter-générationnelles, inter-quartiers.

9Une marginalité adolescente s'y est développée, suscitée à la fois par la perte de références structurantes dans la sphère familiale, par des difficultés d'adaptation scolaire, par la raréfaction des débouchés professionnels à la fin d'études courtes ou interrompues, et par la prise d'importance d'une économie délinquante souterraine largement liée au commerce de substances toxiques illicites. Une société sans espoirs, sans accroches positives, vivant le vide quotidien de la galère. (Dubet, 1987).

2. Une histoire de l'intervention sur les espaces urbains

10L'évidence d'un besoin d'intervention dans ces quartiers est apparue à la fin des années 1970, dans le contexte de la crise économique débutante, Cette intervention a d'abord porté exclusivement sur le bâti par la création du Fonds d'aménagement urbain en 1976, et par le développement des programmes Habitat et Vie Sociale à partir de 1977. A la même époque, une réglementation créait les Locaux Communautaires Résidentiels, précurseurs des "mètres carrés sociaux."

11Le concept de développement social urbain et la volonté de conduire des actions globales appuyées sur un triptyque indissociable unissant et développant en même temps des interventions sur le cadre bâti, sur les relations sociales entre les habitants et sur le tissu économique (Delarue, op. cit.) apparaissent après 1981. Aujourd'hui, environ quatre cents sites font l'objet de procédures de Développement Social des Quartiers et les premiers contrats de ville et contrats d’agglomération sont engagés.

12Depuis quelques années, la Caisse des dépôts a engagé la SCIC dans un vaste programme de réhabilitation et d'aménagement des espaces extérieurs des cités placées sous sa responsabilité.

3. Une histoire de l'intervention sur les comportements des jeunes

  • 1 Ce rejet n'est pas physique, ni officiellement institutionnel, du moins dans un premier temps. Il s (...)

13Entre 1970 et 1975, l'opération des mille clubs avait été la préfiguration d'un type de réponse au besoin des adolescents de disposer de lieux de regroupements et de rencontres. Conçus pour être assemblés et aménagés par leurs futurs utilisateurs, ces équipements préfabriqués avaient vite montré leurs limites : faible fiabilité technique, implantations réalisées le plus souvent sans recherche concomitante d'un investissement des jeunes potentiellement concernés, conflits d'usage entre sous-groupes rivaux, prise de pouvoir progressive des jeunes les moins dérangeants. Les jeunes les moins stabilisés et les moins intégrés socialement se sont alors trouvés rejetés1 aux portes de ces équipements, comme leurs prédécesseurs l'avaient été dix ans auparavant à celles des MJC.

14Dès l'été 1981, des dispositifs d'animation estivale ont été mis en place en urgence dans quelques grandes cités en réponse à un désœuvrement juvénile aux manifestations parfois violentes et spectaculaires. Il s'agissait d'éteindre rapidement les foyers d'incendie où se consumaient les BMW et les Golf GTI dans l'est lyonnais.

15Ces dispositifs ont été ensuite généralisés et structurés dans le cadre des Opérations Prévention Eté, programmes visant à proposer aux enfants et aux adolescents non insérés dans les systèmes habituels de l'intervention socioéducative des réponses souples, diversifiées, inter-partenariales, financées sur des fonds mutualisés par les ministères concernés (Jeunesse et Sports, Justice, Santé et action sociale) et par les collectivités territoriales (Conseils généraux, municipalités, syndicats inter-communaux).

16Ici, comme dans l'histoire des MJC et des mille clubs, un glissement s'est peu à peu effectué entre la population-cible initiale et la population réellement utilisatrice de ces dispositifs. (Dubouchet, 1990). Les enfants et les adolescents les plus en difficulté d'intégration sociale s'en sont peu à peu détournés par incapacité à se fondre dans le moule des règles organisationnelles contraignantes, de la projection dans le temps, des contraintes de comportement du monde sportif traditionnel. Un programme "sport-insertion" est ainsi devenu peu à peu un programme "sport pour tous"… sauf pour les pires.

17Les Conseils Communaux de Prévention de la Délinquance mis en place en application du rapport Bonnemaison mettront rapidement l'accent sur les nécessaires contacts à établir avec les jeunes les plus en difficulté, contacts existant déjà çà et là par l'action d'éducateurs intervenant dans le cadre de la Prévention Spécialisée.

