Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

2. Les équipements sportifs et la structuration territoriale

Pouvoirs locaux en représentation : rites et discours d'inauguration des équipements sportifs communaux

Jean-Daniel Chaussier

Full text

  • 1 BAUDRILLARD J., La transparence du Mal, Essai sur les phénomènes extrêmes, Paris : Galilée, 1990, (...)
  • 2 Ibid.

1Après avoir patiemment œuvré à sa propre différenciation sociale, le politique paraît aujourd'hui aux prises avec une sévère crise d'identité. Contrairement à ce qu'avancent trop rapidement certaines analyses, celle-ci ne serait pas une crise touchant spécifiquement la politique, et troublant ainsi son insertion sociale d'une manière singulière. Il s'agirait plutôt d'une configuration complexe, se révélant comme "une contamination respective de toutes les catégories, substitution d'une sphère à l'autre, confusion des genres"1. Cette caractérisation générale de la société contemporaine, postérieure à la peinture classique de la modernité, affecterait bien la dimension politique, au même titre que les autres dimensions sociales initialement reconnaissables : "Le politique n'est plus dans le politique, il infecte tous les domaines : l'économie, la science, l'art, le sport… — le sport, lui n'est plus dans le sport — il est dans les affaires, dans le sexe, dans la politique, dans le style général de la performance"2.

2La notion de "style général", pour difficile à manier qu'elle soit, renseigne cependant sur le phénomène d'indifférenciation mis en évidence par Baudrillard, replaçant ainsi la question du politique dans un ensemble plus vaste, également perturbé par le "style général" de la communication et de la performance. Pour autant, cette relativisation ne console pas le politique et ne suffit pas à rétablir son individualité, en même temps qu'à opérer sa réinsertion dans la société.

  • 3 Selon l’expression de Georges Balandier.

3Pourtant les acteurs politiques, devenant en quelque sorte des professionnels au métier indéfini, continuent obstinément à installer "le pouvoir sur scènes"3, à maintenir les marqueurs d'identité dont ils sentent confusément le besoin, à conforter un travail appliqué de ritualisation de leurs apparitions sociales, dans l'espoir de restaurer la visibilité, sinon la crédibilité de leurs fonctions.

4C'est ce phénomène qui est à l’œuvre, par exemple, en cette circonstance particulière formée par l'inauguration d'un équipement public dans une commune. Le problème de la représentation — dans tous les sens du terme — y apparaît en effet avec une netteté remarquable, dans cette double détermination qui en fait un problème tellement difficile :

  • Quelque chose serait positivement joué lors de l'inauguration d'un équipement public dans une commune.
  • Quelque chose se jouerait, en négatif, à cette occasion, assez indépendamment de la conscience que pourraient en avoir les acteurs, orateurs ou auditeurs.

5Il faudrait donc travailler simultanément sur ces deux plans pour comprendre, traduire et décoder les rites d'inauguration et les discours qui les accompagnent dans la vie politique locale.

6D'une certaine manière, il s'agit de savoir si la cérémonie d'ouverture d'un équipement public, ne fait que constater, avec formes et signes à l'appui, l'avènement de cet équipement, ou bien si ce dernier n'est pas réellement "construit" par les pratiques inaugurales.

  • 4 Sur la problématique de "l'acte déclaratif", voir DERRIDA J., Otobiographies, Paris : Galilée, 198 (...)

7Autrement dit : l'équipement public existe-t-il avant d'être l'objet d'une inauguration ? Ou encore est-ce l'inauguration qui se trouve simplement abritée par l'équipement, ou bien n'est-ce pas plutôt l'inauguration qui, littéralement, "donne lieu" à l'équipement4 ? En ce sens, et conformément aux fonctions rituelles, l'inauguration serait la condition préalable à la pénétration de l'équipement dans le tissu social, lui conférant son caractère public et collectif.

  • 5 Le matériau de la recherche a été constitué par des observations recueillies lors de cérémonies d’ (...)

8Ces questions concernent les pratiques et le discours politiques tels qu'ils peuvent être appréhendés, dans la présente recherche, au niveau local. Elles résultent d’une observation empirique de longue durée5 et ont pour but de démêler dans le processus inaugural, ce qui est de l'ordre du visible (ce qui est joué) et ce qui relève d'une dissimulation (ce qui se joue) pouvant d'ailleurs échapper plus ou moins à ceux-là mêmes qui la produisent.

  • 6 Sur ce dernier point, voir notamment GUILLAUME M., "Les équipements collectifs, source et mise en (...)

9Il importe donc de contribuer, par une approche limitée et délimitée, à la connaissance des rites et discours politiques en vigueur dans le système politico-administratif local. Ceci ne préjuge pas de leur éventuelle spécificité, mais voudrait cependant souligner que l'acte d'inauguration d'un équipement collectif dans une Commune est un moment intéressant pour saisir la relation représentants-représentés, les procédures de fonctionnement du système, les significations multiples de la décision d'édifier des murs et la destination complexe des équipements publics6.

le champ de l'observation ! problèmes induits par le type d'équipement et l'environnement culturel

10Les opérations d'inauguration étudiées ici s'appliquent d'une part à des équipements de nature sportive et d'autre part à un milieu dénoté, le Pays basque. Ces deux échelles de localisation supposent un certain nombre de justifications.

  • 7 Réserve faite de certaines réticences manifestées récemment par des collectivités locales au sujet (...)

11Le développement des infrastructures et des activités sportives est aujourd'hui pleinement recueilli dans le discours politique : objet de consensus, sa légitimité contribue à celle de la parole et de l’action politiques7, en même temps qu'elle contraint à parler et à agir.

  • 8 Voir CHAUSSIER J.D. et alii, "La place du sport dans la production de l'identité locale", Editions (...)

12Plus précisément, dès lors que l'une des transversales de la politique locale suivra la préoccupation identitaire8, la puissance symbolique du sport et de ses édifices fera l'objet d'une utilisation intensive sur un double registre : celui de la construction intérieure de l'identité (se reconnaître entre "nous"), et celui de la production de signes envoyés vers l'extérieur (se faire connaître des "autres", se différencier, c'est à dire ne pas se laisser réduire, affronter, selon les formes sportives de la violence euphémisée).

  • 9 Voir par exemple l'enquête réalisée par le Centre de Recherches pour l'étude et l'observation des (...)

13L'accroissement sensible de la demande sociale en matière sportive, ainsi que celui des formes de participation et d'implication9 confère aux questions sportives une urgence continue, encore aggravée par la configuration nouvelle de l'organisation du sport en France et les conséquences des Lois de décentralisation de 1982-1983 qui placent les collectivités territoriales dans une position paradoxalement plus délicate et plus gratifiante. Elle est plus délicate car il faut désormais trouver les financements nécessaires au patrimoine sportif immobilier en se passant pratiquement du concours de l'Etat qui, auparavant, était souvent déterminant.

14Mais elle est plus gratifiante car les responsables politiques régionaux, départementaux ou communaux peuvent s'approprier sans réserve les réalisations, et même jouer, selon les cas, l'air toujours entendu du désengagement du pouvoir central.

  • 10 On entendra généralement ici par équipement sportif une installation d'assez grande ampleur, qui m (...)
  • 11 Les seuls crédits d'investissement relevant de la décision de l’Etat, bien que de nature extrabudg (...)

