Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

3. Nouveaux "espaces" sportifs et nouvelles formes d'action collective

Sport et intercommunalité au sein de l’agglomération grenobloise

Patrick Bouchet et Michel Raspaud

Texte intégral

1. Introduction

1Aujourd'hui, l'évolution des pratiques sportives urbaines au sein des grandes agglomérations de l'hexagone apparaît des plus importantes. Une nouvelle dynamique locale émerge répondant à des besoins multiples et divers. Devant les enjeux financiers, mais aussi sociaux et politiques qu'elle représente, les communes sont confrontées à des choix difficiles pour gérer le sport dans sa globalité. Cette difficulté s'est amplifiée d'autant plus que ni la décentralisation, ni les initiatives étatiques pour l'intercommunalité plutôt "associative" (SIVU, SIVOM, syndicats mixtes) ou pour l'intercommunalité plutôt "fédérative" (Districts, communautés de villes, de communes) ne concernent le sport. En effet, les propositions de regroupements communaux n'ont prévu ni la répartition des pouvoirs sportifs entre les collectivités territoriales, ni les règles de Pinter communalité sportive".

2Pour comprendre les enjeux qui conditionnent cette intercommunalité sportive, il nous est apparu nécessaire d'étudier la situation de l'agglomération grenobloise réduite aux 23 communes adhérentes au SIVOM local, le Syndicat Intercommunal d'Etudes Programmation et Aménagement de la Région Grenobloise (SIEPARG), au sein duquel le sport, comme la culture, est une vocation facultative et ne concerne que les équipements intercommunaux.

3Cette analyse amène à caractériser ces enjeux en termes de financement et d'aménagement, en terme symbolique (identité communale) et en terme politique (pouvoirs en confrontation), qui influent sur les possibilités de définition d'une politique intercommunale, globale ou partielle, en matière de gestion de l’"espace sportif local".

4Nous formulons l'hypothèse que l'intercommunalité sportive remet foncièrement en cause les pouvoirs politiques de chacune des 23 municipalités qui voient, au sein d'une action globale, soit leur identité sportive et politique se dissoudre en termes de choix et de décision, soit leurs intérêts personnels se concrétiser mais au sein d'une action collective.

2. Méthodologie

5Une enquête à plusieurs axes a permis de réaliser un diagnostic de la situation sportive de l'agglomération grenobloise à travers le recensement :

  • des formes de pratiques (individuelles ou au sein des groupements sportifs) ;
  • des espaces de pratiques (construits, aménagés, ouverts) ;
  • des équipements et des groupements intercommunaux existants ou en projet.

3. Les constats

Premier constat : l'image dynamique et sportive de l'agglomération grenobloise

  • 1 Tableaux de l’Economie Française 1992-1993, INSEE, 1993.

6L'agglomération grenobloise compte, d'après le recensement de 1990, 400 000 habitants, dont 40 000 étudiants, répartis sur 31 communes autour de la ville centre. Elle se positionne comme la dixième agglomération nationale d'après l'INSEE1 et se situe, en importance, entre Toulon et Strasbourg, Les 23 communes adhérentes au SIEPARG représentent 367 000 habitants et constitueront dorénavant, pour notre étude, l'agglomération grenobloise.

7Son secteur économique de pointe (high tech, informatique, synchrotron), son passé culturel (Maison de la Culture inaugurée en 1968), et sa population composée d'une forte proportion de cadres, lui confèrent une image dynamique et une aura nationale qui se concrétise par un taux de chômage inférieur à la moyenne de l'hexagone.

8La position géographique de l'agglomération grenobloise lui offre également une spécificité du point de vue de son agencement et de son positionnement par rapport à l'espace montagnard, mais aussi du point de vue de l'attraction touristique qu'elle revêt pour les sports d'hiver et actuellement pour les sports d'été d'altitude. Cette attraction sportive et montagnarde est liée, entre autres, à l'impact des Jeux olympiques d'hiver de Grenoble de 1968,

Deuxième constat : la réalité intercommunale de fait de la pratique sportive

Au sein des groupements sportifs ou l'inter-communalité sportive associative

  • 2 IRLINGER P., LOUVEAU C„ MÉTOUDI M., Les pratiques sportives des français, INSEP, 1987.

