Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

5. La pratique sportive dans son cadre spatio-temporel

Activités nautiques à la Réunion : types de pratiques et modes de représentations

Yves Chateaureynaud

Texte intégral

1Cette communication a pour objet l'étude des pratiques de la mer à la Réunion. Celles-ci sont relativement nombreuses et nous avons voulu examiner comment elles se distribuaient dans une microsociété pluriéthnique le plus souvent présentée comme un modèle réussi d'intégration.

2Le cadre théorique choisi est celui de la différenciation des pratiques de loisirs proposé par Alain Touraine en 1967, repris dans l'ouvrage connu : La société post-industrielle (1969).

Loisirs et classes sociales

Classes sociales

Modalités de loisirs (tendance)

Classes plutôt favorisées

Innovation, Initiative,

Classes moyennes

Conduites d'imitation des classes supérieurs

Classes plutôt défavorisées

Conduites de retrait et/ou de participation aux spectacles

3Par ailleurs, le sport est depuis sa création un lieu d'expression et d'affirmation des identités personnelles, sociales, culturelles, économiques, ethniques, etc. L'étude met en évidence l'existence de référents symboliques d'une part ainsi que des phénomènes de différenciation sociale et d'expression identitaire d'autre part.

4Nous avons tenté en conséquence d'analyser comment, dans cette île qui "tourne le dos à la mer", s'organise ce champ des pratiques balnéaires et nautiques. Pour ce taire nous avons procédé par l'utilisation d'un questionnaire et des entretiens semi-directifs,

L'ILE DE LA RÉUNION : aperçu géographique et humain

5La Réunion est située dans l'hémisphère sud, à 800 kilomètres à l'Est de Madagascar et à 200 kilomètres à l'Ouest de l’île Maurice. L’île compte 2 511 km2, 208 kms de tour et culmine à 3 069 m (piton des neiges). Le volcan de la Fournaise est toujours en activité et constitue un centre d'intérêt majeur. Le littoral est peu hospitalier, aucun port naturel n'existe et un lagon peu étendu et peu profond (un mètre environ) s'étire sur une douzaine de kilomètres dans l'Ouest de l'île.

6La population est nombreuse : 600 000 habitants vivent concentrés pour la plus grande part sur le littoral, Elle se caractérise par 2 traits majeurs :

  • sa jeunesse : 48,8 % de la population a moins de 25 ans,
  • sa diversité ethnique : Français, Malgaches, Africains, Indiens et Chinois se sont très largement mélangés en quelques 300 ans.

7Par ailleurs le taux de chômage approchait 40 % en mai 1993 et près de 50 000 personnes bénéficient du RMI.

8En réalité, l'ile ne correspond pas du tout aux représentations métropolitaines d'une île tropicale. Dans l'imaginaire collectif, l'île tropicale c'est d'abord le lagon d'eau turquoise, frangé de sable blanc et bordé de cocotiers. En fait la Réunion tourne le dos à la mer et supporte mal la comparaison avec les autres îles de la zone. Par contre, la Réunion se distingue par des paysages montagneux grandioses et toutes les pratiques liées à la montagne ; cependant, les activités nautiques, objets de notre étude, sont en plein développement.

LES SPORTS ET LES SITES DE PRATIQUE

9- les sports à la Réunion

10Un peu plus d'une soixantaine de sports sont pratiqués régulièrement à la Réunion et se classent comme suit :

Classement des pratiques sportives en 1992 à la Réunion

Rang

Sports

Effectif licenciés en 1992

 %

1

FOOTBALL

20 116

31,7

2

TENNIS

6 071

9,5

3

HAND-BALL

3 978

6,2

4

NATATION

2 868

4,5

5

BASKET

1 801

2,8

6

KARATE

1 800

2,8

7

PLONGÉE SOUS-MARINE

1 730

2,7

8

JUDO

1 627

2,5

9

GYMNASTIQUE

1 536

2,4

10

RUGBY

1 532

2,4

11

ATHLÉTISME

1 432

2,2

12

GYMNASTIQUE VOLONTAIRE

1 343

2,1

13

GOLF

1 200

1,8

14

VOLLEY-BALL

1 165

1,8

15

HALTÉROPHILIE

835

1,3

16

VOILE

780

1,2

36

SURF

166

0,2

67

KENDO

59

0,09

TOTAL

63 450

100

11Ces éléments sont extraits des tableaux statistiques de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports en date du 06/06/1993 (non compris les effectifs des licenciés scolaires).

