Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

4. Quelques "univers" de représentations : l'expression sociale de la sensibilité

Les représentations du sport pour handicapés mentaux dans la presse

Jean-Paul Génolini

Texte intégral

I - INTRODUCTION

  • 1 Voir sur ce point d'enquête l'étude de Boirai P. et Brouat J.-P. (1984).
  • 2 SAINT-MARTIN P, “Les informations sur les personnes handicapées à travers la presse régionale", in (...)

1Généralement, les médias s'accommodent difficilement de l'image du handicapé mental. L'information diffusée correspond à une vision homogène et consensuelle : "information lisse sans conflit ni aspérité". Par exemple 75 % des messages destinés à présenter le handicapé mental annoncent une décision ou un événement, rendent compte d'une assemblée, d'une décision ministérielle1. Le handicapé mental retient moins l'attention des médias que le handicapé physique, alors que cette dernière population est quantitativement moins importante. Enfin, la thématique des sports et des loisirs est très peu développée ; elle concerne 3,1 % des titres et 5,3 % des articles portant sur le handicap2.

2C'est donc, une infime partie de l'information apportée par la presse sur les sports et les loisirs du handicapé mental que nous analysons ici.

  • 3 Sur ce plan Brunet F,(1985) repère deux logiques par rapport auxquelles la Fédération Française du (...)
  • 4 Ces deux positions se trouvent entremêlées dans la définition que la FFSA donne de la performance. (...)

3L'engagement du handicapé mental dans les pratiques sportives de compétitions est sujet à critiques, ou à controverses, au niveau même des fédérations sportives qui ont à charge les personnes handicapées3. La mise en scène du handicapé en sport engage les dirigeants sportifs à prendre des positions divergentes et à valoriser la fonction agoniste du sport, orientant le handicapé vers les championnats, ou à privilégier l'idée de participation en s'appuyant sur la valeur éducative du sport4.

  • 5 Voir sur ce point BRUANT G. (1991). La représentation du handicap mental dans le sport adapté.

4La médiatisation d'un message sportif doit ainsi, assurer un arbitrage entre les différents points de vue. Ceci de façon à imposer une définition légitime du sport (qui par exemple, met en avant l'image de l'élite, le respect de la réglementation, l'aspect quantitatif des performances) ; mais aussi, à rendre imaginable l'existence d'un sport, dans lequel tout le monde gagne5 (expression du dépassement de soi, conduite irréprochable, aspect qualitatif de la performance dans la comparaison à soi-même...).

5Nous nous sommes ainsi posé le problème de savoir comment le discours médiatique présentait un sport qui, tout en étant ancré dans le système fédéral, s'en démarque par des particularités qui en font un milieu spécialisé (installation d'un cursus sportif finalisé par l'intégration sociale) ?

6Mais aussi, comment la présentation du handicapé dans le sport permet-elle un arbitrage entre des positions divergentes ? Celles des spectateurs, qui voient dans l'activité sportive du handicapé une expression concrète de l'intégration sociale, ceux qui repèrent, dans les comportements, toute la dimension compétitive et élitiste du sport, ceux qui perçoivent la mise en jeu du handicapé comme une vulgaire mascarade, un affront au sport moderne…

  • 6 Nous comprenons le stéréotypé au sens donné par Snyder d'un processus par lequel les croyances peu (...)

7Nous pensons que la présentation du sport pour handicapés à travers la presse passe par des références qui correspondent à une vision stéréotypée6 du handicapé mental et du sport, nous renvoyant respectivement aux images fantasmatiques de la folie et aux vertus intégratives des activités sportives. Il s'agit d'accroître un consensus, afin de distribuer des renforcements aux dirigeants sportifs, aux établissements spécialisés qui participent aux rencontres sportives, aux animateurs, aux parents, ou même encore à ceux qui sont opposés à considérer le handicapé comme un pratiquant sportif.

8Nous avançons l'hypothèse que le message de presse neutralise les effets spectaculaires de la mise en scène sportive, et plus particulièrement, établit une distance symbolique entre le lecteur et le handicapé.

  • 7 La représentation est comprise alors comme une reconstruction de l'objet, une expression du sujet (...)

9Cette neutralisation de l'effet spectaculaire du sport pour handicapés et la prise de distance par rapport à l'introduction du handicapé mental dans le sport repose sur la construction de représentations syncrétiques du handicap et mythifiantes du sport. Celles-ci, pouvant être édifiées à partir d'une éviction des déficiences dans le message de presse, ou encore sur des constructions symboliques nouvelles (effets de styles) qui banalisent ou adoucissent la visibilité du handicap dans les compte rendus sportifs7.

