Version classiqueVersion mobile

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

2. Les équipements sportifs et la structuration territoriale

L'apparition des équipements sportifs sur le territoire national : l'identification des facteurs structurants et leurs effets

Anne Griffond-Boitier

Texte intégral

1A partir des années soixante, l'État s'engage pleinement dans la mise en place d'un potentiel sportif destiné d'abord aux scolaires et à la compétition, puis progressivement accessible à tout public. Cette phase d'aménagement, qui se poursuit jusqu'à nos jours, aboutit à l'implantation d'un parc traditionnel, qui trouve place à proximité des zones d'habitat. Après les années soixante-dix, la diversification du champ sportif provoque l'émergence de nouveaux lieux de pratique, tournés vers les sports de loisir et de pleine nature. Les profonds bouleversements politiques, liés à la décentralisation, facilitent cette évolution en laissant aux collectivités territoriales une plus grande latitude dans le choix des équipements sportifs.

2Mais ces diverses installations sportives ne se sont pas implantées partout avec la même intensité. Même s'il existe des constantes, au moins pour la desserte des scolaires et pour la pratique d'activités traditionnellement implantées en France (football, sports collectifs en salle..,), plusieurs facteurs interviennent pour expliquer les disparités spatiales. Les contextes socio-économiques locaux, les cultures sportives qui caractérisent chaque espace régional ou urbain, les potentialités du milieu naturel... n'offrent pas partout les mêmes conditions d'implantation.

3A un niveau général, l'implantation des équipements répond d'abord à celle de la clientèle. C'est pourquoi, on opposera les zones urbanisées, où la desserte de la population est assurée sur place, aux zones rurales peu peuplées, où la diversité des équipements s'amoindrit. On recherchera les ruptures éventuelles dans une évolution supposée continue depuis Je milieu naturel jusqu'aux communes urbaines. Cette méthode permet de définir des seuils à partir desquels apparaissent des modifications significatives dans le niveau d'équipements sportifs, en particulier les seuils d'apparition et de généralisation1. Cette démarche suppose évidemment de classer les communes selon leur degré d'urbanisation, exprimé essentiellement par leur taille.

4Mais ce facteur taille n'explique pas la totalité des disparités spatiales. En effet, la fonction des communes au sein d'un espace en est également responsable. Certaines communes dotées d'une fonction de centralité constituent des lieux de services privilégiés qui desservent, outre leur population, celle des zones périphériques2. Quel est donc le rôle de cette hiérarchie fonctionnelle dans l’organisation spatiale des équipements sportifs ? Répondre à cette question implique un nouveau classement des communes, qui différencie les centres de services et leur zone d'influence et prend en compte plusieurs niveaux de polarisation. Les méthodes utilisées seront explicitées par la suite.

I - L'APPARITION DES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS DANS LES COMMUNES FRANÇAISES

5Grâce à l'Inventaire Communal réalisé par l'INSEE, on dispose d'une base de données sur le parc d'équipements sportifs dans les communes françaises, qui recense (en présence/absence pour chaque commune) à la fois les principales infrastructures et les sites aménagés de pleine nature. Les premières correspondent à des structures artificielles dont le coût d'implantation et de fonctionnement est relativement élevé. Elles sont localisées à proximité des zones d'habitat. Les seconds consistent en un simple aménagement du milieu naturel où l'élément physique constitue le principal support de l'activité. Leur coût est donc généralement plus faible, et leur apparition, tributaire du milieu naturel.

1. Les infrastructures sportives : une logique d'apparition socio-économique

6Leur fréquence suit une logique socio-économique. Les installations de plein air sont les plus nombreuses : 47 % des communes possèdent au moins un terrain de grands jeux ou de petits jeux et 35 % disposent d'au moins un court de tennis en plein air. Elles correspondent aux infrastructures en moyenne les moins coûteuses et répondent à une demande sociale massive.

