Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Les politiques du sport : quelques niveaux d'expression

Le sport et les collectivités territoriales : de l'intervention sociale à la promotion locale. Politique ou stratégie ?

L'exemple des Conseils Généraux

Charles Pigeassou

Texte intégral

I - L'ÉTUDE DES RAPPORTS ENTRE SPORT ET POLITIQUE : UN TIERS SECTEUR DES SCIENCES DU SPORT

1Une rapide recension des travaux scientifiques, couvrant le champ des rapports entre politique et sport, met en évidence le faible pouvoir d'attraction de ce secteur ou encore les difficultés à investir ce champ au cours des dernières années. Déjà en 1987 lors des Journées d'Etudes de Strasbourg, Pierre Chambat, dans une perspective programmatique, avait souligne cette faiblesse. Rappeler que la science politique est une science nouvelle ne suffit plus pour expliquer la frilosité avec laquelle le thème des relations "politique et sport" est abordé. L'explosion et les débordements du sport dans la sphère sociale ont modifié les attentions, les intérêts et les enjeux autour de ce secteur.

2Au cours des trois dernières années, les contributions les plus nombreuses dans le domaine des relations entre sport et politique couvrent le secteur des politiques publiques, D'autres secteurs tels que les relations internationales, l'idéologie politique, l'institutionnalisation du sport ou encore des approches anthropologiques des rapports politique et sport suscitent des travaux ou des colloques mais en moins grand nombre.

3Ce phénomène paraît singulier quand on approche la littérature anglo-saxonne. Il suffit de parcourir quelques revues anglaises (par exemple Leisure studies, Leisure sciences, Leisure management) ou nord-américaines (Leisure and society, International Review for Sociology of Sport, Sociology of Sport Journal, Journal of Sport Management) pour mesurer combien le champ du politique dans les loisirs en général et dans le sport en particulier est présent dans les travaux. Un autre élément d'étonnement réside dans le fait que la dimension la plus présente dans les travaux anglo-saxons est celle de l'idéologie politique centrée sur le "thatcherisme".

4En France, ce regain d'attention, cette dynamique nouvelle ou cette embellie autour de l'objet d'étude "politiques sportives" a pour accélérateur les transformations politiques qui ont réorganisé les rapports centre-périphérie à partir des lois de décentralisation. Cette redistribution des prérogatives et les nouveaux lieux et enjeux de pouvoir constituent un ferment pour l'étude et l'analyse du politique.

5Au cours des trois dernières années sur le thème des politiques publiques dans le domaine du sport, nous avons dénombré une trentaine d'articles et d'études réalisés par une vingtaine d'auteurs, De cette recension, qui n'est peut être pas exhaustive malgré quelques précautions, deux documents par leur large diffusion et leur orientation méritent d'être mentionnés. Il s'agit de Sociologie des politiques sportives. Trente ans d'action sportive à Bègles. 1959-1989 (Callède J.-P., Dané M„ 1991) et de Le sport et la ville. Les politiques municipales déquipements sportifs xixe-xxe siècles (Arnaud P. et al., 1992). Deux caractéristiques au moins les rapprochent : le niveau d'intervention de l'action politique : le local, le municipal ; la démarche utilisée : une analyse socio-historique.

6De façon plus systématique, le champ des politiques publiques est délimité par un ensemble d'objets d'étude que l'on peut organiser en opérant des distinctions classificatoires. Celles que l'on repère dans la littérature scientifique française tablent sur les registres suivants :

  • le niveau d'intervention : local, régional, national, international ;

  • le cadre de référence adopté : axiologique, fonctionnaliste, organisationnel, systémique, interactionniste ;

  • la méthodologie utilisée : sociologique, historique, comparative, monographique, socio-historique.

7Faut-il préciser que ces registres ne sont pas exclusifs et se combinent. Par ailleurs, la problématique la plus largement utilisée, de façon explicite ou implicite, place l'action politique en matière de sport au point de convergence, de rencontre ou de friction de logiques d'action interne à l'organisation politique (idéologique, organisationnelle,.,.) et externe à celle-ci (organisations sportives,...)

