Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Les politiques du sport : quelques niveaux d'expression

Promotion du contrôle médico-sportif : enjeux et stratégies

Bernard Allemandou

Texte intégral

1Les relations entre activité sportive, santé et science médicale prennent naissance très tôt après l'introduction du sport en France. Très vite est formulé le principe que le sport ne peut être pratiqué sans danger pour la santé des individus s'il n'a pas été précédé d'une éducation physique générale. Après 1922, une société médicale de l'éducation physique sera à l'origine du contrôle médico-sportif et de la formation de médecins du sport. Mais ni l'Etat, ni les fédérations ne voudront financer ce contrôle qui restera à l'initiative des municipalités avec le soutien de la FNOMS. A partir de 1987, une politique libérale entraîne la disparition de la spécialité de médecine du sport et confie aux médecins généralistes la responsabilité de signer les certificats d'aptitude à la pratique sportive. La sociologie de la santé, devant la nature des enjeux posés par la promotion du contrôle médico-sportif laissée à l'initiative privée des différents acteurs interroge le champ du politique.

  • 1 Docteur Allemandou André, ancien médecin conseil de la FNOMS.

2Les quelques réflexions que je vais vous livrer doivent beaucoup au Docteur André Allemandou1. Il s'excuse de ne pouvoir être présent, retenu par d'autres obligations. Le temps qui m'est imparti ne me permet que d'évoquer quelques repères historiques indispensables à la compréhension de la situation actuelle. La création récente d'un OMS par la municipalité pessacaise, élue en 1989 et dans laquelle j'occupe le poste de délégué à la santé, a suscité la création d'une commission médico-sportive dont un des premiers objectifs a été de savoir s'il fallait ou non créer un centre médico-sportif pour promouvoir le contrôle médico-sportif. Ce sont les réflexions nées de l'analyse de cette expérience dont je vais vous faire part.

l'introduction du sport en France après la guerre désastreuse de 1870

  • 2 Amoros est un officier de l'armée espagnole qui a suivi Napoléon en France après sa malheureuse ex (...)

3Après la guerre de 1870, les échanges scolaires s'intensifient entre le Royaume-Uni et la France. Ces échanges ne touchent évidemment que les enfants des familles aisées. Dans les établissements britanniques huppés que fréquentent les jeunes Français se pratique la course en pleine nature : le crosscountry, les diverses spécialités de l'athlétisme et le sport collectif, le plus en vogue dans la bonne société d'Outre-Manche étant le rugby. Ce sont ces spécialités que les Français vont faire connaître à leur retour en France à leurs camarades de classe des grands établissements publics et privés de la capitale auxquelles se mêlent, avec un rôle d'éducateur ou d'animateurs, les jeunes britanniques pensionnaires des établissements français. Ces activités connaissent une grande vogue parmi les lycéens parisiens qui très rapidement vont chercher à les pratiquer à l'extérieur de leurs établissements dont les cours trop étroites limitent leurs ébats. Ils vont alors se réunir les jeudis et dimanches matin dans les plaines du Bois de Boulogne ou de Bagatelle pour s'adonner à ces jeux qui les attirent bien plus que les exercices aux agrès des portiques Amoros.2 Ce sont les anciens élèves des grands lycées parisiens de la Rive Droite qui — après 1880 — vont prendre l'initiative de fonder un club qui leur permettra de se retrouver pour continuer la pratique des activités sportives de leur jeunesse. Ainsi va se créer en 1882 le premier club français de la capitale qui va prendre le nom de Racing Club de France. L'année suivante, les anciens élèves de la Rive Gauche vont les imiter en fondant le Stade Français.

4C'est ainsi que le mouvement sportif français est né d'initiatives privées auxquelles les gouvernements de l'époque n'ont pris aucune part.