II - MÉTHODE

  • 8 Le dépouillement d'une presse régionale ou nationale à l'issue d'une rencontre, ou d’une manifesta (...)

10Nous avons collecté 253 articles de presse auprès des différents comités régionaux de la Fédération Française du Sport Adapté8. Le corpus se répartit suivant trois thématiques, (voir tableau 1).

Tableau 1 - Répartition du corpus

Comptes rendus des rencontres sportives ou de journées promotionnelles

65 %

Promotion spécifique d'une association sportive pour handicapés

14 %

Comptes rendus de colloques ou de réunions sur le sport et le handicap

8,7 %

Informations sur une manifestation à venir

4 %

Divers

8,3 %

11Ainsi, l'information que nous analyserons est fortement promotionnelle et vise : à familiariser l'opinion publique avec l'existence légitime du sport ; à exprimer les effets du sport sur la personne handicapée ; à justifier de l'intérêt d'une association dans une municipalité ; ou encore à montrer que les élus municipaux se penchent sur le dossier du sport et des loisirs pour handicapés dans la cité.

12Le corpus s'étend sur une période de neuf années (1978-1986) (voir tableau 2).

Tableau 2 - Répartition du corpus de 1979 à 1986

Périodes analysées

Répartition totale des articles

Répartitions des comptes rendus

1979-1982

22 %

19 %

1983

9 %

14,6 %

1984

12 %

8,7 %

1985

43 %

33 %

1986

14 %

23 %

  • 9 Voir les différentes étapes dans l'évolution du système fédéral MIAU H.(1991). Le sport adopté : u (...)

13La périodisation permet de cerner les différents moments forts de l'évolution du système fédéral, et de mettre en rapport des contenus de presse avec les transformations d'un système sportif9.

14Trois analyses thématiques ont été réalisées sur le corpus.

  • L'une, porte sur cent articles qui décrivent spécifiquement une rencontre sportive. Elle a pour but d'identifier l'orientation du discours sur le sport pour handicapés.
  • L'autre, concerne 210 titres de presse qui donnent une information (rencontre, conférence, promotion d'associations…) sur le sport et le handicap mental. Elle permettra d'identifier les stratégies de valorisation du sport pour handicapés.
  • Enfin, nous avons analysé huit articles de presse qui décrivent le handicapé mental en action dans le sport. Nous retenons pour une présentation succincte des résultats les seuls contenus qui concernent le handicapé en sport et le sport pour handicapés10.

III - L'ORIENTATION DU DISCOURS SUR LE SPORT POUR HANDICAPÉS DANS LA PRESSE

15Les thèmes rencontrés décrivent : pour 74 % d'entre eux la rencontre sportive ; 15,3 % présentent les instances associatives ; 9 % parlent du handicapé en activité ; et 2,6 % ne sont pas classés.

1. La rencontre sportive : un discours sans âme

16La rencontre sportive est abordée à partir de cinq types de contenus.

  • Une description du déroulement de la rencontre (32 %) qui consiste à donner une image du site sportif, des installations utilisées, à annoncer le programme de la journée, à présenter les participants aux épreuves. Il s'agit, la plupart du temps, d'un discours neutre dans lequel sont rapportés les faits de la journée, ce qui a été effectivement proposé aux handicapés.
  • Une présentation des organisateurs et des responsables qui se fait par l'intermédiaire de remerciements. L'importance que revêt cette catégorie dans le discours total (1 7 %) est à la mesure de l'utilisation politique qui peut être faite des manifestations sportives.
  • Une comptabilité du nombre de participants (11 %) est souvent présentée.
  • Une annonce d'encouragements ou de félicitations (6 %) concerne les handicapés ou les organisateurs. Ces congratulations sont centrées sur le dévouement des responsables, ou encore sur le courage des handicapés.
  • Enfin, est précisée la qualité de la rencontre (2,7 %), en attestant des comportements irréprochables des handicapés, du respect du code sportif.

17En insistant sur des descriptions neutres, des présentations non imagées des épreuves sportives, les journalistes ne pénètrent pas dans l'univers des émotions sportives. Tout se passe comme si les rédacteurs évitaient de heurter le lecteur par des images ou des représentations engagées.

2. L'association sportive : un discours promotionnel

18Les catégories relevées mettent en valeur le système associatif sportif par rapport à sa finalité d'intégration sociale suivant cinq types de développements.

