Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

II. Les politiques sportives. Dimensions et développements

Sport et politique entre Welfare et laisser faire

Michel Jamet

Texte intégral

1L'analyse des rapports entre sport et politique implique de situer ces relations dans le cadre plus large des interactions entre "société civile" et "société politique".

2Les études réalisées dans cette perspective émergent en France au cours des années soixante. Elles sont au coeur de polémiques au cours de la décennie suivante lorsque s'affirme le courant de "critique radicale du sport". Elles deviennent aussi par la suite le fait de chercheurs (en sciences économiques, juridiques et de gestion) plus centrés sur l'analyse des politiques publiques en matière de sport, et les articulant avec les données sociologiques sur l'évolution des pratiques et des consommations sportives.

  • 1 MEYNAUD J. Sport et politique, Edit. Payot, 1966.

3Si l'on accepte l'hypothèse que les orientations des recherches en sciences sociales sont une des formes d'expression des évolutions et des enjeux à l’oeuvre dans les domaines analysés, on peut considérer que l'étude de Jean Meynaud1 manifeste le poids politique accru de ce secteur de la vie sociale, à l'échelle française et internationale.

  • 2 Parmi une littérature abondante dans cette perspective, on peut citer l'ouvrage le plus achevé sur (...)
  • 3 L'étude d'Y. LE POGAM, Démocratisation du sport : mythe ou réalité ?, J.P. Delarge, 1979, puis Spo (...)

4Les publications du courant de critique radicale du sport et particulièrement celles de J.M, Brohm2 sont une des expressions des remise en question du politique de la fin des années soixante et de la première partie des années soixante-dix dans la société française. Les études sociologiques de la fin de cette décennie et de la première partie des années quatre-vingt rendent compte d'une certaine relativisation du poids du politique dans la définition sociale du sport, au bénéfice d'explications plus centrées sur les processus d'assimilation individuelle des normes de comportement3.

  • 4 Les travaux et publications suscités par le "Centre de droit et d'économie du sport" de Limoges, e (...)

5Enfin, les recherches actuelles, en mettant l'accent sur l'élargissement de l'espace social des pratiques physiques, en particulier dans la sphère économique et dans celle de la vie quotidienne, mettent en exergue un impact du politique disséminé à différents niveaux d'action, dont "le local" n'est pas le moins important4.

  • 5 JOBERT B., MULLER P. L'Etat en action, Paris : PUF, 1987, p. 35 à 49.

6Mon propos est, dans un premier temps, de mettre en perspective quelques éléments théoriques de base qui orientent ces travaux. La seconde partie, la plus longue, sera consacrée à l'analyse de la dynamique d'évolution des interactions entre l'Etat et la société en matière sportive au cours des dernières décennies. Elle tentera de mettre en évidence "les incertitudes de l'Etat en action"5 confronté, différemment selon les périodes et les conjonctures à des contraintes, à des remises en question inattendues, à des modifications de comportements à l'égard des pratiques physiques, à l'émergence et à l'affirmation d'enjeux parfois mal compris par des responsables politiques et leurs interlocuteurs traditionnels au sein de la société civile. La conclusion portera sur quelques enseignements susceptibles d'aider à la définition d'objets d'étude dans le domaine de la sociologie politique du sport.

1. Des approches théoriques et militantes

  • 6 Sur les rapports homologiques entre les principes démocratiques et ceux mis de l'avant par l'idéol (...)

7De façon très schématique, on peut considérer que l'intérêt des universitaires pour le sport en tant que fait social et politique digne d'étude est contemporain de la reconnaissance de ce domaine comme un droit social, impliquant donc l'intervention de la puissance publique, seule en mesure, dans la perspective de l'Etat-Providence, de contrer les inégalités d'accès à cette activité sociale. Et l'ouvrage de J. Meynaud s'inscrit bien dans une compréhension de l'action des pouvoirs publics, marquée certes par les influences divergentes et parfois opposées de groupes de pression, mais orientée vers la réalisation de l'intérêt général, dont l'accès aux pratiques sportives n'est pas le moindre élément. Cette conception d'un état, garant de l'intérêt général et du sport relevant d'une mission de "service public", s'inscrit dans le processus historique de développement de l'action régulatrice de l'Etat dans des domaines de la société civile auparavant laissés à l'initiative privée (la scolarisation, les transports, les loisirs,..). Ainsi s'affirme dans le domaine sportif le principe républicain d'égalité d'accès, ce secteur se prêtant bien à l'affirmation de l'égalité des chances6.

  • 7 Le no 43 des Cahiers du centre d'étude et de recherche marxiste, intitulé "Activité physique, éduc (...)

8D'autres analyses en France, se référant à la théorie marxiste de la société et de l'Etat mettent en exergue eux aussi, la nécessaire intervention du politique en matière sportive pour contrer les inégalités sociales inhérentes aux sociétés capitalistes. Cependant, selon cette approche, les actions en faveur des classes populaires ne peuvent être obtenues que sous la pression des mouvements sociaux et de façon centrale du mouvement ouvrier7.

  • 8 Le no 43 de la revue Partisans sous le titre "Sport, culture et répression" inaugure en 1968 la di (...)

9A cette conception d'un pouvoir politique contraint de répondre, partiellement, aux revendications populaires en faveur de la "démocratisation du sport", un autre courant d'analyse, lui aussi théorique et militant, a opposé à partir de la fin des années soixante une compréhension de l'Etat instrument d'hégémonie de la classe dominante, suscitant le développement d'institutions sociales — dont le sport —, ayant pour fonction de diffuser dans la société le mode de vie de la bourgeoisie et de l'imposer comme le seul "naturel" et désirable8.

  • 9 BOURDIEU P., "Comment peut-on être sportif ?", in Questions de sociologie, Paris : Minuit, 1980.

10Réfutant les deux thèses précédentes : l'affirmation d'une culture sportive autonome imposée par les classes populaires à la société bourgeoise et à l'Etat ; une société dominée par des institutions modelées par la culture bourgoise, les travaux de sociologie influencés par la démarche théorique de P. Bourdieu mettent l'accent sur le poids des conditions d'existence dans l'acquisition et la reproduction de dispositions à l'égard des pratiques sportives. Dans cette perspective, les agents de l’Etat participent — avec d'autres — à la définition de l'offre en matière sportive, offre partiellement modifiée, modelée par les évolutions de la demande sociale, elle-même orientée par la structure des positions sociales et les dispositions des agents qui en résultent. Le champ social des pratiques sportives, avec ses règles propres, s'inscrit donc dans le processus plus large de reproduction de la structure sociale, par intégration différenciée selon les positions des agents, de formes de pratiques et de significations du sport9.

  • 10 Les publications du Centre de droit et d'économie du sport de Limoges s'inscrivent dans cette pers (...)

11En parallèle à ces travaux centrés sur les cultures sportives, s'affirme au cours des années quatre-vingt une production universitaire qui analyse le processus d'intégration croissante du sport dans l'espace économique. Bien que n'ayant pas d'unité théorique par comparaison avec les travaux précédents, ces productions mettent l'accent sur le développement des échanges économiques générés par l'extension de l'espace des pratiques sportives, L'analyse de l'offre et de la demande sociale font ici place à celle de l'offre et de la demande de biens et de services dans le champ social du sport. Dans cette perspective, l'action de l'Etat est celle d'un agent à la fois producteur et régulateur de l'offre, selon le degré et la nature de ses engagements. Ces études analysent en particulier les processus de rationalisation de l'action entre le champ sportif et le niveau politique et elles y participent, dans la mesure où elles sont associées aux sciences de la gestion, répondant de ce fait à une demande de la part des responsables des organisations sportives10.

12Ainsi émergent des compréhensions fort différentes des rapports entre la société, le sport et l'Etat. Le sens et la portée des politiques sportives en particulier continuent de donner matière à contreverse. Elles sont, soit mises en exergue pour en souligner la nécessité (et les insuffisances), soit ramenées à l'action d'un agent parmi d'autres, dans le processus de développement de ce champ social.

  • 11 GRAMSCI A., Gramsci dans le texte, Paris : Edit. Sociales, 1975, op. cit., p. 577.