15Une autre raison contribue à démultiplier l'investissement politique que représente aujourd'hui un équipement sportif10 : le mouvement sportif intégralement regroupé au sein du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) est devenu plus que jamais le partenaire des collectivités publiques11, avec les représentants de la Fédération Sportive directement concernée par l'équipement projeté. Or, la filière sportive élective constitue pour les élus un nouveau canal par lequel peut circuler leur influence, depuis la base (le club local), jusqu'au sommet (le CNOSF) en suivant toutes les strates de l'administration territoriale, autrefois exclusivement occupées par les services extérieurs du ministère de tutelle. En outre, les élus sportifs, comme les pratiquants de renom, demeurent un vivier de recrutement politique intéressant, faisant l'objet d'utilisations tactiques nombreuses.

16C'est dire combien les élus politiques trouvent dans les réseaux d'élus sportifs un autre espace de déploiement de leur propre pouvoir dans lequel ils ont toutes les chances d'être plus autonomes, plus crédibles et surtout mieux reconnus. La relation entre les deux groupes électifs est désormais une relation beaucoup plus immédiate, débarrassée d'un intervenant tutélaire étatique avec lequel des accommodements étaient possibles, mais qui compliquait, en les croisant, les procédures de régulation en vigueur au plan local. Beaucoup d'intérêts viennent ainsi compenser un engagement financier majoré, de la part des collectivités locales, auquel il aurait de toute façon été difficile d'échapper dans un domaine tel que le sport où les perscriptions sont puissantes.

  • 12 Ce progrès dans la "rationalité" des politiques publiques en matière de sport n'est qu'une indicat (...)

17La conjugaison de ces divers paramètres a conduit nombre de collectivités à reviser leur politique en matière d'installations sportives : à l'attitude empirique et aux réponses isolées faisant écho à des sollicitations ponctuelles, succède souvent une réflexion plus rationnelle et plus complexe12, intégrant des variables telles que maîtrise des coûts, régulation et coordination de la multiplicité des saisines.

  • 13 Cet élément a constitué entre 1960 (échec aux J.O. de Rome) et 1980 une explication majeure de la (...)

18Croissance effective de la demande sociale dans le secteur du sport, stratégies inédites permises par les nouveaux circuits décisionnels, réponse légitime à l'impératif consensuel des édifications sportives (auquel il faut ajouter la force de captation exercée par le spectacle sportif), retard important enregistré par la France dans le nombre et la qualité des lieux de pratique sportive13 : autant d'éléments qui, au long de la décennie 1980-1990 donnant l'unité de temps à cette recherche, ont offert aux sujets sportifs une place et une importance significatives dans le discours politique local, Les élus communaux et départementaux apparaissent donc en même temps comme réceptacles des "inputs", responsables des "outputs" et principaux bénéficiaires des retombées de l'action en termes politiques.

  • 14 Partie occidentale du département des Pyrénées-Atlantiques, 237 000 habitants.

19Le présent objet d'étude est circonscrit aux rites et discours politiques locaux, observables lors des cérémonies d'inauguration d'équipements sportifs communaux. Il est également territorialisé, puisque le milieu d'investigation sera le Pays basque14. Cet espace géo-culturel présente certaines caractéristiques propres, en particulier un fort coefficient identitaire dans lequel, précisément, les jeux traditionnels de Pelote Basque n'occupent pas une moindre place.

20C'est pourquoi, plutôt que d'analyser, en Pays Basque, la production d'installations sportives se rencontrant sous une forme banalisée en toute autre région de France, le choix s'est arrêté sur les équipements permettant la pratique de la Pelote Basque.

  • 15 On pourrait même parler en l'occurrence d'une affirmation ethno-culturelle.

21La faible amplitude du terrain sera toutefois compensée par la présence originale du paradigme de l'identité culturelle15 qui va occuper sensiblement les rites et discours politiques locaux, leur conférant une tonalité, une profondeur de sens, une acuité particulières. On peut cependant considérer que les phénomènes observés ici ne sont pas d'une nature radicalement différente de ceux que l'on relèvera en toute autre région : le rituel d'inauguration et ses acteurs ne sont pas spécifiquement basques et les fonctions politiques et sociales représentées appartiennent bien aux catégories définies par l'Etat et la société globale. Restera à tenir compte de tensions, d'inflexions, de signes, de précautions se raccordant en effet au contexte spécialement étudié.

  • 16 Le registre des inflexions possibles du discours est, sur ce point, très large, selon le degré d'i (...)

22Chaque événement social en Pays Basque, tel que l'ouverture d'une salle consacrée aux jeux de Pelote, est une occasion de parler, fût-ce par simple allusion, de l'identité culturelle et de la façon dont on se sent attaché à elle16.

  • 17 Voir infra les différents types d'installations.

23La Pelote Basque est un cas particulier de l'émergence identitaire sur lequel le discours politique s'arrête volontiers, avec toutes les accentuations utiles : elle appartient à ce que l'on pourrait dénommer le secteur identitaire institutionnalisé et légitime au regard de l'unité et de l'indivisibilité nationales. Elle se trouve ainsi reconnue comme un seuil acceptable de réponse aux demandes patrimoniales, celui qui "va de soi", et ne peut susciter qu’une approbation générale à peine entamée par les querelles d'écoles (choix de la catégorie d'équipement dans la série possible)17.

  • 18 Voir CALLÈDE J.-P., "La Pelote Basque, tradition régionale et sport de haut niveau", contribution (...)

24La "Pelote", comme l'on dit brièvement, présente le caractère d'une activité sportive au sens classique du terme, tout en se réclamant d'une matrice ethno-culturelle que l'histoire et l'évolution des pratiques sociales et des structures sportives n'auraient pas altérée, dès lors que l'on accepte le principe de la transformation des gestes, autant que la fidélité au passé18.

  • 19 Ils sont devenus le signe le plus spectaculaire et indispensable de la volonté de "développement" (...)
  • 20 LANDOWSKI E., La société réfléchie, Paris : Seuil, 1989, p. 222.

25Cette activité sociale, devenue discipline sportive, se trouve depuis les années 1975-80 magnifiée, incrustée dans l'espace par la multiplication des équipements monumentaux, que l'on a pu comparer abusivement, mais selon une analogie très intéressante, à de "nouvelles églises", et qui forment une autre génération de repères identitaires, succédant aux traditionnels frontons marquant en surimpression les places des villages. Ces équipements19 recèlent ainsi pour l'action politique locale une charge symbolique spécifique, venant aggraver la tension et l'enjeu ordinaires du rite d'inauguration, mettant encore un peu plus à vif les formules cérémoniales et, pour tout dire, "l'acte par lequel le sujet fait être le sens"20, la construction scénique de l'événement ainsi que les stratégies conscientes ou les effets inconscients qui sont mis, ou qui se mettent en action.

26La quasi-totalité des équipements sportifs collectifs ayant servi de support à ces observations provient de l'initiative communale, Plus précisément, il s'agit pour l'essentiel de petites communes rurales (souvent moins de 2 000 habitants) ayant bénéficié pour cette opération d'une subvention du Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques, principal acteur du développement des infrastructures sportives dans le département, aux côtés des communes.

  • 21 La "tonalité" culturelle sera plus ou moins marquée, là aussi, selon la volonté des élus ; elle cé (...)

27Il convient de ne pas oublier que la décennie de référence est celle de la prolifération des équipements sportifs lourds dans les petites collectivités, venant en réponse, certes, à l'accentuation de la demande des populations, mais résultant aussi du double effet d'entraînement provoqué par la forte concurrence entre les élus pour concrétiser, de façon consensuelle et visible la réalisation de leur mandat, et par la promotion de la Pelote Basque au niveau d'une contribution incontournable à la réappropriation et à l'affirmation de leur culture par les Basques21.

