Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

4. Quelques "univers" de représentations : l'expression sociale de la sensibilité

Le football : espéranto de la culture

Note de recherche

Hervé Gicquel

Texte intégral

introduction

  • 1 Plus de 2 milliards de personnes suivent les finales des coupes du monde.
  • 2 AUGÉ Mero, "Football ; de l'histoire sociale à l'anthropologie religieuse" in Le Débat, no 19, fév (...)

1Dans l'univers du sport, on trouve un phénomène particulier qui est à la fois un des plus étranges et des plus caractéristiques de notre époque : le football. Il est et il fait l'événement par au moins cinq caractères : sa mondialisation, son impact médiatique1, les sommes financières qu'on y investit, les débordements qu'il provoque et sa ritualisation2.

2Pourtant, malgré son importance, il reste un phénomène social difficile à percer et à comprendre, au point de s'apparenter à ce que Michel Bernard appelle un "point aveuglant" de la société, qui échappe à l'analyse et s'obscurcit dès qu'on essaie de le démystifier et de le cerner : en fait on ne sait pas pourquoi, toujours, partout et surtout le football. Dès que l'on essaie d'entrevoir en quoi le football est si caractéristique pour occuper une telle place dans le monde, on se trouve confronté aux bornes d'analyses parcellaires.

  • 3 Cf. le titre donné par Robert Parienté en première page du Journal L'équipe du jeudi 30 mai 1985 a (...)

3D'un côté les professionnels du sport spectacle, trop impliqués dans la logique du football ne maîtrisent pas l'ampleur du phénomène, et se cantonnent dans des observations superficielles et des déclarations de bonnes intentions apaisantes pour la masse ("il faut moraliser le jeu, sanctionner le jeu dur") qui masquent mal leur craintes devant les soubresauts d'un phénomène qui, en fait, les laissent pantois3.

  • 4 BROHM Jean-Marie, “Le spectacle du foot impérialiste" in Football connection, p. 8 à 13, Revue Que (...)

4D'autre part, les sociologues qui tantôt s'attachent à l'analyse sociologique de la pratique et de ses pratiquants (comme Jean-Michel Faure) tantôt voient dans la pratique et le spectacle sportif un appareil idéologique d'état4 permettant l'infantilisation, l'asservissement des masses, un reflet du capitalisme, et un moyen de stabilisation sociale.

5Forts de ces analyses, nous devons cependant admettre qu'elles passent partiellement à côté du fait social total qu'est le football dans la mesure où elles l'isolent d'une vision d'ensemble de la culture et de la civilisation.

6Il s'agit donc d'en appréhender toutes les composantes (notamment le réseau de valeurs auxquelles il répond) dans l'interdépendance de l'individuel et du social.

le football et ses valeurs

  • 5 Plus de 150 pays sont affichés à la F.I.F.A, Plus de 40 millions de joueurs sont licenciés dans le (...)

7Le football n'est pas un sport parmi d'autres. Né en Angleterre au xixe siècle, il est un siècle plus tard présent dans presque tous les pays du globe, Ce caractère universel et l'ensemble des investissements (populaires, imaginaires et pulsionnels) dont il est porteur font donc de lui autre chose qu'une simple mode éphémère, superficielle et confidentielle. Spectacle populaire, il draine le foules et s'inscrit dans la vie quotidienne des gens, C'est donc la preuve qu'il permet l'actualisation d'un vieux fonds de valeurs essentiellement populaires que l'on retrouve partout5. Ce qui caractérise, pour le profane, ces rencontres de football, c'est le côté festif : "la grande fête du football" exaltante et enthousiaste.

les caractéristiques du football

8La nature du jeu lui-même apporte des éléments de réponse supplémentaires, On pourra certes les trouver dans d'autres activités mais ici, ils sont réunis. Il faut d'abord noter la simplicité fascinante de la règle (deux camps, un ballon, deux caisses, un objectif : mettre la balle dans le but adverse) qui rend ce jeu nettement plus accessible au profane et plus exportable que le rugby, le football américain ou le cricket.

  • 6 MORRIS Desmond, "La tribu", in : Revue Autrement, "L'amour foot" no 80, mai 1986, p. 16-23.