II - LES POLITIQUES SPORTIVES DÉPARTEMENTALES

8Etudier les politiques sportives des collectivités territoriales départementales, c'est étudier un phénomène contemporain dont on peut situer les premiers épisodes au cours des années 1970. Ainsi sont apparus des services ou des organisations spécifiques pour gérer le domaine du sport dans le département de la Loire Atlantique en 1972, dans le Gard en 1975 et dans l'Hérault en 1980.

  • 1 GONTCHAROFF G., MILANO S., La décentralisation. 1. Nouveaux pouvoirs et nouveaux enjeux. Paris : 19 (...)

9Le développement de ce phénomène est au carrefour de deux grands types de détermination ou de deux logiques d'actions. L'une, propre à la dynamique sociopolitique des Conseils Généraux, repose sur l'affirmation d'un pouvoir et d'une légitimité pour prendre en charge et administrer une zone géographique à partir de prérogatives attribuées1. Mais paradoxalement, le sport est absent des lois de décentralisation. L'autre s'enracine dans les mouvements qui traversent et façonnent le développement sportif : évolution du nombre des pratiquants, introduction de nouveaux modèles de gestion, recherche de nouveaux partenaires économiques. Cet espace d'action politique est sensible à l'observation du fait de ces caractéristiques : récent, volontariste et contrasté.

  • 2 BADIE B., Le développement politique, Paris : 1980.
  • 3 BERTRAND Y., GUILLEMET P„ Les organisations. Une approche systémique, Montréal : 1989. BERNOUX P„ L (...)

10L'analyse s'appuie sur trois registres de connaissances. Le premier concerne le développement politique pris comme objet d'étude dont l'ambition est d'étudier les modèles de fonctionnement de cette sphère de la vie sociale2. Un deuxième registre est délimité par une approche en termes de sociologie des organisations3. Il s'agira d'étudier les conditions d'émergence, les processus de développement et les activités de ces nouvelles organisations. Un dernier domaine est construit autour d'une analyse systémique des faits sportifs. La mise en relation de phénomènes sportifs de différente nature trace des lignes de force, fait converger des interprétations afin de dégager des règles majeures de compréhension.

  • 4 PIGEASSOU C., "Sport et économie : l'émergence de nouveaux acteurs en France, les collectivités ter (...)

11L'objet de cet article est d'analyser les stratégies et l'impact de ce que nous avons appelé, par ailleurs, "les nouveaux acteurs du sport"4. Cette communication exploite les résultats d'une première enquête menée en 1990 sur vingt-cinq départements du sud de la France et s'appuie sur une enquête nationale, menée en collaboration avec le CNOSF, portant sur cinquante-sept départements qui entre dans une phase finale d'exploitation.

III - LA PROBLÉMATIQUE

12L'analyse du système sportif révèle, depuis 1980, l'importance et l'incidence de trois faits majeurs. D'abord l'essor de la pratique sportive s'affirme au travers d'indicateurs quantitatifs : le nombre de licenciés et le nombre de fédérations. En 1980, on dénombrait 10 millions de licenciés selon les sources du Ministère de la Jeunesse et des Sports. En 1988, le nombre de licenciés était de 12 825 000. En 1990, cet effectif stagnait à 12 640 00. Mais différentes enquêtes mettent en évidence un nombre croissant de pratiquants (10 millions environ) épisodiques ou réguliers, autonomes, isolés ou regroupés fuyant les espaces trop contrôlés et les contraintes imposées pour des espaces naturels et des activités choisies. Ensuite, le budget de l'Etat en matière de sport stagne et plafonne à moins de 0,25 % du budget national. Enfin, les lois de décentralisation de 1982 n'évoquent pas le sport et n'opèrent, en conséquence, aucun transfert de charge dans ce domaine. Composante sociale et culturelle, le sport remplit des fonctions d'intérêt public, mais il se trouve au centre d'une situation paradoxale : engagement des citoyens et désengagement du soutien de l'Etat.

  • 5 La lettre de l'Economie du sport, 1991, 136, p. 2.
  • 6 La lettre de l'Economie du sport, 1991, 137, p. 2.