  • Il s'agit de situer, à un premier niveau d'importance (5,6 %), la dynamique de l'association par rapport aux politiques locales. L'association apparaît comme ayant une histoire, un avenir, une énergie de travail propice à engager un partenariat avec le milieu sportif et les collectivités.
  • A un deuxième niveau (5 %) sont précisées, à travers la présentation du système associatif, les finalités du mouvement sportif "Sport Adapté" et les principales revendications sur lesquelles la fédération fonde sa légitimité (affirmer un droit aux sports et aux loisirs pour le handicapé, participer aux itinéraires d'insertions du handicapé).
  • Un historique du mouvement fédéral et de son évolution, confirme l'ampleur des transformations sociales (dans les politiques, les mentalités) et situe les milieux associatifs en conformité avec un idéal progressiste (2,5 %).
  • A un moindre niveau, on rencontre des contenus sur la taille de l'association (1,4 %).
  • Enfin, sur quelques articles seulement, on note un discours qui rend hommage aux éducateurs ou aux animateurs (1,4 %) qui ont directement à charge les handicapés. Il s'agit en fait, de mettre en relief les qualités humaines de ces derniers : écoute, disponibilité, patience...

3. Le handicapé : un discours à sensations

19Le discours sur le handicapé cherche par la création du sensationnel à transformer, mettre en question, inverser les images communément admises sur le handicap. Ces modes d'identification de la personne renvoient à cinq types de contenus :

  • Le handicapé est présenté comme un concurrent potentiel des normaux. Du point de vue des capacités physiques, "il peut donner du fil à retordre aux autres sportifs" ou encore, il peut être un exemple de morale que les autres sportifs pourraient imiter (3,6 %).
  • Le milieu et les conditions de vie du handicapé sont évoqués. Elles nous renseignent sur le handicapé tel qu'on ne l'imagine pas. La représentation porte sur la sensibilité affective, la conscience que le sujet a des états de souffrance, de peine ou d'amour, des échecs et des réussites... Bref, c'est une personne aimable que l'on cerne à partir de celte thématique (2,3 %).
  • Dans quelques articles de presse nationale (particulièrement Libération) est évoqué le corps de la personne. Il est présenté comme une réalité fonctionnelle qu'il est utile d'entretenir (2 %).
  • Sont dénoncés aussi les efforts que le handicapé doit faire pour accéder aux sports et aux loisirs. Il est, d'une certaine façon, traité comme la victime d'un système social peu enclin à considérer le sport pour handicapé (0,9 %).
  • Le handicapé mental peut être enfin, présenté sous un aspect très négatif qui renvoie directement, par des mises en causes précises, aux attitudes des valides à l'égard de l'anormalité. Le handicap devient alors, une conséquence des attitudes d'autrui (0,3 %).

20D'une façon générale, on remarque une relative autonomie des thèmes entre eux. Le discours n'est pas construit à partir d'une problématique identifiable dans un titre. Les thèmes sont bien cloisonnés et les descriptions sont segmentées par un découpage visuel du texte (paragraphes, colonnes). La représentation du sport pour handicapés est organisée à partir d'images stériles qui caractérisent une distanciation entre le journaliste et la description qu'il fait des rencontres sportives. Une telle présentation cherche à identifier clairement le handicapé et à éviter, pour le lecteur, toutes sortes de confusions avec un article de presse sportive. On peut penser que le souci des rédacteurs, outre la valorisation d'une politique socio-éducative, est de limiter, dans la présentation du sport pour handicapé mentaux, le choc des signifiants.

IV - LES STRATÉGIES DE PRÉSENTATION DU SPORT POUR HANDICAPÉS DANS LA PRESSE

21Nous avons considéré que le titre, par sa valeur informationnelle et promotionnelle, jouait un rôle d'indicateur sur la nature des relations entre l'objet du discours et le lecteur ciblé par la presse. Les 210 titres soumis à l'analyse thématique permettent d'identifier respectivement un mode de présentation du handicap et du sport, (voir tableau 3).

1. La variété dans l'étiquetage du handicap

Tableau 3 - Répartition des titres avant et après 1982 en fonction de la visibilité du handicap

Tableau 3 - Répartition des titres avant et après 1982 en fonction de la visibilité du handicap
  • 11 Courrier Oise, 25/03/1985
  • 12 La Croix, 18/05/1935.
  • 13 La fédération française d'éducation par le sport des personnes handicapées mentales s'appellera al (...)

22A partir des années 1982, 1983 le contenu des titres évacue significativement (s=.01) le concept de handicap ou ce qui pourrait le traduire implicitement ("Tous dans la course"11, "Le sport leur donne de l'assurance"12). Cette période correspond, historiquement, à l'affiliation de la Fédération du sport pour handicapés mentaux au Comité National Olympique et Sportif Français (1983)13.

  • 14 La Depêche du Midi, 31/05/1986.
  • 15 Ouest-France, 4/06/1985.