9C'est en outre, un sport très visuel car, bien que collectif il permet de bien distinguer les actions Individuelles et d'éviter les entassements. On assiste en fait à une succession de courses solitaires ou un contre un, de "mises dans le vent" c'est-à-dire à une succession d'actions sans se toucher qui maintiennent et renforcent la tension du spectateur et qui permettent à Desmond Morris d'y voir un lieu d'expression de pulsions primitives, une théâtralisation de pulsions tribales6, bref, une simulation de chasse primitive.

10Enfin les caractéristiques du combat mettant en scène un homme/un ballon associées au respect de la règle du fair-play sportif instaurent une certaine égalité des chances. Ici, pas de tricherie, pas d'artifice : il faut faire ses preuves, Cette mise en avant de la notion d'égalité des chances contribue donc à faire du football un langage universel, et un "art populaire" où les phénomènes d'identification autour du meilleur joueur s'opèrent aisément, le transformant en mythe mais sans empêcher une certaine proximité dans la mesure où les héros (Pelé, Maradona, Platini) sont issus du peuple et moins distants que les autres stars du monde du spectacle. En outre leur richesse, leur gloire sont incontestables et justes car acquises sur le terrain aux yeux de tous, et elles traduisent et concrétisent l'espoir de réussite des dominés d'où l'adéquation exceptionnelle dans le stade entre joueurs et spectateurs. C'est à une aventure collective que le public participe.

le football : élément de civilisation

11Le football est une compétition mais il reste une ambiguïté puisque le sens de cette compétition n'est pas donné. A quoi correspond la volonté de gloire ? S'agit-il de briller seul et de satisfaire des instincts narcissiques ou bien s'agit-il d'une gloire qui rejaillit sur un idéal (volonté de dépassement) dont le participant est le représentant ?

12L'importance des investissements évoqués en introduction ne laisse pas place au doute. Il s'agit bien du sport pour le sport c'est-à-dire d'une activité privée de sens, "qui n'a d'autre fin qu'elle-même" (G. Vigarello), à travers la pratique de laquelle le meilleur joueur prétend à la valeur suprême en soi ; cette absence de sens qui semble caractériser le libéralisme de la civilisation occidentale, caractérise le football qui peut être analysé comme un lieu de la mise en scène de l'idéal de l'Occident, un simulacre de l'entreprise.

  • 7 Plus d'une trentaine de joueurs étrangers évolue chaque année en Nationale 1.

13Comme l'économie du football est mondiale, la provenance des joueurs est sans importance7 : seule compte la valeur, qui se monnaye, Le mythe du gagneur se réalise donc dans ces joueurs qui gagnent pour gagner puisque c'est l'idéal humain proposé. D'où l'inconfort de l'arbitre qui n'est pas sans être touché par cet idéal : correspondant à l'épouvantail de l'Etat il est l'empêcheur de gagner en rond, celui dont il faut aux yeux des dirigeants limiter les pouvoirs et les compétences au minimum afin de laisser les joueurs s'exprimer pour qu'ils soient à la hauteur de leur mise à prix, (ce qui entraîne la montée du jeu dur) et pour que l'équipe puisse jouer pleinement son rôle de vitrine de la ville, de représentant du pays. Et là, réapparaît curieusement chez les journalistes, nouveau choeur de cette nouvelle tragédie à la grecque, tout le vocabulaire guerrier habituellement condamné qui vient ici structurer l’âme collective par ses commentaires, ses encouragements et ses jugements.

le football et le politique

14Dans la culture des sociétés modernes la participation est plus en plus canalisée, anesthésiée, Dans le seul domaine du spectacle deux attitudes peuvent être rencontrées. Ou bien l'on assiste passivement à une représentation c'est-à-dire que l'on reçoit (images, sons), un spectacle que l'on apprécie ou pas. Ou bien sont proposés des spectacles qui insistent sur la nécessaire participation du spectateur qui doit en fait se faire le simple écho d'un meneur du jeu ou l’"amplificateur" de ce que fait l'artiste, ce qui crée une illusion de participation. Or à l'état diffus, dans la société, ce désir de participation existe, et le football apparaît comme un moyen de le concrétiser.

15En effet, lors d'un match, les spectateurs sont réunis dans un stade pour quelque chose d'à la fois prévu pour eux et incontrôlable pour les organisateurs et là peuvent se réveiller de façon spontanée de vieilles passions que l'on pouvait croire évacuées. C'est ainsi que le stade permet la manifestation politique spontanée car il reste l'un des derniers lieux dans le monde où une contestation contre le poids des exécutifs sur le destin des hommes reste possible.

