Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

5. La pratique sportive dans son cadre spatio-temporel

L'expression identitaire de l'Ulster dans le monde du rugby irlandais

Jean-Pierre Bodis

Texte intégral

1Chaque année, la presse nationale donne une image bien floue du rugby irlandais à l'occasion de la rencontre du tournoi, avec des approximations qui touchent à la désinvolture, Il est vrai, l'opinion française se désintéresse bien de la matière : la force de l'ignorance, probablement.

2De fait, le monde du rugby irlandais semble bien peu cartésien avec ses obscurités et ses non dits. La Irish Rugby Football Union (IRFU) s'appuie sur quatre provinces, le Leinster de Dublin, le Munster de Cork et de Limerick, le Connacht de Galway et l'Ulster dont la capitale est Belfast. Elle est toujours unie, comme d'ailleurs la plupart des fédérations irlandaises malgré la scission en deux du pays au début des années 1920 entre l'Etat Libre (plus tard l'Eire, enfin la République) réunissant 26 des 32 comtés de l'ile et l'Irlande du Nord, une province constitutive du Royaume-Uni.

3Il faut d'emblée rappeler une précaution méthodologique. L'Irlande du Nord n'est pas l'Ulster dans sa totalité, Trois de ses comtés appartiennent à la République, Monaghan, Cavan et Donegal alors que Antrim, Down, Tyrone, Londonderry, Tyrone et Armagh constituent la province britannique d'Irlande. La branche d'Ulster de la IRFU gère les neuf comtés historiques. Il s'agit certainement de la seule province ovale du monde à s'étendre géographiquement sur deux pays : un arbitre de Belfast convoqué pour une rencontre à Letterkenny doit payer sa pinte de bière dans une autre monnaie que la sienne,

I - LE RÔLE MAJEUR DU RUGBY D'ULSTER DANS L'HISTOIRE DU RUGBY D'IRLANDE

1. L'Ulster

4Ce n'est pas à Belfast, ni en Ulster que le rugby est arrivé dans l'ile verte, mais à Dublin, au cours des années 1850. La matrice du rugby irlandais est le Trinity College des bords de la Liffey, grande université protestante fondée à la fin du xvie pour lutter contre les ténèbres papistes. La date revendiquée est 1854, ce qui semble quelque peu présomptueux. On peut reculer sans doute de quelques mois au moins la véritable entrée du jeu de la Rugby School.

5Belfast suivit le mouvement plus d'une dizaine d'années plus tard, Les membres du club de cricket du North of Ireland se mettent alors au rugby pour meubler le vide des mois d'hiver et se conserver en forme, D'où le nom officiel de la société du North of Ireland Cricket and Football Club. Après avoir joué entre eux, comme c'est toujours ainsi dans le monde au début du jeu, les membres du NICFC trouvent des partenaires avec les étudiants du Queen's College de Belfast, aujourd'hui la Queen's University, dont les premiers sont, pour l'essentiel, issus.

6En Ulster, comme ailleurs, le rugby porte donc la marque universitaire.

7Il faut noter aussi quelque acrimonie, voire sans doute de la jalousie, entre les deux grandes cités de l’île. Dublin, dit-on, est au début du xixe siècle, la plus belle cité d'Europe, Elle est fière de ses superbes ensembles architecturaux, le Trinity College, la maison des douanes ou "Customs House", le Palais de Justice (les Four Courts). Dublin apparaît bien aussi comme une superbe capitale intellectuelle. C'est elle qui abrita la première exécution publique du Messie de Haendel et le recteur de la paroisse anglicane des "Liberties" s'appela de longues années Jonathan Swift, Le monde britannique considère alors le Trinity College où enseigna notamment Berkeley, le philosophe de l'immatérialisme, à peu près de même qualité que Cambridge et Oxford. D'ailleurs le procédé "ad eumdem" constitue un contrat d'équivalence entre le Trinity College et Cambridge permettant des passerelles pour les étudiants des deux institutions.

8Dublin est aussi le siège du Vice-Roi qui réside au château au haut de Dame Street. La ville ne se limite pas au pouvoir politique. Elle possède aussi le magistère administratif. Certes, l'aristocratie a, à peu près, déserté les bords de la Liffey. Mais les services sont restés, juridiques d'abord avec les Inns of Courts, les avocats, les solicitors qui se comptent environ 1 200 vers 1850 et dont la compétence s'étend à toute l’île. Il y a aussi les maisons de commerce, et des industries assez prospères, surtout alimentaires, tenues par des familles protestantes, la brasserie (Guinness) et le whiskey (Jameson).