12- les sites de pratique :

13Ils sont pour la plupart situés dans l'Ouest de l'île (côte sous le vent) et majoritairement autour de Saint-Gilles. Saint-Pierre constitue également et dans une moindre mesure un pôle d'activités dans le Sud.

LES PRATIQUES

le lagon et les plages ouvertes

14Trois plages peuvent être dénombrées autour de Saint-Gilles, "station balnéaire" de l'Ile.

15Le lagon est la plage des familles par excellence et plus particulièrement des familles créoles. Il permet les baignades sans dangers. Les familles arrivent tôt le dimanche matin, s'installent sous les filaos, à l'ombre, se baignent et préparent ensuite le pique-nique dominical auquel rien ne manquera : punch, carris et rougail occuperont une grande part de l'après-midi dans une atmosphère conviviale et bon enfant.

16La plage des Roches Noires est située près du port de Saint-Gilles. Elle est également fréquentée par les familles mais c'est aussi la plage des adolescents et surtout celle des surfers. C'est un espace relativement protégé qui permet l'apprentissage des sports de glisse. Les jeunes se fixent autour des "camions-bars" qui constituent ainsi des points de rencontre et d'animation. C'est un espace de transition.

17La troisième plage est celle de Boucan-Canot. C'est la plage "bon chic-bon genre" où il fait bon voir et être vu. C'est le rendez-vous des métros et l'on peut y découvrir les dernières créations en matière de mode (maillots, etc.,) La plage de Boucan est bordée par deux grands hôtels.

la voile

187 clubs regroupent en 1992 les 780 licenciés de l’île. La Réunion est le premier département d'Outre-mer pour le nombre de licenciés, mais reste très loin derrière les Antilles par exemple pour le nombre des pratiquants. Cette différence s'explique par la facilité d'accès aux pratiques de la voile aux Antilles, et aux difficultés importantes présentes à la Réunion.

19En effet, nous l'avons déjà dit, la côte est inhospitalière et même dans les zones relativement abritées (baie de Saint-Paul) la mer déferle régulièrement et la mise à l'eau des bateaux constitue très souvent, en dehors même des conditions de vent, un véritable sport. En cas de houle, relativement fréquente en hiver, toute mise à l'eau et même sortie de port (Saint-Gilles, Saint-Pierre) deviennent impossibles quel que soit le type d'embarcation.

20La voile (sous toutes ses formes) regroupe quasi exclusivement des métropolitains. Il y a quelques années encore la pratique de compétition n'existait pas et la voile de loisir regroupait les élites sociales de l’île.

  • 1 M. MAKDA président de la ligue, membre du bureau du Club Nautique de Bourbon - Interview février 1 (...)

21"Pour entrer au Club Nautique de Bourbon il fallait trois parrains et payer un droit d'entrée de 3 000 francs"1.

22Il s'agissait alors d'un milieu fermé où se retrouvaient des "propriétaires" de dériveurs ou de croiseurs (400 licenciés à l'époque). La voile hauturière tenait alors la première place avec la Société Nautique des Mascareignes et le Club Nautique de Saint-Pierre. Depuis cinq ou six ans se dessine une autre politique de la voile, plus sportive, celle-là, et plus ouverte aux jeunes. On peut raisonnablement penser que cette nouvelle impulsion est due à l'intervention de l'Etat (ou tout au moins de certains de ces représentants) ainsi qu'à l'arrivée de nouveaux dirigeants tant dans les clubs qu'à la ligue. Ces actions diverses se sont traduites par l'élaboration d'un plan nautique qui a interessé au premier chef l'activité voile et qui l'a dynamisée, tout au moins, dans un premier temps.

