Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

5. La pratique sportive dans son cadre spatio-temporel

Mutations et invariants dans les organisations sportives

Anne-Marie Waser

Full text

  • 1 BOURDIEU P., Choses dites, Ed. de Minuit. 1987, p. 206.

1On observe, dans le monde du sport comme ailleurs, chez certains dirigeants sportifs, journalistes, auteurs — qu'ils soient universitaires ou politiques — une inflation de l'usage des termes de "mutation", "changement", "nouveauté", "modernité", etc. comme s'il suffisait, avec l'autorité que confère une position sociale, de déclarer que "le sport est en pleine mutation" pour qu'il le soit réellement. Or l'analyse du mouvement sportif ne peut se faire si l'on se contente d'observer le sport indépendamment des autres phénomènes sociaux : "si je ne sais pas que les perturbations d'Uranus sont déterminées par Neptune, je croirai saisir ce qui se passe dans Uranus alors qu'en réalité je saisirai les effets de Neptune"1.

2On introduira ici, à propos du tennis, une étude de l'histoire des transformations de la structure sociale des pratiquants sportifs. Celle-ci, menée en parallèle avec l'analyse de l'évolution des organisations sportives internationales et plus particulièrement l'affirmation de la légitimité de la compétition de haut niveau, doit nous permettre de saisir l'évolution de la production et de la consommation des pratiques sportives d'aujourd'hui, On verra que l'histoire de ce sport est marquée par très peu de ruptures, ce sont plutôt des évolutions — résultats plus ou moins prévisibles à partir de transformations sociales ou économiques permettant l'accès aux sports à de nouvelles catégories sociales qui ont conduit les organisations sportives à s'adapter à une nouvelle demande produite par une modification du rapport de forces entre différents groupes de producteurs et de consommateurs sportifs.

3Ce travail repose sur l'étude approfondie des clubs de tennis de Strasbourg sur une période suffisamment longue pour enregistrer, dans un premier temps, les effets de la forte demande des années soixante-dix et quatre-vingt, puis ceux d’une importante concurrence entre des clubs de plus en plus nombreux, permet, par comparaisons successives, d'établir les mutations et invariants des associations sportives et plus largement de l'espace de l'offre de tennis de Strasbourg après le "boom" du tennis.

  • 2 WASER A.-M., Le marché du tennis. La construction sociale de échanges sportifs. Thèse de doctorat, (...)

4L'étude de ces trois clubs de tennis s'est imposée après un premier travail de recensement des propriétés les plus pertinentes (date de création, propriétés sociales des dirigeants, variation des effectifs, tarifs des cotisations, niveaux sportifs des équipes, etc.) de l'ensemble des clubs de tennis de Strasbourg. Ceci a permis de distinguer certains d'entre eux, soit par la richesse, soit par la pauvreté des ressources détenues2. Ces trois clubs, situés à chacun des pôles de l'espace du tennis strasbourgeois, ont permis de prendre acte, grâce aux entretiens menés avec des dirigeants et des joueurs de l'époque et la consultation des archives des années soixante à quatre-vingt-dix, des réponses qu'ont données chacune des équipes dirigeantes de ces clubs aux problèmes du recrutement des membres, de la construction des installations sportives, de la politique sportive et de relation sociale.

5On montrera que cette crise n'a pas affecté la structure de l'espace de l'offre de tennis à Strasbourg : les clubs ont réagi face à la diffusion du tennis chez les classes moyennes puis à la concurrence sévère entre les clubs avec les moyens dont ils disposaient, c'est-à-dire, selon la position qu'ils occupent dans cet espace de l'offre.

l'élargissement du public des sports et la transformation du rapport offre-demande de tennis (1967-1990)

6Sans analyser, ni même consulter les résultats des enquêtes montrant la diffusion des sports en France, certains dirigeants fédéraux, journalistes sportifs et sociologues ont trop vite parlé de "démocratisation" du sport et analysé la concurrence entre les disciplines et les clubs comme un exemple de plus qui illustrerait un modèle emprunté à l'économie : celui de l'offre et de la demande. S'il y a diffusion de la pratique des sports, et du tennis en particulier, quels sont les effets de l'arrivée de ce nouveau public sur les organisations sportives ? Peut-on réellement parler de démocratisation et plus largement de mutation du sport ?

7Lorsque la demande de tennis était supérieure à l'offre, le recrutement des membres se faisait presque exclusivement par cooptation. Les dirigeants ont alors soigneusement choisi leur public. L'homogénéité sociale des membres, qu'ils soient dirigeants ou non, facilitait la gestion des clubs tant en ce qui concernait la vie au quotidien que lorsqu'il s'agissait de prendre des décisions qui engageaient la responsabilité des dirigeants sur les moyen et long termes. Les entretiens avec les responsables de l'époque et le dépouillement des archives des clubs dont on verra plus loin les caractéristiques, sur la période précédant la diffusion massive du tennis ne relèvent aucun conflit majeur entre les membres mises à part quelques expulsions motivées par un souci de renforcer encore le sentiment d'appartenance fondé sur des critères sociaux (race, notoriété sociale, "éducation", religion parfois, etc.).

8Cette homogénéité sociale garantissait une certaine qualité des échanges entre les membres dont la plupart parle aujourd'hui avec nostalgie de cette époque de "folle ambiance", rythmée par de nombreuses fêtes, bals, compétitions amicales où "tout le monde se connaissait" et où le club était en quelque sorte une "seconde famille". La multiplication des clubs à Strasbourg (de quatre clubs en 1965, on passe à plus de 20 clubs au cours des années quatre-vingt) permet dans un premier temps de satisfaire les demandes et d'absorber les listes d'attente des clubs les plus sollicités car les plus prestigieux. Elle a ensuite créé une concurrence entre les clubs qui, pour assurer l'équilibre des budgets toujours croissants en raison des exigences de la compétition et de l'amélioration de la qualité des prestations, sont contraints de faire le "plein de membres" afin de garantir des rentrées financières quitte à instaurer un climat de rivalités et de conflits entre "anciens" et "nouveaux" membres.

9Vers la fin des années quatre-vingt, la plupart des clubs de Strasbourg, y compris les plus prestigieux, ont baissé leurs exigences par rapport aux conditions d'entrée. Les droits d'entrée ont disparu, le parrainage a été supprimé et certains dirigeants ont baissé les tarifs des cotisations afin d'attirer une nouvelle clientèle. Ces mesures, en partie dictées par les règles de la libre concurrence, ont eu pour principal effet d'accroître la mobilité des joueurs qui, n'ayant plus de droits d'entrée à acquitter, changent plus facilement de club afin de trouver celui où le nombre et la qualité des prestations (courts, restaurant-bar, stages, etc.) et les caractéristiques du public conviennent le mieux à leurs attentes. Les dirigeants des clubs dont les prestations étaient réduites à leur plus simple expression ont dû, pour des questions de survie, doter leur club des services minima possédés par les autres clubs de la ville (courts couverts, restaurant, bar, entraîneur, etc.). Mais ces éléments sont-ils suffisants pour affirmer que la concurrence entre les clubs est dictée par l'impitoyable règle de l'offre et de la demande ? Au delà du processus d'uniformisation des prestations offertes par les différents clubs de Strasbourg, qui a pour principal effet de faire, qu'à première vue, tous les clubs se ressemblent, et parce que les conditions matérielles de jeu ne sont rien si elles ne parviennent pas à susciter un sentiment minimum d'appartenance au club, on comprend que, l'histoire de l'association, son prestige sportif, ses traditions agissent de façon déterminante sur les critères que mettent en œuvre les joueurs fût-ce lorsqu'ils choisissent un club. Si les indicateurs grâce auxquels, le sociologue, mais aussi le joueur, peut mesurer, d'un coup d'œil, les écarts entre les clubs chics et les moins chics sont moins pertinents aujourd'hui qu'hier, les différences subsistent et sont à chercher du côté des modalités de pratique des membres, des types de solidarité et d'échanges.

peut-on parler de démocratisation du tennis ?