9Le visage de Belfast et de l'Ulster apparaît différent, La région présente des spécificités géologiques, géographiques, florales qui font d'elle un ensemble qui ressemble plus à l'Ecosse qu'au reste de l'Irlande. D'ailleurs des forêts puissantes ont, pendant longtemps, séparé l'Ulster des autres provinces de l’île.

10Pour ce qui concerne les hommes, l'Ulster présente une histoire particulière. La région assez fermée sur elle-même, assez enclavée comme on ne disait pas alors, demeura jusqu'au début du xviie, la plus catholique, la plus "nationale" de toutes jusqu'au début du xviie siècle. Mais les "Plantations", soit la colonisation de cette région rebelle par des colons écossais presbytériens, tenaces, industrieux et des anglais (d'où le changement de nom de Derry devenu Londonderry) firent, de l'Ulster catholique, la région la plus protestante de toute l’île.

11Il s'agit toutefois de prendre garde à ne pas imaginer un monde protestant unifié, unitaire, unanime. L'histoire garde le souvenir des frictions, voire des rancœurs des presbytériens envers les anglicans qui savaient profiter de la position de force que leur donnait le pouvoir de Londres, Mais, les progrès du nationalisme catholique entraînent une réduction évidente du fossé entre les diverses confessions protestantes. En tout cas, il faut relever que la majorité de la population est attachée sa foi, avec une marque de religiosité sincère qui se sent encore aujourd'hui.

12L'Ulster connaît au xixe un formidable développement économique, L'industrie du lin profite du coton et des cotonnades dues à la guerre de Sécession (1861-65) et la Queen's Island du port de Belfast abrite des chantiers navals parmi les plus vigoureux du monde. La société Harland et Wolff construit ainsi en même temps au début du xxe siècle trois bâteaux absolument insubmersibles. L'un d'eux s'appelle le Titanic.

2. Le rugby

13Dublin, en matière de sport, s'appuie sur les étudiants et anciens étudiants du Trinity College et les institutions secondaires constituent un vivier abondant où les rugbymen du lendemain sont formés. Il n'y a rien de bien différent à Belfast, mais sur un mode mineur. Le Queen's College (qui devient en 1908) la Queen's University ne peut pas se comparer ni en prestige, ni en nombre d’étudiants à l'université de Dublin.

14En revanche, l'importance de l'ovale scolaire est pour le moins aussi déterminante qu'au sud. A la différence que, en Ulster, les établissements catholiques ne pratiquent pas un ovale qui a un parfum trop anglais, Le rugby est le fait des établissements anglicans et presbytériens. Parmi les premiers, les Royal Schools remontent aux "Plantations" du début du xviie. Elles couvrent géographiquement le territoire de la province d'un réseau convenable : à Dungannon, Armagh, Enniskillen, Raphoe et Cavan. Les Academical Institutions de Belfast, Coleraine et Londonderry, elles, sont d'inspiration presbytérienne.

15Le rugby d'Ulster, en tout cas, manifeste depuis le début un vif désir de marquer son territoire. Ainsi, à l'initiative de Dublin de créer en 1874 une fédération de rugby, répond l'année suivante la formation à Belfast de la Northern Football Union of Ireland. Il fallut à peu près cinq ans pour aboutir à la fusion des deux instances dans la Irish Rugby Football Union (1879). Ce qui atteste des résitances locales et de la tentation de l'autonomie.

16Celle-ci est compréhensible, car le rugby du nord-est manifeste des spécificités différentes du reste de l’île. Il n'est pas limité à la grande ville et touche aussi les banlieues parfois lontaines avec des clubs actifs comme Lisburn, Bangor, Newtonards et Donaghadee. Et la province : outre Dungannon, Enniskillen et Londonderry où il est dû à la présence des écoles, il faut citer Ballymena, marché agricole et centre de services du comté d'Antrim.

17Ce rugby est protestant et orangiste. Comme le hockey sur gazon, il ignore à peu près le monde catholique. De fait, si les papistes ne sont pas totalement absents de la sélection provinciale, ils relèvent de l'exception. Les trois frères Ross appartiennent à une riche famille d'exploitants agricoles du comté de Down mais ils ont fait leurs études au Clongowes Wood College de Clane, près de Dublin, dirigé par les Jésuites. Et je connais un autre oiseau rare, Bertie O'Callaghan, sélectionné par la province au tournant du siècle, mais ce catholique avait reçu son éducation au Methodist College de Belfast.