13Comment peut-on comprendre l'action de l'Etat et son impact sur la définition sociale du sport dans la société française ? On peut distinguer au plan de l'analyse, l'action de la société politique — "l'Etat au sens étroit" pour reprendre l'expression d'A. Gramsci11 — et celle de la société civile qui désigne l'ensemble des activités économiques, sociales, culturelles, idéologiques à l'oeuvre dans notre société.

14L'action du politique avec ses acteurs et ses moyens spécifiques se situe dans un processus constant de régulation des rapports sociaux — "l'intégration systématique" selon l'expression de H. Habermas. Mais l'action politique est aussi en même temps une action "pédagogique" de légitimation, tendant à rendre acceptable, voire désirable, l'ordre social produit, Ce niveau d’action étant celui de "l'intégration sociale" selon la distinction établie par Habermas.

15Cependant l'action du politique en matière sportive ne va pas de soi. Elle met en jeu des acteurs concrets, individus et groupes, qui se rencontrent et s'affrontent pour la définition des formes sociales acceptables, reconnues, valorisées. Dans ces interactions, les acteurs de la société politique, qui disposent de la légitimité démocratique des différents moyens d'intervention s'affirment au-dessus des contingences particulières, au nom de "l'intérêt général", celui de la nation ou de la collectivité. Pourtant, loin d'être déjà rationnelle en finalité ou en valeur selon la typologie de M. Weber, l'action de la société politique est faite d'incertitudes, d'hésitations, d'engagements partiels, fortement marqués par les enjeux conjoncturels.

16Car au-delà de ces incertitudes qui tiennent à "la compétence limitée" des acteurs sociaux (Giddens), et à la nécessaire prise en compte des conditions (contraintes et ressources) de l'action publique, l'intervention du politique sur l'espace social des pratiques physiques alterne entre des actions de coercition et la recherche de l'adhésion des acteurs de la société civile, les activités médiatrices prenant alors le pas sur l'imposition des règles explicites.

17Nous verrons dans la seconde partie comment s'est exercée l'action de la société politique dans l'espace sportif français au cours des dernières décennies.

2. Les dynamiques de l’Etat en action

18On peut utilement aborder l'analyse de l'intervention étatique dans le domaine des activités physiques et sportives sur la base de l'affirmation sociale du "droit au sport". L'émergence de ce droit est lui-même étroitement associé à la concrétisation du droit a l'instruction, à l'éducation, puis aux loisirs.

L'Etat et la démocratisation du sport

  • 12 Sur les expériences pédagogiques des années trente on peut se référer à P. A. ARNAUD, Les savoirs (...)

19C'est donc par l'éducation physique, avec la genèse d'une compétence spécifique de l'Etat au cours de la première partie du xxe siècle, que des pratiques physiques deviennent progressivement — avec de très grandes disparités selon les régions, les milieux, les écoles — un élément de la formation de la jeunesse dans les écoles primaires. Des actions expérimentales sous l'impulsion de responsables pédagogiques et médicaux12, ainsi que la mise en oeuvre partielle de choix politiques contribuent à doter progressivement l'Etat d'outils administratifs d'intervention en éducation physique mais aussi — sous le gouvernement du Front Populaire — en faveur du développement des pratiques sportives pendant le temps de loisir de la jeunesse.

  • 13 Les rédacteurs du programme d'action du C.N.R. y proclament leur intention de "rester unis après l (...)

20Pendant la période de l'Occupation, alors même que sous le régime de Vichy, "l'Etat français” poursuit son action d'encadrement de la jeunesse en faisant largement appel aux pratiques physiques, les revendications pour un accès élargi à l'éducation et à la culture trouvent dans le programme d'action "du Comité National de la Résistance" (C.N.R.), une expression fondée sur le principe de l'égalité des chances13.

  • 14 Sur l'éducation physique sous la période de Vichy on peut plus particulièrement consulter les trav (...)

21Le Comité Français de Libération Nationale, en mettant en place un service de la jeunesse et des sports et en émettant une ordonnance sur les conditions d'agrément des groupements sportifs (ordonnance du 2-10-1943), veut contrer symboliquement “l'organisme dit gouvernement de l'Etat français ou ses agents" qui depuis 1940 a mis en place une administration étatique qui contrôle étroitement l'action des fédérations sportives et les contenus officiels de l'éducation physique dans le cadre de "l'éducation générale"14.

  • 15 Sur l'analyse des prises de position du C.N.R. et de l'action du gouvernement provisoire on peut c (...)

22Le gouvernement provisoire du Général de Gaulle amorcera la mise en oeuvre de cette politique sociale en matière de pratiques physiques dans le cadre d'une direction générale de l'éducation physique et des sports au sein du ministère de l'Education Nationale. Les principes d'action de cette direction et leur application font cependant l'objet de tensions au sein de l'appareil d'Etat entre les tenants de conceptions différentes de l'éducation physique et du sport mais aussi, et surtout, rencontreront le scepticisme de responsables locaux confrontés aux priorités d'action des collectivités locales15.

  • 16 L'étude de J. DUMAZEDIER sur les pratiques de loisir dans la ville d'Annecy publiée sous le titre (...)

23Bien que la volonté politique de favoriser le développement des pratiques sportives au sein de la jeunesse ne résiste pas aux contraintes économiques et aux choix prioritaires de la "reconstruction", alors que se met en place la IVème République, le droit au sport affirmé comme droit social continue d'être entretenu et diffusé par les organisations se réclamant de la gauche communiste et socialiste, Cependant, les clivages entre socialistes et communistes, dans le contexte de la guerre froide qui s'installe, l'instabilité gouvernementale chronique de la IVème République ainsi que l'importance des problèmes de la décolonisation, sont autant de conditions défavorables à une relance d'une action politique d'envergure en faveur du développement de pratiques sportives en France, Sous l'égide des hauts fonctionnaires, c'est donc la gestion quotidienne des contraintes qui prévaut en matière d'éducation physique et de sport alors qu'une jeunesse plus nombreuse commence à affirmer un intérêt accru pour le sport dans la seconde partie des années cinquante. Quant aux populations adultes, dans le cadre des entreprises, des associations locales, des organismes de vacances (la 3ème semaine de congés payés est acquise en 1956) ou dans des groupes familiaux ou électifs, elles se familiarisent avec des pratiques physiques de loisir, partiellement à caractère compétitif, mais plus largement inscrites dans des perspectives ludiques et de bien-être16.

24En dépit de la relative inertie du politique en matière d'éducation physique et de sport qui se cantonne dans des mesures de soutien et d'accompagnement, les pratiques sportives organisées dans le cadre des fédérations connaissent une très nette progression au cours de la seconde partie des années cinquante (2,2 millions de licences en 1954, 2,5 millions en 1958, 2,8 millions en 1960), cette progression bénéficiant d'abord aux groupements scolaires et universitaires (+ 300 000 licenciés). En effet les pratiques sportives, au sens de pratiques compétitives, attirent environ le quart d'une classe d'âge ; les enquêtes sur ce point indiquent une grande stabilité depuis les années soixante des enfants du "baby boom" désormais en âge de s'intégrer au système des compétitions sportives. Cette pression démographique, articulée avec l'émergence d'une "culture juvénile" (E. Morin), dont le sport est partie prenante, est un élément essentiel de compréhension de l'action étatique des années soixante : sur le système éducatif, y compris l'éducation physique ; sur l'organisation des pratiques sportives au sein des clubs et des fédérations ; de même que sur la construction des équipements et la formation des cadres sportifs.

  • 17 A cet égard, le discours du Général de Gaulle le 4 septembre 1958 à Paris est significatif quand i (...)

25Cette politique globale de l'Etat en matière d'éducation physique et de sport va s'inscrire dans le cadre de l'action d'un Etat "moderne" dans lequel "efficacité" et "continuité" deviennent des maîtres mots, L'action du politique se plaçant explicitement dans une perspective de "progrès" tant sur les plans scientifique et technique qu'économique et social17. En matière de sport et d'éducation physique, les choix décisifs sont effectués dans le contexte et à la faveur de l'émoi que suscitent les piètres résultats des sportifs français aux Jeux olympiques de Rome en 1960. Dans ce cas la force de l'événement" intervient pour accélérer un processus, donner une tonalité particulière à l'action et renforcer l'adhésion des tenants d'une action majeure de l'Etat en matière de sport et d'éducation physique tout en atténuant la portée des protestations de ceux qui dénoncent cette politique.