10L'étude des mutations des organisations sportives ne peut se faire sans une analyse fine des transformations de la structure du public sportif non seulement dans son évolution (le taux de pénétration du tennis chez les employés est-il plus important aujourd'hui qu'hier ?) mais aussi dans son rapport avec les changements morphologiques des classes sociales. Il ne sert à rien de comparer les taux de pénétration du tennis chez les "professions intermédiaires" de 1962 et de 1982 si l'on ne tient pas compte du fait que cette catégorie sociale a connu un des taux d'accroissement les plus forts sur cette période modifiant ainsi leur représentation au sein de la population active.

11Pour parler de démocratisation, il aurait fallu constater un processus d'égalisation des chances d'accès des individus issus de différentes catégories sociales au tennis "légitime", c'est-à-dire au tennis mesuré par la possession de titres sportifs (classement). Il faudrait que la probabilité d'être classé pour un ouvrier soit égale au taux global d'accès au classement de toutes les autres classes sociales.

12Pour cela, il est nécessaire de rendre compte des conditions de pratique de chacun des joueurs afin de ne pas agréger des réalités différentes, En effet, qu'y a t-il de commun entre le tennis pratiqué dans un club qui permet l'accès à la compétition et garantit un encadrement technique tout au long de l'année et le tennis pratiqué en "sauvage", sur un terrain de fortune plus ou moins laissé à l'abandon ?

  • 3 GARRIGUES P., Evolution de la pratique sportive des Français de 1967 à 1984. Les Collections de l' (...)
  • 4 Par les guillemets on veut exprimer ici le fait que les sports cités sont des constructions de la (...)

13Les récentes enquêtes sur les pratiques sportives des Français ne permettent pas d'affirmer que le tennis s'est démocratisé. En 1988, l'INSEE publie une étude entièrement consacrée à la pratique sportive des Français et à son évolution de 1967 à 19843. L'auteur de ce travail constate que le taux de pratique a peu changé en 20 ans et que les inégalités de pratique sportive sont toujours très largement liées au milieu social puisque la diffusion la plus importante du sport concerne encore et toujours la catégorie socioprofessionnelle des "cadres supérieurs" et celle des "professions libérales" suivies juste après de celle des "professions intermédiaires" de plus en plus concernée par la pratique sportive, les membres des catégories des "artisans commerçants" et des "employés" le sont moins et les "ouvriers" et surtout les "agriculteurs" presque pas. Depuis 1967, ce sont le "cyclisme" (catégorie comprenant le cyclotourisme), le "tennis"4, le "ski" et la "gymnastique non sportive" qui, en nombre de pratiquants, ont connu la progression la plus importante. La planche à voile depuis la fin des années soixante-dix, le golf, l'escalade et le tir à l'arc, attirent également de plus en plus (Cf. tableau).

  • 5 Les résultats de l'enquête de l'INSEP, Les pratiques sportives des Français, réalisée en 1985_sont (...)

14Ce sont les différences de sexe, d'âge et de niveau socioculturel qui rendent le mieux compte des différences de l'évolution des pratiques. Les femmes font sensiblement plus de sport qu'il y a 20 ans, mais l'écart entre les hommes et les femmes reste grand (selon l'enquête de l'INSEE, mais non selon celle de l'INSEP)5. Le rapport de l'INSEE montre que le sport reste aussi un privilège des classes cultivées et aisées, le tennis, le ski, la voile et l'équitation en particulier, même s'ils sont de plus ‘en plus pratiqués par les professions intermédiaires. Malgré une légère tendance à la baisse, la pratique sportive reste liée au revenu du ménage.

  • 6 Par les guillemets on veut exprimer ici le fait que les professions et catégories socioprofessionn (...)

15Si l'on ne tient pas compte de l'évolution de la structure sociale, du fort accroissement relatif de la catégorie des "cadres et professions intellectuelles supérieures", "professions intermediaires" et des "employés", on commet une erreur en ne consultant que les tableaux de la diffusion de la pratique sportive sans se référer à ceux qui mesurent les taux de pénétration du sport en général et des différentes activités physiques dans les différents groupes socioprofessionnels relativement à l'importance de chacun de ces derniers dans la population active à un moment donné. Les "professions intermédiaires" ont progressé plus rapidement en 20 ans que ne l'ont fait les "artisans, commerçants, chefs d'entreprise" ou les "ouvriers"6 : le taux de pénétration du tennis dans les différentes classes ne doit donc être analysé indépendamment de l'évolution du poids relatif de chacune des classes.

  • 7 SEYS B,, Les groupes socioprofessionnels de 1962 à 1985, Données sociales, 1987.

16Dans le dernier quart de siècle, souligne Baudouin Seys, auteur d'une étude sur l'évolution des groupes socioprofessionnels de 1962 à 19857, la population active a connu de grandes transformations. En 1962, plus d'un actif sur cinq était agriculteur, les artisans, commerçants et chefs d'entreprises étaient aussi nombreux que les techniciens, agents de maîtrise, instituteurs et autres membres des professions intermédiaires. Les cadres, les membres des professions libérales et des professions intellectuelles supérieures ne représentaient que 5 % de la population active. En 1985, les agriculteurs exploitants et leurs salariés comptent pour moins de 7 % de la population active. Les professions intermédiaires sont deux fois plus nombreuses que les artisans, commerçants et chefs d'entreprises et les cadres, membres des professions libérales et intellectuelles supérieures ont doublé. Quant aux ouvriers, leur nombre a augmenté lentement jusque vers 1977 pour diminuer ensuite. Tandis que la population active s'accroît constamment, leur part a chuté de 39 % en 1962 à 31 % en 1985.

  • 8 Cf. DESROSIERES A., THÉVENOT L. op. cit. en particulier le chapitre IV : la construction de la nou (...)

