Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

2. Les équipements sportifs et la structuration territoriale

Les équipements sportifs : quels référents architecturaux ? Pour quelle fonction ?

François-Emmanuel Vigneau

Texte intégral

  • 1 PAILLOU Nelson, Sports, loisirs, société, in Les cahiers no 24, p, 6 à 12, Paris : 1988.

1En 1987, lors des quatrièmes "Rencontres d'Angers" consacrées aux "politiques municipales des sports", Nelson Paillou, alors président du CNOSF, déclara : "Le stade qui a été construit au début du xxe siècle et qu’on utilise encore quelquefois avec sa petite tribune de 150 places, ses vestiaires pour accueillir l'adversaire et pour se déshabiller soi-même, est un équipement qu'on est bien content d'avoir, Il est utilisé trois heures le dimanche quand le terrain peut supporter deux matches, et puis une, peut-être deux fois pour les entraînements la semaine. Cette époque est révolue, Cette construction du début du xxe siècle est terminée". Et, plus généralement : "nos infrastructures devront être pensées différemment".1

2Il semble, en effet, que depuis près d’un siècle, la structure du parc français d'équipements sportifs n'ait guère connu de bouleversement, Certes, les progrès techniques dans le domaine du bâtiment et l'évolution du "débat architectural" ont provoqué quelques transformations du point de vue formel. En outre, le développement de certaines disciplines nouvelles a pu susciter la réalisation d'équipements nouveaux. Toutefois, la typologie des équipements ne s'est guère enrichie.

3Ce constat nous incite à nous interroger sur la raison même de cette situation.

4Existerait-il un modèle impossible à transgresser, n'existerait-il donc qu'une manière de concevoir les équipements sportifs, ou bien, l'imagination conceptuelle serait-elle en crise ? Autrement dit, est-ce parce que "l'on ne peut pas faire autrement" ou parce que "l'on ne sait pas faire autrement" ?

5Une analyse très rapide du parc français d'équipements sportifs suffit pour constater que celui-ci est presqu'exclusivement composé d'équipements conçus selon l'observation, souvent restrictive, d'un gabarit résultant des exigences dimensionnelles des fédérations sportives. La fonction essentielle de ces installations est, en effet, le déroulement de la compétition et, plus particulièrement, celle destinée aux adultes masculins.

6Cette situation, que Nelson Paillou fait remonter au début du siècle, perdure-t-elle depuis toujours ? N'aurait-il existé, de toute éternité, qu'un modèle, celui de la compétition ?

7Il semble, en fait, que l'histoire de l'architecture des équipements sportifs permette de distinguer plusieurs modèles quant à leur fonction.

8Dans le cadre d'une étude diachronique, certes très succincte et sélective, nous nous attacherons surtout à confronter une analyse architecturale et fonctionnelle des équipements (ou de leurs traces) avec celle des objectifs assignés aux activités physiques et sportives. En effet, la conception des équipements sportifs constitue un témoignage concret de l'idée que se fait une société, à un moment donné, des activités physiques et sportives, Ainsi, réciproquement, une telle mise en perspective historique pourrait s'avérer riche d'enseignements à l'heure où le sport connaît une profonde mutation, notamment dans ses modalités de pratique.

I - D'HIER À AUJOURD'HUI, QUELS ÉQUIPEMENTS POUR QUELLE FONCTION ?

1. Le modèle antique et la compétition

9Les Jeux Panhelléniques, ceux d'Olympie en particulier, apparaissent comme le mythe fondateur du sport. Ils ont également suscité la réalisation de l'un des premiers équipements sportifs : le stade.

10Preuve de l'étroite relation entre épreuve et espace sportifs, le stade qui est, étymologiquement, la distance (600 fois la longueur du pied d'Hercule selon la légende, soit 192 m à Olympie) sur laquelle se déroulent les premières épreuves de course olympiques, désigne, par extension, la piste (dromos) longue d'un stade, ainsi que ses tribunes.

