Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

2. Les équipements sportifs et la structuration territoriale

Les équipements publics et privés : des stratégies différenciées exemple de l'agglomération bordelaise

Françoise Rollan

Texte intégral

1Le développement de la (et des) pratique(s) sportive(s) et l'accroissement de la demande en équipements sportifs sont étroitement liés. Cependant compte tenu de leur coût, les équipements ne sont réalisés que lorsque la pression des usagers est forte.

  • 1 NYS J.F., Les stratégies des collectivités locales in : Sport et Collectivités locales. 1993, p, 1 (...)

2Ce n'est qu'après la Deuxième Guerre mondiale qu'une norme reposant sur la notion de besoin a été introduite en France (pour tout habitant il faut tant de m2 de terrains collectifs, de salles couvertes, de piscine,...). Ces normes d'abord indicatives deviennent impératives en 1950, puis en 1964 sont transformées en grille d'équipements (ratios entre m2 et habitants). Développée au moment de l'exode rural et donc du développement de l'urbanisation, la dernière grille et la plus complète est celle du 15 mai 1974. L'utilisation de ces grilles a été réduite par la décentralisation qui a diminué le rôle de l'Etat dans le financement des équipements sportifs1.

I - LES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS : UN FINANCEMENT DE PLUS EN PLUS COMMUNAL ET UNE GESTION SÉLECTIVEMENT DÉLÉGUÉE

1. La construction des équipements sportifs

  • 2 PÉRAULT D„ Les collectivités locales et la promotion des activités sportives in : Sport et Collect (...)
  • 3 COURSON J,P,, L'équipement des départements. Inventaire communal 1988, tome 2, p. 210-236.
  • 4 LACHAUME J.F., "Équipements sportifs et moyens de financement des villes", p. 28-30.

3L'Etat d'abord fortement impliqué dans la construction d'équipements sportifs, a progressivement été relayé par les communes qui prennent aujourd'hui en charge le financement des équipements. En dépit de la stagnation des budgets publics, l'intervention municipale a continué sa progression (+ 73 % en francs constants, + 159 % en francs courants, entre 1981 et 1989)2. Ainsi d'après l'inventaire communal réalisé par l'INSEE en 1988, 47,6 % des 36 538 communes de France possèdent au moins un terrain de sports, ce qui représente une proportion de 90,9 % de population équipée, 36 % un terrain de tennis, soit 86,1 % de population équipée, 7 % une piscine pour 57,9 % de population équipée3. Entre 1980 et 1988 l'augmentation a été de 5,3 % pour les terrains de grands jeux, 13 % pour les terrains de petits jeux, 20,3 % pour les tennis et 0,5 % pour les piscines. La participation de l'Etat demeure importante pour la réalisation d’équipements locaux considérés comme d'intérêt national (grand stade de Marseille) ou pour des opérations ponctuelles (opérations 1 000 piscines, 5 000 courts de tennis, 1 000 terrains de grand jeu)4.

  • 5 PÉRAULT D., Op. cité, p. 104.

4Le financement du sport est assuré essentiellement par les communes. Selon une enquête de la Direction des Sports faite en 1990, sur un financement public de 32 milliards de francs, la part des communes s'élève à 22 milliards, contre 7,5 à l'Etat, 1,8 aux départements et 0,7 aux régions. En 1989, le financement municipal se répartit entre investissement (4 milliards, soit 18 %) et fonctionnement (18 milliards, soit 82 %). Le fonctionnement des équipements à lui seul représente 15 milliards de francs, soit 83 %5.

  • 6 LACHAUME J.F., "L'équipement sportif", p. 111-138.

5Même si certains équipements sportifs appartiennent à des personnes physiques ou morales de droit privé et ne constituent pas en principe des ouvrages publics, la plupart des équipements affectés à des activités sportives sont la propriété de personnes publiques et ils constituent des ouvrages publics dès lors que, présentant un caractère immobilier, ils ont été aménagés en vue de servir de support à une ou plusieurs activités sportives6.