28L'entrée de la variable culturelle est fonction de l'ésotérisme de la culture elle-même : le locuteur présente alors à la fois le discours savant (celui qui sait la culture, dont il parle) et le discours autochtone (celui qui parle ou peut parler dans la langue ou le langage de la culture). Or, la Pelote Basque permet d'évoluer sur ces deux plans du discours et de disposer ainsi d'une autorité doublée d'une légitimité dont les notables sauront taire usage.

29La typologie applicable aux équipements destinés à la pratique de la Pelote est, en effet, de nature ésotérique. Elle tient à distance, ou suppose d'accepter une initiation, ainsi que l'atteste la proposition suivante :

  • 22 Extrait de la revu e Pilota, Fédération Française de Pelote Basque, no 2, Avril 1970, p. 13.

"Il est évident que les diversités de notre main nue, place libre, trinquet et depuis quelques années, mur à gauche, obligatoirement font que nos valeurs dans cette discipline de la main nue se dispersent "22.

30Il y a dans ce texte nombre de ressources pour celui qui possède le code et qui veut manier le langage : c'est ainsi que les élus basquisants sauront "en imposer" rapidement au Préfet qui effectue son premier déplacement en Pays Basque. Le représentant de l'Etat sera littéralement mis à l'écart (écart encore agrandi par l'usage judicieux de la langue basque), et il lui reviendra d'exprimer son respect pour cet écart, sous peine de voir ses perspectives de travail singulièrement compromises dans la région. En revanche, la reconnaissance manifeste de l'altérité par celui qui rappelle l'existence d'un "centre" politique et administratif, sous forme d'un hommage directement rendu à la culture, à la tradition, aux valeurs ou par la formulation choisie de certains termes (éventuellement dans la langue vernaculaire) pourra impressionner favorablement des élus qui ne sont pas toujours hostiles ou dont la réserve se compose aussi de déférence à l'égard du pouvoir central.

31Il y a donc, autour du discours, et autour du moment du discours, un jeu d'échanges entre locuteurs qui passe par la zone d'ésotérisme, et dont les jeux de Pelote Basque fournissent un exemple intéressant à travers les spécialités, les règles, le lexique et, précisément, les nombreux types d'installations.

32Ces derniers permettent de diviser les jeux en 22 spécialités différentes, qui s'ordonnent autour de deux variables essentielles :

  • le fait de frapper la pelote "à main nue" ou à l'aide d'un instrument plus ou moins sophistiqué ;
  • l'aire de jeu, c'est-à-dire la configuration du fronton utilisé : en plein air (dit "en place libre") ou en salle (trinquet, apparenté à la salle du jeu de paume ; fronton dote d'un deuxième mur de frappe situé sur la gauche des joueurs, d'où l'appellation contractée et énigmatique de "mur à gauche" ; fronton du même type que le précédent mais plus long, dénommé "Jaï Alaï).

33Dans cette mosaïque d'équipements, les deux plus répandus, hormis le simple fronton de plein air, figure emblématique sur la place de chaque village, sont le "trinquet" et la salle avec "mur à gauche". Ce sont ces deux équipements qu'il fallait situer car ils vont servir de théâtre aux opérations d'inauguration analysées dans le présent travail.

acteurs, rites et discours de l'inauguration i ce qui est joué dans l'acte inaugural

  • 23 Pour des développements plus complets sur l'acte inaugural en politique, se reporter notamment à R (...)

34Tout équipement collectif a pour vocation d'être inauguré23. Le complexe sportif, par exemple, ne vient à l'existence qu'au terme d'une remise ordonnée à la population, selon des procédures relativement stables, gérées et conduites principalement par les membres de la filière politico-élective, représentant les collectivités ayant assuré la réalisation de l'ouvrage, C'est donc cet instant inaugural qu'il faut tenter d'isoler pour comprendre dans leur plénitude les données stratégiques en jeu, l'opération symbolique de la première ouverture, les fonctions sociales complexes dévolues à l'équipement et les types de discours auquel celui-ci va donner forme.

35D'une manière générale, on peut dire que l'inauguration marque une fin et un commencement ; la fin repose dans l'attestation d'accomplissement d'une promesse, d'un engagement, d'un mandat ; le commencement réside dans l'acte d'offrande à la collectivité bénéficiaire. Il faut ajouter que ce qui s'achève lors de la cérémonie officielle revêt autant d'importance que ce qui débute, dans le même temps.

36Le maire de la Commune, premier parmi les acteurs concernés, ne manquera pas de souligner dans son allocution le passé qui habite déjà l'installation. Celle-ci n'a pu, en effet, être ainsi rendue visible, matérialisée, érigée, qu'à l'issue de procédures administratives et financières longues, compliquées, souvent présentées comme aléatoires, qui constituent la phase du dossier technique.

37Cette phase correspond à la partie immergée de l'équipement dont on ne perçoit que la surface. La population n'en a pas connaissance car elle prend place dans le processus de délégation : c’est la charge propre des représentants, dont ils souligneront le caractère ingrat et difficile, et qui doit mettre en évidence leur pugnacité, leur capacité d'influence et leur pouvoir d'expertise.

38Il est impératif pour les représentants de satisfaire à trois exigences qui seront pointées lors du discours inaugural : choisir un programme, constituer un plan de financement, sélectionner et suivre les entreprises auxquelles sera confiée la construction.

39De ces trois exigences, il faudra répondre devant les électeurs d'une manière telle que ressortent généralement la pertinence du parti architectural retenu (intégration au site, adéquation aux besoins locaux), l'atténuation de la contrainte financière supportée par la commune et ses contribuables grâce à la subvention extérieure (avec l'indication toujours opportune de la moindre conséquence sur les impositions locales), la qualité du travail et le respect des échéanciers qui reviennent aux concepteurs-réalisateurs (architectes, corps de métiers, entreprises dont l'origine est souvent régionale) et auxquels il sera nominalement rendu hommage en public.

40D'une certaine façon, cette phase qui prend fin au moment inaugural renferme déjà l'essentiel de l'utilité politique du projet sans qu'ait été mise en œuvre encore son utilité sociale.

41L'écho des paroles du premier magistrat, tel qu'il est renvoyé par les murs dressés, doit correspondre pour lui à un travail mené à bien, dans le consentement local, la compétence, la rigueur et le désintéressement. Ce qui commence simultanément n'est presque plus de son ressort.

  • 24 Les modalités en sont très variables et vont de la gestion communale complète à la remise à une as (...)

42Ce qui commence tient en effet dans la vie que suscitera cette construction, c'est-à-dire dans l'utilisation qui en sera faite par ceux auxquels elle est offerte. Bien entendu, la commune ne se délivre pas de toute charge et de toute intervention (entretien, fonctionnement, répartition entre catégories d'usagers)24, mais c'est bien d'une espèce de transfert de responsabilité qu'il s'agit pourtant : les élus ont assumé leur rôle, aux électeurs, qui sont censés avoir été les demandeurs, de jouer le leur en se laissant collecter par l'équipement réalisé.

  • 25 C'est surtout le cas dans les villages du Pays Basque où il y a baptême de la salle et où le nom q (...)

