Version classiqueVersion mobile

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

5. La pratique sportive dans son cadre spatio-temporel

Modernisation et/ou tradition de la gymnastique en Alsace : de la gymnastique de scène à la gymnastique de fosse

Le cas du Haut-Rhin

William Charpier

Texte intégral

AVANT-PROPOS

1L'étude à laquelle se réfère cette communication s'est intéressée aux rapports entre les transformations de l'espace et l'évolution des conceptions de la gymnastique artistique et sportive en Alsace depuis les années 1970.

2Cette mise en relation a comporté deux volets. Le premier, proche de la sociologie de la culture et de l'histoire sociale, a posé le problème théorique du rapport entre : Ethique(s)-Pratique(s) et Espace(s). Les supports théoriques utilisés se sont plus particulièrement référés à Pierre Bourdieu, à Georges Duby, à Norbert Elias et à Erwin Panofsky, et du côté des approches appliquées aux travaux de Pierre Arnaud, de Antoine Haumont et de Georges Vigarello. Le deuxième volet s'est inscrit, plus largement, dans la perspective d'une sociologie des politiques sportives locales et de la sociologie du sport en général et a posé le problème des rapports entre l'institution gymnique et la politique des acteurs locaux du développement sportif. Le cadre théorique pour cette approche s'est construit, en particulier, autour des travaux de Jean-Pierre Augustin, de Roger Bonnes, et de Jean-Paul Callède. Dans le cadre, thématique et temporel, prévu pour les interventions de ce colloque, ma communication portera essentiellement sur le premier volet.

3En soulignant le rôle particulier de la gymnastique en Alsace, ce travail a montré, à l'aide d'études de cas, qu'après une phase d’opposition, de crise et de destructuration où se sont affrontés les tenants d'une gymnastique collective, festive et conviviale et ceux d'une gymnastique sportivisée, spécialisée et technologisée, la salle spécialisée se trouve progressivement incorporée dans l'espace des sociétés de gymnastique du Haut-Rhin, en remplaçant les salles polyvalentes, traditionnelles, construites pour la majorité d'entre elles au siècle dernier. L'analyse de ce processus d'intégration et de diffusion de la salle spécialisée indique clairement, dans sa phase actuelle, la nécessité qu'ont les sociétés de gymnastique de prendre en compte, au plan des infrastructures, révolution de la discipline et de s’engager avec les acteurs politiques locaux dans de nouvelles perspectives de fonctionnement et de gestion. Cette analyse souligne aussi l'attachement et la volonté de l'institution gymnique locale de préserver un ensemble de pratiques et de valeurs fondatrices, un mouvement qui se traduit par la préservation symbolique ou réelle de la "scène" dans la vie associative gymnique et la tentative de reconstruction d'un modèle associatif de type néo-patrimonial.

INTRODUCTION

4La gymnastique artistique et sportive, comme d'autres activités, a connu depuis les années soixante des bouleversements importants, se traduisant notamment par un processus de rénovation et de transformation de ses infrastructures. Cette évolution de la gymnastique dans le sens de la "sportivisation" a engendré la construction de salles d'un nouveau type : les salles spécialisées, dans lesquelles la "scène", symbole de la tradition gymnique alsacienne, semblait ne pas avoir sa place.

5L'adoption et la diffusion d'un nouveau modèle architectural dans une société marquée par des particularismes ne sont pas des processus qui se déroulent facilement et simplement. Ils sont l'occasion de stratégies d'adaptations diverses dont les modalités se situent souvent entre deux pôles : d'un côté, une attitude conservatrice marquée par le refus total du nouveau modèle, de l’autre, une attitude transformatrice et une adhésion complète aux traits de la nouvelle culture, Entre ces deux positionnements extrêmes se cherchent de nouvelles alliances entre modernisation et traditions culturelles et s'observent des situations à la recherche d'une synthèse nouvelle ayant pour objet la conciliation de valeurs apparemment contradictoires.