18Le sport ne cache pas, non plus, son engagement politique, Le contexte est alors passionné. L'Ulster constitue un des enjeux politiques brûlants dans l'Irlande agitée par le problème de l'autonomie ou "Home Rule". Plusieurs fois, à la fin du xixe, la Chambre des Communes l'avait voté ; mais celle des Lords l’avait rejeté. Or, en raison du Parliament Act de 1911, cette dernière ne possède plus qu'un veto suspensif. Le "Home Rule", de nouveau voté par les Communes, doit entrer en application à l'été 1914. Or la majorité des hommes d'Ulster, en quasi-totalité protestants, n'en veut pas. Avec violence. En décembre 1913, les rugbymen des équipes premières des grands clubs de Belfast, North of Ireland, Queen's University, Collegians, Malone, décident de faire la la grève du rugby à partir du 1er janvier suivant. La pratique du ballon ovale cède la place au "drill", préparation militaire pour la guerre civile qui arrive. Et la Coupe d'Ulster n'est pas disputée en 1914. D'ailleurs, on compte beaucoup de rugbymen, et parmi eux, nombre d'internationaux qui s'engagent dans la Ulster Volunteer Force (paramilitaire) avant le mois d'août et participent ensuite aux combats de la Première Guerre mondiale dès son tout début. Puisque celle-ci repoussa à plus tard la mise en pratique effective de l'autonomie.

II - LE RUGBY D'ULSTER ET L'IRLANDE À LA RECHERCHE DE SON STATUT : L'ENTRE-DEUX-GUERRES

19La paix européenne revenue, le gouvernement britannique dut composer avec l'Ulster pour appliquer le Home Rule au reste de l'île. Celle-ci fut divisée en deux entités distinctes : 26 comtés à l'Etat Libre, plus tard l'Eire, aujourd'hui la République et 6 des 9 comtés d'Ulster à l'Irlande du Nord. Les deux parties n'allaient pas entretenir longtemps la fiction d'une séparation temporaire et celle d'une Irlande unique d'un point de vue politique, Mais, pour tous les sports à l'exception du football, les structures unitaires ne sont pas remises en cause : au cricket, au football, dans les activités de la Gaelic Athletic Association, en cyclisme et en boxe,., La branche du nord de la IRFU cohabite avec les rugbymen des autres provinces qui relèvent du nouvel état, le Leinster en voie de catholicisation rapide en matière d'ovale, le Munster, un des bastions du nationalisme sourcilleux irlandais et le Connacht, la Cendrillon qui pèse peu dans la vie du rugby au shamrock.

20Pourtant la fédération d'Ulster sait, par quelques initiatives réussies, toujours marquer sa place. Elle fait par exemple adopter par l'IRFU un nouveau drapeau dessiné avec le blason des quatre provinces constitutives, la harpe du Leinster, les trois couronnes du Munster, l'épée du Connacht et la main rouge d'Ulster, Ainsi, les Britanniques d'Irlande peuvent conserver, dans le cérémonial des rencontres internationales disputées à Belfast, l'Union Jack et le God Save the King. Elle fait aussi l'effort d'acquérir en 1923, un nouveau stade, certes exigu, Ravenhill. La capitale de l'Ulster réussit donc à conserver un statut international à la différence du Munster, Cork et Limerick.

21Les pressions de l'Ulster aboutissent aussi à bloquer une initiative du Connacht. Les dirigeants de Galway, dont plusieurs protestants, souhaitaient élargir leur base humaine. En proposant la pratique dominicale du rugby, elle s'ouvrirait ainsi aux pratiquants catholiques, par exemple aux anciens élèves des Frères de St Patrick. Or il existe alors en Irlande du Nord, un attachement profond au dimanche victorien que je serais porté à appelé écossais : en raison de la rigueur presbytérienne en la matière. Et puis accepter l'initiative amenait à une augmentation rapide de la catholicisation de l'ovale vert. Le Connacht fut prié insidieusement mais fermement de rester à sa place et en l'état.