5Le ministère de la Guerre, tout puissant à l'époque, ne pense qu'à la revanche. C'est sous son influence que les ministères de l'Instruction publique qui se succèdent restent apparemment indifférents à la "révolution" éducative qu'introduit la pratique sportive au sein de la jeunesse française et ne voient pas, ou feignent d'ignorer, l'importance qu'elle pourrait avoir sur l'éducation générale. Sans appui des milieux officiels, le mouvement sportif déclenché par le RCF et le Stade Français va stagner. Les fondateurs des clubs doyens pensaient que leur mouvement s'étendrait rapidement dans la capitale et à travers tout le pays. Bien qu'ils multiplient les rencontres sportives entre leurs membres actifs et qu'ils en communiquent les résultats à la presse, entre 1883 et 1900 ne se créeront que deux autres clubs : un à Paris, les Francs-Coureurs et un en province, le Stade Bordelais Université Club dont notre ami Callède vient de publier l'histoire.

6Le 29 novembre 1897 le RCF et le SF fondent l'Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques (USFSA). C'est cette création qui a certainement permis au mouvement sportif français de survivre ! Se souvenant de leurs origines scolaires (ASS) ils multiplieront rapidement le nombre des sportifs ayant bénéficié d'une formation initiale et ils prendront l'initiative de créer de nouvelles sociétés sportives dans le pays. A Paris, en 1899, se créent spontanément dans deux écoles privées des associations sportives scolaires, celle de l'Ecole Monge et celle de l'Ecole Alsacienne. Puis l'Union envoit dans les établissements scolaires publics des représentants pour susciter la création d'ASS. Pierre de Coubertin, Frantz Reichel, Paul Champs, Mouilleseaux, directeur du bulletin sportif de l'USFSA, Sports athlétiques. Sans aide officielle, l'USFSA assure la formation des arbitres, la délivrance des licences, organise le calendrier des rencontres pour tous les sports pratiqués dans le milieu scolaire et dans les clubs civils. Dix ans après sa création, on compte 67 ASS et 148 clubs et en 1900, 96 ASS et 336 clubs. Lorsque en 1900 paraît le quotidien l'Auto d'Henri Desgranges, nous apprenons que sont critiquées par beaucoup de lecteurs et notamment par le journaliste Henry Hoursiangou de Bordeaux, certaines décisions, interprétations des règlements et surtout sélections sportives de l'Union. Il lui est reproché son parisianisme excessif. Mais ces critiques n'abordent pas l'hermétisme des pouvoirs publics à l'importance culturelle et sociale de la révolution silencieuse qui s'opère.

les problemes de la science face à l'éducation physique et au sport à la fin du XIXe

7A la fin du xixe, dans les milieux scientifiques et éducatifs de l'Instruction publique, des questions commencent à se poser sur le sport, la gymnastique et la santé. Le physiologiste Marey et son aide Demeny, célébrés à l'époque par leur étude des mouvements humains, sont chargés par l'Instruction Publique de faire un programme efficace d'éducation corporelle. Demeny est envoyé en Suéde pour se documenter sur le système employé dans ce pays et dont on dit le plus grand bien. Leurs études déboucheront sur la notion de mouvement humain "complet, continu et arrondi". Le docteur Lagrange écrit le premier ouvrage sur la Physiologie des exercices physiques et il sera également envoyé en Suède. C'est le lieutenant de vaisseau Georges Hebert qui, avec sa méthode naturelle, comprend le mieux les problèmes de l'éducation physique sans pour autant en dégager les fondements scientifiques.

8De l'ensemble des divers travaux réalisés à cette époque se dégage un principe qui va orienter toutes les directives ministérielles jusqu'en 1941, à savoir que le sport ne peut être pratiqué sans danger pour la santé des individus s'il n'a pas été précédé d’une éducation physique générale jusqu'à la fin de l'adolescence. L'ouvrage d'Hebert Le sport contre l'Education Physique n'a pas été étranger à cette prise de position.

le sport et l'éducation physique dans les débuts du xxe siecle

9En 1903, sera adopté par l'Instruction Publique un système amalgamant dans l'enseignement primaire certains principes de Marey-Demeny et d'autres découlant de la méthode suédoise. Dans le secondaire, certains éducateurs adoptent la méthode naturelle et l'utilisation des agrès aux portiques. L'ostracisme à l'encontre du sport dans les divers ordres d'enseignement ne va pas l'empêcher de s'étendre dans le pays, Le nombre des associations sportives scolaires (ASS) ne cesse de s'accroître. Elles constituent le réservoir des joueurs pour les clubs civils dont beaucoup aident ces "pauvres" ASS à vivre en leur procurant des tenues, des terrains et des équipes adverses à rencontrer. ASS et clubs s'épaulent mutuellement.