4. Un mythe sportif prégnant

18C'est le mythe fondateur coubertinien du sport égalisateur social, du sport école du respect de l'autre et des règles, du sport comme moyen de dépassement de soi-même, et les applications contemporaines de ce mythe en matière d'insertion sociale, Jamais interrogé ou critiqué par les personnes et les institutions qui le tiennent puisqu'il est évident, ce mythe et la croyance qui en découle font que le sport est régulièrement appelé à l'aide comme ultime solution pour éviter le chaos final quand l'ensemble des institutions de socialisation semble avoir échoué, (Broyer, 1993).

19Une large incompréhension, sinon opposition, existe ici entre l'institution sportive et son ministère de tutelle, tenants de ce discours dominant, et les sociologues des pratiques sportives et de l'insertion sociale, qui montrent qu'il y a chez les personnes s'"équilibrant" grâce au sport, beaucoup plus un rapport de concomitance entre l'investissement dans ces techniques et une dynamique, une volonté individuelle d'insertion, qu'un rapport de dépendance où la pratique sportive déclencherait la dynamique d'insertion, (Parisot, 1992).

5. Un terrain déjà défriché

20Dès 1981, le rapport Schwartz faisait remarquer à propos de la pratique sportive des jeunes que "peu d'entre eux le pratiquent de façon durable et organisée, Ce qui les intéresse, c'est moins un résultat à améliorer sans cesse qu'une pratique ludique, qui n'exclut pas d'ailleurs la confrontation à soi et à autrui." Il proposait "d'inciter les municipalités à développer des installations de quartier, en particulier dans les ZUP." (Schwartz, 1981).

21Cette analyse était reprise en 1991 dans le rapport Tillard qui pointait "le problème des difficultés d'accès aux installations sportives, essentiellement réservées aux compétitions. Une telle réglementation est dissuasive pour les nombreux jeunes qui souhaitent simplement pouvoir librement s'adonner à une activité à caractère ludique", et qui concluait sur le besoin de réserver à ces jeunes des espaces de proximité ouverts, (Tillard, 1991).

22En décembre 1990, un séminaire interministériel sur la ville décidait d'une exploration de l'intérêt que présenteraient pour les jeunes des cités l'aménagement de sites sportifs de proximité et d'accès libre, Les grandes lignes du futur rapport Tillard étaient déjà connues, ainsi que les expériences étrangères semblables. Proche de nous, la Belgique avait ainsi développé une politique d'implantation d'infrastructures Sportives Légères dès 1988. (Fondation Roi Baudouin. 1991).

23La phase exploratoire devait s'étaler de janvier à juin 1991.

24En juin une vingtaine d'équipements était déjà réalisée, d'autres étaient en chantier. Ces projets avaient été menés à bien avec les concours financiers du Fonds d'action Sociale pour les Travailleurs Immigrés, de la Caisse des dépôts et consignations, et de l'Office national des HLM, pour un total de dix millions de francs.

6. L'urgence estivale et politique

25Les chaleurs du printemps 1991 attisent le mal être des jeunes de banlieues ; Sartrouville et Mantes-la-Jolie s'ajoutent à la liste des villes ayant connu des émeutes urbaines juvéniles, Un remaniement intervient au même moment à la tête du ministère de la Jeunesse et des Sports, et le processus bâtisseur s'accélère alors sous le poids conjugué d'une volonté d'action politique rapide et spectaculaire et de ce qui semble être une urgence sociale. "...Rappelons-nous de la situation au printemps et au début de l'été. Il n'était question dans la presse que de troubles dans les banlieues. C'était d'ailleurs très exagéré, mais enfin la situation était sérieuse. Le 12 juin, le Comité Interministériel consacré à la ville décidait de prendre ce problème "à bras-le corps". (Frédérique Bredin, Entretien dans Paysage actualités, Octobre 1991).

II - L'ÉTÉ 1991

1. Le cadrage réglementaire

26Après le Comité Interministériel sur la ville du 12 juin 1991, deux instructions du ministre de la Jeunesse et des Sports régiront à la fois l'armature réglementaire et la présentation politique des actions à engager en direction des jeunes.