  • 18 On peut se référer sur ce point à M. JAMET Pour une analyse sociétale des pratiques physiques en F (...)

26Sans entrer dans une analyse détaillée des actions menées par l'Etat au cours des années soixante18, on peut faire quelques remarques. L'action du politique sous la ve République ne s'est affirmée que progressivement après une période transitoire où la continuité l'emportait sur les changements. C'est ainsi que les instructions officielles de 1959 en éducation physique, bien plus que celles de 1945, sont marquées par l'influence des tenants d'une éducation physique "fondamentale" inspirée des préceptes de la Ligue Française d'Education Physique bien représentée au sein du corps des inspecteurs chargés de la préparation de ce texte. Les partisans d'une éducation physique à dominante sportive ne réussissent pas à se faire entendre alors que l'approche psychophysiologique du mouvement humain, développée par J. Boulch reçoit des échos favorables de la part de professionnels de l’éducation physique qui ne se satisfont plus des connaissances anatomiques et physiologiques ainsi que des principes moraux constituant l'ossature des instructions de 1959.

27Pourtant à la faveur de l'impact des Jeux de Rome, télévisés en direct pour la première fois en France, l'Etat va mettre en place une politique globale en matière d'éducation physique et de sport, par le biais d'une serie de mesures (législatives, règlementaires, organisationnelles) qui au fil des mois et des années va constituer un ensemble relativement cohérent et donner à la politique sportive française ce caractère unifié (hégémonique, diront certains) qui fera craindre à des acteurs et des observateurs de ce domaine un processus "d'étatisation du sport". Maurice Herzog (figure emblématique, vainqueur de l'Annapurna) Haut-Commissaire puis Secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports de 1958 à 1966, est amené à répondre à ces critiques et à ces craintes en précisant ce que doit être le rôle de l'Etat dans un système d'Etat-Providence (welfare state). Reprenant ses propos, J. Meynaud résume ainsi les termes du débat :

  • 19 MEYNAUD J., op. cit., p. 137-138.

Il est curieux, note Maurice Herzog, que le rôle exercé par l'Etat en matière d'éducation sportive soit réputé mauvais alors qu'il est généralement tenu pour bon au titre de l'éducation intellectuelle, On accepterait certes que l'Etat versât des subsides mais on lui refuse le droit d'apprécier les services rendus par les bénéficiaires à la collectivité nationale. En réalité, le système actuel ne donne pas à chaque citoyen une droit d'accès égal à la pratique sportive, Seul, l'Etat est en mesure de mettre fin à cette situation d'inégalité et d'organiser la pratique sportive sur une base qui écarte les divergences dues à l'inégalité des ressources ou à la variété des charges familiales et sociales19.

28Et J. Meynaud de soutenir la position ministérielle en ajoutant :

  • 20 MEYNAUD J., op. cit., p. 138.

pour reprendre une expression à la mode, la démocratisation du sport ne saurait être entreprise si l'on ne fait pas de cette activité un service public, Et il suffit de considérer les modalités et les résultats du sport commercialisé pour accorder un large crédit à cette proposition20.

29L'enjeu d'accessibilité aux pratiques sportives au-delà des conditions sociales est donc bien posé ici, à la fois par un responsable politique et par un observateur qui associe "sport" et "service public". Cependant, la mise en oeuvre du principe d'égalité des chances face aux pratiques sportives prend une forme spécifique au cours des années soixante.

  • 21 Cité par J. LE BOULCH in Face au sport, ESF, 1978, p. 226.

30Dans son "plan de rénovation du sport français" présenté au printemps 1961 aux membres du "Conseil National des Sports" nouvellement créé, M. Herzog avait défini les axes prioritaires de son action. Il s'agit — suite aux critiques suscitées par les résultats des Français aux J.O. de Rome — de redonner à la France un rang conforme à la place qu'elle occupe dans les relations entre les Etats, sur la scène sportive internationale, Pour ce faire, les fédérations bénéficiant de l'aide financière de l'Etat seront contrôlées dans leur action par un “observateur" nommé par le Haut-Commissaire. De plus, la préparation olympique est placée sous la responsabilité d'un délégué général également nommé (ce sera Marceau Crespin) et sera centralisée à l'Institut National des Sports. Au plan des infrastructures, un plan d'équipement sportif sera mis en oeuvre dans le cadre du IVème plan (61-65) afin de rattraper le retard accumulé dans ce domaine. Enfin la liaison devra se faire entre le sport à l'école et "le sport civil", en particulier dans le cadre de l'OSSU, avec le projet énoncé par le Haut-Commissaire d'une "reconversion des méthodes pédagogiques" en raison de la place accrue accordée au "sport à l'école"21.

31Les années suivantes sont celles de la concrétisation de cette politique qui associe explicitement trois objectifs : la généralisation de la pratique sportive dans le cadre scolaire, le développement du "sport civil", l'émergence d'une élite sportive susceptible de s'imposer sur la scène internationale. L'efficacité de cette politique est incontestable au cours des années soixante. Elle s'inscrit dans le paysage urbain avec la construction d'installations sportives ; elle permet au système éducatif de faire face en éducation physique, difficilement parfois, à l'afflux des jeunes scolarisés dans l'enseignement du second degré, elle permet d'améliorer l'encadrement sportif dans les clubs et enfin elle se traduit par un bilan en nette progression des résultats sportifs sur la scène internationale.

  • 22 Pour une analyse plus détaillée du contenu de l'Essai de doctrine du sport, on peut consulter J. M (...)

32En dépit d'oppositions internes — dans les fédérations, en éducation physique — l'adhésion de nombreux acteurs sociaux impliqués dans ce domaine est acquise à cette politique, renforcée encore par l'organisation d'une réflexion des responsables sportifs sur les significations du sport, qui aboutira à la publication, en 1965, de "l'essai de doctrine du sport", largement diffusé dans les milieux sportifs et même au-delà du cercle des spécialistes. La rédaction du texte est placée sous l'égide de Jean Borotra. Il constitue un discours global de légitimation de la pratique sportive comme modèle de pratique physique dans une société industrielle et urbaine, que ce soit dans une perspective éducative, d'entretien et de loisir, de confrontation, de haute performance ou encore de spectacle. Il contribue ainsi à conforter l'action gouvernementale et à renforcer sa position de premier plan dans la structuration de ce domaine de la vie sociale22.

Des processus de rationalisation de l'action publique

33Cette action organisatrice et de légitimation menée par l'Etat dans le champ de l'éducation physique et du sport ne résistera pas cependant aux effets conjugués des mouvements de contestation de la fin des années soixante et de la première partie des années soixante-dix ainsi qu'à l'émergence puis à l'aggravation de difficultés économiques.

  • 23 De 1970 à 1973 la progression moyenne du budget global de la Jeunesse et des Sports a été de 9,3 % (...)

34Après avoir officialisé l'objectif des cinq heures d'éducation physique dans le second degré par les instructions de 1967, après avoir instauré le tierstemps pédagogique dans le primaire en 1969 qui prévoit six heures d'éducation physique, les responsables gouvernementaux sont rapidement confrontés aux limitations budgétaires. Ainsi s'établit un décalage entre des énoncés de politique, ambitieux en matière d'éducation physique et des moyens financiers en progression insuffisante pour faire face à la multiplication des attentes23. Ce décalage amène les principales organisations de gauche, en éducation physique, en sport et en plein air, à lancer le mot d'ordre "du doublement du budget" de la Jeunesse et des Sports à l'occasion des "Assises nationales de l'éducation physique, du sport et des activités de pleine nature" au printemps 1970.

  • 24 Circulaire du 01 juillet 1972.
  • 25 Décret du 15 juin 1972.

