Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

3. Nouveaux "espaces" sportifs et nouvelles formes d'action collective

La politique sportive intercommunale : un exemple grenoblois

Note de recherche

Jean-Pierre Mounet and Pierre Chifflet

Full text

1Les politiques sportives intercommunales ne se définissent pas de façon évidente. Aucun texte législatif ou réglementaire ne précise, en France, les missions des syndicats intercommunaux en matière de sport. La récente loi du 6 février 1992 qui prévoit la création de communautés de villes et de communautés de communes pourra peut-être permettre de définir dans l'avenir des politiques sportives intercommunales. Avant cette loi, tout projet intercommunal ne pouvait se référer qu'aux exemples de politique sportive municipale en tentant de transférer au niveau intercommunal les objectifs et les stratégies répertoriés au niveau communal. Ainsi, pour étudier un projet intercommunal, il est nécessaire de le replacer dans le cadre des politiques sportives municipales qui ont fait l'objet de nombreux travaux. Actuellement, celles-ci aborderaient une phase dans laquelle la demande sociale induirait un "pilotage" des projets par les élus communaux sous la pression d'enjeux électoraux. Cette demande sociale, de nature encore essentiellement associative, s'est élargie dans la mesure où elle concerne tous les "groupements" et n'est plus uniquement constituée par les clubs.

2Pour la plupart des communes, à la difficulté de définir une politique sportive s'ajoute la difficulté de coordonner ses projets avec ceux des communes voisines. La politique sportive du syndicat intercommunal grenoblois — le SIEPARG — se caractérise par le caractère facultatif des projets d'équipements sportifs et par l'absence de cadre permettant de les faire évoluer de façon prévisible.

3Les projets sportifs sont instruits par une commission socio-culturelle et sportive qui les met en forme et les propose au vote de l'organe décisionnel, le comité syndical. Sans ressources propres sur ce chapitre, le SIEPARG ne peut financer ces projets facultatifs et doit les proposer aux communes qui restent les seuls juges de l'opportunité de leur adhésion et donc de leur participation financière à chaque proposition. Si un nombre suffisant de communes donne son accord à un projet, celles-ci se regroupent au sein d'une "section facultative" dont la seule vocation est le financement et la réalisation de cet équipement. Il est normal que dans une telle zone d'incertitude, tout projet induise des enjeux de pouvoir, selon les termes de M. Crozier et E. Friedberg, entre les acteurs en présence.

4Les acteurs du projet ont été considérés comme appartenant à une organisation, certes encore floue mais en cours de gestation puisque le projet n'est viable que dans la mesure ou les acteurs créent une structure de gestion ad hoc. Une analyse organisationnelle a été menée grâce, notamment, à une grille d'indicateurs concernant les objectifs sportifs (sport de performance, sport scolaire, sport pour tous). Le but de la recherche était de préciser le système d'action concret de cette organisation afin de repérer les enjeux de pouvoir entre les différents acteurs et de tenter de caractériser une politique sportive intercommunale. Enfin, les modalités projetées d'occupation du site dans l'espace et dans le temps ont été mises en parallèle avec les résultats de cette analyse pour illustrer les stratégies des acteurs et appréhender si ces stratégies se projettent dans la réalité spatiale du site sous la forme d'un espace sportif propre à chaque catégorie de sportifs.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.