17L'analyse détaillée des catégories sociales les plus concernées par la pratique du tennis fournit un certain nombre d'arguments infirmant la thèse de la démocratisation. Le taux de pratique du tennis des patrons de l'industrie et du commerce reste, de 1967 à 1984 un des plus élevés. La chute du taux de pratique de 14 % à 7,8 % entre 1967 et 1975 s'explique en partie par le déclin de ces professions mais aussi par les changements de regroupement de catégories socioprofessionnelles qui rendent difficiles les comparaisons8. Néanmoins, en 1984, la catégorie des patrons, regroupée avec celle des cadres et professions libérales, enregistre un des taux de pratique du tennis les plus forts (30,2 %) alors qu'ils ne représentent que 12,7 % de la population active. Les cadres et professions intellectuelles supérieures ont doublé leur effectif entre 1962 et 1985 et leur taux de pratique du tennis reste le plus important de 1967 à 1984 (au dessus de 35 %). Les professions intermédiaires (instituteurs, professions de la santé, du travail social, administratives, techniciens, contremaîtres et agents de maîtrise) rassemblent en 1985, 4,1 millions d'actifs principalement salariés, soit 17 % de la population active. Ils étaient 2,1 millions en 1962 et représentaient alors 11 % de la population active. En 1975, ils sont 3,4 millions et 3,9 millions sept ans plus tard. Entre 1975 et 1985, leur nombre augmente de plus de 500 000, mais leur rythme de croissance a fléchi et devient inférieur à celui des employés. En 1967, 19,2 % des professions intermédiaires jouent au tennis selon l'enquête de l'INSEE et ils sont plus de 30,8 % à le choisir comme sport en 1984. Mais ne faut-il pas plutôt voir là un effet mécanique de l'accroissement de la représentation de ce groupe socioprofessionnel dans la population française que la "démocratisation" d'une activité traditionnellement appropriée par les classes dominantes ? Le taux de pratique du tennis des professions intermédiaires est élevé par rapport à celui des employés, mais reste toute fois inférieur à celui des cadres et professions libérales. Parce que ce taux concerne un grand nombre de salariés, il explique assez bien la croissance du tennis de 1975 à 1985 (1 million de licenciés en plus ; de 300 000 à 1 300 000 sur cette période), mais sans qu'on puisse véritablement parler de démocratisation puisque ce taux a cru dans un rapport comparable à celui de l'ensemble de la classe (de 1975 à 1982 la croissance des professions intermédiaires est de 14,6 % tandis que la croissance des licenciés de tennis est de 16,3 %). Les effectifs de la catégorie des employés doublent entre 1962 et 1985. Contrairement aux professions intermédiaires, le taux de pratique du tennis des employés est inférieur au taux de représentation de cette catégorie dans la population active. Autrement dit, les employés comme les ouvriers et encore plus les agriculteurs, sont sous-représentés chez les adeptes de la balle jaune, La très forte croissance de leur nombre, des employés administratifs d'entreprise en particulier, jusqu'en 1975 n'y fera rien. S'ils sont, du point de vue des effectifs plus nombreux en 1985 à jouer au tennis qu'ils ne l'étaient en 1975 ou 1967, ils ne sont pas mieux représentés dans ce sport élitiste qu'ils ne l'ont été en 1967 : ils étaient 7,7 % d'employés à jouer au tennis en 1967 lorsqu'ils représentaient 10,1 % de la population totale et sont 11,7 % au tennis en 1984 alors qu'ils représentent 15,3 % de la population active. Les ouvriers sont largement sous représentés au tennis. Contrairement aux autres groupes salariés, les effectifs des ouvriers ont diminué entre 1962 et 1985. Dans une population en augmentation constante, la part des ouvriers a chuté avec des variations selon la qualification et le secteur d’emploi. Leur affiliation au tennis ne s'est pas affirmée même s'ils sont un peu plus nombreux à pratiquer ce sport.

18La diffusion du tennis, qui a donc été relativement plus importante chez les professions intermédiaires que chez les employés et ouvriers, a produit un effet permettant d'expliquer la croissance des effectifs du tennis des années soixante-dix, Comme les membres des professions qui traditionnellement pratiquaient le tennis — patrons de l'industrie ou du commerce, les cadres ou les professions libérales et intellectuelles supérieures — ne sont pas beaucoup plus nombreux en 1985 qu'ils ne l’ont été en 1975 ou en 1967, ils ont joué plus qu'ils ne le faisaient auparavant. La médiatisation des grandes manifestations de tennis a contribué à décider ceux des classes dominantes qui hésitaient à s'inscrire dans un club et les membres qui pratiquaient déjà ont, avec l'arrivée de nouveaux membres, joué encore davantage en multipliant leur rendez-vous, en se lançant dans la course pour un classement comme s'ils cherchaient à occuper un terrain où ils étaient seuls auparavant.

l'espace des producteurs de biens sportifs et la définition légitime du tennis

19On ne peut considérer l'espace de l'offre en matière sportive indépendamment de l'espace des producteurs de biens sportifs qui détiennent un pouvoir de consécration sans précédent dans l'histoire du sport. L'exercice du pouvoir de consécration a pour effet de séparer l'univers des sportifs professionnels et les simples pratiquants sportifs tout en favorisant la croissance d'une catégorie de consommateurs de plus en plus nombreuse : les téléspectateurs sportifs. L'excellence sportive médiatisée à travers les retransmissions des événements internationaux les plus prestigieux contribue à renforcer l'opposition entre les clubs qui ont les moyens de former ou du moins contribuer à la formation de joueurs professionnels (comme le Lawn par exemple) et ceux qui comme le SUC, n'ont presque aucune chance de pouvoir former une élite sportive nationale. Mais peut-on parler d'une mutation si l'évolution du sport de haut niveau conduit au renforcement des oppositions observées depuis longtemps déjà ?

20Les producteurs directs du tennis sont des agents et des institutions en concurrence pour la définition légitime de ce sport, ils proviennent de deux univers séparés en raison des enjeux qui se trouvent dans l'espace des producteurs indirects du tennis (organisateurs de tournois, sponsors, directeurs des programmes sportifs des chaînes de télévision. Ministère de la Jeunesse et des Sports, Fédération, etc.). Les consommateurs de produits sportifs exercent des effets indirects sur le champ de production puisqu'en choisissant tel produit ou telle modalité de pratique (tennis municipal sur quick, tennis privé sur terre battue) ils créditent tel produit ou au contraire en sanctionnent d'autres, L'espace des pratiquants dont les goûts tennistiques s'élaborent dans les rapports que les différentes fractions de classe entretiennent à propos des biens de consommation sportifs rassemble des agents et des institutions de deux univers séparés : les "joueurs de club" et les professionnels. Ces derniers, loin de réussir à s'affranchir de la demande (spectateurs et téléspectateurs spécialistes et non spécialistes), produisent un spectacle destiné à la grande distribution. Les instances fédérales, gardiennes de la définition légitime du tennis, en perdant la bataille contre le professionnalisme (en 1968), perdent le monopole de la consécration et donc une partie du pouvoir au profit d'agents (organisateurs de tournois, groupes financiers, sponsors) qui transforment les règles afin de rendre le tennis plus spectaculaire, commercial, c'est-à-dire, plus accessible à un public de néophytes, Les consommateurs de spectacles sportifs à grande diffusion (sur les stades ou à la télévision) sont différents, par leurs origines sociales (et. enquête INSEP) des pratiquants — qui sont également spectateurs et téléspectateurs — mais qui font une autre lecture et qui ont une autre interprétation du spectacle que donnent les joueurs professionnels. Les producteurs des pratiques et des spectacles du tennis sont conduits par la logique de la concurrence avec les autres producteurs et par les intérêts spécifiques liés à leurs positions dans le champ de production à créer des produits distinctifs ou au contraire assez proche de la définition officielle afin d'autoriser des lectures au premier ou second degré, qui rencontrent des intérêts sportifs différents chez les consommateurs.

