Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Les politiques du sport : quelques niveaux d'expression

Le football et le tennis dans les associations sportives des établissements secondaires publics de l’académie de Rennes

Note de recherche

Philippe Lacombe

Full text

1L'étude dont je fais état a été réalisée avec le concours d'étudiants de l'U.F.R.A.P.S. de Rennes en 1992/93. Elle ouvre en fait un chantier plus vaste.

2L'analyse porte sur l'entité "Association Sportive" (A.S.) au sein des établissements du second degré public. L’académie de Rennes en compte 330 qui scolarisent 170 000 collégiens et lycéens.

  • 1 MATHIEU D. et PRAICHEUX J., Atlas des Sports en Fronce, Paris : Fayard, 1987.

3Les investigations se bornent à l'académie de Rennes, soit aux quatre départements bretons : quelques particularités culturelles et sportives (partition originale entre les enseignements public et privé, préscolarisation précoce, réussite au baccalauréat, terre de "tradition, modération, des sports d'équipe..."1) l' inscrivent, au stade actuel comme étude de cas, davantage que comme exemple.

4Loin de minorer les finalités sportives ou éducatives des Associations Sportives d'établissements, notre questionnement est centré sur leur fonction sociale. La charte du Sport Scolaire n'énonce-t-elle pas "la contribution à l'égalité des chances, à l'intégration, et à l'exercice de la solidarité" ainsi que les "solidarités collectives" comme missions imparties aux A.S.

5Deux pratiques sportives, dont chacun connaît les distributions sociales antagonistes ont été particulièrement étudiées, le football et le tennis ; leur distribution a été croisée avec les types d'établissements, ceci particulièrement dans les ZEP et ZAD.

6Le football, sport plutôt populaire, est davantage pratiqué dans les lycées classiques (40 % d'offre) que dans les collèges (17 %) voire même que dans les lycées professionnels. A contrario, le tennis est davantage proposé dans les collèges,.. Dans les ZEP, le football est moins présent que le tennis, plutôt moins également que dans les autres collèges ; le tennis est par contre davantage proposé qu'ailleurs. Cette modélisation de compensation culturelle n'est pas totalement prescriptive, puisque dans les ZAD — où les infrastructures restent déterminantes — le tennis est inexistant et le football prégnant (33 %) mais supplanté par le badminton !

7Une cartoscopie comparée de l'offre scolaire et de l'offre civile tend par ailleurs à mettre en évidence une covariation négative entre la pratique globale (football et tennis) et la pratique en AS ; certains secteurs limités y échappent cependant, montrant que l'histoire et la présence de certaines personnalités marquantes dans la profession sont également à considérer. Cependant la mise en évidence d'une compensation culturelle tend à caractériser l'offre des pratiques en AS, dans les établissements laïques, l'école privée restant à étudier. Loin de la seule fonction sportive, le sport scolaire remplirait donc une mission de service public imparti à l'école républicaine.

  • 2 LACOMBE Philippe, L'AS, utilité sociale et pertinences culturelles. Edition CRDP de Rennes, 1994.

8Les raisons des choix effectués par les enseignants font aussi l'objet de questionnements. Un témoignage détaillé de cette étude est édité par le CRDP de Rennes2 ; celle-ci ne constitue que le premier volet, devant se poursuivre par une étude nationale, de l'examen du rôle et du sens des pratiques sportives au sein des AS.

Notes

1 MATHIEU D. et PRAICHEUX J., Atlas des Sports en Fronce, Paris : Fayard, 1987.

2 LACOMBE Philippe, L'AS, utilité sociale et pertinences culturelles. Edition CRDP de Rennes, 1994.

Author

Maître de Conférences à l'UFR STAPS Université de Rennes

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.