27L'instruction 91-116 du 14 juin présente quatre dispositifs, et parmi eux les aménagements sportifs de proximité, qui "doivent toucher les jeunes les plus en difficulté habitant les quartiers retenus ou en voie de l'être au titre de la politique de la ville." (les "400 quartiers" en DSQ). Un objectif de réalisation de cinq cents aménagements sportifs est fixé pour l'année, une procédure d'urgence en assurant le financement par l'Etat à concurrence d'un maximum de trois cents mille francs par équipement. L'implication des jeunes et la concertation avec les partenaires agissant dans les quartiers y sont exigées. Il y est également souhaité que les projets "émergent du terrain", et qu'"une personnalité sportive (sportif ou entraîneur de haut niveau) parraine chaque équipement." L'animation régulière doit en être prévue, organisée et financée par la collectivité locale.

28L'instruction 91-222 du 27 juin précise les "modalités de mise en place des crédits destinés aux aménagements sportifs de proximité destinés aux jeunes." Cette instruction fixe les procédures administratives, dérogatoires des règles habituelles, devant permettre de donner une réponse favorable dans les 48 heures après dépôt d'un dossier, et rappelle l'importance de l'animation régulière de l'équipement par la collectivité bénéficiaire.

29Les questions liées aux règlements d'urbanisme ne sont pas évoquées dans les deux textes de référence. Il est vrai que les Coefficients d'Occupation des Sols ne s'appliquent pas aux ouvrages publics, ceci laissant une importante souplesse pour le développement d'actions concernant l'aménagement des espaces extérieurs. Des Plans d'Occupation des Sols (Pos) contraignants sont cependant à prendre en compte en matière d'aménagement urbain.

30Les textes ministériels ignorent ces aspects techniques réglementaires ; cependant, la limite financière de l'engagement de l'Etat ne permet pas d'envisager de constructions couvertes ex nihilo.

31Les exigences de coordination avec les projets déjà engagés dans le cadre des opérations de développement social ne sont pas plus explicites. L'instruction du 14 juin 1991 exigeait la consultation de "tous les acteurs de la politique de jeunesse et de sport" sans pour autant en établir ou en suggérer une liste, et sans en établir ni en suggérer les règles et les objectifs. Elle enjoignait également "la concertation avec tous les partenaires agissant dans le quartier", sans plus préciser ce que recouvrait cette notion de partenariat ni expliciter ce que devait être cette concertation.

  • 2 Les associations et fédérations nationales de jeunesse et d'éducation populaire sont toutes financé (...)

32Ces deux instructions marquent l'entrée massive du ministère de la Jeunesse et des Sports sur la scène de l'action et de l'intervention directe. Le rôle ministériel alors revendiqué n'est plus, comme à l'habitude dans ce ministère, un rôle d'incitation et de soutien en direction des collectivités territoriales et des associations, mais un rôle d'opérateur central. Se substituant brutalement à l'action des institutions qui, habituellement et historiquement, agissent en complément et en relais des orientations ministérielles2, le ministère n'agit pas uniquement symboliquement : l'instruction du 27 juin 1991 précise que le financement des équipements sportifs de proximité sera imputé au titre IV du plan comptable ministériel, ligne budgétaire sur laquelle le financement des associations subventionnées est assuré.

2. Les réalisations

33La liste chiffrée de la "campagne" estivale est tenue à jour par le service de presse du ministère et efficacement diffusée. Les communiqués se suivent : le 8 juillet "203 sont déjà lancés, 150 seront réalisés d'ici la fin de l'été." Fin juillet "235 sont déjà en cours de lancement dans 57 départements." Le 28 août une liste des 446 équipements financés est diffusée, une nuance étant apportée le 14 septembre où "446 équipements sont en cours d'implantation… la moitié fonctionnera dès le mois de septembre."

  • 3 Ou plutôt des surfaces de jeu gravillonnées ou goudronnées, le coût d'une pelouse de 90 mètres étan (...)
  • 4 D'un coût de 500 à 5 000 francs le mètre carré, l'importance du coût étant globalement proportionne (...)
  • 5 Ou plutôt l'installation d'équipements de sports de combat dans des locaux pré-existants.
  • 6 10 000 francs l'unité, livrée et installée.