43Le temps de l'inauguration, bref, même s'il apparaît fastidieux, concentre une grande part de la valeur d'usage politique de l'opération. Le bâtiment en gardera le plus souvent une trace, en forme d'état-civil, en recevant un nom propre25 et une date inscrits au faîte du mur principal. Les acteurs de l'inauguration respecteront des gestes et des scénarios relativement constants, même si certaines pratiques peuvent être considérées comme spécifiques au milieu culturel étudié. C'est cet ensemble de comportements et de prises de parole qui vont constituer l'acte inaugural.

44Les intervenants, placés face à la population, peuvent être constitués en quatre groupes ou catégories : les élus politiques, les représentants de l'administration de l'Etat, les délégués du mouvement sportif et, spécifiquement dans les villages, le curé de la paroisse. L'inauguration n'est pleinement formée qu'au terme des rôles spécifiques joués par chacun de ces acteurs, qui vont tour à tour prendre la parole sur leur propre registre. La présence, toujours nécessaire de ces quatre collèges renvoie déjà à la signification sociale de l'événement et laisse penser que sa "portée" dépassera nettement le simple terrain sportif : il y a véritablement une cérémonie, le terme pouvant être employé dans son acception latine impliquant un caractère sacré marqué par la bénédiction séculière puis religieuse du lieu. Sans être toujours atteinte, c'est la communion qui est recherchée dans la réunion, avec l'occasion d'un resserrement à la fois symbolique et physique.

  • 26 Le ruban tricolore correspond aux couleurs du drapeau français. Celles du drapeau basque peuvent ê (...)

45Les prémices de l'inauguration étant accomplis (accueil individuel des personnalités sur le pas de l'installation par le maire entouré de ses conseillers, musique, danses traditionnelles et découpe du ruban tricolore par les personnalités majeures)26, vient la série plus ou moins longue des discours et proclamations, qui voit se succéder les représentants des quatre collèges de l'inauguration.

46Parmi les orateurs issus des élus politiques, le maire de la Commune s'exprime évidemment en premier lieu. Si la personnalité du Premier Magistrat expose son intervention à des figures de discours qui peuvent être assez différentes selon l'émotion, les qualités tribunitiennes, la relation à la culture, l'histoire déjà écrite de l'équipement, on peut cependant dégager certaines constantes : l'aspect historique, l’aspect politico-protocolaire, l'aspect programmatique et l'aspect de la prédication. L'adjonction, l'agencement, les inter-relations s'opérant entre ces quatre niveaux du discours forment le développement argumentaire et les effets stratégiques constitutifs du discours inaugural. Les différents locuteurs, derrière le maire, viendront se greffer sur cette structure, sur un ou plusieurs niveaux.

  • 27 Dans les situations étudiées, l'Etat ne figure pratiquement jamais parmi les financeurs, La subven (...)
  • 28 Le terme de discours est aussi employé dans ce texte au sens étroit d'allocution, de "discours" pr (...)

47L'aspect historique revient essentiellement au maire, mais il peut être éventuellement rappelé par un autre élu intervenu dans la procédure financière ou par le représentant de l'Etat, particulièrement si ce dernier figure parmi les financeurs27. C'est un aspect important du point de vue de la communication politique et de la relation représentants-représentés : le discours de type particulier que l'on appelle ici discours inaugural28 assure en effet la réconciliation exceptionnelle et précieuse de la parole et de l'action, de la promesse et de la réalisation, du mandataire et des mandants. Il est donc porteur d'un investissement politique dont aucun élu n'envisagerait de faire l'économie.

48L'histoire de l'édifice permet plus précisément de mesurer le délai de concrétisation, de relever les éventuelles difficultés du parcours (en particulier à propos des attentes de subventions et des contraintes architecturales ou techniques, depuis la délibération engageant le Conseil Municipal). L'histoire est également garante de la fidélité du maire à ses dires de campagne, de sa ténacité face aux complications administratives, de sa volonté de conduire l'opération sur le meilleur rythme possible. C'est, dans tous les cas, une tranche de l'histoire locale, qui peut couvrir entre deux et cinq ans, et qui permet au Maire de resituer l'équipement inauguré dans le contexte général de son action et de son projet de développement communal. Ce rappel fait entrer l'équipement dans le temps, soulignant qu'il a déjà un passé, et qu'il convient désormais de lui donner un avenir : c'est bien l'inauguration qui permet d'accéder au présent et au futur.

49Le second aspect du discours inaugural est l'aspect politico-protocolaire : il correspond aux remerciements, et aux éventuels règlements de comptes allusifs. Cet aspect est d'abord assumé par le Maire ; là encore, il peut être facultativement souligné par un autre élu, par le Préfet ou son représentant.

50Dans le discours inaugural, il y a toujours remerciement : depuis celui qui est adressé à toutes les personnalités notables en rétribution de leur simple présence (ce qui est souvent le cas du préfet, du sous-préfet ou des représentants des services techniques de l'Etat) jusqu'à celui qui valorise tel appui (à un parlementaire, d'un Ministre, du Président du Conseil Général...) qui s'est avéré déterminant pour accélérer la marche du dossier ou pour décrocher un financement particulier.

51Il y a peu, a contrario, de références à une éventuelle défaillance de soutien et seulement dans des formes étudiées et mesurées. Ceci s'explique d'abord par le fait que les cas étudiés sont presque tous inscrits en milieu rural, où les tensions font l'objet de contrôles plus stricts par les notables dominants, et parce que les subventions octroyées pour les constructions sportives par le Conseil Général sont assez aisément accessibles, moyennant un délai raisonnable. Mais, d'une manière plus générale, cette quasi-exclusion des prises à partie est justifiée par la vocation spécifique du temps de l'inauguration qui est aussi le temps de la pacification des conflits ou des rivalités, du consensus et de la magnanimité. C'est pour cela que la tonalité des allocutions insistera sur le souci du bien public, de l'intérêt général, et de la qualité communautaire du village.

52Dans ce registre politico-protocolaire, il faut cependant noter la situation peu ordinaire du préfet ou du sous-préfet. On soulignera tout d'abord leur présence fidèle, que ce soit avant la mise en place de la décentralisation (à une période où l'Etat contribuait parfois aux investissements sportifs communaux) ou après (alors que les aides de l'Etat ont pratiquement disparu dans ce secteur et que le poids des contrôles administratifs s'est considérablement allégé). Cette attention portée au terrain, lors d'opérations de mise en scène de la vie politique locale, témoigne de la volonté du représentant du pouvoir central de ne pas perdre le contact avec "ses" élus, de continuer à figurer parmi l'élite active de la politique départementale, et d'assumer plus globalement la mission de déploiement dévolue à l'Etat dans une région sujette à certaines déstabilisations.

  • 29 Au travers des tensions nationalistes ou, plus modérément, du projet de création d'un Département (...)

53Dix ans après la redistribution des ressources et des fonctions réalisée par les lois de décentralisation, une situation nouvelle mais toujours harmonieuse est créée, dans laquelle le préfet et le sous-préfet d'arrondissement savent garder une place et prendre la parole en vantant l'intégration, l'efficacité et le dynamisme de la classe politique locale. La cérémonie d'inauguration rend compte ainsi du continuum centre-périphérie, dans une région où celui-ci a paru menacé à un certain moment29.

54L'aspect programmatique, ensuite, du discours et des rites d'inauguration est, a priori, le plus intéressant pour les auditeurs et les spectateurs puisque vont être alors abordées les questions utilitaires du type : à quoi, à qui doit servir cet équipement ? Quel usage va-t-on en faire ? Que va-t-il s'y passer ?