9L'agglomération grenobloise compte 1 040 groupements sportifs, affiliés ou non à une Fédération, présentés dans le tableau 1. À partir des moyennes de pratiquants (hormis ceux résidant en dehors du SIEPARG (tableau 2)) par types de groupements sportifs, nous avons calculé le nombre d'adhérents. L'enquête de l'INSEP2 en 1987 montrant qu'"un licencié est titulaire, en moyenne, de 1,26 licence", nous avons divisé le nombre d'adhérents précédemment obtenu par 1,26, ce qui donne les chiffres exposés dans le tableau suivant.

Tableau 1 - Les groupements sportifs de l'agglomération grenobloise

Tableau 1 - Les groupements sportifs de l'agglomération grenobloise

10Le volume total d'adhérents à ces groupements sportifs représente environ 148 000 personnes. Ainsi, près de 40 % des habitants de l'agglomération, font du sport au sein d'un ou plusieurs groupements sportifs, soit deux individus sur cinq.

11En outre, le recrutement des membres des groupements sportifs, d'après le tableau 2, apparaît majoritairement communal avec 63 %, mais également d'agglomération avec 30 % soit 44 000 individus. Nous pouvons ainsi dire que la pratique sportive au sein des groupements sportifs constitue une réalité intercommunale de fait.

12Cette inter-communalité de pratiquants se concrétise quelquefois par le paiement d'un supplément de cotisation pour les personnes ne résidant pas dans la même commune que le groupement sportif auquel ils adhèrent.

Tableau 2 - Le recrutement des membres des groupements sportifs (en pourcentage)

Tableau 2 - Le recrutement des membres des groupements sportifs (en pourcentage)

Au sein des espaces ouverts ou l'intercommunalité sportive spontanée

  • 3 SALOMON J.C., CHIFFLET P,. BOUCHET P., Espaces publics et pratiques sportives dans l'agglomération (...)

13Suite au recensement général, et à l'analyse effectuée conjointement avec d'autres confrères3, les espaces publics sur lesquels sont observés des pratiques sportives ont été regroupés en fonction des critères objectifs suivants :

  1. le positionnement géographique par rapport au centre ou à la périphérie de la commune ;
  2. l'activité principale prévue sur te site.

14Ainsi, 3 groupes d'espace furent retenus : les espaces ouverts de proximité (moins d'une demi-heure de déplacement), les espaces ouverts périphériques et les espaces sportifs (aménagés principalement pour le sport). Ils sont présentés dans le tableau suivant :

Tableau 3 - Les espaces ouverts de l'agglomération grenobloise

Groupe

Nombre

1- Les espaces ouverts de proximité

156

2- Les espaces ouverts périphériques

51

3- Les espaces sportifs

88

Total espaces ouverts

295

15Ainsi, la diversité ou la similitude des trois types d'espaces ouverts dépend, principalement, de leur localisation géographique et de leur aménagement. Les diverses observations réalisées, au cours de deux années 1992-93, ont permis de recenser 295 sites en zones urbaines. Il faut ajouter, à ceux-ci, des sites, non pris en compte ici, aménagés pour le ski, le parapente, le canyoning, les randonnées pédestres de moyenne et haute montagne, des lacs qui offrent voile, planche à voile, ski nautique et des rivières où se côtoient le canoë kayak et l'hydrospeed.

16Ces espaces ouverts font l'objet d'une appropriation des habitants de l'ensemble de l'agglomération grenobloise qui varie selon les sports, les lieux (populaire ou élitiste) et les heures ou jours de fréquentation lesquels distinguent des catégories d'usagers. Ainsi, ces espaces ouverts sont le siège d'une intercommunalité sportive de pratiquants.

Au sein des équipements sportifs ou les territoires de l'intercommunalité associative

17L'intercommunalité associative des groupements sportifs se concrétise au sein des équipements par l'intermédiaire des sports pratiqués. Ces groupements sont en perpétuelle concurrence pour une suprématie locale qui se négocie chaque année lors de l'établissement des plannings d'utilisation. Ces équipements demeurent, pour ces groupements, le territoire d'enjeux symboliques (identité d'existence et de reconnaissance) afin d'obtenir toujours plus de créneaux horaires.