13Ce constat a poussé le mouvement sportif à rechercher de nouveaux partenaires. Parallèlement à une ouverture vers le secteur privé, qui est sélectif et qui a montré ses limites, les agents sportifs ont intensifié leur demande auprès de leurs interlocuteurs naturels les collectivités territoriales. Les communes, au centre du dispositif, consacrent en moyenne de 3 à 8 % de leur budget au sport et ont atteint un seuil critique de financement. De façon massive, à partir de 1982-1983, les départements et les régions sont sollicités par les associations sportives et les instances sportives locales pour apporter leur aide, leur soutien financier et logistique, En moyenne, la part de cette contribution dans leur budget respectif était, en 1990, de 1,32 % pour les départements5 et 1,31 % pour les régions6.

14L'introduction de nouveaux partenaires, les départements et les régions, transforme le contexte de la situation précédente. En effet pour soutenir le secteur sportif dans son développement, les Conseils Généraux ont mis en œuvre et développé des politiques sportives. Les politiques sportives des Conseils Généraux sont définies comme un ensemble d’actions finalisé, organisé et structuré en réponse à une demande latente ou explicite. L'action politique est le résultat de choix et d'enjeux internes à l'organisation confrontés aux logiques d'action des organisations sportives et des agents sociaux sportifs et non sportifs, Cette perspective nous a conduit à développer un modèle pour analyser les politiques départementales en matière de sport. L'action politique en matière de sport s'actualise à partir de quatre registres : économique, organisationnel, fonctionnel et de communication.

IV - LES POLITIQUES DÉPARTEMENTALES EN MATIÈRE DE SPORT

15A l'exception de quelques départements, les aides apportées au sport par les Conseils Généraux se sont développées à partir de 1983. Un premier état de la situation a été présenté en 1986 par Charles Lapeyre au Colloque Sport et décentralisation qui s'est tenu à Nice. Il portait sur 41 départements. Cet auteur mettait en évidence les faits suivants :

  • la présence systématique d'un budget notoire consacré au sport réparti en crédits d'investissement et en crédits de fonctionnement ;

  • une grande disparité entre les départements dans le soutien apporté au sport : le budget consacré au sport par habitant se distribue dans une fourchette de 1 à 30 ;

  • de profondes différences dans la forme d'organisation des services ou structures gérant le sport au niveau des Conseils Généraux. Ces différences portent sur le statut juridique adopté (service intégré, service associé, organisme associé) et sur le degré de structuration du service ou de l’organisation (différenciation ou non différenciation des tâches, effectif…)

16A l'aide d'un travail d'analyse secondaire des données citées, nous avons relevé l'impossibilité d'identifier des critères différenciateurs de l'importance de l'aide allouée.

17La richesse du département, l'urbanité ou la ruralité, la densité du réseau sportif, l'aire géographique, les particularismes locaux et la parenté politique ne constituent pas des opérateurs efficients.

18L'absence de logique apparente renvoyait à une explication en termes de stratégie politique ce qui laissait présager des évolutions possibles. Ce constat a été le point de départ d'une réflexion et d'une recherche qualitative sur les stratégies des départements en matière d'aide et de soutien au développement du sport.

  • 7 Ministère de la Jeunesse et des Sports, Enquête sur les budgets sportifs par département, 1991.

19L'exploitation d'une enquête plus récente du ministère de Jeunesse et des Sports7 offrait la possibilité d'appréhender la dimension économique du développement au cours de la période 1986-1990.

20Ainsi, sur les 41 départements étudiés, l'évolution du budget sport se caractérise par :

  • une réduction inférieure à 50 % pour 4 départements ;

  • une majoration inférieure à 50 % pour 11 départements ;

  • une majoration comprise entre 50 % et 100 % pour 15 départements ;

  • une majoration supérieure à 100 % pour 11 départements.

21Plus que l'apparition généralisée d'un accroissement des budgets consacrés au sport, c'est le pourcentage d'accroissement qui est révélateur de l'attention portée au sport : plus de 63 % des départements de l'enquête ont eu une augmentation du budget sport au moins égale à 50 % alors que l'évolution des budgets des départements est plus modérée.

22Sous cet angle, le sport s'affirme un secteur prioritaire dans les budgets départementaux. L'aide au sport affiche des ambitions : est-ce en termes de rattrapage ? est-ce en termes de stratégie politique ? C'est à partir des formes d'intervention que l'on pourra appréhender les éléments stratégiques.

