Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Les politiques du sport : quelques niveaux d'expression

Politiques sportives et changements municipaux

Le cas de Grenoble - 1965-1993

Christine Dulac, Pierre Chifflet et Michel Raspaud

Texte intégral

qu'est-ce qu'une politique sportive ?

1Le développement et la diversification des pratiques sportives, d'hygiène et de loisirs ont de multiples implications, en ce qui concerne les collectivités territoriales. D'abord, celles-ci se conforment généralement aux compétences qui leur sont attribuées par le législateur, Mais, de plus, la création d'équipements s'inscrit dans un ensemble de données socio-économiques, démographiques, politiques se complexifiant — ou se simplifiant, suivant le mode d'approche globalisant ou particularisant — l'insertion dans des milieux physique et géographique ne permettant pas toute latitude en la matière. De plus, ces équipements apparaissent comme structurant l'espace dans lesquels ils viennent s'intégrer.

2Lorsqu'une collectivité territoriale décide d'investir dans un équipement à caractère de loisir sportif, il peut s'agir :

  • soit d'une décision prise "sous la contrainte", dans le cadre d'une négociation avec un groupe de pression organisé, perçu comme possédant une certaine forme de pouvoir : il peut s'agir d'un club ou d'une association sportive, voire d'une association d'habitants, etc. ;
  • soit du constat d'une pratique "sauvage", dont la prise en compte sera jugée positive pour les pratiquants, mais aussi pour/par l'instance politique elle-même ;
  • soit d'une volonté purement politique concernant, par exemple, la construction d'une image de marque, ou bien encore l'appréciation d'un équipement sportif en tant que ressource économique…

3C'est dans ce contexte global que s'inscrivent les politiques des collectivités territoriales en matière sportive, dont les modalités d'intervention relèvent d'un double objectif :

  • en direction de la masse des pratiquants, par la mise à disposition d'équipements et le subventionnement des associations d'une part ;
  • en direction des élites sportives, lesquelles peuvent servir la politique d'image de marque de ces mêmes collectivités territoriales, d'autre part.

4Par l'intermédiaire de la décentralisation administrative et politique, intervenue en France à partir de 1982, ces collectivités territoriales ont vu leur pouvoir décisionnel et financier s'accroître, en particulier en matière de politique sportive. Toutefois, Régions, Départements, Communes disposent de prérogatives spécifiques, propres à la "nature" de chacune d'entre elles.

5Ainsi est-il constaté que, de la Région au Département et à la Commune, la part du budget consacré au sport augmente. Plus l'institution politique se trouve proche de la vie quotidienne des citoyens, plus le sport prend de l'importance en matière d’orientation et de responsabilité politiques — donc de décision et de gestion —, lesquelles se traduisent en termes de coûts de construction et de fonctionnement des équipements, mais aussi en termes de participation financière aux conditions de viabilité du mouvement sportif associatif local.

6La Région a compétence pour promouvoir l’économie, la culture, etc. Mais elle doit participer également à l’aménagement de son territoire en respectant les orientations du Plan national. Aussi, son intervention se situe pour l’essentiel dans le domaine du tourisme sportif : contrats station-vallée, contrats de pays d'accueil, protection des zones écologiquement fragiles. En outre la Région a l'obligation de pourvoir aux installations sportives des lycées, et développe une politique sportive spécifique.

7Le Département intervient généralement plus directement. Par l’assurance de maîtrise d'ouvrage d'équipements sportifs d'intérêt départemental, mais aussi par l'aide à la réalisation d'équipements communaux à caractère collectif. Les effets porteurs et médiatiques du sport sont bonifiés par les Départements à travers équipements sportifs et animations de loisirs, à vocations touristiques, lesquelles se concrétisent par diverses formules contractuelles.

8Les Communes, pour leur part, se trouvent aux prises avec les multiples nécessités afférentes à l'organisation quotidienne du sport : concernant les équipements, il s'agit non seulement de définir la programmation de leur construction, en relation avec les besoins des populations locales, mais également de gérer les horaires d'occupation des locaux et d'en assurer les coûts de fonctionnement et d'entretien. Si la réalisation des équipements se fait en fonction des besoins des habitants, l'intérêt communal ne possède cependant pas de contenu fixe, et subit des variations liées aux objectifs des politiques municipales.