23Les titres dans lesquels la visibilité du handicap est exprimée se composent aussi différemment depuis 1983, Le marquage du handicapé est indirect et d'autres "objets signes" que le handicap lui-même sont susceptibles de représenter l'anormalité. Par exemple, il s'agit de souligner l'aspect convivial de la manifestation, ou encore de mettre en avant les valeurs rééducatives du sport. Après 1982, on observe une augmentation de 6 % et de 18 % des titres qui traduisent, respectivement, le handicap par une référence à l'activité ("Le basket adapté en vedette"14), ou au milieu de vie du handicapé ("Journée cross country à ΙΊΜΕ"15).

  • 16 En évoquant des "sportifs adaptés" nous ne présentons pas simplement le licencié fédéral. Nous sub (...)

24Cette multiplication des signes de handicap, ainsi que leurs utilisations croissantes, confirment un maintien des distances symboliques du handicapé à l'égard du sport et organisent de nouvelles images, de nouveaux cadres de classification du handicapé dans le domaine sportif. La diversification des représentations du handicap donne alors plus d'autonomie16 à la représentation du sport pour handicapés.

2. Le sport expression de l'intégration sociale

25Outre une présentation neutre, purement informative des titres (28,5 %) et dans laquelle le sport n'est pas représenté par des valeurs spécifiques, on remarque que 63,6 % de messages expriment un effet du sport sur le handicapé. Le sport, facteur d'intégration sociale est défini à partir des thématiques de l'ouverture, de la réussite, de l'éducation, de la justice sociale.

26L'ouverture (29,5 %) exprime une capacité du sport à décloisonner le handicapé de son cadre institutionnel. Soit en invoquant la naissance de nouveaux rapports à autrui, soit en situant la personne dans un nouvel espace d'action. La piscine, le stade, introduisent alors l'idée d'une rupture avec l'enfermement. Le sport présenté comme une ouverture, affiche l'image d'un renouveau et, par extension, anticipe sur une transformation du handicap.

27La réussite (30,5 %) est évoquée par l'aptitude du handicapé à agir ou se mobiliser dans l'activité. Le sport est un révélateur de l'activité du sujet, par opposition à la dégénérescence du handicap. Il s'agit, ici, de faire passer l'idée que le sport avec le handicapé, ça marche, et que l'entreprise n'est pas nécessairement vouée à l'échec.

28Si, dans les thématiques précédentes, les rédacteurs se dispensent généralement de situer explicitement le handicap, dans le thème de l'éducation (10,4 %), par contre, la référence à la déficience est un passage obligé. La santé, la remise en forme sont des terrains d'action du sport. Il faut, dans le message, créer les conditions d’une démonstration de rééducation par le sport.

29Enfin, l'idée de justice sociale (4,7 %) est définie à partir d'une présentation du sport comme facteur d'égalité sociale. Faire, ou être comme les autres est un leitmotiv qui est repris bien souvent sous la forme de titre slogan, ("Nous aussi"), ("Ils ont droit aux mêmes joies que tous").

30L'analyse des titres de presse révèle des stratégies d'effacement du handicap dans la présentation du sport pour handicapés. Ainsi, le concept de handicap n'est plus une référence absolue pour caractériser une manifestation sportive. Bien au contraire, nous l'avons signalé, d'autres objets-signes sont investis d'un pouvoir d'étiquetage qui facilite pour le lecteur le travail de discrimination de l'information. Deux stratégies sont identifiables. L'une est basée sur l'effet euphémique et permet de signifier le handicap par la présentation de la situation sportive. L'autre traduit un désir de banaliser, dans le sens où le handicap n'est pas annoncé, mais apparaît à partir d'indices dissonants ("Des footballeurs au Parc des Princes"). A côté de cet effacement symbolique du handicap, on a repéré un renforcement des images du sport facteur d'intégration sociale. Tout se passe comme si, la représentation du sport pour handicapé était abordée selon des lignes de moindre résistance. Celles-ci se réfèrent aux fonctions utilitaires du sport (intégration, éducation, rééducation) et non pas au contexte émotionnel qui sous-tend la compétition sportive.

V - LES IMAGES DU HANDICAPÉ DANS LE SPORT ET DU SPORT POUR HANDICAPES

31Nous nous sommes intéressés à "l'univers symbolique" de référence qui permet de présenter le handicapé en action dans le sport et les effets du sport sur le handicap. Ce sont donc quelques articles qui accordent une place à la description de l'activité du handicapé que nous analysons.

1. L'image du handicapé ou le mythe du "gentil monstre"

32Trois thématiques permettent de définir le handicapé dans le sport : "le handicapé intègre", "le handicapé sensible" et "le handicapé non situable".