7A l'opposé, les infrastructures lourdes sont beaucoup moins nombreuses : seules 5 % des communes françaises sont pourvues d'une piscine ou d'une base de plein air et guère plus de 8 % comptent un centre équestre ou un tennis couvert. Les mieux représentées sont les salles de sport, en raison de leur rôle prépondérant dans l'éducation physique et sportive en milieu scolaire : presque 20 % des communes en sont dotées.

Figure 1 - Fréquence d'apparition des infrastructures sportives en France

Figure 1 - Fréquence d'apparition des infrastructures sportives en France

Source : Inventaire communal de 1988, INSEE.

2. Les sites sportifs aménagés : un phénomène compensatoire

8Au total, ils sont beaucoup moins bien représentés que les précédentes. On note cependant des différences sensibles entre chaque type de sites.

Figure 2 - Fréquence d'apparition des sites sportifs aménagés en France

Figure 2 - Fréquence d'apparition des sites sportifs aménagés en France

Source : Inventaire communal de 1988, INSEE.

9Seuls les sentiers balisés pour la randonnée pédestre, qui par nature s'étendent sur plusieurs communes, sont assez nombreux : plus de 40 % des communes disposent d'un accès direct. L'absence de véritables contraintes économiques et physiques dans leur implantation explique sans doute cette situation.

10Les autres sont au contraire tributaires des conditions climatiques, topographiques, géologiques ou encore hydrologiques. Il serait cependant intéressant de vérifier, à partir d'une cartographie, si la réalisation de ce déterminisme physique est réelle. Quoiqu'il en soit, toutes les régions françaises ne disposent pas d'un potentiel physique qui permet l'implantation de sites de ski ou de spéléologie et l'échelon national pris en compte ici est sans doute peu adapté pour rendre compte de leur développement. En revanche, les possibilités d'apparition des sites nautiques et d'escalade paraissent plus courantes, mais le nombre de sites aménagés n'en est pas, pour autant, beaucoup plus élevée. L'apparition récente de ces sites sportifs, du moins dans le cadre d'activités touristiques et de loisirs, explique-t-elle leur faible fréquence ?

11On se trouve ici dans une logique d'aménagements qui relève beaucoup plus du tourisme que du simple cadre sportif. Toutefois, localement, il est certain que ces sites augmentent la diversité des activités proposées à la population et peuvent apparaître alors comme un phénomène compensatoire à d'éventuels déficits en infrastructures traditionnelles.

II - L'INFLUENCE DE LA TAILLE DES COMMUNES DANS LA DISTRIBUTION DES ÉQUIPEMENTS

12La taille des communes est utilisée, ici, comme un révélateur des conditions socio-économiques locales, dont résulte l'apparition des infrastructures. De la taille du bassin de clientèle dépend l'importance de la demande, ainsi que la capacité d'investissement de la commune. On conçoit donc bien le rôle qu'elle peut jouer dans la diffusion des équipements, En revanche, son impact sur la répartition des sites aménagés devrait être beaucoup plus faible : en effet, il est certain que le potentiel naturel valorisable se distribue dans les communes indépendamment de leur taille.

1. Une influence évidente sur les infrastructures sportives

13Le tableau 1 présente les taux d'équipements des différentes infrastructures par taille de communes (partie supérieure du tableau). Il met en évidence l'existence d'un véritable parc d'équipements sportifs de base sur le territoire français. Les taux d'équipements sont effectivement relativement élevés jusqu'à des seuils de population parfois très faibles et leur augmentation avec la taille des communes est extrêmement régulière. La diversité des installations sportives s'accroît également très régulièrement avec le degré d'urbanisation. Le fait de passer d'une classe de taille à une autre provoque toujours la possibilité d'apparition d'un nouvel équipement.

14À un niveau statistique général, il n'existe aucune part d'aléatoire dans l'implantation des équipements, strictement guidée par le facteur taille. On peut voir là le résultat d'une planification très rationnelle qui, pendant très longtemps, prend appui sur la taille des communes pour évaluer les besoins de la population.

15Dans le détail, on note toutefois des différences importantes entre les seuils d'apparition et de généralisation des "installations de base" et des "infrastructures lourdes".