V - STRATÉGIES D'INTERVENTION

23Si l'action traditionnelle de financer la construction des espaces sportifs constitue, en 1990, l'action prioritaire d'un grand nombre de départements, d'autres initiatives s'imposent. L'analyse des politiques départementales en matière sportive met en évidence deux formes distinctes de stratégies dans les modes d'aide et de soutien apportés au sport par les Conseils Généraux.

1. La recherche de relais

24Une première forme se définit par l'utilisation de relais. L'action du département est relayée par des organisations extérieures. Il s'agit en premier lieu des services extérieurs du ministère de la Jeunesse et des Sports et des organisations du mouvement sportif. Dans ce cas de figure, une cellule intégrée à un service du Conseil Général prend en charge l’instruction, le traitement et le suivi des dossiers au plan économique mais, on observe des formules variées de conseil et d'expertise. En général, les services départementaux de la Jeunesse et des Sports constituent le soutien logistique tant au plan de la conception que de l'action. Cette orientation s'appuie sur une utilisation de la procédure de mise à disposition.

25Dans cette forme stratégique, l'action départementale se concentre sur :

  • le soutien financier (parfois administratif) aux instances représentatives locales du mouvement sportif ;

  • l’aide financière au développement de l'action entreprise par les Comités départementaux et les associations sportives ;

  • la participation financière (parfois matérielle) à l'organisation de manifestations d'envergure différente ayant lieu dans le département ;

  • La distribution de récompenses — coupes et un nombre croissant de gadgets — lors de manifestations.

26Ces formes d'aides s'inscrivent principalement dans le registre financier basé sur le versement de subventions, la prise en charge de certains coûts ou quelquefois l'aide matérielle. Elles définissent une stratégie d'accompagnement du développement du sport généralement axée sur l'investissement dans la construction d'espaces sportifs.

27A titre d'exemple, relèvent de ce type d'intervention les départements suivants de notre échantillon : la Drôme, le Gers, la Loire, le Lot, le Lot-et-Garonne, la Lozère et le Tarn-et-Garonne.

2. L'action autonome

28Une deuxième forme se caractérise par la mise en place d'une organisation dont le développement conduit à une autonomisation croissante de l'action départementale par structuration des moyens, une répartition des tâches et un domaine d'intervention élargi. Dans cette modalité, le registre des actions se déplace :

  • de la gestion de dossiers à l'action d'animation ou de conseil sur le terrain ;

  • du soutien à des manifestations à l'initiative et à la prise en charge intégrale de manifestations ;

  • d'une aide non codifiée à une contractualisation des aides.

29Le domaine des interventions s'élargit, Aux formes d'action précédemment mentionnées s'ajoutent :

  • l'aide à l'implantation et au développement des activités nouvelles, plus particulièrement les activités de loisir et de pleine nature ;

  • l'organisation ou la collaboration à l'organisation de manifestations à caractère départemental, régional, national ou international ;

  • l'assistance technique et le conseil.

30Cette présentation met en évidence un élargissement de l'offre de services intégrant une importante dimension logistique au soutien. Tous les départements ne présentent pas une situation homogène, chacun constitue un cas de figure, mais des caractéristiques essentielles les rassemblent autour de cette catégorie. Se placent dans cette stratégie, à titre d'exemple, les départements de l'Aude, du Gard, de l'Hérault, de la Haute-Garonne.

VI - FORMES ORGANISATIONNELLES

31La prise en charge d'un nombre croissant de services au profit du mouvement sportif s'observe à partir de la mise en place et du développement d'un service étoffé au sein du Conseil Général ou de structures au statut particulier, généralement des associations, organisme associé au Conseil Général. Ce choix stratégique initial est à la base d'une différenciation fondamentale dans la conception d'objectifs et la conduite de projets centrés sur le domaine du sport.

32Le premier critère permettant d'analyser le degré de structuration en termes d'organisation repose sur l'alternative autonomisation/relais. Un second critère identifie les types d'intervention en prenant en compte l'étendue du domaine d'intervention et l'importance des actions menées. L'ouverture s'effectue de la gestion de dossiers à l'action directe sur le terrain.