2. Une complexification des rapports entre public et privé

  • 7 LACHAUME J.F. op. cité, p. 124-130.

6L'utilisation d'un équipement sportif public pose à la personne publique propriétaire le problème de la gestion. Celle-ci peut se faire en régie directe c'est-à-dire que la collectivité locale propriétaire assure l'entretien et la gestion quotidienne (accès des usagers, modalités financières de l'utilisation par les pratiquants et les spectateurs, heures d'ouverture). Elle peut aussi choisir de n'utiliser la régie directe que pour l'entretien et l'aménagement de l'équipement et conclure pour la gestion quotidienne, un contrat avec une association sportive locale qui dispose d'un monopole sur l'équipement, moyennant cependant, d'un droit d'utilisation par les enfants des écoles publiques, pour le sport scolaire. La personne publique peut aussi faire appel à une société d'économie mixte (cas pour la patinoire et le stadium-vélodrome de Bordeaux) ou encore à une personne de droit privé pour l'ensemble des tâches de gestion, contre une redevance à la collectivité publique propriétaire de l'équipement. L'organisme privé a, la plupart du temps, besoin d'une aide financière de la collectivité, qui est donnée sous forme de subventions7.

7Le problème de la gestion des équipements montre combien l'imbrication entre public et privé est grande et complexe. Cela se retrouve au niveau des équipements de prestige (patinoire, vélodrome,...), qui sont construits avec l'aide de l'Etat et surtout des collectivités locales (commune, groupement de communes, département, région), mais non gérés par la collectivité propriétaire. Il en de même pour les golfs, que les communes périphériques des grandes villes veulent créer sans en garder la gestion, — trop lourde en entretien et en contrôle d'utilisation pour les petites communes qui ne disposent pas de personnel — mais en les associant à des programmes immobiliers qui leur fournissent des contribuables de qualité et solvables.

8Les collectivités locales peuvent aussi mettre à la disposition d'une association sportive un équipement pour une période donnée (par exemple 90 ans) et demander à l'association de développer une initiation sportive pour les enfants de la collectivité (école des sports, ce qui est le cas à Bordeaux pour le BEC et les clubs installés sur les maisons de quartiers, comme l'Union Saint-Bruno par exemple). Il peut aussi leur être demandé de recevoir les scolaires dans l'équipement mis à leur disposition. De même, depuis la loi de décentralisation, les communes sont autorisées à ouvrir les équipements sportifs attachés à un établissement scolaire aux associations sportives qui en font la demande et ce dans le cadre du plein emploi des installations sportives.

  • 8 HAUMONT A., Les équipements sportifs, Sociologie des pratiques d'exercice corporel. 1992, p. 98-11 (...)

9Les équipements sportifs collectifs sont devenus un produit d'appel pour le développement économique conduit aujourd'hui par les collectivités locales. Les équipements sportifs sont aussi une arme efficace pour retenir les ménages solvables, pour l'amélioration du cadre de vie, de l'image de marque et donc pour le développement8 de la commune ou du groupement de communes.

II - LES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS MUNICIPAUX : SYMBOLE DE L'ESPACE LOCAL ET DE L'INTÉGRATION DANS LA LOCALITÉ

  • 9 LEBLANC M., Le coût et le fonctionnement des équipements sportifs. 1988, p. 31-34.

Les équipements sportifs municipaux sont tous les équipements dont l'entretien sinon la construction, incombent aux pouvoirs publics (Etat et collectivités locales), y compris ceux des établissements scolaires du second degré, mis à la disposition des associations, dans le cadre du plein emploi des installations, depuis la loi de décentralisation. Aujourd'hui 85 % du patrimoine en équipement sportif du pays appartient aux communes9.

10Les équipements suscitent des formes multiples et variées de pratiques et de participations sportives, et, en un sens, de participation sociale, Ils sont perçus comme une marque du rayonnement de la commune et du dynamisme municipal. Enfin ils contribuent à la valorisation du territoire communal et, le cas échéant, à la formalisation d'une véritable identité locale. Cela se vérifie pour diverses communes d'agglomération gagnées par la croissance urbaine.