35Ce qui était décalage devient fracture lorsque l'Etat annonce en 1972 — après avoir réduit "provisoirement", l'année précédente, l'horaire d'éducation physique à trois heures dans les collèges et à deux heures dans les lycées — sa décision de compléter l'horaire d'éducation physique par "un enseignement sportif" permettant " d'offrir à des scolaires ou des non-scolaires une initiation sportive déjà plus spécialisée, débouchant normalement sur la pratique sportive organisée par les associations et fédérations sportives". Cet enseignement sportif sera confié à des "Centres d'animation sportive" (CAS) et aux écoles de sport, dans le cadre de l'enseignement optionnel à l'école. Il ferait ainsi la jonction "avec les deux dernières catégories de pratiques (les deux premières étant "l'éducation physique", "l'enseignement sportif") : celle orientée vers "la haute compétition", "la performance", pouvant déboucher sur un engagement total quoique temporaire dans la vie sportive" ; celle orientée vers "la détente", adaptée aux "différents âges", pratiquée sous forme “compétitive ou non" correspondant aux "goûts" et aux "talents" de chacun24. Ainsi est dessinée une vision globale de l'activité physique pratiquée à toutes les étapes de la vie. Mais c'est surtout l'intention gouvernementale de faire réaliser un enseignement sportif hors de l'école avec l'aide de cadres techniques des fédérations sportives — ils peuvent se prévaloir d'un diplôme d'Etat avec l'instauration d'une formation placée sous l'égide de la Jeunesse et des Sports25 — qui mobilise l'attention et les réactions des professionnels de l'éducation physique. Le courant "Unité et Action", proche de la gauche communiste, qui dirige désormais le SNEP (Syndicat National de l'Education Physique) et fort de ses 6 000 membres sur 17 000 enseignants en EPS, mobilise ses adhérents contre la mise en place des CAS et pour l'obtention de "2 000 nouveaux postes à la rentrée" (en 1972). Ainsi, le système d'action en faveur d'une éducation physique fondée sur le sport qui avait associé de fait les responsables gouvernementaux et les organisations sportives de gauche au cours des années soixante, ne résiste pas aux actions de rationalisation menée par l'Etat au cours de la décennie suivante.

  • 26 Selon des enquêtes réalisées par la Jeunesse et les Sports, 30 % des enfants des écoles primaires (...)
  • 27 À partir de 1970, la revue EPS consacre un dossier régulier au "tiers-temps pédagogique".
  • 28 Les "sports-études" et l'INSEP, avec son secteur formation, sont mis en place au cours de cette pé (...)
  • 29 Conseil Economique et Social, Les différents aspects d'une politique de développement des activité (...)

36Cet effort de rationalisation porte sur l'éducation physique dans le primaire par la mise en oeuvre échelonnée — bien qu'incomplète — de pratiques, en progression quantitative26 et qualitative grâce à l'action des conseillers pédagogiques, au développement de publications en éducation physique destinées a l'école primaire27. Dans le second degré, dans un climat d'opposition et d'incertitude, c'est la réorganisation des ressources disponibles qui l'emporte, avec la normalisation des trois heures et des deux heures d'EPS respectivement dans les collèges et les lycées, en 1978, et la réduction de trois à deux heures du forfait hebdomadaire reconnu aux enseignants pour l'animation de l'association sportive scolaire, sous l'égide de J.P. Soisson. Par ailleurs cette période est celle de la reconnaissance par l'Etat d'une nécessaire action de formation et d'aide financière en faveur des sportifs de haut niveau28. Cette action semble d'autant plus nécessaire aux responsables gouvernementaux et des fédérations sportives que les résultats obtenus par les sportifs français sur la scène internationale, en particulier olympique, ne font que régresser au cours de cette période. Ce qui amènera M. Crespin à écrire dans un rapport soumis au Conseil Economique et Social que dans le domaine du sport d'élite, la représentation nationale est en jeu dans un système de concurrence exacerbée entre les Etats ; la France ne peut se désister en raison de l'impact de ces compétitions, elle doit donc prendre les moyens de la réussite sans tomber dans la logique des pays à "sport d'Etat". Pour réussir, il faut procéder rationnellement, scientifiquement, tant dans le dépistage des athlètes que dans leur formation, leur préparation et leur réinsertion sociale29.

  • 30 Arrêté du 10 octobre 1978.

37La représentation nationale sur la scène sportive internationale reste donc au coeur des préoccupations gouvernementales. La mise en place d'une commission de concertation puis d'une "commission de sport de haut niveau, chargée de préparer les mesures à prendre en faveur du sport de haut niveau, spécialement en ce qui concerne l'élite susceptible de participer aux Jeux olympiques"30 dans laquelle les représentants de l'Etat ont voix prépondérante, illustre l'importance qu'accordent les responsables politiques à cet enjeu. Paradoxalement le "laisser faire" du gouvernement français à l'occasion des Jeux olympiques de Moscou reflète l'intégration de la politique du sport de haut niveau dans la stratégie internationale du gouvernement français. En effet, à la suite de l'invasion de l'Afghanistan pour les troupes soviétiques, le président américain J. Carter avait choisi de riposter en interdisant aux athlètes de son pays de participer aux Jeux de Moscou, et en pressant les pays alliés de faire de même. Le président V. Giscard d'Estaing, favorable au maintien de contacts diplomatiques étroits avec l'U.R.S.S. et connaissant l'attachement de la grande majorité des fédérations à la participation aux J.O., adopta une position officielle de "laisser faire" qui lui permit de ménager la susceptibilité américaine tout en favorisant la représentation française aux Jeux de Moscou.

38Ce cas, loin de mettre en exergue l'affirmation de l'autonomie des fédérations sportives, met plutôt en évidence la capacité des acteurs politiques à inclure le sport de haut niveau dans leur stratégie, dès lors que la représentation française sur la scène internationale est en jeu. Les grands événements sportifs internationaux sont, plus que jamais, affaire d'Etat.

39Ainsi, au cours des années soixante-dix, pour les responsables politiques nationaux, l'affirmation de la France sur la scène internationale d'une part, l'apprentissage des pratiques et des règles sportives à l'école d'autre part, restent les deux piliers de l'action gouvernementale.

  • 31 La loi relative au développement de l'éducation physique et du sport, 29 octobre 1975.

40La loi de 1975 "relative au développement de l'éducation physique et du sport"31 s'inscrit bien dans cette perspective. Plus qu'une loi de "développement" par laquelle l'Etat aurait tenté d'imprimer une impulsion et des orientations nouvelles dans ce domaine de la vie sociale, la loi "Mazeaud" s'avère être un texte "d'organisation" où la rationalisation des fonctions institutionnelles existantes l'emporte nettement sur la définition de nouveaux espaces d'action, D'ailleurs le développement des contraintes économiques et politiques (émergence d'une crise économique structurelle et renforcement de l'impact politique de l'Union de la Gauche), de même que l'échéance proche des Jeux olympiques de 1976, ne favorisent pas un débat plus large sur l'évolution sociale et culturelle des pratiques physiques dans la société française.

  • 32 Troisième loi de programme d'équipements sportifs et socio-éducatifs, 1971.

41Pourtant, le processus d'élargissement de l'espace social des pratiques physiques, par intégration d'activités physiques de loisir au sein des populations adultes et par la diversification des formes de pratiques n'échappe pas aux responsables gouvernementaux. Le "sport pour tous" (slogan du Conseil de l'Europe lancé en 1966 et repris par le Comité National Olympique et Sportif Français mis en place en 1972) devient une préoccupation gouvernementale et incite les responsables à infléchir la loi de programmation des installations sportives et de plein air32 en faveur d'équipements fonctionnels à usages polyvalents (après ceux classiques et parfois monumentaux des deux premiers plans) avec un accent mis sur le développement de bases de plein-air et de loisir ainsi que de centres aérés. Au plan des utilisateurs, priorité est donnée aux associations et, pour la première fois, aux handicapés, avec ce que cela implique dans l'aménagement des accès aux installations.

42Ainsi se dessine une triple orientation :

  1. réaliser des équipements moins coûteux ;
  2. les adapter aux usages qui en sont faits et à leur évolution ;
  3. tenir compte des besoins et des aspirations exprimées par, différentes catégories de la population.

Des contestations sociales et politiques

43Cependant la politique gouvernementale en faveur d'un accès élargi aux activités physiques de loisir reste embryonnaire. Ce n'est pas l'intégration du Secrétariat d'Etat à la Jeunesse et aux Sports au sein d'un ministère de la Qualité de la Vie dans le premier gouvernement du septennat de V. Giscard d'Estaing qui modifie les priorités, meme si elle indique l'émergence de préoccupations nouvelles au niveau politique, en réaction aux "nouveaux mouvements sociaux" (A. Touraine), Ces mouvements "qualitatifs" — auxquels sont particulièrement sensibles les classes moyennes — centrés sur des préoccupations de vie quotidienne, en particulier sur la maîtrise du cadre de vie (la qualité de l'environnement étant un élément central) posent aussi le problème de l'aménagement d'espaces naturels et urbains propices à l'exercice d'activités physiques ludiques et de santé. L'affirmation des femmes sur la scène publique a des effets sur l'émergence des remises en question des normes sportives particulièrement des normes compétitives, celles-ci étant plus adaptées aux ethos masculins qu'aux aspirations culturelles et sociales des femmes.