33Ces formes d'organisation mettent en évidence les choix politiques d'aides et de financement au sport. Plus l'engagement est important, plus il implique la mise à disposition de moyens. Encore qu'il soit nécessaire de tenir compte de la distinction dans les budgets alloués au sport : investissement/fonctionnement. Le budget de fonctionnement doit être considéré comme le véritable révélateur. Un autre indicateur rend compte de l'orientation stratégique menée à travers le sport : il s'agit de la communication.

VII - LA COMMUNICATION AU SERVICE DU SPORT

34Envisagée dans sa globalité, la communication en matière de sport a pour objet d'informer et de persuader de la nécessité ou du bien-fondé des réalisations, des interventions et des projets. En tant que support de communication, le sport présente des caractéristiques qui le singularise.

35Tout d'abord, à l'opposé des pratiques confidentielles, le sport s'affiche, il est visible, plus encore il peut être spectaculaire. Ensuite, l'interprétation de la réalité sportive est aisée, le sport est lisible, son message est direct et accessible. Enfin, son organisation est rituelle, ses épisodes et ses événements scandent le cours du temps.

36Par ces différents aspects, le sport est spectacle ; il est communication avant d'être objet de communication. Cette double valence ou encore cette ambivalence trace les enjeux d'une communication sur le thème du sport. A la communication pour le sport, qui s'attache à promouvoir la pratique sportive et l'événement sportif, se combinent des actions de promotion par le sport qui s'inscrivent dans une perspective de mobilisation et de transformation des représentations individuelles et collectives. Le degré de maîtrise et d'exploitation de l'outil de communication dans les actions sportives est mis en rapport avec le niveau d'intégration du sport dans un projet global d'intervention.

37L'analyse des actions de communication des départements sur le thème du sport met en évidence trois caractéristiques. Ce sont les départements investissant davantage dans le fonctionnement du sport qui réalisent le plus grand nombre d'actions de communication et les actions d'une plus grande envergure dans le domaine de la communication. Ces départements développent des actions combinées de communication par le sport et pour le sport. Envisagé sous l'angle comparatif, le thème du sport peut être considéré comme un tiers secteur pour les grandes campagnes de communication des départements mais, par contre, il génère une abondante communication de proximité. L'étude des actions de communication départementale dans la sphère sportive met en évidence une multiplicité de déclinaisons qui cerne l'événement dans son cadre temporel (avant, pendant, après) et qui utilise des supports variés : affiches, plaquettes, banderoles, revues, journaux, soutien logistique, ressources humaines.

38Ces premières indications révèlent l'intérêt de l'analyseur, Elles incitent à l'utiliser de façon plus approfondie et précise pour repérer et classer non seulement les usages mais aussi la signification des actions de communication dans un projet global de développement.

VIII - DES ACTIONS DE COMMUNICATION À LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION

39Les actions de communication, dans le domaine du sport, se déploient selon des modalités plurielles plus ou moins associées ou intégrées à l'action sportive. Les objectifs assignés à la communication sont de différents ordres :

  • annoncer un événement, une manifestation, une réalisation ;

  • identifier le partenariat du département ;

  • signaler son rôle et son implication ;

  • mettre en évidence son savoir-faire.

40En partant de l'analyse des activités de communication, au triple point de vue des effets, des procédures et des moyens, trois étapes d'utilisation et d'intégration de la communication ont été repérées : la communication d'accompagnement, la communication structurante, la communication stratégique.

1. La communication d'accompagnement

41Elle constitue le prototype le plus élémentaire de l'ensemble des actions de communication mais aussi le plus répandu. À l'origine, l'objectif consistait davantage à matérialiser la présence d'un partenariat départemental que de s'attarder sur l'impact et la signification du message.

