Version classiqueVersion mobile

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

3. Nouveaux "espaces" sportifs et nouvelles formes d'action collective

Cet enjeu qu'est le sport pour tous*

Note de recherche

Joël Raynaud

Texte intégral

  • * La revue Aquitaine Sport Pour Tous rend compte régulièrement de la diversité du développement d'un (...)

1Si l’on compare les pourcentages de compétiteurs et pratiquants licenciés au sein des associations sportives en 1992 dans différents pays industrialisés tels que l'Allemagne, le Japon le Canada, l'Australie, tous les pays nordiques, la Grande Bretagne etc.... on s'aperçoit qu'ils avoisinent tous 20 %. Il en est de même en France, prenant en référence les 13 millions de licenciés reconnus. Si, de plus, vous considérez l'évolution de ces pourcentages depuis une dizaine d'années, vous constaterez qu'il y a stagnation autour de ces 20 %, y compris dans notre pays. Par contre, si vous examinez le taux de pénétration de la pratique sportive en 1992 (tenant compte des licenciés et des non licenciés) dans ces mêmes pays, les résultats donnent de nouvelles indications, à savoir : Finlande (80 %), Pays Bas (72 %), Allemagne (69 %), Norvège (65 %), Grande Bretagne (60 %), Suède (51 %), France (40 %). Enfin, en analysant la progression de ces derniers pourcentages de pratique sportive depuis dix ans, on remarque qu'ils sont en constante progression, et qu'ils ont été pour la plupart multipliés par 2.

2Il est bien évident que ces éléments appellent une première analyse, qui est sous-tendue d'ailleurs par une hypothèse de référence, c'est dire que si nous avons atteint aujourd'hui, si ce n'est le plafond, du moins un plateau dans la courbe du nombre de pratiquants licenciés (environ 20 %), nous sommes encore en France en phase de progression quant à la pratique dite Spod Pour Tous.

3Cela permet également d'avancer une autre hypothèse, à savoir : plus on communique sur la pratique sportive, pour ou par la pratique sportive, de manière directe ou indirecte, plus on génère une adhésion de nouveaux pratiquants dans le domaine du Sport Pour Tous II y a là manifestement matière à réflexion. Il faut ajouter cependant, que la communication à laquelle nous faisons référence n'est que peu souvent le fait du mouvement sportif, mais bien plus celui du secteur économique qui utilise l'activité physique comme un média tantôt au service de la santé ou de la diététique, tantôt pour la remise en forme, voire pour toute promotion d'un produit n'ayant parfois que peu de rapport avec le sport.

4Nos activités sont donc dans les années quatre-vingt-dix un vecteur communicant a caractère positif. Il est bien certain que cela peut constituer un danger pour les acteurs institutionnels de la pratique sportive que sont notamment le Mouvement Sportif et les collectivités publiques, si l'un comme l'autre ne trouvent pas une solution pour entrer dans cette stratégie. Et si l’on reparle de Spod Pour Tous actuellement dans toutes les sphères décisionnelles, et à tous les échelons structurés de notre société, c'est bien qu'il y a là un enjeu tel qu'il est désormais impossible de l'ignorer, si tant est qu'il ne soit pas encore trop tard.

5Au plan national, on note que le nombre de pratiquants licenciés se situe au même niveau depuis trois ou quatre ans, et il tend même à diminuer dans plusieurs disciplines. Dans le même temps, en revanche, le nombre de pratiquants du sport loisir est en constante augmentation.

6Compte tenu de ces tendances, on comprend mieux que les élus des collectivités publiques ne puissent rester insensibles au fait que si, pendant de longues années, les crédits consacrés à la pratique sportive furent entièrement destinés aux disciplines codifiées, institutionnalisée, il n'est plus possible désormais de nier la réalité de cette évolution de l'activité sportive, voire la pression de cette nouvelle commande sociale qui va bien au-delà des concepts anciens...

7Pour toutes ces raisons, il nous a semblé nécessaire de mettre en place, progressivement, mais sans perdre de temps, des politiques concertées de promotion de la pratique sportive. La Région Aquitaine a, de ce point de vue, depuis plus de dix ans, montré l'exemple, et il est pour le moins regrettable que celui-ci n'ait pas généré d'autres vocations, à différents niveaux : local, départemental, régional ou national.

8Il existe dans notre région un plan de promotion du sport qui associe tant les collectivités territoriales, au premier rang desquelles figure le Conseil Régional, que le Mouvement Sportif, au sein duquel le Comité Régional Olympique joue un rôle déterminant, que les services déconcentrés du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Ce plan s'est traduit par de très nombreuses initiatives et actions, et en particulier par le lancement, en 1989, d'une campagne de communication en direction de l'ensemble des 9 500 clubs aquitains intitulée : "Le Sport, c'est bien mieux dans un club".

9Cette opération, aujourd'hui loin d'être terminée, présente en réalité deux avantages :

  • d'une part elle associe l'ensemble des acteurs institutionnels régionaux dans une action visant un public très large ;
  • d'autre part, elle permet aux associations sportives locales, de même qu'aux ligues et comités, de trouver des réponses aux questionnements que nous avons formulés plus haut.

10Déjà, l'ouverture sociale de la pratique sportive en Aquitaine se vérifie en divers lieux et occasions. Parmi les facteurs de réussite, il en est un particulièrement décisif : la collaboration étroite entre partenaires engagés. De fait, nous sommes convaincus que la mise en place d'une politique Sport Pour Tous au niveau régional, comme au plan local, passe obligatoirement par une étroite concertation et collaboration entre les élus, le mouvement sportif et l'Etat, sachant que si l'objectif essentiel est bien de permettre au plus grand nombre d'accéder à une pratique personnelle, les modalités pour l'atteindre étant à adapter au vu des conditions spécifiques localisées.

11Nous savons qu'en Aquitaine, sans prétendre avoir trouvé la solution idéale, nous travaillons de manière étroite à la mise en œuvre d'une politique qui se traduit par de nombreux programmes de promotion tous articulés autour d'un slogan fort : "Le Sport : c’est bien mieux dans un club".

Notes de fin

* La revue Aquitaine Sport Pour Tous rend compte régulièrement de la diversité du développement d'une pratique du plus grand nombre.

Auteur

Secrétaire général d'Aquitaine Sport Pour Tous Direction régionale de la Jeunesse et des Sport (Aquitaine)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search