23Les clubs ne disposent pas tous de structures d'accueil et comptent peu de possibilités d'embarquement autres que privées. Le parc à bateaux affecté à l'initiation est donc réduit, Il se décompte comme suit :

Types de bateaux

Types de bateaux

24A ce parc de bateaux "collectifs", il faut ajouter les bateaux privés : une dizaine pour la Société Nautique de Saint-Paul ; 25 catas, 2 420, 4 lasers et 15 planches à voiles (qui ne sortent plus) pour le Cercle Nautique de Bourbon.

25La Société Nautique des Mascareignes, le Cercle Nautique de Saint-Pierre et le Club 97,4, qui promeuvent la croisière au large, ne comptent que des bateaux de propriétaires. On peut noter que le dernier nommé (Club 97.4) constitue une structure dont la seule activité est d'affréter des bateaux pour faire naviguer ses sociétaires.

26Quelle que soit l'orientation des clubs (voile légère ou bien voile hauturière) ceux-ci ne touchent essentiellement qu'une population d'origine métropolitaine plutôt aisée. On peut cependant noter que la Société Nautique des Mascareignes compte quelques propriétaires d'origine créole... blanche. Enfin, il faut signaler que les retombées du plan nautique semblent faibles ; d'une part, celui-ci n'a pas été mené à son terme (désistement de la Région) et d'autre part des dissenssions internes au niveau de la ligue ont provoqué le départ de quelques dirigeants, cadres techniques de la Jeunesse et des Sports, fortement attachés à la réalisation de la partie voile de ce plan, Cet état de fait se traduit par une baisse sensible du nombre des licenciés (moins 324 licenciés entre 1991 et 1992).

la plongée

27C'est avec la départementalisation (1947) et la venue de nombreux fonctionnaires métropolitains que se développera la chasse sous-marine, dans un premier temps, puis, par la suite, la plongée en temps que telle. Cet essor sera accéléré à la fin de la guerre d'Algérie avec l'arrivée de quelques "Pieds-noirs" fervents adeptes de ces sports :

5 clubs existent en 1973 et comptent 227 licenciés ;
23 clubs sont dénombrés en 1992 pour 1730 licenciés.

28Le coût de la pratique est relativement élevé, quoique moins cher que dans les îles voisines. Il faut compter 150 francs pour un baptême ou une plongée classique, Le budget moyen d'un plongeur s'établit à quelques 10 000 francs l’an, pour 2 plongées par semaine pendant 9 à 10 mois, non compté le matériel personnel qui peut être estimé entre deux et trois mille francs.

Les plongeurs

29Ce sont des "métros", âgés de 18 à 40 ans et appartenant à des catégories socio-professionnelles plutot favorisées (enseignants, médecins, fonctionnaires, para-médical etc..), Très peu de créoles s'investissent dans ce sport (moins de 5 % des adhérents sur les 5 principaux clubs de Saint-Gilles et qui sont tous issus des rangs des chasseurs sous-marins). Il faut cependant noter que les pompiers professionnels pratiquent la plongée, sur la base du volontariat, dans le cadre de leurs missions. Ils passent des qualifications spécifiques orientées vers les premiers secours et les travaux sous-marins. Le corps des pompiers est exclusivement créole, le responsable des formations déplore le faible nombre de volontaires, Par ailleurs, il semble que ces plongeurs spécialisés ne se réinvestissent pas dans la plongée loisir.

30En conclusion, la plongée est une activité pratiquée quasi exclusivement par des métros ; jeunes, appartenant à des CSP plutot favorisées. Les créoles semblent s'investir dans l'activité soit pour des raisons "économiques" (chasse, braconnage) ou professionnelle (pompiers).

le surf2

  • 2 Pour une analyse plus détaillée, voir notre chapitre : “le surf à La Réunion”, in Surf Atlantique,(...)

31La Réunion compte 7 clubs, 200 licenciés et environ 600 à 800 pratiquants réguliers, Le surf à la Réunion est caractérisé par son élite (cf. les derniers résultats au championnat d'Europe). Ce sport s'adresse à des catégories sociales plutôt favorisées :

Composition de l'équipe junior de surf (LRS) et profession des parents

Surfeurs

Père

Mère

- Le Texier Boris

Directeur Agence de publicité

Représentante

- Robin Frédéric

Conducteur de travaux

Libraire

- Hern François

Retraité Air France

Employée

- Hern Alan

Retraité Air France

Employée

- Boule Sébastien

Professeur de français

Professeur

- Berthé Nicolas

Entrepreneur

Professeur de français

- Biret Sylvain

Dentiste

32De même, l'entraînement de l'équipe espoir de la ligue est à la charge des parents (400 francs par mois, matériel non compris) ce qui limite le recrutement.