21La période 1960-1980 se caractérise donc par la complexification de l'espace de l'offre qui se traduit par la création de clubs s'organisant autour de deux axes. L'un mesure le volume du capital spécifique (titres sportifs) possédé par les différents clubs, l'autre concerne le degré d'orthodoxie/hérésie des clubs par rapport à la définition légitime ou officielle du tennis. A Strasbourg (et ses banlieues) chaque club rassemble une clientèle spécifique de telle sorte qu'un ajustement entre l'offre de tennis et la demande puisse se faire. Cet espace des clubs des années soixante-dix/quatre-vingt se caractérise donc par des clubs bien démarqués les uns des autres par les produits qu'ils proposent et par les propriétés de leur clientèle. La concurrence qui se développe à partir des années quatre-vingt fait que les associations élargissent leur gamme de produits afin de maintenir ou d'attirer une clientèle qu'ils n'avaient pas auparavant, Ainsi, les luttes que l'on observait hier au niveau de l'espace des clubs, s'observent aujourd'hui à l'intérieur de chacun des clubs entre les sous-groupes de joueurs.

  • 9 Cf. CHAZAUD P., Le sport dans la commune, le département et la région. Paris : Berger-Levrault, 19 (...)

22Une seconde période commence vers la fin des années 1980 dans le contexte d'une chute de l'adhésion au tennis (baisse du nombre des pratiquants et de leurs fréquentations). La concurrence entre les dirigeants de club s'intensifie9 : les dirigeants de club sont de plus en plus disposés à répondre aux demandes des différentes clientèles du tennis en élargissant encore plus leur gamme de produits. Les clubs tendent à s'uniformiser puisqu'ils contiennent chacun la diversité des pratiques du tennis. Les dirigeants de club sont de plus en plus nombreux à utiliser les techniques du marketing en proposant, par exemple, des tarifs différenciés selon les services demandes par les joueurs, des facilités de paiement, des réservations par téléphone, des remises, etc., afin de fidéliser un peu leur clientèle et limiter les effets néfastes du renouvellement croissant des membres d'une année à l'autre.

23Les règles de bienséances observées dans les années soixante dans les clubs les plus chics subsistent mais ne sont respectées que par une partie seulement des membres alors qu'auparavant, lorsque le public était sévèrement sélectionné, elles étaient connues et appliquées par tous. Tout se passe comme si les clubs avaient éclaté en sous-clubs ; des clubs dans les clubs. Les droits d'entrée et la cooptation se perpétuent donc, non plus à un niveau visible, officiel, mais au niveau des groupes de joueurs, Si l'inscription dans un club de tennis est devenue plus facile, l'intégration dans un groupe de joueurs reste quant à elle moins aisée et repose sur des critères de niveau social, culturel, économique et sportif. Mais ces nouveaux modes de sélection, internes et propres à chaque groupe de membres, apparemment très efficaces suffisent-ils à expliquer la permanence de la domination de la bourgeoisie dans le tennis ? Comment expliquer que les clubs les plus récents et dont le public se caractérise par un niveau social moins élevé que celui des clubs les plus anciens et les plus chics ne parviennent pas à s'imposer au plus haut niveau sportif ?

  • 10 BOURDIEU P., La noblesse d'Etat. Grandes écoles et esprit de corps, Paris : Ed, de Minuit, 1989, p (...)

24Il n'y a pas de définition en soi de la compétence technique. "Chaque univers social détermine, en vertu de ses traditions historiques et de son arbitraire culturel, les compétences techniques qui sont exigibles des dominants en tant qu'elles sont de nature à fonder leur domination : les dominants tendent toujours à imposer comme nécessaires et légitimes les capacités dont ils ont la maîtrise et à inscrire dans la définition de l'excellence les pratiques dans lesquelles ils excellent"10. Si les titres sportifs sont un bon indicateur de l'excellence sportive, ils mesurent aussi le niveau social du club. De la même manière que la consécration de l'école attire ceux qui sont les plus conformes aux exigences scolaires, le classement attire ceux qui sont les plus disposés à réussir à ce jeu. Les bourses offertes par la Fédération sont essentiellement accordées aux jeunes qui ont déjà fait leurs preuves et qui, de manière générale, ne sont pas des enfants de déshérités puisque pour arriver à un certain niveau, les parents ont déjà beaucoup investi en leçons, stages, frais d'inscription, équipement, transport, etc.

  • 11 SUAUD Ch., Système des sports, espace social et effets d'âge : la diffusion du tennis, du squash e (...)

25Ainsi, si le tennis est devenu une activité accessible à des groupes sociaux qui jusque-là en étaient exclus, sa diffusion s'est accompagnée d'une différenciation des pratiques : les différences entre les classes sociales se sont en quelque sorte reconstituées au niveau des manières de pratiquer ce sport et au niveau des lieux — les clubs — où il se pratique. On assiste depuis les années quatre-vingt à un éclatement de la pratique du tennis qui, comme le montre Charles Suaud, s'effectue dans plusieurs sous-espaces séparés que l'on peut saisir à travers les différents clubs qui se partagent l'offre de tennis dans un lieu déterminé et qui forment l'espace local du tennis hiérarchisé selon des critères à la fois sociaux et sportifs11. L'étude du choix des transformations des clubs est donc inséparable de l'étude de la diffusion du tennis et en particulier du rapport entre l'offre et de la demande de tennis puisque le pouvoir d'attraction des clubs est lié à la notoriété sportive et aux conditions d'accès définies pour une large part par les rapports de forces entre producteurs de tennis.

trois clubs : trois politiques de relations sociales pour répondre à la crise

26Selon les positions que ces trois clubs occupent dans l'espace des clubs de tennis de Strasbourg, les réponses à l'augmentation massive des demandes ont été différentes (encadré 1). En mettant en parallèle les discours recueillis par entretiens et l'analyse des archives des clubs, on peut saisir tout ce qui est fait au niveau des installations, de la politique de relations sociales, de la sélection des joueurs pour les équipes, du recrutement des nouveaux membres, non seulement comme des décisions visant à améliorer la qualité des services dans le but de fidéliser la clientèle, mais également comme un travail de représentation visant à renforcer la renommée et à maintenir voire améliorer la position du club dans l'espace de tennis strasbourgeois.

les installations sportives

  • 12 Cf. NYS J.-F., Les subventions aux clubs sportifs, le comportement des municipalités, in : Sport e (...)

27Le Lawn-tennis-club de Strasbourg (Lawn), fondé vers la fin du siècle dernier par des membres des professions libérales, a longtemps bénéficié du soutien financier de mécènes issus de la bourgeoisie d'affaires qui avait fait de lui un club de grande tradition sportive réputé pour la sélection sévère de ses membres et pour ses résultats sportifs, Il est construit non loin du centre-ville à proximité d'un quartier où résident un grand nombre d'anciennes familles bourgeoises dans lequel il recrute encore aujourd'hui une bonne partie de ses adhérents. Il comprend 16 courts de terre battue (dont 5 sont couverts) entourés d'un grand parc ombragé où se trouve le club-house d'été ; un cottage construit au début du siècle par les premiers dirigeants que les membres ont voulu conserver en le rénovant comme pour rappeler à chaque instant l'ancienneté du Lawn. Du fait de son statut de club privé et presque entièrement financé par les membres ou donateurs — du moins jusqu'à la fin des années soixante — le Lawn s'oppose aux clubs subventionnés par les collectivités territoriales qui de ce fait détiennent une partie du pouvoir de décision sur les aménagements et la politique sportive12.