  • 10 Le point sur l'évaluation des politiques publiques sportives. 1991, p. 96-98.

11De même, l'identification du public local à une équipe sportive évoluant à un certain niveau favorise-t-elle la structuration d'une conscience émotionnelle d'appartenance à un même lieu. La création de manifestations d'envergure permet de cristalliser une population autour d'un même élan. Désormais la recherche d'une autonomie en matière d'offre sportive vise à la satisfaction de l'ensemble des demandes de la population résidente et à l'attraction de nouvelles populations en élargissant la gamme des équipements (sorte d'inflation parfois néfaste...)10.

12L'efficacité d'une politique sportive communale doit être évaluée non seulement en termes de rentabilité des équipements, mais aussi en termes de degré de satisfaction des utilisateurs.

13La politique communale d'équipements sportifs constitue un axe fort de la dynamique spatiale locale. Le processus de mise en place et de développement des équipements sportifs permet de comprendre un aspect de la dynamique d'aménagement de l'espace. Il traduit les options retenues par les équipes municipales pour ce secteur, mais il révèle plus encore de facteurs structurels, comme le poids démographique, sa situation sociogéographique, l'organisation ancienne du phénomène sportif dans la communauté, les possibilités d'affecter de l'espace libre pour la pratique sportive, les réserves foncières en matière de pratiques de pleine nature ...

14Implantés d'abord dans les villes-centres, ces équipements sont ensuite apparus dans les communes de première couronne d'agglomération et dans les villes moyennes importantes, Par la suite, les communes de deuxième couronne et les autres villes moyennes ont cherché à se doter, dans la mesure du possible, d'équipements analogues : d'abord des équipements de “première génération" (stade, piscine, gymnase), ensuite des équipements de "deuxième génération" (plaine des sports, base de plein air et de loisirs avec plan d'eau ou, tout récemment parcours de golf). Les communes rurales s'efforcent de proposer une offre d'équipements sportifs élargie au-delà des "habituels" sports collectifs (football, rugby...).

15Le tennis a joué un rôle évident dans cette ouverture qui date des années quatre-vingt. Actuellement, la promotion du patrimoine de pleine nature peut assurer à ces communes une place non négligeable dans le système récréatif sportif, compte tenu de l'élargissement récent du domaine de la pratique sportive aux activités de pleine nature, de détente ou de loisirs.

16Conjointement à l'élargissement de la gamme des équipements sportifs, on enregistre une hiérarchisation progressive mais nette entre les équipements sportifs à rayonnement large (haut niveau, sport-spectacle) et les équipements de proximité, destinés à la desserte locale (quartier, groupe de quartiers, secteur de la commune).

17L'utilisation respective de ces différents équipements recoupe la segmentation des formes de la pratique sportive organisée : grands clubs, sport professionnel, sport de haut niveau d'une part, clubs modestes, sport de masse, loisirs sportifs, associations de quartiers ou corporatives, d'autre part.

1- Les équipements sportifs municipaux : le centre de l'agglomération

Bordeaux

18Avec ses quelque 207 000 habitants, la ville de Bordeaux possède proportionnellement moins d'équipements sportifs que Mérignac et Pessac (33 %), Talence (25 %), Cenon (125 %), Gradignan et Villenave d'Ornon (100 %).