34Sur ces 446 équipements, 56 % sont des installations polyvalentes, 13 % des “terrains de football"3, 11 % des pistes de skateboard, 7 % des murs d'escalade4, 6 % des salles de sports de combat5, 4 % des pistes de bicross, 2 % des terrains de tennis, 2 % des tables de ping-pong6.

35Une analyse des articles, entretiens et reportages qui jalonnent cet été bâtisseur montre que nombre des "équipements polyvalents" sont des équipements industriels préfabriqués, vendus sur catalogue par quelques grandes sociétés spécialisées dans l'aménagement des espaces urbains et des équipements sportifs traditionnels, installés par des équipes professionnelles. La société Agora s'y est taillée la part du lion, peut-être pour la qualité de ses prestations, peut-être également grâce à son efficace service de presse qui a réussi à faire passer nombre de photos de son équipement de proximité en illustrations d'articles consacrés au projet ministériel, des publireportages à la gloire de ces équipements accompagnant souvent les articles et mentionnant “Madame Bredin, Ministre de la Jeunesse et des Sports, dont l'action en faveur des quartiers défavorisés s'est largement inspirée des travaux d'Agora..."

III - RÉACTIONS ET ANALYSES APRÈS LA CAMPAGNE 1991

1. Dans les municipalités

36Les responsables sportifs municipaux ont rappelé rapidement que “la plupart des opérations réalisées étaient programmées bien avant, que les dossiers étaient prêts" et que "les collectivités locales n'ont pas attendu l'Etat pour agir concrètement." Ils pointaient également l'existence d'une charge induite créée par la nécessité de l'entretien de l'équipement, et le poids de la contrainte d'une animation laissée à la charge de l'aménageur, (Entretien avec les responsables de l'Association Nationale des Directeurs d'installations Sportives et de Services des Sports. Paysage actualités, octobre 1991).

37Le Centre National de la Fonction Publique Territoriale a conduit une évaluation du dispositif ministériel avec des représentants des villes où des équipements avaient été installés. (Bayeux, 1991).

38Les conclusions montraient qu'un sentiment de mise à l'écart était né durant l'été : "Si les crédits sont les bienvenus, ils devraient pouvoir s'intégrer dans des projets sur lesquels les villes ont déjà réfléchi avec différents partenaires sociaux… A qui s'adresse le dossier : responsables DSQ, associations, service des sports ?"

  • 7 Dans le même ordre d'idée, combien y a-t-il eu de murs d'escalade difficilement utilisables car uni (...)

39L'évaluation mettait également en évidence l'inadaptation de certaines réponses faites dans l'urgence à des demandes stéréotypées et mal évaluées : "Après une concertation rapide, une ville décide d'installer des pistes de skateboard dans différents quartiers. Après l'engouement des premiers jours, les pistes servent à tout sauf au skate."7

2. Dans les associations de jeunesse et le mouvement sportif

40Historiquement reconnues comme étant parmi les acteurs principaux du terrain et comme relais partenariaux du ministère, les associations se sont vu marginalisées par ce projet dont le caractère éphémère les a surpris : "il ne faudrait pas que les opérations d’été viennent à éclipser, voire à concurrencer le travail de prévention, nécessairement de longue haleine, Eteindre un incendie c'est bien, mais débroussailler c'est mieux." (Comité National des Associations de Jeunesse et d'Education Populaire).

41Au plus haut niveau de l'institution sportive, le ressentiment est le même : "L'Etat n'a pas à se substituer à nous, C'est nous qui sommes sur le terrain." (Nelson Paillou. Président du Comité National Olympique et du Sport Français. Entretien personnel).

42Une autre critique associative a porté sur le traitement financier privilégié du projet ministériel, en comparaison avec les pratiques administratives habituelles. Nombre d'associations et de regroupements associatifs ont fait remarquer amèrement que l'efficacité montrée dans l’habilitation des projets et dans l'attribution de subventions pour les équipements de proximité pourrait tout à fait s'appliquer aux relations entre le ministère et le tissu associatif, en rappelant qu'à l'habitude les subventions de l'Etat mettent approximativement un an à arriver à leurs destinataires, qui systématiquement engagent des actions sur leurs fonds propres (et leurs éventuels découverts bancaires) pour que celles-ci aient lieu.