Les écoles de surf

33Elles sont au nombre de trois et appliquent des tarifs similaires, soit 250 à 300 F/mois pour 1 séance hebdomadaire de 1 h30 à 2h.

34Nous avons pu étudier sur 18 mois la clientèle de l'une de ces écoles, soit environ 300 enfants. Nous avons rapproché de la liste des cinquantes patronymes les plus courants à la Réunion ceux de ces enfants stagiaires et trouvés 20 noms communs aux deux répertoires. Le surf, même au stade de l'initiation n'est pas encore une pratique très pénétrée par les Réunionnais. Le coût du matériel intervient très certainement dans cette désaffection ; il faut compter 2 à 3 000 F pour un surf, 1 000 à 1 800 pour un morey et 600 à 800 F pour une combinaison lycra, mais les représentations liées à ce type de pratique sont encore vivaces.

Les représentations

35Le surf apparaît comme un sport de "métros", autrement dit comme un "sport de riches".

36Pour certains, parmi les plus âgés la réminiscence des années soixante est encore vivace, le surf reste un art de vivre, une quasi-philosophie. De toutes manières et pour tous, un sport obsessionnel dans lequel les jeunes vivent au rythme des vagues et des conditions météorologiques.

  • 3 Les "métros" sont aussi surnommés les "zoreilles".

37Les motivations de la minorité créole investie dans le surf tiennent à la fois à la culture et à l'économie. Il semble que les "vrais créoles" n'acceptent pas que les "métros" se fassent passer notamment en terme de représentation de la Réunion aux championnats de France pour ce qu'ils ne sont pas, c'est-à-dire des créoles. Par ailleurs, la politique d'aide financière du conseil général aux sportifs de "haut-niveau" (régional ou national, de 2 000 à 5 000 francs par mois) ajoute à la tension créoles/métros et aboutit bien souvent au slogan : "ZOREY3 ARRET VOL NOU TRAVAIL KREOL". Enfin, le développement récent du "morey" est également source de conflit, non plus éthnique mais territorial : en effet les spots sont peu nombreux et les places au "peak" de la vague sont chères. L'opposition morey/surf passe par des représentations bien établies. La supériorité de l'homo erectus est patente, priorité au plus droit, au plus haut et surtout au plus dur, Le langage imagé des surfers définit les morey comme les "biscottes". Celles-ci, de ce fait, ne sont elles pas friables ?

38Malgré l'image "cool" associée au surf, l'agressivité, voire la violence verbale ou physique n'est jamais très loin sur les spots. En terme de territoires, les locaux (quelles que soient leurs origines) sont chez eux et les étrangers sont le plus souvent mal venus, à l'exception des champions dont la compétence fait alors figure d'autorité.

CARACTÉRISTIQUES SOCIOLOGIQUES DES SURFERS (204 questionnés)

L'âge

39182 surfers ont moins de 30 ans et 117 d'entre eux moins de 20 ans. Le surf est incontestablement une pratique de jeunes.

âge/population/enquêtée

âge/population/enquêtée

CSP des surfers

4075 % des surfers sont scolaires ou étudiants

Catégories socio-professionnelles des surfers

Catégories socio-professionnelles des surfers

1- Agriculteurs, exploitants
2 - Artisans, commerçants et chefs d’entreprise
3 - Cadres et professions intellectuelles supérieures
4 - Professions intermédiaires
5 – Employés
6 – Ouvriers
7 – Retraités
8 - Autres personnes sans activité professionnelle

CSP des parents

4150 % des pères appartiennent à la catégorie 3 (cadres et professions intellectuelles supérieures).

