Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

5. La pratique sportive dans son cadre spatio-temporel

Engagements sportifs et vie politique dans l'Italie du nord de l'après-guerre dans les Don Camillo de Giovanni Guareschi (1908-1968)

Maïté Riou

Texte intégral

  • 1 Giovanni Guareschi, Mondo Piccolo « Don Camillo », Milano : Rizzoli, 1948. Traduction française : (...)

1Les sociabilités sportives et les identités collectives définies autour du sport sont traitées habituellement par les sciences humaines. Le thème est également présent dans la littérature. Notre étude envisage l'interrelation entre le sport et le reapprentissage de la démocratie, dans l'Italie du Nord de l’après-guerre, précisément les années 1946 et 1947 (pour le premier titre publié et plus globalement sur une période de deux décennies, de 1946 à 1969), telle qu'on peut l'appréhender dans l'œuvre majeure de Giovanni Guareschi : la série des Don Camillo1.

2Abordée sous cet angle, l'œuvre — littéraire — de Guareschi peut être lue sinon comme un chapitre d'histoire du moins comme un témoignage de la vie sociale quotidienne. S'agit-il d'une simple fiction opérant au niveau des représentations collectives ? Faut-il plutôt considérer que le prétexte du sport comme enjeu politique local est traité sur un mode simplificateur et caricatural ? Les informations mises en scène dans les Don Camillo ouvrent-elles au contraire un horizon sur l'histoire sociale et politique de l'Italie marquée par la restauration des libertés publiques et l'avènement de la démocratie moderne ? Le propos qui suit s'efforce de dégager quelques éléments de réponse autour de ces interrogations.

I - LE CONTEXTE SOCIO POLITIQUE ET LE CARACTÈRE EXEMPLAIRE DU "PETIT MONDE DE DON CAMILLO"

3Rappelons brièvement le contexte socio-politique de l'époque. En 1945, après vingt ans de fascisme et de régime totalitaire, les Italiens réapprennent la démocratie. Le 2 juin 1946, ils optent pour la République et élisent leur premier Président.

1. Le contexte politique de l'Italie d’après-guerre

  • 2 Sur ces aspects, voir le livre de Catherine Brice, Histoire de l'Italie, Paris : Hatier, 1992. En (...)
  • 3 L'importance du rôle de l'Eglise au niveau local est bien affirmée dans le domaine sportif. Les or (...)

4De 1945 à 1947, l'aspect le plus marquant de la réalité italienne du moment est la collaboration au sein du gouvernement des catholiques et des communistes pour la création d'un État différent. Le Parti Communiste Italien (P.C.I.), par sa forte résistance au fascisme, a gagné la confiance des Italiens. Toutefois, en mai 1947, les communistes sont exclus du gouvernement par la Démocratie Chrétienne (D.C.). Ils n'y reparaîtront qu'en 1961. Mais, sous les directives de leur leader Palmiro Togliatti, et malgré ce premier échec, les communistes déploient une action très importante au niveau des collectivités locales. En effet, leur organisation est de loin supérieure à celle de la D.C. Sur le plan local, celle-ci doit toute son action de prosélytisme et de propagande au clergé qui se substitue alors aux bureaux défaillants du Parti2 : d'où le rôle politique des curés, dont Don Camillo est le portrait vivant, brossé parfois aux limites de la caricature3 mais dont la figure — emblématique ! — gagne à être détaillée...

5Les situations et les faits qui se trouvent rassemblés dans le Petit Monde de don Camillo, publié en 1948, rendent compte du climat politique italien couvrant une période caractéristique, de décembre 1946 à décembre 1947 (ainsi que le souligne l'auteur dans l'ouvrage initial). Cette année-là représente le moment où, quelques mois après l'institution de la nouvelle république italienne, les affrontements entre la D.C. et le P.C.I. sont des plus aigus, et la coexistence entre les deux partis (véritable "compromis historique" avant la lettre), durant ces premières années de la reconstruction de l'Italie, est des plus tendues. Elle se transforme souvent en une coexistence compétitive. Le ré-apprentissage de la démocratie dans ce contexte socio-historique ne se fait pas sans heurts.

2. Le caractère exemplaire de "l'Emilie"

  • 4 Dans l'ensemble de l'Italie, l'action du CSI semble avoir pris l'ascendant sur le rôle des autres (...)
  • 5 Giovanni Guareschi, Mondo Piccolo « Il compagno Don Camillo », Milano : Rizzoli, 1963, Traduction (...)
  • 6 Giovanni Guareschi, Mondo Piccolo « Don Camillo e i giovani d'oggi », Milano ; Rizzoli, 1969. Trad (...)

6Cette région de l'Emilie est choisie comme lieu paradigmatique de la vie locale. Dans l'immédiat après-guerre, les débats et les affrontements politiques de la jeune république italienne ont souvent — dans la région la plus "rouge" de la Péninsule : l'Emilie — comme seuls protagonistes, le Parti Communiste et le Parti Démocrate Chrétien. Dans cette société rurale et villageoise, le sport est l'enjeu principal de la lutte idéologique4. Les célèbres ouvrages de Giovanni Guareschi : Le petit monde de Don Camillo, Don Camillo à Moscou5, Don Camillo et les contestataires6, dans un réalisme accompagné d'un sens évident de l'humour, montrent combien la lutte idéologique s'illustre souvent par un véritable "feuilleton", se développant jour après jour. Dans ce petit monde villageois, les conflits entre le P.C.I. et la D.C. se doublent de la perpétuelle bagarre entre le curé du village, qui arbore les valeurs du catholicisme militant, et le maire communiste, non moins militant, sans toutefois jamais compromettre l'équilibre nécessaire à la vie du village et à la nouvelle démocratie italienne.

7Ce dynamisme communal, qui se traduit par une dualité des réseaux de socialisation sportive, illustre le processus de modernisation de la société locale, caractéristique d'une époque dans laquelle le sport tient désormais une place privilégiée. En outre, dans cette Italie en miniature, où l'urbain le partage avec le rural, la force et les exploits physiques opèrent symboliquement comme une valeur d'intégration. Les exploits physiques du curé Don Camillo et du maire communiste Peppone forcent le respect de toute la communauté villageoise. Si la figure de Don Camillo, secrétaire de l'Action Catholique, incarne l'Eglise oeuvrant dans ses bastions paroissiaux, Peppone — c'est à dire "le grand Joseph" — à la moustache fournie, et au comportement fruste, possède bien la stature d'un Staline de village...