43De nombreuses prises de position émanant des grandes coordinations associatives et reprises dans la presse associative montrent que s'est déclarée ici une fêlure dans leurs relations avec leur ministère de tutelle.

3. Chez les animateurs professionnels et les travailleurs sociaux8

  • 8 C'est un milieu professionnel de culture orale. Les réactions reprises ici ont été recueillies à l' (...)

44Il s'y exprime un sentiment important d'absence de prise en compte de leurs compétences professionnelles et de leur ancrage relationnel dans les cités, au plus près des jeunes visés par le dispositif ministériel. Les actions d'aménagement des espaces extérieurs déjà engagées avec les promoteurs sociaux sont ignorées, et les projets prennent trop rarement en compte la réalité intime d'un quartier ou d'une cité, sa géographie sociale, sa micro-sociologie, dont ces professionnels se sentent des experts au quotidien.

45L'intervention massive et sans nuance d'un ministère jusque-là totalement absent des procédures de DSQ, ne prenant pas en compte le point où en était chacune de celles-ci, se présentant comme un financeur inattendu et généreux, intervenant à partir de sa direction des Sports alors que les fonctionnaires et les services connus par les milieux éducatifs sont rattachés à la direction de la Jeunesse, a parfois choqué, souvent surpris, toujours interrogé les professionnels sur la logique globale de l'action.

4. Au ministère de la Jeunesse et des Sports

46Au-delà des communiqués de presse, deux instructions ministérielles tirant le bilan de l'opération et posant des principes d'organisation pour l'avenir permettent de lire en négatif les éléments qui semblent insatisfaisants à leurs rédacteurs.

47L'Instruction 91-154 du 19 septembre 1991 veut préparer la seconde tranche de mise en place d'équipements. L'accent y est fortement mis sur la nécessité d'une implication importante des jeunes dans la conception et la gestion des projets, sur la priorité à donner à la concertation avec les partenaires locaux, sur l'animation de l'équipement et sur la nécessité de son libre accès permanent. Sain rappel des règles par principe, ou nécessaire rappel à l'ordre ?

  • 9 Dans le même temps le ministère crée les Projets J pour soutenir des projets de jeunes, et les Poin (...)

48L'Instruction 92-031 du 18 février 1992 lance une seconde tranche de cinq cents équipements pour 1992, et officialise le terme de J-Sports pour désigner les équipements sportifs de proximité.9

  • 10 Les italiques dans les citations extraites des instructions ministérielles sont de notre fait.

49Elle s'ouvre sur un auto-satisfecit ("A l'évidence l'opération a été une réussite"), étrangement nuancé dans les phrases suivantes : "les projets ont été, dans l'ensemble, bien ciblés, et souvent de bons rapports de partenariat ont été établis..."10

50Cette atténuation est encore plus marquée par la suite : "cependant, certains aspects moins positifs ont pu être soulignés, concernant notamment l'Implication des jeunes..., la concertation…, le strict respect des trois volets aménagement-animation-formation."

51Le corps du document comporte d'autres critiques voilées : "éviter l'appropriation par un clan ou un groupe,... éviter les parrainages symboliques (par des sportifs de haut niveau) qui ne se manifesteraient que le temps d'une inauguration,... rechercher en priorité une personnalité sportive locale dont la présence sera plus régulière et l'engagement plus concret."

52C'est à se demander ce qui a fonctionné de façon réellement satisfaisante, à part la rapidité du traitement des dossiers par les services ministériels.

53Fin 1991, ces services produisaient une brochure technique portant sur la conception, les responsabilités et les questions d'assurances liées aux J-Sports. Cette brochure a été diffusée début 1992 ; d'évidence, son absence durant la première phase s'était faite durement ressentir chez les responsables municipaux.

54Ce retard pris dans la diffusion des données techniques, disponibles six mois après la diffusion des textes d'orientation politique et d'organisation administrative, laisse penser que l'opération avait été lancée dans une relative impréparation.

IV- LES ANNÉES SUIVANTES : 1992, 1993

55Une seconde campagne a été engagée en 1992, cadrée par l'instruction du 18 février. Comme en 1991, une tranche de cinq cents équipements a été financée pour un total de deux cents millions de francs.