Catégories socio-professionnelles pères et mères surfers

Catégories socio-professionnelles pères et mères surfers

1- Agriculteurs, exploitants
2 - Artisans, commerçants et chefs d'entreprise
3 - Cadres et professions intellectuelles supérieures
4 - Professions intermédiaires
5 – Employés
6 – Ouvriers
7 – Retraités
8 - Autres personnes sans activité professionnelle

Le coût de la pratique

42Près de 50 % des surfers dépensent plus de 3 000 f/an et 25 % d'entre eux plus de 5 000.

nombre d'années de pratique

CONCLUSION

43Les pratiques de loisirs en relation avec la mer peuvent à la Réunion se classer en deux grandes catégories : celles qui sont instrumentées ou machinisées, et celles qui ne le sont pas. Elles reflètent, les unes et les autres, des clivages culturels et sociaux ; elles sont toutes également d'origine relativement récente. Il faut noter que les représentations culturelles jouent un rôle déterminant dans ces clivages très perceptibles, au moins autant sans doute que l'incidence économique du coût de ces mêmes pratiques.

44Un certain nombre de paramètres interviennent à ce niveau :

45- Le peuplement de l’île est récent (moins de 300 ans). En dehors des premiers occupants français, il s'est constitué, au fil de l'histoire, de populations déplacées (Coffres et Malgaches pendant la période de l'esclavage ; Indiens et Chinois à l'abolition de celui-ci). Or, dans l'ensemble, ces populations ne provenaient pas le plus souvent de régions côtières.

46Par ailleurs, à la Réunion, la mer est dure et souvent hostile ; la côte est déchiquetée et peu accessible ; les abris naturels sont inexistants ou rares ; il n'y a pas non plus de plateau continental, ce qui limite les possibilités de pêche côtière.

47Pour toutes ces raisons les Réunionnais n'ont pas d'attirance particulière pour la mer, Il n'existe donc pas de véritable culture ou de tradition maritime à la Réunion.

48Nous avons précisé que les pratiques sportives étudiées étaient relativement récentes. En effet, en dehors d'épiphénomènes liés à une conjoncture particulière (travaux portuaires professionnels du port de la Pointe des Galets, pour la plongée par exemple) les pratiques sportives du temps de la colonie étaient liées à la tradition française (escrime, tir, équitation pour les plus importantes) et par conséquent aux militaires. Le chef du service des sports de la colonie était d'ailleurs un capitaine de l'armée de terre ; dans les collèges et les lycées intervenaient le plus souvent des instructeurs militaires.

49C'est avec la départementalisation (1947), que les pratiques sportives — telles que nous les comprenons aujourd'hui — arriveront dans les "bagages" des nombreux fonctionnaires métropolitains mutés dans l’île.

50C'est le cas de la plongée et de la voile sportive et dans une moindre mesure du surf, importé par les Sud-Africains mais pratiqué par des "métros" à partir des années 1970.

51C'est également au travers des habitudes métropolitaines que se développe le balnéarisme. Ce dernier se développe, au moins pour les populations créoles autour du lagon, espace de sécurité préservé des dangers du large. Il ne faut pas oublier que dans l'inconscient et/ou l'imaginaire collectif réunionnais la présence du "requin" est analogue à celle du loup en métropole, à ceci près que la Réunion connaît de temps à autre un ou des accidents dûs aux requins, Les "métros", sans pour autant délaisser le lagon, fréquentent plus assidûment les plages ouvertes.

52On peut penser que les premiers créoles qui se sont décidés à braver la mer et les éléments l'ont fait pour des raisons d'ordre économique à la suite de l'exemple donné par les "métros" et ce, notamment pour ce qui concerne la chasse sous-marine et la plongée avec scaphandre qui permet le braconnage d'espèces aujourd'hui relativement rares parce que trop exploitées (langoustes et poissons de roche entre autres). L'engouement pour la pêche à la gaulette peut sans doute s'expliquer également de la même façon.

53Quant aux activités sportives telles que la voile, la planche à voile, le surf ou les différentes formes de plongée, elles sont pratiquées quasi exclusivement par des "métros" ou des créoles blancs ; à l'exception d'une d'entre elles qui peut l'être pour des raisons professionnelles (les pompiers et la plongée) et qui, de ce fait, est un peu plus ouverte.