16- En deçà de 100 habitants, la probabilité d'apparition des équipements sportifs est quasi nulle, exception faite toutefois des terrains de petits jeux qui peuvent accompagner l'école en milieu rural. Au-delà de ce seuil démographique et jusqu'à 200 habitants, l'existence des terrains de grands jeux et des courts de tennis en plein air semble possible, mais elle ne concerne que 10 % des communes.

  • Il faut ensuite atteindre le seuil de 500/1 000 habitants pour constater l'apparition significative d'une infrastructure lourde. L'augmentation brutale du taux de présence des salles de sport (il passe de 4 % à plus de 15 %) met en évidence l'apparition des établissements scolaires du second degré. La part de communes équipées d'un court de tennis couvert devient également significatif à partir de ce seuil, même si elle est encore faible (de l'ordre de 5 %). Enfin, les piscines, dont le coût d'implantation et de fonctionnement est de loin le plus élevé, n'apparaissent qu'au-delà de 1 000 ou 2 000 habitants.
  • N'obéissant ni à la même logique, ni aux mêmes modes de gestion, les bases de plein air et les centres equestres occupent une situation un peu particulière : les premières, conçues pour les loisirs des citadins, ne sont naturellement présentes que dans les milieux urbains. Les centres équestres, marqués par une origine rurale, apparaissent dès le seuil de 200/500 habitants. Mais le coût de ces installations et l'obligation d'une rentabilité (leur gestion étant le plus souvent privée) favorisent plutôt leur implantation à proximité de bassins de clientèle importants.

17Par ailleurs, la probabilité d'apparition des installations de base est quasi totale dans les villes. On note simplement un léger décalage des terrains de grands jeux qui se généralisent dans les bourgs de 1 000 à 2 000 habitants et des salles de sport qui n'apparaissent systématiquement qu'au-delà de 5 000 habitants.

Tableau 1 - Taux d'équipement par taille de communes en 1988, en France

Tableau 1 - Taux d'équipement par taille de communes en 1988, en France

18Les seuils de généralisation des infrastructures lourdes sont plus nettement décalées. Leur probabilité d'apparition est encore faible entre 5 000 et 10 000 habitants (dernière classe de taille pour laquelle nous disposons de données) : plus de 40 % de ces villes n'ont pas de tennis couverts et 60 % ne disposent pas d'une piscine. D'après l'exemple franc-comtois, il faut atteindre le seuil de 20 000 habitants pour que la généralisation s'effectue.

19En définitive, on peut apprécier l'impact des programmes d'équipements établis aux cours des trente dernières années. Avec le potentiel sportif actuel, on dépasse les seuils d'équipements prévus dans les grilles d'urbanisme de 1974, qui constituent encore une référence au niveau national3. La probabilité d'existence des équipements de base est quasi totale dans les villes, et elle ne devient nulle que pour des villages dont le nombre d'habitants est inférieur à 100. Seule exception toutefois, d'après ces normes, les infrastructures lourdes devraient être généralisées au-delà de 5 000 habitants, ce qui est loin d'être le cas.

2. Une influence limitée sur les sites aménagés

20Les taux d'apparition des sites aménagés sont présentés dans la partie inférieure de la figure 2. Leur évolution par classe de taille met en évidence une relation ténue entre leur présence et la taille des communes. On distingue cependant des nuances selon le type d'aménagement considéré.

L’exemple de la Franche-Comté
Tableau 2. Taux d’équipement par taille de communes en 1980

L’exemple de la Franche-ComtéTableau 2. Taux d’équipement par taille de communes en 1980

Tableau 3. Taux d’équipement par taille de communes en 1988

Tableau 3. Taux d’équipement par taille de communes en 1988

21Même si le taux de présence des sites de ski et de spéléologie est extrêmement réduit, sa variation, indépendamment de la taille des communes, montre clairement l'absence d'une relation. L'exemple de la Franche-Comté, où ces aménagements sont particulièrement nombreux, confirme ces résultats (tableaux 2 et 3). En revanche, l'effet de taille apparaît plus nettement dans la répartition des itinéraires de randonnée : on constate en effet une augmentation assez régulière des taux avec le degré d'urbanisation.