42De ce fait, cette communication est essentiellement événementielle. Elle est réalisée à l'occasion d'événements sportifs : manifestations et réalisations sportives. Elle signale l'existence d'un partenaire : le nom et quelquefois le logo apparaissent, des représentants de l'institution sont conviés et accomplissent parfois des actes protocolaires : discours, remises de récompenses… Dans une forme plus élaborée, elle devient une communication d'annonce avec la réalisation de support (affiches, plaquettes) mentionnant le partenaire mais, généralement réalisée sans le recours à des professionnels de la communication, Elle s'effectue dans la perspective d'une annonce de proximité à l'intention de participants et de spectateurs potentiels. Son impact est limité et le résultat de l'impact, rarement évalué, n'incite pas à une recherche d'efficacité.

43Au cours des deux dernières années, des changements se sont opérés dans le sens d'une systématisation de la communication d'accompagnement pour tout soutien sportif accordé par les instances départementales. Parallèlement, une réflexion qualitative semble engagée pour une meilleure identification de l'action départementale : l'utilisation du logo, le placement et la lisibilité des messages font l'objet de plus d'attention. Si initialement, cette forme de communication n'était pas envisagée comme une contrepartie au soutien départemental, elle s'affirme un enjeu dans les actions de partenariat en devenant obligée, négociée, contractualisée et, dans une phase ultime, maîtrisée. Mais, même rendues à ce stade, ces actions de communication demeurent morcelées, ponctuelles, fondées sur le principe d'imprégnation. Elles ne se rattachent à aucun projet précis et ne s'intégrent pas à une stratégie élaborée.

2. La communication structurante

44Ce qui caractérise cette étape, c'est la prise de conscience par les utilisateurs de la nécessité de l'intérêt et des effets positifs des actions de communication. Des objectifs sont plus ou moins explicitement assignés aux actions de communication. S'il s'agit toujours d'identifier le partenariat du Conseil Général, les procédures nouvelles portent sur la recherche de procédures pour amplifier et personnaliser cette communication : à l'effet d'annonce s'ajoute l'objectif de promotion et de valorisation.

45Dans la réalité, les actions de communication se multiplient et se systématisent dans toutes les interventions selon des modalités variées. La communication événementielle s'étire par une préparation généralisée sous forme d'annonce et de prise en compte des résultats, L'élargissement de perspective entraîne une plus grande utilisation des médias ainsi qu'une diversification des moyens mis en œuvre : les supports se multiplient et se différencient. Gadgets, affiches, plaquettes, revues, identification des aides matérielles ou logistiques constituent une panoplie utilisée sélectivement par les départements. Incontestablement, la communication devient l'objet d'attention. Elle tend à être prise en charge comme un secteur d'intervention dans l'organisation ou le service : un personnel est affecté partiellement ou totalement à ces actions. Des rapports sont ponctuellement esquissés avec le secteur ou les personnes qui ont en charge la communication du Conseil Général. L'intervention de professionnels est sollicitée ponctuellement pour la conception et la réalisation de support.

46Dépassant une communication diffuse et mineure, cette étape marque une communication plus massive à la recherche d'une certaine efficacité. Des effets prioritaires sont recherchés, des moyens sont combinés mais la définition d'objectifs est amorcée de façon empirique.

47À ce niveau, les actions de communication, bien que sectorielles, sont structurantes : elles engagent les utilisateurs dans des procédures d'action plus systématiques, plus organisées en voie de coordination. Si elles ne se réfèrent pas à un projet global de communication, elles le sous-tendent.

3. La communication stratégique

48L'effort marquant de ce seuil se condense dans le statut accordé à la communication et dans la recherche de synergies avec l'activité de communication du Conseil Général : sortir de la marginalité afin d'opérer le glissement d'une communication pour le sport à une communication par le sport. Des tentatives et des efforts sont déployés pour que les actions de communication sectorielles soient intégrées à une stratégie globale de communication.

49Le changement d'orientation se manifeste moins par le nombre d'actions que par l'effet recherché dans la systématisation et la continuité des procédures associées à la recherche de synergie entre les différentes actions de l'institution. Des campagnes d'envergure sur des événements ponctuels ou des thématiques sont réalisées en liaison avec la politique de communication du Conseil Général dans la perspective d'améliorer l'impact des actions de communication en matière de sport et de les inscrire en cohérence avec la politique de communication du Conseil Général. Toutes les activités du Conseil Général en matière de sport font l'objet d'une communication. Les actions de terrain, effectuées avec la présence de supports identifiables et avec l'aide de personnels identifiés, sont couplées avec une communication d'annonce dont l'importance varie selon l'impact de la manifestation. Des actions sportives ou para-sportives initiées par les services du Conseil Général sont propices à une large médiatisation ouvrant de nouvelles possibilités d'utilisation de la communication : les supports et les canaux sont multipliés, les déclinaisons renouvelées. Ils sont l'objet d'initiatives, d'essais d'autant plus faciles que l'institution est organisatrice.