6Comment dans deux conjonctures particulières, celle du milieu des années soixante-dix, où la gymnastique compétitive, technologisée et professionnalisée étend sa domination sur l'Hexagone, et celle du début des années quatre-vingt-dix, caractérisée par l'émergence de l'intérêt accordé par les collectivités territoriales au mouvement gymnique, les sociétés de gymnastique haut-rhinoises ont-elles réagi face aux exigences de la modernisation et ont-elles su négocier cette phase de transformations à la fois au niveau de la société elle-même, de ses pratiques culturelles, de sa sociabilité…, mais aussi avec les différents interlocuteurs et acteurs locaux du développement sportif, comme la municipalité, le Conseil Général... ?

  • 1 ARNAUD P, Pratiques et pratiquants : Les transformations de la sociabilité sportive. In ARNAUD P - (...)

7La gymnastique a toujours été autre chose et bien plus qu'une simple pratique physique destinée à développer et à renforcer les corps1. Elle occupe une place particulière dans l'espace des pratiques. Ce qui est, d'ailleurs, encore plus vrai en Alsace. Les fonctions culturelles et surtout politiques de la discipline dans le sens du renforcement de la cohérence identitaire régionale sont encore historiquement plus prégnantes en Alsace dont on connaît le destin singulier.

  • 2 CAMY J. -VINCENT G. Transformations des relations sociales et de la culture populaire : Les sociét (...)

8Dans un tel cadre, la "Société de Gymnastique" propose et organise un ensemble de pratiques qui dépasse largement le seul attrait pour l'activité gymnique. Pratiques gymniques, fête anniversaire, bals, repas, randonnées pédestres, spectacles et participation à des manifestations diverses au sein de la commune rythment la vie d'une communauté qui exprime, célèbre et revendique autour de puissants symboles une culture identitaire locale, une unité collective soudée, en un mot ce "nous" comme totalité plurielle et dynamique", façonné par les événements historiques2.

9En retraçant la généalogie de l'adoption et de la diffusion de la salle spécialisée, dans l'espace gymnique du Haut-Rhin, nous avons cherché à décrire et à analyser la manière dont un mouvement local, profondément inscrit dans l'histoire de sa région, réagit face à des bouleversements profonds, à une nouvelle conjoncture définie comme une condition générale à laquelle il faut faire face, susceptible d'impulser d'éventuelles innovations.

  • 3 CLEMENT J.P., DEFRANCE J., L'évolution du sport : Structure et conjoncture. In Actes des premières (...)

10Étant donné l'histoire singulière des clubs alsaciens, il s'agit également de montrer que les effets de la conjoncture sportive et de la conjoncture en général ne sont pas les mêmes sur l'ensemble des clubs. Autrement dit, "une même situation englobante induit des effets différents sur les éléments différenciés d'un système"3.

A - LA CONJONCTURE SPORTIVE DES ANNÉES 1970

11Dans les années 1970, sous l'influence d'une conjoncture sportive nationale et internationale, la conception de la gymnastique compétitive étend sa domination dans l'Hexagone. A la gymnastique polyvalente et collective succède une activité sportive spécialisée et individuelle.

12Le renouveau de la gymnastique artistique et sportive se traduit par un faisceau de nouvelles données et notamment par une modernisation des agrès et l'apparition d'innovations technologiques comme la fosse aux agrès.

13La mutation technique et technologique qui caractérise l'ensemble des pratiques sportives s'accompagne dans le même temps, au niveau de la gymnastique, d'une nouvelle définition de l'espace et de l'aménagement intérieurs des gymnases qui deviennent dans leur usage et dans leur appellation des "salles spécialisées de gymnastique", caractérisées par des normes de dimensions et d'équipements spécifiques incorporés dans le sol, tels que praticable, fosse aux agrès...

14La gymnastique alsacienne, comme celle des autres régions mais avec beaucoup plus d'intensité, se trouve confrontée à cette nouvelle situation. La région résiste d'autant plus à tout changement qu'elle détient un capital élevé de "forces formatrices d'habitudes" selon la phrase de G. Duby, profondément enraciné et vivace, qui repousse les modèles venus d'ailleurs.