22On observe des tendances similaires pour les sites d'escalade et nautiques, et l'exemple franc-comtois semble, ici encore, confirmer ces résultats (tableaux 2 et 3). Le seul déterminisme naturel n'explique donc pas totalement la répartition des sites sportifs aménagés, Sans doute faut-il voir là l'effet d'un "processus d'urbanisation des pratiques écologiques qui ont trouvé leurs foyers initiaux de développement dans la pleine nature (espaces littoraux, forestiers ou montagneux)"4. Ce phénomène accentue encore le déséquilibre déjà observé dans la répartition des infrastructures, en faveur du milieu urbain.

3. Hiérarchisation des équipements

23Selon leur diffusion dans les différentes classes de taille, les équipements sportifs ont une portée spatiale plus ou moins étendue. Leur hiérarchisation se calque en fait sur celle des communes dans lesquelles ils sont implantés. Certaines activités sportives apparaissent alors comme un service courant, au même titre que d'autres produits de consommation. D'autres, au contraire, sont de véritables produits de luxe, uniquement accessibles à une mince frange de la population.

Un équipement de base

24Présents dans toutes les classes de taille, dans des proportions toutefois différentes, les quatre installations de base proposent un service de proximité. La popularité des activités qui y sont pratiquées, naît vraisemblablement de cette situation, qu'il s’agisse du football ou du tennis dont le nombre de licenciés est substantiel. Les sports collectifs en salle sont encore l'apanage des milieux urbains puisque la pratique de compétition suppose la présence d'un infrastructure lourde, mais, sous une forme de loisir, ils trouvent un relais apprécié dans les terrains de petits jeux. Par ailleurs, il faut souligner, une fois encore, le rôle important du milieu scolaire dans la mise en place de ce parc, puisqu'à lui seul, il justifie l'implantation d'un certain nombre d'installations de base.

25Durant les dix dernières années, l'exemple de la Franche-Comté (pour laquelle nous disposons des données en 1980 et 1988 présentées sur les tableaux 2 et 3) met en évidence une diffusion progressive de ces installations vers des communes de plus en plus petites. Cette tendance s'accentuera-t-elle encore dans l'avenir ? Elle semble pourtant avoir ses limites. Dans leur analyse du football en Franche-Comté, D. Mathieu et J. Praicheux évaluent approximativement le bassin de clientèle minimum pour que puisse exister un club de football, à environ 100 habitants. Mais si le nombre de joueurs théoriquement suffisant est réuni, cela n'implique pas pour autant l'apparition d'une équipe. Le goût du sport en général, la capacité de le pratiquer ne sont pas uniformément répartis. La création et le maintien d'un club dépendent aussi dans une large mesure des personnes qui en assurent la direction et le fonctionnement, et la probabilité de trouver ces bénévoles augmente évidemment avec la taille de référence du groupe5. On peut donc penser que le seuil d'apparition des terrains de grands jeux actuellement de l'ordre de 100/200 habitants ne s'abaissera plus. Il semble avoir atteint un seuil incompressible, ce qui paraît être également le cas des autres infrastructures de base.

26En deçà des seuils d’apparition atteints aujourd'hui, la desserte de la population semble donc ne pouvoir se faire que dans le cadre de l'intercommunalité. Si l'augmentation du nombre d'installations de base se poursuivait dans l'avenir, elle ne pourrait que renforcer le potentiel des communes rurales de taille moyenne.

Un service rare

27Par leur présence limitée aux seules villes, les infrastructures lourdes offrent un service rare. Et la tendance n'est pas à la diffusion de ces infrastructures, ni dans les petites communes urbaines, ni a fortiori dans le monde rural. Sans un nouvel investissement massif, il est vraisemblable qu'ils resteront dans l'avenir des équipements "de luxe", réservés aux population urbaines et suburbaines, étant bien souvent trop éloignés du milieu rural pour y exercer encore une influence.

Des aménagements en voie d'urbanisation ?