28Pour se maintenir au sommet de la hiérarchie sportive alsacienne durant près d'un siècle, le Lawn s'est constamment adapté aux conditions de la pratique de haut niveau elle-même en perpétuelle évolution. Afin de réaliser les transformations permettant le maintien du club dans les divisions sportives les plus élevées, les dirigeants n'ont rien négligé pour s'assurer le soutien financier et moral des adhérents, Lorsque le Lawn s'est transformé au début des années soixante-dix (construction d'un grand complexe couvert comprenant cinq courts de terre battue, salle de condition physique, club-house, restaurant, etc.) il s'est donné la possibilité d'attirer les meilleurs joueurs de la région car ces derniers pourraient s'entraîner été comme hiver. Contrairement au Tennis-Club de la Meinau qui n'a pu réagir à l'explosion du tennis en construisant de nouvelles installations faute de ressources et de soutien des membres (certains s'y sont opposés), le Lawn en réalisant cet investissement au bon moment s'est garanti de façon durable une domination du point de vue sportif permettant ainsi de perpétuer sa renommée de haut niveau et son image de club chic. Les archives permettent d'établir le travail réalisé par les dirigeants afin de maintenir une certaine cohésion entre les différentes catégories de joueurs : les adhérents sont régulièrement informés par des circulaires et consultés lorsque des projets sont évoqués. Les relations entre dirigeants et membres sont étroites et il ne s'écoule que peu de temps entre le moment où un problème est posé et celui du début des discussions. Ceci est très différent, on le verra, de ce qui est pratiqué dans d'autres clubs où très souvent les adhérents ne sont ni informés, ni consultés, ce qui leur donne le sentiment de payer pour l’utilisation d'un service prédéfini sans qu'ils puissent exprimer leur opinion comme si les dirigeants cherchaient à se protéger d'éventuelles critiques en adoptant un comportement des plus défensifs : "Si ça ne vous plaît pas ici, vous n'avez qu'à aller ailleurs".

29Les questions d'infrastructure ne sont guère posées au Strasbourg Université Club (SUC), un club situé en marge des clubs de la ville proposant à ses membres un service avant tout pratique et une utilisation extrêmement simple du club. La section de tennis du SUC, le club civil de l'université, a été créée en 1963 par des étudiants, mais la clientèle est restée longtemps restreinte car les conditions de jeu n'étaient pas très avantageuses. Cette section ne s'est développée que vers les années soixante-dix lorsque le tennis s'est fortement diffusé en France, Le public est composé pour les deux tiers d'étudiants, les personnels des universités, les personnes "étrangères" et les conjoints des universitaires représentent un tiers des membres. Entre 1975 et 1983 les effectifs ont doublé, mais dans la même période trois courts supplémentaires ont été construits. Ceci a pour principal effet d'entraîner une diversification du public, En effet, la forte croissance des effectifs dans les clubs strasbourgeois, l'absence de contrôle du recrutement des nouveaux adhérents et le tarif très faible des cotisations annuelles (540 francs en 1985 alors que le Lawn demandait 2 850 francs et le TCM 1 880 francs) ont attiré au SUC ceux qui ne pouvaient prétendre aux conditions des clubs les plus réputés et les mieux équipés. Les dirigeants qui, contrairement aux autres clubs ne sont que pour moitié élus et pour moitié nommés par le président de la section tennis avec l'accord du président général du SUC, ont très peu de contact avec les membres ; ils ne se soucient guère de leurs demandes et sont dégagés de tout sentiment de devoir envers les adhérents puisque le tarif relativement faible des cotisations et le niveau très faible des contraintes d'utilisation font que les joueurs déçus ont peu de prétextes pour manifester leur mécontentement.

30Après l'ouverture de nombreux clubs dans les années soixante-dix/soixante-quinze, les dirigeants de la section du SUC ont renoncé à développer les infrastructures (des courts couverts notamment) étant donné qu'ils ne pouvaient faire face à la concurrence des grands clubs strasbourgeois de mieux en mieux équipés. Au fur et à mesure que le nombre de clubs croît et que le niveau de l'offre augmente, les dirigeants du SUC ont pris le parti de ne pas développer ce club et de le maintenir très sobre afin de pouvoir continuer à ne demander qu'une faible cotisation et attirer une clientèle ne recherchant ni confort, ni sophistications. Le tableau de réservation des courts est très peu contraignant : les joueurs s'inscrivent pour les jours et heures de leur convenance (une seule inscription à la fois) et se réinscrivent dans les parties encore libres du tableau dès que leur partie est jouée. Le fait de limiter le nombre de membres permet l'utilisation d'un tel système qui ne serait pas envisageable dans les clubs où les effectifs sont très nombreux par rapport au nombre de courts disponibles.

31Du fait que la section de tennis du SUC n'a pas de personnel a charge — pas de personnel ni pour l'accueil, ni pour la réservation par téléphone, ni pour le bar — et très peu de frais pour l'entretien des courts (courts en dur) les cotisations sont très peu élevées. Cette offre séduit, pour des motifs différents, des joueurs d'origine sociale assez diverse : les uns optent pour ce club pour des raisons financières, les autres apprécient la quasi-absence de contrainte, l'anonymat et la relative faiblesse de fréquentation des courts. L'évolution du SUC vers ce mode de gestion n'a rien d'un choix délibéré de la part des dirigeants, mais il est un compromis entre la clientèle du SUC et les contraintes imposées par la situation de l'offre de tennis à Strasbourg.

32Club assez récent et construit à la périphérie de Strasbourg, le Tennis-club de la Meinau (TCM) correspond plutôt à un club de quartier. Sa création en 1962 est le fait d'un groupe de joueurs classés, membres d'un grand club strasbourgeois qui, déçus par les conditions de jeu que leur offrait cette association, ont décidé d'en créer une nouvelle dans un quartier chic de la banlieue sud. A l'origine, le TCM est essentiellement composé de petits patrons de l'industrie (petites entreprises familiales) et de membres de professions libérales, Puis, après les années soixante-dix, lorsque la demande de tennis s'est considérablement accrue, un grand nombre d'enseignants, de techniciens, d'ingénieurs et de représentants de commerce, résidant dans un quartier en pleine mutation, s'y sont inscrits. L'augmentation des effectifs et la transformation de la composition sociale du public est un effet direct de la concurrence qu'exercent les grands clubs, plus anciens, plus renommés et mieux équipes et dont le niveau d'offre fait apparaître tout à fait insuffisant celui du TCM, comme en témoigne le départ de nombreux joueurs classés vers d'autres associations. La difficulté du TCM à s'imposer dans l'espace de l'offre de tennis est en partie liée au fait que les dirigeants n'ont pas réussi, alors qu'ils l'avaient souhaite, à rassembler une élite sportive suffisamment forte pour donner au club des structures permettant de rivaliser sur le plan national. Petits patrons pour la plupart, les dirigeants du TCM ont moins de ressources, financières mais surtout sociales, que les grands patrons du Lawn qui ont largement contribué à la construction du club (dons). Les fondateurs du club de la Meinau ont fait appel à la municipalité afin d'obtenir une aide pour la construction et ont, de ce fait, été amenés à se plier à un certain nombre de contraintes. A la différence du Lawn où les membres sont informés des projets de construction, puis consultés, la plupart des projets d'aménagement du TCM sont adressés directement au service des sports de la Ville et présentés comme des travaux indispensables pour la survie du club.