  • 17 B : "Roanne quatre jours de leur vie", Libération, 1983.
  • 18 C : “Contre le vent, la belle ballade de Thierry", Libération, 12/05/1982.
  • 19 D : "Première course cycliste à handicap", Libération, 15/05/1986.
  • 20 E : "Le corps à l’âge de bronze". Libération, 12/05/1982.

33L'intégrité est marquée par la présentation d'un sujet volontaire, autonome, identique à toute personne valide. Le handicapé est montré comme un être indépendant, capable de rompre avec l'espace institutionnel signifiant la protection "les handicapés ont perdu (par la pratique du sport) ce sentiment d'être surprotégés" (A), "Si l'on m'empêche de faire du sport, je saute par la fenêtre et je pars" (B)17. Le sujet est situé comme intègre physiquement et intellectuellement. Les limites de l'excellence technique dans l'activité ne renvoient pas au caractère de l'instabilité mais à celui de la curiosité. "C'était un excellent patineur mais lorsqu'il a bien possédé la technique, cela ne l'a plus amusé et il a voulu passer à autre chose" (C)18. D'une façon générale, l'image de l'intégrité se définit à partir de la présentation d'un être moral, volontaire, équilibré, sain, d'une grande vitalité et d'une esthétique corporelle qui assimile la norme sportive. "Bernard Deband ne compte que sur sa force, une belle force physique clairement visible dans son corps carré" (D)19. Ces caractéristiques étant, par ailleurs, susceptibles de remettre en question les préjugés négatifs qui pèsent sur la personne. "Pourtant contrairement aux idées reçues, les handicapés mentaux ont un potentiel de psychomotricité quasi normal" (E)20. Il s'agit, à travers les représentations de l'intégrité de faire passer le handicapé sportif dans un espace de normalité par la suppression d'attributs lui appartenant. "Le handicapé (en sport) perd alors son étiquette, il devient un individu à part entière" (A). On peut imaginer alors que l'effet répressif des normes sociales pousse à épurer la relation sport handicapé de tout signe stigmatisant qui rappelle la présence de l'anormalité.

34La sensibilité est exprimée par l'expression affective non contrôlée du handicapé. Celle-ci renvoie aux caractéristiques de la spontanéité : "au moindre morceau de joie, ils veulent en donner un bout au voisin" (E). C'est ainsi une sensibilité affective à “fleur de peau" qui transparaît dans les comportements, "des mongoliens se font des câlins" (B). Cette expression de l'affectivité débridée, vraie, instinctive, est dirigée vers des formes culturellement admises car, si il est question d'exacerber l'affectivité, il s'agit de montrer aussi, que le sujet la contrôle "l'un d'eux se lève, j'arrête, je sais pas faire ! reste, non je veux pas j'ai peur... il reste" (B). Lorsque l'expression de l'émotion n'est plus contrôlable, elle trouve ses limites dans le dysfonctionnement corporel : "ils poussent le plaisir jusqu'à la crise, quelques-uns ont des convulsions,.. c'est juste une ligne de portée qui a trop vibré" (B).

  • 21 Voir sur ce point CFIOMBART de LAUWE M.J. (1986).

35L'image de la sensibilité supportée par celles de l'innocence, de la spontanéité, de la naïveté, n'est pas sans rappeler celle de l'enfant-authentique" qui témoignerait d'une autre façon d'exister21. Il y aurait donc une tendance à projeter sur le handicapé mental des traits propres à l'enfant "positif". Cette projection, sur le handicapé, d'attributs qui ne lui appartiennent pas en propre, permet de situer la personne : soit à partir d'images mythifiantes (évocation du mythe de l'enfance) ; soit d'images mystificatrices, c’est à dire d'images fausses qui visent à tromper, en situant par exemple le handicapé en dehors du temps. "La petite grand-mère se laisse aller de bon cœur dans les chutes, elle rit aux éclats, leur naïveté, leur spontanéité est sans âge" (B).