Le spectacle du sport et des sportifs

11La disposition fonctionnelle essentielle du stade en tant que lieu de spectacle est l'aménagement d'un talus, d'un côté (Delphes) ou de part et d'autre (Olympie) de la piste, permettant ainsi de disposer des spectateurs sur plusieurs rangs. Dans certains cas, la pente du talus n'est pas constante mais croît en s'élevant de manière à optimiser les conditions de visibilité des rangs les plus éloignés.

12Initialement destinée au seul déroulement de la course, en ligne droite, sur la distance d'un stade, la piste est donc rectiligne. L'introduction en 724 avant J.C, de la course du double-stade (diaulos) au programme des Jeux oblige à faire effectuer aux athlètes un aller-retour en virant autour d'un poteau.

13La première évolution fonctionnelle du stade en tant qu'espace de pratique, qui constitue dans tous les sens du terme une révolution, est l'apparition de la piste circulaire, constituée de deux lignes droites distinctes et de virages semi-circulaires. D'espace fini, la piste devient un espace de course sur des distances pouvant être infinies.

14Les pistes circulaires, aux longues lignes droites et aux courbes serrées, se développent avec l'hippodrome grec, puis le cirque romain. Ce modèle, réutilisé pour le stade des premiers Jeux olympiques modernes (Athènes), perdure dans certains circuits automobiles américains aux virages relevés (Indianapolis).

15Un autre modèle d'équipement destiné au spectacle apparaît avec l'amphithéâtre romain (amphithéâtre Flavien ou Colisée, arènes d'Arles, Nîmes ou Saintes...). La forme géométrique de son plan, intermédiaire entre celle du cirque romain et celle, semi-circulaire, du théâtre grec dont il est "dérivé", est elliptique. En outre, par ses proportions et même ses dimensions, il annonce assez précisément les stades contemporains.

16La configuration des pistes actuelles constitue un compromis "fonctionnel" entre l'aptitude à la performance des athlètes (moins "serrés", les virages sont mieux adaptés à la vitesse de course des sprinters) et le confort visuel des spectateurs. Toutefois, la détermination du 400 m comme distance du tour de piste est avant tout conventionnelle. Sans doute parce qu'il s'agit de la distance hectométrique la plus proche du quart de mile (soit 440 yards), lequel constitue la distance-étalon des Britanniques.

17La première évolution structurelle et formelle marquante s'exprime également dans l'amphithéâtre. En effet, c'est désormais une structure constituée de poteaux et de voûtes qui supporte les tribunes et permet leur émancipation de la pente du sol. On peut considérer qu'il s'agit là du passage du "statut" d'aménagement (d'un site naturel à la morphologie appropriée) à celui d'équipement proprement dit. En outre, d'un point de vue formel, cette architecture de colonnades et d'arcades compose une façade. Ces équipements deviennent des monuments urbains.

Le spectacle de la foule elle-même

18Les grands équipements deviennent de plus en plus structurants de l'espace urbain, voire prégnants.

19Par l'expression de sa façade, la conception de ses tribunes ou sa composition avec le tissu urbain, le stade a pu devenir à certaines époques récentes, comme pendant l'antiquité, un lieu de représentation de la puissance d'une nation et/ou de son pouvoir.

  • 2 "Le stade apparaît comme un "espace panoptique inversé". Son aménagement ne vise pas à organiser u (...)

20Ainsi, "intérieurement", les tribunes réalisées en une seule volée (sans balcon) permettent à chacun d'embrasser du regard l'ensemble de l'assistance et, réciproquement, de se considérer comme partie intégrante d'une foule2 (stades olympiques de Los Angeles, Rome, Munich, Moscou,..). "Extérieurement", le stade et son parvis peuvent "mettre en scène" le mouvement de la foule qui converge, voire servir de cadre à des défilés ou des parades militaires (stade olympique de Berlin).

Le spectacle du stade lui-même

  • 3 Le football, le sport en général, au cours des manifestations d'envergure, devient une grande mess (...)