55Pourtant, cet aspect n'est pas nécessairement le plus développé ni le plus élaboré. Il demeure instructif dans la mesure où transparaissent, plus ou moins explicitement, les destinations sociales de l'équipement, dont on verra qu'elles transcendent nettement les limites sportives.

56On s'attachera seulement ici à indiquer le rôle particulier, dans l'ordre de la cérémonie comme dans le discours programmatique, octroyé au Président de la Fédération Française de Pelote Basque. Celui-ci doit en effet, systématiquement procéder à l'ouverture officielle de l'installation, selon une formule rituelle : "Au nom de la Fédération Française de Pelote Basque, je déclare (telle installation).,, ouverte aux compétitions officielles". Cette intervention, précédée d'un discours d'hommage aux réalisateurs, aux concepteurs, aux financeurs et d'indications relevant du programme sportif et des manifestations importantes qui pourront s'y dérouler et en constituer peu à peu le prestige, est importante en ce qu'elle traduit la conformité de l'équipement aux normes techniques de la Fédération, et, surtout, la présence manifeste du pouvoir sportif dans l'acte inaugural. Une telle présence place les responsables élus du mouvement sportif au même rang que les représentants de la filière politico-administrative et, dans le cas particulier, leur confère même une fonction rituelle qui est indissociable de la solennité de l'instant et des formalités qu'elle suppose. La Fédération Française de Pelote Basque dispose donc d'un authentique statut institutionnel, favorisé par la conjonction opportune qu'elle représente pour la classe politique entre les pratiques culturelles traditionnelles, qui renvoient à la connotation basque de son appellation et les pratiques sportives normalisées, qui renvoient à la connotation française. La cérémonie d'inauguration d'un trinquet ou d'un fronton avec "mur à gauche" exprime aussi cette constante recherche par les responsables politiques et administratifs en Pays Basque d'une zone de relative neutralité, et même de neutralisation, entre l'espace identitaire local et l'espace politique national : la Pelote est "basque" mais dépend d'une organisation "française".

57On pourrait faire ici l'hypothèse selon laquelle la Fédération Française de Pelote Basque (FFPB) apporte une double contribution à la production de la société locale en Pays Basque : d'une part elle en exprime la capacité de changement et de modernisation en transformant une ''simple'' activité physique et ludique traditionnelle en "authentique" discipline sportive de haute performance ; d'autre part, elle travaille, selon un degré de conscience qu'il faudrait mesurer, à l'intégration sociale, en devenant l'une des figures de la "basquitude", hors de toute tentation nationaliste ou/et séparatiste.

58Enfin, le dernier aspect du discours d'inauguration est de l'ordre de la prédiction, voire de la prédication. Il est encore principalement exprimé par le maire, qui doit traverser tous les plans du discours et, singulièrement, par le curé de la paroisse qui va lui aussi contribuer à l'achèvement des opérations et à l'élévation de l'inauguration au rang de cérémonie.

59L'aspect prédicatif n'est pas facile à isoler. Il prend place dans ce que les discours ont de résolument tourné vers l'avenir de la commune et par là, de la communauté locale, au travers de ce que représente réellement ou symboliquement le nouvel équipement. Il n'y a plus rien de précis : on parle de solidarité, de dynamisme, de développement, de survie, de renaissance et, par-dessus tout, on parle du rassemblement de tous les habitants autour de la réalisation commune. Il n'est plus question de finances, de spectacle sportif, d'éducation des jeunes, de remerciements protocolaires : il est question de la dimension existentielle de la collectivité, telle qu'elle est matérialisée, signifiée, appelée par le dernier abri qui lui est proposé et dans lequel elle est conviée à pénétrer. C'est aussi l'oubli des discordes, des rivalités, de la désunion et l'invocation des références communautaires, tournée vers l'intérieur du village (se retrouver en un lieu commun) et vers l'extérieur (se faire connaître et se faire reconnaître avec fierté).

60Bien entendu, dans beaucoup de cas, l'aspect prédicatif comportera des informations rappelant la présence de la communauté basque, qu'il s'agit aussi de servir et à laquelle il convient de montrer sa fidélité en construisant un grand édifice qui lui serait, finalement, consacré.

61C'est précisément sur ce plan, celui de la communion et celui de la tradition, que se placeront les gestes et les mots du curé de la paroisse. Il ne fera pas de sermon, car les analogies ne rapprochent pas à ce point la salle de Pelote Basque de l'Eglise, mais il bénira les murs et l'assistance, de la même manière que l'on bénit un bateau lors de sa mise à l'eau. Là encore, l'Eglise prend place parmi les acteurs de l'inauguration, répondant à d'anciennes résonances que les murs nouvellement édifiés vont renvoyer en même temps que le claquement des pelotes. Elus, administration de l'Etat, Fédération Sportive, Eglise : le collège inaugural apparaît dans toute sa complexité, son étendue et surtout son unité. Chaque contribution apporte sa substance à une cérémonie qui suggère les prolongements sociaux, la pluralité de sens et de destinations qui marquent résolument l'équipement collectif ainsi validé, et une certaine démonstration de pouvoir,

les fonctions politico-sociales de la cérémonie d'inauguration : ce qui se joue dans l'acte inaugural

62Le texte qui est dit lors de l'inauguration renseigne aussi sur la complexité des fonctions sociales dont l'équipement créé se trouve investi, qui ne sauraient être réduites à sa pure destination technique. Ces fonctions peuvent se trouver dispersées dans le cours de la cérémonie inaugurale et, en particulier, dans l'allocution prononcée par le maire : on les rencontre dans la partie programmative, mais on a quelque chance de les repérer aussi dans la partie prédicative. Elles se situent enfin dans les interventions de deux des officiants déjà cités : le représentant du mouvement sportif et le curé de la paroisse. Elles sont soit directement explicitées, soit plus implicites. En tout état de cause elles doivent faire l'objet de la part de l'observateur d'un travail de recomposition, afin de mesurer la dimension sociale authentique de la construction réalisée. Trois thèmes fondamentaux apparaissent avec régularité, selon un ordre et avec des accentuations qui connaissent par contre de sensibles variations. On insistera surtout ici sur l'intérêt qu'il y a à remarquer la présence conjointe quasi systématique de ces trois ordres de préoccupations : l'équipement sportif comme structure prévenant la déviance sociale des jeunes, comme symbole majeur de l'identité culturelle locale, comme outil de développement des activités sportives.

63Les aspects culturels et sportifs ont déjà été analysés. Par contre, le souci de prévention sociale doit être souligné car il apparaît avec beaucoup d'insistance dans la plupart des discours inauguraux prononcés par les maires, alors même que le milieu privilégié de l'étude — la ruralité, les villages — ne paraît pas a priori l'imposer avec autant de force que dans les zones urbaines.

64La salle de sport et, en particulier, de Pelote Basque, vaut donc aussi comme réponse aux besoins d'une catégorie spécifiée de la population locale — les jeunes — dont on met en évidence le risque de dérive sociale qui les menace, Cette dérive se glisse soit à l'intérieur même du village où les points de fixation s'avèrent insuffisants ou dangereux (le café), soit du village vers la ville, générant le double problème des loisirs incontrôlés (l'oisiveté et la passivité étant perçus comme tels) et de la désertion du village lui-même. Il est frappant de constater à quel point cette dimension sociale de l'infrastructure sportive habite le discours des élus, sans que pour autant, ce modèle préventif ait été référé à une situation locale objectivement analysée, nourrie de diagnostics précis. On reste résolument dans le domaine du présupposé, des représentations, des projections, d'une démarche inquiète qui consiste à instaurer une sorte de dispositif préventif à l'égard d'un danger non précisément identifié. Ce sont des images mentales venues pour l'essentiel de la ville (et non transposables systématiquement) qui produisent cette crainte partagée par les milieux politiques, administratifs, sportifs, cléricaux, d'une trop grande porosité du tissu social, et qui structurent le discours et l'action politiques, ajoutant encore à la légitimation de la construction de murs.