33Dès les années soixante-dix, les responsables se sont trouvés face à des situations d'urgence (mécontentement des membres, menaces de démission de l'élite sportive, etc.) aggravées par des difficultés financières : remboursements des emprunts occasionnés par la construction, frais de fonctionnement des équipes de plus en plus importants, dépenses pour l'entretien et la rénovation qui augmentent avec l'accroissement du coût du travail. Jusqu'en 1974 le TCM ne possède pas de court couvert et ne permet donc pas la pratique du tennis durant l'hiver. Dès le début des années soixante-dix, la désassimilation des membres est importante puisque sur les 400 membres, c'est entre 70 et 100 joueurs, qui chaque année, ne renouvellent pas leur abonnement.

34Pour maintenir une certaine notoriété sportive en conservant leurs joueurs classés qui menaçaient de quitter s'ils n'obtenaient pas de meilleures conditions pour pratiquer le tennis de haut niveau, les dirigeants ont dû céder à la pression de ces derniers et opérer d'importants investissements à un moment critique : construction d'installations couvertes, engagement d'un entraîneur qualifié et recrutement de joueurs classés afin de renforcer l'équipe no 1. Cette décision en vue de prévenir la fuite de l'élite sportive a entraîné le triplement du budget du club et a amené du même coup les responsables à chercher de nouvelles recettes dans l'accroissement du nombre des membres et l'augmentation des cotisations. Le nombre d'inscrits est multiplié par deux entre 1975 et 1983 et les abonnements passent de 350 à 920 francs pour la même période. Un premier, puis un deuxième court couvert est construit, mais force est de constater que les installations sportives du TCM ne permettent pas à une élite sportive d'évoluer dans les divisions nationales comme en témoigne la démission en bloc des joueurs de l'équipe no 1 en 1981. S'il est vrai que la concurrence entre les clubs se joue au niveau de propriétés objectives comme les installations, le nombre et la qualité des équipes, le club-house, etc., les politiques de relations sociales mises en œuvre par les dirigeants d'un club donné sont très liées aux caractéristiques sociales du public qui, dans le cas du Lawn, est capable de solidarité et d'esprit de club et qui au contraire au TCM, ne rate pas une occasion pour exprimer ses divergences et s'opposer à tel projet même si leur action devait mettre en difficulté ou entraîner la disparition du club,

le contrôle des entrées

35Le maintien de la solidarité entre les membres d'un club est en grande partie lié au pouvoir qu'ont les dirigeants de contrôler le recrutement des membres. Lorsque la solidarité est forte, comme au Lawn, les décisions peuvent se prendre rapidement et les dirigeants obtiennent la confiance des membres lorsqu'il s'agit d'un projet d'intérêt commun (organisation d'un tournoi international par exemple). Lorsque les membres d'un club sont divisés en plusieurs camps et que les dirigeants sont dans une position plutôt instable, les dossiers restent ouverts et les affaires traînent donnant ainsi l'impression d'un certain immobilisme dans un climat de tensions constantes. Les techniques les plus souvent utilisées pour le contrôle des entrées sont le parrainage, appliqué selon des modalités très variables, et le tarif des cotisations. Mais ce contrôle est étroitement lié à l'état de l'offre de tennis : les clubs les plus prestigieux attirant une clientèle nombreuse parmi laquelle les dirigeants choisissent leurs membres tandis que ceux qui n'ont que quelques terrains en dur à proposer acceptent ceux qui ne peuvent répondre aux exigences des autres clubs. En tant que club chic, le Lawn tennis-club de Strasbourg parvient à maintenir une certaine homogénéité. Comme tous les autres clubs de la Ville, le Lawn a baissé les conditions d'entrée (plus de parrainage, plus de droits d'entrée) pour faire face aux clubs concurrents. Mais du fait de la longue tradition de ce club et surtout d'un renouvellement des membres moins important qu'ailleurs, l'"esprit de club" est maintenu malgré l'absence de sélection à l'entrée, la sélection s'opérant plutôt par l'auto-exclusion une fois que les nouveaux membres sont inscrits. Bien que le club compte 500 membres, l'inter-connaissance est grande et les nouveaux sont rapidement repérés et ne peuvent guère échapper aux nombreuses occasions de présentation, d'échanges de politesse, de remerciement, etc. Ceux qui ne peuvent partager l’esprit-club" sont très rapidement marginalisés et ne trouvent pas de partenaires parmi les anciens membres. Au Lawn, la non-intégration est montrée du doigt et s'accompagne la plupart du temps par une auto-exclusion alors qu'ailleurs, au TCM, mais surtout SUC, le fait que certains membres ne développent pas de relations avec les "anciens" n'a rien d'anormal et n'entraîne donc pas d'auto-exclusion. Tout se passe comme si le fait de devenir membre du Lawn était synonyme de partage des valeurs et de la sociabilité que des générations de joueurs se sont transmises.

36Malgré l'apparente libéralisation des conditions d'entrée, l'assouplissement des façons de faire (la tenue blanche n'est plus exigée, les échanges de politesse sont écourtés, etc.) et un taux de membres issus des classes moyennes jamais atteint jusqu'ici, les traditions et manières de faire aristocrates et bourgeoises sont maintenues même si elles ont subi quelques aménagements. Mais les parties de bridge des anciens dans le parc, la cuisine raffinée du restaurant, les courts en terre battue et les voitures de luxe sur le parking sont là pour rappeler quotidiennement l'appartenance à l'élite sociale.

37Le mode de recrutement extrêmement personnalisé du Lawn, s'oppose à celui du SUC, caractérisé par la modalité bureaucratique et l'anonymat. En effet, le SUC prévoit dans ses statuts d'admettre l'ensemble des étudiants et des personnes employées par les universités (toutes catégories confondues) "dans les limites des places disponibles" : les nouvelles inscriptions correspondent au nombre des départs. Les années où les départs sont nombreux, les nouveaux adhérents sont recrutés sur une liste d'attente ne portant aucune indication sur leurs caractéristiques sociales ou sportives, L'afflux des demandes d'inscription de 1975 à 1985 a largement allongé la liste d'attente sans pour autant qu'un principe de sélection ne soit retenu per les dirigeants. Les dirigeants maintiennent le recrutement de type administratif qui ne leur permet qu'un très faible contrôle sur les entrées comme l'indique ce responsable : "Le principe des inscriptions est simple : on a chaque année un certain nombre de cartes à distribuer, tant pour les étudiants, tant pour le personnel des universités et tant pour les 'étrangers' et on donne ces cartes à qui vient les demander. Quand il n'y a plus de cartes, c'est fini pour la saison", Même si les conditions d'entrée au SUC sont très peu élevées, ce ne sont pas tous les étudiants et personnels des universités qui y sont inscrits. L'adhésion au SUC se fait en grande partie, comme dans la plupart des clubs, sur la base d'affinités avec d'anciens membres qui, informés des conditions et date des inscriptions, sollicitent des amis ou collègues afin d'élargir leur groupe de partenaires. L'accroissement de la demande puis la rude concurrence que les dirigeants des différents de clubs de Strasbourg ont subie n'a que peu affecté l'organisation du club universitaire : la composition sociale des adhérents est maintenue et le niveau sportif reste identique.