54Il est vrai que ces activités machinisées ou instrumentées sont souvent relativement complexes ou sophistiquées, qu'elles s'adressent ainsi à des catégories sociales disposant à la fois d'une certaine culture, de moyens financier et de temps libre :

  • d'une culture certaine car elles impliquent le plus souvent des prises de décision impératives dans des milieux fluctuants (plongée, voile) liées à une connaissance rationnelle des milieux ou des lois physiques qui régissent ces derniers ;
  • de moyens financiers car toutes nécessitent un matériel dont le coût est relativement élevé (bateaux, planches, scaphandre etc…) ;
  • de temps car il faut très souvent attendre les conditions propices à la pratique : vent, vagues, marées, courants, clarté des eaux etc…

55On comprend mieux alors que ces pratiques, de par leur logique interne s'adressent en conséquence de façon élective à une population plutôt favorisée, Enfin, le problème de l'apprentissage de la natation est bien réel ; les piscines sont peu nombreuses et sont pratiquement situées sur le littoral ; à l'exception de Cilaos et du Tampon, les "Hauts" en sont dépourvues. La familiarisation des jeunes créoles avec les sports nautiques passe avant tout par celle de la natation.

56Il n'empêche que la Réunion dispose de quelques atouts en matière d'activités nautiques, et qu'il semble tout à fait possible de développer des produits nouveaux et intéressants dans le domaine du tourisme sportif. En effet, la combinaison de séjours mixtes "montagne-mer" qui pourraient comprendre des randonnées, du canyoning, des sports aériens et des sports nautiques nous semble particulièrement attractive pour la clientèle internationale qui fréquente habituellement cette zone de l'océan indien.

Bibliographie

Bibliographie

BESSAS Yves, La Glisse, Paris : Fayard, 1982.

CHATEAUREYNAUD Yves, Etude des rapports entre révolution du matériel et la pratique des Activités Physiques et Sportives de Pleine Nature. Mémoire pour le diplôme de l'INSEP, 1977.

—, Dimensions sociales des Activités Physiques et Sportives de Pleine Nature. Thèse 3ème cycle sociologie, Université de Paris 7. 1980.

—, “Le surf à la Réunion", in J.P. Augustin (sous la direction de). Surf Atlantique, Talence : Editions de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1994, p. 253-270.

CNRS, Atlas des Départements Français d'Outre Mer. IGN.

LUERAS Léonard, Surf plaisir des Dieux, Gallimard, 1990.

PERNES Christian, "La plongée lontan", Contribution à l'histoire sociale de la plongée à la Réunion. Mémoire de recherche, licence STAPS. Université de la Réunion, 1993.

PLAN NAUTIQUE DE LA RÉUNION, Direction Régionale du Tourisme. Conseil Régional.

POCIELLO Christian et alii., Sports et Société. Paris : Vigot, 1981.

PROCHASSON Bruno, Du battant des lames... au bord de la plage. Le surf. Mémoire de Maîtrise d'anthropologie, Université de la Réunion, 1989.

SYNTHESES. Etudes et stratégies. Le tourisme nautique à la Réunion. 1992.

TOURAINE Alain, La société post-industrielle, Naissance d’une société, Paris : Médiations, 1969.

Notes

1 M. MAKDA président de la ligue, membre du bureau du Club Nautique de Bourbon - Interview février 1993.

2 Pour une analyse plus détaillée, voir notre chapitre : “le surf à La Réunion”, in Surf Atlantique, p. 253-270.

3 Les "métros" sont aussi surnommés les "zoreilles".

Table des illustrations

Titre Types de bateaux
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre âge/population/enquêtée
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Catégories socio-professionnelles des surfers
Légende 1- Agriculteurs, exploitants2 - Artisans, commerçants et chefs d’entreprise3 - Cadres et professions intellectuelles supérieures4 - Professions intermédiaires5 – Employés6 – Ouvriers7 – Retraités8 - Autres personnes sans activité professionnelle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16433/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Catégories socio-professionnelles pères et mères surfers
Légende 1- Agriculteurs, exploitants2 - Artisans, commerçants et chefs d'entreprise3 - Cadres et professions intellectuelles supérieures4 - Professions intermédiaires5 – Employés6 – Ouvriers7 – Retraités8 - Autres personnes sans activité professionnelle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16433/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende nombre d'années de pratique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16433/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.