  • 30 Un très grand attrait identitaire émane des frontons de Pelote Basque. Les Basques ayant émigré en (...)

65L'important est de noter que cette fonction de contrôle par les édifices sportifs n'est plus dissimulée, latente ou même inconsciente : l'évolution générale de la situation économique et sociale conduit à la verbaliser, à l'exprimer formellement. Même si elle tend fréquemment à se développer (et à perdre de sa netteté) dans les discours sur l'éducation et la formation des jeunes, elle demeure présente, sans fard, dans les installations sportives, en tant que lieux de fixation/protection des jeunes. La singularité patrimoniale des jeux de Pelote en Pays Basque ne peut que faciliter cet objectif, en proposant la conciliation entre une pratique physique et sportive en voie de modernisation et la conservation de l'histoire, des traditions, de la langue, dans un milieu qui est aussi défini pour le jeune basque, comme son pays30.

66On observera, enfin, que cette destination sociale de l'équipement sportif prend autant, sinon plus, de place que les énoncés sur sa destination sportive : le maire a généralement peu de choses précises à dire à ce sujet, peut-être parce que les attentes sportives sont suffisamment explicitées par la construction elle-même (avec les tracés sur les murs et au sol qui matérialisent la discipline et ses règles), peut-être parce que le maire n'est pas nécessairement un spécialiste ou bien parce que d'autres que lui en parleront avec pertinence.

67Mais une autre explication de ce silence relatif, mais paradoxal tient dans le fait que la pratique sportive n'est que l'aboutissement d'un processus socio-culturel long, qui transite forcément par le souci de la cohésion sociale, y compris dans sa composante identitaire. Le sport n'est pas alors perçu comme une fin en soi, comme le domaine de l'acte gratuit, qui ne vaut que par lui-même, ou encore comme le simple aménagement d’un espace de loisirs : la cérémonie inaugurale le révèle aussi comme moyen de production d'un contrôle social compliqué par la référence culturelle et, dans le cas présent, renforcé par elle.

68Le rite inaugural est en ce sens pleinement un rite d'intégration locale.

69La cérémonie d'inauguration d'un équipement sportif contribue à la mise à jour de ses racines sociales, et à l'indication de leur profondeur à certains égards surprenante dans le "terrain" d'étude, Elle exprime aussi une autre dimension, qui s'applique à la représentation des catégories dirigeantes politiques-électives.

  • 31 On notera, pour l'anecdote, le cas de ce maire qui a déployé des efforts inouïs pour que "sa" sall (...)

70Les rites et discours inauguraux sont une occasion privilégiée pour celles-ci de se donner à voir, tout en démontrant la validité de leur action. Il s'agit pour elles, véritablement, d'une source de légitimation intermédiaire, dans le cours ou vers la fin d'un mandat31, effectuée dans des conditions très favorables en raison de la signification unanimiste que revêt la construction inaugurée.

71Le maire de la Commune en tirera probablement un bénéfice politique, mais aussi le conseiller général du canton (qui a dû défendre le dossier devant son assemblée), le parlementaire la circonscription (qui a pu faciliter tel ou tel contact) et l'éventuel ministre ou secrétaire d'Etat qui conférera une haute-tenue politique à l'acte inaugural, tout en renforçant son propre ancrage local.

72D'autres viennent compléter le microcosme du pouvoir qui est à l'œuvre (beaucoup plus qu'à l'ouvrage) dans l'inauguration : les représentants de l'Etat assurent la continuité territoriale et apportent la caution et le regard du pouvoir central ; les délégués du pouvoir sportif, dont le prestige en une telle compagnie est rehaussé, ce qui conforte leur crédit interne au sein de leur organisation, mais aussi leur position sociale aux côtés du monde politico-administratif…

73Cet ensemble des acteurs de l'inauguration auquel il faudrait ajouter quelques personnalités qui seront saluées dans l'assistance (représentants du secteur économique, de la gendarmerie, sportifs de haut niveau ou anciens champions) évolue avec souplesse dans une mise en scène réglée, où tout est entièrement offert en démonstration d’unité et d'efficacité aux spectateurs.

74C'est pourquoi le langage politique propre à l'inauguration utilise principalement deux des genres identifiés par la rhétorique classique : le genre délibératif, destiné à convaincre l'assemblée de la population que l'on a travaillé pour la bonne cause et pour l'intérêt général, et le genre épidectique dont le but est de renforcer l'adhésion aux valeurs communes (se rassembler, prévenir la déviance sociale, développer la vie collective, affirmer raisonnablement son identité...).

  • 32 Voir SFEZ L„ La symbolique politique, Paris : PUF, Que sais-je ?, no 2400, 1988, p, 84-85.

75C'est pourquoi aussi les représentations symboliques venant rendre vivant l'acte inaugural et lui donnant place dans les mémoires singulières comme dans la mémoire collective, s'organisent autour de trois éléments constitutifs, qui en restituent la véritable profondeur de champ32 :

  • la visée identitaire situe l'équipement construit dans le contexte d'une communauté spécifique (le village ou, éventuellement, le quartier) et lui octroie ainsi un surcroît de légitimité en convoquant le sentiment et l'affectivité ;
  • la faculté d'élaborer de nouvelles liaisons sociales, plaçant l'édifice dans l’unité locale et exprimant les fonctions, les usages, les services pour lesquels il a été conçu, dans la perspective d'un renforcement et d'une ré-animation de la vie collective ;
  • l'aptitude de la société locale (et de sa "classe politique") au changement, à la mutation, à la modernisation, dans le respect de l'histoire, de la tradition, de la communauté culturelle. Il faut en effet donner l'impression que l'on évite ainsi le contact d'une société froide, immobile, repliée sur son passé et fermée sur elle-même : l'équipement sportif prend alors toute sa place parmi différentes réalisations à forte portée symbolique, jalonnant le "développement" de la micro-société locale, tels que l'église, l'école, le foyer rural, la zone artisanale, les aménagements touristiques…

76Ces effets de discours et de communication politique, en provenance des acteurs (de premier ou de second plan) de l'inauguration construisent finalement une opération de légitimation complexe et importante pour comprendre les différents réseaux qui sont repérables dans l'agencement du pouvoir local.

  • 33 BOURDIEU P., La noblesse d'Etat - Grandes écoles et esprit de corps, Paris : Minuit, 1989, p. 554.

77Même si le maire de la commune joue, en l'occurrence, un rôle primordial, il ne peut l'assumer pleinement que dans la mesure où il bénéficie de la présence à ses côtés de l'ensemble des représentants du système politico-administratif, mais aussi d'autres champs de pouvoir, tels que le pouvoir sportif, le pouvoir économique, le pouvoir culturel et celui de l'Eglise. A cet égard, la cérémonie inaugurale d'un équipement collectif, telle qu'elle prend forme aujourd'hui, rend compte de la dilution et de la diversification du champ du pouvoir local, et, en même temps, de la "véritable solidarité organique"33 qui le caractérise, dans ses deux attractions, celle de la différence et celle de l'interdépendance.