16Face aux régimes totalitaires qui verrouillent l'accès au politique et aux régimes démocratiques des gestionnaires qui éloignent les populations des grandes décisions sous prétexte de rigueur, le stade apparaît partout comme ce lieu privilégié de la réaction car il rassemble spontanément par un spectacle qui n'a rien à voir avec la politique (donc a priori peu dangereux politiquement) un grand nombre de personnes qui y viennent volontairement et qui y sont protégées par l'anonymat. Dès lors, ce vieux fond de tendance participatrice peut se réveiller.

néotribalisme autour du football...

  • 8 BROMBERGER C. et HAYOT A, "La passion pour le football à Marseille et à Turin", in : Revue Terrain (...)

17Le football engendre une autre participation forte qui est le fait des clubs de supporters et dont en Europe l'ampleur va croissante. Les réseaux d'identification de la société traditionnelle ayant éclaté un peu partout dans le monde, on voit apparaître ce que les ethnologues appellent des groupes néotribaux auxquels peuvent être rattachés les clubs de suppoders. A la différence d'autres groupes minoritaires ils ne revendiquent rien de précis (ex : minorité raciale) mais le club de suppoders est le lieu de recréation des bases d’une société organique avec ses lois, ses règles, son rituel, ses chants, ses fonds, ses bannières, ses héros8.

18L'"activité" de supporter traduit donc un désir de sociabilité nouvelle, venant compenser les insuffisances du quotidien, dans laquelle on peut s'investir. Cette activité s'accompagne du refus de tout ce qui ne relève pas de ce désir de sociabilité (l'arbitre, le service d'ordre...) et qui l'entrave.

19Dès lors, le 'hooliganisme" peut être compris comme une volonté de participation dure qui ne saurait s'exprimer nulle part ailleurs, et dans laquelle on peut retrouver des marginaux, des chômeurs mais aussi des membres d'autres catégories sociales. De ce phénomène, on retiendra son caractère de symptôme d'un mal de civilisation.

20En conclusion, le football n'est peut être pas toujours que ce que nous venons d'en dire, et d'autres spods pourraient se reconnaître dans quelques-uns de ces éléments d'analyse. La somme des points rapidement évoqués ici n'a pas de caractère exhaustif mais leur réunion autour du phénomène du football décrypte et démystifie quelque peu l'évolution de ce jeu. Il participe dans le cadre de l'occidentalisation à la destruction des particularismes, des clans et des rituels traditionnels tout en satisfaisant les expressions identitaires, ce qui lui permet de se présenter comme élément de "culture' universel, sorte d'espéranto culturel propulsé et canalisé par les vecteurs de la civilisation occidentale.

21Deux facteurs contribuent à la diffusion de cet espéranto :

  • les médias qui transforment les actions (du jeu ou des supporters) en simulacre, ce qui exorcise la violence et étouffe la société organique qui en émergerait ;
  • une police des stades qui permet de faire jouer pleinement les réflexes sécuritaires indispensables au sport-spectacle.

Notes

1 Plus de 2 milliards de personnes suivent les finales des coupes du monde.

2 AUGÉ Mero, "Football ; de l'histoire sociale à l'anthropologie religieuse" in Le Débat, no 19, février 1982.

3 Cf. le titre donné par Robert Parienté en première page du Journal L'équipe du jeudi 30 mai 1985 au lendemain du drame du Heysel : "Un attentat contre le football".

4 BROHM Jean-Marie, “Le spectacle du foot impérialiste" in Football connection, p. 8 à 13, Revue Quel corps ?, no 40 juillet 1990.

5 Plus de 150 pays sont affichés à la F.I.F.A, Plus de 40 millions de joueurs sont licenciés dans le monde.

6 MORRIS Desmond, "La tribu", in : Revue Autrement, "L'amour foot" no 80, mai 1986, p. 16-23.

7 Plus d'une trentaine de joueurs étrangers évolue chaque année en Nationale 1.

8 BROMBERGER C. et HAYOT A, "La passion pour le football à Marseille et à Turin", in : Revue Terrain, no 8 avril 1987.

Auteur

Professeur d'EPS UFR STAPS, Université de Caen

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540