3. Le genre littéraire adopté et ses caractéristiques

8Le récit de l'apprentissage du jeu démocratique se déroule tel un feuilleton, au jour le jour, presque en temps réel. Le caractère "grand public" de la série d'ouvrages, la technique très visuelle faisant un grand usage du thème sportif (dans les nombreux défis), le ton à la fois illustratif et pédagogique imprégné d'humour permettent à l'auteur de mettre en relief les affrontements idéologiques qui accompagnent les débuts de la nouvelle république démocratique italienne, tout en faisant apparaître les ficelles de son fonctionnement.

9En outre, l'auteur met également en scène un niveau d'expression que l'on retrouve difficilement dans les ouvrages d'histoire sociale : le niveau psychologique (les modes de pensée, les cheminements intérieurs, les stratégies politiques et, selon le cas, la difficulté à accepter le jeu démocratique ou encore, dans le contexte des années soixante, le rejet radical de la nouvelle conjoncture et la nostalgie du "petit monde" qui tend à disparaître...). Le genre littéraire adopté, l'humour, permet à l'auteur de souligner et parfois même de dramatiser l'effort de modération de la passion politique, de compréhension ou tout au moins d'acceptation de « l'autre » que signifie l'apprentissage de la Démocratie. La création de véritables dialogues entre Don Camillo et le crucifix se trouvant au dessus du maître-autel de l'église du village est, pour le lecteur et pour le curé, un de ces stratagèmes hautement "pédagogiques". La voix du Christ représente la voix de la conscience qui rappelle à Don Camillo le respect de la liberté d'opinion et lui enseigne la règle démocratique... Il faut remarquer cependant que le lecteur dispose d'une moindre information psychologique à l'égard de Peppone. Marx, Lénine ou Staline ne sont pas convoqués au rendez-vous des bilans de conscience. Il y a là une asymétrie qui n'est pas fortuite.

II - LA DÉMOCRATIE LOCALE ET LES RITES DE LA SOCIABILITÉ PUBLIQUE

10La démocratie locale est garantie par les rites de la sociabilité publique. Le rappel du jeu démocratique à respecter est répété tel un leitmotiv par les représentants des deux partis politiques en présence : le P.C.I. et la D.C.

1. Le rappel incessant du respect du "jeu démocratique"

11L'impossibilité "historique" que l'un des partis politiques puisse faillir au jeu démocratique est pour chacun la garantie du bon déroulement, sinon de la réussite des cérémonies qu'il organise. Chaque parti politique ne peut qu'assister imperturbablement et pacifiquement aux cérémonies auxquelles il est convié par le parti adverse. Ainsi le curé du village Don Camillo, qui refuse par orgueil politique d'assister à l'inauguration des infrastructures sportives du maire communiste Peppone récemment élu, est-il rappelé à l'ordre par le commissionnaire de ce dernier : "si vous dites non, c'est que vous ne comprenez rien à la démocratie" (Le petit monde, p. 49). Faute de satisfaire aux devoirs élémentaires de la sociabilité publique, Don Camillo risque de compromettre l'intégrité communautaire en refusant ainsi les obligations relationnelles et réciproques. Il se trouve alors obligé, sans doute bien malgré lui et malgré ses convictions politiques, de bénir la pose de la première pierre de la Maison du Peuple, future "maison des sports et de la culture" du maire communiste, Don Camillo, qui cherche depuis longtemps l'argent nécessaire à la construction d'une infrastructure culturelle et sportive attenante à l'église, a dû faire taire sa jalousie dans le respect du jeu démocratique. La sociabilité publique locale a ses rituels et ses obligations collectives.

12Tout comme dans le cérémonial de la fête inaugurative des infrastructures sportives du maire communiste, on retrouve, dans le rituel annoncé du discours d'inauguration, l'esprit du compromis et de l'alliance historique — avant la lettre — entre l'Église et le Parti Communiste. Le maire ne réussit à obtenir du curé la promesse d'une bénédiction qu'après lui avoir certifié qu'il ne s'adonnera pas dans son discours à l'habituelle critique de la "Réaction" et du "Capitalisme". Peppone, par l'intermédiaire de son messager, promet a Don Camillo d'aborder seulement les thèmes — au demeurant tout à fait consensuels — du patriotisme et de l'action sociale. La cohésion de la vie publique locale ne s'obtient qu’à l'issue d'une information réciproque et de concessions admises par les deux partis en présence. La régulation des échanges est double mais la localité est une.

13Le respect obligé du jeu démocratique est un argument de poids que les partis politiques invoquent avec complaisance et redondance au gré de leur besoin. Pour chaque Parti, l’important est d'obtenir la certitude que le leader du Parti adverse assistera à la fête qu'il organise. Une fois cette certitude acquise, les promesses données sont parfois oubliées. Après avoir béni la pause de la première pierre de la Maison du Peuple de Peppone, Don Camillo se plaint au Christ d'avoir été trompé. Le motif invoqué est le suivant : l'orchestre, l'Hymne de Garibaldi et le discours du maire communiste, ayant donné une forte coloration idéologique au rite d'inauguration d'une infrastructure sportive présentée d'abord comme "une œuvre d'intérêt public", sont autant de points interprétés par le prêtre comme la marque d'une transgression unilatérale du pacte initial...

2. L'apprentissage démocratique : un réel affrontement physique entre les leaders locaux

14L’apprentissage de la démocratie se solde souvent par un affrontement physique entre les chefs des — deux — partis politiques en présence. Leurs incessants défis physiques et sportifs, au punching-ball, au tir à la cible ou au lancer de tables ou de bancs, se déroulent selon un scénario toujours identique fait d'une succession d'épreuves : prouesse de l'un, exploitée ostensiblement, et réplique de l'autre se sentant nargué ou diminué aux yeux de la communauté villageoise. En d'autres termes, on assiste d'abord à une initiative engagée de façon unilatérale, puis à un rattrapage du parti adverse et ensuite à un rééquilibrage de l'ensemble social qui se trouve ainsi globalement enrichi.

15La force physique et quasi légendaire de chaque protagoniste (et le Christ y est lui-même pour quelque chose...), qui s'enracine dans le merveilleux populaire et forain, a un caractère exceptionnel et démesuré, comme c'est le cas généralement avec les héros de bandes dessinées ou des vignettes humoristiques. L'auteur joue de la répétition de situations dont le lecteur peut présager l'issue. Les "tours de force" et autres astuces mettant aux prises Peppone et Don Camillo plaisent au grand public, tandis que des lecteurs plus avertis discernent sans peine les travers d'une société italienne sur laquelle s'attarde l'humour bon enfant de Giovanni Guareschi. La voix du Christ conseille à Don Camillo de résister aux multiples défis de force que Peppone lui lance directement ou indirectement, Quand il ne peut empêcher Don Camillo de relever le défi, le Christ s'arrange pour que les résultats s'équilibrent par un match nul. Dans la querelle idéologique qui oppose le P.C.I. et la D.C., le Christ apparaît comme le gardien de la cohésion communautaire. Son jeu est de faire en sorte qu'aucune des deux personnalités dominantes de la commune n'ait durablement le dessus sur l'autre. L'équilibre sans cesse à rétablir étant la base de la démocratie, Chrétienne, serait-on tenté d'ajouter. On a d'ailleurs reproché à Giovanni Guareschi d'introduire un biais imperceptible dans sa saga villageoise en favorisant l'arbitrage spirituel et en introduisant ainsi, de fait, une asymétrie culturelle.