22De fait, la politique de la branche de l'Ulster apparaît comme nettement conservatrice. Il n'y a, de sa part, aucun effort de diffusion. Elle se désintéresse de la terre de mission qui se trouve sous sa juridiction, soit les trois comtés qui appartiennent à l'Etat Libre. Et elle ne réagit pas à la fermeture de deux Royal Schools qui avaient pourtant des hommes à l'équipe au Shamrock, celles de Raphoe et de Cavan. On peut aussi relever l'absence de volonté de compétition avec le football qui a été adopté par la classe populaire de Belfast, les ouvriers des usines textiles et des chantiers navals, Bourgeois était le rugby, bourgeois, il reste. Enfin, il n'y a pas de contestation des activités de la Gaelic Athletic Association. La minorité catholique de la province a organisé ses activités sportives dans le cadre de la fédération nationaliste : football gaélique et hurling. Je ne connais pas d'effort pour attirer des papistes à l'IRFU.

23En revanche, les rapports avec les autres provinces montrent une collaboration loyale. Les clubs d'Irlande du Nord entretiennent d'excellents rapports, parfois affectueux avec ceux du sud. On peut prendre l'exemple de deux sociétés en apparence antinomiques : les Collegians de Belfast et Shannon de Limerick. La première est unioniste, universitaire, bourgeoise, protestante, de bon ton. La seconde, ouvrière, populaire, catholique, républicaine. En janvier 1926, Shannon effectue le déplacement de Belfast, Devant la chaleur de l'accueil, elle décide de déposer une gerbe au monument aux rugbymen morts pendant les combats de 1914-18, à Ravenhill. Il s'agit, de la part d'hommes qui considéraient que la guerre n'était pas vraiment la leur, d'un geste d'affection et de considération. Evidemmment, les rapports anciens demeurent, comme ceux entre le Trinity College de Dublin et la Queen's University de Belfast.

24Je ne connais pas non plus de tensions entre rugbymen du nord et du sud, notamment lors des rencontres internationales. Et pourtant, le monde de l'IRFU est en train de changer avec la montée en puissance des catholiques. Bective et Lansdowne à Dublin sont en train de perdre rapidement leur identité protestante et je connais même, en 1921, un sélectionné contre la France qui appartenait à la Irish Republican Army, objet de l'éxécration des Ulstériens du rugby. La sélection nationale constitue un monde fermé où ne pénétrent pas les tensions de l'heure.

III - LA PERTE PAR L'ULSTER DE SON STATUT DE PUISSANCE DANS LE RUGBY IRLANDAIS

La perte de symbole

25L'IRFU passa à coté d'un scandale majuscule en 1954. Les Ecossais devaient, le 27 février, venir disputer leur rencontre à Ravenhill, selon le cérémonial traditionnel. Or, les hommes en provenance de la République souhaitèrent marquer un grand coup. Il ne leur était plus tolérable de devoir se mettre au garde-à-vous sur la terre d'Irlande pour écouter le God save the Queen sous les plis de l'Union Jack. Ils ourdirent leur conspiration dans le train du jeudi qui les amenaient de Dublin : ils allaient faire la grève de l'hymne en entrant sur le stade après son exécution.

26La menace épouvanta les dirigeants de l'IRFU. Quelles en seraient les conséquences ? Le rugby d'Irlande n'allait-il pas sortir de l'aventure coupé en deux ? Que pourrait donner, dans l'arène internationale, une équipe de la République et une de l'Irlande du Nord ? Sans parler des tensions politiques renouvelées et lourdes de menaces d'affrontement et de sang…

27Les dirigeants eurent à improviser un compromis, Les joueurs ne causeraient pas de scandale. En revanche, Ravenhill n'accueillerait plus de rencontres internationales. Toutes les rencontres à venir se dérouleraient à Lansdowne Road à Dublin, sous les plis du drapeau tricolore, orange, blanc et vert, de la République après l'éxécution de la Soldiers Song violemment antibritannique et composée dans l'athmosphère passionnée qui suivit l'insurrection républicaine de Pâques 1916. Les mutins acceptèrent l'arrangement verbal. Rien, en effet, ne fut signé. Mais l'engagement a été scrupuleusement respecté. Depuis, les joueurs du Sud chantent l'hymne de leur pays alors que ceux d'Ulster gardent la bouche fermée, Pour trois raisons : ils n'en connaissent pas les paroles ; ils ne veulent pas les apprendre pour des raisons politiques qui relèvent de l'évidence ; ils courent le risque d’être, au mieux, incompris au retour chez eux s'il leur prenait, d'aventure, l'envie d'en apprendre le texte et de l'entonner avec leurs camarades.