19Cependant cette relative pénurie ne doit pas faire oublier l'ancienneté, la diversité, le prestige et la qualité de certains de ses équipements qui permettent d'accueillir des compétitions nationales et internationales. Tels sont le stade municipal avec sa nouvelle capacité de 50 000 places (un des plus grands en France), le stade d'athlétisme de Stéhélin à Caudéran, la piste couverte pour les meetings d'athlétisme indoor dans le quartier du Lac, Dans ce nouveau quartier où l'espace ne manque pas, s'étend sur 60 hectares le seul golf municipal à vocation internationale de la région. A l'origine de l'essor du golf dans l'agglomération, la municipalité a décidé de le doter d'un second parcours de 18 trous et d'un autre practice. C'est aussi là qu'a été reconstruit le vélodrome, l'ancien ayant été démoli pour l'agrandissement du stade municipal. Dans la ville, à l'intérieur des boulevards plusieurs autres équipements de grand renom mais moins consommateurs d'espace ont pu être édifiés : tels la piscine olympique du Grand Parc avec ses 1 000 places en gradins, la patinoire de Mériadeck, le Palais des Sports (salle couverte pour petits jeux, avec 5 000 places), la salle d'armes Kergomard (300 places) et le centre préolympique de Judo (dojo de 375 m2). Seule une grande ville peut supporter la construction et l'entretien (partiellement ou totalement) d'équipements rares et d'une telle envergure.

Les autres communes du centre

20C'est parce que de l'espace était disponible et que les entreprises nouvellement installées ont alimenté les finances locales que ces communes ont pu se doter d'équipements sportifs de qualité. Pratiquement toutes ces communes partagent avec Bordeaux le privilège d'avoir accueilli au moins une fois des rencontres nationales et internationales. Les communes de plus de 20 000 habitants sont bien équipées. Les piscines y compris les piscines couvertes, qui étaient il y a vingt-cinq ans l'apanage de Bordeaux y sont aujourd'hui aussi implantées. Les salles municipales spécialisées en gymnastique sportive, musculation, haltérophilie et en sports de combat y sont même beaucoup plus largement développées qu'à Bordeaux. La place disponible a favorisé la création de plaines des sports. Surtout, ces communes ont pu prendre la tête du mouvement de mode du tennis, en offrant les terrains que les nouveaux habitants demandaient. Le phénomène tennis qui a d'abord touché les professions libérales et cadres supérieurs, s'est ensuite étendu aux cadres moyens et employés. Or justement ces catégories ont délaissé Bordeaux pour s'installer d'abord sur Mérignac, Pessac et Talence, puis sur les autres communes alentour.

21Parmi les communes de plus de 20 000 habitants, Cenon est de loin la mieux équipée, tant par le nombre que par la variété de ses installations. Elle est suivie de près par Villenave-d'Ornon, puis par Gradignan qui ne possède cependant pas de piscine ni de piste de bi-cross. Les 3 plus grosses communes en population (Mérignac, Pessac et Talence), ainsi que Villenave-d'Ornon concentrent leurs équipements sous forme de complexes sportifs dans les nouveaux quartiers d'habitation : Pontet-Formanoir, Alouette, Magonty à Pessac, Thouars à Talence, Centre et Burck à Mérignac, Chambéry à Villenave-d'Ornon, Palmer à Cenon. Dans des communes comme Bègles et Le Bouscat, les équipements sont plus dispersés.

22Des communes comme Eysines, Bruges, Le Haillon, Lormont, Carbon-Blanc, Bouliac, Villenave-d'Ornon, ont multiplié leurs installations sportives par accroissement du nombre de courts de tennis, alors que Bègles, Le Bouscat, Floirac n'ont pas satisfait au phénomène de mode, soit à cause de la dominante ouvrière comme sur Bègles et Floirac, soit par la présence de grands clubs privés comme le SBUC au Bouscat.

2. Les équipements sportifs municipaux : la périphérie de l’agglomération

23Les équipements sportifs, symbole de l'espace local, contribuent implicitement à favoriser une meilleure intégration et une plus forte implication sociale dans la commune. La valorisation de l'espace communal par les équipements sportifs est en périphérie de l'agglomération encore plus nette que pour les communes du centre qui disposent aussi d'équipements culturels de haut niveau. A court terme leur rentabilité n'est pas prise en compte. Ils sont une incitation à attirer et à retenir des populations urbaines désireuses de vivre à la "campagne" avec cependant toutes les facilités de la ville.