28Certains sites sportifs destinés à des pratiques de loisir (escalade, baignade, activités nautiques) sont devenus l'apanage de nos cités. Celles-ci exploitent au maximum les richesses naturelles de leur terroir, qui constituent, plus que sur le reste du territoire, une valeur rare, On peut se demander là encore, si cette tendance s'accentuera ? En fait, on constate qu'en milieu rural, ces sites sportifs sont toujours présents, mais en très faible quantité. Ici, l'existence d'un potentiel naturel ne fait donc aucune doute, mais sa mise en valeur reste exceptionnelle, faute de moyens financiers et plus sûrement encore d'initiatives locales et de clientèle à proximité, On semble mal y mesurer l'intérêt d'aménager le milieu naturel, élément courant facilement accessible. Le succès de plus en plus important du tourisme vert renversera-t-il cette tendance ?

III- INFRASTRUCTURES SPORTIVES ET FONCTIONS COMMUNALES

29Nous avons supposé qu'il existait également des différences liées aux fonctions qu'assurent dans l'espace les centres de peuplement les uns par rapport aux autres. Pour les services, en général, il existe une certaine hiérarchie qui permet de distinguer quatre types de situations. Dans les agglomérations, la ville-centre, richement dotée, s'oppose en général aux communes périphériques sous-équipées. Dans le monde rural, ce sont les petits bourgs qui concentrent des fonctions tertiaires, par ailleurs inexistantes ou très faiblement représentées dans le tissu des petites communes. Cette hiérarchie fonctionnelle, pas toujours corrélée avec la taille des communes, se retrouve-telle pour les infrastructures sportives ?

1. Problèmes méthodologiques

30Pour conduire cette analyse se pose au départ un problème de base statistique. Pour les agglomérations, nous retiendrons les unités urbaines définies par l'INSEE : elles différencient les villes-centre et leur banlieue en faisant référence à la continuité de l'habitat entre les unes et les autres. Ainsi, une grande partie des communes périurbaines ne sont pas rattachées à ces unités. L’INSEE les rassemble alors dans les Zones de Peuplement Industriel et Urbain. Mais cette définition est si large qu'elle englobe, en Franche-Comté par exemple, la presque totalité du territoire ! Elle n'a donc plus guère de pertinence pour décrire l'organisation spatiale actuelle, c'est pourquoi nous ne retiendrons pas cette distinction.

31En définitive, toutes les communes n'appartenant pas à des unités urbaines seront dites rurales, ce qui pourrait provoquer une légère surévaluation de leur équipement. Dans cet ensemble, seuls les centres de services secondaires sont pris en compte séparément. Ils correspondent généralement aux chefs-lieux de cantons. Ils sont souvent la commune la plus peuplée du canton. Cette situation dominante est en général ancienne, à la fois cause et effet de leur statut. Le chef-lieu attire naturellement les commerces, services ou équipements que justifie sa population, mais aussi celle de tout le canton6.

2. Mise en évidence de deux territoires jointifs

32L'absence de données nationales sur l'équipement des chefs-lieux de cantons rend l'interprétation des différences observées sur le tableau 4 peu pertinente. On distingue nettement une dégradation de l'équipement des villes-centre vers le milieu rural, mais l'effet de taille s'ajoute à la fonction des communes pour expliquer cette hiérarchie. Il faudrait en fait disposer de données à un niveau statistique plus fin, pour effectuer par exemple des comparaisons entre les villes-centre et les banlieues à taille égale. A défaut, on s'appuiera sur l'exemple de la Franche-Comté pour mettre en évidence l'effet de la "centralité" dans l'implantation des équipements sportifs.

Tableau 4 - Equipements sportifs et fonctions communales en France (1988)

Tableau 4 - Equipements sportifs et fonctions communales en France (1988)

33Dans le tableau 5, le calcul de la taille médiane de chaque catégorie de communes permet de comparer leurs taux d'équipement avec ceux atteints dans la classe de taille théoriquement correspondante (tableau 3).