28L'anecdote illustre bien la perte d'importance de l'Ulster à l'intérieur du rugby irlandais. Les hommes d'Ulster sont minoritaires dans les instances de l'IRFU dont le siège se trouve à Dublin. Et désormais, il ne fournit, les bonnes saisons, qu'environ un homme sur trois à la sélection au shamrock.

29D'ailleurs, la même constatation vaut en ce qui concerne les clubs. Depuis la saison 1989-90, existe un championnat, la All Ireland League, qui ignore la frontière. C'est le Munster qui monopolise les titres avec la prééminence des sociétés de Limerick, Ses trois grandes sociétés ont en effet remporté le titre, Garryowen, Young Munster et Shannon, Les deux meilleurs clubs d'Ulster, Dungannon et Ballymena font l'ascenseur entre la Première et la Seconde Division, Et les Instonians, le prestigieux North of Ireland, la Queen's University, Malone, la Church of Ireland Young Men's Society en sont réduits à rêver de gloire dans la boue des séries inférieures.

30Mais ce qui est vrai des clubs ne l'est pas des provinces. La sélection d'Ulster puise dans la singularité minoritaire humaine de la province un formidable état d'esprit. La sélection en maillot blanc décoré de la main rouge se comporte comme un club avec la mentalité d'un clan, d'une bande fermée, d'une tribu bien plus soudée que celle des autres provinces où les rivalités quotidiennes ne sont pas toujours mises entre parenthèses. L'Ulster offre les meilleurs résultats, de loin, même aux dépens du Munster, avec régularité et constance.

31En tout cas, les hommes de l'ovale d'Ulster représentent certainement la majorité de la population, Ils sont, authentiquement, des loyalistes, fidèles sujets de Sa Gracieuse Majesté, même s'ils manifestent parfois quelque amertume devant ce qu'ils croient être le dédain britannique, même si nombre d'entre eux votent, voire militent pour le Démocratie United Pary du révérend l’an Paisley qui apparaît comme plus royaliste que la reine elle-même. Sa circonscription électorale, celle du North Antrim, comprend Ballymena qui possède, en matière d'ovale, une bien belle tradition et dont le club a donné quelques formidables citoyens, "Willie John" McBride et Sid Millar, par exemple.

32Ce sont toujours les lycées protestants qui constituent les viviers du rugby d'Ulster : la Royal Belfast Academical Institution, le Methodist College, le Campbell College de Belfast, la Coleraine Academical Institution, la Dungannon Royal School, la Ballymena Academy. Et il a fallu attendre le début de la saison 1991-92 pour voir, enfin, un établissement catholique, la Loretto Convent School de Coleraine s'affilier à la IRFU, Le grande institution du St Malachy's College qui avait flirté avec l'idée de mettre ses élèves au rugby et s'était abstenu en raison du commencement des troubles en 1968 n'a pas encore fait le pas.

33La grande figure de Willie Anderson, prestigieux international de Dungannon, ne cache nullement le fait qu'il est orangiste et qu'il participe aux parades loyalistes de l'été commémorant la bataille de la Boyne et le siège de Derry. En celà, il est représentatif de son milieu et du sport de sa province.

conclusion

34Le problème du rugby de l'Irlande du Nord dépasse le cadre de l'Irlande du Nord. C'est celui de l'Irlande toute entière et d'une identité unique problématique. Car, dans la province, existent au moins deux nationalismes, le vert catholique et le rouge-blanc-bleu unioniste.

35L'Ulster du rugby est déchiré entre sa position géographique irlandaise et sa volonté de demeurer dans le cadre britannique. Ses rugbymen sont donc à la fois irlandais et britanniques et jouent dans la même équipe que d'autres Irlandais qui ne veulent pas, passionnellement, définitivement, être britanniques.

36L'équipe d'Irlande est donc un lieu où sont tues les oppositions qui pourraient déchirer les hommes, Elle constitue un lieu de silence, même si les rapports humains sont souvent remarquables.

37Le rugby n'a certainement pas été capable d'empêcher le sang de couler dans la province depuis 1968, ni contribué vraiment à limiter les troubles. Je ne vois pas en quoi il serait en mesure de faire avancer le processus de paix enclenché, semble-t-il, depuis 1994...

Auteur

Maître de Conférences en histoire Université de Pau et des Pays de l'Adour

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.