  • 33 Collectif, Sport et développement humain, Edition Sociales, 1975, p. 13.
  • 34 Ibid, p. 14.

44Mais ce sont surtout les organisations du mouvement social traditionnel, le mouvement ouvrier qui donnent le ton à la contestation de la politique gouvernementale en matière sportive. Dans l'ouvrage collectif Sport et développement humain, S, Goffard dénonce la manoeuvre gouvernementale qui "fait diversion et se pare de plumes démocratiques en arguant d'un prétendu'sport pour tous's'appuyant sur la prise de conscience individuelle et un état d'esprit dit'sportif'"33. Plus loin, il condamne la double orientation que prend, selon lui, le sport en France : d'une part le "culte des grandes rencontres, des vedettes...", d'autre part le développement d'une "propagande (toute verbale et sans financement) sur l'activité de loisirs, orientée vers l'entretien de la condition physique individuelle, par un certain standing personnel de l'individu "en forme" s'adonnant à des plaisirs "naturels" et "beaux"34.

  • 35 LE JOLIFF G., Le sport est à tout le monde, Editions Sociales, 1981, p. 50.

45Ainsi face à un "sport populaire" parce que contrôlé par les organisations du mouvement ouvrier, se développent selon les responsables de la FSGT des "pratiques individuelles" qui ne sont pas toujours délibérément choisies, mais qui, souvent correspondent à l'absence de solutions collectives et au manque de moyens des associations sportives et des collectivités locales ou d'entreprises ; en ce sens, ces pratiques dites nouvelles sont profondément le produit de la crise de la société. Organiser ces pratiques est actuellement un enjeu de luttes entre le mouvement associatif (pas seulement sportif) et le secteur commercial largement favorisé par l'Etat35.

  • 36 Collectif, Sport : l'autre politique des activités physiques, Club socialiste du livre, p. 42.

46De leur côté les socialistes ne se veulent pas en reste sur ce front politique et mettent également l'accent sur le caractère éducatif de l'association. Dans une proposition de loi qui synthétise sa position en matière "d'activités physiques" le parti socialiste réaffirme nettement que pour lui "les associations favorisent l'expression volontaire d'un projet éducatif spécifique et suscitent la prise en charge collective d'une action éducative de transformation"36.

47L'arrivée "surprise" de la gauche au pouvoir à l'occasion des élections présidentielles de 1981 va amener les nouveaux gouvernants à confronter leurs positions aux contraintes du moment et à révolution des conditions économiques et sociales.

Une nouvelle répartition des pouvoirs

48La volonté réformatrice des socialistes va essentiellement se concrétiser dans le domaine de l'éducation physique lorsque l'Etat — répondant favorablement à une ancienne revendication syndicale — rattache ce secteur au ministère de l'Education Nationale (il dépendait préalablement de la Jeunesse et des Sports), Ce rattachement n'est pas seulement symbolique, il s'accompagne d'une relance de l'intégration universitaire de la formation en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS). Après l'instauration du Deug et de la licence STAPS respectivement en 1975 et 1977, l'Etat avait refusé d'aller plus loin dans cette voie, Le nouveau gouvernement habilite les formations de maîtrise et de doctorat à partir de 1982. De plus le concours d'agrégation est instauré en éducation physique, qui trouve également une place à l'Institut National de Recherche et de Documentation Pedagogique.

49Tous les signes extérieurs de la reconnaissance de l'éducation physique comme discipline d'enseignement et secteur de recherche universitaire sont donc réunis, donnant aux professionnels de ce secteur une nouvelle "sécurité", éventuellement de nouvelles perspectives de carrière.

50Dans le même temps l'Etat relance massivement (mais provisoirement) le recrutement des professeurs d'éducation physique (1 200 postes créés en 1982) tout en interrompant la formation des professeurs adjoints dans les CREPS. Enfin le ministère de l'Education Nationale rétablit le forfait de trois heures hebdomadaires reconnues aux enseignants d'éducation physique pour l'animation du sport scolaire.

  • 37 Loi du 16 juillet 1984.

51Par ailleurs les énergies des responsables politiques — sous l'autorité d'E. Avice, Secrétaire d'Etat dans l'éphémère ministère du Temps Libre — sont très tôt mobilisées par la préparation d'un nouveau projet de loi, destiné à se substituer à la "loi Mazeaud". Initié dans un climat de réforme, le texte législatif n'aboutit que deux années plus tard, alors que les contraintes politiques et économiques ont mis à mal les volontés réformatrices de la gauche au pouvoir. Ainsi, à l'image du texte abrogé, la loi "relative à l'organisation et à la promotion des activités physiques et sportives"37 est bien plus un texte "d'organisation" que de "promotion", Dans l'enseignement du second degré l'exclusivité de compétence est reconnue aux “personnels enseignants d'éducation physique et sportive". Dans le premier degré les instituteurs peuvent se faire aider par un "personnel qualifié et agréé". En dehors du cadre scolaire les dispositions réglementant l'exercice rémunéré de l'enseignement des activités physiques et sportives sont reprises de la loi précédente et mises à jour (articles 43 à 49). Quant aux organismes traditionnellement en charge du développement et de la régulation des activités physiques et sportives — les fédérations — elles voient se substituer un système "d'agrément" à ceux de "délégation" ou "d'habilitation", les fédérations unisport conservant seules la compétence d'assurer la représentation sportive française dans les grandes compétitions internationales.

52Pour l'essentiel, les réformes apportées par la nouvelle loi portent sur le statut des sportifs de haut niveau et le cadre juridique du sport-spectacle, confirmant ainsi la situation spécifique de reconnaissance sociale acquise par les premiers et l'intégration croissante des pratiques de spectacle dans la logique économique. Pour les sportifs de haut niveau, sept articles (26 à 32) sont consacrés à définir les conditions d'octroi de ce statut, de formation et d'insertion professionnelle, Pour les groupements participant "habituellement à l'organisation de manifestations sportives payantes", elles se voient offrir le choix de se constituer en "société d'économie mixte" ou en "société à objet sportif", nouvelle formule juridique créée pour la circonstance (articles 11 à 15).

53Afin d'institutionnaliser des biens organiques entre l'Etat central et les organisations impliquées dans le développement du sport au sein de la société civile, la loi prévoit en outre la mise en place d'un Conseil National des Activités Physiques et sportives, et, pour promouvoir une politique de recherche, d'un Comité National de la Recherche et de la Technologie. Si ces articles restent lettre morte au cours des années suivantes, il n'en est pas de même du CNOSF dont les attributions sont désormais inscrites dans la loi (article 19) et qui voit sa position renforcée, d'autant qu'il aura à co-gérer avec les représentants de l'Etat les fonds provenant du "loto sportif" instauré par la loi des finance de 1985.

  • 38 BOUQUIN C. et al. Le service public des APS, édit, revue EPS, 1985, p. 281.

54Ainsi le CNOSF — et son président N. Paillou élu en 1982 grâce à une modification judicieuse des règles de représentation38, favorable à la nouvelle majorité gouvernementale — acquiert des pouvoirs significatifs dans la définition des objectifs d'utilisation de ces moyens financiers. Ce déplacement partiel des capacités d'orientation des politiques sportives vers les organisations sportives va s'accentuer par la suite sous l'influence de facteurs de nature diverse.