21La seconde évolution formelle marquante est l'affirmation de la forme de conque des gradins (Stade olympique de Montréal, stade de Bari, "palais des sports" d'Alger, de Saint-Nazaire...). Le bâtiment s'émancipe presque totalement du sol. Objet posé, il est devenu autonome et exprime sa fonction. Dans certains cas, de fonctionnelle, l'architecture devient métaphorique (patinoire de l'université de Yale, palais des sports de Ravenne, de Stockholm, stade couvert de Lillehamer...). Cette évolution formelle, rendue possible par les progrès techniques, est représentative de l'importance sociale croissante du sport en général et du football en particulier3.

22Parfois, l'architecte, à l'instar de l'athlète de haut niveau, recherche "la prouesse", l'audace dans le domaine structurel (mât du stade de Montréal, couverture du stade de Milan...).

23Deux réalisations prestigieuses, le stade olympique de Munich et le "palais omnisports de Paris-Bercy", peuvent constituer une synthèse de l'influence antique.

24Ainsi, d'un point de vue formel, le stade de Munich, apprécié pour son esthétique, rappelle-t-il les premiers stades grecs par ses tribunes s'adossant à un terrain valonné. Il évoque également, par sa couverture translucide, les voiles de lin tendus au bout de perches de bois au-dessus des spectateurs du Colisée.

25D'un point de vue fonctionnel, le "POPB", fait figure d'équipement modèle par la polyvalence qu'il offre. L'un des exemples les plus marquants en est la possibilité d'aménager un bassin pour l'organisation de compétitions de planche à voile et, plus récemment, de mini-régates. Or, dix-neuf siècles plus tôt, la fosse du Colisée avait été réalisée de manière à être étanche, afin de pouvoir la remplir et y faire naviguer des vaisseaux pour des simulacres de batailles navales.

26La filiation antique des équipements sportifs destinés à la compétition, sinon au spectacle, semble accréditer la thèse de la prééminence de ce modèle et de cette fonction.

2. Les modèles "social-hygiéniste" et "national-naturaliste" et l'éducation physique

27Si l'époque de la naissance des Jeux a induit celle des premiers équipements sportifs voués à la compétition, on pouvait attendre de leur renaissance, seize siècles plus tard, un renouvellement des modèles. Or, malgré l'essor du sport de compétition lié au développement de l'olympisme, la compétition n'a pas toujours constitué la finalité essentielle assignée au sport dans la première moitié du xxe siècle.

Le spectacle de masse du sport d'élite

  • 4 "La justification du sport spectacle est dans la propagande que de pareilles épreuves pourront exe (...)
  • 5 "Pour que cent se livrent à la culture physique il faut que cinquante fassent du sport, Pour que c (...)
  • 6 "L'équipement sportif du pays comprend l'ensemble de toutes les installations nécessaires à la for (...)

28Le sport de haut niveau est avant tout considéré comme moyen de propagande4 devant inciter à la pratique sportive, ou plutôt à la pratique de l'éducation physique5. La compétition ne constitue plus qu'une fonction secondaire des équipements sportifs6.

Le spectacle de masse de l'éducation physique

29L'organisation de démonstrations d'exercices gymniques et/ou acrobatiques de la part de clubs de haut niveau ou de corps d'élite (sapeurs-pompiers), comme la mise en scène d'exercices synchronisés d'éducation physique par le plus grand nombre possible d'exécutants, procède du même objectif. Le stade des spartakiades, à Prague, est l'exemple de l'équipement conçu à cette seule fin, à l'exclusion de toute référence à la compétition.

L'enseignement de masse de l'éducation physique

  • 7 "Cette formation doit développer la vigueur des corps, la force des muscles ; elle doit aussi, et (...)
  • 8 "Trop longtemps négligée, la formation physique de notre jeunesse aura une large part dans le redr (...)

