Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

3. Nouveaux "espaces" sportifs et nouvelles formes d'action collective

La RATP invente un autre espace de socialisation

Note de recherche

Alain Vulbeau

Texte intégral

  • 1 TETARD F., "Jeunesse : sujet ou objet de politiques", in Jugendenprotest und generationenkonflikt (...)
  • 2 DIV, "Prévention de la délinquance, une nouvelle étape", août 1990.

1Dans la définition des politiques de la Jeunesse et de leur mise en œuvre, on assiste à un télescopage entre des conceptions différentes et plus ou moins compatibles : jeunesse-sujet d' un côté et jeunesse-objet de l'autre1. Ce télescopage en rencontre un second qui est celui du dilemme entre une action localisée ou délocalisée. Autrement dit, les jeunes doivent-ils être ''traités" ou "prévenus" sur place ou au contraire faut-il que les programmes d'actions se situent ailleurs. Entre éloignement de la cité pathogène et impératif d'actions localisées "renforçant le sentiment d'appartenance communautaire"2, c'est tout une image de la ville et de sa capacité d'insertion qui se joue.

  • 3 CNJA, "Banlieue verte", dossier organisateur, juillet-août 1991.
  • 4 Cf. les multiples présentations d'initiatives dans IDEF/INSEP, Du stade au quartier, Paris : Syros (...)

2Les politiques de la Ville et de la Jeunesse n'ont pas tranché et ont produit des actions sous un terme générique commun : les Opérations Prévention Eté (OPE). Si l'on prend en compte la dimension spatiale dans ces OPE, on peut voir que deux dimensions sont à l'œuvre : la proximité et l'éloignement. Ces deux indexations spatiales sont alors vues avec un pouvoir socialisant équivalent. Que ce soit en allant respirer l'air de la campagne avec des agriculteurs qui leur proposent "une autre vie"3 ou en s'égayant sur les terrains de sports de proximité avec des animateurs de terrain4, à chaque fois, dans l'esprit des opérateurs, il sera fait appel aux effets d'intériorisation (plus ou moins négociée) de normes en vigueur dans ces espaces.

3Il existe de "l'impensé" dans le raisonnement de ces politiques publiques. Il y a d'abord les rapports du proche et du lointain. Il semble qu'il n'y ait pas "d'espace" entre le proche et le lointain comme si ces deux notions renvoyaient à des équipements abstraits (des dispositifs) suffisants en eux-mêmes. Or, les logiques d'éducation, d'insertion et de situations urbaines conduisent à des pratiques de mobilité qui dessinent des échelles d'éloignement et de rapport modulé au lieu de vie. Ainsi, en Ile de France, il est clair que la mobilité des jeunes sur le réseau ferré des transports en commun intervient dans un entre-deux spatial à mi-chemin entre la proximité et l'éloignement. Si les collectivités locales n'ont pas de prise sur cet espace régional, en revanche la RATP intervient depuis quelques années par le biais d'une Cellule Prévention dirigée par un fonctionnaire de police, détaché du Ministère de l'Intérieur. Cette cellule a mis en place des interventions destinées tout à la fois à endiguer des phénomènes d'insécurité (en particulier sur des lignes de bus régulièrement attaquées), à créer de nouvelles relations entre le transporteur et les jeunes et aussi à améliorer l'image de marque de la RATP. Parmi, ces multiples activités à dominante sportive, on peut noter l'organisation d'un tournoi de foot inter-cités et un tour de l'Ile-de-France en VTT.

  • 5 ROULLEAU-BERGER L., La ville intervalle. Jeunes entre centre et banlieue, Paris : Méridiens Klinks (...)
  • 6 Ce qui amène la RATP qui propose aussi diverses formules de stages, à se présenter comme un acteur (...)

4On peut formuler plusieurs remarques complémentaires concernant ce que l'on pourrait appeler en reprenant la formulation de Laurence Roulleau-Berger5, la production d'un espace social intermédiaire. La RATP crée par cette action un niveau territorial de politique de la jeunesse6 qui, bien que proche de l'échelle administrative de la Région en est cependant autonome : le réseau devient un élément au même titre que la commune ou le département ; cependant, le territoire de référence n'est pas un espace géographique de même nature. La rationalité gestionnaire produit par exemple un découpage du réseau en zones concentriques dont le centre est Paris et dont les zones vont de la Capitale à ce que l'on appelle la Grande Banlieue distante parfois d'une soixante de kilomètres. Ainsi se créent des proximités et des éloignements qui n'ont pas de rapport avec la réalité physique urbaine mais avec des formes de polarisation de l'espace.

5Les capacités de séduction de la RATP vont bien au-delà de ce que peuvent produire des communes, notamment celles de la banlieue populaire, et permettent à la Régie de s'accréditer comme partenaire de l'action sociale ; là aussi, les stratégies de communication de la RATP inscrivent le réseau dans un espace public différent de l'espace géographique. La finale du tournoi de foot inter-cité a été montrée à la télévision dans le journal régional. Comme le Parc des Princes était vide de spectateurs, on n'a filmé que le terrain et les jeunes joueurs des banlieues et on a rajouté des bruits de foule en plus. L'image du sport, telle qu'elle est renvoyée, apparaît comme un moyen de maîtriser la mobilité des jeunes sur l'espace régional et surtout de naturaliser la relation des jeunes au territoire du réseau.