56L'instruction ministérielle 92-253 du 31 décembre 1992 tirait le bilan de l'été, et précisait que 1 060 J-Sports avaient été réalisés : "... si le contrat a été respecté quant au nombre d'aménagements réalisés, si de nombreuses communes attendent de voir satisfaits de nouveaux projets, il reste encore à améliorer différents aspects du programme : la concertation avec les jeunes, l'aménagement du J-Sport, l'animation, la formation..." Une sévère analyse des points à améliorer suivait : "...concertation bien souvent ignorée ou détournée.,, réalisation d'équipements lourds et normés.., conception défectueuse de plusieurs équipements,., imperfection ou absence de formation des animateurs..."

57Cette instruction marquait également la prise d'importance des milieux sportifs dans l'attention apportée aux équipements : "vous étudierez avec soin la conception et la fonctionnalité de l'aménagement projeté, en liaison avec les structures sportives concernées (comités départementaux. Conseillers techniques départementaux)."

58Ce texte annonçait le financement d'une troisième tranche de cinq cents équipements en 1993, pour un total de cent millions de francs, la participation ministérielle étant toujours fixée à un maximum de 300 000 francs H.T, par équipement.

59Par la suite, des circulaires et des instructions ministérielles citeront régulièrement les J-Sports parmi les éléments à utiliser et à développer pour répondre aux programmes ministériels d'animation, et préciseront brièvement quelques points lies à la formation des animateurs socio-sportifs dont l'action pourrait s'appuyer pour partie sur les J-Sports, et dont la formation pourrait être prise en charge à ce titre.

60Les critiques à l'encontre de la politique ministérielle issues du milieu associatif iront en s'amenuisant vis-à-vis de l'objet particulier que sont ces équipements, pour porter plus globalement sur l'ensemble de la politique d'intervention directe et de contournement des partenaires, de plus en plus développée selon ces institutions.

61Quant aux collectivités territoriales, leurs responsables sauront rapidement adapter leurs dossiers de demandes de subvention aux règles fixées pour cette opération, même si la réalité doit en être un peu "arrangée" pour cela. (Echanges personnels à l'occasion de rencontres professionnelles et de stages de formation).

62L'alternance politique a amené une nouvelle responsable à la tête du ministère de la Jeunesse et des Sports au printemps 1993. Lors d'une conférence de presse tenue le 11 mai, celle-ci a évoqué les "équipements de plein air, les installations légères" en des termes qui font penser à une orientation plus sportive que sociale : "apprendre aux jeunes, c'est également accroître un certain nombre d'équipements de plein air, des installations légères ,.. J'entends développer pour cela des équipements que l'on a appelés de proximité. Ils permettent et effectuer un véritable quadrillage de l'activité sportive,"

V - QUESTIONS EN SUSPENS

I. Peut-on organiser les inorganisés ?

63Une étude sur les usages sportifs des espaces publics urbains par des adultes autonomes rend pessimiste à ce sujet, Les chercheurs y montrent que l'attrait de la pratique sportive en site urbain tient pour beaucoup à l'appropriation d'espaces non prévus pour cela par leurs usagers, et au caractère informel de cette relation à la ville. Le développement et la fonctionnalisation des micro-sites sportifs seraient alors limitative de la spontanéité sociale. Et comme ces pratiquants inorganisés ne font pas partie, par définition, des associations sur lesquelles souhaitent s'appuyer les promoteurs d'équipements de proximité, il est difficile de les associer à une éventuelle concertation préalable à un aménagement, (Adamkiewicz, 1991).

64L'expérience du développement du skateboard chez les adolescents rend également pessimiste sur l'intérêt de l'aménagement de lieux spécifiquement destinés à cette pratique. À part pour quelques spécialistes aux démonstrations spectaculaires, les rampes et tremplins ne sont pas adaptés au niveau technique de pratique de l'énorme majorité des enfants et des adolescents skaters. Ceux-là continuent de pratiquer dans les espaces publics présentant des surfaces et des difficultés adaptées à leurs compétences : parkings, grandes dalles piétonnes ,.. (Fize et Touché, 1992).

65Enfin, et globalement, les comportements adolescents s'accordent mal de cadres matériels stéréotypés et contraignants. Il y a plus besoin à l'adolescence d'espaces à vivre que d'espaces à faire, qui plus est chez les adolescents vivant le mal-être quotidien de la galère, (Lesourd, 1992),

2. Répondre à une pression... Et après ?

66Nombre de jeunes estiment qu'ils ont gagné en obtenant l'aménagement d'un équipement de proximité. Mais gagné quoi, et gagné comment ?