38Le Tennis-club de la Meinau (TCM) occupe une position intermédiaire dans l'espace des clubs, Bien qu'étant loin d'avoir un recrutement social aussi hétérogène et anonyme que le SUC, il n'est pas parvenu à maintenir un contrôle sur le recrutement de ses membres, à la manière du Lawn. Il est composé d'un public de plus en plus diversifié et difficile à intégrer au sein d'une activité et d'un esprit unifié de club. Les premières années du club sont marquées par une forte solidarité entre les membres puisque le recrutement des premiers adhérents s'est essentiellement fait par relations, chacun des membres fondateurs étant chargé de recruter dans sa famille, parmi les amis, les collègues ou les voisins pour "remplir” le club, Plus tard, vers les années soixante-dix/soixante-quinze, lorsque le nombre de clubs de la ville augmente et que les problèmes financiers du club se multiplient, les dirigeants sont de moins en moins stricts sur les adhésions bien qu'officiellement le parrainage soit maintenu comme l'explique le président de l'époque : "Parce qu'il y a beaucoup de petits clubs qui se sont créés : les petits villages ont leur club maintenant. Et les cotisations sont moins chères, (...) Au début, il fallait être parrainé pour rentrer ici (...) après c'est devenu beaucoup moins strict. Parce que nous étions tenus à un budget, nous avions des annuités à payer vu le prêt assez important que nous a fait la Ville (...) donc il fallait que chaque année nous remboursions, Donc il fallait qu'on ait suffisamment de membres, de cotisations, Il fallait faire une balance avec les dépenses". Pour faire face au départ de nombreux membres vers des clubs mieux équipés et dont les cotisations étaient parfois moins chères, les dirigeants du TCM assouplissent les conditions d'entrée avant de recruter tous azimuts sans s'interroger sur les effets de cette mesure tant ils étaient préoccupés de faire "le plein de membres" afin de sauver la situation économique du club. Le constant renouvellement de plus d'un tiers des membres chaque année et la transformation de la composition sociale du public, essentiellement due à la transformation du quartier : un grand nombre d'enseignants, de techniciens, d'ingénieurs et de représentants de commerce résidant dans un quartier en plein mutation se sont inscrits au TCM, expliquent en partie la formation de petits groupes de joueurs et l'apparition de tensions entre certaines catégories de membres dès le début des années quatre-vingt. Le niveau de sociabilité chute, la tolérance entre les membres est de moins en moins grande ; les dirigeants, dont le recrutement se transforme également, s'y prennent à plusieurs reprises pour redéfinir le règlement intérieur et plus particulièrement le système de réservation des courts afin d'atténuer les conflits entre certains joueurs mécontents de ne pouvoir trouver que trop rarement un court libre aux heures de pointe.

la politique sportive

39L'étude des clubs de Strasbourg permet de montrer qu'il y a une relation entre l'ancienneté du club et l'accumulation du capital sportif et symbolique (titres sportifs, etc.). Bien que l'analyse d'un cas particulier ne permette pas la généralisation, on observe que ce sont les clubs les plus anciens qui concentrent le plus de ressources sportives et ceci depuis plusieurs décennies. Les dirigeants du Lawn ont accordé au tennis de haut niveau une place de premier plan. A la différence du TCM où régulièrement, les responsables doivent faire face au mécontentement de certains membres qui s'élèvent contre les investissements prévus ou réalisés pour les équipes du club, les dirigeants du Lawn n'ont vraisemblablement, d'après les archives et les entretiens réalisés, jamais rencontrés de franches oppositions concernant le développement de leur politique de haut niveau. La solidarité et l'esprit de club du Lawn ont fait que les membres, qu'ils pratiquent le tennis en compétition ou en "loisir" se sont intéressés à leurs équipes et ont contribué d'une manière ou d'une autre aux nombreux succès des espoirs du club (présence lors des matches, soutiens financiers ou sponsorisation). Au TCM, le principe même d'une élite sportive est régulièrement discuté et les principaux opposants à la compétition de haut niveau sont de nombreux joueurs pour qui la priorité doit être la qualité du service "tennis-loisir" étant donné que, selon leur argument, les principales recettes du club proviennent des cotisations des membres ne pratiquant pas la compétition. Le consensus que les dirigeants du TCM avaient espéré obtenir en maintenant à grand prix une élite sportive s'est effondré lorsque les joueurs, insatisfaits des conditions d'entraînement, ont décidé de quitter le club en bloc. La reconnaissance que cette élite attendait, n'a pas été à la hauteur de leurs espérances. En effet, ni les membres, ni les dirigeants n'ont réellement manifesté de soutien à leur équipe. Les membres n'étaient informés du calendrier de matches que par la presse locale, ils n'étaient que très rarement invités par circulaire ou affichage à assister aux rencontres afin de soutenir leurs joueurs, La plupart des membres ignorent le nom des joueurs des équipes et semblent se désintéresser de la compétition. Le tournoi annuel organisé par le TCM est d'un assez faible niveau (le tournoi de 1989 est doté de 6 300 francs tandis que celui du Lawn est de niveau international doté de 100 000 dollars pour la même année) et n'intéresse donc que les joueurs de classement moyen, ce qui n'attire que peu de spectateurs. Plutôt que des félicitations pour de bons résultats sportifs des espoirs du club, ce sont de nombreuses critiques qui sont régulièrement adressées aux dirigeants. En effet, l'organisation de compétitions entraîne inévitablement des contraintes — un grand nombre de terrains sont réservés pour les entraînements et les matches — et prive de ce fait les adhérents qui très souvent protestent et disent avoir "payé pour jouer et non pour regarder des matches durant les week-ends"

40Au SUC, rien n'est fait pour développer la compétition de haut niveau, Aucun professeur n'est engagé et la formation se fait exclusivement par des stages collectifs encadrés par des étudiants de l'UFR STAPS de Strasbourg. Le SUC est un des rares clubs à n'avoir aucune équipe de jeunes et chez les adultes, elles ne sont guère nombreuses et se caractérisent surtout par le peu d'ambition sportive. Les joueurs qui souhaitent progresser dans la hiérarchie du classement sont d'ailleurs invités à s'inscrire dans d'autres clubs. Les dirigeants organisent un tournoi réservé aux non-classés et ouvert à tous les joueurs, qu'ils soient licenciés ou non. Organisés d'une manière plutôt libérale — sans arbitrage, ni respect de certaines règles officielles (pas de changement de côté, remise de balles, faute de pied, etc.) —, ces tournois connaissent un certain succès bien qu'ils aient été condamnés par les dirigeants de la Ligue de tennis qui voient là une forme de concurrence déloyale. N'ayant pas les ressources nécessaires pour engager des équipes pouvant prétendre aux titres sportifs les plus nobles, les responsables du SUC n'ont pour seule réponse à la course aux titres officiels qu'une compétition fondée sur l'honneur de se battre à arme égale en dehors de tout système, fédéral notamment. Une formule qui satisfait une partie du public bas-rhinois pour qui la rupture entre tennis professionnel et tennis de compétition-loisir est désormais consommée, comme l'indique ce joueur ex-classé : "A quoi bon se battre pour un classement quand on sait qu'on restera en 4ème série toute sa vie ? Je préfère mille fois une compétition où il n'y a pas de points pour le classement officiel".