78Pour en revenir à notre proposition de départ, il importe de souligner que ce qui se joue dans la cérémonie inaugurale, est de l'ordre de la structure et de la reproduction du pouvoir, alors que ce qui est joué ne représente que la surface protocolaire et anecdotique dont les médias rendront compte d'une manière protocolaire et anecdotique : le discours du maire est moins intéressant quand il parle du financement de la salle ou de sa polyvalence sportive que lorsqu'il parle de sa fonction de prévention sociale, ou lorsqu'il s'en remet à la bénédiction du curé de la paroisse, ou encore lorsqu'il salue tel chef d'entreprise présent dans l'assistance et qui envisage de s'installer dans la commune.

79De la même façon, l'intervention officielle du Président de la Fédération Sportive est moins significative lorsqu'elle parle du club local qui va disposer désormais d'un remarquable outil de travail, que lorsqu'il rend un hommage appuyé aux notables locaux, garants de l'aménagement sportif et, dans le cas présent, de l'identité culturelle.

80Ce qui se joue, et ce qui est simplement joué, est également perceptible dans la présence des fonctionnaires d'un Etat qui n'est plus opérateur financier, ni même technique, mais qui manifeste la synchronisation du pouvoir local avec le centre et, au-delà des changements de prédominances relatives, l'unité et la cohésion de la classe politico-administrative.

  • 34 Cette inconscience de "ce qui se joue" s'applique sans doute à certains élus, issus du milieu rura (...)

81C'est pour tout ce qui se joue, qui échappe parfois à l'entendement des auditeurs, et de certains acteurs eux-mêmes34, que l'existence sociale de l'équipement ne peut s'affirmer qu'au moment de son inauguration et qu'auparavant, aussi parfait soit-il du point de vue technique, il n'est qu'un appareillage sophistiqué, inerte, en attente de sens, c'est-à-dire pas seulement en attente de joueurs ou de spectateurs.

  • 35 Expressions et citation : LEGENDRE P., L'empire de la vérité, introduction aux espaces dogmatiques (...)

82Ce dont parle l'acte inaugural et ce qu'il désigne, c'est la maintenance du "primat social des cérémonies" et l'absolue nécessité des "louanges de la hiérarchie" : "En dépit des simplicités répandues pour promouvoir les idéaux de l'expression dite spontanée et réduire la question des cérémonies en simagrées déclassées par la créativité universelle, il est indispensable de noter que la communication sociale institue, par hypothèse, la cérémonie. D'une façon ou d'une autre, toute communication s'impose par la force, parce que les rapports de pouvoir imposent le respect, un respect qui exige les mises en scène, la distance d'objets vénérables et la manœuvre du silence"35.

  • 36 Voir par exemple MAFFESOLI M., Le temps des tribus, Paris : Klincksieck, 1988.

83Une telle persévérance dans la ritualisation de l'inauguration doit être restituée dans le style général de l'indifférenciation posé comme point de départ. L'effort du politique pour "être vu à l'œuvre" en une pareille occurrence n'est que superficiellement paradoxal. D'une part, en effet, cette appétence rituelle se rapporte au repliement général sur les identités et les effets identitaires — signes, codes et langages36 — qui n'est lui-même que le constant frémissement de la (des) communauté, aussi petite soit-elle, sous les strates devenues illisibles de la société. Dès lors, le politique ayant perdu sa reconnaissance de principe doit combler le manque en faisant corps avec des micros-identités qui s'imposent à lui.

84D'autre part, il convient de s'interroger à propos des véritables effets du rituel politique sur les destinataires — la population, les médias, les acteurs du développement local — avec une question-clé : ce rituel insistant parvient-il à une inculcation de tous les corrélats qu'il appelle autour de l'acte inaugural (voir graphique) ? Ou n'arrive-t-il qu'à l'intensité presque nulle du spectacle politique ramené à la litanie médiatique et regardé, ironiquement, de l'extérieur ?

85Eu égard à de telles interrogations, le cas du Pays Basque n'est sans doute pas aussi singulier qu'il paraît puisqu'il pose lui aussi le problème essentiel d'un rituel pleinement effectué, c'est à dire susceptible de réaménager une authentique relation du politique avec le social.

LA RELATION IMPORTANCE/VERBALISATION DANS LES ENJEUX POLITIQUES DE L'ACTE INAUGURAL

LA RELATION IMPORTANCE/VERBALISATION DANS LES ENJEUX POLITIQUES DE L'ACTE INAUGURAL

-Sur l'axe vertical, se placent les degrés d'intensité des enjeux politiques de l'acte inaugural. On y observe, par exemple, que l'éloge de l'identité culturelle est dotée d'un degré 4, alors que l'animation sportive ne représente qu'une faible intensité de degré 1.
-Sur l'axe horizontal, se situent les divers niveaux de verbalisation des enjeux — que l’on pourrait appeler aussi le discours parlé de l'acte inaugural, par opposition aux images, gestes, mises en scènes, positionnements protocolaires —. le niveau a est celui de la verbalisation la plus directe et explicite, le niveau e celui de la verbalisation la plus rentrée, allusive, dissimulée.
-Les observations figurées sur le graphique suggèrent donc un rapport inversement proportionnel entre l’intensité des enjeux politiques et le niveau de verbalisation : plus un enjeu politique paraȋt important dans l'acte inaugural, plus il tend à échapper à une expression directe dans le discours parle, et donc, plus il tend à rejoindre des formes discursives, plus sophistiquées, relevant du rituel image, gestualisé, figuré. D'une certaine manière, le rite suggère et inculque un essentiel politique que le discours immédiat ne saurait exprimer sans s'exposer à la critique.

Notes

1 BAUDRILLARD J., La transparence du Mal, Essai sur les phénomènes extrêmes, Paris : Galilée, 1990, p. 16,

2 Ibid.

3 Selon l’expression de Georges Balandier.

4 Sur la problématique de "l'acte déclaratif", voir DERRIDA J., Otobiographies, Paris : Galilée, 1984, notamment p. 11 à 32.

5 Le matériau de la recherche a été constitué par des observations recueillies lors de cérémonies d’inauguration d’équipements communaux à caractère sportif, dans l'arrondissement de Bayonne (64), pendant la période 1979-1989, et majoritairement en zone rurale.

6 Sur ce dernier point, voir notamment GUILLAUME M., "Les équipements collectifs, source et mise en scène de pouvoir" dans SFEZ L. et alii, L'objet local, Paris : 10-18, 1977, p. 297 à 321.

7 Réserve faite de certaines réticences manifestées récemment par des collectivités locales au sujet de leur soutien financier à des clubs sportifs professionnels : le caractère inconditionnel de ce soutien tend à laisser la place à un minimum d'exigences dans la qualité de la gestion.

8 Voir CHAUSSIER J.D. et alii, "La place du sport dans la production de l'identité locale", Editions de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, Bordeaux (à paraître).

9 Voir par exemple l'enquête réalisée par le Centre de Recherches pour l'étude et l'observation des conditions de vie (CREDOC), Lettre d'information Consommation et mode de vie, 30 novembre 1987.

10 On entendra généralement ici par équipement sportif une installation d'assez grande ampleur, qui marque l'espace et dont la vocation collective (rassembler et collecter) est évidente : salle de sport, gymnase, salle polyvalente…

11 Les seuls crédits d'investissement relevant de la décision de l’Etat, bien que de nature extrabudgétaire (Fonds National pour le Développement du Sport), font l'objet d'une procédure de répartition à laquelle le mouvement sportif est étroitement associé.