24La loi de décentralisation en transférant aux communes l'aide de l'Etat, par le biais de la dotation globale d'équipements, leur a permis de s'équiper à un moment où les communes périphériques ont vu affluer des citadins venus du centre. En 1962, 65 % des patrons habitaient Bordeaux, ils ne sont plus que 41 % en 1982. Dans le même temps et toujours à Bordeaux, les professions libérales et cadres supérieurs sont passés de 72,2 % à 37.6 %, les cadres moyens de 66 à 31,5 %, les employés de 65,8 % à 31.6 %. Les équipements sportifs ont participé à la lutte que se sont livrées les communes pour attirer un maximum de population des catégories sociales favorisées. En effet celles-ci ont mis un préalable à leur installation : celui des équipements sportifs. L'effort de ces communes périphériques a été tel que proportionnellement à leur population, elles sont presque toujours deux fois mieux équipées que la ville-centre et que les communes de plus de 20 000 habitants, ce qui implique une surcharge moindre dans leur utilisation.

25Ce qui caractérise les communes périphériques ce sont des équipements de base : tennis de plein air, terrains de grands jeux, salles omnisports et presque toujours une salle de sports de combats. Les plus grandes et celles qui ont su attirer des industries disposent en outre d'une piscine couverte, tel est le cas d'Ambarès, Ambès, Blanquefort, Cestas, St Médard-en-Jalles et Villenave-d'Ornon.

26Toutes les communes périphériques ont satisfait à la mode du tennis pour s'attacher les populations qui venaient s'y installer. En matière d'équipements sportifs, c'est un peu la surenchère en périphérie : c'est à la commune qui offrira le plus de diversité et surtout le meilleur service-tennis, équipement le plus demandé et obligatoire pour s'attirer les cadres. Contrairement aux communes du centre, peu de communes périphériques possèdent des courts couverts. Si avant 1970 chaque commune avait son terrain de foot, aujourd'hui, elle doit aussi avoir son tennis ou plutôt ses tennis pour pouvoir exister — témoin St-Vincent-de-Paul qui ne possède qu'un terrain de foot et qui demeure la plus petite commune de l'agglomération (moins de 800 habitants). Dans ces communes périphériques le nombre de courts de tennis est supérieur ou égal aux terrains de grands jeux. Cela se vérifie même pour les communes les plus faiblement peuplées comme Le Taillan, St-Jean d'Illac, St-Louis-de-Montferrand.

27Dans cette course aux équipements, les communes les mieux placées sont sans nul cloute : Artigues-près-Bordeaux, Ambarès, Blanquefort, Cestas, Villenave-d'Ornon et St Medard-en-Jalles qui a même une patinoire de taille réglementaire et qui offre à tous les enfants des écoles primaires l'apprentissage du cheval, du patinage et de la natation. Ces communes ont bénéficié de l'installation d'industries qui, par le paiement de la taxe locale ont largement contribué au financement de ces équipements. Ces communes s'opposent aux communes-dortoirs qui, malgré tout, essaient de suivre.

28Après les courts de tennis, les salles polyvalentes et les salles de sports de combat sont les équipements municipaux les plus fréquents en périphérie. Cela démontre la différence de politique entre la ville-centre et les communes éloignées. À Bordeaux les salles municipales de sports de combats sont rares : 5 contre 22 en périphérie. De même les salles de tennis de table pratiquement absentes en centre-ville sont bien représentées dans les petites communes de la rive droite. Par contre, les stades d'athlétisme complets y sont rares. Les terrains de petits jeux bien que peu coûteux, ne sont pas très fréquents. Malpré la présence de petites routes tranquilles, la mode des parcours de santé a aussi gagné la périphérie puisque 6 existent déjà et que 3 autres sont programmés.

29Au total les habitants des communes périphériques ne sont pas pénalisés par rapport à ceux du centre en matière d'équipements sportifs, en quantité comme en qualité.

III - LES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS NON-MUNICIPAUX : SYMBOLE DE SOCIABILITÉ SÉLECTIVE DE GROUPES SOCIAUX OU DE GROUPES ORGANISÉS

30Par équipements non-municipaux, il faut entendre les équipements des clubs omnisports ou de clubs spécialisés, de l'université, de l'enseignement secondaire privé, des grandes entreprises, des administrations, de l'armée et des entreprises commerciales de loisirs sportifs.