41La diffusion du tennis s'est effectuée au prix d'une différenciation des clubs telle que l'on peut en rendre compte en construisant un espace local du tennis où chacune des associations occupe une position selon l'ancienneté, le niveau sportif, les modes de gestion, les conditions matérielles d'exercice de la pratique, etc. La création de nombreux clubs a permis de répondre aux multiples attentes sans pour autant modifier la structure de l'espace de l'offre : les clubs qui occupaient les positions les plus élevées dans cet espace, comme le Lawn, s'y sont maintenus, ceux qui avaient des positions intermédiaires, comme le TCM, ont connu une période de grande instabilité et le SUC, à l'image des clubs qui n'ont pas réussi à réunir les conditions pour entrer dans la lutte pour les positions les plus nobles, est resté "hors course" en proposant un service qui ne peut satisfaire qu'un petit nombre de joueurs. Tout semble se passer comme si cette nouvelle situation — diffusion du tennis chez les classes moyennes et engouement sans précédent pour la compétition et le classement — avait surtout profité aux clubs les plus élevés dans la hiérarchie car les plus disposés à adapter leurs structures au bon moment et sans perdre ni leur "esprit de club", ni la qualité de relation sociale entre les membres. Ils étaient les mieux armés pour surmonter la crise et ont réussi à intégrer les changements imposés par l'évolution du tennis international.

Bibliography

Bibliographie

BOURDIEU P., Les règles de fart. Genèse et structure du champ littéraire. Paris : Ed. du Seuil, 1992.

CHAZAUD P., Le sport dans la commune, le département et la région, Paris, Berger-Levrault, 1989.

DESROSIERES., THEVENOT L., Les catégories socioprofessionnelles, Paris : Ed, La Découverte, 1988, Repères, 62.

GARRIGUES P., Evolution de la pratique sportive des Français de 1967 à 1984, Les collections de l'INSEE, M134, octobre 1988.

INSEE, Les pratiques de loisir, Enquête 1987-1988, INSEE-Résultats, no 3. Consommation-mode de vie, 1989.

INSEE, Recensement de la population de 1990. INSEE-Résultats.

HERAN F. Le monde associatif, Economie et statistique, 208, mars 1988, p. 15-45.

INSEP, Les pratiques sportives des Français, décembre 1987.

Ministère de la culture, Pratiques culturelles des Français. Evolution 1973-81. Paris : Dalloz, 1982.

SEYS B., Les groupes socioprofessionnels de 1962 à 1985, Données sociales 1989.

SUAUD Ch., Système des sports, espace social et effets d'âge : la diffusion du tennis, du squash et du golf dans l'agglomération nantaise, Actes de la recherche en sciences sociales, 79, sept. 1989, p. 2-20.

WASER A.-M., Le marché des partenaires. Etude de trois clubs de tennis, Actes de la recherche en sciences sociales, 80, novembre 1989, p. 2-21,

_____, Le marché du tennis. La construction sociale des échanges sportifs, Thèse de doctorat, Paris, EHESS, 1991.

______, La genèse d'une politique sportive : l'exemple du tennis, Actes de la recherche en sciences sociales, 91-92, mars 1992, p. 38-48.

Notes

1 BOURDIEU P., Choses dites, Ed. de Minuit. 1987, p. 206.

2 WASER A.-M., Le marché du tennis. La construction sociale de échanges sportifs. Thèse de doctorat, EHESS, 1991.

3 GARRIGUES P., Evolution de la pratique sportive des Français de 1967 à 1984. Les Collections de l'INSEE, Ml 34, 1988.

4 Par les guillemets on veut exprimer ici le fait que les sports cités sont des constructions de la part des chercheurs qui ont réalisé ces enquêtes, La catégorie "tennis" regroupe dans certaines enquêtes le squash et le badminton, dans d'autres, il ne comprend que les différentes modalités de la pratique du tennis : "tennis-loisir", "tennis de compétition", “tennis en double", "tennis en famille", etc, Pour des raisons de commodités, on n'utilisera pas systématiquement les guillemets.

5 Les résultats de l'enquête de l'INSEP, Les pratiques sportives des Français, réalisée en 1985_sont très différents de ceux donnés par l'enquête de l'INSEE car la définition du sport n'est pas la même, Les chercheurs de l'INSEP ont pris le parti de ne donner aucune définition a priori de la pratique (l'enregistrement a été fait à partir de la déclaration des personnes interrogées sans tenir compte, dans un premier temps, des fréquences), Ainsi, lorsque l'enquête de l'INSEE enregistre un taux de pratiquants de 43,2 % en 1983-84 (soit environ trois Français sur sept), l'enquête de l'INSEP montre qu'en 1985, 73,8 % soit, trois Français sur quatre s'adonnent à au moins une pratique physique ou sportive. Mais encore une fois, les résultats de ces deux enquêtes ne sont pas comparables.

6 Par les guillemets on veut exprimer ici le fait que les professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) citées sont des constructions de la part des chercheurs de l'INSEE, des catégories qui ne regroupent pas toujours les mêmes professions invitant ainsi à la prudence en ce qui concerne les comparaisons d'une enquête ou d'un recensement à l'autre. Cf. A. DESROSIERES et L. THEVENOT, Les catégories socioprofessionnelles, Ed. La Découverte, Repères, 1988, Pour faciliter la lecture, on n'utilisera pas les catégories sociales, systématiquement les guillemets.

7 SEYS B,, Les groupes socioprofessionnels de 1962 à 1985, Données sociales, 1987.

8 Cf. DESROSIERES A., THÉVENOT L. op. cit. en particulier le chapitre IV : la construction de la nouvelle nomenclature des PCS de 1982.

9 Cf. CHAZAUD P., Le sport dans la commune, le département et la région. Paris : Berger-Levrault, 1989.

10 BOURDIEU P., La noblesse d'Etat. Grandes écoles et esprit de corps, Paris : Ed, de Minuit, 1989, p. 168.

11 SUAUD Ch., Système des sports, espace social et effets d'âge : la diffusion du tennis, du squash et du golf dans l'agglomération nantaise, Actes de la recherche en sciences sociales, 79, sept. 1989, p. 2-20.

12 Cf. NYS J.-F., Les subventions aux clubs sportifs, le comportement des municipalités, in : Sport et collectivités locales, Paris : Sirey, 1984 et WASER A.-M., La genèse d'une politique sportive : l'exemple du tennis, Actes de la recherche en sciences sociales, mars 1992. 91-92.

Author

Maître de Conférences à l'Université de Caen Centre d'Etude et de Management du Sport

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Terms of use: http://www.openedition.org/6540