50C'est dans ce contexte que s'opère le plus naturellement le passage d'une communication pour le sport à une communication par le sport. En effet, à travers la communication de l'événement, ce qui est rendu visible et lisible c'est le savoir-faire de l'institution, sa capacité d'intervention. D'une façon générale, cette orientation se traduit par :

  • une systématisation des procédures d'annonce et d'information sur les événements, et des moyens d'identification sur le terrain ;

  • l'utilisation de canaux de diffusion multiples : affichages, journaux, revues, radio ;

  • des protocoles d'évaluation des actions de communication simples (recueil de données, coupures de presse) ou sophistiqués (baromètre de notoriété) ;

  • des initiatives en matière d'action sportive mettant en relief le pouvoir d'action de l'institution.

51A ce niveau, la stratégie en matière de communication est intégrée à l'action. À l'objectif social du Conseil Général centré sur l'aide au développement du sport se couple un objectif de communication : faire identifier et connaître l'activité déployée dans ce domaine.

IX - LA MONTÉE EN PUISSANCE DU SPORT DANS LES POLITIQUES DÉPARTEMENTALES : AVÈNEMENT CULTUREL ET SOCIAL OU ENJEU POLITIQUE ?

1. Un espace social d'action

52Paradoxalement, alors qu'aucune réglementation n'oblige les Conseils Généraux à soutenir le développement du sport, on observe de la part de ces institutions un intérêt croissant pour le sport. Ce phénomène se matérialise par une montée en puissance des budgets affectés au sport et la mise en place de prestations de services. Tous les départements ne sont pas homogènes du point de vue du niveau d'intervention et de structuration des services. Mais l'évolution, constatée sur les quatre dernières années, trace le cheminement et l'enchaînement des procédures d'intervention. La démarche plus tardive, la mise en place plus lente des procédures ou le report dans le temps ne représentent que des épiphénomènes d'une même logique.

53Celle-ci se caractérise par l'avènement puis le renforcement d'un espace social d'intervention.

2. Le procès d'un secteur d'intervention

54L'action départementale dans le domaine du sport s'érige progressivement en secteur d'intervention. Trois étapes décrivent la mise en place d'un processus.

La phase administrative

55Au cours de la première étape, l'intervention est de type administratif. Au caractère informel de la demande répond un engagement au coup par coup. L'élargissement de la demande amène une instruction et un examen des dossiers. A ce stade, il n’y a pas de définition de politique départementale en matière de sport, seuls des objectifs limités sont avancés, collant à la réalité de la demande,

La phase centralisatrice

56Lors de la deuxième étape, l'abondance de la demande amène une régulation des procédures de demande. Formulaire, instance centralisatrice, délai de dépôt sont les repères d'une formalisation et de la mise en place d'une gestion organisée. A ce stade, la réflexion précède l'action et, l'action départementale en matière de sport s'appuie sur des objectifs coordonnés.

La phase politique

57La troisième étape s'amorce à partir du moment où l'évolution de la demande s'amplifie par la nature des actions proposées. Face à cette multiplication, des options politiques s'imposent afin d'adopter des modes de gestion appropriés. A ce niveau pointent une élaboration et une définition implicite ou explicite de la stratégie. S'agit-il du développement d'un service ou d'une organisation du département ou d'un renforcement des moyens appropriés à la demande, l'engagement suppose des moyens supplémentaires et des arbitrages politiques. L'évolution du processus n'est pas, pour autant, achevée. Deux orientations s'affirment : l'évaluation des actions engagées et la valorisation politique des actions menées par le moyen de la communication. La perspective gestionnaire se déploie d'une part dans rétablissement de règles et de règlements et, d'autre part, dans la réalisation de bilans qui objectivent les coûts, L'intérêt pour le sport se combine avec des actions de communication à travers le sport. Le sport tend à devenir un support de communication au service de l'instance départementale.