31L'économie des services traite de plus en plus les équipements comme un produit d'appel associé à d'autres activités rentables et dont les bénéfices permettront de financer l'investissement et éventuellement le fonctionnement de l'équipement sportif (ex. : l'Aquaboulevard de la société Forest Hill, où l'équilibre financier repose sur les zones commerciales, des salles pour des congrès... Ou encore les complexes développés par la société Timing qui compte sur les chambres d'hôtellerie et des salles de séminaires.) Le deuxième type d'association est celle avec l'immobilier : le golf-immobilier où le golf n'est qu'un appel pour la commercialisation de tel ou tel terrain de construction, (ex. : le Green Park dans la ville nouvelle de Melun, avec un golf de 18 trous où l'on monte un grand programme avec 600 maisons et 200 000 m2 de bureaux. Ou encore le Disneyland à Marne-la-Vallée qui outre le parc de loisirs, offre une ZAC avec 2 golfs, des hôtels, des logements ...).

1. Les équipements sportifs non-municipaux : le centre de l'agglomération

32Les équipements sportifs non-municipaux se sont portés sur des équipements spécialisés à savoir essentiellement sur les courts de tennis et les salles de sport spécialisées. Ils satisfont au phénomène de mode que les municipalités ne peuvent pas toujours suivre. Ils ne sont donc nullement en concurrence avec ces dernières. Leur accès est limité à certains groupes et parfois plus coûteux lorsqu'il s’agit de clubs privés ou d'entreprises commerciales de loisirs, Ces dernières ne s'installent d'ailleurs que là où la demande est très forte car la rentabilité est une nécessité absolue.

33C'est le cas pour les nombreuses salles de gymnastique-musculation, les salles de sports de combat, les courts de tennis et plus récemment les salles de squash, qui comblent le vide en équipements municipaux de certains quartiers du centre et de communes proches.

34Le fait le plus remarquable est celui du tennis. Ainsi Bordeaux et Le Bouscat qui comptent peu de terrains de tennis municipaux contrairement aux communes voisines, sont plutôt bien fournies en courts non-municipaux. Ces communes hébergent quelques-uns des plus grands clubs bordelais, le SBUC (263 licenciés) au Bouscat, le CAM (1 325 licenciés), l'ASPTT (581) et SAVP (Primrose) (1 193) à Bordeaux-Caudéran. La Société Elitennis a implanté dix courts couverts à Bordeaux-Lac et le Gazelec (club EDF-GDF) huit courts, dont un couvert, à Bordeaux-Nord. Un autre grand club bordelais, les Coqs Rouges, n'ayant pas trouvé de place en centre-ville, a placé toutes ses installations (tennis, terrains de foot, salle omnisports) sur le domaine de Moulerens à Gradignan. Gradignan a aussi accueilli les équipements de la Caisse des Dépôts et Consignation. Pessac est aussi bien fournie en courts de tennis à cause d'une partie des terrains de l'ASPTT, de ceux du TC-Pessac (Camponac), et d'autres appartenant soit à des résidences, soit à des entreprises de la zone industrielle. Mérignac n'a rien à envier à Pessac dans ce domaine puisque les grandes entreprises industrielles, les entreprises de loisirs sportifs ont construit 22 courts de plein air et quatre courts couverts.

35Le phénomène tennis est aujourd'hui en partie relayé par le phénomène squash plus facile à implanter en centre-ville car moins consommateur d'espace et surtout il est accompagné par la mode des salles de gymnastique-musculation bien équipées en appareils divers. Celles-ci n'ont aucune peine à s'installer dans des bâtiments existants. On les trouve dans presque tous les quartiers de Bordeaux, avec une prédominance dans le centre, Caudéran et Pellegrin-St-Augustin ainsi que dans les communes de la première couronne (Le Bouscat, Mérignac, Pessac, Talence, Bègles et Cenon) ou encore Villenave d'Ornon. De même les équipements de sports basques (trinquet, frontons) sont mieux représentés en périphérie qu'en centre-ville.