9Toutefois, l'orientation des politiques municipales des sports est dépendante du moment socio-historique. Aussi, avec le fort développement des pratiques physiques et sportives d'une part, la place que le spectacle et les élites sportifs ont pris dans les media d'autre part, les politiques municipales, mais aussi les politiques des autres collectivités territoriales dans leur ensemble, doivent prendre en compte ces faits nouveaux. Particulièrement dans le cadre d'une politique d'image de marque, laquelle peut difficilement se passer du sport aujourd'hui, pour des raisons idéologiques, mais aussi de rentabilité de notoriété, le sport demeurant un des véhicules les plus efficaces en la matière.

10L'aspect structurel n'est donc pas le seul élément constitutif d'une politique municipale des sports, les composantes organisationnelles économiques ou encore sociales sont tout aussi fondamentales.

approches scientifiques des politiques sportives municipales

11Les rapports entre sport et politique, quoique fréquemment évoqués, sont relativement peu étudiés en France. On peut expliciter deux types d'approches :

  • la première regroupe l'étude des interactions entre sport et politique pris comme deux systèmes constitués (place du sport dans les relations internationales, sport comme vecteur d'idéologie politique, institutionnalisation du sport, étude des politiques publiques sportives) ;
  • la seconde consiste à envisager l'autonomie du sport par rapport au politique, non comme donnée mais comme problème ("politisation" du sport).

12L'intérêt porté à l'analyse des politiques publiques au cours des deux dernières décennies témoigne d'un domaine qui se constitue. Les politiques sportives municipales font l'objet d'approches scientifiques multiples : sociologiques, historiques, économiques... Le sport, vu sous l'angle de ses rapports au politique, et appréhendé au sein de l'espace communal, se voit considéré comme un "rouage" du système politico-social et économique. Elément de l'organisation communale, il permet effectivement d'en expliquer en partie le fonctionnement.

13Le processus de municipalisation du sport (Bonnes, 1984) est le premier phénomène qui, à notre connaissance, reflète la prise en compte par les pouvoirs publics de cette dynamique locale que représente le sport, à partir des années soixante.

14Ce processus se développe par les trois lois de programmes, lesquelles peuvent être analysées comme la municipalisation des équipements sportifs en termes de construction, de gestion et d'animation.

15Ce besoin en équipements, outre le retard affiché par la IVe République (Amar, 1987) et la volonté de prestige national du général de Gaulle pour qui le sport était un vecteur parmi d'autres (le France, le Concorde..,), peut s'expliquer par plusieurs facteurs. Ceux-ci renvoient à une véritable "explosion sportive" autour des années soixante, liée à l'augmentation de la population des 15-29 ans, aux migrations vers les centres urbains, à la perception du sport comme "référent social" (Ehrenberg, 1991).

16En continuité, un second phénomène marque le passage d'un sport "laissé pour compte", à sa reconnaissance comme "entité organisationnelle" (Crozier et Friedberg, 1977) constitutive du système politique : il s'agit de la décentralisation, La "généalogie du phénomène sportif local", établie par Callède (1991), montre que le sport est, à l'heure actuelle, une composante de la stratégie des politiques locales, induisant des formes de contractualisation des relations municipalité/associations (Noé, 1991), et ce n'est pas sans raison qu'il fait l'objet aussi des lois de décentralisation à partir des années quatre-vingt (Collomb, 1988).

17Ainsi, on a pu mettre en évidence un continuum : de la décentralisation passive (l'Etat est le décideur, et la municipalité, l'administrateur) à la fin du xixe siècle, en passant par la décentralisation active (l'Etat délègue une part du pouvoir à la municipalité, chargée de la réalisation ou application des programmes d'équipements) caractéristique du deuxième quart du xxe siècle, pour parvenir en cette fin de siècle à une "repolarisation" (la municipalité devenant le noyau central de la mise en œuvre de sa politique sportive, se voit dans l'obligation de modifier ses schémas directeurs politiques, économiques, sociaux..,), décentralisation qui, à l'heure actuelle, tend à glisser vers une intercommunalité croissante.

problématique : le cas de la ville de grenoble 1965-1993

18C'est en référence à la sociologie des organisations (comme élément d'analyse du système municipal que constitue la ville de Grenoble), et surtout à l'histoire sociale (comme élément d'interprétation diachronique de la situation locale) qu'a été problématisée la "tri-logique" sport-politique-commune.