18Les communes, au regard des frais de fonctionnement et d'entretien que représentent les installations sportives, doivent, en contrepartie, chercher un compromis entre :

  • privilégier l'identité sportive communale grâce à tel ou tel groupement représentant un vecteur important de notoriété par ses résultats sportifs ;
  • satisfaire le plus grand nombre possible de groupements sportifs locaux afin de contenter l'ensemble des pratiquants.

19Les 502 équipements sportifs repérés dans l'agglomération grenobloise ont été regroupés en 11 catégories (cf, tableau 4) :

  • les gymnases ;
  • les complexes sportifs publics (gymnase avec au moins 2 lieux de pratiques différentes) ;
  • les complexes sportifs privés (salle avec au moins 2 lieux de pratiques différentes) ;
  • les piscines et la patinoire ;
  • les stades ;
  • les parcs sportifs (stade avec au moins 2 lieux de pratiques différents) ;
  • les équipements couverts unisport (salle "publique" : tir, dojo...) ;
  • les équipements découverts unisport (golf, parcours santé, rocher d'escalade...) ;
  • les équipements mixtes - couverts et/ou découverts - unisport (tennis et boulodrome)
  • les centres socioculturels, de loisirs, de vacances ;
  • les salles privées.

20Ces 502 équipements sportifs, à la disposition de la population de l'agglomération, représentent un équipement pour 730 habitants. De plus, ils mettent en évidence une grande diversité entre le “traditionnel" (gymnase, stade, piscine) et le "novateur" (golf, rocher d'escalade, salles privées, etc.).

21Néanmoins, de nombreuses communes, pour la plupart périphériques, ne possèdent pas certaines installations publiques (piscine, stade, gymnase). Elles doivent donc soit se passer purement et simplement de ce genre d'équipement pour leurs habitants, soit rechercher des conventions d'utilisation avec des communes environnantes, soit envisager de construire certaines infrastructures. Par exemple, le manque de piscines et de patinoires sur l'agglomération a conduit les communes détentrices de ce genre d'équipement à faire payer un coût supplémentaire à la clientèle individuelle extérieure à la commune.

Tableau 4 - Les équipements sportifs de l'agglomération grenobloise

Équipements sportifs

Nombre

Pourcentage

Centres socioculturels, de loisirs, de vacances

59

11,8

Complexes sportifs publics

35

7,0

Complexes sportifs privés

30

6,0

Equipements couverts unisport

19

3.8

Equipements découverts unisport

50

10,0

Equipements mixtes unisport

66

13,1

Gymnases

57

11,4

Piscines + patinoire

22

4,4

Parcs sportifs

25

5,0

Salles privées

77

15,3

Stades

62

12,4

TOTAL

502

100

22Une autre solution adoptée par quelques communes, pour pallier les frais de fonctionnement et d'entretien, consiste, actuellement, à demander une participation financière pour les groupements sportifs ou scolaires des autres communes utilisant leurs installations. Ainsi, le Palais des sports de la ville centre met à disposition d'un club de la périphérie, pendant quelque mois seulement, sa piste cycliste pour 10 000 francs.

23Cette tendance révèle la difficulté institutionnelle qu'ont certaines communes à s'orienter vers une intercommunalité en matière d'équipement sportif. Elles préfèrent donc faire payer, ou payer des frais supplémentaires, plutôt que de perdre une partie de leur identité sportive construite autour de leurs équipements.

24Ceux-ci constituent la concrétisation de l'action politique municipale s'inscrivant sur le sol et structurant le territoire communal. Représentant des empreintes inscrites dans l'espace et dans l'histoire, ils demeurent le foyer d'enjeux politiques, symboliques (jusqu'au symbolisme de l'architecture), très importants lors de la conception et de la construction.

4. L'intercommunalité sportive institutionnelle au sein de l'agglomération grenobloise

25Le nombre de groupements, d'installations et d'espaces ouverts démontre l'importance du monde sportif au sein de l'agglomération grenobloise. Cette prégnance préoccupe les élus locaux quant aux orientations de leur politique à court et à long terme en matière de construction et d'utilisation des équipements. Toute action en faveur du sport devient un enjeu politique, voire électoral à ne pas négliger. Aussi, les charges financières que représentent la construction, le fonctionnement et l'entretien des infrastructures, mais aussi les subventions accordées aux clubs (notamment d'"élite") influent sur la coopération institutionnelle possible entre certaines communes.