36Rares sont les terrains de grands jeux non-municipaux. Ce sont ceux du SBUC au Bouscat, des Coqs Rouges à Gradignan, de l'ASPTT à Pessac et à Caudéran, de quelques entreprises industrielles à Mérignac ou ceux du Domaine Universitaire. Rares sont aussi les salles de tennis de table municipales dans le centre de l'agglomération. Celles-ci sont plutôt privées.

37La plus grosse concentration d'équipements sportifs non municipaux tant en nombre qu'en variété, est sans doute réalisée sur le campus universitaire qui s'étend sur Pessac et Talence. Ils appartiennent essentiellement aux universités, au CREPS, à l'école d'Architecture et à un club privé le BEC.

38Quelques équipements exceptionnels sont privés : c'est le cas de la salle du jeu de paume (il n'en existe qu'une vingtaine en France) et du bowling international (19 pistes) à Mérignac ou encore de l'hippodrome et du golf du Golf Club bordelais (un des plus anciens de la région Aquitaine) tous deux installés au Bouscat.

39En conclusion, les équipements sportifs non-municipaux sont très nettement plus nombreux au cœur de la métropole là où la population est la plus dense et exerce ses activités, Les quartiers ou les zones dortoirs se contentent des équipements municipaux,

2. Les équipements sportifs non-municipaux : la périphérie de l'agglomération

40Deux tendances soulignent l'opposition centre-périphérie en matière d'équipements sportifs non-municipaux qui d'ailleurs, ne sont que le reflet de l’organisation spatiale, sociale et économique de l'agglomération : la dissymétrie rive gauche-rive droite en nombre d'équipements et la différence d'origine des équipements.

Une opposition centre-périphérie

41Contrairement à ce qui se passe au centre, les équipements sportifs non-municipaux des communes périphériques n'appartiennent jamais à l'Université, très rarement au domaine privé commercial (exception faite pour les clubs équestres et les golfs) ou aux clubs privés (sauf les squashs et les trinquets) ou aux établissements scolaires privés (Institution Notre-Dame à Carignan), mais plus généralement aux grandes entreprises (Dassault, SNIAS, IBM, Ford, GDF,..,), à l'armée (Martignas-sur-Jalle, Bouliac) et aux résidents des lotissements.

42En effet, en périphérie, la masse de population concernée étant insuffisante (12,6 % seulement pour les communes périphériques de la rive gauche et 5,8 % pour celles de la rive droite), les entreprises de loisirs sportifs hésitent à installer des équipements qui ne pourraient pas être rentabilisés, sauf pour des sports rares, pratiqués par une part minime de la population qui est prête à se déplacer pour pratiquer son sport favori quel qu'en soit le prix à payer pourvu que le cadre de cette pratique soit agréable et socialement sélectif. C'est le cas pour les clubs équestres, les golfs, les squashs et les trinquets.

Une opposition rive droite-rive gauche

43Les grandes entreprises s'étant installées préférentiellement sur la rive gauche à cause de vastes terrains accessibles (relief plat de la lande), des facilités de communication (autoroute, rocade, aéroport) et de la présence de tous les grands services administratifs, il s'ensuit un meilleur équipement de cette zone. C'est le cas des communes de Blanquefort, St-Aubin-du-Médoc, St Médard-en-Jalles et Canéjan. Cadaujac vient de recevoir une partie des installations du club GDF (le Gazélec).

44D'autre part, la structure sociale de la population a évolué très différemment selon les rives, La population ayant quitté Bordeaux s'est d'abord installée dans les communes de la rive gauche. Les patrons, les cadres supérieurs, les professions libérales, les cadres moyens ont commencé dès 1962, suivis par les employés à partir de 1970 et les personnels de service vers 1980. La rive gauche qui a vu s'installer une grande partie des classes aisées de la population dans de grands lotissements en périphérie, a bénéficié en même temps de la création de courts de tennis comme à Cestas ou à St-Aubin-du Médoc.