19La question centrale est de savoir si l'on peut définir différentes séquences (étapes) dans la politique sportive de Grenoble, entre 1965 et 1993 ? Autrement dit, peut-on repérer des "changements" (Rocher, 1968) significatifs, des "mutations" (Balandier, 1968) ou des "ruptures" (Gras, 1979) en ce domaine ?

20On a émis l'hypothèse d'une rupture dans la politique sportive de Grenoble, liée au changement de majorité municipale en 1983 ; c'est-à-dire que le changement d'orientation politique serait à l'origine d'une transformation remarquable des actions.

méthodologie

21La méthodologie utilisée repose essentiellement, dans l'état actuel de la recherche, sur une analyse des documents d'archives :

  • comptes rendus du Conseil Municipal ;
  • organigrammes de la Ville ;
  • budgets des sports.

22Il s'agit d'effectuer le repérage des actions — principal indicateur retenu ici, en terme d'évaluation d'une politique sportive — au travers :

  • de l'organisation, ou acteurs en présence, explicitée par la relation ternaire Ville - Service des Sports - OMS ;
  • des fondements de la politique sportive évalués au niveau des associations (répartition des subventions) et des équipements sportifs (fonctionnement).

23Cette analyse bi-dimensionnelle s'appuie donc sur des indicateurs permettant de caractériser les changements municipaux opérés en matière de politique sportive à Grenoble.

résultats

24Deux périodes chronologiques organisent la présente réflexion, correspondant à l'évolution du sport à Grenoble repérée au travers de deux majorités politiques opposées ; la phase de transition, située au début de l'année 1983, correspond au passage d'une municipalité de gauche à majorité socialiste à une municipalité de droite à majorité RPR (avec les élections municipales de mars).

i - le sport à grenoble de 1965 à 1983

25La première période correspond à une municipalité socialiste organisée autour de M. Dubedout qui restera au pouvoir de 1965 au début de l'année 1983.

26L'analyse de la politique sportive municipale conduite durant ces premiers dix-huit ans passe, tout d'abord, par un repérage des acteurs en présence, et par une évaluation des actions effectivement produites.

1. Définition organisationnelle de la politique sportive : les acteurs en présence

27La politique sportive pratiquée par la municipalité grenobloise entre 1965 et 1983 s'organise autour de trois pôles : le pouvoir municipal, représenté par l'adjoint aux sports, le Service des Sports, et l'OMS.

28L'adjoint aux sports est chargé de représenter la ville auprès des associations et inversement d'être leur porte-parole au Conseil Municipal. Il faut préciser que, durant cette étape socialiste, deux adjoints aux sports se sont succédés (M. Gleizes de 1965 à 1971, puis M. Espagnac durant les deux mandats suivants).

29Lorsque H. Dubedout est élu en 1965, le Service des Sports n'a pas d'existence en tant que tel puisqu'il est rattaché à la division architecture des Services Techniques de la Ville sous l'appellation "subdivision sports", existant depuis 1959, La municipalité socialiste va produire une réorganisation des services de la Ville par la multiplication de ses secteurs d'interventions ; apparaît alors le Service des Sports. Jusqu'en 1970, il est rattaché aux Services Techniques de la Ville ; mais, dès 1971, une nouvelle restructuration intervient, donnant naissance au secteur Animation, lequel chapeaute désormais le Service des Sports, et ce jusqu'en 1984. L'Administration générale, l'Animation et les Services Techniques sont dès lors les secteurs clés de la mise en œuvre de l'action municipale. Au sein de ce pôle Animation, le Service des Sports a pour mission, d'une part, la gestion des équipements et, d'autre part, l'animation sportive, comme nous l'aborderons ultérieurement.

30Ainsi, la politique municipale adoptée par le pouvoir socialiste se traduit par une décentralisation forte un niveau des services qui organisent le sport. Cette décentralisation n'est cependant pas synonyme de désengagement mais sous-tend, au contraire, la volonté de promouvoir l'autogestion (fondement de la doctrine socialiste) du mouvement sportif. Il ne faut pas oublier que pendant cette période la municipalité se doit de répondre à la logique de municipalisation du sport à l’œuvre depuis le début des années soixante.

31Mais le système sportif à Grenoble c’est aussi un OMS omniprésent. Créé en 1966, et vivement encouragé par la municipalité (approbation immédiate de ses statuts), l'OMS est composé d'un Conseil d'Administration (comité et bureau directeur), de membres du Conseil Municipal (maire et adjoint aux sports), du directeur du Service des Sports et d'un représentant de chaque association sportive affiliée à un fédération dirigeante, Ces associations ont droit de vote au sein de l'OMS, alors que les représentants de toute autre association à vocation sportive font partie des "Commissions de Recherche" de l'OMS à titre consultatif.