10Il existe une situation paradoxale où d'un côté l'éducation sportive est interdite dans l'enseignement secondaire et de l'autre où l'USFSA voit le nombre des ASS augmenter sans cesse. Mais il n'est pas moins paradoxal que les professeurs d'E.P., formés à partir de 1921-1922, soient assujettis à enseigner une "méthode française d'E.P." émanant des militaires de l'Ecole de Joinville, qui exclut tout enseignement sportif, alors qu'ils ont trois heures hebdomadaires à consacrer à l'ASS.

  • 3 RACHOU, Le football-rugby et ses accidents. Bordeaux : 1905.

11A une époque où l'on ne sait ni soigner la tuberculose, ni le RAA, maladies et accidents dûs au jeu commencent à alerter le corps médical. Au début du siècle, à Bordeaux, la première thèse sur les accidents du rugby est soutenue3. A Paris, Langlois, successeur de Marey, à Bordeaux, Pachon cardiologue, veulent instituer un contrôle médical des sujets qui se destinent au sport ou le pratiquent déjà. Lorsqu'à l'une des AG de l'USFSA un participant pose la question d'organiser une surveillance médicale des sportifs, il ne recueillera que rires et quolibets. L'USFSA se saborde en 1921 au profit de la création des fédérations.

  • 4 Il obtiendra la chaire le 20 février 1952.

12En 1922 une équipe de médecins sportifs dont certains sont les élèves du professeur Langlois crée une société médicale française de l'Education physique ayant à sa tête le Professeur Chailley-Bert. Celui-ci souhaite que le contrôle médical soit étendu à toutes les catégories de pratiquants et cherche des épreuves simples, rapides à utiliser en vue d'établir un protocole d'examen des sportifs. Après de nombreuses expérimentations, il est établi un examen médico-sportif type, proposé aux commissions médicales des Fédérations. C'est la FFF, avec le docteur Nerklen de Nancy, qui, la première, fera une propagande officielle en faveur de ce contrôle. Des cours sont organisés pour les médecins qui s'intéressent aux activités physiques et sportives auxquels est délivré, jusqu'en 1948, un diplôme attestant leurs connaissances spéciales dans ce domaine. Sous l'impulsion de Chailley-Bert4 est créé, le 25 décembre 1949, le CES de biologie appliquée à l'éducation physique et aux sports consacrant une spécialité médicale de médecine du sport. Cet enseignement s'articule autour de trois axes : l'éducation physique, le sport et la rééducation physique.

13Jusqu'en 1930 nous avons :

  • d'un côté, les médecins qui s'intéressent aux APS et dont certains fréquentant les couloirs ministériels voudraient obtenir l'obligation du contrôle médical pour tous les sportifs de toutes les fédérations ;
  • d'un autre côté, les corps des professeurs d'E.P. qui s'insurgent contre l'interdiction de l'éducation sportive dans l'enseignement du second degré et qui, par ailleurs, sont obligés de s'occuper des ASS des établissements où ils travaillent.

14Cette situation se dénoue en 1933 avec la création de l'Ecole normale supérieure d'EP à l'INSEP où se prépare un CAP à l'enseignement de l'ΕΡ en deux ans et où Baquet, sous-directeur, professeur d'EP mais aussi entraîneur national d'athlétisme, donne des cours sur l'initiation aux disciplines sportives.

15C'est sous Vichy que le sport est officiellement établi dans les enseignements primaires et secondaires ainsi que l'obligation d'un contrôle médical et sportif et l'obligation de la création d'une ASS dans tous les établissements secondaires. Ce ne sera qu'après la Libération que sera généralisée l'obligation d'un contrôle médical pour les pratiquants de toutes les fédérations sportives.

les problèmes spécifiques au contrôle médical des sportifs français

16A la Libération se manifeste dans la population française un immense désir de pratique libre ou organisée des APS.