  • 4 CLEMENT J.-P., DEFRANCE J., op. cit., p. 249-257.

15Au cours de cette période, dite de modernisation sportive, les conceptions du sport et de la gymnastique se trouvent entièrement redéfinies4. La configuration d’événements, qui impose l'adoption d'un espace gymnique renouvelé, a été négociée de manière différente par chacun des clubs alsaciens, certains s'adaptant avec plus de rapidité et de facilité que d'autres.

16Quelques années auparavant la préservation de la "tradition", symbolisée par la permanence de la scène, pouvait se concevoir sans trop de problèmes avec une gymnastique de performance même si cela nécessitait, de temps en temps, quelques adaptations. Avec l'apparition de nouvelles structures d'entraînement, d'encadrement et de conditions matérielles regroupées au sein des centres de haut niveau et des sections sports-études, il n'est plus concevable que le compétiteur soit issu d'une formation donnée exclusivement par le-club. La salle spécialisée apparaît alors, comme la traduction de ce mouvement où le club en perdant sa vocation de formation sportive, compétitive, met en péril sa cohésion sociale. Tout se passe comme si la transformation et la modernisation de la salle de gymnastique impliquaient la destruction des liens sociaux, des sentiments, des coutumes et des croyances appelés traditionnels.

1. Des adaptations conflictuelles et douloureuses

17Au cours de cette période, la vie sociale, conviviale, du club est sérieusement remise en cause et les reconversions indispensables, mais aussi conflictuelles et douloureuses, ébranlent durement certaines sociétés gymniques haut-rhinoises, notamment la Société de Gymnastique de Riedisheim et les M.D.P.A. (Mines De Potasse d'Alsace) de Wittenheim.

18C'est sans doute finalement dans cette rencontre entre une situation locale et une conjoncture nationale et internationale renforcée à partir de l'année 1976 que se situe l'origine de la crise profonde que subit la gymnastique dans le Haut-Rhin et certains clubs en particulier.

19Cette situation, chaotique et douloureuse pour le club des M.D.P.A de Wittenheim et la société de gymnastique de Riedisheim, souligne l'importance des bouleversements au niveau de la politique locale qu'entraînent les reconversions de la gymnastique nationale, Elle indique également l'obligation devant laquelle se trouvent les clubs de choisir entre différentes conceptions de la gymnastique et de sa pratique. Ces exemples montrent aussi que les oppositions au sein d'un club ne peuvent se réduire à un affrontement entre "modernes" et "traditionnels". Les enjeux internes sont façonnés par l'histoire du club et celle de ses membres, même s'il est vrai que la "conjoncture sportive" accroît les tensions et suggère des stratégies particulières.

20Au cours de cette période, la gymnastique haut-rhinoise connaît en peu de temps une crise majeure et un de ses plus forts renversements de tendance. Placée au premier plan de la gymnastique française jusqu'aux années 1975, elle est, au début des années 1980, pratiquement évincée de la scène nationale, quant aux performances.

2. Les prémisses de la restructuration et la transformation des enjeux

21Avec la salle spécialisée de Riedisheim, mise à la disposition de la Société de Gymnastique en décembre 1975, deux autres réalisations, l'une à Colmar et l'autre à Dessenheim, voient le jour et marquent le point de départ, non seulement de la construction de salles spécialisées dans le département, mais aussi de l'intérêt accordé par les municipalités à la gymnastique dans le Haut-Rhin.

3. La salle spécialisée de Colmar : unifier la gymnastique locale

22En regagnant ce lieu, le club de "l'Avenir" poursuit et accentue sa démarche dans le sens de la sportivisation tout en réduisant progressivement mais de manière très significative la place de la fête traditionnelle, fusionnelle, Cela se traduit par une approche différente de la fête, par l'abandon de la scène et de ses spectacles. Le programme, auparavant très éclectique, se trouve désormais construit exclusivement autour de démonstrations gymniques en relation directe avec le programme des compétitions. Pour marquer définitivement le changement de stratégie à l'égard de la fonction de la fête un nouveau comptage et une orientation plus sportive de celle-ci débutent à partir de 1977.