32Au niveau de son organisation à proprement parler, l'OMS n'a pas connu de changement depuis 1966, en termes de définition de ses statuts. Au fil des ans, c'est plutôt son rôle dans la politique sportive qui va évoluer.

2. Les fondements de l'action municipale en matière sportive

a - Les équipements

33Un historique de la construction des équipements sportifs réalisés à Grenoble depuis le début du siècle, retracé par Marc Falcoz (1993), met en évidence un développement "urbano-sportif" exceptionnel durant la période 1965-1980. Ce phénomène trouve à sa base plusieurs facteurs d'explications :

  • les Jeux olympiques d’hiver de 1968 et la réalisation des équipements lourds qui les accompagnent (Anneau de Vitesse, Stade de Glace), d'abord ;
  • les aides financières apportées par l'Etat aux communes dans le cadre des Contrats de Plan ou lois Programme, ensuite.

34C'est ce deuxième facteur qui, à notre sens, reflète le plus la politique municipale de l'époque. Entendons par là que, relativement aux Jeux olympiques, la municipalité socialiste, lorsqu'elle arrive au pouvoir en 1965, doit faire bon gré mal gré. C'est donc après 1968 que la municipalité peut réellement commencer à construire sa politique sportive, tributaire toutefois d'un endettement certain, "cadeau" des Jeux olympiques...

35La construction d'une piste cycliste et d'un plateau d'athlétisme à l'intérieur du Stade de Glace (1968-1970), transformant celui-ci en Palais des Sports afin d'en optimiser l'utilisation, marque le vrai début de la prise en charge socialiste du sport. Ainsi, la municipalité est fidèle aux orientations nationales, et plus précisément à la seconde Loi Programme, prônant le "plein emploi" des installations existantes. Mais, là où la politique socialiste de Dubedout s'affirme, c'est avec le développement des équipements de quartiers, "florissant" dès 1968 dans tout le périmètre communal. C'est ainsi, comme le note M. Falcoz (1993, 71-74), que cinq stades ou terrains de jeux, trois centres sportifs, et de nombreux courts de tennis sont édifiés, sur les fonds propres de la Ville.

36Mais cette politique sociale ne se limite pas à la production d'équipements pour le sport fédéral, les scolaires vont eux aussi profiter des équipements avec la construction d'une dizaine de gymnases et plateaux d'éducation physique au sein des écoles et collèges de la Ville dès la fin des années soixante.

37Les orientations en matière d'équipements adoptées par la municipalité Dubedout reflètent déjà une volonté de pratique sportive accessible à tous. Mais, concrètement, comment s'affirment les relations aux associations sportives ?

b - Les associations sportives : clubs et scolaires

38Si la programmation, la construction et la gestion des équipements revient au Service des Sports, la municipalité lui confie, en plus, et dès 1971, le soin de l'animation sportive au sein de la commune. Cette action municipale se traduit, au niveau de l'organisation, par la création d'un secteur animation dans l'organigramme. Fonctionnellement, des moniteurs municipaux (destinés à épauler l'instituteur pendant la séance d'EPS) sont mis à disposition des écoles primaires, d'une part, et, d'autre part, des animateurs sportifs participent au développement du sport dans les quartiers, assurant ainsi le relais avec les associations.

39Mais, qui dit existence ou survie d'une association dit nécessairement subventions, indicateur principal dans l'évaluation d'une politique sportive municipale (en complémentarité bien entendu avec celui des équipements).