16L'instrument pour mesurer la force — une sorte de punching-ball — qui est installé sous les fenêtres du presbytère enregistre le même chiffre, au demeurant remarquable et exceptionnel :-1000- pour Peppone et Don Camillo (Le petit monde de Don Camillo, op.cit., p. 60-62). Le forain propriétaire de la machine, conclut à un match nul. "A 1000, ça sent mauvais pour tout le monde (...) Il vaut mieux en rester là" (Ibid., p. 61). Tous les protagonistes de cette nouvelle démocratie sont d'accord pour que règne l'équilibre. Don Camillo confie à Jésus qu'il a eu une "peur bleue" que Peppone ne réussisse pas à l'égaler, Jésus avoue à Don Camillo qu'il a un peu aidé Peppone à égaliser et que de son côté Peppone avait peur que Don Camillo ne soit pas assez fort pour rivaliser avec lui…

3. L'équilibre des forces en présence...

17Tout le monde s'arrange pour que l'équilibre soit toujours au rendez-vous. Ainsi, Peppone dont l'honneur du Parti est en jeu, se voit-il forcé par les circonstances, lors de la fête de l'Unità (le journal qui est l'organe du P.C.I.), de participer à un jeu d'adresse, un tir à la cible politico-satirique dans lequel les mannequins en bois, qu'il faut culbuter à coups de balles, représentent les têtes principales des partis du Centre et de la Droite. La poupée la plus grosse représente Don Camillo qui, ainsi caricaturé, est ridicule. La foule rit à gorge déployée. Toutefois, personne n'ose viser la poupée à l'effigie de Don Camillo en présence de ce dernier. Peppone se présente, tire avec "rage" et "férocité" et abat les cinq poupées qui précèdent celle de Don Camillo. Puis, il retrousse ses manches "comme si de rien n'était", se plante solidement sur ses jambes, vise (...) la sixième poupée". "Un coup pareil eût tué un boeuf. Mais la poupée était de bois et la balle rebondit. La poupée resta debout miraculeusement". "La charnière s'est bloquée", constate le forain. Peppone s'éloigne. "La foule soulagée soupira et se remit à rire ; le cauchemar était passé", observe Giovanni Guareschi. La paix sociale est préservée. Commentant l'événement avec Don Camillo, Peppone avoue que "ça s'est bien passé". Don Camillo répond que "si la poupée était tombée", il aurait fait culbuter Peppone. "J'avais un coup de poing à assommer un éléphant, tout prêt" (op. cit., p. 207).

18Les incessants défis de force opposant Don Camillo et Peppone démontrent que le charisme des deux personnalités prend largement le pas sur les programmes sociaux, confessionnels ou politiques définis par les appareils nationaux. De même, lors d'un match de football opposant l'équipe de Don Camillo, La Gaillarde, à celle de Peppone, Le Dynamo, les symboles d'appartenance que sont les couleurs des maillots : respectivement "rouge avec une faucille, un marteau et une étoile joliment entrelacés à un D" pour Le Dynamo, "blanc avec un grand G sur la poitrine" pour La Gaillarde, passent inaperçus aux yeux de l'assistance. "Le peuple ne regarda pas les symboles et salua les équipes à sa façon : « Vive Peppone ! », « Vive Don Camillo ! »" (op. cit., p. 99).

19La force de conviction se mesure surtout en puissance musculaire. C'est la raison pour laquelle l'ouvrage enchaîne sur toute une série de défis sportifs ou d'engagement physique à l'issue desquels doit — devrait — s'affirmer la prédominance d'un des deux partis. Soulignons au passage que la force et l'adresse sont aussi deux valeurs viriles largement estimées par la société villageoise au sein de laquelle dominent paysans et ouvriers.

20En fait, on assiste toujours à une neutralisation des avantages provisoirement acquis, ce qui replace sur un pied d'égalité les deux composantes constitutives de la collectivité villageoise. Cet équilibre est indispensable à la dynamique sociale. Preuve en est le vide suscité par le départ de Don Camillo pour une autre paroisse du pays. La localité y a perdu de son dynamisme. Peppone va en personne se plaindre à l'évêque de l'"avorton" qui a pris la place de Don Camillo. Il fait comprendre à l'autorité ecclésiastique interloquée — Peppone ayant été quelques mois auparavant l'instigateur auprès de ce même évêque du départ de Don Camillo — qu'il faut au village un curé "sportivement" solide à l'ouvrage. La tonicité de la démocratie locale est à ce prix.

III - ACTION COLLECTIVE ET DUALITÉ DES RÉSEAUX DE SOCIALISATION SPORTIVE

  • 7 Don Camillo et les contestataires, op. cit., p. 25.

21Dans la série des "Don Camillo'' publiée entre 1948 et 1969, l'action collective se déploie selon la dualité de la scène politique. Ce schéma montre, au niveau de la politique locale, le processus d'émulation sociale et de modernisation caractéristique de l'époque de reconstruction de l'après fascisme. Chaque localité a son originalité, sa physionomie propre, et entend défendre son identité contre toute ingérence du pouvoir central. Le fascisme en revanche, en tant que régime totalitaire, n'admettait pas une telle dualité. En effet, le modèle nationaliste, dominé par la figure du Duce, se devait d'être identique dans chacune de ses composantes. Le "petit monde" rompt radicalement avec ce genre de dispositif coercitif et totalitaire. Guareschi insiste volontiers sur les différences observables d'une localité à l'autre. "Des huit hameaux qui composaient la commune administrée par Peppone et ses petits camarades, celui de la Rocca était le plus sauvage. Quelques kilomètres à peine les séparaient du bourg, mais les kilomètres ne sont pas tous pareils ; les hommes sont différents"7. L'unité fondamentale de la vie sociale s'impose à l'échelle de la localité. Par ailleurs, chacune de ces communautés villageoises s'appuie sur deux composantes socio-politiques qui se matérialisent dans des réalisations concrètes.

1. La course aux infrastructures sportives

  • 8 Rappelons que le processus d'émulation qui s'instaure entre le Parti Communiste et la Démocratie C (...)