17La circulaire du 23 mai 1945 considérant que les exercices physiques ne sont salutaires qu'à condition d'être soumis à une surveillance médicale appropriée, convient de mettre les futurs médecins en mesure de guider utilement les jeunes gens qui pratiquent les activités sportives. On intègre dans le programme d'hygiène des études médicales, en 5e année, des leçons obligatoires sur l'hygiène sportive.

18L'arrêté du 2 octobre 1945 institue un contrôle des activités physiques et sportives qui a pour objet de ne donner accès aux compétitions sportives qu'aux sujets capables d'y prendre part sans risque pour leur santé, de surveiller périodiquement la santé des sportifs titulaires de licences et de les aider et les orienter rationnellement vers une activité d'éducation physique et sportive concourant à développer leur état de santé et leur équilibre général. Ce contrôle est assuré dans le cadre de la protection de la santé des enfants d'âge scolaire, gratuitement, par les centres médico-sportifs. Pour l'éducation physique, il entraîne le classement des élèves en quatre groupes : bons, moyens, à ménager et inaptes temporaires ou définitifs.

19L'arrêté du 22 février 1946 rend obligatoire le certificat d'aptitude aux sports pour tous les mineurs pour les compétitions, officielles ou non, et pour les majeurs pour les compétitions officielles.

  • 5 ENCAUSSE Ph„ Sport et santé. Paris : Baillière, 1962, p. 250.

20Une fiche de contrôle médico-physiologique est élaborée par la direction générale de la jeunesse et des sports. Elle donne des indications sommaires sur la technique et les résultats physiologiques du contrôle médical sportif (poids, capacité vitale, périmètre thoracique, coefficient de Demény, épreuve de Martinet) Un commentaire signé du Syndicat national des médecins d'éducation physique et des sports, de la commission médicale du Comité national des sports attire l'attention sur le fait que ce certificat engage gravement la responsabilité de son signataire et ne peut faire l'objet d'aucun acte de complaisance : le sport est fait pour l'homme et non pas l'homme pour le sport et il appartient au corps médical de s'opposer, quand il y a lieu, à certains excès préjudiciables à la santé présente et à venir de nombreux pratiquants sportifs.5

21Le directeur général de l'EPS, Sarrailh, se trouve devant de nombreux problèmes à résoudre :

  • la nécessité d'un formidable développement des installations sportives qu'il faut subventionner ;
  • le fait que personne n'a prévu que le grand nombre de sportifs à examiner exigeait un nombre important de médecins du sport avec une rémunération décente. Les fédérations refusent de financer ce contrôle. Les clubs n'en n'ont pas les moyens et ce n’est pas non plus du ressort de l'assurance maladie. La faiblesse des rémunération dans les CMS fera que bon nombre des médecins du sport s'orienteront alors vers la rééducation.6

le role des offices municipaux des sports (oms) dans le controle médico-sportif

22Les médecins engagés dans le Front populaire en 1936 — il en existait quelques-uns — eurent la conviction que le sport ne se développerait que si les milieux ruraux bénéficiaient d'organismes paramunicipaux comprenant des personnalités locales ayant des connaissances dans le domaine sportif, désireuses d'apporter leurs conseils aux élus pour promouvoir le développement du sport, Cette idée sera reprise à la Libération. Les OMS ont pour but de conseiller et d'aider les municipalités à développer la pratique des activités physiques et sportives dans la Cité, à se doter des installations adéquates et à assurer le contrôle médical des pratiquants.

23Le décret de mars 1953 pose le principe qu'une fédération ne peut être agréée qu'à condition d'organiser un contrôle médical destiné à vérifier l'aptitude de ses membres a pratiquer les exercices physiques qu'elle leur propose. Le certificat médical est obligatoire pour l'obtention de la licence. Les conditions de surclassement sont clairement définies. Ce principe suppose un acte médical qui n'est pas du ressort de l'assurance maladie et renvoie à la responsabilité et aux ressources de la famille ou repose sur le bénévolat des médecins.