30Le développement de l'éducation physique semble tout d'abord prendre en compte des préoccupations hygiénistes et sociale. Il s'agit de compenser, par une activité physique spontanée exercée dans un cadre naturel, les effets nocifs de l'industrialisation et de l'urbanisation, notamment pour les classes défavorisées, les plus mal logées. Selon une autre source d'inspiration, que l'on pourrait qualifier de "naturaliste", l'exercice doit permettre de recouvrer les qualités physiques, voire la vertu morale, attribuée au "primitif" (sic) et "perverties" par la civilisation7. Enfin, pour une idéologie nationaliste, l'éducation — ou même "l'édification" — physique de la population comporte, en outre, des arrières-pensées militaristes8. Sous Pétain, avec la "méthode naturelle" initiée par Georges Hébert et devenue pédagogie officielle, l'éducation physique achève sa dérive vers l'exécution collective et encadrée d'un programme "rationalisé" d'exercices "naturels et utilitaires".

  • 9 "Dans une installation complète, les habitués et les élèves doivent pouvoir bénéficier du quadrupl (...)
  • 10 "Le terrain d'entraînement comprend l'ensemble des aménagements nécessaires pour une leçon complèt (...)

31Les espaces de pratique évoluent avec les méthodes d'éducation physique Ainsi, la conception hygiéniste ne requiert que la pleine nature, du moins le "grand air" et, si possible, un cours d'eau9. L'expression de Georges Hébert, les "champs d'ébats", est à cet égard explicite. La conception militariste, en revanche, nécessite des équipements "rationalisés" à l'instar des méthodes pédagogiques. Les espaces deviennent compartimentés en zones spécialisées pour la réalisation de mouvements déterminés. Ces "ateliers", éventuellement équipés d'agrès ou d'engins10, sont disposés parallèlement, en "batterie", pour constituer un "plateau d'évolution", ou à la suite les uns des autres pour composer un "parcours avec obstacles", version "civile" des parcours du combattant.

32Cette période nous apporte la preuve que la compétition n'a pas toujours constitué la finalité des équipements sportifs. Toutefois, les modèles produits n'ont guère perduré qu'à travers la conception d'espaces de pratique simultanée destinés aux scolaires d'une part et la réalisation de parcours de santé, parcours "CRAPA" ou sentiers sportifs sylvestres, d'autre part.

II - QUEL SPORT AUJOURD'HUI, QUELS ÉQUIPEMENTS POUR DEMAIN ?

33Ce rapide aperçu diachronique semble montrer que si le spectacle n'a pas toujours été la seule finalité des équipements sportifs, leur production est principalement marquée par cette fonction. Ce constat peut expliquer la structure du parc actuel d'équipements sportifs, mais peut-t-elle la légitimer pour autant ? Ainsi, la reproduction de ce modèle est-elle encore pertinente aujourd'hui alors que les activités physiques et sportives connaissent une mutation ?

34L'évolution récente du sport s'accompagne, en effet, de phénomènes dont certains ne sont pas sans conséquence pour les équipements, notamment :

  • la complexification des méthodes de préparation à la performance. En effet, l'entraînement ne peut plus consister en la simple répétition de la compétition, dans un lieu "normé" mais souvent sommairement équipé. Il s'agit désormais de la composition de procédés de perfectionnement varies et complémentaires exigeant des matériels et équipements spécifiques ;
  • la diversification de la structure de la population sportive, des pratiques, des modalités de pratique ("désinstitutionnalisation") et des aspirations (hygiénisme, hédonisme, convivialité) qui motivent celle-ci,

35L'inadéquation croissante des équipements sportifs, essentiellement publics, conçus selon le modèle fédéral par rapport aux besoins et à la demande des pratiquants conduit, à terme, à leur relative désaffection. En revanche, une offre privée s'est développée, tentant de s'adapter a ces évolutions.

36On en arrive donc au paradoxe suivant : les équipements accessibles à tous ne sont pas adaptés à chacun et, inversement, les équipements adaptés à chacun ne sont pas accessibles à tous, L'enjeu peut donc s'exprimer brutalement par cette alternative : des équipements sportifs de service "tous publics", ou, des équipements sportifs privés, mais des sportifs prives d'équipements.

37Il conviendrait donc de développer des équipements qui permettent la pratique du sport pour tous et, a fortiori, la pratique par chacun des APS, c'est-à-dire, selon son niveau et les modalités de son choix, Mais, pour concevoir de tels équipements, disposons-nous de référents architecturaux ou devons-nous les créer ex nihilo ?