23L'exemple de l'Avenir de Colmar illustre la volonté de certains clubs, engagés dans une sportivisation maximum qui leur impose de rompre avec des pratiques plus traditionnelles, plus ludiques, de faire converger l'ensemble de leurs préoccupations vers plus de rationalité et d'efficacité sportives et compétitives.

4. Le club de Dessenheim et modification de la concurrence

24Dans le cas de la Société de Gymnastique de Dessenheim, créée au début des années 1970, la prise en compte de l'évolution de la pratique gymnique qui s'est traduite par l'adoption rapide de ce nouvel espace peut s'expliquer par le fait que ce club n'a pas subi les contraintes et les résistances d'une tradition gymnique locale, étant donné ses quelques années d'existence. En quelque temps, le club de Dessenheim s'affirme sur le plan départemental, régional et même national, au niveau de la gymnastique masculine, et obtient en 1981 ses meilleurs résultats avec les performances obtenues en Coupe de France.

25En offrant les conditions d'une pratique spécialisée, la salle de Dessenheim est alors, au niveau de la gymnastique masculine haut-rhinoise, le lieu de rassemblement de l'élite départementale.

26D'une certaine manière, on peut considérer que l'effondrement de certains clubs, comme les M.D.P.A. de Wittenheim à tradition compétitive très marquée, a modifié la concurrence entre les clubs et a entraîné, d'une certaine manière, l'émergence sur le plan compétitif local d'autres clubs créés beaucoup plus récemment (Dessenheim, Mulhouse Olympique Gymnastique...) ou encore qui se sont restructurés, comme celui de Roderen.

27A partir de cet exemple, on aperçoit en quoi la restructuration de l'espace est liée à la modification de la concurrence sportive alsacienne.

28En définitive, si tous les clubs se trouvent, dans une certaine mesure confrontés à cette nouvelle conjoncture, seul un petit nombre va en subir ou en capter les effets.

29En engageant des travaux les dotant d'une salle spécialisée, équipée d'une fosse à agrès, quelques clubs haut-rhinois ont su négocier cette nouvelle phase de la gymnastique. Comme nous l'avons souligné, cette intégration d'un nouvel espace de pratique n'a pas déclenché des stratégies identiques pour tous les clubs.

30Tout se passe comme si dans les années 1975-85, les clubs de gymnastique eurent à choisir entre la sportivisation et la fidélité à la tradition en enclenchant souvent un processus de "crise" plus ou moins violent. La diversité des réponses des clubs aux contraintes de la conjoncture montre que si les adaptations étaient incontournables, elles s'effectuèrent néanmoins de façon différentes en fonction de l'état et de l'histoire du club.

B - LES ANNÉES 1990 : LA "SORTIE DE CRISE"

31Après une période de latence, au point de vue des constructions, pendant laquelle s'opèrent des transformations du public, des dirigeants, des clubs et des responsables politiques locaux, débute, à partir du début des années 1990, une nouvelle phase de l'histoire de la gymnastique alsacienne, que l'on peut qualifier de "sortie de crise", marquée par une floraison exceptionnelle de salles spécialisées et accompagnée par d'autres perspectives de gestion, La phase actuelle du processus de transformation du paysage gymnique, caractérisée par l'adoption et la diffusion de salles spécialisées, n'apparaît pas comme une étape obligée dans un processus de développement univoque mais plutôt comme l'aboutissement d'une série de choix historiques. Des choix marqués par l'abandon définitif des salles traditionnelles et le renoncement au patrimoine immobilier et foncier "acquis à force de sacrifices et de ténacité", au profit des salles spécialisées municipales.

32Ce mouvement traduit une implication croissante des collectivités territoriales et des dépenses publiques et engage un processus de municipalisation de la gymnastique par lequel la municipalité substitue à la possession patrimoniale une relation de type contractuelle.