  • 7 BERTOGLI, "L’avenir des CMS dans la décentralisation", in Sport dans la Cité, no 134, 1993, p. 38 (...)

24La création des premiers Centres Médico-Sportif était une réponse sociale qui assurait pour les plus jeunes catégories d'âge une visite médicale gratuite. Cependant cette gratuité impliquait un financement des collectivités publiques. Ce sont les communes qui ont pris en charge la création des premiers CMS et leurs frais de fonctionnement. L'Etat n'intervenait que pour 10 % du prix d'une visite et en a laissé l'initiative à l'échelon départemental à partir de 1980. Le ministère de la Jeunesse et des sports a renoncé à tout financement de visites médicales à partir de 1987 et n'agrée plus aucun CMS. Ce qui veut dire que la création des CMS ne se fait plus sous la tutelle de l'état et qu'elle tombe dans le domaine de l'initiative privée ou communale par le biais des OMS.7

25Les OMS se regroupent en 1958 dans une fédération nationale : la FNOMS. Le syndicat des médecins du sport et la FNOMS tentent désespérément de résoudre la question du financement. En vain, malgré les aides financières communales du moins pour les municipalités convaincues de la nécessité politique du contrôle médico-sportif.

  • 8 "Pour une médecine du sport de notre temps", Cinésiologie, suppl. no 72, juin 1979.

26Le décret du 27 mai 1977 (Barre)8 décide qu'un contrôle médical est obligatoire pour la pratique des APS telles qu'elles sont définies par la loi du 29 octobre 1975 (loi Mazeaud) et pour la participation aux compétitions sportives organisées par les fédérations et les groupements sportifs. Le contrôle médical s'exerce sur les élèves des établissements d'enseignement du premier et du second degré, publics ou privés. Il a pour objet de dépister les affections contre-indiquant la pratique de l'éducation physique et sportive, d'assurer l'orientation sportive en fonction des prédispositions et des possibilités, de classer les intéressés dans les groupes d'aptitude. Les conclusions du contrôle, non soumises au secret, sont portées sur un livret. Sont spécialement qualifiés pour effectuer ce contrôle les médecins de santé scolaire, les titulaires du CES de biologie et de médecine du sport, le médecin agréé par la fédération sportive compétente pour le sport pratiqué.

27Mais la mise en place d'une politique de formation sportive de haut niveau va se faire au détriment d'une politique sportive de masse. Le 1 juillet 1987, le gouvernement (Chirac) décide que n'importe quel médecin peut signer une licence sportive pour la pratique compétitive du sport qui n'est qu'un certificat de non contre-indication à la pratique d'une discipline. Cette décision accompagne les directives européennes et la disparition de la compétence médicale en médecine du sport. Quelle confiance peut-être accordée à un acte médical effectué par un médecin sans qualification ou compétence particulière. On laisse à chaque fédération le soin d'élaborer son règlement médical et en particulier les règles de surclassement.

les nouvelles stratégies locales

28C'est donc dans ce contexte que la Municipalité nouvellement élue à Pessac, commune de 50 000 habitants, crée un OMS qui, naturellement, met en place une commission médico-sportive. Les participants mettent à l'ordre du jour la question du contrôle médico-sportif, Si personne ne conteste la nécessité d'un certificat médical pour la pratique sportive, un certain nombre de critiques se manifestent, exprimant des exigences diverses et variées :