67Certes, ils ont obtenu un équipement. Mais l'objectif de mille cinq cents J-Sports réalisés serait-il atteint fin 1993 que le chiffre en serait certes impressionnant, mais la réalité tout aussi dérisoire. Un J-Sports est investi par quelques dizaines d'enfants et d'adolescents, soit approximativement le nombre de jeunes habitants d'un grand immeuble ou d'une petite cité. Or il y a quatre cents quartiers en DSQ, chacun comptant plusieurs milliers d'enfants et d'adolescents.

68Gagné comment ? Il se fait jour des sentiments de toute puissance enfantine chez certains jeunes, les moins équilibrés socialement et affectivement. Il suffirait donc d'une grosse colère, d'une excitation nocturne tournant à l'émeute urbaine juvénile pour obtenir satisfaction ? Quel avenir pour ces jeunes, quelles capacités à réguler l'expression de leurs pulsions si les adultes et les institutions chargés d'éduquer à l'acceptation de la frustration par la non-satisfaction immédiate des désirs entrent dans le jeu de cette satisfaction immédiate ? (Wacquant, 1992).

3. Quels rôles pour ces équipements ?

69S'agit-il d'établir l'amorce d'une filière socio-sportive à l'image de la filière socio-culturelle des années 1960, en parallèle à la filière sportive faite de clubs, de compétitions, d'adhésions formalisées ? L'instruction du 18 février 1992 y fait explicitement référence : "...aux compétences sportives, il [l'animateur] devra ajouter des compétences socio-éducatives. On pourra, à ce propos, parler d'un animateur socio-sportif."

70A l’inverse, une finalisation sur l'entrée dans les clubs locaux aux fonctionnements classiques amènera d'autres choix de compétences, d'aménagements, d'organisations.

71Ces choix seront forcément à effectuer, soit de façon explicite et raisonnée, soit implicitement par les orientations qu'y donneront peu à peu les décideurs, telles l'instruction du 31 décembre 1992 et la prise de position ministérielle de mai 1993 qui laissent penser à une finalité "pré-sportive" de ces équipements. Il n'aurait pas été inutile de poser ces questions et de déterminer leurs choix au préalable.

CONCLUSION

72Mille équipements sportifs pour les jeunes en difficulté : un chiffre spectaculaire et dérisoire à la fois, au service d'un geste politique qui a marqué. Les médias de l'été 1991 se sont régulièrement fait les échos des actions spectaculaires du ministère de la Jeunesse et des Sports, Ce n'est pas faire un mauvais procès à cette politique, ni de procéder à des interprétations malhonnêtes, que de dire cela : l'instruction du 18 septembre 1991 précisait clairement que "dans la mesure du possible, il est souhaitable d'éviter la dissémination des crédits sur plusieurs projets et de les concentrer sur des projets où notre intervention sera significative."

73Echec relatif en matière d'adaptation au public visé, en matière de partenariat, en matière d'association des jeunes à l'aménagement de leur cadre de vie, cette opération a été massifiée dans l'urgence alors que les bilans des premières expérimentations n'étaient pas tirés, et a été développée sans concertation avec les acteurs et les responsables des opérations de développement local. Elle ne prenait pas en compte, dès son lancement, l'exigeant triptyque repéré par Delarue pour la réussite d'une action de développement urbain : l'approche concomitante du bâti, du social et de l'économique.

74Développés autrement, les J-Sports auraient pu s'intégrer de façon active et efficace dans des interventions inter-partenariales de développement social urbain. Abordés de façon volontairement autonome et médiatisés à outrance, ils ont simplement été, au delà de la matérialité de réalisations qui auraient de toute façon été effectuées, non pas les réalisations d'une politique tournée vers la jeunesse, mais les moyens d'une politique construite sur la jeunesse.

Bibliographie

Références bibliographiques

ADAMKIEWICZ E,, Les usages sportifs des espaces publics urbains, Lyon : CRIS. Université Claude Bernard. 1991.

BAYEUX P., Aménagements sportifs de proximité. Equipements ouverts à tous. CNFPT. 1991.