40Lorsque la municipalité Dubedout arrive au pouvoir en 1965, l'OMS n'existe pas et c'est l'adjoint aux sports qui est le porte-parole des associations au Conseil Municipal ; c'est donc par son intermédiaire que transitent les décisions d'attribution de subventions (après avis émis par la Commission des sports). Mais, dès 1968, une nouvelle "réforme" municipale attribue le principe de la centralisation et de l'attribution des subventions (aux sociétés sportives) à l'OMS (CM du 19 avril 1968) ; ce qui vaudra d'ailleurs au pouvoir communal une mise en garde préfectorale très nette lui rappelant “la nature exacte du rôle de l'OMS, qui est seulement un rôle de proposition" (lettre du Préfet du 11 juin 1968). La municipalité conserve son droit de décision définitive grâce à l’aval du vote en Conseil Municipal mais, désormais, l'OMS a le pouvoir d'infléchir la politique sportive ; car, centralisant les subventions, c'est lui qui en définit la répartition. Cette confiance de la municipalité (on ne peut parler de désengagement,..) envers cette organisme ira croissante au fil de l'année 1968, puisqu'il se verra attribué la gestion du boulodrome municipal, ainsi que celle des tennis couverts communaux ; le rôle théorique de l'OMS est ici dépassé, on empiète déjà sur celui du Service des Sports. Ce n'est donc pas sans raisons si l'OMS de Grenoble n'est pas affilié à la Fédération Nationale des OMS, celle-ci préconisant la gestion des subventions par les élus locaux, tout en revendiquant le contrôle des OMS.

41Dans un premier temps, la municipalité organise sa politique de Sport pour Tous en réduisant, dans le budget des sports, l'enveloppe "subventions" attribuée aux clubs civils, laquelle passe de 14 à 9 % entre 1970 et 1980, et en augmentant celle consacrée au personnel. Ceci traduit, d'une part l'augmentation des effectifs en milieu scolaire et, d'autre part, un transfert financier induisant un accroissement de la part des subventions accordées au sport scolaire dans le budget de l'enseignement.

42Mais, dans un deuxième temps, et ce dès 1974, l'OMS commence, selon ses propos "à sensibiliser les élus de la Ville sur les conditions de survie des clubs sports-spectacles" (Le Dauphiné libéré, 10 décembre 1986), discours sous-tendant une volonté maintes fois affirmée de l'OMS d'une mise en avant des clubs d'élites (plusieurs interviews du président de l'OMS reproduites dans le quotidien Le Dauphiné libéré y font référence). La municipalité s'engagera finalement, en réponse aux revendications de l'OMS, dans un compromis passant par la création, en 1981, d'une association pour la promotion et le développement du sport à Grenoble. Il s'agit de "Grenoble-Sports-Animation", lieu de concertation entre la Ville, l'OMS et les délégués des fédérations sportives. Cette association avait un triple but : la promotion du sport dans toutes les disciplines afin de les porter à un bon niveau de compétition, la pleine utilisation des équipements, et le développement du sport-spectacle.

43Ce compromis se traduit également au niveau des subventions accordées aux clubs de haut niveau, En effet, ces dernières passent de 1,5 % du budget des sports en 1974 à 5 % en 1977, Rapportés au budget de la Ville, ces pourcentages évoluent de 0,04 % à 1 %, relativement aux mêmes années.

44En ce qui concerne le sport scolaire, on retrouve des valeurs identiques, lesquelles confirment la volonté politique de développer le Sport pour Tous.

45Ainsi, par son action décentralisatrice, la municipalité socialiste a favorisé le développement d'un Sport pour Tous (loisir, associatif, scolaire), essayant de préserver un juste équilibre entre la masse et l'élite, conviction chère à M. Dubedout : “Il ne doit pas y avoir à Grenoble de sport privilégié ou défavorisé. L'OMS, qui est au-dessus de toutes les disciplines, a le devoir d'encourager le sport sous toutes ses formes" [Le Dauphiné libéré, 5 mars 1975]. Dans ces conditions, la municipalité n'aurait-elle pas laissé certains secteurs prendre trop d'importance ou trop de puissance ?

46Mais ce que l'on peut affirmer, c'est que la municipalité avait anticipé localement les lois de décentralisation qui touchèrent les communes à partir de 1982, par une décentralisation active durant ses dix-huit ans de pouvoir. Cette anticipation, résultat d'une politique de longue haleine, a permis d'atténuer les conséquences économiques d'une autonomie communale obligée, alors que Grenoble commençait à se remettre des conséquences financières issues des Jeux olympiques.

ii - la politique sportive municipale de 1983 à nos jours

1. Politique sportive "de droite" et stratégies d'acteurs

47Les élections municipales de 1983 confient le destin de Grenoble à une municipalité de droite (RPR-UDF), la fonction de maire revenant à M. Alain Carignon.

48La mise en œuvre de cette politique municipale se traduit, au niveau de l'organisation, par une décentralisation renforcée des services. A ce propos, le Service des Sports n'est plus rattaché au secteur Animation (qui a disparu) mais à l'Administration générale. Il est chargé de la gestion des équipements, d'un "Service de l'EPS" qui remplace le “Service Animation", et enfin des relations publiques (création d'un poste spécifique, dont Mme Jeanie Longo aura la charge jusqu'en 1989, qui a pour but la communication avec les partenaires extérieurs de la commune : Conseil régional, Conseil général, Jeunesse et Sports, ..).