III - QUELS RÉFÉRENTS POUR LES ÉQUIPEMENTS DE DEMAIN ?

38Il semble, en fait, qu'existent des modèles de nature à inspirer des installations qui satisfassent d'autres fonctions que celles liées au simple déroulement de la compétition en présence de spectateurs. A titre d'exemple, pour trois types d'équipements qui paraissent sinon novateurs, du moins connaissent un développement récent, recherchons leurs origines au cours des deux périodes que nous avons déjà évoquées, le début du xxe siècle, et l'antiquité.

La préparation à la performance

39Les équipements qui répondent actuellement le mieux aux besoins de la préparation sportive, mais aussi de la recherche et de la formation, sont les CREPS, centres d'entraînement et autres centres de formation.

40Leur première expression contemporaine fut, en France, le "Collège d'athlètes" de Reims, créé en 1912. Cet établissement comportait une piste, un gymnase, une piscine, des vestiaires-douches, mais aussi, des salles de consultation médicale et de massage, des salles de conférence, une bibliothèque, un labo-photo.

41Mais c'est encore une fois à Olympie que l'on peut trouver l'origine des centres d'entraînement. En effet, le "gymnasion" constituait le lieu d'entraînement, mais aussi d'hébergement, des athlètes. De manière générale, un gymnase comportait une piste couverte (xyste) et une palestre. Celle-ci était composée d'un portique organisé autour d'une cour d'exercices carrée, Ce bâtiment public, initialement destiné à la pratique de la lutte, abritait des salles de diverses dimensions consacrées au sport (salle d'exercices, de boxe, vestiaires, dépôt .,.), puis d'autres destinées à l'enseignement de disciplines intellectuelles (salle de conférence pour la philosophie).

42Ces bâtiments préfiguraient, dès le IVe siècle avant J.C., les installations sportives couvertes actuelles, gymnases et pistes "indoor", les complexes sportifs... En outre, des salles avec bains chauds et froids pour les ablutions, d'autres pour les onctions d'huile et pour les massages, constituaient déjà des "unités de récupération", équipements dont se dotent progressivement nos centres d'entraînement actuels.

La pratique pour chacun

43• Pour favoriser l'accès à la pratique sportive des jeunes, en 1991, le ministère de la Jeunesse et des Sports a impulsé une politique de réalisation d'équipements sportifs de proximité (1 500 en 3 ans), principalement dans les quartiers socialement défavorisés.

  • 11 "Le sport doit être placé à la clé de toute urbanisation des cités jardins, le sport qui n'a pas p (...)
  • 12 "La culture du corps aura sa part essentielle sur le sol, désormais en parc, des zones résidentiel (...)

44Soixante-deux ans plus tôt, en 1929, Le Corbusier, inspiré par le courant hygiéniste, préconisait déjà la réalisation, dans les zones d'habitat d'équipements sportifs destinés à la pratique de tous11. Il les considérait, comme devant faire partie intégrante des équipements collectifs accompagnant le logement, les "prolongements du logis"12.

45• Pour rompre avec l'alternative réductrice entre la monofonctionnalité austère des bassins de compétition et celle, plus fastueuse, des complexes de loisirs nautiques (Aquaboulevard, Aqualand ,..), la Mission de l'équipement du ministère de la Jeunesse et des Sports essaie, depuis plusieurs années, de promouvoir le concept de piscine sport-loisirs. Il s'agit, par la conception des bassins, mais aussi des plages et par l'offre d'activités complémentaires "hors de l'eau", de satisfaire les aspirations du plus grand nombre, qu'elles soient sportives, hygiénistes ou hédonistes.

  • 13 CALLÈDE Jean-Paul, Notes darchitecture sportive : le socialisme municipal des années trente à Bègl (...)

46Déjà, dans les années trente, en France, les piscines-bains-douches, établissements à forte vocation sociale, généralement initiés par des municipalités de gauche, tentèrent d'assurer à la fois une fonction hygiénique et éducative. Ainsi, celle de Bègles, étudiée par Jean-Paul Callède13, devait-elle assurer à la population "un minimum d'hygiène corporelle" et permettre d'"apprendre gratuitement la natation à tous les enfants des écoles publiques de la commune". Les dimensions de son bassin, en revanche, étaient "sans rapport avec les normes des compétitions officielles."