22Les deux types d'infrastructures sportives que l'on retrouve mentionnées et décrites dans la série des "Don Camillo" sont ceux mis en place respectivement par l'appareil catholique et par l'appareil communiste. La Maison du Peuple du maire communiste Peppone offre — outre les salles d'animation culturelle — un gymnase et un terrain adjacent pour le sport et les parties de boules. Les infrastructures programmées par Don Camillo offrent — outre les lieux de culture — un terrain couvert pour l'entraînement sportif et les jeux d'hiver, un terrain clos contenant un gymnase, une piste de patinage, une piscine et un jardin d'enfants avec manèges, balançoires, etc.8

23La dualité des réalisations sportives est sans doute engendrée par l'esprit d'émulation — et de compétition — qui s'établit entre l'appareil catholique et l'appareil communiste. Mais c'est la localité villageoise qui lui donne sa réalité culturelle et sociale. Dans la bataille pour l'acquisition des infrastructures sportives, la recherche des subventions, l'édification des infrastructures, les inaugurations et les fêtes sont comme autant de pions avancés sur l'échiquier qu'est le village. Dès sa nomination à la mairie, le nouveau maire communiste Peppone procède à l'inauguration de la première pierre de sa Maison du Peuple. Dès le lendemain, Don Camillo annonce à son rival Peppone qu'il vient de mettre sur pied un programme de réalisations : "le petit local avec piscine, jardin, terrains de jeu, etc.", dont il rêve depuis si longtemps. La pose de la première pierre est prévue pour le dimanche suivant. Le maire communiste y est vivement convié...

24Dans cette bataille politico-sportive, le Christ se fait une fois de plus le gardien de la cohésion communautaire. Par ses suggestions, il aide — d'une façon peu orthodoxe — Don Camillo à obtenir des fonds auprès de Peppone. Don Camillo découvre, avec l'aide de Jésus, que les dix millions que possède le Parti Communiste font partie du butin de la Résistance. Il oblige Peppone, en le menaçant de le dénoncer, à lui céder trois millions. La part qui revient au prêtre, compagnon de résistance du maire ! On ne saurait utiliser seul un héritage historique commun scellé par la défense des libertés.

25La recherche de fonds nécessaires à la création d'une colonie de vacances, destinée aux enfants nécessiteux du village, est pour Don Camillo un véritable tour de force. L'absence totale d'argent, tant du côté du Parti Communiste que de la Démocratie Chrétienne, montre à quel point, les références incessantes "aux fonds" envoyés par la Russie au P.C.I, et par l'Amérique à la D.C. n'ont qu'une valeur de critique symbolique et stéréotypée, tout en se neutralisant mutuellement : "et tout l'argent que vous envoie la Russie ?" demande Don Camillo ironiquement à Peppone. Et d'ironiser. "Le courrier du Tsar a un peu de retard". "Pourquoi ne me prêtez-vous pas un peu de l'argent que vous envoie l'Amérique ?" réplique Peppone. "Don Camillo hausse les épaules"... (op. cit., p. 156). En fait, Don Camillo a réussi à persuader une riche propriétaire de lui donner son argent en lui assurant que Jésus lui avait dit en songe qu'il préférait voir l'argent utilisé plutôt pour une œuvre de charité que pour l'achat d'une cloche. Le Christ manifesterait-il une plus grande attention aux impératifs de l'action sociale plutôt qu'aux exigences de la spiritualité ?

26Le réalisme plein d'humour et de fantaisie de l'auteur souligne à quel point la recherche de fonds, tant du côté du P.C.I. que de l'Église, a pour théorie la célèbre maxime de Machiavel à laquelle se réfère volontiers Don Camillo : "la fin justifie les moyens". "Je dis peut-être un blasphème, affirme Don Camillo à Jésus, mais Machiavel est parfois bien utile lui aussi" (op. cit., p. 155-157).

2. Les fêtes, les compétitions sportives et les exploits physiques

27Les fêtes et les activités sportives trouvent dans la dualité et l'émulation politique un grand facteur de promotion. L'inauguration de l'ouverture du Centre Récréatif Populaire de Don Camillo, qui a devancé celle de la Maison du Peuple de Peppone, est l'occasion de diverses manifestations d'ordre politique et de rencontres sportives et culturelles. Tout le village se retrouve autour de ces activités festives.

28Un match de football est disputé entre les deux équipes du pays : le Dynamo cher à Peppone et la Gaillarde animée par Don Camillo. Logique de l'alternance oblige, c’est l'équipe de Peppone qui gagne ! La "chance" tourne à l'avantage du maire dont le projet de construction est éclipsé momentanément par l'inauguration des installations de la paroisse. Les deux composantes de la société locale se retrouvent ainsi à égalité d'importance. Mais ce n'est pas faute — pour les leaders opposés — d'avoir essayé, par tous les moyens licites et illicites, de maîtriser les aléas du destin sportif. L'arbitre "a-politique" avait été soudoyé tant par Don Camillo que par Peppone. Mais Peppone lui ayant promis davantage d'argent..., la victoire sourit finalement à l'équipe de Peppone. Cet acte illicite s'inscrit dans tout un contexte politico-sportif des plus passionnés, où toute victoire sportive est une victoire politique. La bonne cause justifie tous les moyens.

29Des deux côtés se mêlent la passion sportive, le divertissement populaire, l'honneur de l'équipe et l'orgueil d'un parti. Qu'il s'agisse de défendre, dans le cas de La Gaillarde, "l'honneur de la paroisse" ou dans le cas du Dynamo, "l'honneur des opprimés" ! L'auteur observe que Don Camillo avait formé une équipe de football tout simplement extraordinaire. Il avait mis à ce travail tant de passion que, tout compte fait, "le nombre de coups de pieds reçus par les onze joueurs pendant les huit mois d'entraînement dépassa de beaucoup le nombre des coups de pied qu'ils donnèrent au ballon" (op. cit., p. 98). Les huit mois d'entraînement qui précèdent le match correspondent à une période de forte tension et d'émulation politique entre le Parti Communiste et l'Église qui, dans le village, édifient chacun de leur côté les premières véritables infrastructures sportives.

30Donnons un aperçu de l'atmosphère tendue, surchauffée et exacerbee qui règne dans les deux équipes avant la rencontre. Don Camillo fait savoir à Peppone que c'est pour prouver sa sympathie à l'égard des couches les plus ignorantes du pays qu'ils permet "généreusement" à l'équipe "dénommée Dynamo" de se mesurer avec "sa Gaillarde", Devant ce ton condescendant, Peppone fait mettre au garde à vous dos au mur "les gars de l'équipe rouge" et leur vocifère : "Vous allez jouer contre l'équipe du prêtre. Vous devez vaincre, ou je vous casse la figure à tous ! Le Parti l'ordonne pour l'honneur des opprimés". "Nous vaincrons !" répondent en chœur ses joueurs devant cette menace ouverte.