49Le pouvoir sportif municipal ne connaît pas de changement organisationnel jusqu'en 1989, date à laquelle s'opère une mutation en termes de stratégie politique, comme nous le verrons ultérieurement. Donc entre 1983 et 1989, un seul adjoint est chargé des questions sportives, mais à la différence de son prédécesseur, il reçoit officiellement la responsabilité du secteur Jeunesse. Notons également, en 1983, la création de Commissions extramunicipales, qui sont en fait une délocalisation des commissions municipales ; elles regroupent des membres d'unions de quartier et de mouvements associatifs, permettant à la Ville de mieux connaître, dans un premier temps, les besoins des populations par secteurs géographiques. Cet état des lieux permet d'orienter, dans un deuxième temps, les décisions retenues par les Commissions municipales et votées ensuite en Conseil Municipal.

50Quant à l'OMS, association para-municipale rappelons-le, il ne connaît logiquement aucun changement dans son organisation statutaire.

2. Evaluation des actions politiques municipales

a - Les équipements

51Avec la municipalité Carignon, on ne peut réellement parler de politique d'équipements, En effet, on ne comptabilise que quelques constructions entre 1984 et 1988, qui sont essentiellement des parcs de sports collectifs, construits pour la plupart à la périphérie de la Ville, compte tenu du sur-équipement du centre-ville (Falcoz, 1993).

52En revanche, pendant cette période, la municipalité a mené une politique très active en matière de réfection des équipements existants. Mais cet entretien du patrimoine est la condition sine qua non d'existence d'une politique de diversification de la pratique sportive, qui passe nécessairement et avant tout par la prise en compte du "monde" associatif.

b - Les associations : clubs et scolaires

53Jusqu'en 1989, la municipalité Carignon développe plutôt une politique sportive destinée à l'élite, mettant une sorte de bémol à l'orientation Sport pour Tous…

54En effet si, dès 1983, le budget des sports atteint 9,5 % du budget global de la Ville, alors qu'il n'avait jamais dépassé 6 % pendant les dix-huit ans précédents, il faut cependant noter que, bien que la part des subventions accordée aux clubs au sein du budget des sports reste quant à elle inchangée, ce n'est pas le cas pour la répartition par association. Car, dès 1983, la municipalité distribue plus de la moitié de l'enveloppe financière destinée à subventionner les groupements sportifs civils (hors scolaires), aux clubs pratiquant un sport-spectacle. Il s'agit, bien entendu, d'équipes évoluant entre le haut niveau régional et le plus haut niveau national (football, rugby, hockey-sur-glace, basket-ball et volley-ball).

55Cette volonté de promotion du sport d'élite, résultat d'un travail de fond mené par l'OMS, quasiment depuis sa création, a trouvé avec la nouvelle municipalité une concrétisation certaine, le volume global des subventions accordées à l'élite augmentant de 25,7 % entre 1983 et 1989.

56Privilégiant le haut niveau, la Ville ne peut, dans son budget global, favoriser tous les secteurs sportifs ; c'est pourquoi la part des aides financières apportée au sport scolaire (même si elle augmente durant cette même période) demeure toujours inférieure à celle des clubs de haut niveau. Elle tente alors de minimiser cette diminution par la mise à disposition gratuite des installations sportives communales pour les collèges et lycées de l'enseignement public et privé.

57Sa politique consiste donc à favoriser l'élite sans pour autant oublier complètement la masse, conception qui toutefois se révélera rapidement être un piège financier. Dès 1985, le Conseil Municipal commence à voter non seulement des subventions de plus en plus importantes pour les clubs de haut niveau mais, de plus, des annuités de dettes toujours plus fréquentes. Efforts municipaux qui s'avéreront inutiles quant à la pérennité des associations, puisque le Tribunal Administratif prononce, à peu d'années d'intervalle, les liquidations judiciaires des clubs de hockey-sur-glace en 1991, et de football professionnel par deux fois en 1989 et en 1993.

58L'année 1989, fin du premier mandat de la municipalité Carignon, correspond à une phase de mutation, entendue en termes de déplacement dans la conception du jeu des acteurs, qui se traduit par des modifications systémiques et stratégiques de la politique sportive.