BROYER G., "Des thérapies corporelles au sport adolescent ou : si le sport n’était pas le sport ?" Sauvegarde de renfonce, no 1-2, 1993, p. 109-116.

DELARUE J.M., Banlieues en difficulté. La relégation. Rapport au ministre d'Etat, ministre de la ville et de l'aménagement du territoire, Paris : Syros, 1991.

DUBET F., La galère : jeunes en survie. Paris : Fayard, 1987.

DUBOUCHET L., Evaluation des Opérations Prévention Eté, Collège coopératif Provence. Alpes. Méditerranée. Aix en Provence : 1990.

FIZE M, et TOUCHE M., Le skate : la fureur de faire. Caen : Arcane-Baunieux, 1992.

FONDATION ROI BAUDOUIN. Itinéraires d'infrastructures légères réussies. Bruxelles : Fondation Roi Baudouin, 1991.

LESOURD S. (dir), Adolescents dans la cité. Paris : Erès, 1992.

MINISTÈRE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS, Les J-Sports. Plus de 1000 équipements sportifs de proximité. M.J.S, 1992.

MISSION TECHNIQUE DE L'ÉQUIPEMENT, Les J-Sports. Conception, responsabilités, assurances, Ministère de la Jeunesse et des Sports, 1991.

PARISOT D., "Entre mythes et réalités : un espace pour la recherche en sciences sociales," Sport et insertion sociale. Paris : Fédération Léo Lagrange, 1992.

SCHWARTZ B,, L'insertion professionnelle et sociale des jeunes. Rapport au Premier Ministre, Paris : La documentation française, 1981.

TILLARD J., Le développement personnel et l'intégration sociale des jeunes par les loisirs. Rapport au Conseil Economique et Social. Paris : Journal Officiel, 1991.

WACQUANT L.J.D., "Pour en finir avec le mythe des cités ghettos", Annales de la recherche urbaine, no 54, 1992, p. 21-30.

Notes

1 Ce rejet n'est pas physique, ni officiellement institutionnel, du moins dans un premier temps. Il se fait en douceur, par le développement de pratiques d'activités et de modes relationnels éloignés des attentes et des fonctionnements de ces jeunes.

2 Les associations et fédérations nationales de jeunesse et d'éducation populaire sont toutes financées par le ministère jeunesse et sport pour leurs actions, et sont “reconnues d'utilité publique."

3 Ou plutôt des surfaces de jeu gravillonnées ou goudronnées, le coût d'une pelouse de 90 mètres étant d'un tout autre ordre de grandeur.

4 D'un coût de 500 à 5 000 francs le mètre carré, l'importance du coût étant globalement proportionnelle à l'intérêt de la structure à grimper réalisée. Une surface grimpable d'un minimum de 100 à 150 mètres carrés est nécessaire pour que l'activité y soit riche et variée. Chiffres FFME.

5 Ou plutôt l'installation d'équipements de sports de combat dans des locaux pré-existants.

6 10 000 francs l'unité, livrée et installée.

7 Dans le même ordre d'idée, combien y a-t-il eu de murs d'escalade difficilement utilisables car uniquement verticaux, d'une hauteur rendant nécessaire l'utilisation (et la possession) d'un matériel spécialisé pour assurer la sécurité des grimpeurs, équipés de prises de trop petite taille pour en permettre l'utilisation par des débutants dans une pratique occasionnelle ? Et combien de tables de tennis de table implantées en plein vent, utilisées uniquement comme sièges ou comme établis pour réparer les moteurs de mobs ? Cependant, cette éventuelle et relative inadaptation des équipements aux besoins réels de leurs utilisateurs potentiels est à mettre au passif des maîtres d'ouvrage plutôt qu'à celui du ministère financeur.

8 C'est un milieu professionnel de culture orale. Les réactions reprises ici ont été recueillies à l'occasion de rencontres professionnelles et de formations tenues durant l'automne 1991 et l'hiver 1991-1992.

9 Dans le même temps le ministère crée les Projets J pour soutenir des projets de jeunes, et les Points J pour diffuser des informations.

10 Les italiques dans les citations extraites des instructions ministérielles sont de notre fait.

Auteur

Chargé de mission Jeunesse C.E.M.E A, Paris

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540