  • 14 PICARD Gilbert, Empire romain, Fribourg : Office du livre, 1964, 192 p.

47C'est encore une fois l'antiquité qui fournit la préfiguration des équipements, publics qui plus est, offrant un programme d'activités d'une grande richesse : les thermes. Conçus dès le Ve siècle avant notre ère par les Grecs, ils acquirent une importante fonction sociale à Rome et dans tout l'empire, Les principaux thermes romains, ceux de Dioclétien et de Caracalla, offraient, le matin aux femmes, l'après-midi aux hommes, une grande variété de "services" : l'hygiène corporelle, la baignade (piscine), les sports (palestres), la promenade (jardins), la détente (étuves, bains chauds, tièdes et froids, salles de massages, de repos), la culture (salles de conférences, bibliothèques, musées) et même les achats (boutiques). Ces établissements publics auxquels tous, y compris les esclaves, avaient accès, constituaient véritablement des lieux de vie, ou, pour employer un vocabulaire contemporain, des lieux de "convivialité". Gilbert Picard dit pour sa part, non sans humour, que "ces établissements exerçaient (...) sur les Romains un attrait comparable à celui du club sur les Anglais".14

48Les modèles existent donc déjà pour faire face aux enjeux induits par l'évolution récente des activités physiques et sportives. La réussite de l'adéquation fonctionnelle des équipements aux pratiques et aux modes de pratique dépend, de la part des concepteurs (maîtres d'œuvre) et, avant tout, des "décideurs" (maîtres d'ouvrages), d'une remise en question des archétypes conventionnels et d'une réflexion quant à la fonction des équipements. La qualité formelle devrait également s'en trouver améliorée, du moins libérée. La mémoire des installations d'hier doit enrichir l'imagination des équipements de demain.

Bibliographie

Bibliographie

BEAULIEU M. et PERELMAN M., Histoire d'un espace : le stade, Quel corps ? no 7, Paris : 1977.

BESSY Olivier, Les salles de gymnastique, un marché du corps et de la forme. Esprit no 4, p. 79 à 94, Paris 1987.

BOIGEY Maurice, Manuel scientifique d’éducation physique. Paris : Masson, 4e édition, 1939, 613 p.

BONNENFANT Roger, Les équipements sportifs, Revue française de marketing, no 138, Paris : 1993.

BORNECQUE Henri, Rome et les Romains. Paris : Delagrave, 1955, 232 p.

BOROTRA Jean, Introduction. Techniques et architecture, p. 3, Paris : septembre-octobre 1941.

CALLÈDE Jean-Paul, Les politiques sportives communales : genèse et développements, Sport dans la cité, no 119, p. 12 à 15, Paris : 1989.

—, Notes d'architecture sportive : le socialisme municipal des années trente à Bègles, Annales du Midi, Revue de la France méridionale, T. 102, p. 615 à 634, Toulouse : Privat, octobre-décembre 1990.

CHAMBAT Pierre, La gymnastique, sport de la République ? Esprit, no 4, p. 22 à 35, Paris : 1987.

CHAMOUX François, La civilisation grecque à l’époque archaïque et classique. Paris : Arthaud, 1968, 477 p.

CHEVALLIER J.-J., L'éducation générale et sportive dans la France nouvelle. Techniques et architecture, p. 4-5, Paris : septembre-octobre 1941.

DEFRANCE Jacques, Comment interpréter l'évolution des pratiques sportives ? Esprit, no 4, p. 139 à 147, Paris : 1987.

EHRENBERG Alain, Aimez-vous les stades ? Les origines des politiques sportives en France 1870-1930. Revue Recherches, no 43, p. 25 à 54, 1980.

GAILLARD Marc, Architecture des sports. Le Moniteur, Paris : 1982, 314 p.

GLASSER G., L'équipement sportif des villes et des campagnes. Techniques et architecture, p. 6-7, Paris : septembre-octobre 1941.