55Un élément d'explication, et non des moindres, est le processus de professionnalisation de l'action menée par les fédérations sportives qui font désormais appel non seulement à des cadres techniques mais aussi à des gestionnaires professionnels. Soumis à des règles d'efficacité, les dirigeants sportifs entrent désormais en concurrence avec les responsables administratifs de l'Etat pour la définition des légitimités d'action dans le domaine du sport. Ce glissement de légitimité est facilité — c'est un second élément d'explication — par les modifications de significations sociales associées aux résultats sportifs sur la scène internationale, Ces évolutions sont partiellement conjoncturelles — le boycottage des Jeux de Moscou par les Etats-Unis et les pays alliés, auquel répond celui des Jeux de Los Angeles par l'U.R.S.S. et ses propres alliés, ont fortement contribué à relativiser l'impact du nombre de médailles obtenues par les représentants nationaux. Les points de comparaison n'existent plus, Mais plus profondément "la santé du sport français" appréciée depuis les années soixante, sous l'impulsion de l'Etat, à l'aune du nombre de médailles, est désormais perçue beaucoup plus, par nombre d'individus, en fonction de leur propre implication dans des pratiques physiques, souvent éloignées dans leurs significations et leur contenu du modèle sportif.

56Ce déplacement des significations du sport, qui accompagne le développement de la participation sportive, en particulier au sein de populations adultes dont le poids démographique ne fait que s'affirmer, est encore renforcé par une autre dynamique qui touche au pouvoir de l'Etat : l’instauration et la mise en oeuvre des lois de décentralisation au cours des dix dernières années.

  • 39 Loi du 22 juillet 1983.
  • 40 Pour plus de précision sur ce point, on peut se reporter à l'article de G. BOULIAUD “Installations (...)

57Bien que "le sport" ne soit pas explicitement prévu dans la loi de décentralisation de 1 98339, il devient compétence partagée avec les collectivités territoriales, tout d'abord par le biais de l'école et plus précisément par transfert de régime de propriété des biens mobiliers et immobiliers des établissements scolaires. Par étapes, l'Etat a été amené à préciser les compétences des collectivités territoriales dans ce domaine40.

58Mais le déplacement de compétence ne se limite pas aux installations sportives, il se réalise aussi de fait — la loi de 1984 le prévoit — dans les interventions en éducation physique à l'école primaire. La mise en œuvre en 1994 de "la filière sportive des collectivités territoriales", en application de la loi de 1984 (modifiée en 1987) sur la Fonction Publique Territoriale va contribuer à systématiser plus encore l'intervention "d'éducateurs” et de "conseillers" territoriaux dans l'éducation physique des enfants de l'école primaire, De plus la politique d'aménagement des rythmes scolaires, initiée par la circulaire "Chevènement-Calmat" en 1984, et reprise sous des dénominations différentes par les responsables ministériels suivants, accentue encore le rôle à la fois des collectivités et des associations locales dans la définition des pratiques légitimes imposées ou proposées à l'enfant.

  • 41 Pour de plus amples informations sur ces évolutions, on peut se référer à l'enquête menée à Brest (...)
  • 42 Selon une étude du ministère de la Jeunesse et des Sports citée par P. Bayeux dans La filière spor (...)

59L'action des collectivités territoriales — particulièrement des communes — ne se limite pas aux enfants des écoles primaires. Elle porte bien sur toutes les formes de pratiques physique qu'il s'agit de coordonner, directement ou par le biais d'associations, de promouvoir, par la mise à disposition des locaux, d'installations d'espaces appropriés, d'encadrer par la mise à disposition et la formation de cadres techniques et pédagogiques, de planifier et de gérer au plan des infrastructures. Tous les types de public s'adressent désormais aux communes pour avoir un accès régulier ou occasionnel à des pratiques qui sont orientées vers l'initiation sportive, l'entraînement, la performance de haut niveau, le spectacle, mais aussi de plus en plus vers l'entretien physique, la quête de sociabilité et d'activités ludiques41. Il n'est donc pas étonnant que le financement du sport par les municipalités ait crû de 73 % en francs constants au cours des années quatre-vingt, avec un déplacement progressif des dépenses d'investissement vers celles de fonctionnement42.

Les incertitudes de l'Etat en action

  • 43 Loi du 13 juillet 1992 modifiant celle du 16 juillet 1984.

60Ce processus de "municipalisation" du sport tend donc à déplacer les significations et les enjeux du "national" vers le "local". Mais dans le même temps une autre dynamique — l'ouverture sur l'Europe et la perspective de la liberté de circulation des biens et des personnes au sein des pays de la Communauté initialement prévue pour 1993 — oblige les Etats-membres à se concerter dans le domaine de la reconnaissance des formations et des diplômes y compris dans le domaine sportif. Dans ce contexte, le système français de formation aux "métiers du sport" pose problème aux autres pays qui, pour la plupart, n'ont pas de diplôme équivalent à celui des brevets d'Etats. C'est ainsi que le gouvernement est amené à légiférer dans le sens d'un assouplissement des conditions d'enseignement, d'encadrement ou d'animation contre rémunération, dans le domaine sportif43. Le problème de la formation des intervenants professionnels dans ce secteur est d'ailleur, l'un de ceux qui restent sans solution politique au cours des années quatre-vingt et encore actuellement.

61Si l'intégration administrative des enseignants d'éducation physique au ministère de l'Education nationale ainsi que les mesures d'intégration universitaire des STAPS ont eu des effets bénéfiques sur l'affirmation de l'identité professionnelle des enseignants de ce secteur, elle a par ailleurs favorisé le développement de deux formations concurrentes, en particulier dans le champ du loisir et du "management" sportif ; l'une en développement dans les universités (essentiellement les UFR STAPS), l'autre en réorganisation sous l'égide de la Jeunesse et des Sports par la transformation des contenus de formation de certains brevets d'Etat (comme le MNS qui devient BEESAN) ou la création de nouveaux diplômes (comme le BESAPT) destinés à répondre à l'évolution du marché. L'absence de coordination systématique entre les ministères concernés, particulièrement celui de l'Education nationale et celui de la Jeunesse et des Sports, voire la concurrence à l'édification de diplômes spécifiques à ces deux entités gouvernementales n'a fait qu'accentuer la confusion dans ce domaine. Et la tentative de rapprochement qui avait donné lieu aux Assises Nationales des métiers du sport, organisée conjointement par les deux ministères en 1991, a été sans suite.

62Si la politique nationale de formation aux métiers du sport est confuse, il en est de même pour la politique de recherche, partagée, là aussi sans coordination, entre les laboratoires universitaires, ceux dépendant de la Jeunesse et des Sports, ceux liés au CNRS, sans parler des laboratoires d'entreprises.

63Il s'agit bien là de deux enjeux actuels pour les responsables politiques nationaux, Pourtant ce ne sont pas les seuls, et d'autres peuvent sembler plus urgents en raison de leur impact social immédiat, Le plus évident est le problème de la canalisation de la violence sociale qui s'exprime à l'occasion de spectacles sportifs, essentiellement en football. Le caractère ostentatoire de cette violence en direct, sous l'oeil des caméras, constitue une difficulté particulière pour les pouvoirs publics détenteurs du "monopole de la contrainte physique" (M. Weber) aux prises non plus avec des débordements épisodiques et isolés de supporters qui participent par ailleurs au processus de ritualisation d'une violence canalisée, réglée et symbolisée dans les spectacles sportifs, mais désormais avec une violence organisée, systématique, répondant à d'autres règles — anomique pour les responsables politiques et sportifs — qui constituent autant de simulacres de la violence ordonnée par les règles de la confrontation sportive.

  • 44 CASTELLAN M. et al. Les quartiers prioritaires et la politique de la ville, INSEE, 1992 cité par J (...)

64Si la violence des "hooligans" tend à devenir, à l'échelon national, un symbole de contestation, sans projet ni perspective d'un Etat incapable de sortir de la gestion des contraintes économiques et sociales et de susciter au sein d'une partie de la jeunesse des élans et des perspectives mobilisatrices, à l'échelon local le sport est — après une période de mise en question — de nouveau paré de toutes les vertus, pour maintenir ou reconstituer le lien social dans des zones urbaines où les situations sont cependant très différentes, selon les villes et selon les quartiers, J.P. Augustin, reprenant des éléments de l'enquête réalisée par l'INSEE, indique que 546 quartiers sont identifiés comme étant dans une condition de détresse. Au sein de ces quartiers, les situations sont encore loin d'être uniformes : "la majorité d’entre eux ne fait que refléter le déclin économique de l'agglomération où ils sont situés, mais 150 présentent le profil de "vrais lieux d'exclusion" et parmi eux, une trentaine cumulent les handicaps et apparaissent comme les plus problèmatiques44.