  • 7 Cf. les "RATP juniors" qui régulent l'accès des passagers du métro aux heures de pointe.

6La RATP intervient, sous une forme subsidiaire, dans une sorte de vide des politiques publiques car s'il existe un début d'état des lieux des zones sensibles en Ile-de France, il n'y a pas de coordination régionale de l'action sociale visant la jeunesse. Autant, on l'a vu les pouvoirs publics arrivent à penser, et de longue date, l'espace social de la proximité et celui de l'éloignement, autant l'entre-deux territorial n'est pas pensé. C'est l'espace de transport qui devient ici un espace d'insertion7 et de prévention. Cependant, il ne faut pas voir seulement l'adjonction d'un niveau territorial supplémentaire : cet espace a ses qualités propres qui le différencient foncièrement des autres, en particulier sur la question de l'appropriation et de la mobilité, de l'abstraction et de ses références aux médias.

  • 8 REMY J.,VOYE L., La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris : L'Harmattan, 1992.

7Le réseau n'est pas un lieu d'origine que l'on peut revendiquer comme un territoire (tout au plus peut-on se situer par rapport à "sa" gare), le seul rapport "normal" au réseau est la mobilité, disposition constitutive de la réalité urbaine8 encore peu consacrée vis-à-vis de l'imaginaire du terroir et du clocher. Pourtant, les caractéristiques qualitatives et quantitatives des jeunes en Ile-de-France tant sur le plan des modes de vie et des sociabilités, des parcours de formation et d'insertion, de l'accès aux équipements sportifs et culturels, imposeraient de spécifier cet espace intermédiaire. De plus, l'existence de cet espace régional ne va pas de soi si l'on s'intéresse à la position sociale des jeunes dans leur rapport à la Cité. Sur l'espace communal, on peut constater (avec beaucoup de difficultés et de réticences) la conversion possible des "problèmes de la jeunesse" en "demande sociale", c'est-à-dire d'une logique d'action sociale à une logique de citoyenneté. Sur l'espace du réseau, on ne débouche pas sur des questions de politique de jeunesse mais sur une problématique générale sécuritaire dite de "police des réseaux". L'alternative, qui serait la conversion du jeune délinquant potentiel en usager, est pratiquement inconcevable puisque, pour des raisons qui ne dépendent pas de la seule RATP, la création du jeune comme usager et porteur d'éventuels besoins à connaître et à satisfaire n'est pas à l'ordre du jour de la politique commerciale de la Régie. Quant à la possibilité de relier l'intervention préventive et la problématique de la citoyenneté, elle s'avère impossible puisque l'entreprise ne se situe pas dans le contexte de représentativité des collectivités locales.

8En conclusion, les programmes sportifs de prévention mis en œuvre par la RATP renvoient à un champ d'action constitué autour d'un espace socio-spatial très spécifique : le réseau de transports collectifs régional. Cet espace d'intervention permet de repérer d'abord un vide ou un maillon faible dans le dispositif des politiques publiques. D'une certaine manière, l'action privée (même d'un service public) mise en œuvre s'apparente à une forme de patronage de la jeunesse : en effet, un organisme, sur la base du volontariat, s'occupe de jeunes en dehors de l'école et de la famille dans une optique de cohésion sociale. Cependant des spécificités démarquent cette action des patronages classiques du début du vingtième siècle : le réseau comme espace socio-géographique de référence et le fait de cibler l'action préventive non sur les enfants du personnel de l'entreprise mais sur cette catégorie de prestataires que l'on nomme les usagers.

Notes

1 TETARD F., "Jeunesse : sujet ou objet de politiques", in Jugendenprotest und generationenkonflikt In Europa Im 20. Jahrhundert, Bonn : Verlag Neue Gesellschaft (Dieter Dowehg), 1986.

2 DIV, "Prévention de la délinquance, une nouvelle étape", août 1990.

3 CNJA, "Banlieue verte", dossier organisateur, juillet-août 1991.

4 Cf. les multiples présentations d'initiatives dans IDEF/INSEP, Du stade au quartier, Paris : Syros, 1991.

5 ROULLEAU-BERGER L., La ville intervalle. Jeunes entre centre et banlieue, Paris : Méridiens Klinksieck, 1992.

6 Ce qui amène la RATP qui propose aussi diverses formules de stages, à se présenter comme un acteur autorisé en matière d'insertion des jeunes, et. "La RATP, acteur de l'insertion professionnelle et sociale", RATP, Savoir-Faire, no 5, 1993.

7 Cf. les "RATP juniors" qui régulent l'accès des passagers du métro aux heures de pointe.

8 REMY J.,VOYE L., La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris : L'Harmattan, 1992.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540