58L'évolution décrite par les trois phases traduit le passage d'une logique externe — la logique sportive — à une logique interne de développement d'un secteur d'intervention du Conseil Général. Cette logique interne est d'autant plus affirmée et renforcée que le sport est utilisé comme vecteur de communication. Par le sport, il s'agit non seulement de promouvoir l'activité physique, mais encore de mettre en évidence l'image du Conseil Général et/ou l'image du département. Cette perspective, dans laquelle se sont engouffrés les départements les plus engagés en matière de politique sportive, traduit l'intérêt de développer les actions dans le domaine sportif, mais aussi, la nécessité de les maîtriser pour valoriser l'action du département.

CONCLUSION

59En développant les formes de soutien au mouvement sportif, les Conseils Généraux ont ouvert et couvert un espace social d'intervention. Le procès de ce secteur d'intervention s'organise selon des modalités qui, dans leur évolution et leur combinaison, renvoient à une étude en termes de stratégie. La mise en place de ce secteur se caractérise par trois phases qui traduisent, au fil du temps, un changement de logique, le passage d'une logique externe à une logique interne : favoriser le développement du sport mais en rapport avec des objectifs politiques externes au sport. Ce glissement, qui ne prend jamais la forme d'une rupture, rend compte du passage de l'action politique à la stratégie politique.

Bibliographie

Bibliographie

Actes du séminaire Plan-ENA, Outils, pratiques, institutions pour évaluer les politiques publiques, Paris : La Documentation Française, 1991.

ANDREFF Wladimir, Economie politique du sport, Paris : éd, Dalloz, 1989.

BADIE Bertrand, Le développement politique, Paris : éd. Economica, 1980, (2ème édition).

BERNOUX Philippe, La sociologie des organisations. Initiation, Paris : éd. du Seuil, 1985, coll. Points.

BERTRAND Yves, GUILLEMET Patrick, Les organisations. Une approche systémique, Montréal : éd, Agence d'Arc, 1989.

CHAZAUD Pierre, Le sport dans la commune, le département et la région, Paris : éd. Berger-Levrault, 1989.

COLLOMB Pierre, Sport et décentralisation, Paris : éd. Economica, 1988.

GONTCFIAROFF Georges, MILANO Serge, La décentralisation. 1. Nouveaux pouvoirs, nouveaux enjeux, Paris : éd. Syros, 1985, 4ème édition.

PIGEASSOU Charles, "Sport et économie : l’émergence de nouveaux acteurs en France, les collectivités territoriales”, dans Sport... Le troisième millénaire, Sainte-Foy : Les presses de l'Université de Laval, 1991.

—, "Stratégies des collectivités territoriales et développement du sport", dans Actes du 117e congrès national des Sociétés Savantes, Paris ; Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, à paraître.

—, Local Authorities Strategies in Developing Leisure and Sporting Activities, Communication au First European Congress on Sport Management, Groningen, 23-25 septembre 1993.

TERRAZZONI André, La décentralisation à l'épreuve des faits, Paris : Librairie générale de droit et de Jurisprudence, 1987.

Notes

1 GONTCHAROFF G., MILANO S., La décentralisation. 1. Nouveaux pouvoirs et nouveaux enjeux. Paris : 1985, TERRAZZONI A., La décentralisation à l'épreuve des faits, Paris : 1987.

2 BADIE B., Le développement politique, Paris : 1980.

3 BERTRAND Y., GUILLEMET P„ Les organisations. Une approche systémique, Montréal : 1989. BERNOUX P„ La sociologie des organisations. Initiation, Paris : 1985.

4 PIGEASSOU C., "Sport et économie : l'émergence de nouveaux acteurs en France, les collectivités territoriales", dans Sport... Le troisième millénaire, Sainte-Foy : 1991, p. 659-662.

5 La lettre de l'Economie du sport, 1991, 136, p. 2.

6 La lettre de l'Economie du sport, 1991, 137, p. 2.

7 Ministère de la Jeunesse et des Sports, Enquête sur les budgets sportifs par département, 1991.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540