  • 5 CALLEDE J.-P., DANÉ M„ Sociologie des politiques sportives locales. Trente ans d'action sportive à (...)

33De nouvelles relations s'établissent entre les municipalités et les associations qui inaugurent un nouveau mode de "relation contractuelle". Les premières construisent les équipements, assument les coûts d'investissement, de fonctionnement et de maintenance du patrimoine immobilier et les secondes proposent un modèle de sociabilité culturelle particulièrement efficace d'un point de vue local5.

34Cette relation qui définit les rôles et les attentes de ces deux partenaires, les municipalités et les clubs gymniques, s'exprime sous la forme d'un contrat, qui selon les circonstances peut revêtir le caractère d'une contrainte ou d'une convention. Une action qui s'inscrit dans un cadre de coopération et se présente d'un point de vue sociologique comme "un modèle d'interpénétration normalisée". Elle constitue alors de ce fait le schéma général des relations de la nouvelle vie associative sportive urbaine.

35Dans ce processus de contractualisation les différentes sociétés ont négocié de manière totalement singulière cette nouvelle page de leur histoire, L'étude de la municipalisation des équipements, du matériel, de l'entretien, des charges de fonctionnement, des personnels a montré combien également dans ce mouvement de déprivatisation la société de gymnastique entendait tout à la fois accepter la nécessité de s'engager dans de nouvelles perspectives de gestion mais aussi souhaitait conserver un marquage territorial et une certaine forme d'autonomie.

36L'étude de différentes sociétés qui ont adopté ce nouvel espace de pratique indique une autre gestion du couple changement/permanence, dans la vie sociale du club. A la différence de la période précédente 1975-1985, les clubs qui adhérent à une conception sportive, compétitive en 1990 ne renoncent pas à l'aspect convivial et festif de la gymnastique. Bien que l'activité compétitive soit très importante pour certains clubs (comme à Illzach), elle perd en importance relative puisque d'autres types de pratique contribuent parallèlement à la cohésion et au dynamisme de la société gymnique.

37Il semble qu'il n'existe plus de contradictions entre la mise en avant de particularismes à la fois associatifs et alsaciens, et l'adhésion à une éthique "universelle" de la compétition, Il ne s'agit plus en effet de défendre un "particularisme" ou une "identité", mais plus simplement de participer avec l'ensemble du mouvement associatif à la vie locale. La fête retrouve de la vitalité par la conjoncture, mais n'a plus ni la même position, ni la même fonction qu'auparavant. Cette situation indique clairement la co-existence de tendances contradictoires et la fin des incompatibilités.

  • 6 BRETON Ph, À la recherche de l’alsacianité". In I.N.S.E.E chiffres pour l'Alsace, no 23, 1992, p.  (...)

38Ce renouveau disciplinaire semble indiquer l'abandon de l'opposition "tradition-compétition" ou encore celle entre le changement et la continuité, La "modernité", qu'exprime ce mouvement en Alsace, "n'est pas le refus du passé mais bien plutôt celui de l'accentuation de ces tendances positives dans une perspective de progrès"6.

39On peut comprendre les transformations du statut de la gymnastique alsacienne comme un effet des modifications des "mentalités locales" de moins en moins sensibles à l'antagonisme entre "valeurs traditionnelles" et "modernisme", une conception reproblématisée pour reprendre l'expression de Michel Foucault, plus conciliatrice en quelque sorte, qui redéfinit la place de la gymnastique et de ses clubs dans la vie locale.

40Cela dit, ces modifications passent par des transformations de structure à tous les niveaux : public des dirigeants, gestion du club, relations avec acteurs politiques du développement sportif municipal et territorial...

41Incontestablement l'Alsace, ce "pays des marges", qui accordait une place particulière à la gymnastique, et à quelques autres sports dans l'espace associatif, connaît depuis ces dernières années des mutations culturelles accélérées, qui se traduisent sociologiquement et institutionnellement, pour le mouvement gymnique par la transformation radicale de l'espace des clubs, du type de gestion de ces derniers et de la structure sociale des dirigeants.