26L'état des lieux des intercommunalités institutionnelles existantes se divise en 4 catégories (et, tableau 5) :

  • L'intercommunalité d'agglomération : les équipements engageant l'ensemble, ou une partie, des communes dans le cadre du SIEPARG.
  • L'intercommunalité sectorielle : les équipements impliquant l'engagement de plusieurs communes, hors du cadre mais sur le territoire SIEPARG, dans la construction, le fonctionnement et l'entretien des installations.
  • L'intercommunalité scolaire ou associative : les conventions d'utilisation entre deux ou plusieurs communes pour certains équipements.
  • L'intercommunalité de fusion de clubs fédéraux : association de deux ou trois communes pour le subventionnement et le prêt d'équipement à des clubs issus de la fusion de plusieurs clubs.

Tableau 5 - Les formes d'intercommunalité sportive institutionnelle de l'agglomération grenobloise

Intercommunalité

Noms des réalisations et communes associées

1- Intercommunalité d'agglomération

Centre de la Ligue de tennis (13 communes)
Golf de 9 trous (23 communes)
Base de loisirs (12 communes dont 4 SIEPARG) hors agglomération
Golf 18 trous (14 communes)
Centre de formation du club de football (23 communes)

2- Intercommunalité sectorielle

1 Piscine couverte de 50 mètres du Campus (2 communes)
1 Piscine et 1 gymnase (SIVOM du NERON de 3 communes)
1 gymnase (SIVU de 2 communes : SIEG)
1 gymnase (SIVU de 2 communes : SIGEP)
1 gymnase (SIVU de 5 communes dont 1 extérieure à l'agglomération : SIERSILAG)
1 vélodrome (SIVU de 2 communes : SIEGREV)

3- Intercommunalité scolaire ou associative

2 gymnases scolaires (2 communes)
1 gymnase scolaire (1 commune du SIEPARG et 3 extérieures)
2 gymnases et 2 stades scolaires (2 communes)
3 piscines (3 fois 2 communes)

4- Intercommunalité de fusion de clubs fédéraux

Club de volley bail : 2 communes
Club de hand bail : 2 communes
Club de cyclotourisme : 2 communes
Club pour 6 pratiques : 2 communes
Club pour 3 pratiques : 2 communes

27Ce tableau indique que la majorité des intercommunalités sportives d’équipements se réalise grâce à la présence du SIEPARG ou à la création d'un SIVU auquel adhèrent de 2 à 4 communes.

28Ces exemples montrent que l'intercommunalité institutionnelle sportive n'apparaît pas comme une utopie dans l'agglomération grenobloise même si elle ne représente qu'une très faible minorité de l'espace sportif local. Les différentes formes qu'elle revêt, révèlent la diversité du phénomène. Les intercommunalités sectorielles priment légèrement (6) et furent réalisées antérieurement aux intercommunalités d'agglomération dans le cadre du SIEPARG (dix dernières années). Ceci montre qu'autrefois les ententes intercommunales s'envisageaient plus en termes de résolutions de problèmes sportifs de "proximité" (scolaires en majorité) alors qu'aujourd'hui, les intercommunalités, dans le cadre du SIEPARG, tendent à prendre en considération des problèmes d'agglomération.

29Néanmoins, les réalisations intercommunales sectorielles d'équipement révèlent que les apparences de nom masquent, bien souvent, des constructions ou des utilisations déséquilibrées liées au poids (en termes de population, de ressource, d'investissement) de chaque commune participante. Ainsi, à titre d'exemple :

  • le gymnase du SIEG est utilisé à 75 % par une ville bien que construit par deux.
  • le gymnase du SIERSILAG : son financement est lié à l'usage scolaire de l'équipement déterminé par l'aire géographique de recrutement des élèves (5 communes), mais dont l'usage associatif ne concerne que la commune d'implantation.

30L'intercommunalité de fusion de clubs fédéraux ne concerne que cinq cas. Ainsi, la situation des groupements sportifs et leur utilisation des équipements paraissent satisfaire la majorité des communes, semblant préférer la construction d'un équipement communal à l'usage exclusif de leurs associations.