31De la même façon, Don Camillo, tout en affirmant a ses jeunes qu'il ne leur fait pas de menaces, leur rappelle que l'honneur "de la paroisse" est entre leurs mains, Ou plutôt dans leurs pieds, En fait, le prêtre s'exprime par antiphrase. Si l'un d'eux "n'est pas prêt à jouer jusqu'à la dernière goutte de son sang", il ne lui cassera pas la figure "comme ce tragédien de Peppone", il se contentera de lui "pulvériser l'arrière-train à coups de pieds !" (op. cit., p. 98). Une telle ambiance ou plus exactement l'importance de l'enjeu ne pouvait qu'aboutir à l'achat de l'arbitre...

  • 9 Citons en particulier le propos d'Enzo Enriquez Agnoletti. "Dans son Don Camillo, œuvre réactionna (...)

32Pour saisir la portée exacte d'une telle émulation, il convient de replacer les événements décrits dans leur contexte. A ce propos, dans un autre ouvrage, l'auteur parle d'une "irréductible coexistence compétitive", fondamentalement "honnête", et "hilarante" et "bonne enfant". La conjoncture socio-politique du moment est sans doute caractéristique, encore que l'interprétation produite par la gauche communiste soit très différente9.

33On assiste à l'édification d’équipements sportifs et culturels. L'Italie se modernise progressivement. La Maison du Peuple édifiée par le maire communiste est achevée peu de temps après le Centre Récréatif Populaire de Don Camillo. Les cérémonies inaugurales offrent au programme des réjouissances, entre autres choses, un "grand combat de boxe entre le champion poids lourds de la section locale, le camarade Bagotti Mirco et le champion poids lourds de la Fédération Provinciale, le camarade Gordini Anteo". Pour Don Camillo outré, un tel programme signifie que "sportivement parlant" Peppone n'est pas régulier. En effet, en organisant un match de boxe ne mettant en scène que des champions communistes à la place du match de football qui aurait dû représenter "la revanche" entre La Gaillarde de Don Camillo et Le Dynamo de Peppone, ce dernier (comme le souligne le Christ à qui se confie Don Camillo) ne s'expose à rien... parce que, même si son champion préféré vient à perdre, l'honneur du Parti sera sauf. Sur le plan des rites de la sociabilité politique, c'est comme si Peppone refusait le combat, la comparaison et le dialogue. C'est comme s'il suspendait l'échange et la communication…

3. La défense de l'identité locale et communautaire

34L'identité locale s'exprime dans les fêtes et les confrontations sportives. Lors de ces affrontements, dans ces régions où le "campanilisme" (ou esprit de clocher) est très développé, l'enjeu de la victoire est dans l'esprit de tous : la démonstration de la supériorité du village ou du bourg sur le village voisin, voire même sur la ville voisine. Dans ce dernier cas, le désir de victoire est redoublé, et la cohésion communautaire se renforce, car la confrontation se joue à ce moment-là au niveau ville-campagne. L'impératif de la collectivité locale : gagner, est plus fort que les oppositions idéologiques.

35La réaction violente de Don Camillo devant le spectacle décevant du match de boxe organisé par Peppone, qui est dans un premier temps favorable à "la ville", doit être interprété en ce sens. Don Camillo déguisé monte sur le ring, venant à l'aide de Peppone qui, lui-même, a pris la place du champion de la section locale — un communiste — mis hors de combat dès les premières minutes du match par le champion fédéral, un autre communiste cependant. En quelques secondes, Don Camillo met le champion de la ville K.O. Les représentants des deux composantes constitutives de la collectivité villageoise (composante religieuse et composante politique), Don Camillo et Peppone, sont unies dans un même but quand il s'agit de sauver la réputation de la localité. Jésus (qui a sous la plume de l'auteur une présence particulièrement "humaine" et humoristique) est le saint protecteur de la cohésion communautaire. Il faut avant tout sauver l'identité et l'équilibre du pays qui reposent ici sur l'image supérieure que se font les habitants de leur village et d'eux-mêmes.

36De la même façon, face à une autorité centrale, telle la police par exemple, qui essaye parfois d'arbitrer les affrontements sociaux ou politiques à leur place, les représentants locaux de la Démocratie Chrétienne et du Parti Communiste font front commun, Ainsi, accusé par la police d’avoir assommé douze personnes en lançant sur eux une table énorme, Don Camillo refait son geste devant une foule médusée pour prouver qu'il avait agi seul, sans complicité. Peppone qui ne veut pas être en reste s'avance et accomplit lui aussi cette prouesse quasi surhumaine et digne d'un géant de légende. D'un air sombre, il enlève sa veste, prend la table, grince un peu des dents, la lève au-dessus de sa tête et l'envoie dans le pré. "L'enthousiasme unit les deux rivaux dans le cœur de la foule", commente l'auteur. Incontestablement, de tels gestes ouvrent sur le merveilleux. La fougue que mettent Peppone et Don Camillo à démontrer leur force physique fait fuir le policier charger d'enquêter sur les faits. Cet événement signifie plus sérieusement que l'Etat, en la personne du gendarme, n'a pas à s'immiscer dans des événements qui concernent uniquement la communauté locale, L'auteur montre que, dans cette plaine émilienne, la défense de l'identité locale domine, au besoin, sur les questions d'appartenance politique et sur les clivages d'appareils.

  • 10 Don Camillo à Moscou, op. cit. Voir page 7 et suivantes.

37L'esprit communautaire tend à réprouver les actions conduites exclusivement à des fins personnelles et individuelles. Un jour, une nouvelle met en émoi la localité, Les journaux du lundi annonce qu'un certain Pepito Sbezzeguti vient de gagner dix millions au Totocalcio, le populaire concours de pronostics sur les matches de football10. En fait, il s'agit de Peppone, qui a discrètement parié sous un pseudonyme... Ce dernier avoue son geste au prêtre médusé puis indigné. "Un communiste qui se respecte gagne son salaire à la sueur de son front". Et de poursuivre : "Camarade ! Tout ce qui sert à leurrer le travailleur en lui faisant croire qu'il peut se procurer le bien-être autrement que par la révolution prolétarienne, est contraire aux intérêts du peuple et sert la cause de ses ennemis !" (op. cit., p. 12 et 13). Peppone, accablé, supplie le curé d'en finir "de ramener toujours la politique sur le tapis''... En fait, ce qui intéresse Don Camillo, c'est la fabuleuse cagnotte de dix millions dont une partie permettrait d'envisager des investissements paroissiaux. “Mieux valent dix millions aujourd'hui que tous les lendemains qui chantent" (p. 13).