  • les différentes fédérations ont des règlements médicaux différents ; certaines exigent une certaine typologie de l'examen médical. Aucune ne finance le contrôle médical ;
  • des dirigeants sont très inégalement convaincus de l'apport de la médecine au sport. Pour beaucoup, le certificat médical ne représente qu'une formalité administrative contraignante dont l'utilité est vécue comme un dégagement de leur responsabilité en cas de problème. D'autres pensent qu'un CMS apporterait un sérieux et une meilleure garantie pour le suivi médical des sportifs ;
  • les pratiquants adultes de plus de 18 ans, pas tous seniors, ont les attitudes les plus variables, La majorité est persuadée que leur jeunesse et la pratique de leur sport est un gage de bonne santé et vivent la visite médicale comme une contrainte. Considérant que leur médecin de famille les connaît bien, ils se contentent d'un examen rapide et superficiel qui, parfois, se résume à un simple interrogatoire. D'autres, généralement des sportifs vieillissant, au contraire, en profitent pour faire un point sur leur état de santé et se prêtent avec moins de réticence aux exigences d'investigations cliniques plus poussées.
  • Pour les pratiquants mineurs, nous sommes renvoyés aux attitudes des familles et à la nature des relations qui les lient à leur médecin de famille. Le comportement des familles à l'égard de la santé de leur enfant est loin d'être homogène et dépend essentiellement des couches sociales auxquelles elles appartiennent.
  • Chez les médecins, une analyse des pratiques renvoie à une problématique complexe qui est surdéterminée par le statut même de la médecine générale dans un contexte libéral ou les actes de médecine préventive qui appartenaient antérieurement aux missions de l'Etat ne sont guère valorisés. Ils n'ont, pour la majorité, reçu aucune formation particulière dans le domaine de la médecine sportive, et ils ne sont pas persuadés qu'elle nécessite une compétence particulière. D'autres sont beaucoup plus attentifs et rigoureux sur les protocoles cliniques face à la responsabilité qu'engage la signature d'un certificat, qu'ils considèrent davantage comme évaluation d'aptitude que comme une simple non-contre-indication.

29Notre commission médicale a pris l'option de s'intéresser à la pratique de masse (le suivi des sportifs de haut niveau se fait au CREPS ou au CHU) et a estimé indispensable la nécessité d'un examen médical approfondi de chaque pratiquant. Elle a fait un questionnaire pour savoir ce que pensaient les dirigeants des diverses sections sportives de la nécessité d'un CMS. Malgré un avis favorable émanant des milieux sportifs, deux réticences se sont faites jour :

  • celle de la municipalité qui, au regard des difficultés rencontrées par les CMS existant en Gironde depuis la loi de 19879, ne peut envisager une dépense chiffrée à plus de 200 000 francs par an pour le fonctionnement d'un CMS ;
  • celle des médecins libéraux qui s'estimant parfaitement compétents pour signer les certificats de non-contre-indication n'apprécient pas la concurrence d'une structure médicale dispensant des actes gratuits.

30La commission médicale de l'OMS s'est alors fixée comme objectif de sensibiliser les différents acteurs (dirigeants, médecins et pratiquants) à la nécessité d'un examen médical sérieux et annuel. Dans ce but elle a élaboré une fiche type de contrôle médico-sportif qu'elle a communiquée auprès des dirigeants sportifs et auprès des médecins. Elle en appelle donc à une notion de responsabilité individuelle auprès de tous les acteurs concernés, seule voie possible face au désengagement de l'Etat en la matière et à la déstructuration de la médecine sportive qui a été cantonnée à des unités de recherche dans les CHU, au suivi des athlètes de haut niveau et à la lutte contre le dopage qu'entretient le culte de la performance.

quelles perspectives ?

31En 1789, l'Université bordelaise pensait qu'il était dangereux d'éduquer les enfants du peuple car cela risquait de les détourner de leurs aptitudes aux travaux manuels. Si le sport était l'activité ludique des intellectuels qui prenaient conscience qu'ils avaient aussi un corps, nous avons vu qu'on en est venu à l'idée d'une éducation sportive préalable, après que le xixe siècle ait prêché qu'il fallait éduquer les enfants du peuple pour les moraliser. L'éducation physique, faisant suite à l'éducation militaire, n'allait-elle pas vouloir moraliser les pratiques du corps et de sa sexualité ? Les progrès de la médecine allaient questionner l'ordre social en démontrant que les activités physiques des travailleurs, dans un contexte de nuisance industrielle, usaient prématurément la santé en abaissant l'espérance de vie. Ainsi en est-on venu à s'interroger sur les éventuelles nuisances du sport sur la santé. D'où l'idée d'un contrôle médicosportif gratuit, conçu par l'Etat comme un des moyens au service d'une politique préventive de protection de la santé.