45La rive droite a démarré plus tard (après 1975), son urbanisation et sa progression ont été plus lentes. Elle a surtout bénéficié de l'apport d'employés, d'ouvriers et de personnels de service qui pratiquent de préférence des sports populaires généralement pris en charge par les municipalités. La demande des cadres en petit nombre, a pu également y être satisfaite par les équipements locaux (tennis). Une exception : l'installation autour d'un lotissement de classes aisées à St-Sulpice-et-Cameyrac, d'un golf, d'un centre équestre, de tennis et d'une piscine.

46Les mutations sociales de l'espace bordelais expliquent que les entreprises de loisirs sportifs ne se soient pas installées sur la rive droite, leurs équipements sportifs ne correspondent pas à la demande potentielle et donc leur rentabilité n'est pas assurée.

47Le retard pris par la construction d'une rocade rive-droite reliée à un quatrième pont a empêché le développement économique de cette zone et donc l'installation de grandes entreprises dotées d'équipements sportifs et même la création de vastes zones d'habitat, comme à Cestas ou à St-Aubin-du-Médoc par exemple. Mais la morphologie et les structures foncières très morcelées de la rive droite ne sont aussi, sans doute pas étrangères à cette situation.

Bibliographie

Références bibliographiques

COURSON J.P., L'équipement des départements. Inventaire communal 1988 -tome 2, INSEE, Résultats no 114-115, Démographie-Société no 8-9, déc. 1990, p. 210-236.

HAUMONT A., Les équipements sportifs, Sociologie des pratiques d'exercice corporel, 1. Corps, Espaces et Pratiques Sportives. 1992, p. 98-110.

LACHAUME J.F., Équipements sportifs et moyens de financement des villes. Rapport introductif général in : Les politiques municipales des sports. Actes des quatrièmes rencontres d'Angers. 26-27 septembre 1987. Centre National de la Fonction Publique Territoriale, Les Cahiers no 24, février, 1988, p. 28-30.

LACHAUME J.F,, L'équipement sportif in : Sport et Collectivités locales. Paris : Dalloz, 1993, p. 111-138.

LEBLANC M„ Le coût et le fonctionnement des équipements sportifs. Centre National de la Fonction Publique Territoriale, Les Cahiers, février 1988, no 24, p. 31-34.

Le point sur l'évaluation des politiques publiques sportives. La Gazette, 3 juin 1991, p. 96-98.

NYS J.F., Les stratégies des collectivités locales in : Sport et Collectivités locales. Paris : Dalloz, 1993, p. 149-193.

PERAULT D„ Les collectivités locales et la promotion des activités sportives in : Sport et Collectivités locales, Paris : Dalloz, 1993, p. 103-110.

ROLAN F., Les équipements sportifs dans l'agglomération bordelaise : équipements municipaux et non-municipaux (4 cartes avec notice) in : Atlas social des Bordelais, (à paraître).

Notes

1 NYS J.F., Les stratégies des collectivités locales in : Sport et Collectivités locales. 1993, p, 149-193.

2 PÉRAULT D„ Les collectivités locales et la promotion des activités sportives in : Sport et Collectivités locales. 1993, p. 103-110.

3 COURSON J,P,, L'équipement des départements. Inventaire communal 1988, tome 2, p. 210-236.

4 LACHAUME J.F., "Équipements sportifs et moyens de financement des villes", p. 28-30.

5 PÉRAULT D., Op. cité, p. 104.

6 LACHAUME J.F., "L'équipement sportif", p. 111-138.

7 LACHAUME J.F. op. cité, p. 124-130.

8 HAUMONT A., Les équipements sportifs, Sociologie des pratiques d'exercice corporel. 1992, p. 98-110.

9 LEBLANC M., Le coût et le fonctionnement des équipements sportifs. 1988, p. 31-34.

10 Le point sur l'évaluation des politiques publiques sportives. 1991, p. 96-98.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.