IV - SPORT ET CHANGEMENT SOCIAL ET POLITIQUE : LA FIN DU "PETIT MONDE"

38Par la publication en 1969 de l'ouvrage Don Camillo et les contestataires, l'auteur montre que la coexistence compétitive entre la D.C. et le P.C.I. n'était qu'une étape dans la reconstruction du pays. Le "petit monde" de Don Camillo s'achève. Une autre époque s'ouvre, constituée autour de nouveaux enjeux.

1. Les transformations progressives de la vie italienne

39Le jeu d'opposition(s) et d'émulation entre le Parti Communiste et la Démocratie Chrétienne qui se traduit, dans Le Petit monde de Don Camillo, par un dédoublement local des foyers de la sociabilité sportive — équipement communal et équipement confessionnel — est caractéristique d'une conjoncture spécifique : les années 1946-47 et plus largement les années 1945-60. Durant cette période qui fait suite aux années de la Libération, le Parti Communiste, ayant été exclu dès 1947 du gouvernement dans lequel dominent les démocrates chrétiens, a été amené à déployer une "formidable organisation" et un nombre impressionnant de militants sur le terrain. De son côté, l'Eglise, par peur du communisme, a mis en œuvre toute une série de grandes initiatives de masse (sur ce point voir l'étude de Giovanni Miccoli, op. cit., p, 1534), et ce, en conformité avec les directives de Pie XII soulignant la nécessité d'un engagement de l'Eglise dans la vie sociale.

  • 11 Sans nul doute, et comme le remarque Giovanni Miccoli, “le pontificat de Jean XXIII représente dan (...)

40La nouvelle politique nationale prône un rapprochement entre la D.C. et le P.C.I. Dès 1959, cette ouverture à gauche trouve un allié dans le Pape Jean XXIII qui voit dans cette nouvelle orientation une façon de résoudre les problèmes de pauvreté11. La consigne de ce Pape est que le clergé abandonne les batailles politiques pour s'adonner uniquement aux oeuvres spirituelles et à la promotion de l'homme. Le 25 janvier 1959, le Pape annonce au monde son intérêt de réunir un Concile œcuménique dont un des objectifs est d'assurer le renouveau de l'Eglise face au monde moderne. Cette nouvelle conjoncture politique transforme les relations entre la D.C. et le P.C.I. Le dialogue remplace l'affrontement verbal et physique.

41Les luttes et les stratégies qui s'imposent à l'échelon national ne colorent plus de la même façon la vie locale. Peppone, devenu député (Don Camillo à Moscou, 1963) s'intéresse moins à la commune. En s'engageant dans une carrière politique, il perd le contact direct avec ses administrés. "Peppone revenait au pays assez fréquemment, et ce n'était plus le Peppone de naguère, mais un personnage imbu de lui-même, qui circulait avec une énorme serviette bourrée de documents, et le visage soucieux du leader aux responsabilités écrasantes" (op. cit., p. 21). De même, le jeune prêtre, "un prêtrichon progressiste" que l'évêque envoie à ce moment-là auprès de Don Camillo pour le "mettre à la page", utilise une méthode qui est aux antipodes des manières de Don Camillo. Les contrastes entre le jeune prêtre et Don Camillo reflètent les nombreux affrontements déclenchés, au sein de l'Eglise, par l'orientation nouvelle du discours de Jean XXIII (cf. Giovanni Miccoli, op. cit., p, 1542). La force de persuasion du jeune prêtre réside dans le respect des encycliques et des textes religieux. L'engagement physique et l'inspiration métaphysique ne sont pas compatibles. De ce fait, le rayonnement et la force de persuasion que donnaient à Don Camillo la puissance musculaire et la prestance physique n'ont plus cours. Le "petit monde" connaît une mutation culturelle. Le temps des défis sportifs est fini. Pas tout à fait, cependant, avec l'influence indirecte du Président Mao...

2. La dissidence maoïste contre l'orthodoxie marxiste...

42La communauté locale est touchée par les événements de la politique internationale. Dans son livre publié en 1969, Guareschi met en scène l'opposition entre les partisans du communisme chinois de Mao et les fidèles au communisme soviétique,.. La question est tranchée par un défi sportif particulièrement bien préparé, dans l'ombre, par Don Camillo lui-même.

43Le comportement de dissidence du hameau communiste de la Rocca, situé sur la commune, se trouve indirectement sous les feux de l'actualité internationale. Les journaux viennent en effet de publier une renversante information selon laquelle Mao, en dépit de ses soixante-dix ans, a nagé "sur quinze kilomètres à une vitesse de hors-bord" (Don Camillo et les contestataires, op. cit., 1969, p. 26). Mais que pensent les camarades chinois de la Rocca d'un chef comme le Camarade Bognoni qui ne sait même pas nager ? Comment peut-on préparer la révolution prolétarienne sans savoir nager ? Une pareille affiche, de couleur jaune, signée par "un groupe de camarades qui savent nager", est reçue comme un affront. Le chef des communistes dissidents et maire du village de La Rocca, le docteur Bognoni, décide de se mesurer avec Peppone dans la traversée du Pô à la nage, Ce "défi du siècle" prend l'allure d'une véritable épreuve sportive avec son règlement, ses juges, et le jour venu une foule énorme s'entasse sur les berges du fleuve. Le camarade Bognoni, en tête de la première manche, est largement distancé sur la ligne d'arrivée par Peppone. Ce dernier finit par comprendre que Don Camillo a orchestré "cette sale histoire". Mais il s'agit également d'une des dernières occasions majeures d'en découdre sur le terrain de la vie locale.

3. La jeunesse sportive et l'esprit contestataire de la fin des années soixante

44En outre, l'ouvrage : Don Camillo et les contestataires montre aussi le "petit monde" en butte à la jeunesse contestataire des années soixante qui tend désormais à se constituer comme une classe d'âge distincte et autonome. Le problème de cette jeunesse n'est plus de s'investir dans les appareils culturels et sportifs ouverts dans le courant des années cinquante. Le patronage de la jeunesse — confessionnel ou politique — n'est plus de mise. L'individualisme, la contestation, voire même des conduites anomiques caractérisent désormais le comportement social, familial, politique et sportif des adolescents qui se rassemblent en bandes. Cette sociabilité informelle échappe aux adultes. A ces transformations des comportements culturels s'ajoutent les nouvelles composantes sociales qui accompagnent les années du "miracle économique"...