59Au niveau de l'organisation formelle, tout d'abord, le Conseil Municipal nomme trois adjoints aux sports, chargés de trois secteurs différenciés. Si Yves Machefaux conserve sa fonction première d'adjoint chargé des Sports et de la Jeunesse, Jean Liénard (ancien entraîneur du FCG-Rugby) devient responsable des sports collectifs, et Jeanie Longo ("retirée" du Service des Sports) attachée aux relations extérieures et au sport de haut niveau.

60Par ailleurs, le pouvoir municipal met à disposition de l'OMS un agent titulaire de la Ville, chargé des fonctions de direction administrative des questions sportives.

61Enfin, il met en place une "commission de contrôle des sports de haut niveau", désignant un représentant de la Ville auprès de chaque club concerné afin d'en suivre la gestion.

62Il faut signaler, cependant, que dès 1985 un certain nombre d'actions ponctuelles laissaient présager cette phase de mutation, Ainsi, en matière de gestion des équipements par exemple, la gestion du Palais des Sports — destiné à la promotion du sport-spectacle — devenue trop lourde pour la municipalité est confiée dès 1985 à un organisme privé (Alpexpo) ; la Ville conserve cependant un droit de regard théorique sur le type de manifestations programmées.

63Après une première phase décentralisatrice et démocratique de gestion du sport (de 1983 à 1989) s'inscrivant dans la continuité de Dubedout, la municipalité Carignon affiche une politique interventionniste à plusieurs niveaux (de 1989 à aujourd’hui) résultat d'une prise de conscience par le pouvoir municipal de contraintes liées à des groupes de pression.

conclusion

64Les résultats ont mis en évidence un changement intervenu en 1983, au sens entendu par Rocher (1968, 24), c'est-à-dire :

"un changement de structure qui résulte de l'action historique de certains acteurs ou de certains groupes à l'intérieur d'une collectivité donnée".

65Le changement de majorité municipale en 1983 a produit une réorganisation, et du pouvoir municipal, et du Service des Sports, l'OMS en tant qu'organisme para-municipal n'étant pas touché.

66Mais la rupture réelle a lieu en 1989, date à laquelle le pouvoir municipal se renforce dans le but d'atténuer celui de l'OMS, ce qui s'accompagne logiquement d'une diminution de la part des subventions dans le budget des sports et d'un contrôle accru de l'OMS par l'Administration et la Commission de gestion des clubs sport-spectacle.

67Il s'agit bien de la rupture définie par Gras (1979, 165-166) comme "une crise qui rend manifeste l'irruption dans le champ du présent d'un ensemble de conflits qui se déroulaient dans des temporalités différentes" ; l'OMS s'est en effet constitué en véritable groupe de pression ou contre-pouvoir depuis 1974, Mais il faudra attendre 1989 pour que le conflit latent se manifeste, provoquant une réaction du pouvoir municipal.

Bibliographie

Bibliographie

AMAR Marianne, Nés pour courir. Sport, pouvoirs et rébellions 1944-1958. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 1987.

BALANDIER Georges (éd.), Sociologie des mutations. Paris : Anthropos, 1968.

BONNES Roger, (1984) "La municipalisation du sport. La vie associative : la pratique des A.P.S au plan local", Sport et sociétés contemporaines, Paris, Ville symposium de l'I.C.S.S., S.F.S.S., I.N.S.E.P.

CALLÈDE Jean-Paul, DANÉ Michel, Sociologie des politiques sportives locales. Trente ans d'action sportive à Bègles [Gironde], Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1991.

COLLOMB Pierre (éd.), Sport et décentralisation. Paris : Economica, 1988.

CROZIER Michel, FRIEDBERG Ehrard, L'acteur et le système. Paris : Le Seuil, 1977, coll. Points.

FALCOZ Marc, La construction des équipements sportifs de Grenoble. Histoire et politique. Mémoire DEA STAPS. Grenoble : Université Joseph Fourier, 1993.

GRAS Alain, Sociologie des ruptures : les pièges du temps en sciences sociales, Paris : Presses Universitaires de France, 1979.

NOÊ Nadine, "Politique sportive municipale. Une analyse des relations Municipalités-Associations", Stops. 26, octobre 1991, 23-35.

ROCHER Guy, Introduction à la sociologie générale, Vol. 3," Le changement social”. Paris : Le Seuil, 1968, coll. Points.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.