CONCLUSION

42Cette aventure humaine, sociale, économique et politique que constitue la réalisation d'un nouvel aménagement de la pratique gymnique est le résultat d'un processus historique complexe pour chacune de ces sociétés gymniques. Une histoire singulière et collective, souvent marquée par une série de crises, de conflits, de résistances et une multitude de palabres et de persuasions, qui tantôt conduisent à renforcer la cohérence et la cohésion de l'association, tantôt aboutissent à une profonde remise en cause de son fonctionnement et de sa gestion.

  • 7 VOVELLE M. op. cit,. p. 194.

43Nous avons constaté que la salle spécialisée a eu des difficultés à se diffuser dans le Haut-Rhin non parce qu'elle pose un problème en soi, mais plutôt parce qu'elle rencontre une situation locale affirmée et toujours vivante. Cela explique qu'il a fallu du temps et franchir différentes étapes pour son appropriation, qui s'accompagne en réalité d'une transformation profonde du mode de fonctionnement global du club et des "sociabilités antérieures. Néanmoins, la scène occupe toujours une place de choix dans la vie gymnique locale et en constitue d'une certaine manière l'élément essentiel parfois indispensable, Nécessaire symboliquement, elle contribue à pérenniser, pour toute une communauté, la fonction de la fête et la polyvalence des pratiques que l'on retrouve souvent au cœur de la vie associative des sociétés de gymnastique. La fête et son espace privilégié, la scène, expriment des dispositions acquises, incorporées, "des comportements collectifs, reflets inconscients des sensibilités" qui traduisent la permanence de certains héritages culturels7.

  • 8 CALLÈDE J.-P. Les jeux de pelote basque à Bordeaux : De l'identité culturelle au loisir sportif, I (...)

44L'adoption et la diffusion d'une innovation, technologique en apparence, dans un tissu local dominé par des particularismes, ne s'effectue pas facilement et simplement. Il s'agit plutôt d'un processus, souvent douloureux pour certaines structures et leurs agents, rythmé par des résistances, des crises et des conflits sévères. Dès lors, les transformations de l'espace sont globalement le résultat de l'affrontement entre plusieurs courants antagonistes, que l'on peut provisoirement distinguer en courant "traditionnel" et plutôt conservateur et en courant "moderniste" favorable au changement, malgré l'ambiguïté théorique d'une telle opposition8. Il ne va pas de soi en effet de traduire ces attitudes gymniques en positions ou valeurs politico-morales plus générales, passéistes ou progressistes, dans la mesure où ces courants doivent être resitués à l'intérieur d'une histoire propre à la gymnastique alsacienne.

45Le processus de rénovation de l'espace gymnique haut-rhinois peut être schématisé par le passage d'une "gymnastique de scène" à une "gymnastique de fosse". Mais, tout se passe comme si les sociétés alsaciennes cherchaient à préserver, explicitement ou implicitement, quelques-uns des éléments structurants, leur permettant au-delà de la compétition de conserver une identité locale.

46Dans le cas de la gymnastique alsacienne l'incorporation des valeurs, au-delà des transformations techniques et architecturales, implique de nouveaux modes de fonctionnement relationnels, et des rapports au sport renouvelés. "L'indifférence" des dirigeants alsaciens aux modifications de l'espace témoigne de leur relative incompréhension des implications du processus. Ici, "l'habitus" ne décrypte pas totalement les enjeux de la transformation, on accepte "théoriquement" le changement mais on ne l'incorpore pas, La transformation vient d'ailleurs, et n'indique pas, comme dans les processus décrits par Leroi-Gourhan un investissement éthique ou esthétique de la société. Une transformation vide de sens, en quelque sorte, pour bon nombre d'acteurs qui montre également, au-delà de la notion de "gymnastique sportive" et de l'institution, la diversité des représentations de la discipline, parfois antagonistes.