45La culture de masse fait son entrée dans la localité par l'intermédiaire des jeunes à l'affût de la dernière nouveauté. Ceux-ci s'approprient les symboles et les attitudes d'une culture juvénile déjà médiatisée et importée des États-Unis, semble-t-il, Les "beatniks" du coin, garçons et filles, portant blouson noir, faisant pétarader leurs motos et traversant le village avec une agressivité affectée et théâtralisée, stigmatisent la barrière — le fossé des générations — qui les sépare de leurs parents. Le fils de Peppone est l'un de ces jeunes ; ainsi que la propre nièce de Don Camillo ! L'astuce de Giovanni Guareschi réside là encore dans la création d'un parallélisme à la deuxième génération, entre la gauche et la droite, Mais l'attitude des deux adolescents montre un affranchissement vis-à-vis des anciens référents socio-culturels. La culture "jeune" à laquelle ils participent échappe totalement aux convictions idéologiques qui ont structuré la vie publique locale dans les deux décennies précédentes.

46La pratique des sports violents comme le saut en parachute, le judo et le karaté sont des signes d'appartenance à cette culture "jeune". A travers ces pratiques sportives, l'objectif visé par les jeunes est de s'affirmer en s'opposant au monde des adultes et à leurs convictions idéologiques. Ainsi Cat, la propre nièce de Don Camillo, souligne-t-elle que le parachutisme "n'est pas un sport pour les curés et les fiers-à-bras de cambrousse" (Don Camillo et les contestataires, op. cit, p. 110). Michele, le fils de Peppone, pour plaire à Cat, passe sans transition du refus de faire son service militaire au devancement de l'appel, et il s'engage dans les parachutistes. Telle est la représentation "idéale" de cette nouvelle jeunesse. Quelques temps plus tard, Michele — dit Poison — fait son apparition, en uniforme de parachutiste, tandis que le maire, son père, prononce un vigoureux discours politique insistant sur la "barbarie du militarisme américain". Dès lors, Peppone se voit obligé par les circonstances — familiales — de changer l'orientation de son propos et de "larguer le Vietnam et l'Amérique" (op. cit., p. 119).

47La pratique du saut en parachute et celle de la moto concrétisent aussi tout ce qui sépare le jeune curé Don Chichi, qui représente l'Église progressiste, de son aîné Don Camillo. Des projets excentriques perturbent la tranquillité sociale et familiale. Le fils de Peppone et la nièce de Don Camillo envisagent de célébrer leur mariage en parachute devant le jeune curé parachutiste Don Chichi. Ce jeune prêtre, en acceptant de célébrer le mariage des deux jeunes gens en tenue de parachutiste, entend se montrer digne de l'Eglise rénovée qui "se met à la page et marche avec le progrès, la main dans la main" (op. cit., p. 185). D'ailleurs Cat souscrit aux convictions de Don Chichi en affirmant que les cures devraient être "modernes" et "dynamiques". Ces deux jeunes contestataires renoncent finalement à cette cérémonie extravagante. L'ouvrage se termine sur la célébration par Don Camillo du mariage de Cat et de Poison dans le pur respect de la tradition catholique. En revanche, le jeune prêtre se retrouve pris au piège des inventions sportives des jeunes et de leur besoin constant de heurter les adultes. Non averti du changement de projet des deux jeunes, le curé volant finit, ridicule, entortillé dans son propre parachute et suspendu au sommet d'un peuplier. Ne descend pas du ciel qui veut… De toute évidence, l'auteur donne le dernier mot en faveur du respect de la tradition du dogme catholique. Il entend rassurer ses lecteurs et en particulier ceux d'entre eux qui se montrent peu enclins aux brusques changements...

4. Un processus démocratique de modernisation de la société locale

48L'esprit contestataire qui domine dans cet ouvrage — le dernier de la série — souligne que, dans l'histoire du changement social mis en scène dans l'œuvre de Giovanni Guareschi, le "petit monde" au sein duquel les leaders du P.C.I. et indirectement de la D.C. s'affrontent en d'incessants défits sportifs, n'aura été qu’une étape nécessaire et indispensable à la reconstruction de l'Italie et à sa modernisation. Le "petit monde" cher à Giovanni Guareschi s'achève, une autre époque s'ouvre.

49A l'heure où la politique impose un autre type de coexistence : la coexistence pacifique par le dialogue et non pas la coexistence compétitive par l'affrontement direct, l'auteur, par l'intermédiaire de Don Camillo, évoque avec nostalgie les vingt ans de coexistence compétitive par l'affrontement physique et sportif. Giovanni Guareschi semble suggérer que la communauté locale y perdra nécessairement de son dynamisme. En termes de science politique, cela correspond au passage de l'efficience des réseaux locaux de sociabilité à la mise en place d'appareils idéologiques centraux visant au contrôle du pouvoir, Peppone est désormais sénateur… Guareschi meurt en 1968 et le dernier volume de la série du "petit monde" est publié l'année suivante. L'histoire politique de la décennie qui suit confirmera les intuitions de l'auteur.

50Que faut-il retenir en conclusion ? La sociabilité sportive et les identités socio-politiques qu'elles traduisent sont une des dimensions constitutives du "petit monde" de Don Camillo. Le principe de dualité idéologique — option catholique et/ou option communiste — autour duquel s'organise la vie publique locale est un facteur de dynamisme social autant qu'un garant de la liberté d'expression démocratique.

51Notre étude montre que, d'une certaine façon, les ouvrages de Giovanni Guareschi peuvent être lus comme des témoignages du changement social, politique et culturel de l'Italie. Le changement politique s'ordonne autour de deux périodes charnières. Il s'agit d'abord de l'époque de l'après-fascisme et de l'apprentissage de la démocratie avec l'institution de la République et, ensuite, avec les années soixante, de la période de contestation des jeunes, en 1968, et de l'ouverture politique à gauche.

  • 12 L'historien du sport italien qui s'intéresse aujourd’hui à ces questions se trouve confronté à deu (...)
  • 13 Au delà du constat que présente l'intérêt de mettre en relation expression littéraire et réalité s (...)

52La forte imbrication entre le sport, les relations sociales et l'action collective, caractéristique du "petit monde" décrit par Giovanni Guareschi, montre que la littérature gagne à être appréhendée comme une source historique fort utile12. La littérature participe ainsi de l'explicitation des formes et des rituels de sociabilité qui accompagnent les diverses stratégies politiques. L'art de Giovanni Guareschi est bien de schématiser, dans ses principales composantes, les ressorts de la vie politique et publique. Le dédoublement des cercles de la sociabilité organisée favorise l'engagement des personnes (ou des groupes) et garantit le maintien de l'espace public propre à l'exercice démocratique. Il s'agit bel et bien d'une situation marquante de la conjoncture historique de l'après-fascisme. A cet égard, nous pouvons considérer que Giovanni Guareschi a réussi à élaborer une fiction littéraire qui correspond à une configuration socio-idéologique caractéristique, déjà étudiée par les historiens de métier13, Pourtant, le témoignage littéraire est susceptible d'apporter sa note originale et sa coloration spécifique à cette connaissance interdisciplinaire des faits de société.