  • 45 Ces actions initiées se sont orientées vers l'animation de quartier et depuis 1991, vers la constr (...)
  • 46 AUGUSTIN J.-P., "Relégation urbaine et pratiques sportives", op. cit., p. 216.

65Les opérations "anti-été chaud" impulsées par le ministère de la Jeunesse et des Sports et organisées par les collectivités locales45 constituent autant de tentatives de régulation d'une violence sociale quotidienne qui prend parfois des formes exacerbées et destructrices, lors d'occasions diverses ; l'intervention parfois maladroite ou répressive des "forces de l'ordre" n'étant pas la moins importante, Dans ce processus de déligitimation d'un ordre social au sein d'une partie de la jeunesse, la question de l'adhésion à un système démocratique se pose de manière aigüe pour ceux que l'absence de travail et de prespectives touche de plein fouet. Si les pratiques sportives peuvent aider certains à reconquérir “une bonne image d'eux-même, de savoir qu'ils peuvent progresser et s'associer à d'autres dans un projet commun"46, il ne s'agit la cependant que d'opérations "d'urgence".

66L'enjeu de définition d'une politique sportive globale de la ville s'impose donc avec d'autant plus de force. Elle ne peut relever uniquement des collectivités territoriales. Elle ne peut se limiter — sans sous-estimer leur importance — aux activités scolaires, para-scolaires, associatives et d'animation de quartier. Elle doit intégrer la nécessité d'aménagement d'espaces adaptés à des pratiques de loisir et de santé ; elle doit par ailleurs intégrer les enjeux d'affirmation du sentiment d'appartenance à une collectivité ; les rencontres sociales organisées, et pas seulement sous l'angle des spectacles sportifs, ayant leur rôle à jouer dans cette perspective.

3. Les types d'action du politique et des enjeux structurels

67Pour conclure sur les enseignements susceptibles d'être dégagés des développements précédents, deux éléments peuvent être mis en évidence, Le premier porte sur les types d'intervention de l'Etat dans l'espace social des pratiques sportives. Le second a trait à la permanence de certains enjeux qui traversent l'évolution historique des politiques sportives en France, mais font l'objet de renouvellement en fonction des conditions et des situations.

68Sur les types d'intervention de la société politique en matière sportive, une première forme d'intervention de l’Etat porte sur le soutien (direct et indirect) au développement des pratiques physiques dans la société. Ce type d'action prédomine dans l'après-guerre sous la IVème République alors que les efforts de la planification étatique sont concentrés sur des objectifs de "reconstruction" puis de "modernisation". Dans ce schéma, les politiques spécifiques en matière d'éducation physique et de sport restent secondaires, elles accompagnent le développement — ou la stagnation — du secteur considéré en laissant l'initiative aux acteur de la société civile.

69Le second type d'intervention de l'Etat est une action de définition et de mise en oeuvre des orientations majeures dans un secteur, en l'occurence celui de l'éducation physique et du sport. Il implique l'instauration d'une politique globale où l'action d'orientation de l'Etat devient centrale. C'est le cas de figure esquissé à la Libération et développé au cours des années soixante où la politique sportive française s'articule autour de l'intégration des pratiques du sport de compétition comme activités de référence de toute pratique physique dans les institutions et le paysage français. Ce type d'action est partiellement coercitif mais il ne peut se réaliser sans le consentement actif des principaux acteurs chargés de l'appliquer.

70Le troisième type d'action du politique répond à la complexification de l'espace social sportif. Il porte plus sur la régulation générale du domaine, à travers une répartition des pouvoirs, des compétences d'action. Les acteurs de la société civile se voient renforcés et confrontés dans leurs responsabilités et leurs capacités d'orientation d'une partie du champ considéré : les professionnels de l'éducation physique dans leur secteur, les cadres politiques, administratifs et techniques dans les fédérations sportives, les entreprises de biens et de services sportifs dans le leur. Ce retrait relatif de l'Etat n'implique pas d'ailleurs un désengagement du politique. Il s'agit plutôt d'une nouvelle répartition des pouvoirs et des responsabilités principalement vers les collectivités territoriales (en particulier les communes) et secondairement vers des structures supranationales, la Communauté Européenne, mais aussi le Conseil de l'Europe. Ce troisième type d'action s'est mis en place progressivement, par tâtonnements successifs, dans la société française des années soixante-dix et quatre-vingt. Il place constamment l'Etat en situation de régulation d'un espace social marqué par des évolutions rapides dans les comportements et les modes d'organisation. Il implique par ailleurs de développer et de trouver de nouvelles formes de médiation entre les responsables politiques et ceux de la société civile.

71L'affirmation de cet Etat médiateur dans un ensemble d'interactions complexifiées n'implique pas la disparition de certains enjeux dont la permanence contribue à structurer les rapports entre sport et politique.

72La "formation physique et morale" de la jeunesse reste sous la forme moderne d'une éducation physique essentiellement sportive, un enjeu national. Développer les compétences "corporelles", "motrices" ou "sportives" de la jeunesse, de même que lui faire acquérir un ensemble de valeurs et de normes de comportements susceptibles de favoriser son intégration sociale, demeure une responsabilité que l'Etat n'est pas prêt à abandonner en France, bien qu'il tende à la partager de plus en plus avec les collectivités territoriales. Si l'accès à l'éducation, et donc à l'éducation physique, en dépit de grandes inégalités persistantes, n'est plus au premier plan des préoccupations politiques, la qualité des contenus de formation mobilise désormais l'attention des agents de l'Etat investis dans ce domaine.

73De la même manière l'accès élargi aux activités physique de loisir a contribué à déplacer la question de la "démocratisation du sport" vers des enjeux plus qualitatifs liés d'une part à la place de ces pratiques sociales dans l'amélioration des conditions de vie, particulièrement en milieu urbain, et d'autre part à l'importance croissante qu'elles ont acquises tout d'abord au sein des classes moyennes, comme pratiques ludiques et de bien-être, du temps libre. Le politique — en particulier au niveau local — est directement impliqué dans la résolution de ces problèmes de condition et de qualité de vie.

74Si les significations ludiques et de santé associées aux activités physiques contribuent à redéfinir les enjeux d'accessibilité et de définition des pratiques légitimes, le problème de la violence sociale et de sa canalisation dans et par les pratiques et les mises en scène sportives reste un enjeu permanent posé aux responsables de la société politique et de la société civile. L'appel croissant aux pratiques sportives pour canaliser des énergies et favoriser l'apprentissage par la jeunesse des règles et des limites de la violence acceptable ou reconnue dans notre société, va de pair avec le développement de formes déréglées de la violence, en particulier à l'occasion des rituels que sont les grandes mises en scène sportives. Ainsi le spectacle de l'ordre et de la violence réglée peut se transformer en son contraire. L'enjeu de l'apprentissage et de la ritualisation des règles sociales par le sport s'avère être toujours un problème délicat pour le pouvoir politique dès lors qu'il s'agit de définir les formes et les degrés de la violence acceptables.

  • 47 Le débat actuel en philosophie politique entre les tenants d'une "démocratie républicaine" qui met (...)

75Le politique ne peut exercer durablement son pouvoir de régulation que dans la mesure où il réussit à affirmer la légitimité de son action — en éducation physique, dans le sport de compétition et de haut niveau, sur les pratiques de loisir, sur le sport-spectacle, Cette légitimité peut être remise en question au nom de philosophies politiques différentes47. Mais plus concrètement, elle est liée à la capacité du politique de faire accepter les règles sociales existantes, à l'occasion de mise en scènes ritualisées, mais aussi à travers la routine des pratiques de la vie quotidienne (Giddens). Eventuellement les acteurs du politique peuvent obtenir le consentement actif (Gramsci) des membres de la cité à l'égard d'un ordre qu'ils contribuent à construire et à reconstruire chaque jour. En l'occurrence, l'ordre social vécu dans l'exercice et les mises en scènes des pratiques sportives est bien celui d'une démocratie plus républicaine que libérale ; en France du moins, quand on analyse le processus historique de structuration de cet espace.

Notes

1 MEYNAUD J. Sport et politique, Edit. Payot, 1966.

2 Parmi une littérature abondante dans cette perspective, on peut citer l'ouvrage le plus achevé sur la question : BROHM J.M., Sociologie politique du sport, J.P. Delarge, 1976.