  • Le cas des villes-centre est peu probant puisque leur potentiel sportif équivaut approximativement à celui des communes urbaines, présenté dans les deux dernières colonnes du tableau 3. A cela rien d'étonnant, puisqu'en Franche-Comté les communes urbaines se confondent avec les villes-centre.
  • En revanche, l'analyse des chefs-lieux de canton est beaucoup plus intéressante. La comparaison de leur équipement avec le taux théoriquement atteint pour une population de 900 habitants (soit leur taille médiane) montre clairement qu'ils sont dotés d'un potentiel que leur seule population ne justifie pas. En outre, leur équipement est fortement supérieur à celui des banlieues, pourtant plus densément peuplées.
  • Les banlieues apparaissent au contraire fortement sous-équipées par rapport au niveau d'équipement théorique que justifierait leur population. Il semble évident qu'elles se situent dans l'aire d'influence des villes-centre, où elles vont chercher les services qu'elles n'ont pas.
  • Toujours selon un raisonnement identique, le sous-équipement du milieu rural est moins évident. Mais rappelons que sa définition ne se limite pas strictement aux zones rurales, elle englobe également une grande partie des couronnes périurbaines. Ceci explique sans doute les taux d'équipements relativement élevés pour des bassins de population faiblement peuplés (taille médiane de 200 habitants).

Tableau 5 - Equipements sportifs et fonctions communales en FrancheComté (1988)

Tableau 5 - Equipements sportifs et fonctions communales en FrancheComté (1988)

34Là encore, il est certain qu'effectuer des comparaisons par classes de taille fournirait des conclusions plus pertinentes, mais le nombre de communes franc-comtoises serait alors trop faible pour que les résultats aient une base statistique suffisante.

35Par le biais utilisé, on met cependant en évidence l'existence de deux territoires jointifs dans l'espace, qui fonctionnent sur le même modèle d'organisation :

  • le milieu urbain où les villes-centre polarisent les équipements et desservent, outre leur population, celle de la périphérie,
  • le milieu rural où les chefs-lieux de cantons prennent le relais des villes-centre et apparaissent comme les centres de services,

36A quelques nuances près, il est vraisemblable que l'organisation spatiale des infrastructures sportives sur le territoire franc-comtois reflète celle des autres territoires régionaux.

3. Une différenciation des comportements

37Une question demeure encore sans réponse. Si certaines communes assurent la desserte des zones périphériques, jusqu'à quelle distance leur pouvoir d'attraction s'exerce-t-il ? On sait que la pratique sportive ne correspond pas à un besoin unanimement partagé et que la fréquentation des équipements diminue avec la distance. Si l'on peut être certain que les équipements des villes-centre attirent effectivement la population des banlieues parce qu'elles sont adjacentes, une partie du milieu rural échappe à l'attraction des chefs-lieux de cantons. Cette situation ne serait alors pas sans retombées sur la pratique sportive7.

Tableau 6 - Equipements sportifs et degré de polarisation en Franche-Comté (1988)

Tableau 6 - Equipements sportifs et degré de polarisation en Franche-Comté (1988)

Découpage communal réalisé à partir d'une étude sur les migrations alternantes en Franche-Comté (R,G.P. 1990, INSEE), dans le cadre du Schéma 2005 - Conseil Régional de Franche-Comté.
Z.P. : zones polarisées
Z.P.>49 % : plus de 49 % de la population se déplace vers un centre d'emploi
Z.P.>34 % : de 34 % à 49 % de la population se déplace vers un centre d'emploi
Z.P.>19 % : de 19 % à 34 % de la population se déplace vers un centre d'emploi
Zones non polarisées : moins de 20 % de la population se déplace vers un centre d'emploi

38Un nouveau découpage de l'espace régional, basé sur les migrations alternantes8, permet de rassembler dans une même classe les centres polariseurs en dissociant autour plusieurs couronnes périphériques où l'attraction diminue avec la distance au pôle (tableau 6).