36La thématique du "non situable" est relative aux aspects du handicap qui renvoient directement à l'invalidité ou la déficience. Toutefois, la présentation du handicap nous renseigne, non pas sur les caractéristiques de la personne, mais sur les comportements d'exclusion des valides. La déficience est exprimée d'une manière dérisoire "il a 6 ans, non 7 ans, je ne sais plus, allez demander au moniteur" (B). Le handicap devient un préjugé, une conception obsolète "d'ailleurs en trois jours on ne sait plus très bien au milieu de cette population le sens du mot "handicapé" si ce n'est un trouble passager, un problème physiologique irréversible ou simplement un souvenir marqué au fer rouge dans la mémoire qui vient se glisser au milieu des phrases comme un disque rayé" (8). Le corps témoigne des souffrances sociales et de l'enfermement dont a été victime le handicapé : "patauds et maladroits ils ne le sont souvent que parce qu'ils sont trop apathiques, pas suffisamment entraînés à l'effort physique... et s'ils donnent l'apparence du contraire, c'est parce qu'ils ne contrôlent pas leur motricité,., peu d'entre eux ont eu l'occasion de prendre conscience de leur corps" (E). Enfin, la thématique du handicapé “non situable" exprime plus durement encore une image négative de la société, évoquée à travers l'indifférence, l'agressivité, où les violences physiques et morales montrent l'enfermement du valide dans ses normes et la condamnation du handicapé à l'errance perpétuelle "un esprit sain dans un corps sain, pour eux la devise est pourrie d'avance, une trop vieille tradition a dessiné la tête en clef de voûte au dessus d'un corps encombrant" (D), Les caractéristiques du handicap sont ainsi considérées, mais minorées ou accentuées de façon spécifique. Ceci permet, par une inversion, de faire du handicapé non pas une anormalité individuelle, mais le reflet d'une société anormale.

37La représentation du handicapé dans le sport oscille entre l'image de la bête, sans jamais l'assimiler complètement, (on y découvre des personnes traitées comme des animaux...) et l'image de l'enfant (notamment par la référence au caractère d'éducabilité) sans jamais se confondre avec elle. Le mythe du "gentil monstre" permet ainsi : de situer le handicapé dans un ensemble de valeurs fondamentales pour tous, attachées à définir l'enfance ; et dans le même temps, de mystifier la présentation du handicap, afin de le rendre plus acceptable visuellement.

2. L'image du sport ou le mythe de "l'initiation"

38L’image du sport pour handicapés mentaux est construite à partir de deux thématiques : le sport sauveur et le sport panacée.

39Le sport sauveur possède des vertus rééducatives et permet d'envisager des transformations du handicap qui échappent à toute explication rationnelle le sport l'aide doucement à dénouer son problème, il s'invente une mère" (B). Le sport est donc prescrit au même titre qu'un remède et l'on fait même correspondre à chaque sport un effet thérapeutique potentiel. "C'est que chaque sport apporte à chacun quelque chose de nouveau, ainsi pour l'équitation qui pose au handicapé des problèmes d'ordre psychologiques de maîtrise de son angoisse, ainsi pour le vélo qui lui permet de chercher son équilibre et de se situer dans un milieu nouveau avec l'apprentissage de la direction..." (A). Le sport peut alors être soit personnifié pour opérer une transformation, soit matérialisé pour servir un opérateur. Dans cet échange avec le handicapé, le sport trouve lui-même une base de régénérescence, "le sport trouve avec eux tout son sens" (E), au même titre qu'il accompagne le sujet vers ses origines et reconstruit les étapes de son développement "pour eux plus que pour tout autre le sport permet dans les phases d'effort de trouver le fil rouge sur lequel on peut tirer doucement et qui nous révèle le déroulement du passé au présent" (B).

  • 22 F : "Une journée de sport pour les handicapés mentaux", Libération, 10/12/1982.

40Le thème du sport panacée renvoie le lecteur à une vision messianique des effets du sport sur le handicap. Le champ d'intervention du sport n'est plus comme précédemment celui de la santé ou de la maladie, mais celui de l'heur et du malheur. Le sport est alors une chance ou une malchance pour celui qui peut ou ne peut le pratiquer. Le bonheur est relatif aux transformations miraculeuses inattendues "le sport arrive ici comme une bénédiction" (D). La démarche qui sous-tend la création d'images est celle de la croyance, de la réalisation d'un acte de foi aux vertus du sport et à la morale de ses valeurs. "Ce vieil aristocrate de sport possède, en réalité, autant de vertus que de jouissances perverses dans sa pratique intimiste" (F)22.

  • 23 On peut émettre l'hypothèse que ce déplacement fait passer symboliquement, du point de vue de l'im (...)

41La représentation du sport pour handicapés est articulée autour de deux visées. D'un côté, on fait apparaître l'objectif du traitement de la personnalité, de l’autre on organise les conditions d'une renaissance magique. Autrement dit, si dans un cas le sport est présenté comme une réponse potentielle à la réduction d'un handicap réel, dans l'autre, il est proposé comme un symbole favorisant le déplacement de l'image fantasmatique du handicap23.

  • 24 Jeu B, (1987) dans l'analyse du sport situe d'abord la compétition (avant que le sport ne soit spo (...)