47Aussi, les luttes pour la définition d'un espace ne sont pas seulement des oppositions d'ordre architectural, elles expriment également des oppositions dans la manière de concevoir et de pratiquer la gymnastique. A travers les modifications de l'aménagement de l'espace, ce sont finalement, les fonctions de la gymnastique qui sont visées.

Bibliographie

Bibliographie

livres

Actes des premières journées d'études, Sport et changement social. M.S.H.A., Bordeaux 3 et 4 avril 1987.

ARNAUD P., CAMY J., La naissance du mouvement sportif associatif en France. Lyon : P.U.L., 1986.

CALLÈDE J.-P., DANÉ M., Sociologie des politiques sportives locales. Trente ans d’action sportive à Bègies (Gironde), Talence : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1991.

DUBY G., Le temps des cathédrales. Art et société. 980-1440. Paris : Editions Gallimard, 1976.

ELIAS N., La société de cour. Paris : Flammarion, 1985.

____, Qu'est ce que la sociologie, (traduction de Yasmin Hoffmann), La Tour d'Aiques : éditions de l'aube, 1991.

FOUCAULT M„ L'usage des plaisirs. Paris : Gallimard, 1984.

LATTE J-A., La gymnastique. Paris : Vigot, 1948.

MICHON B. et coll., Corps, Espaces et Pratiques Sportives. Strasbourg : U.F.R.-STAPS, 1992.

PANOFSKY E., Architecture gothique et pensée scolastique. (Traduction et postface de Pierre Bourdieu) Paris : Editions de minuit, 1967.

Sports et Sociétés contemporaines. VIIIème Symposium de l'I.C.S.S, Paris : I.N.S.E.P, 1983.

VIGARELLO G., Une histoire culturelle du sport. Techniques d'hier et d'aujourd’hui. Paris : Editions Robert Laffont, 1988.

VOVELLE M., Idéologies et mentalités. Paris : Maspéro, 1982.

revues

Actes de la Recherche en Science Sociales. 1989, no 79.

Revue Sciences Humaines, Auxerre, no 7, no 15, no 20 et hors-série no l.

I.N.S.E.E., Chiffres pour l'Alsace, no 1, 1983, no 23, 1992.

La lettre de l'économie du sport.

Spirales. Le sport et la ville. Les politiques d'équipements sportifs xixe-xxe siècles. no 5, C.R.I.S.-UFRAPS, Lyon, 1992.

Travaux et recherches en E.P.S., no 5, Paris, 1979 Travaux et recherches en E.P.S., no 8, Paris, 1985.

enquete

Direction Départementale de la jeunesse et des sports du Haut-Rhin. La situation de la gymnastique dans le Haut-Rhin. Colmar : 1988.

articles

BARRUL R., L'émergence de la gymnastique à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. In ARNAUD P., CAMY J. La naissance du mouvement sportif associatif en France. Lyon : P.U.L., 1986 p. 55-84.

BONNES R., La municipalisation du sport, la vie associative. In : Sports et Sociétés contemporaines VIIIème Symposium de l'I.C.S.S. Paris : I.N.S.E.P., 1983, p. 43-49.

BONNES R., Le pouvoir sportif : Les logiques dévolution de 1940 à 1986. Dans Actes des premières journées d'études. Sport et changement social. Bordeaux 3 et 4 avril 1987, Talence : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, p. 131-145.

BRETON Ph, À la recherche de "l'alsacianité". In : I.N.S.E.E Chiffres pour l'Alsace, no 23, 1992, p. 5-8.

CALLÈDE J.-P., Expression culturelle et/ou pratique sportive. Revue E.P.S, no 224, 1990, p, 75-78.

—, La définition sociale de l'espace sportif : quelques perspectives sociologiques. In MICHON B. et coll. Corps, Espaces et Pratiques Sportives. U.F.R., Strasbourg, 1992, p. 84-93.