12 Ce progrès dans la "rationalité" des politiques publiques en matière de sport n'est qu'une indication de tendance, repérable dans les grandes villes ou certaines villes moyennes. L'irrationalité n'est pas pour autant abolie.

13 Cet élément a constitué entre 1960 (échec aux J.O. de Rome) et 1980 une explication majeure de la faiblesse du sport français.

14 Partie occidentale du département des Pyrénées-Atlantiques, 237 000 habitants.

15 On pourrait même parler en l'occurrence d'une affirmation ethno-culturelle.

16 Le registre des inflexions possibles du discours est, sur ce point, très large, selon le degré d'investissement du maire et de la commune dans la promotion et la défense de la "cause" locale.

17 Voir infra les différents types d'installations.

18 Voir CALLÈDE J.-P., "La Pelote Basque, tradition régionale et sport de haut niveau", contribution au colloque "Sport de haut niveau et développement de la personne", CREPS de Bordeaux, 3-4-5 juin 1988.

19 Ils sont devenus le signe le plus spectaculaire et indispensable de la volonté de "développement" local, et d'achèvement de la structure bâtie des villages. Le passage du fronton "en place libre", à faire de jeu couverte, fermée, désintégrée exprime aussi le passage d’une pratique physique culturelle à l'organisation sportive codifiée, dont témoignent également les premiers travaux sur la préparation physique des joueurs de pelote, sur la traumatologie spécifique à la pelote basque ou, bien évidemment, sur les tactiques de jeu.

20 LANDOWSKI E., La société réfléchie, Paris : Seuil, 1989, p. 222.

21 La "tonalité" culturelle sera plus ou moins marquée, là aussi, selon la volonté des élus ; elle cédera éventuellement du terrain à la tonalité sportive banalisée, suivant en cela l'ambivalence même d'une Pelote "basque", gérée par une Fédération "française". Voir infra.

22 Extrait de la revu e Pilota, Fédération Française de Pelote Basque, no 2, Avril 1970, p. 13.

23 Pour des développements plus complets sur l'acte inaugural en politique, se reporter notamment à RIVIERE L„ Les liturgies politiques, Paris : PUF, 1988 ; GHIGLIONE R. Je vous ai compris ou l'analyse des discours politiques, Paris : A, Colin, 1989 ; COTTERET J.M, Gouverner c'est paraître. Paris : PUF, 1991 ; ou encore ABELES M. Anthropologie de l'Etat, Paris : A. Colin, 1990 ; EDELMAN M. Pièces et règles du jeu politique, Paris : Seuil, 1991 ; BON F, Les discours de la politique, Paris : Economica, 1991. En histoire, se référer aux travaux de portée plus générale de AGULFION M. sur l'imagerie et la symbolique républicaine. On consultera aussi la revue Mots/Les langages du politique dont le no 25 (décembre 1990) était consacrée aux "Voix de la politique locale", Presses de la FNSP.

24 Les modalités en sont très variables et vont de la gestion communale complète à la remise à une association. Elles traduisent les rapports de force locaux.

25 C'est surtout le cas dans les villages du Pays Basque où il y a baptême de la salle et où le nom qui lui est donné se substitue à la traditionnelle plaque inaugurale où figuraient le maire et les personnalités présentes.

26 Le ruban tricolore correspond aux couleurs du drapeau français. Celles du drapeau basque peuvent être suggérées ou affirmées par ailleurs : tenue des danseurs, bannières, drapeau aux côtés du drapeau français. Ce jeu des couleurs n'est Jamais neutre ou indifférent
Par ailleurs, le geste consistant à sectionner le ruban inaugural, qui ferme l'entrée, traduit minutieusement un dispositif protocolaire dans lequel le Ministre conserve la prééminence, ce qui n'est plus le cas du Préfet face au Président du Conseil Général.

27 Dans les situations étudiées, l'Etat ne figure pratiquement jamais parmi les financeurs, La subvention de base, souvent la seule, est celle du Conseil Général, ce qui conditionne les opérations d'inauguration et donne au Président de l'Assemblée départementale un rôle majeur.

28 Le terme de discours est aussi employé dans ce texte au sens étroit d'allocution, de "discours" prononcé par une personnalité.

29 Au travers des tensions nationalistes ou, plus modérément, du projet de création d'un Département en Pays Basque. Voir notre article "Identité nationale et identités locales : le projet de création d'un Département en Pays Basque”, Revue Françoise de Science Politique, no 4, Août 1988, p. 637 à 654.

30 Un très grand attrait identitaire émane des frontons de Pelote Basque. Les Basques ayant émigré en Amérique du Nord ou du Sud, ou vers d'autres régions de France (Paris, le Nord), ont pour premier souci d'en construire un, pour symboliser leur appartenance communautaire.

31 On notera, pour l'anecdote, le cas de ce maire qui a déployé des efforts inouïs pour que "sa" salle de sport, retardée par mille problèmes, soit inaugurée peu de Jours avant la fin de son propre mandat, non sans une visible précipitation d'ailleurs ...

32 Voir SFEZ L„ La symbolique politique, Paris : PUF, Que sais-je ?, no 2400, 1988, p, 84-85.

33 BOURDIEU P., La noblesse d'Etat - Grandes écoles et esprit de corps, Paris : Minuit, 1989, p. 554.

34 Cette inconscience de "ce qui se joue" s'applique sans doute à certains élus, issus du milieu rural, pour lesquels la politique ne se développe pas véritablement en plusieurs dimensions. C'est pour ceux-là aussi que les pratiques clientélistes demeurent dans "la nature et l'ordre des choses", et qu'il n'est pas incongru de s'en remettre à la parole portée par un notable dominant.

35 Expressions et citation : LEGENDRE P., L'empire de la vérité, introduction aux espaces dogmatiques industriels, Paris ; Fayard, 1983, p. 119.

36 Voir par exemple MAFFESOLI M., Le temps des tribus, Paris : Klincksieck, 1988.

List of illustrations

Title LA RELATION IMPORTANCE/VERBALISATION DANS LES ENJEUX POLITIQUES DE L'ACTE INAUGURAL
Caption -Sur l'axe vertical, se placent les degrés d'intensité des enjeux politiques de l'acte inaugural. On y observe, par exemple, que l'éloge de l'identité culturelle est dotée d'un degré 4, alors que l'animation sportive ne représente qu'une faible intensité de degré 1.-Sur l'axe horizontal, se situent les divers niveaux de verbalisation des enjeux — que l’on pourrait appeler aussi le discours parlé de l'acte inaugural, par opposition aux images, gestes, mises en scènes, positionnements protocolaires —. le niveau a est celui de la verbalisation la plus directe et explicite, le niveau e celui de la verbalisation la plus rentrée, allusive, dissimulée.-Les observations figurées sur le graphique suggèrent donc un rapport inversement proportionnel entre l’intensité des enjeux politiques et le niveau de verbalisation : plus un enjeu politique paraȋt important dans l'acte inaugural, plus il tend à échapper à une expression directe dans le discours parle, et donc, plus il tend à rejoindre des formes discursives, plus sophistiquées, relevant du rituel image, gestualisé, figuré. D'une certaine manière, le rite suggère et inculque un essentiel politique que le discours immédiat ne saurait exprimer sans s'exposer à la critique.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16502/img-1.jpg
File image/jpeg, 73k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Terms of use: http://www.openedition.org/6540