42Le mythe du sport initiatique qui se dégage au travers des thèmes joue au niveau des transformations, tant sur le changement de registre de classification de l'individu empirique, que sur les représentations abstraites du handicap mental ou de la folie. Si sur un plan de l'itinéraire sportif, le handicapé mental passe, par la fonction initiatique du sport, de la sphère de l'incurable à celle du curable, au niveau de l'engagement dans l'épreuve compétitive, il passe du monde des morts au monde des vivants24.

VI - CONCLUSION

43A travers les modes de représentation du sport pour handicapés mentaux dans la presse, nous dégageons trois critères de régulation des communications :

44Le premier a trait à l'identification du handicapé dans la presse. Un marquage de la personne s'effectue de manière à éviter toute confusion de genre entre le sportif et le handicapé. Cette norme "d'objectivité" qui régit la communication pose le sport pour handicapés comme un fait social et non sportif. Il faut pouvoir désigner la personne pour situer sa pratique.

45Le second est relatif à l'effacement symbolique du handicap dans les titres d'articles. Le handicap est apparu comme un signe gênant dans la présentation des faits sportifs. Il introduit le stigmate et l'image de l'anormalité à l'endroit même où il est question d'intégrité physique et mentale. Le concept quitte progressivement les titres de presse et laisse place à des formules euphémiques ou banalisantes qui évitent le choc des signifiants.

46Le troisième découle du précédent et porte sur l'identification du handicap par la situation. En effet, la présentation d'un sport qui exprime le décloisonnement, la réussite, la rééducation, la justice sociale renvoie aux fonctions utilitaires du sport éloignant du même coup la fonction émotionnelle.

47La modélisation des représentations sur le handicapé dans le sport et sur le sport pour handicapés dans la presse est caractérisée nous semble-t-il par deux logiques :

  • s'appuyer sur une idéologie "de l'action morale et sociale des exercices sportifs"25 actualisant les fonctions d'intégration sociale du sport ;
  • mettre à distance l'anormalité, ou du moins s'assurer de la reproduction des préjugés et des stéréotypes qui concernent le handicap. La construction d'une image syncrétique26 du handicapé pose celui-ci, non plus dans une catégorie stable, mais le situe au seuil de la normalité. Un "entre-eux monde" qui inscrit le sujet dans une quête éternelle de greffe sociale27.

48Il serait certainement plus pertinent, pour mieux situer le sport pour handicapés et du même coup, la personne handicapée dans le milieu sportif de sortir d'un discours hermétique et redondant sur les valeurs du sport ; de favoriser l'expression de la personne. Bref, il serait temps d'humaniser l'information, de donner une place aux témoignages authentiques. Nous pourrions alors mieux comprendre les fonctions d'intégration sociale du sport.

Bibliographie

Bilbiographie

BEAUVOIS J.-L., “Bases des fonctionnements socio-cognitifs” in Cours de psychologie, bases méthodes, épistémologie, Ed. Dunod, 1993.

BLUTEAU S., "Pourquoi de la compétition en sport adapté", in Handicap mental, troubles psychiques et sport, Ed, FFSA AFRAPS, mai 1991.

BOIRAL P, et BROUAT J.-P., "Il est pas fou, il est dépressif : les représentations collectives sur les handicapés mentaux, Ed. Coop recherche, rapport final 1984.

BRUANT G., "La représentation du handicapé mental dans le sport adapté", in Handicap mental troubles psychiques et sport, Ed. FFSA AFRAPS, mai 1991.

BRUANT G, et GÉNOLINI J.-P., La représentation du handicapé mental sportif chez les sportifs et les non sportifs, (à paraître in STAPS).

BRUNET F., "Logique sportive, logique sociale", in les cahiers du CTNERHI, no 30, 1985.

CFIOMBART DE LAUWE M.-J., "Représentation de l'enfance”, in Textes de base en psychologie sous la direction de DOISE W. et PALMONARI A„ Ed. Delachaux et Niestlé, 1986.

GÉNOLINI J.-P., Le sport comme facteur d’intégration sociale du handicapé mental, la dynamique d’une représentation dans la création d’un objet culturel nouveau. Thèse STAPS nouveau régime, Université de Montpellier 1,2 tomes, 1992.

JEU B., L'analyse du sport. Ed. PUF, 1987.

JODELET D., “Représentations sociales : phénomènes, concept et théorie", in Psychologie sociale, Moscovici S., Ed, PUF, 1984.

JODELET D., "Représentations sociales : un domaine en expansion", in Les représentations sociales, sous la direction de JODELET D., Ed. PUF, 1991.

MIAU H. "Le sport adapté : un cadre institutionnel simple pour un champ d'application complexe", in Handicap mental, troubles psychiques et sport, Ed. FFSA AFRAPS, mai 1991.