32Mais, toute idée de contrôle heurte a priori les tenants de l'idéologie libérale en matière économique qui pensent la liberté individuelle comme une abstraction formelle hors du champ des contraintes sociales. Nos idées sur le contrôle vont questionner nos positions philosophiques sur la notion de liberté. L'idée de contrôle renvoit au regard que l'autre porte sur nous, c'est-à-dire au social. Si je ne supporte pas le regard de l'autre sur moi, c'est que je pense n'avoir besoin de personne pour savoir, apprécier ce que je fais. Je me contrôle. Si l'âme et le corps de l'homme appartenaient, il n'y a pas si longtemps encore à Dieu, les méditations cartésiennes, "je pense donc je suis", et dans leur lignée, je suis ce que je pense, ne pouvaient qu'ouvrir la voie à l'introspection freudienne qui, en mettant l'accent sur la genèse infantile de la sexualité allaient faire émerger l'appartenance du corps à une liberté individuelle et l'inscrire, bien après l'habeas corpus des anglo-saxons, dans une notion de droit imprescriptible. J'ai une psyché, elle m'appartient, j'ai un corps c'est ma propriété privée, mais lorsque je demande que la société garantisse un droit égalitaire à la santé, alors pointe la complexité de la relation de l'individu au corps social.

  • 10 GUYOT J.-C. et VEDELAGO F., Les élus et le social. Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aqu (...)

33C'est ici que la sociologie de la santé, devant la nature des enjeux posés par le contrôle médico-sportif et les stratégies des acteurs, interroge le champ du politique. La politique libérale de cette dernière décennie voit la disparition de médecins qualifiés en médecine sportive, la disparition du contrôle de qualité qu'ils effectuaient auprès de la masse des sportifs, la mise en cause de l'existence des CMS et le transfert du financement des visites médicales des sportifs pour la pratique de leur sport à la sécurité sociale. Cette politique libérale engendre des inégalités patentes que la décentralisation a tendance à accentuer10. Seules les communes riches qui étaient déjà dotées de CMS peuvent encore procurer à leurs concitoyens des prestations de qualité, La politique sportive actuelle se fait au profit de l'élite qui, avec le professionnalisme et les sommes colossales qu'il draine, cantonne au rang de parents pauvres la masse des pratiquants et des dirigeants bénévoles. Le désengagement de l'Etat qui en appelle à la responsabilité individuelle, au risque librement consenti et à la municipalisation des initiatives est une des caractéristiques actuelles des politiques préventives de santé. Mais il n'est pas sûr que la promotion individuelle du contrôle médico-sportif soit une réponse adaptée à la dimension sociale qu'impose la protection de la santé de la masse des sportifs.

Notes

1 Docteur Allemandou André, ancien médecin conseil de la FNOMS.

2 Amoros est un officier de l'armée espagnole qui a suivi Napoléon en France après sa malheureuse expédition tras las montes. Devenu colonel de l'armée française, Amoros, détaché à l'école de Joinville, est l'Inventeur des fameux portiques qu'on installa dans toute la France.

3 RACHOU, Le football-rugby et ses accidents. Bordeaux : 1905.

4 Il obtiendra la chaire le 20 février 1952.

5 ENCAUSSE Ph„ Sport et santé. Paris : Baillière, 1962, p. 250.

6 En 1950 sur 163 341 examens 5 000 sujets sont déclarés inaptes dont la plupart s'estimaient en bonne santé, En 1960 sur 212 187 examens, 5 440 sujets sont inaptes.

7 BERTOGLI, "L’avenir des CMS dans la décentralisation", in Sport dans la Cité, no 134, 1993, p. 38 et suivantes.

8 "Pour une médecine du sport de notre temps", Cinésiologie, suppl. no 72, juin 1979.

9 Qui a vu la fermeture du CMS de Villenave d'Ornon, la nécessité d'une participation financière des sections sportives pour chaque visite 10 F à Talence, 15 F à Mérignac.

10 GUYOT J.-C. et VEDELAGO F., Les élus et le social. Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1993.

Auteur

Médecin psychiatre Laboratoire de Sociologie de la Santé Université de Bordeaux II

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540