31Paradoxalement à ce constat, certains membres des OMS locaux tiennent un discours diamétralement opposé. Ils pensent l'intercommunalité sportive en termes de regroupements de l'ensemble des clubs d'une même pratique, ceci afin d'éviter les problèmes de concurrence concernant le recrutement des adhérents et le prestige sportif local et, ainsi, favoriser l'émergence du haut niveau par l'adhésion des meilleurs éléments à un seul club. Cette intercommunalité passerait, de manière incontournable, par la construction d'un certain nombre d'équipements de grande ampleur, couplés avec des centres de formation intégrés, sous l'égide des Fédérations, du Conseil Général et du SIEPARG.

32Néanmoins, la construction d'équipements, à l'heure actuelle, semble passer par l'intermédiaire d'un coordonnateur "supra-communal", le SIEPARG qui est un outil pour les communes. Celui-ci bénéficie d'une forme de pouvoir par la maîtrise de l'information et par sa compétence en matière de montage de dossiers administratifs et de financement, Ainsi, il parvient à créer des ententes entre les communes pour aboutir à la concrétisation des projets. Cependant, ce SIVOM refuse de s'engager si des organismes privés ou des associations n'assurent pas la gestion des installations construites. D'autres projets d'intercommunalité institutionnelle d'équipements sportifs existent (et. tableau 6).

Tableau 6 - Les projets de construction sur le territoire SIEPARG

Intercommunalité

Noms des réalisations et communes associées

1- Intercommunalité d'agglomération en projet

Rivière artificielle à la périphérie (13 communes)
Stade nautique (13 communes)
Dojo sur le Campus (SIEPARG)
Patinoire (SIEPARG)
Stand de tir (SIEPARG)
Un grand stade de football (SIEPARG)

2- Intercommunalité sectorielle en projet

Stade de football (SIVU de 3 communes)

33On constate, à travers ces exemples, que le SIEPARG supervise la plupart des projets d'équipements intercommunaux, Les demandes des groupements sportifs pour la création d'équipements communaux ou intercommunaux parviennent souvent directement au siège de ce SIVOM, Ainsi, le SIEPARG devient progressivement, dans les représentations des élus municipaux, mais aussi des comités directeurs des groupements sportifs, l'interlocuteur privilégié pour les constructions d'infrastructure sportive dans la mesure où il est perçu comme un outil efficace. Mais, en même temps, s'accentue la césure entre la volonté de ce SIVOM pour des actions d'accompagnement ou de participation aux réalisations de grande ampleur, et les discours des élus municipaux qui souhaitent l'intervention du SIEPARG pour des équipements sportifs de dimension communale.

  • 4 MONZAT V., Etude sur l'intercommunalité entre trois communes de l'agglomération grenobloise, Mémoi (...)

34L'adhésion des 23 communes aux projets d'intercommunalité institutionnelle globale ne fait pas l'unanimité. Certains élus municipaux déclarent ouvertement qu'"ils ne veulent pas faire partie prenante du SIEPARG car les décideurs n'essaient pas de prévoir un outil intercommunal mais tentent de bénéficier de fonds pour réaliser leurs installations. En outre, il est impensable que ces personnes veuillent faire passer un souci d'intercommunalité sans tenir compte des objectifs de la pratique sur le terrain”4. Cette critique est essentiellement dirigée vers une commune qui bénéficie déjà de deux équipements intercommunaux et qui tente d'en obtenir deux supplémentaires d'ici peu.

35A travers la critique de ces élus, deux faits importants émergent qui montrent la difficulté d'élaborer une réflexion globale réellement intercommunale, compte tenu des jeux d'influence et de pouvoir politique concernant :

  • le choix des lieux d'implantation des équipements d'agglomération. Les élus pensent que de tels équipements vont favoriser, en premier lieu, la commune choisie et celles directement environnantes plutôt que l'ensemble des adhérents au SIEPARG comme le montrent les équipements déjà réalisés. La désignation de telle ou telle commune est souvent liée aux pouvoirs exercés par certains dirigeants du SIEPARG.
  • la relation entre le type d'équipement à construire et les réalités sportives du terrain, c'est-à-dire la prise en compte des attentes et des besoins de l'ensemble de la population et des demandes des groupements sportifs locaux. Ceci, dans la mesure où, par exemple, un équipement privilégiant le sport spectacle implanté sur une commune apporterait plus à celle-ci, en terme d'image au regard des médias, qu'aux autres adhérentes au projet.
  • 5 La Lettre de l'Economie du sport, no 200, 1993.