CALLÈDE J.-P., La politique sportive de la municipalité de Bègles. In : Spirales. Le sport et la ville. Les politiques municipales d'équipements sportifs xixe-xxe siècles. no 5, C.R.I.S. UFRAPS, Lyon, 1992, p. 61-72.

CAMILLERI C., Cultures et Stratégies : Ou les milles manières de s'adapter, In La rencontre des cultures. Revue Sciences Humaines, Auxerre, no 16, avril 1992, p. 21-25.

CAMY J., Les quilles de huit aveyronnaises et les formes de l'identité culturelle, In Actes des premières journées d'études. Sport et changement social. Op. cit., p. 43-48.

CAMY J., VINCENT G., Transformations des relations sociales et de la culture populaire : Les sociétés de gymnastique et de sports à Givors 1885-1914, In ARNAUD P., CAMY J., La naissance du mouvement sportif associatif en France. Op. cit., p. 223-239.

CHAMBAT P,, Les fêtes de la discipline : gymnastique et politique en France (1879 - 1914). In ARNAUD P. CAMY J., La naissance du mouvement sportif associatif en France. Op. cit., p. 85-96.

CHATEAU REYNAUD Y., Pouvoir sportif associatif et pouvoir municipal. In Actes des premières journées d'études de la Société Française de Sociologie du Sport. Sport et changement social, Op. cit., p. 179-187.

CLEMENT J. P., DEFRANCE J., L'évolution du sport : Structure et conjoncture. In : Actes des 1ères journées d'études, Sport et Changement social. Op. cit., p. 249-257.

DUBREUIL., Le décollage du sport en en France au début du siècle. In : Histoire sociale des pratiques sportives. Travaux et recherche en E.P.S., no 8, 1985, p. 10-15.

DUNNING E., SHEARD K., La séparation des deux rugbys. Traduction de CLÉMENT J.P., DEFRANCE J., OEIL F. In : Actes de la Recherche en Science Sociales. 1989, no 79, p. 92-107.

HAUMONT A., Les équipements sportifs, In : MICHON B. et coll. Corps, Espaces et Pratiques Sportives. Op. cit., 1992, p. 98-110.

POCIELLO C., Espaces sportifs, innovations et prospectives. In : MICHON B. et coll. Corps, Espaces et Pratiques Sportives. Op. cit., p. 111-138.

archives

- Archives des 16 sociétés de gymnastique concernées par cette étude.

- Archives du Comité Départemental, du Conseil Général du Haut-Rhin.

- Archives des municipalités concernées.

Notes

1 ARNAUD P, Pratiques et pratiquants : Les transformations de la sociabilité sportive. In ARNAUD P - CAMY J, La naissance du mouvement sportif associatif en France. Lyon : P.U.L., 1986, p. 182.

2 CAMY J. -VINCENT G. Transformations des relations sociales et de la culture populaire : Les sociétés de gymnastique et de sports à Givors 1885-1914, In, ARNAUD P.,CAMY J. Naissance du mouvement associatif en France. Op, cit., p. 227.

3 CLEMENT J.P., DEFRANCE J., L'évolution du sport : Structure et conjoncture. In Actes des premières journées d'études, Sport et changement social. M.S.H.A. Bordeaux 3 et 4 Avril 1987, p. 253.

4 CLEMENT J.-P., DEFRANCE J., op. cit., p. 249-257.

5 CALLEDE J.-P., DANÉ M„ Sociologie des politiques sportives locales. Trente ans d'action sportive à Bègles (Gironde). Bordeaux : M.S.H.A, 1991, p. 6.

6 BRETON Ph, À la recherche de l’alsacianité". In I.N.S.E.E chiffres pour l'Alsace, no 23, 1992, p. 8.

7 VOVELLE M. op. cit,. p. 194.

8 CALLÈDE J.-P. Les jeux de pelote basque à Bordeaux : De l'identité culturelle au loisir sportif, In Actes des premières journées d'études. Sport et changement social. M.S.H.A. Bordeaux, 3 et 4 avril 1987, p. 40.

Auteur

Doctorant UFR STAPS Université de Strasbourg II

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search