Notes

1 Giovanni Guareschi, Mondo Piccolo « Don Camillo », Milano : Rizzoli, 1948. Traduction française : Le petit monde de Don Camillo, Paris : Seuil, 1951. Ce livre inaugure la série des "Don Camillo", Les references aux ouvrages de Guareschi données dans cet article se rapportent toujours aux traductions françaises.

2 Sur ces aspects, voir le livre de Catherine Brice, Histoire de l'Italie, Paris : Hatier, 1992. En particulier ; "L'Italie d'aujourd'hui", p. 431-432. L'analyse détaillée de la place de l'Eglise dans la société italienne est fournie par Giovanni Miccoli dans son chapitre : "Chiesa e società in Italia dal Concilio Vaticano I (1870) al pontificato di Giovanni XXIII", in Storia d'ltalia, Volume quinto, documenti, 2, Torino : Einaudi 1973, p. 1497-1548. Se reporter en particulier à la section : "Il secondo dopoguerra e la politica di Pio XII", p. 1534-1548.

3 L'importance du rôle de l'Eglise au niveau local est bien affirmée dans le domaine sportif. Les organisations locales du Centro Sportivo Italiano (CS/) — l'association sportive catholique qui, dès 1944, remplace l'ancienne Federazione Atletica Cattolica Italiana, dissoute par le fascisme en 1927 — semblent largement prévaloir sur les structures sportives mises en place par la DC telles que le Centra Nazionale Libertas (CNL). Le 25 mai 1945, à l'occasion de la Pentecôte et de la Pâque du Sport (la Pasqua dello Sport), organisée par le CSI, le Pape Pie XII prononce un discours légitimant la valeur morale et spirituelle de l’action sportive catholique. Dès 1945 également, le Parti Communiste forme le mouvement Sport e Proletariato. En 1948 est fondée l'Unions Italiana Sport Popolare (UISP) a l’initiative des sociétés sportives d'orientation socialiste et communiste. Tout en étant d’obédience très differente, voire même opposée, le CSI et l'UISP visent dès leur création à la promotion du sport dans les classes sociales modestes et auprès des classes d'âge se trouvant à l’écart du processus de diffusion des sports. Au niveau local ou régional, l'action des associations sportives affiliées est efficace.

4 Dans l'ensemble de l'Italie, l'action du CSI semble avoir pris l'ascendant sur le rôle des autres associations sportives. Mais il est évident que dans les régions à forte coloration communiste, comme dans l’Emilie-Romagne, l'opposition entre le CSI et les associations sportives comme Sport e Proletariato (de 1945 à 1948) et l'UISP (à partir de 1948) devait être plus directe et frontale. Lorsque le maire était communiste, les structures sportives mises en place au niveau de la commune étaient perçues comme des appareils de gauche.

5 Giovanni Guareschi, Mondo Piccolo « Il compagno Don Camillo », Milano : Rizzoli, 1963, Traduction française : Don Camillo à Moscou, Paris : Seuil, 1964.

6 Giovanni Guareschi, Mondo Piccolo « Don Camillo e i giovani d'oggi », Milano ; Rizzoli, 1969. Traduction française : Don Camillo et les contestataires, Paris : Seuil, 1971.

7 Don Camillo et les contestataires, op. cit., p. 25.

8 Rappelons que le processus d'émulation qui s'instaure entre le Parti Communiste et la Démocratie Chrétienne ou même l'Eglise correspond à la réalité des faits, dans la conjoncture envisagée, Luigi Gedda — Président des Comités Civiques de l'Action Catholique, qui est à l'origine de la renaissance du mouvement sportif catholique — insiste sur le fait que le sport doit contribuer à la reconstruction morale et matérielle du pays, en se réorganisant et en s'employant à l'édification d’installations sportives en tous genres. Pour cela, le mouvement sportif doit faire directement appel à la collaboration des autorités politiques, au niveau central ou local. Sur ces points, voir : L'ABC dello sport. La società sportiva, Roma : CSI, 1953-54, Et plus particulièrement le chapitre intitule : CSI, 10 anni al servizio della gioventù sportiva" (p. 926-937). L’intention affichée par les organisations sportives apparentées au Parti Communiste ou à la Démocratie Chrétienne est bien de reprendre en main l'éducation sportive des jeunes dont le fascisme avait eu le monopole de 1926 a 1943.

9 Citons en particulier le propos d'Enzo Enriquez Agnoletti. "Dans son Don Camillo, œuvre réactionnaire, peu lue en Italie, Guareschi a essayé d'accréditer une image sem-idyllique de la lutte politique dans la péninsule, ce qui explique peut-être le grand succès du livre à l'étranger. Forces et faiblesses du Communisme italien", L'Italie bouge, Esprit, septembre-octobre 1955, p. 1551-1563 (cit. p. 1551).

10 Don Camillo à Moscou, op. cit. Voir page 7 et suivantes.

11 Sans nul doute, et comme le remarque Giovanni Miccoli, “le pontificat de Jean XXIII représente dans l'histoire de l'Eglise une profonde rupture”, à la fois "par le discours positif livre par le pape en personne et par les forces nouvelles, les tendances et les énergies latentes qui, grâce à ses initiatives, ont trouvé des possibilités d'expression” (op. cit., p. 1542).

12 L'historien du sport italien qui s'intéresse aujourd’hui à ces questions se trouve confronté à deux difficultés majeures. D'une part, la relative abondance des écrits catholiques n'a pas exactement son équivalent à gauche et, d'autre part, il est parfois difficile de tenter une généralisation à partir de quelques situations locales assez bien connues. Toutefois des travaux comme ceux de Sergio Giuntini montrent qu'il est possible de surmonter ces deux difficultés, Voir par exemple son livre. Storia dello sport a Milano, Milano : Edi-Ermes, 1991.

13 Au delà du constat que présente l'intérêt de mettre en relation expression littéraire et réalité sociohistorique, il serait utile de s'interroger sur le statut de "témoignage historique direct, au titre d'une histoire culturelle, qu'on peut reconnaître à telle ou telle œuvre littéraire, pour en fixer les limites exactes de validité.

Auteur

Doctorante, Université de Paris IV

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540