39Ce nouveau modèle d'organisation spatiale montre la dégradation progressive de l'équipement jusqu'à une distance limite (ZP> 19 %), au-delà de laquelle les taux d'apparition des équipements se stabilisent, Seules les installations de base sont ici présentes et constituent vraisemblablement l'unique potentiel sportif utilisé par la population locale.

40En contrepartie, à partir de cette même distance, et comme phénomène compensatoire, le nombre de sites aménagés pour la pratique sportive s'accroît. Il témoigne peut-être d'une modification des habitudes sportives de la population, en liaison avec l'existence de nouvelles activités socioprofessionnelles (agricole en particulier) et la transformation du cadre de vie, Sans doute que la facilité d'accès au milieu naturel favorise aussi l’apparition d'autres types d'activités de loisir, telles que la chasse ou la pêche...., qui remplacent les pratiques sportives. Là où le milieu naturel est suffisamment riche, les modes de consommations sportives et de loisirs semblent donc se modifier pour venir utiliser les ressources du milieu local.

CONCLUSION

41La taille des communes, l'effet de centralité, les cadres de vie mettent en évidence les structures d'organisation de l'équipement sportif du territoire français. On mesure mieux ainsi, d'une part, le rôle prépondérant des installations de base et en particulier des terrains de sport présents presque partout, d'autre part, l'inégalité d’accès aux autres équipements pour les populations rurales et urbaines. L'exemple de la Franche-Comté montre pourtant le rôle possible de phénomènes compensatoires en milieu rural, que d'autres analyses régionales permettraient de confirmer.

42Loin de prendre en compte toute la complexité de la diffusion spatiale des infrastructures sportives, les facteurs structurants analysés dans cette étude ne sont pas exhaustifs. La culture sportive de chaque lieu, la vocation touristique de certains secteurs, la richesse des communes et les regroupements intercommunaux sont autant d'éléments qui contribuent également à organiser l'aménagement sportif du territoire national.

Bibliographie

Bibliographie

COURSON J.-P., "Services, commerces, équipements : un portrait robot des communes françaises". Dossier : "Communes, Métropoles, Régions : l'espace français", in : revue Économie et Statistique, no 230, mars 1990.

GILLON P., "Un révélateur des transformations spatiales : les migrations alternantes", in : revue Images de Franche-Comté, no 7, 1993.

LEMEL Y., Les seuils de ruralité et d'urbanisation en matière de consommation et d'équipement Données Sociales INSEE, 1987.

MATHIEU D,, PRAICHEUX J., "Chronique comtoise : le football en Franche-Comté, approche géographique général". In : Revue Géographique de l'Est, 1984.

MATHIEU D., PRAICHEUX J., "Le Sport en milieu rural : l'exemple de l'Isle sur le Doubs", in : Les Cahiers de Géographie de Besançon, no 3, 1985.

Ministère de Jeunesse et Sport, Mission Technique de l'Équipement : Étude de faisabilité d'une mise à Jour des grilles d’urbanisme de 1974. Non publiée.

POCIELLO C., L'évolution des pratiques de loisirs sportifs dans la société française. In : Numéro spécial du Moniteur des Travaux publics : "les équipements socio-éducatifs", 1992.

PUMAIN D., Les systèmes de villes, in : Encyclopédie de Géographie, Économica, 1992.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Fréquence d'apparition des infrastructures sportives en France
Légende Source : Inventaire communal de 1988, INSEE.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Figure 2 - Fréquence d'apparition des sites sportifs aménagés en France
Légende Source : Inventaire communal de 1988, INSEE.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16514/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 1 - Taux d'équipement par taille de communes en 1988, en France
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16514/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre L’exemple de la Franche-ComtéTableau 2. Taux d’équipement par taille de communes en 1980
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16514/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Tableau 3. Taux d’équipement par taille de communes en 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16514/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Tableau 4 - Equipements sportifs et fonctions communales en France (1988)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16514/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Tableau 5 - Equipements sportifs et fonctions communales en FrancheComté (1988)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16514/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Tableau 6 - Equipements sportifs et degré de polarisation en Franche-Comté (1988)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16514/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

Auteur

Maître de Conférences en géographie IRADES, Université de Besançon

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search