3 L'étude d'Y. LE POGAM, Démocratisation du sport : mythe ou réalité ?, J.P. Delarge, 1979, puis Sports et société, Paris : Vigot, 1981 sous la direction de C. Pociello, marquent bien ce déplacement d'intérêt vers les cultures sportives, de même que la thèse de J. DEFRANCE, publiée sous le titre de L'excellence corporelle, Presses Universitaires de Rennes, STAPS, 1987.

4 Les travaux et publications suscités par le "Centre de droit et d'économie du sport" de Limoges, en particulier Economie politique du sport, Dalloz, 1989, publié sous la direction de W. Andreff, illustrent bien la tendance actuelle à mettre l'accent sur l'analyse des rapports économiques et des politiques sportives.

5 JOBERT B., MULLER P. L'Etat en action, Paris : PUF, 1987, p. 35 à 49.

6 Sur les rapports homologiques entre les principes démocratiques et ceux mis de l'avant par l'idéologie sportive on peut se reporter aux travaux d'A. EHRENBERG. Le corps militaire : politique et pédagogie en démocratie. Aubier-Montaigne, 1983, "Aimez-vous les stades ? Les origines historiques des politiques sportives en France 18701930, ") - (Recherches, no 43, avril 1980.

7 Le no 43 des Cahiers du centre d'étude et de recherche marxiste, intitulé "Activité physique, éducation et sciences humaines" marque au milieu des années soixante ce souci de théorisation des luttes de classes dans le domaine du sport.

8 Le no 43 de la revue Partisans sous le titre "Sport, culture et répression" inaugure en 1968 la diffusion élargie de ce type d'analyse.

9 BOURDIEU P., "Comment peut-on être sportif ?", in Questions de sociologie, Paris : Minuit, 1980.

10 Les publications du Centre de droit et d'économie du sport de Limoges s'inscrivent dans cette perspective, de même que l'ouvrage intitulé Sport et management publié en 1993 sous la direction d'A. Lonet aux éditions Dunod.

11 GRAMSCI A., Gramsci dans le texte, Paris : Edit. Sociales, 1975, op. cit., p. 577.

12 Sur les expériences pédagogiques des années trente on peut se référer à P. A. ARNAUD, Les savoirs du corps, Lyon : PUL, 1983, p. 69 et suivantes.

13 Les rédacteurs du programme d'action du C.N.R. y proclament leur intention de "rester unis après la Libération" afin de mettre en oeuvre un ensemble de mesures politiques, économiques et sociales dont "la possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l'instruction et d'accéder à la culture la plus développée quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance mais de mérite et constamment renouvelée par les apports populaires" in. G, Dupeux, La France de 1945 à 1969, Paris : Armand Colin, 1969, Coll, U2, p. 126.

14 Sur l'éducation physique sous la période de Vichy on peut plus particulièrement consulter les travaux de J.-C. Gay-Lescot.

15 Sur l'analyse des prises de position du C.N.R. et de l'action du gouvernement provisoire on peut consulter la thèse d'Etat de M. JAMET : "Pour une analyse sociétale des pratiques physiques en France depuis 1945"... Université Toulouse-le-Mirail, 1989, tome II, p. 304-326.

16 L'étude de J. DUMAZEDIER sur les pratiques de loisir dans la ville d'Annecy publiée sous le titre Loisir et Culture, Seuil, 1966, donne de précieuses indications sur les significations de ces pratiques.

17 A cet égard, le discours du Général de Gaulle le 4 septembre 1958 à Paris est significatif quand il dit : "Ce qui, pour les pouvoirs publics, est désormais primordial, c'est leur efficacité et leur continuité. Nous vivons en un temps où des forces gigantesques sont en train de transformer le monde. Sous peine de devenir un peuple périmé et dédaigné, il nous faut dans les domaines scientifique, économique, social évoluer rapidement, D'ailleurs, à cet impératif répondent le goût du progrès et la passion des réussites techniques qui se font jour parmi les Français et, d'abord, dans notre jeunesse. Il y a des faits qui dominent notre existence nationale et doivent, par conséquent, commander nos institutions", in, G. Dupeux, La France de 1945 à 1969, op. cit., p. 251.

18 On peut se référer sur ce point à M. JAMET Pour une analyse sociétale des pratiques physiques en France depuis 1945, tome II, op. cit., p. 327-348.

19 MEYNAUD J., op. cit., p. 137-138.

20 MEYNAUD J., op. cit., p. 138.

21 Cité par J. LE BOULCH in Face au sport, ESF, 1978, p. 226.

22 Pour une analyse plus détaillée du contenu de l'Essai de doctrine du sport, on peut consulter J. Meynaud, op. cit., p. 144-147.

23 De 1970 à 1973 la progression moyenne du budget global de la Jeunesse et des Sports a été de 9,3 % alors que la croissance de l'indice des prix à la consommation était de 6,2 % en moyenne. De 1973 à 1979 le budget croît de 14 % en moyenne pour un indice de prix à la consommation en augmentation de 10,5 % (Sources : G. ENAULT et al. Le sport en France. Bilan et Perspectives. BerqerLevrault, 1979 et INSEE, TEF 88.

24 Circulaire du 01 juillet 1972.

25 Décret du 15 juin 1972.

26 Selon des enquêtes réalisées par la Jeunesse et les Sports, 30 % des enfants des écoles primaires ont entre 2 et 4 heures d'éducation physique en 72-73, en 80-81 la proportion s'élève à 60 % (Statistique temps libre. Jeunesse et Sports, 1982, p. 41).

27 À partir de 1970, la revue EPS consacre un dossier régulier au "tiers-temps pédagogique".

28 Les "sports-études" et l'INSEP, avec son secteur formation, sont mis en place au cours de cette période, de même que le fond d'aide aux sportifs de haut niveau qui débouchera sur la mise en place du FNDS.

29 Conseil Economique et Social, Les différents aspects d'une politique de développement des activités sportives..., Journal Officiel, Avis et rapports no 2, janvier 1978, 78 pages.

30 Arrêté du 10 octobre 1978.

31 La loi relative au développement de l'éducation physique et du sport, 29 octobre 1975.

32 Troisième loi de programme d'équipements sportifs et socio-éducatifs, 1971.

33 Collectif, Sport et développement humain, Edition Sociales, 1975, p. 13.

34 Ibid, p. 14.

35 LE JOLIFF G., Le sport est à tout le monde, Editions Sociales, 1981, p. 50.

36 Collectif, Sport : l'autre politique des activités physiques, Club socialiste du livre, p. 42.

37 Loi du 16 juillet 1984.

38 BOUQUIN C. et al. Le service public des APS, édit, revue EPS, 1985, p. 281.

39 Loi du 22 juillet 1983.

40 Pour plus de précision sur ce point, on peut se reporter à l'article de G. BOULIAUD “Installations sportives collectives locales et établissements publics locaux d'enseignement : collèges, lycées, in Revue Juridique et Economique du sport, no 24, 1993-1, p. 3 à 20.

41 Pour de plus amples informations sur ces évolutions, on peut se référer à l'enquête menée à Brest par P. LABBÉ et ali. Connaître les pratiques physiques et sportives... 2 tomes, ville de Brest ; 128 et 149 p., ainsi que les actes du colloque, Ville, sports et citoyenneté, Brest, novembre 1992.

42 Selon une étude du ministère de la Jeunesse et des Sports citée par P. Bayeux dans La filière sportive des collectivités territoriales, CNPF, juillet 1993.

43 Loi du 13 juillet 1992 modifiant celle du 16 juillet 1984.

44 CASTELLAN M. et al. Les quartiers prioritaires et la politique de la ville, INSEE, 1992 cité par J.P. Augustin in "Relégation urbaine et pratiques sportives", Sciences de la Société, no 30, LERASS, Toulouse.

45 Ces actions initiées se sont orientées vers l'animation de quartier et depuis 1991, vers la construction, avec la participation souhaitée des jeunes des quartiers, d'équipements sportifs "de proximité".

46 AUGUSTIN J.-P., "Relégation urbaine et pratiques sportives", op. cit., p. 216.

47 Le débat actuel en philosophie politique entre les tenants d'une "démocratie républicaine" qui met l'accent sur le rôle premier du politique et les tenants d'une "démocratie libérale" qui privilégié l'économique porte sur cette question.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540