SAINT-MARTIN P. "Les informations sur les personnes handicapées à travers la presse régionale". In Les cahiers du CTNERHI, 1985.

Notes

1 Voir sur ce point d'enquête l'étude de Boirai P. et Brouat J.-P. (1984).

2 SAINT-MARTIN P, “Les informations sur les personnes handicapées à travers la presse régionale", in les Cahiers du CTNERHI, 1985.

3 Sur ce plan Brunet F,(1985) repère deux logiques par rapport auxquelles la Fédération Française du Sport Adapté construit son identité : une logique sportive et une logique sociale.

4 Ces deux positions se trouvent entremêlées dans la définition que la FFSA donne de la performance. Voir sur ce point Pourquoi la compétition en sport adapté ? (Bluteau S„ 1991).

5 Voir sur ce point BRUANT G. (1991). La représentation du handicap mental dans le sport adapté.

6 Nous comprenons le stéréotypé au sens donné par Snyder d'un processus par lequel les croyances peuvent devenir vraies perce que l'on a cru qu'elles étaient vraies et que l'on s'est comporté en conséquences (Beauvois J.-L., 1993.)

7 La représentation est comprise alors comme une reconstruction de l'objet, une expression du sujet qui entraîne un décalage avec son référent. "Ce décalage produit, au niveau des contenus représentatifs, des effets de distorsions, de supplémentations, de défalcation". (Jodelet 1991.)

8 Le dépouillement d'une presse régionale ou nationale à l'issue d'une rencontre, ou d’une manifestation locale n'est pas systématique et dépend des bonnes volontés qui se sont donné pour mission de rapporter l'information au bureau de l’association.

9 Voir les différentes étapes dans l'évolution du système fédéral MIAU H.(1991). Le sport adopté : un cadre institutionnel simple pour un champ d'action complexe...

10 Libération, La Croix, Le courrier de l'Oise, La Dépêche du Midi, Ouest-France...

11 Courrier Oise, 25/03/1985

12 La Croix, 18/05/1935.

13 La fédération française d'éducation par le sport des personnes handicapées mentales s'appellera alors la Fédération Française du Sport adapté. Cette modification n'introduit plus directement le concept de handicap mais permet, par la métaphore sur l'activité, de le laisser deviner;

14 La Depêche du Midi, 31/05/1986.

15 Ouest-France, 4/06/1985.

16 En évoquant des "sportifs adaptés" nous ne présentons pas simplement le licencié fédéral. Nous substituons une image nouvelle, plus acceptable socialement à une désignation gênante du stigmate. C'est donc, un rapport au handicap mais aussi au sport qui est évoque derrière les mots. La représentation permettant alors une communication plus facile avec une multiplicité de milieux (sportif, social, médico-social...), C'est dans le sens où la représentation va pouvoir circuler d'un cadre social à un autre qu'il faut comprendre, comme le pose Jodelet (1984), le sens d’autonomie.

17 B : "Roanne quatre jours de leur vie", Libération, 1983.

18 C : “Contre le vent, la belle ballade de Thierry", Libération, 12/05/1982.

19 D : "Première course cycliste à handicap", Libération, 15/05/1986.

20 E : "Le corps à l’âge de bronze". Libération, 12/05/1982.

21 Voir sur ce point CFIOMBART de LAUWE M.J. (1986).

22 F : "Une journée de sport pour les handicapés mentaux", Libération, 10/12/1982.

23 On peut émettre l'hypothèse que ce déplacement fait passer symboliquement, du point de vue de l'image fantasmatique, le handicapé mental dans la sphère du "fréquentable" (Voir Boirai et Brouat, 1984). Ce changement de registre permettrait de restaurer les rituels d'interactions que le "fou" désarticule.

24 Jeu B, (1987) dans l'analyse du sport situe d'abord la compétition (avant que le sport ne soit sport) comme un rituel de passage constituant une régulation des grands moments de la vie sociale.

25 Cette position était celle de Pierre de Coubertin au début du siècle.

26 Nous avons montré au niveau des représentations que la personne valide se fait une opinion plus confuse de la personne handicapée mentale, lorsque cette dernière pratique un sport (Voir sur ce point Bruant G. et Génolini J.-P.).

27 Les discours idéologiques sur les valeurs du sport trouvent eux-mêmes par leur application à la marginalité un espace-temps protégé qui favorise leur réhabilitation.

Table des illustrations

Titre Tableau 3 - Répartition des titres avant et après 1982 en fonction de la visibilité du handicap
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

Auteur

Maître de Conférences Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique Université de Lille II Laboratoire d'Etude de la Motricité

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.