HACQUARD Georges, Guide romain antique. Paris : Hachette, 1958.

HEBERT Georges, Le sport contre l'éducation physique. Paris : Vuibert, 1925, 135 p.

_____, Les champs débats : centres de régénération physique, virile et morale : une œuvre

féconde et d’une haute portée sociale. Paris : Vuibert, 1944, 115 p.

HOWELL Maxwel L„ Réflexion sur la place des sports, des jeux et des activités physiques durant l'antiquité, in : Histoire du sport de l'antiquité au xix e. Québec : Presses de l'Université de Québec, 1984.

____, L'activité physique et le sport à Rome, in : Histoire du sport de l’antiquité au xixe. Québec : Presses de l'Université de Québec, 1984.

IRLINGER Paul et al,, Les usages sportifs du temps libéré. E.P.S. no 200-201, p. 108 à 110, Paris : 1986.

IRLINGER Paul, L'avenir du sport : contribution de l'enquête sur "les pratiques sportives des Français" à une réflexion sur les tendances évolutives du sport contemporain. Sport dans la cité no 119, p. 38 à 43, Paris : 1989.

KNOP Jean-Michel, Violences collectives et violences de supporters dans les stades de football. Mémoire de travail de fin d'études en architecture, Ecole d'architecture de Paris-Belleville, 1992.

LE CORBUSIER, Les cités jardins de la banlieue. Deutsch-Franzosische Rundschau, 1929.

_____, Manière de penser l'urbanisme. Paris : Gonthier, 1963, 201 p.

LE MERCIER Isabelle, Le collège d'athlètes de Reims. E.P.S. no 239, p, 54-55, Paris : 1993.

LOISEL Ernest, L’évolution des théories, éducation physique et sport, Techniques et architecture, p. 8-9, Paris : septembre-octobre 1941.

MALLET André, Les piscines. Equipements sportifs et socio-éducatifs, Le Moniteur, 11e édition, p. 181 à 221, Paris : 1993.

MALLET André, Piscines publiques, revue Piscines magazine, numéro hors série, Villejuif : Ledoux Presse, 1993, 88 p.

MEZIAT-BELOUZE M, et VARDAGUER F., Naissance d'une architecture sportive, Sport de France, p. 421 à 423, Paris : S.P.E.I., 1971.

LOUVEAU Catherine et METOUDI Michèle, Les loisirs sportifs, un incontournable contexte. E.P.S. no 200-201, p. 86 à 88, Paris : 1986.

METOUDI Michèle, De nouveaux usages pour les sports d'hier. Esprit, no 4, p, 42 à 52, Paris : 1987.

PAILLOU Nelson, Sports, loisirs, société, Les cahiers, no 24, p. 6 à 12, Paris : 1988.

PICARD Gilbert, Empire romain. Fribourg : Office du livre, 1964, 192 p.

POUSSE Jean-François, Histoires de stades. Techniques et architecture, no 393, p, 36 à 39, Paris : 1991.

VIAL Claude, Lexique d'antiquités grecques. Paris : Armand Colin, 1972.

VIGNEAU François, Du droit de cité du sport : localisation des équipements sportifs dans le tissu urbain et implantation des pratiques sportives dans le tissu social. Mémoire de DEA, Université de Toulouse le Mirail, Toulouse : 1990, 44 p.

Les équipements sportifs de proximité, Equipements sportifs et socio-éducatifs, Le Moniteur, 11 e édition, p. 98 à 103, Paris : 1993.

WIRSZYLLO Romuald, Urzadzenia sportowe rozwoju historycznym, Urzadzenia sportowe. p. 7 à 30, Warszawa [Varsovie] : 1959.

Notes

1 PAILLOU Nelson, Sports, loisirs, société, in Les cahiers no 24, p, 6 à 12, Paris : 1988.

2 "Le stade apparaît comme un "espace panoptique inversé". Son aménagement ne vise pas à organiser un lieu où tous peuvent être vus de quelques-uns, mais où tous peuvent tout voir en même temps que tous peuvent être vus," Alain Ehrenberg, Aimez-vous les stades ?