36L'intercommunalité sportive d'équipement s'oriente essentiellement vers des infrastructures "traditionnelles" semblant aller à contre-courant des besoins actuels. L'étude du Moniteur et du “Laboratoire central des sols sportifs" met en évidence que la France se retrouve de mieux en mieux fournie en équipements de type gymnase, stade, piscine et autres installations unisport. Aussi, "ce style d'infrastructure ne soutient plus le marché de la construction d'équipements sportifs. En effet, les équipements multisports semblent mieux correspondre aux attentes des collectivités territoriales, car ils offrent des formules plus finement adaptées à la demande jocale, qui s'avèrent plus rentable en fonctionnement et en fréquentation"5. Ceci implique que l'intercommunalité d'agglomération ne concernerait que des équipements de grande dimension, très spécialisés et induisant des coûts de construction et de fonctionnement fortement élevés.

  • 6 MOUNET J.P., CHIFFLET P., "La réalisation d’un stade nautique intercommunal. Politiques sportives (...)

37En outre, les réunions de l'ensemble des responsables communaux aux assemblées du SIEPARG servent, bien souvent, soit à informer des projets mis en œuvre, soit à entériner les projets proposés6. Ce constat met en évidence que la concertation réelle entre les communes concernant les lieux d'implantation et les choix des sports à soutenir ne s'effectue que très rarement.

38Il semblerait, actuellement, que l'accord des communes à la réalisation de ces équipements soit lié :

  • au niveau de la Commission socio-culturelle et sportive, à des choix se déterminant par le jeu politique entre son Président et le vice-président du SIEPARG (cf. supra) ;
  • au niveau de la décision du Comité syndical, à leur adhésion par clivage politique.

5. L'intercommunalité sportive : perspective ou impasse

39Le SIEPARG est le siège de luttes entre élus qui tentent de définir une politique coordonnée en matière d'équipement intercommunal tout en privilégiant des facteurs politiques et/ou sportifs contradictoires. Ainsi, la taille des communes, la couleur politique, les rivalités sportives semblent conduire les élus municipaux vers un attachement à leur territoire communal. Ils ne désirent pas être totalement fondus dans la globalité d'une intercommunalité sportive, où leur nom et leur identité disparaîtraient au profit d'autres communes ou de la ville centre. Actuellement, les actions en faveur du sport représentent un atout politique et médiatique en vue des prochaines élections municipales.

40A notre avis, le développement de l'intercommunalité sportive globale pourrait se réaliser grâce à la transformation du sport en vocation obligatoire. Ce statut amènerait à déterminer une politique sportive globale réellement intercommunale qui fait défaut actuellement au SIEPARG, Ceci conduirait à la perte d'unanimité des communes concernant l'orientation et la décision en matière de politique d'équipement.

41Dans le cas contraire, l'avenir de l'intercommunalité sportive d'équipement semble se diriger vers des associations communales hors SIEPARG et/ou vers une pérennisation du fonctionnement actuel de ce SIVOM au sein duquel les décisions politiques subiront continuellement l'influence de certaines personnalités dans le cadre d'une coopération intercommunale.

Notes

1 Tableaux de l’Economie Française 1992-1993, INSEE, 1993.

2 IRLINGER P., LOUVEAU C„ MÉTOUDI M., Les pratiques sportives des français, INSEP, 1987.

3 SALOMON J.C., CHIFFLET P,. BOUCHET P., Espaces publics et pratiques sportives dans l'agglomération grenobloise (à paraître).

4 MONZAT V., Etude sur l'intercommunalité entre trois communes de l'agglomération grenobloise, Mémoire de Maîtrise, UFR APS Grenoble, 1993.

5 La Lettre de l'Economie du sport, no 200, 1993.

6 MOUNET J.P., CHIFFLET P., "La réalisation d’un stade nautique intercommunal. Politiques sportives et stratégies fédérales", in no 32 de S.T.A.P.S., 1993.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Les groupements sportifs de l'agglomération grenobloise
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Tableau 2 - Le recrutement des membres des groupements sportifs (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540