3 Le football, le sport en général, au cours des manifestations d'envergure, devient une grande messe. (...) Le football s'assimile à un culte, Le stade en devient le lieu. (...) Le football en se suffisant à lui-même, tend à l'excès, se regarde, Le stade se ferme," Jean-François Pousse, Histoires de stades in Techniques et architecture, no 393, Paris : janvier 1991.

4 "La justification du sport spectacle est dans la propagande que de pareilles épreuves pourront exercer sur le public de non-initiés." R. Foulon (sous-directeur des Sports et des Activités de plein air), in : Techniques et architecture, ibid., p. 9.

5 "Pour que cent se livrent à la culture physique il faut que cinquante fassent du sport, Pour que cinquante fassent du sport, il faut que vingt se spécialisent. Pour que vingt se spécialisent, il faut que cinq soient capables de prouesses étonnantes." Pierre de Fredy, baron de Coubertin.

6 "L'équipement sportif du pays comprend l'ensemble de toutes les installations nécessaires à la formation physique de la jeunesse, à la pratique des exercices physiques et des sports par les adultes et enfin aux compétitions sportives, !...) Quand les agglomérations auront une certaine importance et lorsqu'il existera un groupement sportif actif et nombreux qui ne disposera d'aucun stade, on donnera, si les circonstances locales le permettent, aux différentes installations (pistes et terrains de jeux) les dimensions réglementaires pour la pratique des sports de compétition." G. Glasser (Directeur de l'Equipement sportif), in : Techniques et architecture, septembre-octobre 1941, p. 6-7.

7 "Cette formation doit développer la vigueur des corps, la force des muscles ; elle doit aussi, et plus encore peut-être, tremper les caractères, exalter les énergies." Jean Borotra (Commissaire à l'Education et aux sports du gouvernement de Vichy), in : Techniques et architecture, ibid., p. 3.

8 "Trop longtemps négligée, la formation physique de notre jeunesse aura une large part dans le redressement de notre pays,” Jean Borotra (Commissaire à l'Education et aux sports du gouvernement de Vichy), in : Techniques et architecture, ibid., p. 3
"Amener par la pratique des sports un nombre toujours plus grand de Français à s'enrichir et à se perfectionner dans leur corps et leur âme, et partant enrichir et développer les forces mêmes de la Nation." R. Foulon (sous-directeur des sports et des activités de plein-air) in : Techniques et architecture, ibid., p. 9.

9 "Dans une installation complète, les habitués et les élèves doivent pouvoir bénéficier du quadruple bienfait de l'exercice sous toutes ses formes, de l'aération, de la balnéation et de l'ensoleillement." Maurice Boigey, Manuel scientifique d'éducation physique, Paris : 4ème édition, 1939.

10 "Le terrain d'entraînement comprend l'ensemble des aménagements nécessaires pour une leçon complète selon la doctrine nationale : évolution en vagues sur un plateau (méthode naturelle), exercices aux agrès et initiation sportive (sauts, courses, lancers)". G, Glasser, op. cit.

11 "Le sport doit être placé à la clé de toute urbanisation des cités jardins, le sport qui n'a pas précisément pour but de fournir des équipes dans des matches internationaux, mais qui a pour mission d'être la contrepartie inséparable de l'industrialisme moderne "Le Corbusier, Les cités jardins de la banlieue, Deutsch-Franzozische Rundschau, 1929.

12 "La culture du corps aura sa part essentielle sur le sol, désormais en parc, des zones résidentielles : jeux d'athlétisme, de balle, natation, marche et course, etc. ; l'autre part au cœur des immeubles mêmes, dans des locaux consacrés à la culture physique, à l'hélio et l'hydrothérapie, "Le Corbusier, Manière de penser l'Urbanisme, Paris : Gonthier, 1963, 203 p.

13 CALLÈDE Jean-Paul, Notes darchitecture sportive : le socialisme municipal des années trente à Bègles, p. 615 à 634

14 PICARD Gilbert, Empire romain, Fribourg : Office du livre, 1964, 192 p.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540